On lui a nié la nationalité à cause d’un détail

Maria Rodriguez McKey

L’article du New York Times ci-dessous nous raconte l’histoire d’une femme algérienne qui épouse un français et qui cinq ans après décide de demander la nationalité française. Après la cérémonie de naturalisation, elle n’a pas serré la main, aux deux officiers mâles, par conviction religieuse sur quoi la nationalité lui a été refusée. Le couple fait appel et le Conseil d’Etat décide que la décision est légale et que « le refus a été fait à un endroit et à un moment qui sont symboliques et révèlent une manque d’assimilation. »

En matière de religion, la France légifère et donc l’Etat intervient.  lEt les citoyennes françaises qui portent le voile, quelles sont les lois qui les régissent? ces polémiques ont donné lieu à deux lois : la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises (2004) et la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public (2010).

No Handshake, No Citizenship, French Court Tells Algerian Woman

By AURELIEN BREEDENAPRIL 21, 2018

PARIS — An Algerian woman’s refusal to shake hands with male officials at a French naturalization ceremony is sufficient grounds for denying her citizenship, France’s top administrative court has ruled.

In its decision — issued on April 11 but reported only this week — the court, known as the Council of State, said that the woman’s refusal “in a place and at a moment that are symbolic, reveals a lack of assimilation.”

The woman, who has not been identified, married a French citizen in Algeria in 2010 and filed for French citizenship five years later. At her naturalization ceremony in 2016 in Grenoble, in southeastern France, the woman refused to shake the hands of a local state official and of a local elected official, both male, citing her religious convictions.

The ruling did not specify the woman’s religion, and it did not identify her as Muslim. Some practicing Muslims believe Islam does not permit physical contact with a person of the opposite sex, with the exception of immediate family members.

After the woman refused to shake hands with the officials, she was denied citizenship.

The woman appealed, but the court ruled this past week that the decree was legal. The ruling was based on a law that gives the government two years after a foreign spouse files for naturalization to oppose the request, on grounds of “lack of assimilation, other than linguistic.” The court also ruled that the decision was not detrimental to her freedom of religion.

The court’s ruling has not garnered widespread attention within the country, but many recent debates in France on the place of Muslims in French society have focused on issues of gender relations and attitudes toward women.

Similar debates have played out elsewhere in Europe. In 2016, local authorities in Switzerland said two Muslim boys, both immigrants from Syria, could not refuse to shake their female teacher’s hand on religious grounds.

In the summer of 2016, France was roiled by debates over the burkini — full-body swimsuits that comply with Islamic modesty standards — after several Mediterranean coastal towns banned them on their beaches.

 

The veil worn by some Muslim women also has become a flash point in France, which passed a law in 2010 banning face-covering garments like the burqa or niqab in public, although the law did not explicitly mention Islam.

Wearing a veil that doesn’t cover the face is not banned in public, except in the case of students in public schools and civil servants, who are not allowed to wear visibly religious symbols or clothing on the job.

President Emmanuel Macron, speaking on French television last week, said “the issue of the veil is very important today” but said he was not in favor of any new laws restricting those who choose to wear the garment.

“Why does this veil make us feel insecure?” Mr. Macron asked. “Because it is not in keeping with the civility in our country, that is to say with the relations between men and women in our country.”

“We are attached to this equality between man and woman, and so we do not understand this difference, this distance, this separation,” Mr. Macron said of the veil.

But he said he respected a woman’s choice to wear it.

“I am not personally happy that it is that way, but I do not want to make a law that bans it in the street, because it would be counterproductive,” Mr. Macron said.

Sondage: 6 Français sur 10 « mécontents » de l’action de Macron 18/04/2018 à 08h16

Un an après son arrivée à l’Elysée, Emmanuel Macron est en outre considéré comme « autoritaire » par 73% des personnes interrogées pour cette étude parue mercredi.

Six Français sur dix se disent « mécontents » de l’action d’Emmanuel Macron, un an après son élection à la tête de l’Etat, selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et CNEWS publié ce mercredi.

A la question: « Au global, un an après l’élection d’Emmanuel Macron comme président de la République, diriez-vous que vous êtes très satisfait, plutôt satisfait, plutôt mécontent ou très mécontent de son action? 58% des Français ont répondu « mécontents ». 24% sont « très mécontents » et 34% « plutôt mécontents ». Ils sont 42 % à se dirent « satisfaits », 38 % « plutôt satisfaits » et 4 % « très satisfaits ».

Engagements tenus

Concernant « les engagements qu’Emmanuel Macron avait pris durant la campagne électorale », 57 % des sondés estiment qu’ils ont été « tenus ». 43 % avancent le contraire.

Sur le bilan par domaine d’action, ils sont 67% à estimer le bilan « positif » pour « les relations avec l’Union européenne », 63% pour « l’image de la France à l’étranger », 56% pour « la croissance et l’attractivité de la France ». Ils sont en revanche seulement 27% à juger « positif » le bilan de « la réforme des retraites » et 18% celui de « la situation à l’hôpital. »

Enfin, 73% des sondés trouvent Emmanuel Macron « autoritaire », 67% pensent qu' »il sait où il va ». Ils sont 53% à le trouver « sympathique » mais seulement 30% à le trouver « proche des préoccupations des Français ».

Enquête réalisée en ligne du 12 au 16 avril auprès de 1.201 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population française, selon la méthode des quotas.  

Macron vu par les grands journaux américains

Le Washington Post , ainsi que le New York Times, expliquent que le Président Macron n’a pas influencé le Président Trump sur le sujet des frappes des missiles contre la Syrie. D’ailleurs, peu de temps après la fin de l’entretien du président français avec Edwin Pleyel et Jean- Jaques Bourdin, le gouvernement américain a démenti ces propos. Macron se sentait très sûr de lui même dimanche face au deux journalistes et il pensait qu’il pourrait s’en sortir mais avec la NSA…

En ce qui concerne l Président Putin; il a été rassuré que ces frappes n’auraient en aucune façon touché les intérêts russes dans le pays.  Le Président Trump vient de décider que les Etats-Unis ne mettrait pas en place des nouvelles sanctions contre la Russie.

Ci-dessous l’article du Washington Post.

France’s Macron tries to walk back remarks that he persuaded Trump to keep troops in Syria

By James McAuley April 16 at 1:00 PM Email the author

PARIS — French President Emmanuel Macron attempted Monday to walk back surprising comments that suggested he had convinced President Trump to keep U.S. forces in Syria “long term.”

The original remarks — during a TV debate Sunday after Western missile strikes on Syria — hinted at a major policy shift by Trump and brought a sharp response from the White House less than a week before Macron is scheduled to visit Washington.

It left Macron scrambling to clarify his statement and fall closer in line with Trump’s outlook that the Islamic State remains the main battle for Western military forces in Syria. Last month, Trump announced that he planned to withdraw U.S. troops from Syria “very soon,” but appeared to take a softer line after commanders and others questioned that decision.

At a news conference Monday, Macron took pains to emphasize a common strategy in Syria between France and the Trump administration.

“I did not say that either the U.S. or France will remain militarily engaged in the long term in Syria,” he told reporters after meeting with New Zealand Prime Minister Jacinda Ardern.

On April 16, British Prime Minister Theresa May is set to defend her decision to join airstrikes against Syria without Parliament’s consent. (Reuters)

“We have a military objective in Syria and one only: the war against ISIS,” he added, using an acronym for the Islamic State.

Macron, who has forged a good relationship with Trump in the past year, went on to say that the West’s “targeted operation” against the Islamic State included the “preservation of international law.”

“In doing so, [the United States] recognized with us that our political responsibility in Syria is not confined to the fight against ISIS. That’s a fact,” Macron said without elaborating on military timetables or on Western policies toward Syrian President Bashar al-Assad or his allies, including Russia and Iran.

Macron’s comments Sunday were delivered off the cuff in the heat of a televised exchange with two prominent French journalists.

“Ten days ago, President Trump was saying that the United States would disengage from Syria,” Macon said in the throes of making a point to the journalists, Jean-Jacques Bourdin of France’s BFM-TV and Edwy Plenel of Mediapart.

“We convinced him that it was necessary to stay there long term,” Macron said.

Macron provided no explanation of “long term.” He also said that France helped shape the target list for the more than 100 missile strikes on Syria early Saturday in retaliation for the Assad regime’s suspected use of chemical weapons.

“We convinced him to limit the strikes to chemical weapons when, at the same time, there was a burst of tweets that did not escape you,” Macron said Sunday, referring to Trump.

On Monday, pressed by reporters about Macron’s comments, White House spokeswoman Sarah Huckabee Sanders reiterated that Trump remains focused on the Islamic State. “We’ve talked about this for a while, but our policy hasn’t changed,” she said. “We still have troops on the ground. But the President wants to bring those people home, and that hasn’t shifted.”

In Paris, Macron offered a hint of his possible discussions next week at the White House.

SONDAGE. Interview télévisée de Macron : 61% des Français pas convaincus

  • Extraits du sondage Harris Interactive pour RMC. | EPA / MAXPPP concernant l’entretien du Président Macron.

Plus de six Français sur dix (61%) , disent ne pas avoir été convaincus, à l’issue de son interview télévisée dimanche soir sur TF1 et LCI, selon un sondage Harris Interactive pour RMC.

Emmanuel Macron, dont la cote de popularité a chuté de 15 points en moyenne entre juin et octobre, s’est employé dimanche soir à expliquer ses réformes et à déminer les critiques, en défendant sa liberté de ton face à l’émoi suscité par ses récents propos sur le « bordel » ou « les fainéants ».

Y est-il parvenu ? Pas sûr. Le chef de l’Etat, qui s’est exprimé sur TF1 et LCI lors de sa première interview télévisée depuis son élection, a semble-t-il peiné à convaincre. Selon un sondage Harris Interactive pour RMC publié ce lundi matin, 61 % des Français « exposés à la prise de parole du président » de la République disent en effet ne pas avoir été convaincus. Seules, 39% des personnes interrogées sont d’un avis contraire.

Seulement 39% des personnes interrogées par Harris Interactive pour RMC et Atlantico disent avoir été convaincues par la prestation télévisée d’Emmanuel Macron, dimanche soir sur TF1. À l’inverse, 61% | Visactu

 

24% des sondés se disent « pas du tout convaincus » et 37% « plutôt pas convaincus ». En revanche, 7% affirment avoir été « tout à fait convaincus » et 32% « plutôt convaincus ».

6% jugent sa politique « de gauche »

Indépendamment du jugement global, 50% des Français déclarent avoir été convaincus lorsque le président a évoqué les sujets internationaux, 40% lorsqu’il était question de la politique économique et 35% de la politique sociale.

Enfin, toujours dans ce sondage, 56% des Français estiment que le projet d’Emmanuel Macron est à la fois de gauche et de droite. 38% pensent que le projet du chef de l’Etat correspond « à une politique de droite » et 6% à « une politique de gauche. »

 

Les Présidents Trump, Macron et la Syrie

Maria Rodriguez-McKey

Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts.― Charles de Gaulle

Les Présidents d’un Etat s’adapte à la situation géographique et politique internationale sans oublier son passé à travers l’histoire du monde.

Notre Président actuel entrerait dans la catégorie des « touche à tout », ce qui a certains inconvénients car   conserver la tête froide en voulant s’impliquer ici et là n’est pas donné à tous.

Notre actuel Président a reçu le Président Putin à Versailles , alors serait-il plus royaliste que le roi? Il a invité le Président Trump au célébrations du 14 juillet. Trump a tellement apprécié qu’il voudrait même organiser un défile militaire pour le prochain 4 juillet mais il a du mal à convaincre car le 4 juillet est réservé aux civils avec, certes, des feux d’artifice dans certaines villes.

Trump aime l’or aussi, comme le prouve son appartement dans son bâtiment « Trump Tower à Manhattan. Mais ce n’est pas Versailles.

Apparent, notre Président et Trump partagent aussi la même vision sur la Syrie, le français allant jusqu’à proposer que Bachar eAl-Assad soit jugé par la Cour Pénale Internationale ( Voir l’article sur la question). Même Hollande et Fabius auraient préféré avoir Trump on face pour se débarrasser d’Assad car à l’époque, les russes n’étaient pas présents. Le problème, avec cette possibilité serait que l’on se trouve avec un vide de pouvoir, comme l’Irak et la Libye.  La Russie a promis de riposter aux attaques du couple USA-France. Espérons que cela restera de l’ordre du symbole.

De partout l’on a critiqué, et avec raison, Trump. Mais après tout il s’avère utile pour les ambitions du Présidant français dans la région.  Car le but de la France est d’être assise à la table des négociations quand la guerre se sera terminée.  Comme après la fin de la première guerre mondiale où avec la Grande Bretagne elle a récupéré la Syrie et le Liban. Cette fois ci, il  ne sont pas que deux. Outre les Etats-Unis et la Russie, il y a l’Iran, la Turquie et très probablement les Kurdes, qui font du lobbying dans la capitale américaine.

Cette volonté de la France me rappelle un autre élément en commun entre le Président Trump et le Président Macron.  Le président français a proposé ses bons offices de médiateur entre le gouvernement turque et les kurdes de Syrie. Fin de non recevoir de la part du président Erdogan, donc échec pour Macron. Quant à Trump, il a dit, il y a environs une semaine, qu’il ferait revenir les troupes américaines de Syrie, ce qui était une erreur car les Etats-Unis, quoique on pense de Trump, a tout intérêt d’y rester en vue de la table des négociations. D’ailleurs, il y a quelques mois le ministres des Affaires Etrangères russe a dit que les américains le lui avaient promis. Vous voyez donc que chacun essaye de rattraper le coup et renforcer sa place.

De Gaulle avait parfaitement raison. Après il est question de ne pas se tromper d’ennemi, comme Hollande et Fabius qui ne voulaient pas bombarder l’Etat Islamique en Syrie. Or, il a fallu les attentats horribles de Paris pour qu’ils changent d’avis. Il faut bien comprendre qu’il est dans l’intérêt de tous de ne pas créer un vide de pouvoir en Syrie, en d’autres mots, une démocratie à la force des armes est-elle souhaitable? Après le 11 septembre il ne fallait surtout pas créer ces vides qui facilitent la création des Al Qaïda, Etat Islamique et d’autres.

Un trou d’un million d’euros au Havre rattrape Edouard Philippe

Quelques extraits d’une enquête de Mediapart .

 10 AVRIL 2018 PAR MICHAËL HAJDENBERG ET ANTTON ROUGET

L’organisation des « 500 ans du Havre », l’une des manifestations culturelles les plus importantes de l’année 2017, rattrape le Premier ministre Édouard Philippe, ancien maire de la ville et grand architecte de l’événement. Selon nos informations, des prestataires font face à plus d’un million d’euros d’impayés. La faute aux difficultés financières rencontrées par le producteur de l’événement, sélectionné dans des conditions suspectes.

Des visiteurs par milliers, un budget de 20 millions d’euros et des têtes d’affiche internationales… Officiellement, « les 500 ans du Havre » furent, en 2017, la vitrine éclatante du succès d’Édouard Philippe comme maire de sa ville. Mais, en coulisse, c’est une tout autre réalité qu’a découverte Mediapart en enquêtant sur les événements culturels organisés en Normandie par l’actuel Premier ministre, et dont il s’est servi comme tremplin politique. Marché public dévoyé, prestataires non payés, liens d’affaires avec Jacques Attali privilégiés : la mairie du Havre a beau répondre que « l’organisation a été menée strictement dans le cadre des règles de passation des marchés publics », l’examen précis des pièces du dossier fait apparaître des éléments pour le moins suspects.

Dans sa ville, l’ambition d’Édouard Philippe a en effet laissé des traces douloureuses. Selon nos informations, plusieurs prestataires du Havre n’ont toujours pas été rémunérés pour leur participation aux « 500 ans », à l’été 2017. Cette ardoise dépasse le million d’euros et donne des sueurs froides au successeur du Premier ministre à la tête de la mairie, Luc Lemonnier.

Un trou d’un million dans une opération financée par le public : la situation n’est pas banale. Mais le groupement d’intérêt public bâti pour l’occasion n’a pas respecté les garde-fous qu’il avait lui-même imposés pour éviter ce genre d’accident.

Pour mettre sur pied la manifestation, le GIP « Le Havre 2017 », financé par l’argent public, a été créé en avril 2014. Il était présidé par Édouard Philippe en personne jusqu’à sa nomination à Matignon, en mai 2017. Doté d’un budget de 20 millions d’euros (ce qui en fait une des plus grandes manifestations culturelles des dernières années), le GIP a fait le choix d’externaliser la quasi-totalité de sa production, en sélectionnant un prestataire chargé d’organiser l’événement. …

Qu’en est-il de la gouvernance?

Notre Dame des Landes est un projet qui a vu le jour en 1963. C’était à l’époque la guerre froide. Depuis bien des choses ont changé dans le monde et en France. Il y a eu le choc pétrolier qui a arrêté le projet alors que le prix a  depuis beaucoup baissé. En 2012 le Premier ministre Ayrault décide de repousser d’environ six mois les premier travaux alors prévus en 2013 et crée une « commission du dialogue ». De nombreux recours en justice sont déposés par les opposants mais sont rejetés et, en 2016, une consultation locale en Loire-Atlantique approuve le transfert à 55%. Quel gâchis!  Et le Président Macron balaye d’un revers de main des décisions de justice sans compter le référendum. Le Président a le pouvoir d’aller à l’encontre d’une décision de justice… Où se situe alors la séparation des pouvoirs?

La réforme de la SNCF, qui est un sujet technique à la fois financier et des exigences Européennes, devient un affrontement gouvernement-syndicats.  Même si les négociations se poursuivent entre le gouvernement et les syndicats de la  Société nationale du Réseau Ferroviaire, celles-ci sont menées dans un cadre tendu et où les français sont pris en otage.

Car en France, la gouvernance repose sur les épaules d’un seul homme qui devrait les avoir larges. Certes, quand il faut des reformes, le Président doit décider qu’après mure réflexion  et à condition d’avoir le courage pour braver la rue et prendre les décisions qui s’imposent mais dont les effets se situent au long terme. L’introduction des primaires a retiré une part du pouvoir qui se situait au niveau des partis pour le diriger vers un seul homme.