The US Department of Justice’s Sixty-day Rule

« August was riddled with speculation whether and when Special Counsel Robert Mueller might issue a report or take further major action in his investigation into Russian interference in the 2016 election. The clock was ticking toward a 60-day window before the Nov. 6 midterm elections, a period when the Justice Department traditionally avoids significant public steps that might influence – or give the appearance of trying to influence – the vote. » (What Might Force Mueller ‘s Hand Before the Midterms? Exceptions to the DOJ 60-day « Rule » by Viola GiengerOctober 9, 2018)

ww.politico.com

Anticipation builds around Mueller as 60-day election window nears

By JOSH MEYER

The window closes next week for special counsel Robert Mueller to take any more bombshell actions before midterm season officially kicks off, and people in the president’s orbit and across Washington are watching with heightened anticipation that a final pre-election surprise could come soon.

Longtime Donald Trump confidant Roger Stone emailed supporters Monday and asked for donations to his legal defense fund, saying he believes his indictment is imminent.

The president’s personal lawyer, Rudy Giuliani, has publicly called on Mueller to wrap up his investigation into Trump by the end of next week, when the midterms will be two months away.

“Just a few days before 60 day run-up to 2018 elections,” Giuliani tweeted Saturday from his golfing vacation in Scotland. “If Mueller wants to show he’s not partisan, then issue a report on collusion and obstruction.”

The increased attention stems from Justice Department guidelines that recommend against law enforcement taking major investigative or prosecutorial actions close to an election, so as not to unduly influence voters. Although primaries have been underway for months, Giuliani and others have said the 60-day period before the election should be free of any big activity by Mueller’s team.

But a close read of Justice Department policy shows that the cutoff is not a hard and fast rule, according to more than a dozen current and former Justice Department officials and other legal experts.

Nonetheless, some former prosecutors said they expect Mueller — long known as a by-the-book federal lawman — to bend over backward to avoid doing anything that might be construed as improper right before the Nov. 6 midterms, which will determine who controls Congress for the next two years.

“I know of no Justice Department rule or regulation that limits the timing of an announcement related to an election,” said former Assistant U.S. Attorney Renato Mariotti. “That said … I can’t imagine him taking any action that could be seen as influencing an election.”

Mueller’s grand jury meets on Fridays, and Stone, at least, appears to be on edge about possible action, though he told POLITICO on Thursday his concerns were not tied to the 60-day window, which he thought applied more to elected officials.

Stone, an informal Trump campaign adviser, has long been suspected of acting as an intermediary in the Russian conspiracy to hack and disseminate Democratic campaign-related emails. Although Stone has vehemently denied wrongdoing, Mueller has brought in several of the veteran operative’s associates and friends for questioning in the investigation.

Stone said this week that he believes Mueller is “coming for” him in an effort to silence him and pressure the longtime Republican operative “to testify against my good friend President Donald J. Trump.”

The anticipation of charges this week might be overhyped. One of Stone’s associates, Randy Credico, is not scheduled to appear before the grand jury until next Friday. And Mueller and his team have managed, so far, to keep their plans about the timing — and the targets — of indictments almost entirely under wraps.

“There is no rule. It is something that Giuliani has invented,” said Peter Zeidenberg, a former federal prosecutor who served as deputy to special counsel Patrick Fitzgerald during the George Bush-era CIA leak investigation. “In my opinion, absolutely nothing in this would prohibit or constrain Mueller from charging Roger Stone or anyone else connected to the Trump campaign in the next six weeks.”

La descente aux enfers de Jupiter

Monique Cochinal

L’itinérance mémorielle », tellement bien préparée par l’Elysée, se transforme en chemin de croix pour notre Président, qui gesticule en tous sens, parle beaucoup, explique et explique encore, essaie de convaincre, se débat, se justifie toujours, mais ….. En vain. On dit bien que « trop parler nuit » !

De cette « itinérance mémorielle » un nom bien prétentieux pour une telle opération, il ne va rester que ce sentiment d’un Président très chahuté par ses concitoyens pour la plupart insatisfaits, en colère, qui n’ont plus confiance, n’écoutent plus, sont déçus et se rebellent.

De ces bains de foule à répétitions, il se dégage un sentiment général d’antipathie et, au milieu, un Président revanchard, qui se dit très heureux de se faire malmener, car il est sûr d’avoir le dernier mot. Tout cela largement diffusé par les médias dans le monde entier. Que c’est triste !! Que pensent nos voisins étrangers en voyant ces scènes de « grand guignol » ?

A chaque étape, le spectacle se reproduit. Nous voyons notre Président Macron embrasser l’une et l’autre, donner des grandes tapes dans le dos d’un troisième, et d’un quatrième, et se laisser essuyer le visage par une autre encore pour effacer les traces de rouge à lèvres déposées sur ses joues. Il va, il vient en courant vers un autre groupe de sympathisants qui l’appellent pour une photo, qui l’encouragent. Comme il est heureux parmi eux, il aime cela. Il se sent pousser des ailes ! Et va à nouveau au combat affronter tous ces citoyens qui grognent.

Un autre jour, il est au programme de visiter une usine Renault, qui a réussi, elle, un exemple à suivre. Entouré de son Ministre de l’économie et de sa troupe habituelle, Notre Président s’avance et prend le micro. Impossible de se faire entendre, car au fond de la salle on entend un grand chahut, des syndicalistes ouvriers qui hurlent des slogans peu élogieux. Il n’est vraiment pas le bienvenu. Une voix s’élève plus puissante, pour exprimer toute la colère des ouvriers : «  On ne vous a pas attendu, Monsieur le Président, pour redresser cette usine. Et maintenant, vous nous privez d’une partie de notre faible salaire pour payer les taxes supplémentaires sur le prix de l’essence à la pompe, le chômage qui a augmenté, comment vivre de notre travail, on en a marre ». A nouveau, hurlements et slogans furieux lancés couvrant les paroles du Président, qui invite ce vilain grognard à venir devant lui pour discuter d’homme à homme de tous ces problèmes, un léger sourire conciliant aux lèvres. La réponse de cet ouvrier syndicaliste ne se fait pas attendre : « Je voudrais bien, mais comment je fais. Il y a une barrière de policiers devant nous ».

Chaque jour, à chaque étape, quelques scènes burlesques du même genre nous sont retransmises. Hier, nous voyons le Président et sa cour arriver dans un bar à l’improviste. Il a décidé de revenir dans ce bar, où il avait rencontré des sympathisants, lorsqu’il était en campagne. Il entre, tout joyeux : « Bonjour les amis, Alors comment ça va, dites-moi tout. Je vous écoute ». Poignées de main, accolades, sourires radieux ». Un petit signe discret au patron : « servez une tournée générale, c’est ma tournée. On va trinquer ». Et les propos de comptoir de bar continuent.

Que va-t-il advenir de tout cela ? Je suis pessimiste, et je ne comprends pas cette nouvelle attitude de notre Président, qui ne fait que le désavouer chaque jour davantage aux yeux du monde, particulièrement troublé en ce moment.

 

Memorial tour turns into PR setback for Emmanuel Macron

FT Harriet Agnew in Paris 7 HOURS AGO

It was supposed to be an opportunity for President Emmanuel Macron to play the role of statesman, to rise above the cut and thrust of politics, and win back the respect of an increasingly sceptical French population: a week-long tour to mark 100 years since the end of the first world war.

Starting with a concert of Beethoven and Debussy at Strasbourg cathedral, and ending on Sunday with an armistice day commemoration at the Arc de Triomphe in Paris, the programme took in visits to the battlefields of Verdun, Morhange and the Somme, the Notre-Dame-de-Lorette national cemetery and local factories.

But for all the attempted solemnity and martial tone, Mr Macron’s memorial tour has turned into a public relations debacle, confirming his propensity for making gaffes while drawing the scorn of ordinary French voters over his perceived metropolitan disregard for their pocketbook concerns.

Rather than dissipate public anger in his visits to areas of France where far-right support is strongest, the events of the past few days appear to have concentrated it. Mr Macron’s government is now braced for a day of national protests next Saturday ostensibly over fuel price rises but potentially about the litany of other grievances held against the president, whose approval rating has fallen below 30 per cent.

Fresh from a few days off amid rumours of burnout and exhaustion, the political storm began on Wednesday when Mr Macron paid tribute to Marshal Philippe Pétain, who won glory leading French troops in the defence of Verdun in 1916 but ignominy as head of France’s Vichy government that collaborated with Nazi occupiers during the second world war.

“It is legitimate that we honour the marshals who led France to victory” in 1918, Mr Macron said. He described Pétain as “a great soldier”, while conceding that he made “disastrous choices” during the Nazi occupation when he helped send tens of thousands of Jews to their deaths in extermination camps.

The resulting outrage, particularly from the left, included a rebuke from the socialist former president François Hollande. “History does not single out one stage, however glorious a military career. It judges the immense and contemptible responsibility of the Marshal who deliberately used his name and prestige as cover for treason, collaboration and the deportation of thousands of Jews from France.” Francis Kalifat, president of Crif, the body that represents France’s 400,000 Jews, described the tribute as “shocking”, while Jean-Luc Mélenchon, leader of the far-left France Unbowed party, called Pétain “a traitor and an anti-Semite”, adding: “Macron, this time you’ve gone too far!” The Elysée Palace later backpedalled and insisted there had never been any plans to honour Petain at any ceremony.

The controversies did not stop there. Wherever he went on his tour, Mr Macron met angry members of the public disgruntled by a lack of improvement in their daily lives.

On Thursday, as the Elysée struggled with the fallout from the Pétain comments, the president was given a hostile reception at a Renault factory near Maubeuge in northern France as he attempted to outline his economic policies.

Defending his choices to help “those who invest”, Mr Macron was booed by a trade unionist who called out “you’re not welcome here”.

“With the increase in petrol you take back with one hand what you give the other,” he shouted. The tussle overshadowed the announcement of a €400m investment in the plant and the creation of 200 jobs.

Mr Macron defended his government’s record on fuel prices, which have largely gone up because of rising oil prices rather than increased taxation.

“I prefer the taxation of fuel to the taxation of labour,” he said in an interview with the Dernières Nouvelles d’Alsace newspaper, adding that his policies reflected environmental considerations: “The same people who are complaining about the rise in fuel prices are also demanding that we fight air pollution because their children are suffering from diseases.”

But his green concerns have found little support, particularly in rural areas where dependence on the car is so extensive. Many drivers are still angry at a cut in the speed limit on secondary roads this year from 90kph to 80kph. Some motorists are planning blockades and go-slows next weekend to bring the country to a halt.

Yet as the week-long tour drew to a close and Mr Macron prepared to welcome dignitaries including Donald Trump and Vladimir Putin to the Arc de Triomphe on Sunday, he ploughed on single-mindedly.

Speaking on Thursday at the Renault factory, he said: “I know some people are angry, I know some people will always seek division, but I am responsible for one thing.

“I will keep going — on and on and on.”

Les sympathisants de la droite ne croient plus en Macron

A trop ménager le choux et la chèvre …

valeursactuelles.com

Mardi 6 novembre 2018 à 22:459

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud-Radio, le chef de l’Etat enregistre une baisse importante auprès des sympathisants Les Républicains.

L’automne est bien délicat pour Emmanuel Macron. Actuellement lancé dans une série de commémorations organisées à l’occasion du centenaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale, le chef de l’Etat poursuit sa dégringolade dans les sondages. Selon le dernier baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud-Radio publié ce mardi 6 octobre, le président de la République ne convainc que 33% de Français. Un recul de 8 points justifié, notamment, par la personnalité d’Emmanuel Macron. Comme le précise également le baromètre, le président baisse de 7 points à gauche (19%).

Ce réchauffement climatique en panne depuis 16 ans

h16free.com/ 

16 octobre 2012

Vous n’en entendrez probablement parler ni dans les jolies pages « Planète » d’un journal Le Monde transi d’amour pour les thèses réchauffistes, ni dans celles consacrées à la Terre d’un Libération en phase terminale, ni même, soyons honnête, dans le reste d’une presse toute acquise aux escrocs de la climatologie politique, mais pourtant cette nouvelle mériterait de faire les gros titres : le réchauffement climatique est en panne depuis 16 ans.

Oh, ce n’est pas moi qui le dit.

Ce n’est pas non plus l’une de ces misérables sectes crypto-négationnistes du climat qui osent publier pamphlets sur articles séditieux, décrivant en détail les magouilles et autres abominations scientifiques auxquelles se livrent certains chercheurs subventionnés pour tenter d’apeurer une population en lui prédisant un futur à base de rôtisserie planétaire, d’inondations bibliques et d’ouragans cyclopéens. Bien sûr, ces sectes n’hésiteront pas à relayer la nouvelle, comme l’a déjà fait Anthony Watts, sans prendre la peine de ménager les tristes existences de tous ceux qui dépendent de façon cruciale d’une croyance ferme et résolue dans le dogme climatique. Ce n’est pas plus le résultat du travail d’un étudiant boutonneux dans le garage parental, fruit laborieux de bricolages statistiques douteux visant à prouver des choses incroyables à la face du monde. Non.

La nouvelle est en fait sortie très discrètement du Met Office britannique il y a quelque jours, sans le moindre battage médiatique, ni le moindre relais de la presse.

C’est intéressant puisque le Met Office est celui-là même qui, dans des précédents rapports, annonçait — en fanfare cette fois-ci — que la Terre se réchauffait ou que l’année 2010 était la plus chaude jamais enregistrée. Du reste, si l’on faisait les petits calculs en arrêtant les données à fin 2010, on observe bien un très léger réchauffement depuis 1997. Réchauffement qui … s’évapore si l’on tient compte des dernières données collectées et qui permettent, de surcroît, de boucler une période de 16 ans.

Cette période de 16 ans n’est pas anodine puisque c’est à partir d’une même période de 16 ans, cette fois-ci de 1980 à 1996, qu’un réchauffement climatique a été observé et massivement médiatisé par toute une troupe de politiciens dont l’agenda collectiviste et interventionniste a pu ainsi se nourrir pendant les années qui suivirent.

Evidemment, à l’époque, cette accumulation de données sur une telle période était pertinente et permettait de prouver que le réchauffement déboulait, avec toute une cohorte de catastrophes au bout si on ne mettait pas un terme rapide à notre méchante existence. À présent, ces mêmes 16 années sont — bien sûr — insuffisantes pour déduire quoi que ce soit. Tout juste le maintenant célèbre Phil Jones, directeur de recherche en climatologie à East Anglia, et mouillé jusqu’au cou dans les histoires de Climategate, accepte-t-il d’admettre que tout ceci montre qu’on ne comprend pas encore assez les variabilités naturelles. D’autres chercheurs (pas soupçonnés de corruption ou de magouilles antiscientifiques) sont, eux, obligés d’arriver à la conclusion logique que les modèles climatiques utilisés jusqu’à présent sont profondément viciés : après tout, ils prédisaient un furieux réchauffement pour la période en question, certainement pas une stagnation.

Caramba, donc, encore raté.

Eh oui, rappelez-vous : d’après les données (les dernières, HADCRUT4, sont disponibles ici) la tendance générale montrait un réchauffement de près de 0.75°C depuis 1880, et certains scientifiques soutenaient que cette augmentation des températures allait s’accélérer, allant jusqu’à 5°C de plus d’ici à fin 2099. Horreur, catastrophe et îles englouties ! Mais avec les dernières données, récoltées en plus de 3000 points sur toute la planète, il va être plus difficile de propulser les politiques anti-carbone et autres subventions massives à des secteurs de production énergétique « alternative », structurellement déficitaires. Ça tombe bien, les températures refusant de monter, on va avoir besoin de se chauffer et arrêter les subventions aux éoliennes et autres lubies photovoltaïques permettra de réduire sensiblement la facture.

Au-delà de l’absence totale de médiatisation d’un tel résultat, ce qu’il faut bien comprendre ici est que peu importe, finalement, que le climat se réchauffe ou non : il apparaît de façon maintenant limpide que nous sommes incapables de prévoir le temps qu’il fera sur plus de quelques jours, et que le climat d’une décennie à l’autre nous échappe totalement. Les modèles sur lesquels se basent les écologistes et autres politiciens en mal d’interventionnisme économique débridé sont, de fait, parfaitement inutilisables et les employer comme ils le sont actuellement n’est qu’une forme à peine plus subtile que d’habitude de mensonge et de manipulation des foules.

En ces temps de disette économique et de difficultés pour les populations à joindre les deux bouts, l’Humanité a autre chose à faire que s’éparpiller en prédictions catastrophistes sur des éléments qu’elle ne contrôle de toute façon pas du tout. Il est maintenant urgent d’arrêter les frais, surtout si ceux-ci ne favorisent, in fine, qu’une coterie d’incapables et de corrompus.

A suivre …

En marche vers la reconquête

Monique Cochinal

Le 11 novembre 2018, nous fêterons le centenaire de l’armistice et la fin de cette première guerre mondiale tellement meurtrière, avec son nombre effrayant de soldats morts sur le front. Dans chaque famille, on déplore un père, un fils, un oncle, mort au combat. Les quelques rescapés ont pu évoquer leurs douloureux souvenirs avant de disparaître. Il est important d’honorer leur mémoire et de se souvenir. C’est notre histoire.

Notre Président, imitant le Général De Gaulle, a décidé de faire un pèlerinage sur le terrain pendant cinq jours, sans revenir à l’Elysée. Une bonne occasion de prendre la température de ces territoires lointains de Paris, qui bougent, s’agitent et se révoltent en ce moment. Pour cela, l’itinéraire a été préparé avec beaucoup de soin. On évitera les grandes villes pour s’attarder tout particulièrement dans les régions de l’est durement éprouvées pendant cette guerre. A chaque étape, c’est un dépôt de gerbes de fleurs, une allocution, un déjeuner pris avec les élus locaux, une nuit passée chez le Préfet de la région, on reste sur le terrain, comme du temps de l’ancien monde où le roi visitait ses provinces pour savoir ce qu’il s’y passait.

Il est grand temps de reconquérir ces lointaines provinces, les « oubliées » de la politique macronienne. Depuis plusieurs mois, rien ne va plus. On a beau expliquer, dialoguer, être « pédagogue », ces « gaulois récalcitrants » ne veulent pas comprendre cette politique qu’ils jugent incompréhensible, brouillonne, injuste. Ils ont l’impression qu’on se moque d’eux, que l’on sollicite toujours les mêmes, et qu’on leur raconte des histoires. Ils n’ont vraiment plus confiance, et …. Les élections européennes qui approchent à grands pas.  Alors, la troupe Macron part en guerre. La consigne : écouter, dialoguer, amadouer, et surtout convaincre, car elle seule possède la vérité. Plus de phrases assassines, plus de mouvements de colère devant eux.

Ce matin, la troupe arrive à Verdun, notre Président en tête, très digne. Il faut redorer son blason ! Au programme : déambuler dans cette ville de province, oh ! Combien célèbre, et bain de foule de quarante minutes. Il faut bien se lancer dans l’arène pour être le vainqueur. Alors, le Président va parler de tous les sujets qui fâchent : augmentation de la CSG pour les séniors, augmentation des taxes sur les carburants, baisse du pouvoir d’achat, inégalités, insécurité, violence dans les écoles, flux migratoire, aucun résultat des mesures économiques mises très vite en place, chômage en hausse, et la dernière, la plus controversée, des taxes supplémentaires sur le prix de l’essence à la pompe, dont les recettes iront au profit de cette fameuse transition écologique, pour supprimer peu à peu toutes ces voitures trop polluantes, et les remplacer par des voitures hybrides, voitures électriques, petits gabarits. Pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut mettre le paquet, mais où prendre l’argent ? l’Etat est endetté au maximum. Dans la poche des Français qui se lèvent tôt pour travailler, et dans la poche des séniors qui ne peuvent plus travailler, mais qui ont l’audace d’avoir épargner, pour être autonomes justement dans leurs vieux jours. Ne rien avoir à demander à la société.

Combien de temps encore allons-nous supporter ces injustices dans ce nouveau monde ?

L’election à la Constituante de 1917.

I have seen three documentaries  on the 1917 events in Russia. These three documentaries depict Russia as a underdevelopped country with no signs of evolution.  This seems far from the thruth –In his “Capital”, Marx mentions Russia as an evolving empire, and I was able to tell a Russian student in 1991 that one of the main leaders of the world had been “Alexander II”.  He introduced the efficient zemstvo, or local authoritiy, which were present in the Western part of the country.  These zemstvos were well kown to the local people and were the basis of the organization of the “socialists”, who won the 1917 elections to the Constituent Assembly. This victory of the anti bolchevics was a surprise to Lenin. He wrote a book on the subject against what he called, on a tone of indictement, “a bourgeois election”.

The soldiers who were still on the front voted, so did all women.

Bernard Owen

Comprendre l’actualité à travers les revoltes d’antan

De nos jours, nous constatons des mouvements de révolte, mais ceux-ci n’ont rien de nouveau. Ils se bousculent à travers l’histoire du monde et certains, plus récents, observés au travers du prisme électoral, peuvent apporter des renseignements, jusque là ignorés.

C’est pour cela que nous allons fournir un bref aperçu des évènéments politico-électoraux, qui ont secoué la Russie de février 1917 à janvier 1918.

Le « Capital » de Marx présente la Russie comme exemple d’un pays en voie d’industrialisation. Qu’en était-il de la politique ? Dès 1809, le pouvoir absolu du Tzar Alexandre I avait déjà fait l’objet de recommandations de son conseiller Spéranski pour mener à une monarchie constitutionnelle. Le système juridique n’avait rien à envier à ce qui se faisait en Occident, mais la politique avait un certain retard. Il faudra attendre Alexandre II pour les grandes réformes terriennes et celles des villes, par exemple, en 1864. Elles concernaient, dans un premier temps, les provinces de la Russie centrale et une partie de l’Ukraine, où ont été créés les « zemstovs », qui formaient des organes de direction locale. Le vote avait lieu tous les trois ans, était censitaire, tels la propriété, l’âge et l’éducation. Ces organes étaient responsables du registre, de l’éducation et de l’approvisionnement en nourriture en cas de mauvaise récolte et de l’état des routes.

Cette réforme a été étendue aux villes à partir de 1870. A Moscou, l’application d’un cens limitait l’électorat à 4 % de la population masculine, pour reprendre le mémoire d’Inga Vahramyan : « la Douma de 1905 à 1917 », pour le Certificat Administrateur d’élections – Université Panthéon Assas Paris 2, « ainsi, la Douma de 1905 n’était pas véritablement une nouveauté dans la Russie tsariste, elle était issue d’une ancienne tradition des assemblées ».

Cela n’est pas tout, car à partir de ces assemblées prendra forme un système de partis, qui apparaîtront, lors de l’assemblée constituante, à la surprise de Lenine et des bolcheviques, qui n’avaient pas organisé ces élections, et qui pensaient, qu’à partir des assemblées des soviets et de leur coup d’état, ils avaient l’opinion de leur côté. Cette élection avait lieu les 12 – 14 novembre 1917, neuf mois après la révolution ayant entraîné l’abdication du Tzar, et moins de trois semaines après le coup d’état bolchevique. Dans certaines régions, ces élections ont donné lieu à des difficultés, car elles étaient organisées par la Commission Centrale nommée par le gouvernement provisoire, alors que le pouvoir central venait d’être pris en main par les bolcheviques. L’organisation générale des élections semble avoir été bien pensée, mais le système de communication et le télégraphe n’étaient plus entretenus, et la campagne des bolcheviques contre la presse de tous bords battait son plein.

Deux études ont servi de base à Oliver Henry Radkey, l’une d’un député des socialistes révolutionnaires de 1918, Nivisviatiski, et l’autre, dans les archives de la Révolution d’octobre consulté en 1950.

Quels étaient les partis ?

Le secteur socialiste était divisé. Les Marxistes, représentés par les « Mensheviks », pensaient qu’il fallait attendre pour pouvoir transformer le pays. Les « bolcheviks » prônaient, comme Robespierre, l’insurrection. Les non marxistes : les « Narodnik » fondaient leur idéologie sur les habitudes et les traditions paysannes pour transformer le monde. Le P.S.R. – socialistes révolutionnaires s’est avéré de loin le parti le plus important, car son noyau était formé de tous les responsables locaux dans le cas des autorités villageoises, dont il a été précédemment question – une intelligentsia locale, les personnes chargées des registres, les enfants des prêtres orthodoxes, les responsables des coopératives, les instituteurs et tous les fonctionnaires élus du « zemstvo ». Ce n’était pas un parti avec une idéologie bien marquée, ce qui leur permettait d’accueillir des nationalistes de toutes régions d’Ukraine, ou autres, qu’elles soient orthodoxes ou musulmanes. Ils étaient réformistes socialistes, mais, surtout ce parti entrait dans le cadre de celui qui possède une structure d’influence électorale. Les membres du parti étaient les élus responsables de la vie municipale (zemstvo). Les administrés les avaient vus à l’oeuvre, avaient travaillé avec eux, connaissaient leurs capacités. La confiance que l’on peut avoir pour une personne est de loin supérieure aux paroles d’un homme politique, quels que soient son programme, et ses intentions. La présence de la troupe livrée à elle-même, influencée par les Bolcheviques qui voulaient terminer la guerre, montre une percée inattendue des Bolcheviques, dans certaines localités, mais inférieure au vote pour le P.S.R. Le problème se pose différemment à Moscou, sujet d’affrontements violents, où le bipartisme se joue principalement entre les Bolcheviques et les Cadets.

Le parti des démocrates constitutionnels, connu sous le nom de « Cadets » avait été un parti de grande importance dans la douma. Il réunissait des intellectuels, des professeurs d’université, des hommes d’affaires. Les « Cadets » étaient pour une monarchie constitutionnelle, au moins jusqu’à la chute de l’empereur, s’inspiraient de la Grande Bretagne et de la France et soutenaient leur alliance contre l’Allemagne et l’Autriche.

Au début du siècle, il existait des partis d’extrême droite, qui s’étaient désintégrés avec le temps. Lors des élections à la Constituante, est apparu un autre groupement non socialiste, celui des « cossaks », représentant dans les 2.000.000 de suffrages.

Les résultats en sièges

Deux listes en sièges sont disponibles : celle des archives de la révolution d’octobre 1917 consultée en 1950, et porte sur 707 représentants élus (la liste de janvier 1918, plus ancienne, comprend 703 représentants). Les Socialistes Révolutionnaires (P.S.R.) obtiennent de loin la majorité – 410 représentants. Après l’élection, 40 représentants feront défection pour créer le P.S.R. de gauche qui ne s’entendent pas avec les « Bolsheviks ».. Les « Bolcheviks » auront 175 représentants, les « Mencheviks » 16, les Socialistes populaires : 2, les « Cadets » : 17, des groupes nationaux : 86 (Kirghiz, Arméniens, Polonais, Cossaks ….).

Notre auteur donne quelques exemples de vote atypique – La province de Kursk – une région agricole où, ce qui est normal, le P.S.R. Obtient 868,743 suffrages, suivi des « Bolcheviks » avec 119,127 suffrages, le vote important pour ces derniers, s’expliquant par une garnison avec la présence de soldats revenant du front. Les « Kadets » obtiennent 47,199 suffrages et les « Menshevik » : 6,037. D’autres obtiennent en tout 17,250 suffrages.

La troupe votait sur le terrain. En réalité, la révolte militaire, qui avait emporté le Tzar, était semblable à celles qui avaient secoué les armées allemandes et françaises, mais beaucoup plus vaste, étant donné l’étendue du front russe difficilement contrôlable.

Le front de l’ouest, proche de Petrograd et Moscou, où la propagande bolchevique était puissante, a placé en tête les Bolcheviques : 653,430 suffrages contre 180,582 au P.S.R., alors que sur le front de la Roumanie les Bolcheviques ne réunissaient que 167,000 suffrages contre 679,471 au P.S.R.

Quant aux deux grandes villes : Petrograd et Moscou, les deux premiers partis sont et de loin les Bolcheviques et les « Cadets ». A Petrograd, les Bolcheviques obtiennent 424,027 suffrages contre 246,506 aux Cadets. A Moscou, les Bolcheviques ont 366,148 suffrages contre 263,859 aux Kadets (le P.S.R. N’obtenant que 62,260 suffrages).

La validité de l’élection

Une élection nationale, dont l’organisation était le fait des autorités provisoires mises en place en février 1917, mais venant d’être balayées par un coup d’état, pouvait-elle être considérée comme représentant l’expression du peuple ? Les documents contemporains font état d’intimidations, et l’on parle essentiellement des bolcheviques qui, en contrôlant le gouvernement, disposaient de la garnison militaire, sans compter les gardes rouges, près de 25 000 hommes, et les soldats en retraite, qui étaient sensibles à la fin de la guerre prônée par les bolcheviques. Mais, ceux-ci ne contrôlaient pas l’administration électorale, et devaient faire face aux instituteurs, au clergé et aux riches fermiers, ce qui pouvait mener à l’absence de certains bulletins dans un bureau de vote. En dehors des grandes villes, les deux forces antagonistes étaient le P.S.R. et les bolcheviques. L’auteur cite le journal du P.S.R. « Delo Naroda » qui, dans un article, critique le fait que les bolcheviques aient le monopole des automobiles, alors que dans un autre article, il parle des automobiles au service des Cadets.

Les rapports de toute provenance dans ce vaste pays, qu’il s’agisse des grands centres ou de la campagne, indiquent que les conditions du vote étaient satisfaisantes. Il faut souligner que les Bolcheviques, qui avaient pris le pouvoir, ont perdu l’élection.

L’on note que trois présidents de bureaux de vote ont été abattus, mais Radkex fait remarquer que, lors d’élections, il est normal que dans le seul Etat du Kentucky l’on compte autant de morts.

L’évolution du vote

Une comparaison du pourcentage des votes obtenus par les partis, lors des élections municipales de juin, septembre et pour la constituante de novembr e, est intéressante. Ceci ne peut se faire que pour les villes, et Moscou indique la plus grande différence. Les élections de juin étaient de pourvoir l’autorité centrale de la ville, et celle de septembre de pourvoir les conseils des districts de la ville. En pourcentage de suffrages, nous obtenons :

Le P.S.R.                       58 %, 14 % et  8 %
Les Bolcheviks          12 %, 51 % et 48 %
Les Kadets                 17 %, 26 % et 35 %
Les Mencheviks        12 %,   4 %  et   3 %

La technique de l’élection
Le transfert des suffrages en sièges se fait au scrutin proportionnel. Le pays est divisé en 80 circonscriptions.
La méthode utilisée est le système d’Hondt avec listes bloquées.
Le bulletin est placé dans une enveloppe.
Le suffrage est universel féminin et masculin.
Le nombre d’électeurs serait de 41 686 876 (certains chiffres ne sont pas connus).
La participation serait de l’ordre de 60 %.
Les chiffres indiquant le nombre d’élus par parti sont eux fiables et se situent à 22% de candidats bolchéviques élus sur l’ensemble du territoire.

La réaction de Lénine

L’Assemblée constituante élue au suffrage universel se rassembla du 5 au 6 janvier 1918, et fut dissoute par le gouvernement bolchevique. Lénine fut déçu par la faible performance du Parti Bolchevique, et publia un article dans la Pravda (n° 213) du 26 décembre 1917, de façon à la déconsidérer « …. la république des Soviets est une forme de démocratie supérieure à celle de la république bourgeoise habituelle avec assemblée constituante ».

« D’abord, la représentation proportionnelle ne traduit véritablement la volonté du peuple que lorsque les listes des partis correspondent réellement à la répartition effective du peuple dans les groupements politiques reflétés par ces listes ».

Lénine critique le fait que la loi électorale ne comprenne pas le droit de rappel et que les électeurs ne furent pas suffisamment informés des travaux des Bolcheviques pour obtenir la paix. Il demande une déclaration de l’Assemblée Constituante reconnaissant : « sans réserve, le pouvoir des Soviets… sans quoi la crise ouverte ne peut être dénouée …. que par les mesures révolutionnaires les plus énergiques, les plus promptes, les plus vigoureuses et les plus décidées …. ». L’assemblée constituante refusa de reconnaître le pouvoir des Soviets.

Les dirigeants des Cadets furent immédiatement arrêtés, et la presse française (l’Illustration) publia la photo de deux ministres Cadets du gouvernement libéral assassinés. Les Socialistes Révolutionnaires, qui avaient remporté l’élection, tentèrent d’assassiner Lénine. Le premier attentat manqué est en date du 1er janvier 1918. Le deuxième attentat fut mieux réussi mais non mortel, il eut lieu le 30 août 1918 par une femme : Fanny Kaplan, qui tira trois coups de pistolet blessant Lénine au bras gauche et au poumon proche de la colonne vertébrale. Craignant pour sa vie, Lénine se fit emmené au Kremlin et non à l’hôpital. Les médecins ne purent enlever la balle. Les blessures le génèrent dans ses activités. A partir de 1922, il eut plusieurs attaques et mourut le 21 janvier 1924. La tireuse qui se faisait appeler Fanny Kaplan déclara « qu’elle était en faveur de l’Assemblée Constituante ». Elle fut exécutée sans jugement le 3 septembre 1918.

Quelques jours avant, le 30 août 1918, était assassiné Moïse Uritsky, chef de la Tcheka de Petrograd. Le 5 septembre, le Conseil des Commissaires du peuple publie le décret officialisant la terreur rouge.

En Russie, et à cette époque, la force l’a emporté sur le droit du peuple à s’exprimer. Actuellement, le Moyen Orient est en émoi. Il s’agit d’une spontanéité assistée, orientée par l’un des puissants pays d’Occident. Et maintenant, que va-t-il se passer ? Allons-nous retrouver des situations à l’Irakienne ? Nous n’en avons pas le droit, et pourtant, les démarches, auxquelles on assiste en Tunisie et en Egypte, ne sont pas encourageantes.

Le mode de scrutin allemand

Nous avons déjà publié cet article en son temps. L’article est toujours pertinent.

Nous connaissons personnellement ieter Nohlen, le spécialiste allemand des questions électorales, et lui avons accordé un diplôme honoris causa, diplôme de notre université décerné solennellement au sein du Sénat auquel il a été très sensible. Ce diplôme correspondait à son travail permanent sur les élections bien que nous soyons très critiques de ses conclusions. Bernard Owen

Allemagne: que doit-on retenir en 2013 à partir des élections de 2009?

L’appréciation habituelle du système électoral allemand ne comprend que l’effet arithmétique, à savoir que le résultat en pourcentage des suffrages est sensiblement égal au pourcentage des sièges de chaque parti.

Ce point de vue ne considère nullement qu’un mode de scrutin joue sur la façon dont l’électeur et les candidats perçoivent l’enjeu électoral. Cela remet en cause ce qui est couramment écrit sur la partie majoritaire et proportionnelle de cette élection : à savoir que la partie majoritaire servirait à désigner des personnalités, alors que la partie proportionnelle serait l’élément déterminant. En réalité, il n’en est rien.

Nous constatons que les élus des 299 circonscriptions uninominales sont définitivement élus. Nous constatons que le nombre d’élus sur les listes proportionnelles n’est pas fonction des suffrages obtenus par les partis sur la partie à la proportionnelle (deuxième voix), mais est inversement proportionnel au nombre de sièges obtenus au scrutin majoritaire uninominal (première voix). Plus un parti obtiendra de sièges majoritaires, moins il aura de sièges proportionnels.

Résultat : le scrutin proportionnel ne sert qu’à réduire ou éliminer l’accentuation en sièges du parti, ou des partis qui obtiennent le plus grand nombre de sièges majoritaires.

L’électorat et les hommes politiques ont bien compris l’importance de ces deux suffrages, et leur attitude diffère quand ils considèrent la première voix uninominale par rapport à la deuxième voix proportionnelle.

Les possibilités offertes par le système électoral allemand ont été comprises par le F.D.P. (libéral), et qui les utilise au maximum. En effet, le F.D.P. est un petit parti qui remonte à l’origine de la R.F.A. et qui n’obtient pas de sièges dans les circonscriptions uninominales majoritaires. Le F.D.P. joue donc sur l’obtention du plus grand nombre de suffrages au niveau proportionnel, ce qui, en raison de la compensation, lui apportera un nombre de sièges beaucoup plus important que les deux grands partis C.D.U. – C.S.U. et S.P.D. Ceux-ci, en raison de leur grand nombre de sièges majoritaires, n’auront droit qu’à un très faible nombre de sièges proportionnels.

Par exemple, cette année 2009, le C.D.U. n’obtient que 21 sièges à la proportionnelle, alors que le F.D.P., lui, en a 93 – ceci alors que le C.D.U. obtient 27,3 % des suffrages à la proportionnelle et le F.D.P., malgré sa technique bien au point, n’en a que 14,6. Ainsi, les 11 824 794 de suffrages des listes proportionnelles de la C.D.U. – C.S.U. au niveau national représentent 21 sièges, alors que les 6 313 023 suffrages proportionnels du F.D.P. (libéral) leur accordent 93 sièges.

Pour le F.D.P. il ne s’agit donc nullement, comme il est souvent dit, que la première voix corresponde au choix de la personne, en quelque sorte, un suffrage personnalisé. Pour ce parti, la personnalité de son candidat majoritaire pourra, certes, jouer sur l’attrait pour le parti dans la région considérée, mais ira surtout se placer sur la deuxième voix, qui, elle, comptera pour le décompte final au niveau national.

Répétons donc que moins un parti gagnera des suffrages lors des premières voix (circonscriptions uninominales), plus il obtiendra de suffrages et sièges à la proportionnelle. Le principe de la compensation est donc bien compris.

L’effet des grandes coalitions gouvernementales : l’élection législative de 2009.

Les grandes coalitions gouvernementales présentent la caractéristique d’accaparer la structure d’accueil pour le vote « contre » par des formations plus petites, moins connues, et parfois extrémistes.

Les élections législatives allemandes de 2009 faisaient suite à un gouvernement de grande coalition, depuis 2005, comprenant la droite : C.D.U. – C.S.U. (qui ne s’opposent pas dans les circonscriptions majoritaires uninominales et se comportent comme un seul parti) et le S.P.D. Le Chancelier (premier Ministre) était Angela Merkel avec des ministres C.D.U. – C.S.U. et S.P.D. 

Comment un opposant au gouvernement pouvait-il voter ? Naturellement pas pour le parti d’Angela Merkel. Quant au S.P.D., parti traditionnel de gauche, une partie de ses dirigeants et de son électorat n’appréciait guère cette entente depuis 1995 avec la droite. L’on a assisté, alors, à une diminution des affiliations politiques. Lors de différentes élections régionales, l’on avait constaté la présence de candidats N.P.D. (néonazi), or, pour l’Allemagne, c’était gênant, et à l’occasion de procès, il est apparu que ce parti avait été infiltré par les renseignements généraux. En revanche, un nouveau parti « Die Linke » était un parti de la gauche tout trouvé.

C’était à l’origine le parti de la ex R.D.A. (le P.D.S.), donc communiste, qui avait déjà obtenu 3 sièges au scrutin majoritaire. La présence du S.P.D. au gouvernement et la politique réaliste, mais pas très à gauche du Chancelier Schröder avaient poussé certains dirigeants de la gauche du S.P.D., ainsi que certains syndicalistes à rejoindre le P.D.S. (communiste) pour former « Die Linke ». Ce parti a représenté une structure d’accueil pour le vote contre le gouvernement, obtenant 16 sièges directs et 60 sièges à la proportionnelle. Les autres partis, en dehors de la grande coalition, ont tous gagné en sièges. Le Parti libéral (FDP), dont il a été question, n’obtient aucun siège majoritaire, mais, grâce à une stratégie indiquant la compréhension du système électoral allemand, obtient 93 sièges à la proportionnelle (+32 par rapport aux élections précédentes).

Les Verts ont eux aussi gagné 1 siège majoritaire et 68 sièges proportionnels (+17 par rapport à l’élection précédente).

Un système électoral plus logique considéré sur la continuité de la démocratie serait un scrutin majoritaire uninominal à un tour (peut-être bi nominal, chaque électeur ayant deux voix). Le reproche qui est fait, concernant cette proposition, consiste à dire que dans des régions, telle la Bavière, la C.S.U. remporterait tous les sièges et la gauche bavaroise n’aurait aucun représentant. Or, cet argument n’est pas valable, car la disparition de la partie proportionnelle pousserait à réduire considérablement la taille des circonscriptions uninominales, et l’on sait que plus une circonscription majoritaire est petite, plus une formation, mal implantée dans la circonscription, a de chance d’obtenir un élu.

Remarques générales

Oserons-nous rappeler l’inconscience de nos idéalistes de la politique électorale, qui parlent de représenter les différents courants de pensée ? Certes, ils sont dans le vrai, quand il s’agit de publications, entretiens et discussions. La liberté de parole et d’expression est une fort belle chose, dont on ne saurait se passer, mais il en est tout autrement, lors qu’il s’agit de travaux portant sur la création d’institutions, de systèmes électoraux, sachant que l’idéologie figurant sur les affiches de nos partis est subordonnée à différentes techniques : structure d’influence électorale, structure d’accueil pour le vote contre le gouvernement, et que ces techniques, comme il en existe dans toute profession, servent à considérer une autre notion : celle de la bonne gouvernance. N’est-il pas bon, alors, de tenir compte de certains facteurs, qui apparaissent dès que l’on pénètre dans le domaine des comparaisons ? La tendance de la proportionnelle a mené à une ségrégation des forces politiques, alors que le scrutin majoritaire tend à l’intégration de différents courants au sein de grands et puissants partis.

Une autre attitude de nos législateurs et de leurs conseillers ne devrait-elle pas évaluer les conséquences de certains dysfonctionnements, qui apparaissent dans le temps, allant même jusqu’à mettre en cause la continuité de la démocratie : les gouvernements chargés des affaires courantes, l’instabilité gouvernementale ?

Ne faudrait-il pas aussi veiller à rendre l’alternance du pouvoir sans danger, allant de soi, et acceptable par tous (ou presque tous).
Le système allemand pourrait illustrer un adage que l’on retrouve dans bien d’autres exemples : « Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ? ! »

 

 

Angela Merkel et l’Europe

Monique Cochinal

On ne peut évoquer l’Union Européenne sans parler de celle qui fut, pendant treize années, un des principaux leaders politiques à la tête de l’Europe, poursuivant sans relâche cette lourde tâche, après G. Schöder dans la volonté de préservation de la paix et d’union de tous ces petits pays d’Europe, après des siècles de guerres meurtrières.

Angela Merkel, une personne souriante, accueillante, toujours égale à elle-même, les cheveux courts, digne dans ses tailleurs pantalons et vestes de différentes couleurs. Elle a su s’imposer parmi tous ces dirigeants d’Europe et du monde. Elle a accueilli et travaillé avec trois de nos Présidents, et a souvent atténué les différends des uns et des autres. Elle a rencontré également les grands chefs d’Etat de ce monde, et par son sérieux, sa bienveillance et sa simplicité, se faire appréciée de tous. En Allemagne, on l’a vite surnommée « die mutter » la maman.

Entrée très tôt au parti CDU, elle gravite vite tous les échelons et devient la première femme chancelière d’Allemagne, dans un gouvernement de grande coalition. Malgré de nombreuses difficultés, en trois mandats successifs, elle réussit à mener son pays vers la stabilité économique, avec une industrie florissante, un taux de chômage au plus bas, des exportations en expansion et une dette nationale à zéro. Malgré cet essor souvent pris en exemple, surtout dans la zone Européenne, elle ne briguera pas un quatrième mandat, en 2021 et se retirera. Je regrette beaucoup cette décision, car qui la remplacera favorablement ?

Angela Merkel, malgré ses qualités d’organisatrice, ne se sent plus suivie par la classe politique allemande et certains autres pays d’Europe. Elle devient la victime d’un système électoral particulier, absolument illogique dans sa conception, qui oblige les partis voulant mettre en place un gouvernement, à former une coalition. Par exemple, l’apparition du Parti « Die Linke » qui se veut le véritable opposant de la droite (CDU – CSU) depuis que le Parti Socialiste a été en coalition avec la droite. Le même phénomène s’est produit, dernièrement, avec l’apparition d’un nouveau parti d’extrême-droite, ce qui peut mener au morcellement des partis (Die Linke et extrême-droite).

A deux reprises, Bernard Owen, Docteur en Science Politique, a publié une critique très détaillée de ce système électoral allemand, menant immanquablement à une ingérence gouvernementale. Voir, ci-dessous, l’étude de janvier 2017.

 

En marche vers les élections européennes

 

Monique Cochinal

A l’Elysée, et dans un climat de morosité intense, on assiste, depuis quelques jours, à un changement brutal d’attitude de notre Président et de ses amis macronistes. On entend revenir souvent les mêmes phrases : «  nous avons peut-être manqué d’humilité ». « Nous avons pris conscience de la grogne de nos concitoyens ». « Nous savons que nous leur demandons beaucoup ». «Il faut attendre encore un peu pour voir les bons résultats de nos réformes, les seules valables ». « Restons unis surtout face à cette montée, et dans le monde et en Europe, de partis nationalistes, de populistes, de racistes, de fascistes ». On montre du doigt les nouveaux gouvernements anti démocratiques, en Italie, en Autriche, en Allemagne, en Hongrie. Ils sont anti-européens, donc à bannir. Ce sont de vrais slogans de campagne électorale.

Sur le plan national, il est nécessaire de reconquérir les Français, très mécontents, pour la plupart (84 % de la population estiment que le Président Macron et sa politique sont néfastes à la France). Sur le plan international, il est plus que temps de démolir les quelques leaders opposants restant dans le champ politique. A cet effet, les mises en scène théâtrales se succèdent. Pour exemple, la dernière intervention télévisée du Président Macron, il y a quelques jours, qui m’a fortement interpelée et même angoissée.

Dans une petite pièce sombre de l’Elysée, nous voyons notre Président, uniquement éclairé par le jour venant d’une étroite fenêtre, le visage livide, les traits tirés, une expression triste, les sourcils froncés. Quel brutal changement d’attitude ! Serait-il malade ? Il vient nous dépeindre un avenir apocalyptique de l’Europe de demain, si nous ne le suivons pas. Il va même jusqu’à comparer une situation européenne et mondiale semblable à celle des années terribles trente, avec crise économique mondiale en 1929, montée de l’extrême droite et du nazisme et guerre mondiale. Quelle horreur ! Que penser après ce mélodrame, tellement la mise en scène et le don de l’artiste Macron sont sublimes ? Il faut dire qu’il a eu un très bon professeur : sa femme, qui l’a initié à l’art théâtral, avant de venir à la politique !!

Je fus un peu rassurée par les commentaires de plusieurs éditorialistes politiques, qui ont démonté les éléments du « scénario Macron » les uns après les autres. Une chose est bien certaine : la campagne électorale du Président Macron et de son parti est déjà commencée, et, en rentrant de ce week-end prolongé passé dans un hôtel grand luxe où il descend toujours avec Madame à cette époque, (on s’empresse de nous spécifier « à ses frais »), il commencera une grande tournée de campagne électorale dans toutes les régions de France, entouré de sa troupe de fidèles journalistes, cameramen, pour une reconquête de tous ces « gaulois récalcitrants » en vue de la victoire des élections européennes.

Cependant, un grand doute subsiste, car aucun leader opposant valable ne se montre en face de lui, il est seul. Il est donc fort à craindre que ces prochaines élections, avec un grand nombre d’abstentions, de bulletins blancs et à cause d’un système électoral de liste proportionnel, qui favorise toujours la montée de partis extrémistes, ne soient pas favorables pour diriger l’Europe forte et puissante que nous espérions pour l’avenir.