(Excerpts from an article of the New York Times)
Iraqi Kurds Build Washington Lobbying Machine to fund War Against ISIS
By ERIC LIPTON May 6, 2016

Monique Cochinal
Continue reading the main story Share This Page
Qubad Talabani, center, the deputy prime minister of the Kurdistan Regional Government, and Karim Sinjari, the minister of the interior and acting minister of pesh merga affairs, right, met in Washington in April with Zalmay Khalilzad, a former United States ambassador to the United Nations, CreditStephen Crowley/The New York Times.

WASHINGTON – The marble-floored atrium at the office of Dentons, a prominent law and lobbying firm, is a popular venue for the capital’s elite to gather for political fund-raisers and ritzy receptions for corporate clients.

But the featured guest one recent evening was not a member of Congress or a company executive. It was Qubad Talabani, the deputy prime minister of the regional government of Kurdistan, the financially struggling region in northern Iraq that is desperately looking for ways to pay for its war effort against the Islamic State after its economy was decimated by the global drop in oil prices and a surge of refugees.

“You cannot win war bankrupt,” Mr. Talabani said in an interview. “If we are the boots on the ground against ISIS, we have to be supported to stand on our own feet.”

Washington is bloated with thousands of special pleaders, most of whom want to push or derail legislation or a regulation. But Mr. Talabani’s visit – which included meetings with officials from the White House, StateDepartment, Pentagon and on Capitol Hill – came with a decidedly different agenda : seeking money to finance a foreign war.

Mr. Talabani and the small delegation that Kurdistan has in Washington have used tactics similar to those of corporations that spend millions of dollars to grease the levers of power, retaining five firms to push its cause. They have been effective, winning over a rare combination of military hawks, conservative Republicans and a collection of liberal Democrats in Congress. More important, they secured a commitment late last month for $415 million in additional aid to support the Kurds’pesh merga militia force.

“They are willing to fight” said Representative Gerald E. Connoly, Democrat of Virginia, who is a member of the Kurdish-American Congressional Caucus, which the lobbying team helped set up in the House. “They are the only group that has had consistent battlefield success”.

Kurdish officials say they will continue to press for additional money for ammunition, armored vehicles and protective gear against chemical weapons, requests that lawmakers say they are looking for ways to accommodate.

Continue reading the main story
What is perhaps more notable is that the Kurds are succeeding even in a climate of austerity on Capitol Hill. The relative stability in Kurdistan and in its capital, Erbil, contrasted with the continuing chaos in Baghdad – highlighted by the storming last Saturday of the Iraqi Parliament building by protesters – has only enhanced the clout of the Kurds in Washington. But it is also an area of a continued threat, including to American military forces there, with one American service member killed by enemy fire near Erbil on Tuesday during a clash with the Islamic State.

“I am prepared to do whatever I can to support your noble efforts”, Representative Trent Franks, Republican of Arizona, told a gathering of Kurdish officials on Capitol Hill late last month. “We are not going to quit”.

Document : Travelogue of Kurdistan Regional Government’s Lobbying in Washington
The cash crunch in Kurdistan – so severe that the government fell behind in payments to the pesh merga forces – has complicated the lobbying effort, meaning that some of the firms have been paid less than specified in their contracts. Dentons, for instance, collected just $5,000 a month during parts of last year instead of the $20,000 a month called for in the contract.

But the lobbying pitch has, if anything, only intensified. Disclosure records filed with the Justice Department show more than 2 300 contacts with member of Congress – emails, telephone calls, meetings and other events – just in the last half of 2015, including private conversations with at least six United States senators.

The campaign, taking place at the same time as Kurdistan is planning a referendum on a proposal to establish itself as a nation independent from Iraq, has created tensions between Washington and Baghdad, Iraqi officials are engaged in their own diplomatic effort, backed by another high-priced Washington lobbying firm, the Podesta Groups.

In addition to the push for more money for their military, the Kurds and their lobbyists recently persuaded the United States to remove two of Kurdistan’s prominent political parties from a list of potential terrorist groups.

Kurdistan is not entitled to have an official embassy in Washington; its small but well-connected team instead operates out of an embassy-like townhouse a few blocks from the White House that displays flags from both Iraq and Kurdistan.

“We have to punch above our weight” said Bayan Sami Abdul Rahman, the head of the Washington-based delegation, who like Mr. Talabani was educated in Britain, and speaks with a British accent. “We have no choice”.

The Kurdish lobbying team in Washington mobilized last summer. A series of private meetings were set up with lawmakers including Senator Joe Manchin III, Democrat of West Virginia, as the lobbyists and the Kurdish delegation attempted to line up votes for a Senate proposal to provide direct military support to the Kurds, bypassing Baghdad.

The Obama administration objected to the proposal. But the measure was popular enough to win 54 votes, just a few short of the 60 it needed to move ahead, sending a clear sign that the Kurds had wide congressional support.

“’It is easy for the Kurds to make the case as more people in the United States now recognize who the Kurds are and what they are doing”, said David M. Tafuri, a former State Department official who helps lead the Dentons team lobbying for Kurdistan. “So it is easier for them to get an audience in Washington”.

Besides Dentons, the lobbying team includes Ed Rogers, a Republican and former White House aide who is a founder of the BGR Group, and Joe R. Reeder, a former under secretary of the Army during the Clinton administration who is now at the lobbying firm Greenberg Traurig.

Kurdistan, which until the drop in oil prices had seen its revenues surge in recent years as it increased exports of oil through a pipeline connecting the region to Turkey, has spent nearly $6 million on outside lobbyists and public relations firms in Washington since 2010, far more than countries like Kazakhstan and Pakistan.

The Washington-based team of Kurds, led by Ms. Abdul Rahman and an employee assigned to focus on lobbying, Remziya Suleyman, have their own personal stories of hardship. Ms. Abdul Rahman’s father and brother were killed in 2004 during a bombing in Erbil.

To bolster the effort, the Kurdistan government has sent a stream of top officials to Washington, including Mr. Talabani, as well as Sherzad O. Mamsani, who was recently named as Kurdistan’s first director of Jewish affairs in an open appeal to build support in Israel for the Kurdish effort.

Just last month, two House lawmakers – Representatives Ileana Ros-Lehtinen, Republican of Florida, and Brad Sherman, Democrat of California – both known as strong supporters of Israel, introduced their own resolution, asking the State Department to send military assistance to the Kurds.

Not to be outdone, Mr. Franks, who more typically is focused on finding ways to cut federal spending, moved to reintroduce legislation authorizing the Pentagon to deliver weapons directly to the pesh merga, bypassing Baghdad, and setting up what will most likely be another clash with the Obama administration.
“My priorities ?” Mr. Franks said. “Assisting our allies, the Kurds, in their fight against ISIS.

La société civile: Un cheval de Troie?

Bernard William Owen

Voici l’introduction de la prochaine parution en juillet chez Studyrama Vocatis d’un ouvrage intitulé : « la société civile, un cheval de Troie ? ». pour vous donner une idée de notre approche nous vous faisons parvenir la présentation et la table des matières.

A travers l’histoire, le pouvoir politique a été obtenu de façon bien différente selon l’époque et la partie du monde. De nos jours, l’on se dirige vers la démocratie, et la mondialisation pousse à la recherche de concepts universels. Nous parlons essentiellement des élections. Elles ont leurs règles, des normes qui sont issues des territoires des grands de ce monde, qui attirent par les images du bien être ou du pouvoir qu’ils diffusent autour d’eux. Mais voilà qu’en dehors des règlementations sur lesquelles nous travaillons de façon à tenir compte de tous les succès, les échecs et les solutions que l’occident pense avoir apportés, nous constatons de nouvelles façons d’obtenir le pouvoir.

Cela vaut la peine de s’y attarder, alors nous allons travailler ensemble sur cette zone de la politique qui est quasiment inconnue. Son importance est ignorée de tous car il n’en est jamais question. Il ne s’agit nullement de scandales, d’éléments occasionnels. Non, ce dont nous allons vous entretenir se nomme société civile qui se doit de ne pas rechercher le profit mais qui véhicule, de par le monde, d’énormes sommes d’argent. Il s’agira de la société civile à fonction politique qui est à même de faire vaciller les pouvoirs et de les renverser, sans posséder et de loin le savoir faire nécessaire à la reconstitution des institutions.

Les nouveautés qui apparaissent sont nombreuses. Le vocabulaire a changé, nous parlons de « société civile », d’ONG. Les organisations en faisant partie portent des noms irréprochables tels que « droits de l’homme » (Human Rights Watch), « Maison de la liberté » (Freedom House), « Société ouverte » (Open Society). La circulation de cette société civile est encouragée dans de très nombreux Etats, mais face aux sommes énormes qu’elle véhicule, certains vont jusqu’à prononcer le mot « ingérence ». Nous allons voir que ces fonds sont à la fois publics et privés. A noter que les fonds privés proviennent de personnes ou d’associations qui profitent d’avantages fiscaux considérables aux Etats-Unis. Ces avantages correspondent aux revenus de fonds spéculatifs (« hedge funds ») ou autres. L’on a même parlé de « flagship philanthropy » pour les mécènes défilant sous ces drapeaux qui prônent le bien être du monde. Les sommes attribuées ici ou là ne sont pas toujours clairement indiquées car nombreux sont les cas d’associations écrans qui brouillent les pistes.

Depuis les années soixante-dix tout a été prévu jusqu’aux détails pour nos nombreux activistes. Cette société civile, ces ONG, qui évitent le mot « politique » vont-elles se substituer à nos organisations électorales ? Ces mouvements de rue, que nous constatons lors du printemps arabe, seront-ils nos nouvelles façons de conquérir le pouvoir ? Car attention, nous les voyons agir dans le cadre de « soft dictatorships » mais ils sont aussi présents dans les nouvelles démocraties. La révolution orange préparée longtemps à l’avance n’a pas mené à des catastrophes, la vie politique est plus tard rentrée dans l’ordre mais au Kirghizistan le sang a coulé. Alors que va-t-il se passer au Moyen Orient ?

Surtout ne nous trompons pas, les événements du Moyen Orient ne sont-ils pas à l’image d’un néo-colonialisme ? Ne devraient-ils pas être réglementés ? Le New York Times du 11 février 2011 donne des détails sur les jeunes égyptiens qui ont été formés en Serbie, puis ont manifesté en Egypte le 6 février 2008. Cela forme un tout cohérent. Wikileaks nous apprend que le document 10 CAIRO 099 de janvier 2010 de l’Ambassade Américaine au Caire indique les liens entre les activistes et l’Ambassade. La « bloggeuse » Israa Abdel Fattah, cofondatrice du mouvement du 6 avril, faisait partie d’un groupe d’activistes ayant participé à un programme de formation à Washington, organisé par Freedom House. Le programme intitulé « new generation » était financé par USAID, des fonds gouvernementaux, et avait pour but de former des « réformateurs politiques et sociaux ». L’administration des Etats-Unis, Condoleeza Rice (mai 2008), Hillary Clinton (mai 2009) ont rencontré les participants de ces stages à Freedom House.

Manifester c’est bien, mais l’essentiel est de savoir où cela va mener. L’être humain craint l’anarchie. En Egypte, dans un premier temps, après le tumulte, l’armée a pris le pouvoir. Les révolutionnaires s’en plaignent. L’on peut regretter que les événements n’aient pas été progressifs. La Tunisie a essayé, mais les conjurés ne l’ont pas voulu. Il faudrait un dialogue car autrement si la mémoire institutionnelle disparaissait il faudrait tout recommencer.

Qui sont ces insurgés à qui certains pays accordent leur confiance ? Prenons les insurgés Libyens de Bengazi, qui ont assassiné le général et les deux colonels qui les commandaient. Ces derniers faisaient partie d’une puissante tribu OBEIDI dont les membres présents à Bengazi ont immédiatement manifesté contre la CNT (les insurgés). De toute façon, le Moyen Orient devient dangereux, et les ONG internationales, qui ont lancé et financé discrètement, très discrètement, les opérations, ont fragilisé le Moyen Orient.

Voyons au delà de la zone critique, une situation antérieure, qui paraissait alors sans conséquence : l’Union Européenne a demandé à la Turquie de modifier la nature de la Commission de Surveillance des militaires, mise en place par Mustapha Kemal, afin que ce puissant pays reste laïc. Avant les évènements du printemps du Moyen Orient (2011), l’on avait arrêté certains militaires, mais dans cette zone maintenant fragilisée tout l’état major, armée de terre, marine, armée de l’air, a démissionné. Gardons en mémoire que la Turquie possède, et de loin, la plus puissante armée de l’OTAN après celle des Etats-Unis.

Comment vont réagir les foules qui envahissent la rue ? Ne risque-t-on pas d’avoir des situations à l’Irakienne, où l’on découvre avec étonnement qu’installer la « liberté », sans les aménagements progressifs et les études nécessaires, entraîne le déchirement des différentes religions et mène à l’exode massif de populations vers les pays voisins.

Il existe dans la situation présente du Moyen Orient une intervention occidentale préalable et méconnue, mêlant fonds publics et privés. Leur aboutissement a varié par le passé et leur effet variera selon les cas et les conditions. De toute façon, il ne faut jamais oublier qu’il ne s’agit aucunement d’éléments spontanés mais aidés, financés et parfois orientés par l’étranger, ce qui ne leur enlève pas nécessairement de la valeur, mais dont il nous faut à tout moment tenir compte dans nos jugements. L’enfer serait-il pavé de bonnes intentions ?

Égypte : idéalisme et réalité

Bernard William Owen

Il est impossible, aujourd’hui, d’aborder la situation en Égypte la tête froide. La façon dont les évènements se sont déroulés dans le cadre d’institutions que l’on voulait juridico-politiques est ahurissante.
Certaines élections sont annulées, des assemblées dissoutes, des manœuvres surprenantes apparaissent entre la justice et certains organismes chargés de mener à la démocratie. En réalité, chacun accomplit son devoir, son attitude agressive ou passive étant dictée par les circonstances.
Nous ne souhaitons pas et sommes incapables de mener à bien des considérations générales sur les institutions telles qu’elles auraient pu se présenter dans la situation révolutionnaire de l’Égypte. En revanche, il est possible de porter en avant deux éléments de techniques électorales de la plus grande importance, dont on n’a pas tenu compte.
1) L’existence de la Confrérie des Frères Musulmans
La première notion méconnue ou totalement mise de côté, s’intitule « structure d’influence électorale ». Celle-ci agit dans le cadre de tout système électoral, mais surtout dans le cas de scrutin de liste proportionnel. Développons rapidement la nature de cette « structure » : tout parti qui repose sur une organisation avec de nombreuses ramifications sociales bien intégrées au sein d’une population jouit d’un avantage considérable ou déterminant. Il peut s’agir d’un mouvement religieux, d’un syndicat. Ces structures peuvent soit contrôler un parti ou être sous l’obédience d’un parti.
Sous l’ancien régime, les Frères Musulmans étaient tolérés en tant qu’entité religieuse et avaient compensé leur mise à l’écart de la politique par une action sociale bien organisée, allant des supermarchés au système bancaire. Les banques réservaient une part de leurs bénéfices à la charité.
Adopter une loi électorale dont les deux tiers des membres du parlement étaient élus au scrutin de liste proportionnel ne pouvait qu’avantager considérablement non seulement les Frères Musulmans mais aussi les autres formations religieuses islamiques : salafistes, Al-Wasat, le Parti Islamiste du Travail. L’ensemble des partis islamistes obtient 69 % des suffrages et 69,7 % des sièges de la première Chambre, l’Assemblée du Peuple.
Un autre élément qui jouait contre les réseaux de l’ancien parti (le N.P.D) maintenant dissout était que la limitation du nombre de circonscrip-tions majoritaires binominales agrandissait considérablement la taille de ces circonscrip-tions, tendant vers une opposition anarchique aux partis islamistes, qui représentaient 30 % des suffrages et 24 % des sièges (le Parti Libéral Wafd 9,2 % des suffrages, le Bloc égyptien 8,9 % des suffrages…)
2) Recherche d’un certain équilibre entre les deux principales forces politiques
Quel que soit le système électoral adopté, il était difficile de vaincre les partis islamistes bien intégrés sur une large partie du territoire. En revanche, un scrutin majoritaire binominal à un tour ainsi que la non-dissolution du N.P.D. (avril 2011) auraient apporté un certain équilibre entre les islamistes, ainsi que les chrétiens, et les laïcs anciens et nouveaux.
Certes, les mouvements de rue étaient contre, mais les personnes qui prônent la liberté et la démocratie ignorent que cette démocratie a besoin de certaines règles, et que l’idéalisme ne doit pas empiéter sur ces règles. Dans un premier temps, il ne s’agit pas que les Chambres et les commissions représentent la diversité égyptienne, ainsi qu’il a été dit. Dans un deuxième temps, il est souhaitable que les partis représentent la synthèse de cette diversité, et le scrutin majoritaire est la meilleure façon de l’atteindre.
L’une des élections (au scrutin majoritaire) a représenté un certain équilibre entre les deux grandes tendances. Il s’agit des deux tours de l’élection présidentielle, qui a représenté une forte participation pour l’Égypte : 52 % (presque autant que celle pour l’Assemblée du Peuple).
13 candidats se présentent au premier tour :
6 candidats dépassent 1 % des suffrages :
• Muhammad SALIM 1,01 %
• Amr MOUSSA (ancien ministre) 11,1 %
(ancien secrétaire général de la Ligue Arabe)
• Abd ALMUM (soutenu par parti Nür et Wasat 17,5 %
• Hamdin SABAHI (Nasserien) 20,7 %
• Ahmed CHAFIQ (ancien ministre et général) 23,7 %
• Mohammed MORSI (Frères Musulmans) 24,8 %
Les deux premiers candidats sont présents au deuxième tour :
• MORSI 51, 7 % Frères Musulmans.
• CHAFIQ 48,3 % ancien ministre et général.
L’élection présidentielle s’est déroulée les 23 et 24 mai 2012. Le résultat du deuxième tour est annoncé le 18 juin 2012, alors que cette élection présidentielle s’est déroulée en pleine bataille juridique, politique, dissolution, et quasi vide juridique.
Il ne faut condamner ni les uns ni les autres victimes de la légèreté ou de l’incompétence de conseillers improvisés. Encore aurait-il fallu que ces institutions soient adaptées à ce grand pays et qu’elles ne se limitent pas à déplacer l’arène des confrontations.
(Informations obtenues à partir de : EMA n°10 (2013) ; « Les élections de la révolution (2011-2012) dans la rubrique Egypte/monde arabe et auteur Clement Steuer)

La politique étrangère des Etats-Unis : les apparences et la réalité.


Une amie m’a transmis un numéro assez récent de la revue « Diplomatie ». La revue développait un événement auquel j’ai participé et le récit était éloigné de la vérité. Pour continuer sur la lancée, le Washington Post a écrit il y a deux ans un article sur un événement ancien de la plus grande importance pour l’Europe jusqu’à alors ignoré de tous. Est-ce possible ?
Saviez-vous que l’armée française avait demandé l’aide à une force américaine virtuelle au Laos pour renforcer sa position autour d’Hanoi puis d’approvisionner la cuvette de Dien Bien Phu sur le point d’être engloutie. Les avions ont été livrés repeint avec la cocarde tricolore française avec des pilotes de l’armée de l’air américaine mais qualifiés de « volontaires » ce qui sera le cas de l’ensemble du personnel américain engagé au Laos. Le saviez-vous ? En fait, il ne s’agit que d’un épisode remarquable du rôle de la CIA basée au Laos de 1950 à 1970. Au départ les Etats-Unis ne voulait en aucun cas s’engager dans une guerre dans cette région. Une ethnie minoritaire, les Hmong, avaient été formés au combat par les Français. Ils étaient prêts à se battre contre le Pathet Laos, communiste. Il s’agissait donc pour les américains de parfaire leur formation, puis d’apporter le soutien nécessaire mais sans intervention de l’armée.

La CIA s’est donc substituée à l’armée de façon surprenante et pour en savoir plus nous nous sommes dirigés vers les documents de la CIA qui traitent de cette époque. Il fallait agir de la sorte car de nombreuses publications et un film affabulent sur cet épisode de l’histoire mêlant drogue, CIA et négligeant l’essentiel.

Il fallait au départ posséder un soutien aérien, construire des pistes d’atterrissage, des services d’entretiens. La CIA a donc créé une ligne aérienne « American Air » à partir d’une ligne déjà existante. Il fallait camoufler le coté militaire derrière une façade humanitaire, transport alimentaire, des médicaments. L’appartenance d’American Air n’était pas connue. Notons qu’en 1970 cette ligne aérienne possédait 24 bimoteurs, 24 avions à décollage rapide STOL et une trentaine d’hélicoptères.

Quant aux divers événements marquants de cette époque, l’on trouve différentes conférences déclarent le Laos comme Etat indépendant : La conférence de Genève de 1954 qui divise le Vietnam le long du 17ème parallèle sous la présidence d’Eisenhower ; conférence de Vienne de juin 1961, Kennedy – Kruschev soutiennent la neutralité et l’indépendance du Laos. Le 23 juillet 1962 à Genève me Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères Harriman prend à cœur cette dernière déclaration de neutralité et 666 conseillers « militaires » des Etats-Unis financés par la CIA quittent le Laos. Deux agents de la CIA restent ainsi que quelques avions pour apporter de la nourriture aux Hmongs.

Ces deux agents détectent la présence de 7.000 vietnamiens et en 1963 2.000 Hmongs sont armés pour servir en tant que guerrillas. Une attaque a grande échelle a lieu en mars 1964 et les nord vietnamiens et le Pathet Laos s’emparent de points stratégiques et le gouvernement de coalition du Laos s’effondre.

Le peuple américain fut informé de cette guerre « sécrète » en 1969 – 1976. Le New York Times en parle ainsi que la presse en général. Le Congrès en est bien informé et certains de ses membres se rendèrent au Laos et l’un aurait déclaré « que c’était bien plus efficace et moins couteaux de se battre de cette façon que d’envoyer des troupes américaines. »

A partir de là l’on assiste à des gains et des pertes. Le Vietcong renforce sa présence avec des armes modernes soviétiques. La CIA paya des troupes thaïlandaises moins bien équipées. A partir de 1971 la situation devient dramatique et en avril 1972 la CIA décide qu’aussitôt la guerre terminée Air America serait vendue. Elle le sera en juin 1974. Air-America avait perdu au Laos 10 personnel naviguant.

Le texte de la CIA termine en soulignant les exploits d’Air-America qui représentent un chapitre unique dans l’histoire du transport aérien et que cela valait mieux que des textes et un film de médiocres qualités.

Nous ne sommes plus dans les années 1950-70 et depuis 1990 nous assistons ou devrions payer beaucoup plus d’attention à des ingérences légales de l’Occident chez les nouveaux venus parmi nous. Nous avons déjà abordé cette question dans « un cheval de Troie dans les pays arabes » mais cette fois nous allons essayer de nous retrouver dans ce labyrinthe de fonds privés, fonds publics qui traversent quotidiennement les frontières. Nous ferons ici état des recherches d’Olivier Guilmain.

Il faut indiscutablement revoir la législation internationale qui accorde des avantages exorbitants à ces transferts d’énormes sommes d’argent dont il n’est pas facile de cerner les origines (la STE 124 du Conseil de l’Europe et de l’accord de Copenhague de 1990 de l’OSCE). En 2011 les Etats-Unis devraient mettre fin à l’Endowment for Democracy qui représente des sommes considérables détachées du budget annuel de l’Etat et distribuées à des ONG qui travaillent soit avec des fonds privés ou de l’argent réellement publique USAID. D’autre part les Etats-Unis accordent des avantages fiscaux très importants aux véritables ONG – catégorie fiscale 501 C3 – cela leur permet toute activité sauf celle dite « lobbying » ce qui est facilement contournable en faisant part de son opinion à tel ou tel sénateur bienveillant (http://www.hurwitassociates.com, Hurwit & Associates se définit comme étant un Conseil juridique pour la philanthropie et les ONG – « Legal Counsel for Philanthropy and the non-profit sector)

Olivier Guilmain évoque une polémique apparue à Moscou en 2007 au sujet d’un texte de loi règlementant les ONG. Le premier projet adopté par les deux chambres est ratifié le 10 janvier 2007. Cette loi était destinée à réagir contre les millions de dollars versés de l’étranger aux ONG en Russie. Une première version du texte a été assouplie après une campagne d’une rare intensité menée par les ONG et le gouvernement américain. La secrétaire d’état de l’époque, Condoleeza Rice, fit pression sur le Président Poutine, exprimant sa préoccupation pour la démocratie. La loi figurait même à l’ordre du jour du sommet du G8 de 2007.

A quoi servent ces sommes considérables si ce n’est pas de l’ingérence. Par exemple en 2008 $34.000 dollars sont versées à la Géorgie pour créer un mouvement pour accéder à l’OTAN. $600.000 pour inciter les jeunes à former et accéder aux ONG. $1.000.000 concernant les prochaines élections municipales. Il s’agissait de pouvoir réagir contre les manifestations anti Saakashvili (à noter que la France a fourni les uniformes anti-émeutes). Wikileaks nous apprend beaucoup sur les échanges entre les ambassades américaines du Moyen Orient et le Département d’Etat concernant leur collaboration avec les ONG de jeunes à qui l’on a offert des voyages en Serbie et Freedom House. Ceci faisait partie de la bible Sharpienne de non violence dont il a déjà été question.

Tout cette argent réuni est dépensé par diverses personnes qui n’ont pas pris conscience qu’une révolution laisse des séquelles qui peuvent mener à des catastrophes. La Fédération de Russie vient de proposer une résolution mettant en cause la Ligue Arabe et les deux forces combattantes en Syrie. Hillary Clinton a immédiatement réagi en souhaitant que seuls les autorités soient mises en cause. Naturellement, les Etats-Unis ont fomenté les mouvements du Moyen Orient. Les Etats-Unis seraient même allés plus loin en Libye sans la sagesse du Président Obama et Robert Gates qui déclarèrent que deux guerres cela suffisait. Les Etats-Unis ont quand même fourni une certaine aide technologique sans laquelle les Britanniques ni les Français n’auraient pu mener à bien leur « no flight zone ».

Le Washington Post a publié le 1 juin 2011 une brève conversation avec Tom Melia le titre étant « He promotes democracy in the most unlikely places ». J’ai bien connu Tom ayant travaillé avec lui dans 4 pays pour le compte de NDI. Il est ensuite passé à Freedom House et se trouve actuellement en tant qu’assistant Secrétaire Adjoint au Bureau de la Démocratie, Droits de l’Homme et du Travail du Département d’Etat. J’ai beaucoup d’estime pour lui et il m’a appris bien de choses au début des années 1990 mais j’aimerais le revoir afin de l’interroger pour savoir si tout ces bouleversements ne traumatisent pas la région tout comme l’on a vu en Orient (voir la thèse de Christel Thibaut où elle mentionne le déplacement de 2 millions de paysans cambodgiens entre 1960 et 1975) et en Syrie, de nos jours, 1 million d’Irakiens ne s’y sont ils pas réfugiés ?

L’Irak s’avère aujourd’hui une catastrophe sociale et humanitaire. Le mot démocratie a-t-il encore une signification ? Que va devenir le Moyen Orient déstabilisé ?

Nous ne sommes plus en 1990 ou même avant. L’Occident ne devrait-il pas s’occuper de ses propres lacunes, régler ses institutions de façon à ne pas inonder le monde de crises
politiques et financières. Il s’agirait alors pour l’Occident de s’interroger sur lui-même avant d’aller semer la bonne parole sur la terre entière ? Qui a dit que ces sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire ?

Euro : les institutions sont toujours la cinquième roue du carrosse

Maria Rodriguez-McKey

Les institutions politiques et économiques efficaces sont essentielles pour le bon fonctionnement d’un pays et encore plus d’un continent si divisé en tellement de nations culturellement différentes. Il faut que les institutions politiques créent des systèmes de partis forts et que les institutions économiques, et les règles du jeu, soient flexibles.
L’un des critères de Copenhague (qui servent à l’accession à l’UE) demande que le pays ait « une économie de marché viable ainsi que la capacité de faire face à la pression concurrentielle et aux forces du marché à l’intérieur de l’Union. » Maastricht indique quatre seuils de convergence économique : l’inflation ne peut dépasser de plus de 1,5% le taux d’inflation moyen des trois Etats membres les plus performants ; les taux de change doivent être relativement stables avant l’adhésion à l’euro ; le taux d’intérêt nominal doit converger vers celui des trois pays où l’inflation est à son plus bas (il ne doit pas dépasser de plus de 2 points le taux des Etats membres les plus performants) ; et le déficit national doit représenter moins de 3% du PIB et la dette publique, 60% du PIB (Marion Grobel, « Règles financières pour le contrôle du gouvernement (BP358f) » novembre 1993.http://publications.gc.ca/Collection-R/LoPBdP/BP/bp358-f.htm) Ne semblerait-il pas que cela mène à une concurrence entre les pays faibles et les pays forts sans l’effet stabilisateur d’institutions fédérales ?
Le dernier traité européen fut celui de 2005. Il a donné plus de pouvoirs au Parlement européen et créé le poste de Ministre européen des Affaires Etrangères. Avant le référendum malheureux pour l’adoption de ce traité, le Président Chirac a participé à un entretien avec des jeunes ayant pour but de les convaincre de voter « oui » au traité. Parmi les questions posées par les jeunes se trouvait « s’il y avait eu un ministre des affaires étrangères européen à l’époque où la France s’est opposée à la guerre d’Irak aurait-elle pu le faire ? », ce à quoi Chirac a répondu « oui » la France aurait pu s’y opposer. Le Président Sarkozy et le Premier Ministre Cameron ont fait la guerre de Libye sans même l’opinion du Ministre des Affaires Etrangères Européen. Est-elle vraiment utile ? Il n’est pas inutile de se poser la question car n’aurait-t-il pas été plus utile de créer des institutions pour l’Euro ? N’oublions pas que la guerre de Libye a coûté cher (plus de 300 millions d’Euros), encore plus cher en temps de crise.
Une crise financière et économique venue des Etats-Unis est arrivée en Europe mais sous une autre forme : une crise de la gouvernance. Déjà en 1929 la crise de Wall Street avait eu un effet économique dévastateur dans l’Allemagne de Weimar mais qui s’est transformée entre 1930 et 1932 en une crise des institutions. Le gouvernement était très minoritaire et le Président de la République entérinait ses décisions par décrets présidentiels. Les institutions étaient déficientes et pour les élections de 1930 et 1932 les seules structures d’accueil pour le vote contre cette république incapable de s’assumer étaient les communistes et les nazis. L’on connait la suite : 50 millions de morts. Face à la crise, les Etats-Unis étaient à l’abri des catastrophes. Le parti dans l’opposition était suffisamment fort et organisé pour porter au pouvoir Franklin Roosevelt et son parti.
Mais revenons au présent. Il s’agit naturellement de l’Euro mais envisageons les institutions, ces institutions qu’on essaye de créer aujourd’hui en plein drame. Dans ce contexte on parle de nouvelles institutions, on a même parlé des Etats-Unis d’Europe. Sans oser penser que le fédéralisme américain soit un modèle, l’on pourrait peut-être s’attarder un moment pour dégager quelques éléments qui sont essentiels à la gouvernance d’une zone aussi complexe de tout point de vue que l’Europe.
Voyons le problème de la dette aux Etats-Unis. Les Etats-Unis empruntent à un faible taux en dépit de la taille de sa dette (100% du PIB). Le fait que le dollar est toujours la monnaie de réserve aide. 75% de la dette américaine est détenue par des américains, tels que le Social Security Trust Fund (19%), la Reserve Fédérale (11.3%), des Money Market Funds (2.4%) et des étrangers (la Chine a 8%, mais il y d’autres pays tels que le Japon, la Grande Bretagne ou l’Allemagne) etc. (http://wealthson.com) La différence essentielle entre la zone Euro et les Etats-Unis est qu’il y a une gouvernance économique et financière chez le deuxième et pas chez la première.
En ce qui concerne la France, la dette, par exemple, représente 86% du PIB. Puisqu’elle n’a pas eu un budget en l’équilibre depuis 1974, elle n’a pas pu dégager des marges pour rembourser cette dette. Plus d’un tiers de la dette est détenue par l’épargnant français et 66% par des étrangers, soit des banques centrales, des assureurs, des fonds de pension et même des « hedge funds » ou fonds spéculatifs, des grands investisseurs venus de d’Asie, des Etats-Unis ou du Nord de l’Europe.
A défaut d’institutions pour gérer la crise de l’Euro il y a bien sûr le « moteur franco-allemand ». En aurait-on besoin s’il existait des institutions peu nombreuses mais efficaces ? Car en période de crise, et pire dans l’absence de pouvoir, le rôle des marchés et des agences de notation devient plus visible et la pression est accentuée. Les marchés réagissent d’abord et les agences prennent note et se prononcent. Et selon le Wall Street Journal du 28 novembre 2011, “ En décidant la dégradation de la note d’un pays les agences de notation prennent de plus en plus en considération la gouvernance. » (WSJ, 28 novembre 2011) Un exemple de ceci est la dernière note de Fitch, qui tout en s’engageant dans une perspective négative pour la France, l’agence de notation estime que le triple A est basé, entre autres, sur «…des institutions politiques, civiles et sociales efficaces… » (). Le 26 novembre 2011 Standard & Poor dégrade la note belge en citant « une économie au ralentit et une instabilité politique prolongée. » (WSJ, http://online.wsj.com) Le lendemain de cette dégradation, les partis politiques belges qui essayaient de former un gouvernement depuis leurs dernières élections en juin 2010, y sont arrivés. La deuxième dégradation, le 17 décembre, c’était le tour de Moody, qui reconnaît que « les discussions récentes des 8 partis politiques ont finalement réussi à trouver une solution après une longue impasse politique. Avec le nouveau gouvernement, le pays sera en meilleure position pour avoir une politique fiscale durable et faire des réformes structurelles. » (http://www.zeroedge.com/news/moodys-takes-sps-place-downgrades-belgium-two-notches-aa3)
Le Wall Street Journal (WSJ) a parfois été critiqué en France à cause de sa position pessimiste concernant l’Euro. En fait, le WSJ estime que la crise de l’Euro « n’a jamais été que partiellement une crise de la durabilité de la dette souveraine de la Grèce, Irlande, Portugal, Italie et Espagne. Il est bien plus important de noter que cela a toujours été une crise politique, une crise institutionnelle, une crise de gouvernance” (“Debt Crisis is Symptom of Wider Failings”, Simon Nixon, WSJ…). De surcroît, à travers plusieurs articles comme celui de Matthew Dalton, « Italy’s Debt Woes, 30 Years in Making », du 18 novembre 2011 et celui de Thomas Catan, « Myth and Reality about the Euro Crisis », du 8 décembre, 2011 le WSJ estime que l’Euro a poussé certains pays à des politiques qu’ils n’auraient pas faites dans d’autres circonstances (surtout à cause du taux unique). Il ne faut pas oublier qu’en 2007 l’Espagne avait une dette de 36% du PIB, en 2010 de 61% du PIB et en 2011 69% du PIB. A travers ces articles, et d’autres, le WSJ semble dire qu’il y a des faiblesses dans la conception même de la monnaie unique.
Mais il n’y pas que le Wall Street Journal. Dans Les Echos Olivier Blanchard, économiste en chef du Fonds monétaire international, parle d’investisseurs « schizophrènes » et « demi-solutions » et il pense que la raison pour cela se trouve dans « …ces réunions et ces plans » qui « ont révélé les limites de la politique, généralement à cause des désaccords entre pays.. » (http://www.lesechos.fr, 21 décembre 2011, « Zone euro : investisseurs « schizophrènes et demi-solutions Blanchard, FMI. ») Une semaine avant cet entretien Moritz Krämer responsable des notes souveraines pour l’Europe de Standard & Poor disait à Catherine Chatignoux des Echos que « la crise qui affectait quelques Etats périphériques est devenue une crise de gestion » de la zone euro. Mme Chatignoux termine son article par un paragraphe qui commence par une phrase qui confirme ce que dit le Wall Street Journal « (http://www.lesechos.fr) « Si les responsables de l’agence se défendent de donner plus d’importance que par le passé aux facteurs politiques… »
Des idées ne manquent pas sur ce que l’Europe, ou plutôt la France et l’Allemagne, devraient faire pour l’euro. Par exemple, dans un entretien du journal Le Figaro du 21 novembre 2011, l’ancien premier ministre Edouard Balladur répond à la question portant sur la bonne stratégie européenne « pour conjurer durablement ces attaques sur l’euro » par « …j’ai proposé que les budgets de ses Etats membres ne puissent être soumis aux Parlements nationaux qu’après avoir reçu le feu vert de 17 statuant à la majorité. » La solution qu’il prône n’ouvrirait-elle pas la porte aux petites ententes politiciennes ? Quels seraient les moyens qui empêcheraient deux pays de faire ce que l’Allemagne et la France ont déjà fait pour éviter les pénalités ? Après avoir dépassé le 3% de déficit les deux pays se sont entendus dans le but d’éviter que Bruxelles leur impose ces pénalités. Encore plus important, qui analyserait les budgets ? sans oublier que la Grèce a berné les institutions existantes. Quant on crée des institutions il faut rester pratique, garder les pieds sur terre et oublier l’idéalisme.
Mais en tout état de cause, à défaut d’institutions, il faut les créer. En mettant en place ces nouvelles institutions allons-nous vers une Europe fédérale ? Qu’en est-il du fédéralisme aux EUA ?
Il existe certaines similitudes qu’il serait utile de ne pas négliger. Commençons donc par ne pas oublier qu’aux Etats-Unis les Etats ont précédé la Constitution fédérale. Le pouvoir fédéral s’est formé au fur et à mesure du temps et des événements historiques. En plus de la constitution fédérale, chaque Etat possède sa propre constitution qui doit contenir au minimum les droits civiques des dix premiers amendements, quitte à en donner plus. Une condition pour devenir un Etat est d’être une république, même si la forme n’est pas prescrite, les Etats ont copié le modèle fédéral d’un exécutif (gouverneur), d’une législature et d’un système de tribunaux.
Quelques éléments de la Constitution fédérale : « Supremacy clause » : article VI, paragraphe 2 de la Constitution. « Etablit que la constitution fédérale, et en général les lois fédérales, sont supérieures aux lois des Etats et même des constitutions des Etats. (http://law.cornell.edu, Legal Information Institute) Puis nous trouvons les pouvoirs délégués aux Etats par le dixième amendement de la Constitution : “Les pouvoirs que la Constitution ne délègue pas aux Etats-Unis, ou ne sont pas prohibés par elle aux Etats, sont réservés aux Etats ou au peuple respectivement. » Le respect des jugements entre tribunaux des différents Etats est garanti par l’article « Pleine foi et crédit » de la Constitution fédérale.(http://www.law.cornell.edu/wex/full_faith_and_credit)
Finalement, c’est l’interprétation élargie de la Clause du « Commerce » qui fait que les pouvoirs du gouvernement fédéral ont été élargis considérablement. La “Commerce Clause” c’est article 1, section 8, clause 3 de la Constitution fédérale qui donne le pouvoir au Congrès de « régler le commerce avec les pays étrangers, et entre les Etats, et avec les tribus indiennes. » La Clause du Commerce a été perçue historiquement comme un octroi d’autorité au Congrès en même temps qu’une restriction des pouvoirs des Etats pour réguler ce qui a mené à des controverses significatives continuelles concernant l’équilibre du pouvoir entre le gouvernement fédéral et les Etats. Le mot clé du texte est l’interprétation donnée à “commerce”, interprétation qui a varié au fil du temps et c’est avec le « New Deal » que ce mot a été interprété de façon très libérale et les pouvoirs du gouvernement fédéral ont été élargis dans des domaines qui n’auraient pas été considérés comme « commerce » dans la définition classique du terme. (Cornell University Law School, ).
On parle commerce donc on pense dollar mais depuis qu’en est-il une monnaie nationale ? Pas dès le début car la première colonie à battre la monnaie a été Massachusetts Bay en 1690. D’autres ont suivi. Mais la première fois qu’on a essayé d’imprimer de l’argent national a été pendant la guerre d’indépendance, lorsque le Congrès Continental a émis de la monnaie (appelée « continentals »). Ils étaient garantis par les futurs impôts et ont financé la guerre contre la Grand Bretagne.
Un petit article dans Alternatives Economiques (« Hamilton contre Jefferson, ou combien il est difficile de créer une union économique et monétaire », Alternatives Economiques n° 293 – juillet 2010) nous donne la réponse sur la question du dollar : il n’est devenu la monnaie officielle des Etats-Unis qu’en 1863 et « la seule en circulation sur tout le territoire… » Et ce fut seulement en 1913 que les Etats-Unis se dotèrent d’une banque centrale.
Mais avant la création de la Réserve Fédérale, il y avait déjà eu des ébauches de banque centrale. La première a été fondée en 1791 et bien qu’elle ait eu un statut privé elle était chargée d’émettre la nouvelle monnaie et de la régulation du crédit. Elle a été remplacée par la Seconde Banque des Etats-Unis en 1816 après la deuxième guerre avec la Grande Bretagne et son rôle a surtout été de mettre fin à l’inflation galopante d’après guerre. Elle est dissoute en 1830 par le président Andrew Jackson qui est hostile aux banquiers car il estime qu’ils ne sont pas responsables devant le peuple.
L’article raconte un moment de l’histoire entre ces deux hommes qui fait penser que le monde ne change pas : Alexander Hamilton, qui était secrétaire au trésor (ministre des finances), voulait consolider au niveau fédéral la dette contractée par les Etats au cours de la guerre d’indépendance, afin de pouvoir plus facilement négocier des crédits auprès des financiers internationaux. Jefferson est réticent, mais finit par céder. Et l’histoire se répète, car Jefferson écrit en 1819, concernant la Première Banque (celle de 1791), que les banques transformèrent «nos citoyens, leurs propriétés et leur travail, en victimes passives des tours de passe-passe frauduleux des banquiers et des charlatans. »
Et le rôle de la Réserve Fédérale ? (http://www.federalreserve.gov/) Elle est indépendante du point de vue financier car elle ne reçoit pas d’argent ni du gouvernement ni du congrès. Elle se finance par des « intérêts des emprunts publics auxquels elle souscrit sur les marchés, les commissions perçues pour les prestations aux banques de dépôts et les intérêts sur les changes de monnaies étrangères. » Le bureau des gouverneurs est l’organe dirigeant de la Réserve Fédérale et il compte sept membres nommés par le président des Etats-Unis et confirmés par le Sénat. La Réserve Fédérale est détenue par douze banques fédérales régionales et les parts détenues par ces 12 banques ne sont ni échangeables ni vendables, et ne peuvent être mises en gage pour dégager des fonds. Ces parts rapportent un coupon fixe de 6% annuel. L’excédent de capital généré par les activités de la Fed peut être cédé au budget fédéral, mais en aucun cas aux banques régionales actionnaires.
Et la Banque Centrale Européenne ? Elle a son propre budget, indépendant de celui de l’Union Européenne. Son capital est souscrit et libéré par la BCN (banque centrale nationale) de la zone euro. Les 17 pays possèdent des parts de la banque, à commencer par l’Allemagne, suivie par la France, l’Italie, l’Espagne, les Pays Bas et la Belgique. Il est interdit à l’Euro système d’accorder des prêts aux organes de l’UE ou à toute entité nationale du secteur public…Les missions fondamentales de la banque concernent surtout la politique monétaire, les opérations de change, et la détention des réserves officielles de change des pays de la zone euro. Mais son objectif principal est « de maintenir la stabilité des prix. » (http://www.ecb.int/ecb/orga/independence/html/index.fr.html)
Tyler Cowen, professeur d’économie de la George Mason University, écrit un article dans le New York Times intitulé « La Fed peut-elle servir de bouclier contre l’Europe ? » qui n’est pas sans intérêt. Il n’est pas optimiste mais son argumentation paraît bien fondée. « Ne pensons pas que la fin de la crise économique se termine après que la première vague soit passée. C’est ainsi qu’on a réagi en 1931. L’on croyait que l’on était à la phase de récupération. C’est alors qu’une deuxième vague de crise s’est emparée de l’Europe pour s’étendre ensuite aux Etats-Unis. Deuxièmement : Quelques soient les lois qui sont décidées, rien ne remplace l’efficacité de bonnes banques centrales pour la régulation financière. Or, la zone euro comporte trop de responsabilités sur les gouvernements nationaux et trop peu sur sa banque centrale. Troisièmement : Ne faudrait-il pas tenir compte de ce que nous ne savons pas, en cela soulignons l’importance de posséder une réserve disponible de liquidités sûres plutôt que de nous obséder par la micro régulation de telles ou telles banques. Nous n’avons toujours pas appris cette dernière leçon. Mais, qui sait, nous arriverons peut-être à nous en sortir de justesse grâce à la prudence de notre banque centrale. »
La Constitution fédérale a évolué (« a living Constitution ») grâce à l’interprétation des tribunaux et de la cour suprême. Mais cela n’aurait pas garanti la stabilité politique des Etats-Unis. La cohérence institutionnelle des Etats-Unis à tous les niveaux : au congrès, législatures des états, et en dessous ; l’existence à tous les niveaux administratifs d’un système de partis stable depuis très longtemps grâce au scrutin majoritaire à un tour. Ils n’ont pas peur de voir apparaître un troisième parti populiste, extrémiste comme en Europe continentale. On a beaucoup parlé des Tea Party l’année dernière. Néanmoins, ils ne sont pas un troisième parti mais les associations partout en Amérique qui ont soutenu les candidats les plus conservateurs pendant les primaires Républicaines de 2010. Du côté gauche si par malheur ces libéraux (l’extrême gauche américaine) qui ne sont pas contents d’Obama se séparent du Parti Démocrate, ils perdraient dans une élection tenue au scrutin majoritaire à un tour. Contrairement à un scrutin proportionnel, toutes les nuances de la droite (Républicains) et de la gauche (Démocrates) se tiennent les coudes et arrivent à un compromis.
En 2010, le président Obama a mis en place une commission intitulée pour « la Responsabilité Fiscale et la Réforme ». Au mois de décembre 2010, les deux présidents de la commission présentent un plan mais qui n’est accepté que par 11 des 18 membres, cela n’étant pas suffisant car il fallait une majorité qualifiée de 14. Plus d’une année après ils n’ont pu se mettre d’accord pour réduire la dette. Néanmoins, ce qui était prévu en cas d’échec, des coupes automatiques auront lieu dès 2013. Et s’il y a opposition aux coupes, le veto présidentiel pourra l’installer.
Une différence de poids entre l’Union Européenne et les Etats-Unis découle de ce que ceux-ci lèvent des impôts au niveau fédéral, des Etats et des communes. La TVA, qui n’existe pas au niveau fédéral, varie beaucoup, de 0% à 16% (peut aussi varier dans une même juridiction). Le pouvoir d’imposition des gouvernements des Etats américains est beaucoup plus restreint que celui du gouvernement fédéral (Marion Grobel, « Règles financières pour le contrôle du gouvernement (BP358f) » novembre 1993.http://publications.gc.ca/Collection-R/LoPBdP/BP/bp358-f.htm).Et le travail ? Traditionnellement, et jusqu’à nos jours dans la plupart des Etats, le « at-will-employment » gouverne les rapports entre employeur et employé. “At-will-employment” veut dire qu’un contrat de travail peut être terminé par l’employeur ou l’employé à n’importe quel moment pour n’importe quelle raison. La seule raison pour ne pas licencier quelqu’un c’est pour des raisons illégales (discrimination, appartenance à un syndicat).
Au niveau fédéral le salaire minimum est régi par le Fair Labor Standards Act (FLSA) et plus tard il y a eu le Fair Minimum Wage Act de 2007, qui inclut des augmentations par étapes au salaire minimum fédéral. Bien des Etats ont aussi des lois de salaire minimum ; quand un salarié a le droit à un salaire minimum fédéral ou à un salaire minimum de l’Etat où il travaille, le salarié a droit à celui qui est le plus élevé. Le salaire minimum fédéral est le minimum requis, les Etats peuvent choisir d’en donner plus que le minimum fédéral, par exemple, l’Alaska donne $7.75, la Californie $8.00, le Massachussetts $8.00 et le Nevada $8.25. (Department of Labor, http://www.dol.gov/elaws/faq/esa/flsa/001.htm)
Lors d’une réunion de l’Allemagne et de la France à Bruxelles, ils se sont mis d’accord pour inclure dans la Constitution une « règle d’or ». Qu’en est-il de ce genre de dispositif constitutionnel ou législatif aux Etats-Unis ?
Justement, l’analyse par Marion Groble est intéressante parce qu’elle compare le fonctionnement des Etats fédéraux américains (sans ou avec « règle d’or ») et les provinces canadiennes du point de vue des budgets et des questions financières et il y a aussi un bref chapitre sur la zone euro. Concernant les règles d’équilibre budgétaire il y a de la variété entre les 50 Etats parce que « Presque chaque Etat américain est assujetti à une disposition l’obligeant à équilibrer son budget…Dans certains cas, le gouverneur doit présenter un budget équilibré ; dans d’autres, c’est l’assemblée législative qui doit adopter un budget équilibré, et dans d’autres encore, le budget doit en fait être en équilibre à la fin de l’exercice. » Selon le General Accounting Ofice (Bureau de comptabilité générale) des Etats-Unis le Vermont et le Wyoming où le gouvernement de l’Etat n’est pas tenu d’équilibrer son budget « en raison d’une exigence législative ou constitutionnelle. » Après avoir parlé de New York et du Connecticut, les deux en déficit, Marion Grobel conclut par « Tout ces Etats avaient adopté des règles d’équilibre budgétaire. » Plus loin elle mentionne que certains gouvernements d’Etat en « transformant certaines dépenses courantes en dépenses d’immobilisation, afin de les financer au moyen d’un déficit » mais « Les marchés financiers se sont vite rendu compte de l’astuce, ce qui a provoqué des crises financières. » Encore un détail important, cette fois-ci quand elle parle du pouvoir de veto des gouverneurs des Etats « c’est généralement grâce à ces pouvoirs du gouverneur, plutôt qu’à des compressions fondées sur des formules, que des règles d’équilibre budgétaire sont appliquées. »
Traversons l’Atlantique (ou « the big pond » comme l’appellent les Britanniques), et l’on constate que parmi les critères de Copenhague il y en a deux qui valent la peine d’être retenus : la mise en place d’« institutions stables garantissant…la démocratie… » Limitons nous aux institutions de certains des pays de la zone euro. Commençons par la République Tchèque où le gouvernement s’écroule au moment de la crise des « subprimes » qui vient des Etats-Unis en 2008 et, au moment même où le pays présidait l’Union Européenne. En deuxième lieu, la Belgique qui a formé un gouvernement le lendemain d’avoir eu sa note dégradé. ( « Standard & Poor’s : chronique d’une dégradation annoncée », « …une absence de gouvernement, pas de gestion budgétaire et financière à court comme à long terme. »). Le problème belge n’est pas seulement le fait d’une dette conséquente mais, comme l’a noté S&P, elle est politique.
Notons que la Slovaquie, membre depuis 2009, est le dernier des pays de la zone Euro à voter la tranche de juillet aux grecs. Le SaS (Liberté et solidarité) est contre le fond européen EFSF, la gauche slovaque est pour mais en échange de son accord veut de nouvelles élections ; Richard Sulik qui est à la tête du party SaS dit que les projets de l’Europe pour sauver les pays endettés sont « des politiques socialistes qui s’insèrent subrepticement et une escroquerie aux contribuables européens. » Des vues similaires à celles de Ron Paul, républicain qui voulait, entre autres, abolir la Réserve Fédérale, et est auteur d’une proposition de loi abolissant l’impôt (fédéral) sur le revenu. La différence entre Sulik et Paul est que tout en étant de la même tendance l’un est à la tête d’un parti indépendant, et la tendance de l’autre est noyée dans le Parti Républicain. Notons encore, la différence entre le système proportionnel et majoritaire à un tour.
Le système proportionnel facilité l’élection d’extrémistes. Aux Pays Bas, le berceau de l’Euro, le parti d’extrême droite (le Parti de la Liberté) a changé de thème, celui des immigrants pour placer en avant la sortie de l’euro. Sa cote a monté. Malheureusement, il sert d’appui au gouvernement de centre-droit qui n’a pas de majorité. Un professeur néerlandais écrivait déjà en 1991 son opposition à l’Euro donnant les raisons suivantes « Une union monétaire sans une union politique est impossible à maintenir ». Deux économistes américains de Harvard et Berkeley disent que l’Europe n’a pas ce dont elle a besoin pour faire face à des chocs régionaux et pour que la zone à monnaie unique fonctionne : la mobilité du travail, la flexibilité des salaires et un budget fédéral commun comme il en existe aux Etats-Unis. (WSJ, « Doubts Arise in Euro’s Birthplace)
Pour conclure
Les crises économiques, financières, politiques ne restent pas cantonnées dans un pays elles se promènent à travers le monde. Se renseigner chez les autres paraît une nécessité au moins pendant les crises mais n’est-il pas préférable de parcourir le monde et l’histoire afin d’être en mesure de prévoir et ne pas se lancer tête baissée dans les catastrophes qu’ont connu les autres.Avant de se réunir pour écrire la Constitution Fédérale certains des Pères Fondateurs ont voyagé en Europe pour observer ce qui se passait dans l’ancien monde. Nos amis américains ont agit de la même avant de mettre en place la Réserve Fédérale.
Mettre en place une zone monétaire n’est pas une mince affaire. Nous nous trouvons face à des institutions politiques, économiques nationales, internationales dont l’organisation, la stabilité politique et économique sont essentiels. Le mot clé reste « prévoir ».
Nous avons par moment quitté l’Euro pour parler du Dollar US. Deux éléments importants s’en dégagent : dans le domaine économique c’est la flexibilité et dans le domaine politique la stabilité. La flexibilité fait qu’un pays s’adapte aux circonstances économiques. Lors d’une crise économique, il ne suffit pas de penser qu’à l’austérité mais à créer de la croissance, la flexibilité aide à la création d’emploi. La stabilité politique est aussi essentielle à l’économie, comme en témoigne les exemples européens déjà abordés alors que l’Amérique est le résultat d’un système de partis puissants.
Les institutions qui gèrent la zone euro doivent être fortes. Il ne faut pas qu’elles comprennent que des interdits. A travers les années et les crises le Congrès a octroyé à la Réserve Fédérale des pouvoirs dans le domaine de la politique monétaire, de l’inflation, de la croissance etc.
Les institutions ne sont elles pas importantes pour palier aux faiblesses des hommes et des femmes, y inclus nos élus. Avant de « moraliser le capitalisme » ou remplacer le dollar comme monnaie de réserve, comme l’un de nos président le souhaitait, il aurait fallu créer des institutions au niveau de la zone euro. N’est-ce pas invraisemblable que la Grèce ait pu berner les autorités de Bruxelles avec l’aide de l’américain Goldman Sachs. L’idée émise par Balladur lors d’un entretien avec le Figaro est inquiétante. Et je viens de lire dans un article des Echos que le code du travail en France comprend 1.500 pages ! Au niveau national il aurait peut être fallu commencer par là. Et bien sûr n’y a pas que le « modèle » Américain, qui est issu d’un système juridique différent de celui de l’Europe continentale ; il y, par exemple, la « flexi-sécurité » des Pays Bas ou même le contrat que nous avait promit notre président, un contrat qui existe en Autriche (et qui a été défendu par le président d’Axa dans une lettre publié par Le Monde, et avec lequel on acquière les droits au fur et à mesure qu’on travaille dans l’entreprise.

The Electoral System : The Cornerstone Of Electoral Laws


Bernard Owen
We have written this in French and in English, and are sorry not to be able to write it in Russian. So this will be another English text, but though the idea is quite similar, it cannot be exactly the same. So here we go.

Human beings are full of bright ideas. It is a strength in itself and it is marvelous the way we have learned to express ourselves by writing and publishing our thoughts, build cars, trains, airplanes or go to the moon. As an example of this, our families have worked on missiles.
Let us rejoice about this type of progress. Nevertheless, human nature being what it is ( just witness all the fighting that has gone on throughout the world for centuries) underlines the fact that one has to find institutional ways of dealing with conflict.

You may ask why should we go this far when we are supposedly working on electoral laws ? We shall start with the most important part of electoral laws : the electoral system. Why is it the most important part of any electoral law ?

A danger becomes evident immediately. All inventors of electoral systems consider voters as abstract numbers. When you read their work, you can see that they have forgotten that they are dealing with human beings. Let us pause a minute. Many human beings like power but, of course, not all. But those who are willing to take power do not always have the ability to lead their citizens on the path of wellbeing or as the Americans say : “ the research of happiness”.

Another element, which has to be taken into account, is the dangers that result from the research of an equality between the percentage of voters and the percentage of seats in proportional representation (P.R.) This appears ideal but not when the subject of the research are human beings. Let us be practical by looking at Europe.

The quest for leadership found in some men and women will have consequences which can be good or even tragic. The happy aspect is that one puts together coalition governments. The flip side can be tragic as when a crisis occurs, whatever may be the reason for it, political, personal, or economic. The danger occurs if the government collapses and the nation is without government at a time when it badly needs one. We have written on this subject as we have had and have many tragic situations in Europe and there could be more.

The actual electoral system in use in Germany has been put forward by some authors as an alternative to the Russian system. We have worked on the 2009-2013 period in Germany. We note that the mathematical result of the German method is approximately proportional. It is often said that the majority part of the election is considered by the voters as a way of choosing a political figure while the proportional part is essential in the political outlook of the voters. Nevertheless, when one looks a little closer at the mechanism of the electoral system, one sees that it is not the case:
– The candidates elected in the 299 one-member constituencies are elected once and for all.

– The number of candidates elected on the proportional lists are not obtained by the vote but they are inversely linked to the level obtained by their party in the majority part of the election.

– In order to simplify the explanation of a complex system let us say that the larger the number of votes a party obtains in the majority part of the election, the less number of seats it will have in the proportional part.

The result is that the proportional part is only there to reduce or eliminate the bias of the parties that have the larger number of votes in the majority part. It can also work in the opposite way by bringing a larger number of seats to the smaller parties. The parties did not take a long time to understand how to deal with the 2 parts of the electoral system. For example : the F.D.P., the small liberal party, does not win any seats in the majority part of the election. All the majority seats go to the right-wing party C.D.U.-C.S.U. (they act as one party), and the S.P.D. (Socialist Party). The F.D.P. only obtains seats in the proportional part.

Let us look at the 2009 numbers:
– The C.D.U. only obtains 21 seats at the proportional level.
– The F.D.P. obtains 93 seats at the P.R. level.

If we consider the percentage of votes obtained at the PR level, we obtain :
For the C.D.U. 27.3 % at PR level
For the F.D.P. 14.6 % at PR level.

If we go further by looking at the number of votes at PR level :
C.D.U.- C.S.U. 11,824,794 votes which gives hem 21 seats
F.D.P. 6 313 023 votes which gives them 93 seats.

The F.D.P. has found the way to win the largest number of votes. The « compensation part » of the electoral system means that the lesser amount of seats a party obtains in the majority part the more seats it obtains the proportional part. Although the F.D.P. know that they will not get a candidate elected in the majority part they chose a well-known political figure as a boost to the F.D.P. Its candidate will stand in both parts of the election to act as a boost to the F.D.P. in the PR part. The law allows it.

The mathematical result of majority systems is the opposite to that which is looked for by those that support proportional systems. The party that has more votes as a result of the election has a surplus of seats. This would not be acceptable when one goes shopping but one is electing one’s representative things are quite different for the whole voting process works on different attitudes of the voter. First-past-the-post is best when you are voting in a one-member constituency. In this case, one is voting for one person whom one likes or one might even dislike; or vote for the person who represents the party or community in which one lives and in most cases the two go together.

The process for a voter when he or she votes is similar to other aspects of his or her social life. He or she chooses friends not unlike the way he or she chooses for whom he or she will vote. That is something that is deeply ingrained in human nature. This psychological aspect was hidden in the argument used before the 1913 elections by some members of the Italian parliament who did not wish to grant the right to vote to illiterates.

The large coalitions that may result from PR systems are not easy going. They produce side effects that can have unforeseen consequences. Let us go back to the 2009 parliamentary elections. These elections were the follow-up to a large coalition government that had existed since 2005. The two main parties that had formed this government were the C.D.U.-C.S.U.; which behave as one party, the C.D.U. being present in the north of Germany, while the C.S.U. is in the south. They are a moderate Christian right-wing party. The S.P.D. is socialist and works hand-in-hand with the trade unions. During that time the chancellor was Gerhard Schröder who was a socialist while his cabinet was C.D.U.- C.S.U.-S.P.D.

One should never forget that however efficient is a government there will always be a number of voters who are not satisfied. The question is : who will these dissatisfied people vote for ? What will be the welcome structure for the protest vote?

Prior to that election the polls had shown that political affiliation had dropped. This was clearly the case for some leaders of the S.P.D. During the regional elections the N.P.D. (neo- Nazi party) had fielded a number of candidates. For Germany, this was embarrassing. The law courts intervened and it appeared that the police special services had become members. When this was known. Public opinion was relieved. But a new party had already made its way through. It was a far-left party called “Die Linke”. It had been the party of the ex RDA so that it can be considered as communist. It had already obtained 3 seats in the majority part of the election. The presence of the S.P.D. in the government, and the very practical attitude of previous Chancellor Schröder had displeased some members of the S.P.D. and a number of trade union leaders then joined “die Linke”.

This new party became the welcome structure for the vote against the government. It obtained 16 seats in the majority part of the election and 60 seats in the proportional part.

The F.D.P. (Liberal Party) obtained no direct majority seat but 93 seats in the proportional part ( + 32 in comparison to the previous election).

The Green Party won 1 majority seat and 68 on the proportional part (a gain of 17 seats compared to previous elections).

A more logical electoral system that takes into account the continuity of a stable democracy would be to introduce majority single or two-member constituencies. The argument against this proposal is that in Bavaria the C.S.U. would win all seats. This is not true as the doing away with the proportional part of the election would reduce considerably the size of the majority constituencies. There would be twice as many, and we know that small majority constituencies make it much easier for small parties to obtain seats.

Italy and the Weimar Republic.
Predictions are often wrong. After the first World War, Italy changed electoral systems. It put aside the majority system and wanted to go with the tendency of the time and the first two post-war elections were proportional.

As a result, Italy, which had been a constitutional monarchy for years, found itself with weak unstable governments and no police force. Mussolini just walked in and restored order. The Italian people were relieved, and so was the international press that considered that once Mussolini had restored order he would move out.

The Weimar Republic (or the new Germany as it was called at the time) should not be considered only from the point of view of a historian. The institutions and especially the electoral system played the main role in the rise of the Nazi Party. We have written on this point a number of times and the last time in November 2013 (in English although the editor stressed that it had to be in American). Right up to 1928, the Nazis had no electoral success: 2.6% of the vote. Its only successes were in the 1930-1932 elections, when Germany, which had in 1928 a five-party coalition government that collapsed as a consequence the Wall Street crash.

From 1930 to 1932, the Chancellor (prime minister) Brunig had only 10 members of parliament on his side, and had to ask President Hindenburg to write into a decree the proposed law for which the prime minister could not obtain the approval of the Reichstag. Weimar Germany was ruled by presidential decree.


To conclude, we must say that institutions and electoral systems, which are technical in nature but which have an effect on political life, are far more important than ideology and economics. Because these technical aspects of our political life can have a tremendously positive or negative influence on our nation we have chosen to research and write about it.