L’attentat au soir du 14 juillet 2016 à Nice.

Bernard Owen, Maria Rodriguez-McKey

Tout était prévu sauf l’essentiel. Les caméras, du haut de leur perchoir permettant la surveillance des grandes artères. Bravo! Encore aurait-il fallu que les images recueillies soient analysées par une personne ayant connaissance de la réglementation routière de la ville. En admettant que cela soit le cas encore aurait-il fallu qu’il informe aussitôt son supérieur.
Le supérieur pouvait juger disposer des moyens nécessaires sur place: police armée pouvant intervenir au deuxième passage du camion lors des repérages fait par le terroriste (où le passage est interdit au poids lourds) Le supérieur pouvait avertir le corps de police armée en leur indiquant la nécessité de prévenir Paris.
Dans les décisions que nous venons d’évoquer les oublis, les erreurs, la négligence sont toujours possibles. L’on pouvait alors fixer sur le sol des engins empêchant le passage de tout véhicule. Les bandeaux à pointes assérees sont efficaces encore faut-il que les pneus n’aient pas subi une préparation adéquate. En revanche, les bloques de béton espacées sont très efficaces (voir la Maison Blanche Washington D.C.)
Les bloques de béton ne sont pas esthètiques. A Nice, il aurait fallu les peindre en couleur chatoyante.
Les solutions de défense ne manquaient pas. Cette dernière solution n’était pas sans faille et demandait une équipe compétente.
Dans la solution présente aurait-il un responsable? En dehors des incompétences qui se trouvent partout: le maire de Nice, le président de région, le ministre de l’intérieur. A chacun de réfléchir sur sa responsabilité.

Institutions matter more than politicians.

Bernard Owen, Maria Rodriguez-McKey
For democracies to work they must have well thought-out institutions. The choice of electoral system is therefore of the utmost importance since it is the translator of votes into seats. But however solid and stable institutions may be it cannot always stop human irresponsibility or stupidity.
In the nineteenth century the Liberal Party represented the radicals and the working class of Great Britain. The party chairman and prime minister was Gladstone. In 1886 Chamberlain had participated in the debate on “Home rule” for Ireland. It was difficult to reach an agreement as many thought that « Home rule » might lead to the beginning of the end of the Empire. In addition, Chamberlain was angry at the fact that Gladstone had proposed to him a minor role in the cabinet.
Chamberlain plotted his revenge by holding a meeting with the liberal association of Birmingham which was his constituency. His proposal did not take into account the British party system and so Chamberlain was not followed.
Although the opposition between Chamberlain and Gladstone was well known, the Liberal Party was too powerful within the trade union movement and the non-conformist electorate churches. It can be said that for the voter there could be confusion between the radicals-liberal-labour and in the past they had always stood united against a conservative candidate.
When it comes to the financing, the Conservative Party had no problems. The Liberal Party was financed by local associations such as the Fabiens which were strong in places like Birmingham or London, and by the trade unions.
In 1914 when the war broke out the United Kingdom had a two-party system and the government was liberal with Asquith as prime minister. At the same time Churchill headed the Admiralty. Unfortunately, the Dardanelles was a defeat and elsewhere there was a shortage of ammunition. All this resulted in strong criticism of Asquith who was a fine intellectual but did not possess political leadership qualities. On the contrary, Lloyd George appeared to have such qualities and he was a well-known liberal but who did not have the top position. Lloyd George flaired the right moment and surrounded himself with energetic liberals and conservatives who under his command in spite of a divided party was known as the “war cabinet ».
During the war Asquith had created a “coupon” which was given to liberals and conservatives who belonged to the “war cabinet”. And with the war continuing, Lloyd George’s image improved as a result of which he came to be considered as a possible leader of his party. When the war ended the Liberal Party was seen has having won it and Asquith was considered as the natural prime minister.
For the 1918 elections Lloyd George devised a strategy that represented a danger to the Liberal Party and the UK political system. He used the “coupons” to his advantage but in so doing caused the voters in the different constituencies to be confused as their choice was
1. One liberal candidate with a coupon loyal to Asquith.
2. One liberal candidate with a coupon loyal to Lloyd George.
3. 3. One conservative loyal to his party.
4. One conservative with a coupon loyal to Lloyd George.
5. One Labour candidate.
This means that the voter could choose among five candidates and sometimes more instead of the usual two.
Another change happened within the Labour as its members, although not affiliated to the Church of England were churchgoers, were not socialists in the true sense of the word.
The first meeting of the Labour Party had very few attendees but among the three groups there were the Fabiens who were socialist with a clear political affiliation. They convinced the others to include in the statutes of the Labor Party that the machines and tools should belong to those that use them. Yhis was the official acceptance by Labor of socialist ideology until Tony Blair did away with it.
Let us now look at another party but especially at the electoral system that made it rise. This new party is called UKIP comes about in our well-established and oldest democracy, Great Britain.
Great Britain has built its institutions with a one-round majority (plurality) system with the exception of the elections that resulted from devolution in Scotland and Wales where a mixed system (majority and proportional where one part compensates the other part).
UKIP was founded in 1993. In its beginnings UKIP was skeptical about using the the European issue as it did not win elections so as time went on they added other issues up such as immigration or even the environment. Many of the leaders do not want the party to be considered as a right-wing party. Their election results at local level were not good and many leaders did not have a strong political affiliation. In May 2014 UKIP published its membership: 37;00. During the House of Commons elections of 2001 UKIP presented 495 candidates but none were elected. As far as regional elections are concerned, those of Scotland and Wales, it did no better.
In the 2005 elections to the House of Commons UKIP had 495 candidates, obtained 3.3% of the votes but not one seat. In the 2010 elections it rose to 3.5% of the votes but still no seat.
In contrast, UKIP fairs well in the elections to the European Parliament. which use proportional one-round system. In 1999 UKIP obtained 7% of the votes and 4 seats. For the same elections but in 2004 UKIP obtains 12 seats and in 2009 it rises to 13 seats with 6.5% of the votes.
In Europe, « populist parties » rejoice at the fact that European Parliamentary elections are held with proportional representation.
The break-up of the Liberal Party was made evident by its financing. Asquith was still at the head of the Liberal Party and had at its disposal all the funds past and present. On the other hand, Lloyd George was short of cash and worked for the Honors which was paid for. As the new prime minister he could create new honors degrees as much as he wished or needed.
Thanks to the plurality system, the party system returned back to normal after 1945, the difference being that the after the war Labour replaced the Liberal Party which helped Labour when it did not obtain an absolute majority in seats in the House of Commons.
Electoral systems, which are key to the explain election results and the creation of party systems, are not a purely mathematical mechanism. Europe and South America have chosen electoral systems that provide stability in the very short term but not for the long-haul. In times of crisis, proportional systems give rise to parties that will cause the breakdown of the party system.Let us not forget that Hitler was elected thanks to a technical question, in other words, a very proportional system.
In Weimar Germany tyranny came as a result of a system created by mathematicians who forgot that they were working with human beings. In Great Britain miscalculated the short-term and long-term effects of his referendum but chances are that the party system has not floundered. But will it have the dreaded effect on the United Kingdom that « Home rule » would have had according to those who opposed it?
The plurality system has the advantage that even the actions of Lloyd George or Cameron will do with the party system. In the first case, there was a reorganisation of the party system when the Labor Party replaced the liberals as the left-wing government party. As far as Cameron is concerned, the Conservative Party will survive his irresponsible actions.

Libye : un des « ratés » du XXIème siècle ?

Bernard William Owen

Les grandes puissances ne sont plus les mêmes mais les jeux sont constants. L’intervention en Libye aura un coût financier et laissera sans doute des traces dans l’opinion internationale.
Les gouvernements des Etats-Unis craignaient au 18ème siècle l’intervention dans les Amériques des puissances européennes. Plus tard, le monde a changé, et les Etats-Unis ont participé à la première guerre mondiale mais l’opinion publique grâce aux sondages qui ont vu le jour dans les années 1930 était traumatisé par la guerre. On verra à travers les attitudes des gouvernements et des peuples l’attitude face aux guerres du moment. On verra le coût, le poids des mots dans l’argumentation.

Lors d’un message annuel au Congrès du 2 décembre 1823, le Président James Monroe interdit toute intervention européenne sur le continent américain, mais en contre partie exclut toute intervention américaine dans les affaires européennes. Cela deviendra, trente ans plus tard, la doctrine Monroe. Le temps s’est écoulé, les Etats Unis sont devenus une grande puissance, et leur intervention sur la fin de la grande guerre 1914 – 1918 leur a fait franchir un pas. Seulement, l’opinion américaine n’en n’est pas pour autant devenue interventionniste, et nous allons l’interroger, dès le début des sondages d’opinion, c’est-à-dire dès les années trente.

Avant la dernière guerre mondiale, la puissance dans le monde ne se situait pas aux Etats-Unis. L’opinion publique des Etats-Unis n’avait aucun désir d’adhérer à la grande organisation internationale qu’était la Société des Nations. En 1937, la question posée récoltait 33 % de oui, et 67 % de non (Gallup – 18 octobre 1937). Cette question faisait suite à d’autres plus pratiques, dont la réponse avait dû surprendre et inquiéter certains. Dès 1936, Gallup pose la question suivante : « imaginez qu’une nation étrangère attaque une autre nation. Les Etats Unis devraient-ils s’allier à d’autres nations pour l’obliger à se rendre ? ». La réponse était négative (71 % non – oui : 29 %). (Gallup – 17 novembre 1936). Gallup fait alors un parallèle discret avec la première guerre mondiale, la question posée étant : « Les Etats Unis devraient-ils s’impliquer à nouveau dans le cadre d’une nouvelle guerre ? » (Oui : 5 %, non : 95 %). (Gallup – 14 février 1937).

L’institut de sondages recherche jusqu’où va la hantise de la guerre : « les Etats Unis doivent-ils collaborer avec d’autres Etats pour éviter une guerre, même si cela comporte le risque de s’engager dans une guerre ? » 6 % sont favorables, alors qu’à la question : « faut-il faire tout ce qui est possible pour ne pas participer à une guerre qui nous est étrangère ? » 94 % (Gallup 10 mars 1937). Le sondeur précise la question en nommant la Grande Bretagne : « serait-il souhaitable que les Etats Unis aient un accord avec la Grande Bretagne pour qu’ensemble ils utilisent leur armée et leur flotte pour maintenir la paix dans le monde ? » seuls, 39 % répondent oui, 50 % non, sans opinion : 11 % (Gallup – 14 février 1938). A mesure que le temps passe, les questions posées se précisent : « dans le cas d’une guerre entre l’Allemagne et l’Italie contre la Grande Bretagne et la France, faudrait-il aider les uns ou les autres ? ». aider : 30 %, ne pas aider – 66 %, sans opinion – 4 % (Gallup – 16 février 1939). La tendance, en août 1939 (ROPER) est encore pour la non intervention : « … tend strictly to your own business and only go to war to defend our country » – 88 % – oui. Le changement apparaît à partir du 31 mai 1940 pour monter fortement sur la notion d’intervention, le 7 mai 1941, (ROPER), vers les 76 %.

Après la deuxième guerre mondiale, l’ambiance des Etats Unis s’est transformée. Gallup trouve 83 % des interrogés qui considèrent comme très important que les Nations Unies soient un succès (25 juin 1965). Cette réponse correspondait bien à l’internationalisation des Etats Unis, qui apparaissait, lors d’une série de questions posées par Gallup à l’automne de 1964 :

– 76 % – les Etats Unis devraient coopérer pleinement avec les Nations Unies.
– 81 % – Ils devraient tenir compte de l’avis des alliés.
– 70 % (de non) en tant que nation la plus puissante au monde, elle devrait agir comme elle l’entend.
– 70 % (de non) – nous devrions nous occuper de nos propres affaires.
– 55 % pour répondre qu’il vaut mieux penser à nos propres affaires.

Le Pew Research Center le 10-6-2011 présente (tableau ci-dessus) l’évolution de l’opinion de Septembre 2001 à Mai 2011. Le 7 juin 2011 77% considère que le Présidente Obama devrait se concentrer sur la politique intérieure.9% sur la politique internationale
Quand aux effets des événements du Proche Orient sur les Etats-Unis, voici les résultats dans ce tableau.

Que pensent nos amis américains des évènements actuels et de l’intervention en Libye ? Le 13 juin 2011, les « Rasmussen Reports » indiquent que 42 % des électeurs potentiels sont contre la prolongation de l’action américaine en Libye, contre 26 % qui sont pour, et 22 % qui hésitent. Mais, ce qui est nouveau, 59 % pensent que le Président devrait obtenir l’accord du Congrès pour continuer son intervention, contre 21 % (les 59 % sont en nette augmentation par rapport au mois de mars où ils n’étaient que 47 %) – Angus Reid-Public Opinion – 4 – 5 mars 2011. Seuls 10 % des Américains souhaitent une intervention des Etats-Unis pour renverser le régime de Tripoli. 22 % considèrent qu’il ne faut pas intervenir car la Libye ne représente pas une menace pour les Etats-Unis.

En revanche, en France selon l’IFOP : on est favorable à l’intervention militaire en Libye
– 66 % – fin mars 2011
– 58 % – début avril 2011
– 54 % – du 27 au 29 avril 2011
– 55 % – du 24 au 28 mai 2011

Favorables :
– les Américains – 55 %
– les Britanniques – 50 %
– les Italiens – 30 %

Les Français sont les plus favorables, mais la chaîne de commande n’est pas claire, ce que l’on retrouve à différents degrés selon les pays : l’OTAN, Tous Ensemble, les Nations Unies, Nicolas Sarkozy, Obama, l’Union Européenne. Les Français et les Italiens sont les plus optimistes : 30 % des Français pensent que cela aboutira à un nouveau gouvernement élu démocratiquement, 27 % que cela aboutira à une impasse

Le Congrès des Etats Unis commence à réagir contre le Président Obama et son gouvernement invoquant le « War Powers Act » de 1973, car celui-ci oblige le Président à demander l’accord du Congrès pour un conflit, qui dépasserait les 60 jours, ou à la rigueur, 90 jours.

Dix juristes à la tête desquels se trouvent un démocrate de gauche et un républicain, ont entamé un procès contre le Président. La Cour Suprême rejette habituellement ce genre d’attaque, mais cette entreprise est mauvaise pour la réputation du Président qui, en plus de son agenda portant sur les réformes de la nation, se trouve avec l’héritage laissé par son prédécesseur : l’Irak, dont la situation est catastrophique, et l’Afghanistan.

La Maison Blanche (c’est à dire le gouvernement), dans un texte de 38 pages (New York Times du 15 juin 2011), répond au Congrès que le Président avait toute autorité pour prolonger la campagne militaire sans l’accord du Congrès, étant donné que l’intervention des Etats Unis ne pouvait, en aucune façon, être qualifiée de guerre. Plus loin, le rapport précise qu’il ne s’agissait nullement de combats ou d’échanges de tirs avec des forces hostiles.

Le mot utilisé par le War Powers Act étant « hostilities », et la Maison Blanche ne lui attribue pas le même sens que le Congrès. L’on assiste alors à une guerre des mots. Le sens des mots est très important. Pour l’Irak, il s’agissait de « omission », pour la Côte d’Ivoire, il s’agissait de remplacer le mot « et » par le mot « ou » dans la constitution concernant l’ « ivorité ». Déjà, lors de la réunion à Londres mettant en place le « groupe de contact sur la Libye », le Premier Ministre anglais affirme à nouveau leur engagement pour appliquer la Résolution des Nations Unies, mais termine pourtant par une phrase en rien compatible avec la dite résolution : « …aider la population libyenne à définir son avenir ». Ceci sous-entend le renversement du régime en place. Après avoir été en retrait, la Chine et la Russie (Washington Post du 17 juin) viennent, dans une déclaration commune, d’exiger la stricte adhérence à la Résolution des Nations Unies, qui envisage seulement l’utilisation de la force dans le but de sauvegarder la population civile.

Le conflit juridique entre le Président Obama et le Congrès accentué par la prise de conscience du coût de l’opération par l’opinion publique réjouit les autorités de Tripoli, qui suivent avec intérêt les tribulations de l’OTAN commençant à manquer de munitions (The Washington Post – 17 juin 2011). Le porte -avions Charles de Gaulle devrait bientôt rentrer à son port d’attache, sinon il ne serait pas disponible pendant une année entière.

Les estimations du coût de cette attaque varient selon les sources, car il faut compter les missiles, les bombes. Dans « l’expansion » du 23 mars 2011 qui site l’IRIS (selon Libération) le coût total de la guerre pourrait être de 150 à 250 millions d’Euros. (à noter que le budget total de la défense (hors retraites) est de 31 milliards d’Euros). La France utilise en Libye 8 rafales et 4 mirages 2000. Une heure de vol d’un Rafale est de 40 000 Euros, et la moitié pour les autres avions. Le porte avions Charles de Gaulle coûte 50 000 € par heure d’intervention, et un sous-marin 10 000 € par heure d’intervention (le cri du contribuable www.lecri – 22 mars 2011). La Maison Blanche avoue que cette opération lui a coûté 1 716 millions de dollars pour les deux premiers mois, et l’opération aura coûté en tout 1 milliard et demi de dollars en septembre dans le cas où l’implication des Etats Unis se ferait au même rythme.

Les Britanniques ne sont pas plus optimistes. L’Amiral Sir Mark Stanhope qui commande la marine, déclare que personne n’envisage une victoire militaire (The Guardian – 14 juin 2011), et que les bombardements ne peuvent continuer au delà de l’été. Les parlementaires ont été informés que les avions britanniques ont effectué 400 sorties pendant lesquelles ils ont lâché 80 millions de £ de bombes et autres engins.

Pour information, « Le Monde » du 14 juin 2011 cite un compte rendu d’une délégation en Libye du 31 mars au 25 avril 2011. Elle était conduite par le Directeur du Centre français de Recherche sur le Renseignement : Eric Denécé et le Préfet Yves Bonnet, ancien patron du contre-espionnage français. Il apparaît que la Cyrénaïque (Benghazi) est la région où le risque islamiste s’accroît. Les renseignements occidentaux s’inquiètent sur le devenir des armes pillées par les insurgés dans les arsenaux. Pour la délégation, « les véritables démocrates ne sont qu’une minorité » au sein du Conseil National de transition et cohabitent avec des anciens proches du Colonel Kadhafi, des partisans de la monarchie et des tenants de l’instauration d’un Islam radical.

A partir des informations que nous obtenons du Moyen Orient, que faut-il faire ? L’on dispose d’une guerre inutile où l’OTAN se montre sous un jour peu flatteur, où les Résolutions des Nations Unies ne sont pas respectées. Qu’allons-nous exporter ? Des lois électorales comme celle de la Belgique, qui laisse le pays sans gouvernement pendant un an, des administrations comme celles de la Grèce, qui falsifient ses comptes pour vivre sur le dos des autres ?

S’agirait-il de la banalité du mal?

Bernard Owen, Maria Rodriguez-McKey

Charly Wilder vient de publier dans le New York Times du mardi 5 juillet 2016 quelques remarques sur un film qui a été présenté au Festival de Munich. La secrétaire de Joseph Goebels qui a maintenant 105 ans fournit un aperçu de la vie d’une secrétaire de l’époque.
Elle est à la fois tolérante, se présentant comme accomplissant la tâche qui lui incombait. « Pourquoi serai-je coupable, « moi » -à moins d’en vouloir à l’ensemble de la nation allemande d’avoir élu semblable gouvernement. »
« Quant aux bonnes âmes qui, de nos jours, affirment qu’ils agiraient en faveur de ces pauvres juifs persécutés. Je les crois, ils sont sincères mais en réalité, en ce temps là, ils auraient fait comme les autres. A cette époque la nation entière se trouvait sous une vaste coupole à la façon d’un camp de concentration. »