The finances that sustain a certain worldview

Bernard Owen, Maria Rodriguez-McKey

An article entitled « Avaaz Ignores Libya Lessons in Advocating for Syria No-Fly Zone », by John Hanrahan April 13, 20016 https://exposefacts.org/) reveals the truth about how public opinion is formed through the Web. In essence, the article exposes the discreete funding of NGO’s that would like to have a certain worldview dominate. Here are some revealing excerpts:

« Avaaz was created in 2006 and officially launched in 2007 by MoveOn.org Civic Action and the little known and closely affiliated global advocacy group Res Publica, Inc. Its initial significant financial backing came from liberal philanthropist George Soros and his Open Society Foundations (then called Open Society Institute).
Avaaz’s individual founders included three of its current officers/directors — Ricken Patel, Eli Pariser and Thomas Pravda — as well as Thomas Perriello, Andrea Woodhouse, Jeremy Heimans, and David Madden. (More about them later.) »
« In its most recent Form 990 filing with the Internal Revenue Service, signed in September 2015 for tax year 2014, Avaaz reported contributions totaling $20.1 million and net assets of $7.6 million. Avaaz, which says that it is entirely member funded, had previously stated that it accepts no single contribution of more than $5,000, but that was not the case in 2014 as the organization reported that 18 individuals had contributed amounts ranging from $5,000 to $15,383. The contributors were not identified by name in the filing. Since around 2010, the organization is on record as not accepting corporate or foundation donations — although it did receive grants totaling $1.1 million from George Soros-connected foundations in the three years before that.
In response to our inquiry about Avaaz funding and the organization’s early link to Soros, campaign director Nell Greenberg responded: ‘With regards to Avaaz funding, this movement was founded with the ideal of being completely self sustaining and democratic. 100% of the Avaaz budget comes from small online donations…Avaaz has never taken a contribution from a government or a corporation, and since 2009 has not solicited any contributions from charitable foundations.”
She continued: “We did receive seed funding from George Soros and the Open Society Foundation, but not after 2009. No corporation, foundation or board member has influence on the organization’s campaign irections or positions. This is hugely important to ensuring that our voice is exclusively determined by the values of our members, and not by any large funder or agenda. »

… « There is no question that there was a close connection between Avaaz and Soros and his organizations dating back to Avaaz’s early days, but what — if anything — does that translate into today?
As noted earlier, in one of the few of my questions that Avaaz answered directly, there was an acknowledgement of early Soros “seed money” to Avaaz, but a denial of any continuing involvement with the organization.
In 2007, the Open Society Institute gave $150,000 to Res Publica for general support for Avaaz, and $100,000 for Avaaz’s work on climate change.
In 2008, Open Society Institute again gave a total of $250,000 to Res Publica — with $150,000 of that again for general support for Avaaz and the remaining $100,000 for Avaaz’s climate change work.

Avaaz is « .. in the front ranks on various other issues — fighting global warming, seeking an end to U.S. and European arms sales to Saudi Arabia, protecting rain forests, saving endangered species, promoting clean energy, challenging Rupert Murdoch’s bid for a greater media monopoly in the United Kingdom, defending human rights in a number of countries, etc.
In none of those other campaigns do we see Avaaz proposing military action of any sort. Why this anomaly when it came to Libya and now Syria? Especially, when military action’s aftermath turned out so badly in Libya, and when even the nation’s leading generals say a Syria no-fly zone would escalate the war and endanger the very civilians Avaaz has the stated goal of protecting?
About John Hanrahan
John Hanrahan, currently on the editorial board of ExposeFacts, is a former executive director of The Fund for Investigative Journalism and reporter for  The Washington Post,  The Washington Star, UPI and other news organizations.

De l’incompétence…

Bernard Owen

« Al Jazeera » nous fait parvenir ce texte, en précisant qu’il ne partage pas nécessairement le même point de vue.
Un représentant de l’Union Européenne, au sein de la Coalition Nationale Syrienne, a tenu des propos qui surprennent. Mouaffar Nyrabia : pour lui, l’approche qui consiste à faire la guerre contre Daesh est bien étroite, si l’on cherche à réaliser une transition tranquille. C’est alors qu’il propose une « no fly zone ». Il souhaiterait ainsi rétablir le calme d’avant 2011. Notre représentant oublie qu’une « no fly zone » c’est la guerre. Cette règle s’applique aux avions à ailes fixes ou mobiles et permet les bombardements.
Notre envoyé européen désigne alors quels avions seraient interdits de vol. Citons ce représentant européen : « cette interdiction serait un signal à la communauté internationale, à Assad et à ses maîtres à Téhéran et Moscou… ». Il nous parle de la brutalité du régime, de gentilles négociations pouvant mener à la paix, de la mort d’innocents citoyens … On se croirait en Libye, alors que les internationaux, par les méthodes qu’ils préconisaient, ont rendu un pays à l’état tribal. J’ai rencontré l’ingénieur de Benghazi, qui avait construit un énorme tunnel canalisant l’eau et la transportant à toutes les zones habitées. L’on a tué Kadhafi, qui avait accordé un visa à vie à tous les touaregs, et avait assuré la paix au Sahel. D’autre part, les Maliens n’ont aucunement oublié ce que Kadhafi avait fait pour eux.

In spite of the mistakes there is light at the end of the tunnel

Bernard Owen
There was a time when the US-CIA worked very discreetly. They waged war in Laos: No army just an airline for humanitarian aid. They even helped the French army to move out of Dien Bien Phu. Of course, no one knew it.
Nowadays, thanks to Wikileaks and the press, the weaknesses and the mistakes of the CIA in Syria and Libya are known by us as if we were there. For example, we had the classified report of the operation called « SOOPHIA » in February 2016. We have details such as the fact that the US and Europe are waiting for a reliable Libyan government that would allow EU forces to operate within its teritorial waters and later obtain the permission to extend EU military operations on the shore. John Kerry in Rome (February) claimed that at least 5,000 Islamic State fighters had taken over parts of the Libyan coast.
And what about Syria? According to Reuters a covert CIA mission to arm Syrian rebels goes awry. Mid 2016, the CIA had a weapons and training program. The training had started in 2013 but the program consisted in background-checking all of them. Commanders were interviewed for days on end. To get help from the US was long and difficult and much slower than expected An excerpt from the Capital journal:

« I think we’ve lost our window of opportunity, » says Robert Ford, the State Department’s ambassador to Syria from 2010 to 2014. Former Rep. Mike Rogers, a Republican from Michigan who led the House Intelligence Committee, says the trickling pipeline of supplies drove some US allies into the arms of Islamists. « We didn’t commit to them, so why should we expect them to commit to us? » he asks. Rep. Eliot Engel, (D., N.Y.) the top Democrat on the House Foreign Affairs Committee, adds: « We need to get them the materials they need to sustain themselves. It’s the right thing to do. »

We read that all sides agree now that the US effort to aid moderate fighters battling the Syrian army has gone badly. Moderate factions control only a fraction of Northern Syria.
The reality is that entire CIA-backed rebel units, a few hundred who went through the training program have changed sides joigning forces with Islamist brigades, quit the fight or « gone missing ».
The CIA have now stopped offering aid to all but a few trusted commanders.
Some Obama officials are talking of chaotic circumstances and policy disagreements in Washington and elsewhere. A senior official said that « despite controls some weapons still wound up on the wrong side. »
This account of the CIA’s program is based on interviews with U.S., Turkish and Arab officials involved in the effort as well as current and former and trusted commanders. CIA officials have trained nearly 5,000 fighters in Syria, but the financial cost is classified and few details have been disclosed publicly. »
The United States came out of World War II as one of the great powers and had the advantage of having a stable democracy which it tried to spread throughout around the world. The United States replaced Europe and its colonial empires. NATO was an effort to unite Europe militarily. The OSCE was a way to keep the United States involved in European democracy. Of course, there was the cold war. Russia had a authoritarian regime that was not going to last very long. Things have now changed and the Russian know it. And for its own strategic reasons it has intervened in Syria in a way that appears reasonable leading to a cooperation with the United States, putting aside the extremist groups financed by the oil-producing states that are spreading their idelogy in Africa.

Do-gooders

Bernard Owen
What should we think of Europe and others who consider that they can teach us everything about governance democracy then rush around the Middle East and try to impose it? They should, instead, read their history books. Not so long ago there was the Austrian-Hungarian empire. The 1914-1918 war tore it apart. The roads that took you from Vienna to Prague could no longer be taken like before as there were borders now and the same can be said for the Bratislava – Budapest connection. To make things worse, the Empire no longer had an army. The troops had come from different parts of the Empire but suddenly there was no unified army so the borders were ill-defined.
That was the past but for a while now, Austria is a good example of the effect of welcome structure for the vote against. In 1983, the government consisted of the Socialists and the small Liberal Party. In 1985, the presidential elections took place. The Catholic Party had chosen what appeared to be a very good candidate: Kurt Waldheim. He had been General Secretary of the United Nations. In the meantime, the American press accused Austria of giving secret information to the Soviet Union. The American Jewish Congress then accused Waldheim of having been a German officer during the war. Suddenly, antisemitism appeared in broad daylignt as nationalistic reflex.
Haider who was a member of the Liberal Party used this to change the party into a populist one. This boosted the Liberal Party which obtained, at first, 16% in the legislative elections.
A socialist government cannot form a coalition with a populistparty as a result of which new elections were organized in 1999. The results were:

Socialist Party: 33.2%
Catholic Party: 26.9%
Liberal Party: 26.9%

The Catholics and the Liberals formed a government. Some of the members of the European Union members refused to shake hands with the Austrian ambassador.
The government resigned in 2002. The vote for the liberals fell to only 10% because it was no longer the welcome structure for the vote against the government as it was in government.
Not only did WW I have a dramatic effect on Austria but so did WW II. Hitler wanted Austria. He had had Dolfuss, who was the prime minister, killed treachouresly in 1934. While Dolfuss lay agonizing the Nazis tried to force him to sign a decree that would not make Schusnig his succesor. Dolfuss refused and they let him bleed to death.

Before the war the Austrian Nazi party had obtained only 3% of the votes.

Schusnig went to see Hitler in 1938 but he was not received as a head of state having to wait in the lobby. Schusnig went back to Vienna and declared that a referendum would take place in order to have the Austrians decide whether or not to join Nazi Germany. Upon learning this, Hitler invaded Austria. All the pictures of Austrians hailing Hitler’s arrival in Vienna were all set up by Goebels.

To finish on a light note, Haider killed himself in a car accident. One of my students and myself could not agree on the make of his car.

Espagne, monarchie, république : la guerre des mots

Bernard Owen et Maria Rodriguez-McKey

Lors de l’abdication du roi d’Espagne, la télévision nous a montré une vue d’ensemble de la foule rassemblée Place Mayor de Madrid chantant des slogans anti-monarchiques. La télévision s’est alors rapprochée d’une des participantes, qui a dit haut et fort « nous voulons être des citoyens ». Cet événement nous a menés à faire quelques remarques.
• Vivre dans une république ou dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle (comme en Espagne) représente sur le terrain de la démocratie la même chose, et le mot « citoyen » n’est qu’un mot, alors que la politique ne repose pas que sur des mots.
• L’Espagne a déjà été une République. La deuxième République a été décidée à partir des élections municipales du 12 avril 1931. La coalition anti-monarchique n’obtient pas la majorité sur l’ensemble des territoires (seulement 40 % des suffrages), mais elle se trouve à la première place dans les grandes villes. Il y eut des mouvements de rue à Madrid, et le roi Alphonse XIII, craignant des troubles et ne souhaitant pas conserver son trône au prix d’une guerre civile et d’un bain de sang, mal conseillé par ses proches, partit volontairement en exil, mais en oubliant la procédure habituelle de l’abdication.
La proclamation de la République, qui eut lieu deux jours après les élections, fut reconnue par la papauté, l’armée ainsi que par de nombreuses autorités politiques et intellectuelles.
Au cours de cette deuxième République, nous trouvons trois élections. La première en 1931 donne la victoire à la gauche. Elle crée l’Institut de la réforme agraire, qui s’enfonce dans des complexités juridiques.
Un autre point de la plus grande importance est le fait des erreurs que peuvent commettre les stratèges politiques. La gauche au pouvoir pense être en mesure de remporter les prochaines élections et décide de modifier la loi électorale pour amplifier la victoire en sièges de la tendance qui vient en tête des suffrages obtenus. Le gouvernement se base sur la loi Acerbo de Mussolini, qui, conçue 8 ans plus tôt, convient parfaitement à cette volonté.
La prévision du gouvernement, à savoir qu’il remporterait les prochaines élections, s’avère être fausse, et la droite remporte largement les législatives de 1933, grâce à cette nouvelle loi électorale. La droite au pouvoir ne donna pas l’image d’une entente exemplaire. Le parti de droite (CEDA) qui avait obtenu le plus de députés (115) aux Cortes ne fait pas partie du gouvernement, ceci fit mauvaise impression. Les conflits sociaux, dès 1934, se multiplièrent, alors que l’Espagne connaissait une production en hausse avec, de surcroit, d’ excellentes récoltes céréalières et un recul du chômage.
Fin 1934, des insurrections socialistes et anarchistes ont lieu dans plus de vingt provinces. En parallèle, la phalange espagnole se développe. Le gouvernement pense qu’une élection anticipée peut entraîner une majorité de centre droit.
Les élections du 6 février 1936 sont un autre exemple des erreurs d’appréciation des hommes politiques. La gauche remporte les élections avec une très faible marge au niveau des suffrages, mais très importante au niveau des sièges.
Grâce à leur implantation syndicale, dans le pays, les anarchistes représentaient une force égale aux socialistes et aux communistes. A droite, la phalange n’obtient aucun siège. Après la victoire de la gauche, celle-ci fait la même erreur que la droite en 1933. Le Parti Socialiste, le plus important de la gauche à l’assemblée (99 sièges) n’est pas au gouvernement.
L’insurrection d’une partie de l’armée, finalement prise en main par Franco, fait penser à la première République, qui ne dura que de 1873 à 1875, mise à mal par la notion d’indépendance, ou simplement d’autonomie, qui pénétra jusqu’à de simples villages et aboutit à la révolution cantonale !
Revenons à 1936 – 1937
Il existe une région très mouvementée qui mérite quelque attention. Il s’agit de la Catalogne. Les principaux évènements sont relatés ici :
Dès juillet 1936, la Catalogne et Barcelone se trouvent sous le contrôle des milices ouvrières.
Les syndicats anarchistes CNT se joignent au président de la généralité : Luis Companys. Ils forment le CCMA (Comité Central des Milices Antifascistes de Catalogne ), qui exerce les fonctions d’un gouvernement de Catalogne.Collectivisation des industries. La tendance s’étend à l’Aragon.
Le gouvernement républicain de Madrid est impuissant.
Climat de méfiance entre les institutions républicaines et les organisations ouvrières.
Le gouvernement de Madrid se retire à Valence, qui devient la capitale de l’Espagne.
Le bras droit de Companys tente de mettre de l’ordre dans les actes des patrouilles armées.
De violents affrontements entre le corps des douaniers et les patrouilles, qui se terminent à l’avantage des premiers. L’on craignait alors qu’une guerre ouverte éclate dans les villes du Nord de la Catalogne entre les anarchistes, le gouvernement, et les communistes .
Chaque camp constitue des dépôts d’armes et fortifie en secret ses édifices. A Barcelone c’est le chaos.
La Centrale téléphonique était occupée légalement par la CNT depuis le début de la guerre.
Le 2 mai, le ministre de la marine et de l’air du gouvernement de Valence voulut téléphoner à la généralité de Catalogne. Cette conversation et d’autres furent interrompues par la standardiste qui leur dit que les lignes devaient être utilisées à des fins plus importantes.
Un corps de 200 policiers commandés par le conseiller de l’ordre public de la généralité se rendit au central téléphonique. La CNT ouvrit le feu. La place de Catalogne se couvre de monde, l’on sort les armes et l’on érige des barricades.
Le 4 mai, le calme revient, mais les milices anarchiques attaquent les édifices gouvernementaux de la Catalogne. Les dirigeants des diverses factions lancent des appels au calme.
Le 5 mai, le Président Companys nomme des membres du gouvernement catalan pour négocier le cessé le feu, mais des tirs incontrôlés abattent les passants.
Le 6 mai, l’on tire au mortier.
A ce moment, 5000 hommes commandés par un colonel anarchiste sur ordre du gouvernement républicain quittent Madrid et Valence pour Barcelone pour rétablir l’ordre. Dans la nuit, trois vaisseaux de guerre républicains transportant des troupes atteignent Barcelone.
Le 7 mai, ces troupes arrivent à Barcelone et occupent plusieurs points stratégiques et désarment les miliciens.
Le 8 mai 1937, les rues sont tranquilles et les barricades démontées.
Les Républiques espagnoles nous présentent la guerre des mots. Les anarchistes voulaient faire la révolution pour gagner la guerre, alors que les communistes voulaient gagner la guerre pour faire la révolution. 4 ministres anarchiques étaient au gouvernement en novembre 1936. Nos amis anarchistes en discutent encore.

A new 50-state poll shows exactly why Clinton holds the advantage over Trump

The full article may be found at https://www.washingtonpost.com/

It’s a long road to the White House, so The Washington Post polled all 50 states to find out what each candidate needs to do to get there. (Peter Stevenson, Julio Negron, Zoeann Murphy/The Washington Post)
By Dan Balz and Scott Clement September 6
With nine weeks until Election Day, Donald Trump is within striking distance in the Upper Midwest, but Hillary Clinton’s strength in many battlegrounds and some traditional Republican strongholds gives her a big electoral college advantage, according to a 50-state Washington Post-SurveyMonkey poll.
The survey of all 50 states is the largest sample ever undertaken by The Post, which joined with SurveyMonkey and its online polling resources to produce the results. The state-by-state numbers are based on responses from more than 74,000 registered voters during the period of Aug. 9 to Sept. 1. The individual state samples vary in size from about 550 to more than 5,000, allowing greater opportunities than typical surveys to look at different groups within the population and compare them from state to state.
New poll shows how Trump-Clinton matchup is redrawing the ectoral map VIEW GRAPHIC
New poll shows how Trump-Clinton matchup is redrawing the
The massive survey highlights a critical weakness in Trump’s candidacy — an unprecedented deficit for a Republican among college-educated white voters, especially women. White college graduates have been loyal Republican voters in recent elections, but Trump is behind Clinton with this group across much of the country, including in some solidly red states.
The 50-state findings come at a time when the average national margin between Clinton and Trump has narrowed. What once was a Clinton lead nationally of eight to 10 points shortly after the party conventions ended a month ago is now about four points, according to the RealClearPolitics polling average. A number of battleground states also have tightened, according to surveys released from other organizations in recent days.
The Post-SurveyMonkey results are consistent with many of those findings, but not in all cases. Trump’s support in the Midwest, where the electorates are generally older and whiter, appears stronger and offers the possibility of gains in places Democrats carried recently. He has small edges in two expected battlegrounds — Ohio and Iowa — and is close in Wisconsin, Pennsylvania andMichigan, each of which Democrats have won in six consecutive elections.
At the same time, however, Trump is struggling in places Republicans have won consistently and that he must hold to have any hope of winning. These states include Arizona and Georgia, as well as Texas — the biggest surprise in the 50-state results. The Texas results, which are based on a sample of more than 5,000 people, show a dead heat, with Clinton ahead by one percentage point.
Clinton also leads by fewer than four points in Colorado and Florida and is tied with Trump in North Carolina. In Colorado, other polls have shown a larger Clinton lead. In Mississippi, Trump’s lead is just two points, though it’s doubtful that the GOP nominee is in much danger there.
Electoral college advantage for Clinton
In a two-way competition between the major-party candidates, Clinton leads by four points or more in 20 states plus the District of Columbia. Together they add up to 244 electoral votes, 26 shy of the 270 needed to win.
Trump leads by at least four points in 20 states as well, but those add up to just 126 electoral votes. In the 10 remaining states, which hold 168 electoral votes, neither candidate has a lead of four percentage points or better.
How our new poll compares with past presidential election results in every state
A series of four-way ballot tests that include Libertarian Party nominee Gary Johnson and Green Party nominee Jill Stein project a somewhat narrower Clinton advantage, with more states showing margins of fewer than four points between the two major-party candidates. But even here, at the Labor Day weekend turn toward the Nov. 8 balloting, the pressure is on Trump to make up even more ground than he has in recent weeks if he hopes to win the White House.
The poll finds Johnson is poised to garner significant support. He is currently receiving at least 15 percent support in 15 states. The libertarian’s support peaks at 25 percent in New Mexico, where he served two terms as governor. He is only four points shy of Trump’s 29 percent standing there. His support in Utah is 23 percent, and in Colorado and Iowa it is 16 percent. Stein has less support in the poll, peaking at 10 percent in Vermont and receiving at least 7 percent support in 10 states.

Overall, the results reflect Trump’s strategy of maximizing support in older, whiter Midwestern states where his anti-free-trade message and appeals to national identity generally find more fertile ground.
But his struggles elsewhere, including places that have long supported Republicans, illustrate the challenges of that strategy in more diverse states where his stances on immigration and some other positions have turned off Democrats, independents and many Republicans.
Demographic divisions shape the competition
To win the election, Trump must quickly consolidate the Republican vote. With prominent Republicans declaring they will not support Trump and some even announcing they will back Clinton, this represents a major challenge for the GOP nominee. In the Post-SurveyMonkey poll, Clinton is winning 90 percent or more of the Democratic vote in 32 states, while Trump is at or above that level in just 13.
As expected, the Clinton-Trump contest has split the electorate along racial lines. Their bases of support are mirror images: On average, Clinton does 31 points better among nonwhite voters than whites, and Trump does 31 points better among white voters than nonwhites.
The electorate is also divided along lines of gender and education, in many cases to a greater extent than in recent elections. Averaging across all 50 states, Clinton does 14 points better among women than men, and Trump does 16 points better among men than women. Clinton is winning among women in 34 states, and she’s close in six others. Trump leads among men in 38 states, is tied in six and trails in the other six.
It is among college-educated voters, however, where Trump faces his biggest hurdle. In 2012, white voters with college degrees supported Republican nominee Mitt Romney over President Obama by 56-42 percent. Romney won with 59 percent among white men with college degrees and with 52 percent among white women with college degrees.
So far in this campaign, Clinton has dramatically changed that equation. Among white college graduates, Clinton leads Trump in 31 of the 50 states, and the two are about even in six others. Trump leads among college-educated whites in just 13 states, all safe Republican states in recent elections.
Across 49 states where the poll interviewed at least 100 white college-educated women, Clinton leads Trump with this group in 38 states and by double-digit margins in 37. Averaging across all states, Clinton leads by 23 points among white women with college degrees.
Trump’s base among white voters without a college degree remains strong and substantial. He leads Clinton in 43 of the 50 states, and the two are roughly even in five others. She leads among white voters without a college degree in just one state: Vermont.
Overall, Clinton does 19 points better among white college graduates than whites without degrees while Trump does 18 points better among whites without degrees than whites with college educations, on average.
Trump’s challenge in the states that remain close will be to produce significant turnout among white, non-college voters to offset those Clinton margins, but it’s far from clear that there are enough of them to be decisive. Absent that, the GOP nominee must find a way to appeal to these college-educated voters during the final weeks of the campaign.
States and regions shaping the race
Trump’s strength across some of the states in the Midwest is one potential bright spot for the Republican nominee. Clinton’s biggest lead among the contested states in that region is in Pennsylvania, where her margin is just four points. InWisconsin and Michigan, she leads by a nominal two points, while Trump leads by four points in Iowa and three points in Ohio.
Recent polls by other organizations have indicated that Wisconsin has tightened over the past month. A recent Suffolk University poll in Michigan shows Clinton leading by seven points, and the RealClearPolitics average in Ohio shows Clinton ahead by three points. Overall, among the quintet of Ohio, Michigan, Wisconsin, Iowa and Pennsylvania, Michigan has been the Democrats’ most reliable of the group, always one of the 15 best-performing Democratic states over the past five elections.
The Rocky Mountain West is another area of fierce competition. The Post-SurveyMonkey poll shows Colorado closer than other polls there, with Clinton leading by just two points and the race tied when Johnson and Stein are included. Meanwhile, Clinton and Trump are roughly even in Arizona. In Nevada, Clinton enjoys a lead of five points in head-to-head competition with Trump but by just three points in a four-way test.
Local Politics Alerts
Of all the states, Texas provided the most unexpected result. The Lone Star State has been a conservative Republican bastion for the past four decades. In 2012, President Obama lost the state by 16 points. For Democrats, it has been among the 10 to 15 worst-performing states in the past four elections.
The Post-SurveyMonkey poll of Texas shows a dead heat with Clinton at 46 percent and Trump at 45 percent. Democrats have long claimed that changing demographics would make the state competitive in national elections, but probably not for several more cycles.
A comparison of the current survey with the 2008 Texas exit poll (there was no exit poll there in 2012) points to reasons the race appears close right now. Trump is performing worse than 2008 GOP nominee John McCain among both whites and Hispanics, while Clinton is doing slightly better than Obama.
Among men, Trump is doing slightly worse than McCain did eight years ago. The bigger difference is among women. McCain won a narrow majority of women in Texas while Trump is currently below 40 percent. That’s not to say Texas is turning blue in 2016. Given its history, it probably will back Trump in November and possibly by a comfortable margin. But at this stage, the fact that it is close at all is one more surprise in a surprising year.
Emily Guskin contributed to this report.

Réflexions sur l’être humain et son vivre ensemble

Bernard Owen, Maria Rodriguez-McKey
L’on va réfléchir un instant sur l’époque présente, dont les traces occupent toutes les rangés de nos bibliothèques. L’objet est complexe, car la longue histoire de l’être humain se prolonge jusqu’à nous. Alors, peut-on mettre de côté un élément, le plus étroit soit-il, dont nous avons décidé de nous occuper.
Ce qui est extraordinaire chez l’être humain réside dans sa façon de nous rejoindre à travers le temps, sans le savoir, sans le vouloir. Serais-je vieux jeu car j’écris tout en écoutant de la musique du 17ème siècle ? Je suis dans mon bureau, certes isolé, mais émerveillé par ce que j’écoute. Première leçon, le passé peut nous apporter du bonheur. Cette musique n’est certes pas la mode de l’instant présent, mais c’est mon choix, et cela n’est-il pas formidable ?
On peut penser : « la musique c’est facile, car de nos jours, Haendel joue pour nous ». Et pourtant, cela ne va pas de soi. Il a fallu le génie du compositeur, le travail assidu du fabriquant d’instruments, le pratique quotidienne du vocaliste, le travail d’ensemble d’un duo ou d’une chorale, l’harmonie des sons de la soprano à la basse. En musique, pour moi, le temps n’existe pas, ou si peu, car Haendel m’aide dans mon travail. Quand on y pense, que de temps passé pour reproduire cette musique, que de travail supplémentaire fourni par d’autres êtres humains : Les ingénieurs, pour associer la vitesse de défilement des bandes magnétiques par rapport à l’électronique qui allait transformer des signaux en une merveilleuse musique.
Voilà déjà une similitude entre les anciens et nous : mettre en avant toutes nos énormes facultés pour rendre possible l’impossible.
Un autre merveilleux avantage dont nous disposons : la communication. Tout ce qui est en nous peut s’exprimer. Nous pouvons nous comprendre, nous disputer ou influencer l’autre ou les autres à différents degrés ; d’ailleurs, à travers le temps, l’on voit certaines idées se répandre en Europe : Notre monde tourne-t-il autour du soleil ? Peut-on remettre en cause ce qui est connu depuis si longtemps ? Et pourtant, à une certaine époque, à force de calculs, de réflexions, d’écrits, de réunions à travers le monde, car les universitaires voyageaient déjà, ils étaient curieux et voulaient savoir si dans d’autres lieux un obscure personnage n’avait pas écrit un texte se rapprochant du sien, à la lumière de tout cela, le monde a pu progresser.
L’invention de l’imprimerie avait permis la diffusion des raisonnements de la pensée, et si l’autorité d’un pays avait interdit la publication d’un ouvrage, l’on allait aux Pays Bas, où la tolérance était plus grande que chez soi.
L’astronomie est un merveilleux exemple d’une interrogation internationale et dans le temps. L’être humain, à certains moments, avait trop chaud, à d’autres très froid. Ce soleil, qui restait plus ou moins longtemps avec nous, intriguait quand même certains. Pendant longtemps, il a semblé évident que le soleil se levait et se couchait autour de la terre. Pourquoi penser autrement, toutes nos croyances allaient dans ce sens. L’intérêt de l’être humain ne repose-t-il pas sur la curiosité ? le pourquoi des choses ?
La notion que c’était la terre qui tournait autour du soleil « l’héliocentrisme » a mis très longtemps pour traverser les mers. Cette notion apparaît dans des textes indiens plusieurs siècles avant notre ère. C’est seulement au 5ème siècle avant notre ère que Philolaos de Crotone, penseur grec, avança que la terre n’était pas le centre de l’univers.
Au VIIème siècle, les penseurs arabes connaissaient la notion traduite en latin, et probablement connue de Copernic. Déjà 500 ans avant lui, Al-Qanûn al Mas’ûdi admet, en suivant les travaux des grecs, le principe de la rotation de la terre autour du soleil. Dans son « Codex Leicester », en 1510, Léonard de Vinci démontre que la lumière de la lune provient de la réverbération de la terre.
Déjà au XIVème siècle, le Cardinal Nicolas de Cunes, en tenant compte des travaux déjà accomplis, annonce que la terre est en mouvement, et que la taille de l’univers n’est pas terminée. Copernic crée la base de l’astronomie moderne, sur laquelle on travaille encore. En son temps, la modernité des idées de Copernic n’a pas été acceptée, et à partir de 1616, Luther et le catholicisme le mit à l’index. Cependant, l’esprit de l’être humain ne peut laisser un problème en partie élucidé. Isaac Newton, James Bradley, Frederich Wilhem Bessel, Foucault y travailleront ensuite. La question du fonctionnement de l’univers n’est toujours pas terminée, et les travaux continuent.
L’être humain ne cesse de s’interroger et de surprendre dans tous les domaines. Dans son don de l’art, citons deux noms de lieux fabuleux : Lascaux et Altamira. A quand remontent ces gravures, ces sculptures dans des abris, ces lieux cachés. Les gravures peuvent être belles. J’ai encore en mémoire un taureau, qui est là, non pas l’œuvre d’un graveur de notre temps, mais d’un être humain qui vivait il y a quinze mille ans. Pourquoi cette gravure entrelacée avec d’autres? 0n peut envisager plusieurs hypothèses : un besoin matériel de reproduire ces animaux, qui les entouraient, et nécessaires à leur vie. Ou bien, tout simplement, le désir et la joie de graver, de fixer à jamais dans la pierre tout ce qui faisait leur vie.
L’on a trouvé, ici ou là, quelques sculptures sur galets, que l’on a nommées Venus, mais, tout en étant loin de l’excellent dessin des animaux, il est certain que ces galets représentent une femme.
Etant donné ces formes très différentes, on peut dire que l’être humain dessine sculpte, grave, quelques soient les raisons. Il lui faut trouver un abri pour se protéger du froid, pour loger sa famille, mais, cet abri servira de support pour un sculpteur ou de toile pour un peintre. On perçoit, cependant, une règle. Il ne suffit pas de faire comme le précédent, il faut aller au-delà. L’observateur pacifiste sera ravi, indifférent ou mécontent. Pourquoi ne pas faire comme le précédent, c’était très bien ? Je pense que l’être humain aura tendance à toujours aller de l’avant, même parfois de façon irrégulière. Il semblerait qu’un avancement continu soit le signe d’un besoin souhaité de tous.
Avant la dernière guerre, aucune ligne aérienne régulière ne traversait l’Atlantique. Que de changements ! Certes, tout n’a pas été facile : les premiers avions de passagers d’après guerre, les comètes à réaction, s’écrasèrent au sol. Les Allemands, pendant la guerre, avaient réussi la réaction guidée à l’avance : les VI et VII, mais une fusée apporte la destruction au sol et personne n’est à bord.
Contrairement au règne animal limité à des réflexes innés : se nourrir, dormir, se défendre en cas d’attaque, se relaxer, dans l’évolution de la pensée humaine, un certain laps de temps intervient. Ne dit-on pas « Rome ne s’est pas fait en un jour ». Pour vivre en famille, en groupe, dans un lieu, nous avons besoin de règles bien déterminées. Notre intelligence nous permet de chercher, d’inventer, d’avancer dans tous les domaines. Cependant, certaines failles apparaissent, nos chercheurs s’en inquiètent, ils écrivent de longs traités, réfléchissent, avancent des chiffres mathématiques, sans tenir compte de la réaction imprévisible de chaque être humain.
Voyons, dans nos recherches, ce que nous estimons être une faille dans le fonctionnement de ce mot clé « démocratie ». Tous les grands ensembles veulent « la démocratie ». Les Etats démocratiques sont riches, alors pourquoi ne pas en faire partie ?
Qui dit démocratie, sous-entend élections. Alors comment voter ? Une première difficulté apparaît : les différents modes de scrutin, majoritaires, mixtes ou autres ? Nos amis « proportionnalistes » considèrent l’électeur comme un chiffre mathématique. Par de savants calculs, l’on s’arrange pour que le pourcentage de suffrages exprimés soit approximativement égal au pourcentage de sièges. C’est à ce moment qu’un danger apparaît, car, encore une fois, l’être humain n’est pas un chiffre, et deux autres éléments surgissent : la structure d’influence. Quel que soit le mode de scrutin adopté, il va jouer un rôle. Ce premier élément est l’influence d’une assemblée de personnes sans appellation politique, mais dont le but est de réunir une partie de la population pour la conseiller, l’aider. Les membres de cette assemblée doivent être disponibles, se rendre dans les familles, organiser des réunions régulières, avoir des activités à des endroits différents. Prenons un exemple : En Grande Bretagne, au départ, il existait deux religions, l’Eglise officielle de l’Etat, la Reine d’Angleterre et l’Archevêque de Canterbury, et d’autres Eglises protestantes officiant dans des lieux de culte différents. Ces Eglises protestantes informelles ont eu une importance capitale dans la création du Parti Libéral et la mise en place du syndicalisme ouvrier. Les spécialistes des systèmes électoraux ne connaissent pas la notion de structure d’influence électorale, que l’on voit pourtant à l’œuvre dans les démocraties du 19ème siècle, et encore en Europe et au Moyen Orient. Le deuxième élément d’une grande importance est la structure d’accueil pour le vote contre le gouvernement (vote protestataire).
En se penchant plus profondément sur ces deux éléments fondamentaux souvent passés inaperçus, voyons quelques cas très précis.
1. Les groupes d’influence électorale
La dominance électorale du Parti Socialiste de 1919 à 1930 et la régularité du parti du Centre (catholiques) nous mettent en présence de deux catégories de partis que nous trouvons dans d’autres pays en position de dominance : le Parti Socialiste en Suède, en Norvège, au Danemark et en Autriche. Le Parti Démocrate Chrétien en Italie et en Autriche, ainsi qu’à un moindre degré en Hollande, en Belgique et en France lors de la IVème République.
2. La structure d’accueil pour le vote protestataire
Le Parti Nazi (N.S.D.A.P.) passe brusquement de 2,6 % des suffrages en 1928 à 18,3 % en 1930 et se présente, à la surprise générale, comme la deuxième force électorale après le Parti Socialiste. Ce type de phénomène électoral ne nous est pas inconnu. Nous avons déjà rencontré des partis, qui deviennent une nouvelle structure d’accueil pour le vote anti gouvernemental, ou du système politique, des partis, en quelque sorte, « champignons », dans l’Europe proportionnaliste. Quels sont les rapprochements à faire entre ces nouvelles structures d’accueil pour le vote « contre », qui apparaissent dans des pays très différents et à des époques éloignées les unes des autres ? existe-t-il un lien entre les évènements, qui placent sur le devant de la scène électorale des personnalités très différentes que sont celles d’Hitler en 1930, Poujade en 1956 et Glustrop en 1973 (pour ne citer que les plus connus).
Pour ce qui est du vote Nazi, il faut distinguer celui de mai 1924 de celui de 1930, car en 1924, le vote se porte sur un parti très peu connu, mais qui a fait l’actualité un instant grâce à Hitler, qui vient d’être condamné pour son coup d’Etat manqué en Bavière. En 1930, le Parti Nazi possède des adhérents, quelques députés et une organisation paramilitaire, mais les milieux autorisés considèrent Hitler comme un agitateur de province.
Apparition électorale du nazisme, mai 1924
L’année 1923 sera mauvaise pour l’Allemagne. Deux éléments clés sont à retenir : sur le plan international, les Français et les Belges occupent La Ruhr, en raison du retard dans les livraisons que doit l’Allemagne au titre des réparations de guerre. L’opinion publique allemande réagit très fortement et une campagne d’opposition s’organise sur place. Sur le plan financier, 1923 représente l’aboutissement d’une dévaluation commencée en 1921. Il fallait 75 marks en 1921 pour 1 dollar, 400 en 1922, 7000 en janvier et 4 milliards en novembre 1923.
Hitler choisit cette époque pour son coup d’Etat manqué, le 8 novembre 1923. Le danger de la situation intérieure est évident pour tous, et le gouvernement procède à la dissolution du Parti Communiste, le 23 novembre 1923, le souvenir est encore présent lors des législatives de 1924. Nombreux sont ceux qui ont perdu leurs économies.
Trois formations nationalistes et racistes, qui lancent des slogans « anti système »se présentent aux élections du mois de mai. Le Parti Social Allemand de Richard Kunze, qui obtient 1,1 % des suffrages et quatre sièges, et le Parti Racial Allemand (Deutsche Volkische Partei), qui est formé par trois anciens députés du Parti Nationaliste Allemand (Grafe, Walle, Henning). Ce dernier présente des listes communes avec le N.S.D.A.P. pour obtenir ensemble 6,5 % des suffrages et 22 sièges.
Succès économiques : 1924 – 1929
De nouvelles élections législatives ont lieu en décembre 1924, et le vote nazi descend à 3 % des suffrages, 2,8 % des sièges (14 députés). Le calme financier est confirmé grâce à « …. Un véritable sorcier des finances, Hilmer Greely » pour citer William Shirer. Certains expliquent aussi la baisse du vote nazi en invoquant le fait qu’Hitler ait disparu de l’actualité et que la publicité autour de son procès à Munich, en février 1924, était oubliée. Cette dernière raison ne paraît pas aussi déterminante que la précédente, car les raisons qui poussaient les Allemands, encore désespérés par la débâcle financière, à voter pour l’extrémisme politique en mai 1924, avaient disparu en décembre de la même année. En sept mois, Hitler perd plus de la moitié de ses suffrages, soit 1.010.400 électeurs, et les 970 900, qui lui restent, paraissent un chiffre raisonnable et peu significatif pour un électorat de 39.000.000, dans le cadre d’un scrutin proportionnel destiné à encourager toute les tendances de l’opinion politique.
Quant aux finances, les investissements étrangers en Allemagne, au 31 juin 1931, sont estimés à :
Etats Unis – 5 milliards de Marks – 55 %
Grande Bretagne – 1. 100 millions de Marks – 11,5 %
Hollande – 1. 174 millions de Marks – 13,5 %
Suède – 797 millions de Marks
Suisse – 512 millions de Marks
France – 475 millions de Marks
La Société General Motors possède 80 % d’Opel, qui représente, en 1928, 60 % de la production automobile allemande.
L’Amérique est très présente dans l’industrie textile, l’hôtellerie, le cinéma.
Il est certain que le succès économique de l’Allemagne, de 1924 à 1929, calme les esprits et retire des suffrages au Parti Nazi, mais l’instabilité politique et les difficultés rencontrées par les partis pour former des coalitions gouvernementales sont longuement commentées par la presse et sont sujettes à des plaisanteries, dont les parlementaires font les frais. Vingt cabinets se succèdent de février 1919 à janvier 1933. Ceci représente une durée de 8 mois, ce qui est proche de celle de la IVème République française (7 mois). Auguste Soulier décrit la manière dont les cabinets sont formés : « un grand nombre de combinaisons ont été essayées, tour à tour, les partis « constitutionnels » entraient dans une coalition, s’abstenaient de participer à la suivante, faisaient une opposition constante ou soutenaient par intermittence le cabinet ». Aucune des législatures de Weimar n’a terminé son terme naturel, toutes ont été dissoutes.
Les gouvernements majoritaires ne représentent que 4 ans et demi de la République. Le restant du temps, l’Allemagne, pays ayant un électorat de 40 millions, possède un gouvernement minoritaire, parfois de coalition, dont le scrutin parlementaire n’est pas assuré et dépend des circonstances. Faire voter un projet de loi est un exercice acrobatique, ou parfois impossible, d’où le recours aux décrets présidentiels. La nécessité de légiférer entraîne une interprétation très extensive de l’article 48 de la Constitution, qui interdit la dissolution du Reichstag pour la même raison.
La conséquence de l’instabilité : les élections législatives de 1930
Le niveau industriel de l’Allemagne et la quantité de capitaux étranger investis dans ses industries (dont la moitié provenait des Etats Unis), ainsi que les réparations que l’Allemagne devait verser aux alliés, ont rendu l’Allemagne particulièrement vulnérable à la crise boursière de septembre 1929 aux Etats Unis et à ses conséquences économiques. En 1930, l’Allemagne compte 2.800.000 chômeurs.
La crise frappe l’Allemagne alors qu’elle est gouvernée, depuis juin 1928, par une coalition de cinq partis (Chancelier Muller). Or, un gouvernement de large coalition, réunissant cinq partis représentant presque toutes les tendances de l’idéologie démocrate peut paraître séduisant. N’est-il pas souhaitable que l’ensemble des partis démocrates participe à l’expérience qu’ils veulent réussir ? Que le travail de reconstruction s’accomplisse au-delà des politiques partisanes, chacun y mettant du sien ?
Il est certain que, tant qu’il s’agissait d’assurer la gestion du pays en temps d’expansion économique, la coalition dirigée par le Chancelier Muller a résisté à l’éclatement, mais le déclanchement de la crise de septembre 1929 a provoqué un tel bouleversement économique et social, faillites, chômage, que les mesures énergiques et parfois impopulaires, qu’il fallait prendre, ne pouvaient pas faire l’unanimité au sein d’un ensemble de cinq partis, tous sensibles à l’opinion publique (donc de leurs électeurs). Pouvait-on risquer de perdre ses électeurs en restant dans un gouvernement dont la popularité s’effondrait ?

En temps de crise, la population s’attend à une action énergique et efficace. Tout régime suppose un homme ou une équipe capable de gouverner, et les démocraties édictent des règles selon lesquelles le gouvernement est constitué. Or, en 1930, l’application des règles n’était pas possible. L’Allemagne était gouvernée en ayant recours à des règles d’exception et, de surcroît, pour des raisons qui n’étaient pas celles prévues par la constitution. Les vains efforts des partis démocratiques pour s’entendre sur la politique à suivre étaient présentés par les médias, et le côté dérisoire de la vie parlementaire allemande était évident pour tous.
Il faudra des siècles à l’être humain pour découvrir, transmettre et affiner ses connaissances, dans tous les domaines, grâce à un travail acharné précédent, présent ou suivi des générations successives.
Or, le point faible de nos connaissances n’apparaît que de nos jours. Peut-on parler de l’art de vivre ensemble ? Dès le départ, il semblerait que la force, la puissance fussent les éléments dominants. La puissance avait ses règles : le citoyen, l’affranchi, l’esclave. Puis, le choix des chefs se fit par hérédité de la lignée familiale, par la fonction transmise.
A notre époque, nous en sommes à la « démocratie », mais ce mot n’a pas réglé nos difficultés, loin de là….
La Démocratie politique ? Cela veut dire que chaque personne a son idée politique qu’elle peut présenter individuellement, ou bien au sein d’un groupement de plusieurs personnes, plusieurs opinions différentes. Il sera bien difficile ou même impossible de prendre une quelconque décision. Il faudra donc prévoir, dans nos règles, un consensus de ces différentes opinions. A ce stade, les difficultés apparaissent. Quel mode de scrutin choisir ?
Un scrutin majoritaire uninominal ; dans ce cas, un seul candidat sera choisi par l’électeur (précision donnée d’avance : sur le bulletin de vote, un seul nom retenu). L’on peut utiliser (comme l’a fait longtemps la Grande Bretagne), le scrutin majoritaire binominal. Dans ce cas, l’électeur peut alors choisir deux candidats. La pratique a montré que l’électeur choisit habituellement deux candidats de la même tendance.
Depuis la fin du 19ème siècle, des hommes politiques et des mathématiciens ont mis au point des systèmes proportionnels, où l’effet recherché était non pas de regrouper l’ensemble des opinions d’une nation, mais de privilégier chaque individu, qui devait être essentiellement libre de son choix. On a donc divisé une nation en grandes circonscriptions, ou même on a réuni les suffrages de toutes les circonscriptions au niveau national, pour le transfert en sièges. Ce fut le cas de la République de Weimar, où, lors des deuxièmes élections législatives l’on voit apparaître le Parti de Bavière, qui retira des suffrages au Grand Parti (du centre) Catholique, où, de la même façon, l’apparition du Parti Communiste retira des suffrages au Parti Socialiste.
La grande règle, pour toute démocratie, devrait être la simplicité. Un étudiant Africain, lors d’un de mes cours, a fait le rapprochement entre consensus, dont je venais de parler, concernant la Commission Centrale Electorale, et le palabre africain. J’ai trouvé ce rapprochement intéressant.
Cette notion consensuelle a été pratiquée au Kosovo, contrairement à ce que l’on avait pratiqué en Bosnie Herzégovine.