Notre-Dame-des-Landes : la popularité de Macron en chute libre dans l’Ouest •

Les zadistes font peur…

 

 

 

 

 

  • Le Figaro –
  • LE SCAN POLITIQUE – Selon un sondage BVA, le chef de l’Etat perd plus de 30 points de popularité dans les Pays de la Loire et en Bretagne après sa décision d’abandonner la construction de l’aéroport.

«Je fais ce que j’ai dit». Ou presque. En abandonnant la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Emmanuel Macron n’a pas tenu sa promesse de campagne de respecter le référendum local de juin 2016, lors duquel 55% des votants s’étaient prononcés en faveur du projet. Et les habitants de l’Ouest de la France lui en tiennent semble-t-il rigueur. Dans un sondage BVA pour Orange et La Tribune publié ce mercredi, le chef de l’État subit une importante chute de popularité dans les régions concernées. Si 66% des habitants des Pays de la Loire et de Bretagne avaient une bonne opinion du chef de l’État en décembre, avant la décision de l’exécutif, ils ne sont aujourd’hui que 34%, soit moitié moins. «On peut imaginer que cette baisse s’explique par la crainte d’un contrecoup économique négatif local lié à l’abandon du projet d’aéroport», note l’institut de sondage.

Edouard Philippe paye les 80 km/h

Au niveau national, Emmanuel Macron perd cinq points de popularité, passant de 52% à 47% de bonnes opinions. Outre Notre-Dame-des-Landes, la baisse est marquée chez les retraités et les demandeurs d’emploi, inquiets d’une possible baisse du pouvoir d’achat, mais également chez les sympathisants de gauche, en plein débat sur la politique migratoire de l’exécutif.

» LIRE AUSSI – Premières embûches pour la présidence Macron

Edouard Philippe n’est pas épargné: le chef du gouvernement perd sept points de popularité, de 52% à 45%. Son boulet à lui? L’abaissement de la limitation de vitesse de 90km/h à 80km/h sur les routes secondaires. Le premier ministre, qui a porté les annonces de l’exécutif sur ce sujet, voit sa popularité régresser de 12 points auprès des habitants de zones rurales (à 43%), principalement concernées par la mesure.

Elections in the Russian Federation: The law, the practice and the intellectual work

Please find herewith the speech of the new Chairperson of the Central Election Commission of the Russian Federation.


Ella Pamfilova, Chairperson of the Central Election Commission

Dear Friends!

I am glad to welcome you on the official website of the Central Election Commission of the Russian Federation, where you can rapidly familiarize yourself with the most complete and acute information on the activities of the Commission on the legal regulation and law enforcement practice of the preparation and holding of elections and referendums in the Russian Federation.

The system of the election commissions of the Russian Federation in accordance with the Russian legislation ensures the holding of federal, regional and local elections and referendums in 85 legal entities of the Russian Federation within the territory of over 17 million sq. km. The total number of voters and referendum participants of the Russian Federation is more than 111 million people.

According to the State Automated System of the Russian Federation “Vybory” (GAS “Vybory”), presently, the total number of precinct election commissions formed for a period of 5 years amounts to 94,429; there were appointed 841,575 commission members with the casting vote; the reserve of precinct election commissions’ composition amounts to 573,711 people.

A new composition of the CEC of Russia, consisting of 15 members, started to work on March 28, 2016. Five of them were appointed by the State Duma of the Federal Assembly of the Russian Federation: V.V. Galchenko, Y.I. Kolyushin, V.A. Kryukov, N.V. Levichev, S.N. Sirotkin. The other five were appointed by the Federation Council of the Federal Assembly of the Russian Federation: N.I. Bulayev, M.V. Grishina, A.N. Klyukin, A.I. Lopatin, S.M. Shapiyev and the next five – by the President of the Russian Federation: A.Yu. Kinev, V.N. Likhachev, E.A. Pamfilova, E.A. Shevchenko, B.S. Ebzeev.

The Central Election Commission of the Russian Federation operates on a regular basis, its office term is five years. The first meeting of the new composition of the CEC of Russia was held on March 28, 2016 and there the Chairman of the CEC of  Russia, Deputy Chairman of the CEC of  Russia –  N.I. Bulayev, Secretary of the CEC of Russia– M.V. Grishina were elected by secret ballot procedure.

Six of the fifteen members of the CEC of Russia worked in previous compositions of the Commission, but those members of the CEC of Russia who were appointed for the first time also have wealth of life and professional experience and participated in election campaigns many times.

The current composition of the Central Election Commission expresses a wide range of political views and represents both parliamentary and non-parliamentary political parties.

The current composition of the CEC of Russia is the seventh for more than 20-year period of development of the modern electoral system. The previous compositions’ members of the CEC of Russia have made a significant contribution to the development of the electoral process and the strengthening of the institution of elections in our country in accordance with applicable legislation on elections in the period of their activity.

There are large-scale and important challenges for the new composition of the CEC of Russia the main of which are to prepare and conduct election of deputies of the State Duma of the Federal Assembly of the Russian Federation of the seventh convocation in September 2016 and election of the President of the Russian Federation in 2018. I am sure that the new composition will cope with their responsibilities properly.

Elections of deputies of the State Duma of the Federal Assembly of the Russian Federation of the seventh convocation will be held simultaneously with elections in legal entities of the Russian Federation in a single voting day on September 18, 2016.

Serious changes have been made in the electoral legislation of our country during the years since the last federal elections in 2011 and 2012, many provisions of which will be implemented for the first time during the preparation and conduct of the forthcoming elections.

Elections of deputies of the State Duma will be held in accordance with the Federal Law dated 22.02.2014 No. 20-FZ “On the election of deputies of the State Duma of the Federal Assembly of the Russian Federation”. The State Duma deputies will be elected by a mixed (majority and proportional) electoral system for the first time since 2003, under which 225 deputies will be elected in the federal electoral district, next 225 deputies will be elected in single-seat districts. New scheme of single-seat districts for the election of deputies of the State Duma was adopted by the Federal Law dated November 3, 2015 No. 300-FZ.

Political parties registered by the Ministry of Justice of the Russian Federation in accordance with the significant changes of the Law on Political Parties, amended after the elections to the State Duma in 2011, will participate in elections. A total number of 77 political parties have been registered to date, 75 of which have the right to participate in elections.

It will be able for the first time for political parties which candidates are the deputies of the legislative (representative) body of state authority of at least one subject of the Russian Federation, as well as the parties which took part in the recent deputy elections to the State Duma and received not less than 3 per cent of voters who took part in the voting in the federal electoral district, to register the federal lists of candidates, candidates in single-seat districts without collecting voters’ signatures.

Currently 14 political parties have the right to participate in elections without the collecting of voters’ signatures. Another 61 political parties may register their candidates to participate in elections if they have collected at least 200 thousand signatures of voters to provide evidence in support of the nomination. Let me remind you that in 2011 only four political parties participated in elections of the State Duma without the collecting of voters’ signatures and total seven political parties took part in the elections.

It is the first time when elections of deputies of the State Duma will be held by precinct election commissions formed in 2013 at the suggestion of 48 out of 62 registered political parties for a term of 5 years. Members of these commissions are regularly trained and already have experience in the preparation and holding of elections.

Starting from January 1, 2016 amendments made to the electoral legislation came into force in connection with Russia’s ratification of the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities. The amendments stipulate that while equipping voting premises there should be provided conditions for unimpeded access to such premises for voters, referendum participants with disabilities and for their voting.

After the elections to the State Duma conducted on December 4, 2011 by the there were adopted a significant number of legal acts on elections by federal authorities.  These acts shall be implemented during the preparation and holding of the forthcoming elections. The current federal legislation on elections and referendums can be checked out in the special section of the CEC of Russia’s website “The legislation on elections and referendums”.

For the convenience of users, who are interested in the forthcoming federal elections, the special section of the CEC of Russia’s website “Preparation for the elections to the State Duma of the Federal Assembly of the Russian Federation of 2016” was created where the most acute data on the elections is placed, including acts of the CEC of Russia.

On a single voting day on September 18, 2016 during elections in legal entities of the Russian Federation it is planned to elect:

highest officials of legal entities of the Russian Federation (heads of supreme executive bodies of state power of legal entities of the Russian Federation) in 6 regions;

deputies of legislative (representative) bodies of state power of legal entities of the Russian Federation in 38 regions;

deputies of representative bodies of municipalities of administrative centers (capitals) of legal entities of the Russian Federation in 11 regions.

Many other municipal elections will also be conducted on this day.

It is planned to displace a significant number of mandates of different levels during September elections, ensuring the renewal of appropriate authorities of all levels as well as the implementation of electoral rights of Russian citizens and their right to participate in state affairs management both directly and through their representatives.

Information about the preparation and conduct of the forthcoming elections is placed in the special section of the CEC of Russia’s website “Elections in legal entities of the Russian Federation on a single voting day on September 18, 2016” and will be regularly updated.

More information about the preparation to the federal parliamentary elections, regional and local elections in particular legal entity of the Russian Federation you can also get on official websites of election commissions of the Russian Federation’s legal entities, access to which is possible from the official CEC of Russia’s website.

Technical and technological support for the preparation and conduct of elections is carried out by a nationwide information system – the State Automated System of the Russian Federation “Vybory” (GAS “Vybory”) that provides prompt and open information sharing on election campaigns, referendums, voting and election results, combined with the solution of many complex organizational and technological challenges for the collection, processing and storage of information.

In preparation for the federal and regional elections that will be held on September 18, 2016 in accordance with the Working Plan of the Central Election Commission of the Russian Federation for the year 2016, which is available in the “Documents of the CEC of Russia” and “Relevant Topics” sections, the All-Russian meeting is provided with the chairmen of election commissions of legal entities of the Russian Federation as well as a number of other meetings, including with representatives of federal executive bodies, political parties, diplomatic missions and consular institutions of the Russian Federation abroad. Programs and transcripts of the mentioned events are placed on our website.

The Russian Center for Training in Election Technologies under the CEC of Russia provides the organization and coordination of activity in the field of the promotion of legal culture of voters (referendum participants), the training of elections and referendums organizers and other participants in the electoral process in the Russian Federation, including with the use of modern information and communication technologies. The concept of the teaching of the staff of election commissions and other participants of election (referendum) process in the Russian Federation in 2016-2018 can be found in the “Documents of the CEC of Russia” section on the website of the Russian Center for Training in Election Technologies under the CEC of Russia.

We admit the implementation of control over the observance of electoral rights and the right of citizens of the Russian Federation to participate in referendum, which consists primarily in the organization of elections exactly in compliance with the Russian legislation as a priority of the new composition of the CEC of Russia. Greater cooperation of election commissions with the Institute of Commissioner for Human Rights in the Russian Federation may significantly assist this work.

An important condition for an efficient preparation and conduct of elections is a close interaction between election commissions and executive authorities and local self-government, including in the area of provision of voting premises, the suppression of violation of law during the preparation and holding of elections, checking of the information about candidates’ citizenship, income, property and criminal records, verification of subscription sheets, conduct of the voting in hard-to-reach or remote areas, ensuring of electoral rights of service personnel, representatives of other security agencies, decision of other issues connected with elections. It is necessary to provide a real opportunity to vote for all voters. Information about the cooperation with the executive authorities is placed on the CEC of Russia’s website, including in the “Agreements of the CEC of Russia with ministries and authorities of the Russian Federation” subsection of “Documents of the CEC of Russia” section.

The CEC of Russia takes part in international cooperation in the field of electoral systems in which the provisions of international treaties of the Russian Federation are implemented, also it takes part in the preparation of international instruments’ projects and international monitoring in the field of the organization and conduct of elections and referendums, as well as in the exchange of professional experience on the preparation and conduct of elections.

International agreements on the exchange of experience were concluded by the CEC of Russia with more than 20 countries and international organizations. The framework of international conferences and seminars with reports and messages is actively used to inform on the Russian experience, innovations in the organizing and holding of elections and referendums in the Russian Federation. You can find more information on this area of activity in the “International Cooperation of the CEC of Russia” section.

Dear website users!

The CEC of Russia’s website is a continuously updated operating resource where every user can find the needed information to exercise his constitutional right – to participate in elections and referendums, as well as a lot of interesting and useful information on the multifaceted activities of the CEC of Russia and election commissions of legal entities of the Russian Federation, on political parties and their participation in the electoral process, on activities of control and audit services, on the practice of the concluding of agreements on cooperation with ministries and authorities and their territorial bodies, on international cooperation in the field of electoral systems, and many other things on elections.

An important condition for the providing of legitimacy of elections and the implementation of electoral rights of citizens is an active interaction of all participants of the electoral process. The special section “Reception of the CEC of Russia” was created on our website where it is possible to send an application to the Central Election Commission of the Russian Federation in an electronic form, and the specified address is indicated where you can send a proper application in a written form.

The same section contains a preliminary schedule of reception of citizens by the members of the CEC of Russia, which will be rescheduled in the nearest future as well as the procedure of the appointment making.

Welcome!

 

ACADEMY OF POLITICAL SIENCE

POLITICAL SCIENCE AND POLITICAL CHAIR

 DIRCTION

PRSIDENTIAL INSTITUTE OF SOCIAL SCIENCES OF THE STATE AND LAW

  ELECTIONS IN THE NEW POLITICAL DIMENTIONS

INTERNATIONAL SCIENTIFIC CONFERENCE

Social-Economic Research Institute

June 8  9 2016, Moscow

Conference June 8 – 9 2016

Bernard Owen, PhD in Political Science of Pantheon Sorbonne Paris 1 University and Director of the Center for Comparative Studies of Elections., was the first speaker on the On subject  of Election Matters in Europe: Modern Evaluation.

 

 

 

Edouard Philippe maintient sa confiance à Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viol

Gérald Darmanin

Selon nos Informations, le parquet de Paris a rouvert une enquête sur une accusation de viol visant Gérald Darmanin pour des faits datant de 2009, que l’intéressé conteste catégoriquement.

LE MONDE | 27.01.2018 à 15h16 • Mis à jour le 27.01.2018 à 16h52

Gérald Darmanin, ministre des comptes publics visé par une plainte pour viol, conserve « toute la confiance » d’Edouard Philippe, a assuré samedi 27 janvier Matignon dans un communiqué envoyé à plusieurs médias.

« La justice est à nouveau saisie et elle doit pouvoir travailler en toute indépendance. Le premier ministre tient à rappeler d’une part que les règles fixant l’appartenance au gouvernement sont connues et d’autre part que M. Darmanin a toute sa confiance. »

Selon des informations du Monde, le parquet de Paris a rouvert une enquête sur une accusation de viol visant Gérald Darmanin pour des faits datant de 2009 que l’intéressé conteste catégoriquement. Cette décision fait suite à l’envoi en janvier d’un nouveau courrier par la plaignante, Sophie Spatz, qui accuse M. Darmanin de l’avoir violée alors qu’elle sollicitait de l’aide dans une affaire judiciaire.

 Lire aussi :   L’accusation d’une femme contre Gérald Darmanin

Une enquête rouverte le 22 janvier

Selon l’avocat du ministre, Mathias Chicheportich, ces accusations « ne traduisent qu’une intention de nuire ». En juin 2017, M. Darmanin, âgé aujourd’hui de 35 ans, avait déjà déposé une plainte en dénonciation calomnieuse dans cette affaire.

Le 15 janvier, c’est le ministre lui-même qui avait révélé avoir fait l’objet au printemps 2017 d’une enquête préliminaire à la suite d’une lettre l’accusant, selon lui, « d’abus de faiblesse, d’abus de pouvoir, voire de viol ». Cette enquête avait d’abord été close en juillet 2017, la plaignante n’ayant pas répondu aux convocations des enquêteurs qui souhaitaient l’entendre.

Mais cette femme, âgée de 46 ans selon nos informations, a relancé les investigations en janvier en adressant un nouveau courrier au parquet de Paris. L’enquête, confiée à la police judiciaire, a été rouverte le 22 janvier et la plaignante a été entendue le 25.

Interrogé en janvier sur sa réputation de « dragueur lourd », le ministre avait reconnu « avoir pu être léger »« avoir envoyé des SMS un peu lourds » et « avoir pris des vents ».

Dans le texte communiqué samedi à plusieurs médias, Matignon indique que « M. Darmanin a été d’une totale transparence vis-à-vis des faits »« Il a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse et avait déjà répondu aux questions d’un autre quotidien français qui enquêtait sur les mêmes faits, rapporté au premier ministre l’accusation dont il faisait l’objet et avait révélé lui-même l’affaire sur Franceinfo et constaté que l’affaire avait été classée. »

 

 

CONTRE LA PROPORTIONNELLE

L’être humain progresse dans tous les domaines et, pourtant, il en est un qui n’a pas été compris. Les systèmes électoraux: leurs effets sur nous sont d’une telle importance qui, hélas, reste incompris. Le pire est la proportionnelle. Partout elle fait des dégâts, et pourtant, les chercheurs, qui en sont convaincus sont peu nombreux. Notre but est d’ouvrir le texte. Nous  vous invitons à ouvrier un texte publié en anglais par Palgrave MacMIllan « Proportional Western Europe: The Failure of Governance. » (au auteurs; Bernard Owen, Maria Rodriguez McKey

ou une thèse publiée par la LGDJ intitulé « Le système électoral et son effet sur la représentation parlementaire des partis : le cas européen » (500 pages, Bernard Owen, La bibliothèque Nationale de France, http://isni.org/isni/0000000116317529). 

COMMISSION EUROPEENE 

SECRETARIAT GENERAL

 Compte-rendu du déjeuner de gouvernance le 11 mai 2001 « De la convergence des systèmes électoraux européens ? »

Avec la participation de : M. Bernard OWEN, Secrétaire Général du Centre d’Etudes Comparatives des Elections Université Panthéon-Assas Paris 2

et

  1. Xavier MABILLE, Président du Centre de Recherche et d’Information Socio Politique Université Libre de Bruxelles.

Modérateur : M. Frans DE BRUÏNE, Directeur à la DG Société de l’Information Introduction

  1. Owen est Secrétaire Général du Centre d’Etudes Comparatives des Elections à Paris 2.

A l’occasion du déjeuner de gouvernance le 11 mai M. Owen a fait une présentation comparative des systèmes électoraux européens. M. Owen a souligné deux points importants dans l’étude des systèmes électoraux : · Toute réflexion dans le choix d’un système électoral doit avoir comme première préoccupation d’assurer la continuité de la démocratie. · Un système électoral a deux effets : 1. Le transfert mathématique des suffrages en sièges dont l’effet est immédiat. 2. Les effet psychologique sur le citoyen qui ne conçoit pas l’enjeu électoral de la même façon quand il s’agit d’un scrutin majoritaire ou d’un scrutin de liste proportionnel. Ceci a pour conséquence qu’il ne votera pas de la même façon dans un cadre majoritaire ou un cadre proportionnel. L’électeur n’est pas un être isolé. Il fait partie d’un ensemble, ou d’un groupe auquel il est assimilé ou auquel is souhaiterait être assimilé. Le syndicalisme est un groupe de grande importance étant donné le grand nombre de personnes qu’il réunit. Un système électoral parfaitement proportionnel présente des inconvénients car les gouvernements sont alors généralement de coalition qui peuvent assumer la gestion normale d’un pays mais qui se décomposent face à une crise de quelque importance. Un tel système peut aussi mener à des gouvernements de grande coalition où la structure d’accueil pour le vote antigouvernemental est transférée à des petits partis parfois extrémistes et dont les suffrages ne correspondent pas à leur idéologie. Présentation du document des statistiques La Suède 2 Depuis les années 1920 les sociaux-démocrates ont tenu une position où ils ont largement dominé les autres avec plus de 40% des suffrages. D’après l’étude de Alexis Pestoff cette domination découle du contrôle de la principale confédération syndicale pour le Parti Socialiste (70% de l’ensemble des syndiqués votent pour le Parti Social Démocrate). Les Pays-Bas Les Pays-Bas sont importants a étudier car le quasi bipartisme entre le Parti Social Démocrate et le Parti Démocrate Chrétien a été transformé quand la structure sociale et les nombreuses ramifications de l’Eglise Catholique prenant à cœ ur Vatican II s’est effondré ce qui a eu pour résultat le a perte de la moitié des suffrages du Parti Démocrate Chrétien (catholique) en l’espace de trois élections législatives. Ceci peut s’expliquer par le fait que la population des moins de 25 ans du Pays Bas était plus importante que celle des pays voisins et la remise en cause de toutes les questions que l’Eglise Catholique n’aborde qu’avec circonspection a fortement heurté l’électorat catholique plus conservateur que les activistes. L’Allemagne de Weimar Le scrutin de liste proportionnel a été créé pour qu’il représente une grande exactitude entre le nombre de suffrages et les sièges obtenus sans tenir compte que cela pouvait favoriser les partis extrémistes. Le vote nazi était de 2,6% des suffrages pour les élections de 1928 alors que l’Allemagne était en pleine croissance économique. Beaucoup d’argent de l’étranger, en particulier des Etats-Unis, étaient investis dans l’industrie allemande. La crise américaine de 1929 a frappé de plein fouet l’Allemagne qui avait à l’époque un gouvernement de coalition de 5 partis qui a très vite volé en éclat. Au moment où l’Allemagne avait le plus besoin d’un gouvernement les partis démocratiques n’ont pas se mettre d’accord pour former un gouvernement. Les nazis, à la surprise générale, ont obtenu 18% des suffrages aux élections de 1930 puis 37% aux élections législatives de 1932 après que l’Allemagne ait été gouverné par un gouvernement très minoritaire qui ne pouvait légiférer que par décret présidentiel. Un tel système politique ne correspondait plus aux normes des démocraties représentatives. La Norvège La Norvège possède des similarités quant à la liaison syndicat – Parti Social Démocrate avec la Suède mais ce pays ce rapproche du Danemark quant le mécontentement contre le payement des impôts excessifs s’est traduit par l’apparition de partis de protestation en 1973. Le Parti du Progrès danois, issu de nulle part, est devenu à cette date le deuxième parti danois avec 18% des suffrages et le parti correspondant norvégien à partir de 5% des suffrages à cette époque est devenu en 1999 le deuxième parti de son pays. Le manque de clarté dans les coalitions, l’instabilité gouvernementale mène à l’apparition de partis de protestation qui surprennent la presse et les commentateurs les plus avertis. L’Autriche L’Autriche possédait un quasi-bipartisme jusqu’à la transformation du petit Parti Libéral en 1986 en parti neo fasciste. Etant donné qu’aucun des principaux partis ne possédait une majorité absolue en sièges et que le Parti Social Démocrate qui possédait la majorité relative ne voulait pas faire une coalition avec ce parti extrémiste, un gouvernement de grande coalition (gouvernement d’éléphants) entre les deux grands partis jadis rivaux a été formée. Or, autant sur le plan des idées un gouvernement réunissant 85% des députés peut paraître séduisant, sur le plan électoral cela laisse à l’autre ou les autres petits partis le soin d’accueillir le vote contre le gouvernement. Ici il faut bien souligner que quelle que soit la valeur du gouvernement il se trouvera toujours un nombre considérable d’électeurs 3 pour voter contre lui. Ceci a fait le bonheur du parti de Haider sans que la nature idéologique du parti intervienne d’une façon conséquente. Le Parlement européen M. Mabille est président du Centre de Recherche et d’Information Socio Politique à l’Université Libre de Bruxelles. Il a parlé des modes de scrutin au Parlement européen. A son avis, la différence entre les différents modes de scrutin et états se voient plus forcément au Parlement européen. L’électoral est plus dicté par l’appartenance sociale et les effets de conjoncture. La première élection au suffrage au Parlement européen a eu lieu en 1979. Les modes de scrutin étaient particuliers à chaque Etat membre. Aux dernières élections au Parlement européen il y eu une baisse effrayante de participation. Ceci est une question majeure, surtout dans les pays attachés à l’obligation de vote. Questions et remarques Des questions ont été posées concernant entre autres le rôle croissant des medias, l’importance d’un programme et la possibilité ou l’impossibilité de consulter tout le monde à tout moment. Des remarques ont aussi été faites au sujet de la baisse de participation aux élections du Parlement par rapport à la baisse aux Etats-Unis. M. Owen a expliqué que la participation électorale aux Etats-Unis ne se calculait pas de la même façon qu’en Europe étant donné que quatre des Etats n’avaient pas à proprement parler de liste électorale. Dans le cas où les calculs s’effectueraient de la même façon les résultats ne seraient pas très différents. Le faible niveau de participation des élections européennes est certainement lié à l’absence d’enjeu européen. Car il n’y a ni gouvernement, ni opposition à l’Assemblée Européenne si bien que l’élection européenne devient une élection dite « non essentielle » où l’on règle des problèmes de politique nationale, par exemple, un vote contre le gouvernement nationale. M. Mabille a reconnu l’importance d’un programme, mais il faut aussi le faire connaître. A ce moment-là le rôle de média est important. En matière préélectorale le rôle des sondages est très important, même si les citoyens doivent s’y méfier. M. Owen a reconnu l’importance de la France sous la IVème République comme exemple de pays ingouvernable alors que la Vème République, qui a abandonné le scrutin de liste proportionnelle pour un scrutin majoritaire, n’a plus ces difficultés alors même que le Général De Gaulle dont la présence au départ a été essentielle a disparu depuis longtemps. Le modérateur a terminé le déjeuner tout en remerciant les intervenants pour leurs contributions très enrichissantes.

Commission  Vedel: Les modes de scrutin

Georges Vedel

par Denis Giraux et Bernard Owen

Denis Giraux

Il existe des matières où l’on trouve de graves lacunes. Les systèmes électoraux qui devraient servir de base à la volonté du peuple ne dépassent pas une séance de dix minutes. Les structures d’influence électorales, les structures d’accueil pour le vote contre qui peuvent pénétrer dans l’inexplicable.

Nos candidats à l’élection présidentielle mentionnent incidemment « une dose de proportionnelle ». L’on comprend alors qu’il s’agit des élections législatives. Or, il apparaît que toute modification d’un mode de scrutin doit tenir compte de l’ensemble de ceux de la nation entière. Tour d’horizon des différents scrutins.

Les élus politiques de la France forment un tout et les mandats enchevêtrés les uns dans les autres contribuent à constituer l’image politique que les médias reproduisent et diffusent à l’ensemble de la population.

Notre première constatation a donc été que nos candidats auraient dû envisager la cohérence des modes de scrutin pratiqués sur l’ensemble du territoire national. Nous avons tenté de déterminer les influences à l’oeuvre  et, en particulier, l’effet des divers modes de scrutin introduits depuis 1958. Nos raisonnements se sont alors concentrés sur l’ensemble du réseau électoral français sans nous limiter aux seules élections législatives.

  1. Si l’on veut se convaincre de l’importance des modes de scrutin dans l’organisation et l’évolution d’une société, il suffit de constater que la Constitution française de 1958 repose en fait sur deux piliers principaux : l’élection du Président de la République au suffrage universel direct et le rétablissement du scrutin majoritaire.. C’est assez curieux, voire paradoxal, car cette première loi électorale n’est apparue qu’en 1962 dans la charte fondamentale, et la seconde ne découle que d’une loi ordinaire parfois remise en chantier.
  2. Les modifications ou redéfinitions apportées aux modes de scrutin des élections politiques essentielles et non essentielles ont parfois, dans le passé, découlé de raisons politiques réfléchies, Quant à la campagne présidentielle actuelle (2012), rien de semblable n’apparaît.
  3. Après les déclarations portant sur l’économie et le social, la petite phrase tronquée « une dose de proportionnelle » appelle un certain nombre de commentaires et d’interrogations, que nous souhaitons exposer avec l’approche traditionnelle de notre Centre de Recherche, soit essentiellement comparative et historique.
  4. Absence de cohésion des modes de scrutin
  5. Il s’agit de s’interroger :
  6. Cette ambiguïté de départ limite le champ d’investigation de nos candidats ou de leur équipe. N’aurait-il pas fallu se demander si, et dans quelle mesure, ces nouveaux modes de scrutin avaient contribué à la décomposition du système partisan stable mis sur pied grâce à l’unité des modes de scrutin du début de la Vème République ?
  7. Réfléchissons, l’ensemble de la vie politique française de 1958 à 1981 a été celle de la mise en place progressive d’une bipolarisation des partis, depuis 1984, ce clivage a subi l’assaut de nouvelles forces politiques, dont principalement le FN et les mouvements écologiques. Nos candidats considéraient-ils que l’évolution actuelle concernant la représentation des forces politiques nécessitait une modification des modes de scrutin pratiqués sur l’ensemble du territoire ? Si oui, lesquels et de quelle façon ?
  8. Encore faudrait-il que nos candidats se souviennent de l’époque électoralement troublée de la IVème République ? La première partie de la Vème République a représenté la recomposition du système des partis. A côté de l’effet présidentiel, le scrutin majoritaire qui était présent à tous les niveaux de la vie politique, législatives, cantonales et municipales, a mis progressivement en place un système de bipolarisation permettant :
    • une majorité gouvernementale.
    • une opposition capable de devenir majoritaire.
    • Enfin, et c’est un fait essentiel bien que trop souvent négligé, dans la mesure où il élimine tout risque d’aventure, seul un candidat présenté par l’une des principales formations appartenant à la bipolarisation, peut accéder à la présidence de la République. La politisation de la vie publique descend peu à peu tous les échelons de l’organisation de l’Etat. « La moindre élection cantonale partielle finit par se calquer sur l’élection présidentielle, et par produire au second tour un affrontement centre-gauche, centre-droite en réduisant progressivement l’extrême gauche et l’extrême droite au rôle de force d’appoint. Le quadrillage polaire paraît définitivement installé.
  9. Il est alors clair que l’introduction ultérieure de la représentation proportionnelle (RP) de liste pour les élections européennes, régionales, et la possibilité pour les formations mineures d’obtenir des conseillers municipaux depuis les élections communales de 1983, a commencé à miner l’édifice des partis..
  10. Après avoir parlé des modes de scrutin majoritaires des élections législatives et présidentielles, qui ont structuré le système politique français sur le mode bipolaire, J.L. PARODI  estime que : « toutefois, cette structuration bipolaire diffusée de surcroît localement par les logiques également majoritaires des modes de scrutins municipaux et cantonaux va se trouver menacée depuis la fin des années soixante-dix par l’ouverture périodique de cet accordéon jusqu’alors refermé, d’abord du fait des élections européennes puis des élections régionales ».
  11. Cette dérive représentative est d’autant plus possible que ces élections ne sont pas jugées comme essentielles par une bonne partie de l’électorat comme de la doctrine, et qu’alors, une partie des votants oscille entre attrait de la nouveauté et la volonté de manifester son humeur. Par exemple, du fait de la conjugaison de la RP et de la marginalité de chaque élection européenne, on voit apparaître, depuis 1984, une nouvelle formation politique, lors de chaque consultation : est-ce bien sain pour l’équilibre du pays ? Un Bernard TAPIE n’aurait-il pas tenté ce parti prospectif avec un M.R.G. Ressuscité ?.
  12. Un danger disparu
  13. Autre hypothèse d’un danger, plus guère possible en raison de la réduction de la durée du mandat présidentiel à cinq ans, c’est celui de la cohabitation, qui a atténué les clivages, estompé les frontières, embrouillé les territoires (Jean-Luc PARODI), ce qui se traduit par la confusion de certains Français entre cohabitation et collaboration. Ce phénomène a même eu des conséquences importantes. Lors du colloque de l’Association Française de science politique du 20 janvier 1989,  l’on a cité un sondage de l’IFOP, dans lequel 8 % des interrogés disaient qu’ils voteraient pour François MITTERRAND, tout en souhaitant que l’on conserve Jacques CHIRAC comme premier ministre.
  14. Les élections municipales
  15. Ce danger disparu, voyons ceux toujours bien en place. Considérons les élections municipales. Depuis 1964, les conseillers municipaux des communes de plus de 30 000 habitants étaient élus au scrutin majoritaire de liste, ce qui avait pour inconvénient majeur d’éliminer l’opposition; or, ce n’est assurément pas le but de la représentation. Le 26 juillet 1982, le rapporteur Jean POPEREN, remarque justement : « elle n’assure aucune représentation de minorités si importantes soient-elles ».
  16. Le projet de réforme était présenté sous deux aspects : (Jean POPEREN)
    • La justice : « toute liste ayant obtenu 5 % des voix au tour décisif aurait droit à une représentation ».
    • L’efficacité : « il faut que nos cités soient gérées … Nous ne voulons pas donner à la majorité le monopole … mais nous voulons lui donner une prime suffisamment forte pour qu’il existe une majorité de gestion ». Le tout pouvant être résumé par le slogan : « oui à la diversification, non à l’atomisation ».
  17. En fait, le mode de scrutin créant artificiellement des majorités au sein des conseils municipaux a utilisé des procédés autour desquels subsistent des relents antidémocratiques, il s’agit de la loi Acerbo du 13 décembre 1923. MUSSOLINI avait chargé Giacomo ACERBO de cette loi, qui accordait à la liste d’un parti ayant obtenu plus de 25 % des suffrages les deux tiers des sièges à pourvoir, alors que le tiers restant était distribué au scrutin proportionnel aux partis d’opposition. MUSSOLINI, qui n’avait jusque là rencontré que de mauvais résultats électoraux, a été obligé d’agir très anti démocratiquement contre les partis représentant l’opposition, mais, selon les textes, la loi Acerbo créait une majorité tout comme notre loi municipale. C’est utile, sinon essentiel pour obtenir une bonne gouvernance, mais cela permet à une opposition morcelée d’être présente dans les conseils municipaux.
  18. Il faut dire qu’un homme politique français du Parti Socialiste : Etienne WEIL-RAYNAL s’était inspiré de la loi Acerbo, sans que cela soit accepté par le gouvernement de gauche d’avant la guerre ou sous la IVème République, bien que la loi des apparentements en France pour les élections législatives de 1951 et 1956 avaient un but bien évident : favoriser certaines coalitions de partis.  Weil-Raynal décèdera, un an après que François Mitterrand devienne Président de la République. La critique est facile, mais comment pourrait-on réaliser autrement les deux aspects de Jean Poperen ?. Il s’agirait de découper les communes en secteurs. Le code électoral le prévoit, mais pour d’autres raisons, l’article 254 prévoit le découpage « quand une commune se compose de plusieurs agglomérations distinctes et séparées ». Ainsi, les communes de plus de 3 500 habitants seraient découpées en secteurs représentant une circonscription uninominale, binominale ou trinominale. Les communes seraient ainsi gouvernables, tout en ayant des représentants de l’opposition par un procédé plus rationnel que de créer artificiellement des majorités de papier.
  19. Les élections régionales
  20. Nous nous sommes attardés sur les élections municipales, car leur mode de scrutin sera adopté pour la raison inverse (avec des seuils différents) pour les élections régionales. Au départ, les élections régionales se faisaient au scrutin proportionnel avec un seuil de 5 %. Le rapporteur de la loi du  10 juillet 1985 : Roger ROUQUETTE, remplaçant le suppléant absent, a dit : « Il faut rappeler que ce système est équitable, car il permet d’offrir aux différents courants d’opinion une représentation convenable au niveau régional. On notera ainsi que le seuil de 5 % constitue une garantie d’efficacité ».
  21. Le voeu du rapporteur était louable, mais les résultats ne l’ont pas suivi. Certaines régions ne disposaient pas d’une majorité constante et conforme aux courants politiques venus. L’élection du Président de région, qui se faisait par le vote de l’Assemblée Régionale, a pu mener à l’élection de personnalités marginales de courants très minoritaires (Nord-Pas-de-Calais), ce qui a mené certaines régions à se trouver dans l’impossibilité de voter le budget de l’année suivante au mois de décembre.
  22. Le volume 54 n° 4 de 2004 de la Revue Française de Science Politique indique les raisons pour l’adoption du système des municipales, Weil Raynal Acerbo pour les élections de 2004 : « Les régions ont cessé d’être un théâtre de protestation sociale et catégorielle signalant un retour inattendu à la bipolarisation »(Claude Patriat). Pour nous, le mot « inattendu » n’est pas le mot qui convient. Il s’agit, de toute façon, d’une « quasi bipolarisation ».
  23. Citons maintenant Christian BIDEGARAY qui s’attarde sur les présidents de région : «Aux présidents issus de marchandages laborieux entre groupes politiques hétérogènes, auxquels donnait lieu la représentation proportionnelle adoptée en 1985, ont succédé des leaders de majorité claire générée par le nouveau mode de scrutin ».
  24. Raisonnons un instant sur l’effet des modes de scrutin semblables pour les élections municipales et régionales comprenant 22 régions métropolitaines et 6 d’Outre Mer.
    Le point positif résulte dans l’obligation d’avoir un parti assuré d’obtenir la majorité et le pouvoir de gouverner.
    Le point négatif concerne les autres partis, qui peuvent se morceler sans qu’une force d’opposition soit capable de gouverner ultérieurement à son tour en raison de la partie proportionnelle qui leur est réservée.
  25. Elections européennes
  26. La pure représentation proportionnelle (avec un seuil de 5 % des suffrages) existe encore, bien qu’une modification pour réduire ses inconvénients date de 2004. L’introduction de cette élection a été votée par l’Assemblée Nationale le 17 juillet 1977. Il s’agissait d’envoyer au Parlement Européen 81 députés nationaux, et en aucun cas, des députés capables de s’exprimer en tant que représentants de régions.
  27. Beaucoup d’intervenants ont insisté sur cette absolue nécessité (politique plus que juridique) de ne prendre en compte qu’une seule circonscription.
  28. Georges DONNEZ, rapporteur de la Commission Parlementaire, estime alors en effet : « elle fera, sans contestation possible, des 81 élus les mandataires de la nation toute entière, et permettra de parer aux menaces de division et de contrecarrer les projets d’Europe des régions préconisés par certains ».
  29. Pour Christian BONNET, Ministre de l’Intérieur : « le gouvernement a pensé que le cadre national pouvait seul respecter le principe d’indivisibilité de la République, réaffirmé par le Conseil Constitutionnel, et permettre aux élus de représenter le peuple français dans sa totalité, sans que se développent les forces centrifuges sur lesquelles il me semble inutile d’insister ici ….. » (débats du 21 juin 1977).
  30. Or, l’on découvre très vite l’erreur des législateurs. L’élection de 1989 a permis 9 parlementaires écologistes, qui avaient passé un accord avec les indépendantistes corses (UPC), et Siméoni, placé en bonne place sur la liste écologiste, est élu.
  31. Donc, la pratique a démontré le contraire de ce que prévoyait le législateur. Adeptes d’une décentralisation très poussée, les Verts servent en fait de relais et de porte-voix européens aux régionalistes. « Les Verts obtiennent d’ailleurs de bons résultats en Alsace, Bretagne et dans les deux Savoies. Le revers des législatives de 1993 ne peut que pousser les écologistes déchirés vers ces particularismes locaux afin d’essayer une implantation par taches, ou alors chercher une politique radicalement contraire, beaucoup plus risquée ». C’est donc bien l’adoption du scrutin de liste proportionnel, surtout pratiqué dans le cadre d’une seule circonscription, qui a permis l’élection des écologistes, ce qui n’aurait pas été le cas s’il y avait un découpage en circonscriptions uninominales.
  32. En 1984, arrivant sur la scène politique avec 11,2 % des voix et 10 élus, le Front National n’a certes pas une région d’implantation privilégiée, non seulement certains lieux se montrent très favorables au parti de Jean-Maris LE PEN, mais de plus, et c’est beaucoup plus grave, c’est la légitimité d’une fonction politique d’élus représentant la France au Parlement Européen, qui apparaît alors.
  33. Il a fallu attendre l’année 2004 pour que la France soit divisée en 8 circonscriptions inter régionales  avec un seuil de 5 % au niveau de chaque circonscription. Maintenant, la France possède 78 représentants, et 72 en 2009. Il est certain que ce découpage, qui aurait pu aller plus loin, est certainement plus profitable que pendant la période précédente, car rien n’est plus dangereux pour la bonne gouvernance et la continuité de la démocratie qu’une proportionnelle au niveau d’une nation.
  34. FAISONS LE POINT
  35. Après l’épopée désastreuse de la Proportionnelle en France depuis 1945, ne serait-il pas utile de s'interroger sur la valeur du raisonnement politique, qui dans un bel élan envisagerait « une dose de proportionnelle » ?
  36. En France, nous rencontrons de la « proportionnelle », parfois bien modifiée, ici et là (efficacité oblige) aux élections européennes, régionales, municipales. Nos seuls bastions majoritaires sont les législatives et les cantonales.
  37. Les décisions prises en ne tenant compte que du mode de scrutin d’une seule élection particulière ne relèvent-elles pas de l’improvisation et les techniciens institutionnels ne prennent-ils pas alors le risque de devenir à moyen terme des apprentis sorciers ?
  38. Le démantèlement de cette structure bipolaire par l’introduction progressive de scrutins proportionnels, ou parfois fantaisistes (les municipales) pour des élections dites « non essentielles » a permis à de nouvelles formations de faire « la une des médias » en obtenant des élus, légalisant ainsi des propos racistes à peine déguisés en ce qui concerne le Front National.
  39. L’histoire politique du monde regorge d’exemples qui soulignent la fragilité des régimes démocratiques. La France ne fait pas exception à la règle, ce qui devrait faire longuement réfléchir ceux qui s’engagent dans des modifications ponctuelles tactiques du mode de scrutin sans prendre en considération les effets possibles de l’ensemble du régime politique sur le long terme.

Calcul attribution au QE puis à la plus forte moyenne

Voici une façon de calculer de systèmes proportionnels

 Il convient d’abord de diviser le nombre de voix obtenues par chaque liste par le nombre de sièges qui lui ont été attribués au quotient, augmenté d’une unité.

Un siège supplémentaire est donné à la liste qui a ainsi obtenu la plus forte moyenne.

Il est procédé successivement à la même opération pour chacun des sièges non attribués, jusqu’au dernier. Les listes ayant déjà obtenu un siège à la plus forte moyenne ne doivent pas être éliminées. Elles concourent en même temps que les autres et, si leur moyenne reste toujours la plus forte, elles doivent avoir un siège supplémentaire.

Calcul à la plus forte moyenne = Nombre de voix obtenues par chaque liste / (nombre de sièges qui lui ont été attribués au quotient + 1).

Dans l’exemple précité, la liste A a obtenu 3 sièges au quotient

Nombre de sièges : 5

Suffrages exprimés : 1 532

Quotient électoral : 1 532/5 = 306, 4

 

Attribution du 4ème siège

Liste A  935 voix/ (3+1) = 233,75

Liste B  302 voix/ (0+1) = 302

Liste C  295 voix/ (0+1) = 295

La liste B enlève le 4ème siège

 

Attribution du 5ème siège

Liste A  935 voix/ (3+1) = 233,75

Liste B  302 voix/ (1+1) = 151

Liste C  295 voix/ (0+1) = 295

La liste C enlève le 5ème siège

Il convient de pousser le calcul jusqu’aux décimales. Ce n’est que lorsque les décimales se reproduisent selon une séri identique dans le calcul des deux moyennes que celles-ci sont égales. Au cas où deux listes ont la même moyenne, le siège doit revenir à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages ; si les deux listes en cause ont également recueilli le même nombre de suffrages, le siège est donné au plus âgé des deux candidats susceptibles d’être proclamés élus.

Exemple :

Nombre de sièges : 5

Suffrages exprimés : 1532

Quotient électoral : 1 532/5 = 306,4

Exemple :

Liste A        935 voix  =  935 / 306,4  = 3,05 Soit 3 sièges attribués « au quotient »

Liste B                   302 voix  =  302 / 306,4  <  1      aucun siège attribué « au quotient »

Liste C                   295 voix  =  295 / 306,4  <  1      aucun siège attribué « au quotient »

Trois sièges sont donc attribués au quotient. Les deux sièges restants doivent être répartis au plus fort reste ou à la plus forte moyenne.

Exemple :

Nombre de sièges : 5

Suffrages exprimés : 1532

Quotient électoral (QE) : 1 532 / 5  =  306,4

Il reste 2 sièges à répartir au plus fort reste

 

PARTIS

 

 

VOIX

(S)

 

Sièges obtenus au quotient(N)  

FORMULE

 

Reste

 

Sièges au reste

 

BILAN

 

Liste A

 

935

 

 

3

 

N  >  1

(reste = S-(QEx N)

935 – (306,4 x 3)

 

15,8

 

 

0

 

3

 

Liste B 302 0 N < 1 (reste = S) 302 1 1
Liste C 295 0 N < 1 (reste = S) 295 1 1

3 sièges ont donc été attribués « au quotient » à la liste A, les 2 sièges restants ont été respectivement attribués aux listes B et C « au plus fort reste ».

MEDIAPART: Au CNRS, plus de 200 000 euros détournés

21 JANVIER 2018 PAR NICOLAS CHEVASSUS-AU-LOUIS

Entre 2009 et 2016, une gestionnaire s’est offert, avec la carte du laboratoire, des voyages en famille et des commandes personnelles en ligne. L’enquête est accablante pour le CNRS, dont le contrôle de gestion s’est révélé totalement défaillant.

L’information figure, discrètement, sur deux pages du Bulletin officiel du CNRS de juillet dernier, qui en compte 258. Une certaine Mme S., gestionnaire d’un laboratoire qui n’est pas nommé, a été révoquée (c’est-à-dire licenciée sans pouvoir bénéficier de ses droits à la retraite) le 19 juillet 2017 du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), pour avoir détourné à son profit au moins 214 000 euros.

La nouvelle est passée totalement inaperçue au sein du plus grand organisme de recherche français. « Ce que vous m’apprenez est incroyable. Comment cela a-t-il été possible ? » réagit Patrick Monfort, secrétaire général du Syndicat national des chercheurs scientifiques (affilié à la FSU), et membre du Conseil d’administration du CNRS. Mediapart a mené l’enquête. Les résultats en sont accablants pour le CNRS, dont le contrôle de gestion s’est avéré totalement défaillant.

Le laboratoire victime de ce détournement de fonds est l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (IHPST) installé rue du Four à Paris. Avec plus de quarante chercheurs permanents, et tout autant de doctorants ou de jeunes chercheurs post-doctorants de passage, l’institut, sous la cotutelle du CNRS et de l’université Paris-1, est l’épicentre de la recherche française en matière de philosophie des sciences. Cette renommée lui vaut des financements conséquents, en particulier de l’Agence nationale de la recherche (ANR) qui dispense, en réponse à ses appels d’offres, des financements sur contrat de trois ans à des projets de recherche jugés intéressants, à l’issue d’évaluations extrêmement sélectives.

C’est précisément la gestion de ces contrats de recherche avec l’ANR qui a conduit à la découverte des malversations de Mme S. Au printemps 2017, un chercheur de l’IHPST s’étonne que la ligne de crédit d’un de ses contrats avec l’ANR ne lui permette plus de payer ses chercheurs post-doctorants, alors qu’il lui restait, selon ses calculs, plusieurs dizaines de milliers d’euros. Il demande à Mme S., gestionnaire, de consulter la liste de ses dépenses. La demande n’était pas la première (d’autres chercheurs en avaient auparavant formulé de comparables) mais Mme S. avait toujours invoqué d’obscures raisons administratives pour procrastiner et au final ne pas répondre.

L’obstination du chercheur à savoir pourquoi il ne peut plus payer ses post-doctorants conduit à la découverte du pot aux roses. « On a mis des mois à comprendre ce qui s’était passé », témoigne un chercheur de l’IHPST. Réponse : avec la carte de crédit du laboratoire, dont elle détenait le code, MmeS. s’est offert entre 2009 et 2016 pour 32 790 euros de billets d’avion pour son usage propre, dont elle a eu la générosité de faire profiter huit membres de sa famille. Et, entre 2011 et 2016, pour 182 031 euros d’achats sur Amazon qu’elle se faisait livrer au laboratoire.

L’analyse des interminables listings de numéros de commande sur la plateforme en ligne est encore en cours, pour déterminer ce qui pouvait relever de commandes légitimes, et notamment des achats d’ouvrages pour la bibliothèque de l’IHPST. Aussi les 182 031 euros ne sont-ils qu’une estimation a minima, ne concernant que des dépenses ne relevant à l’évidence pas du travail d’un institut de philosophie des sciences, comme des montagnes de chocolats Patrick Roger, des perceuses ou des habits pour enfants.

Comment cela a-t-il été possible ? Les chercheurs de l’IHPST se le demandent encore aujourd’hui. « Toute dépense doit être validée par la délégation régionale du CNRS, qui exerce périodiquement des contrôles de gestion avec demande des pièces justificatives. J’en ai pour ma part connu trois, extrêmement sérieux, durant mes neuf années de mandat », témoigne un ancien directeur de laboratoire du CNRS. Lorsque furent découvertes les malversations de Mme S., l’IHPST venait pourtant de passer un audit financier qui n’avait rien trouvé à redire à sa gestion. « J’ai été confrontée à quelques affaires relevant de “confusion” pour le dire pudiquement, entre dépenses privées et dépenses professionnelles avec la carte bleue du laboratoire, témoigne une ancienne gestionnaire de laboratoire du CNRS, mais absolument jamais dans des proportions pareilles. »

La direction de l’IHPST s’est-elle montrée négligente dans la supervision de la validation des dépenses figurant sur les relevés des cartes bleues ? En pratique, cette procédure officielle est peu appliquée. Les directeurs de laboratoire n’ont aucune formation aux tâches de gestion, et jusqu’à très récemment n’avaient aucune visibilité sur les mouvements de fonds dans leur laboratoire. Surtout, la direction d’un laboratoire CNRS est une tâche qui n’est quasiment pas rémunérée et administrativement harassante qui se mène au détriment de la conduite de sa propre recherche.

On ne se presse donc guère pour devenir directeur de laboratoire, tout particulièrement depuis l’apparition de l’ANR, la tâche relevant plus d’un dévouement associatif que d’une ambition de carrière. Mais que dire des contrôleurs de gestion de la Délégation régionale du CNRS, dont c’est précisément l’unique métier que de veiller au bon usage du financement public de la recherche ? Comment ont-ils pu, par exemple, ne pas tiquer à l’achat de billets d’avion pour l’île Maurice, peu connue pour son activité en matière de philosophie des sciences, pour plusieurs personnes, tous ayant le patronyme de Mme S., dont plusieurs enfants ? « C’est totalement incroyable, alors que l’on doit, pour chaque mission, fournir les justificatifs de nos déplacements, jusqu’aux tickets de métro, pour en être remboursés », témoigne un chercheur du CNRS.

Alors que nous menions cette enquête, une autre affaire de détournement de fonds au CNRS, dans son laboratoire de météorologie dynamique implanté à l’école Polytechnique, a été révélée par nos confrères du Point. Les montants sont plus importants (1,5 million d’euros entre 2007 et 2016), mais proportionnellement comparables puisque le laboratoire en question avait un budget beaucoup plus élevé. Surtout, l’arnaque au sein du laboratoire de météorologie dynamique, plus sophistiquée, a été découverte à la suite d’investigations de la gendarmerie alors que personne, parmi les nombreux membres et associés de l’IHPST rencontrés durant cette enquête, ne se souvient avoir croisé les forces de l’ordre dans le laboratoire.

Sollicitée, la direction nationale du CNRS, reconnaît que le montant du détournement au sein de l’IHPST est « exceptionnel » et indique que « dans les hypothèses de détournement de fonds, il est fréquent que les auteurs maquillent la nature exacte des dépenses par des factures ou bons de commande dont les intitulés sont rédigés de manière à ne pas éveiller l’attention au vu des missions de la structure dans laquelle ils travaillent. En outre, le détournement peut se traduire par des achats au montant unitaire généralement limité ». Il est vrai que lorsque furent découverts les listings d’achats frauduleux de Mme S., certains chercheurs de l’IPHST pensaient qu’Amazon ne vendait que des livres…

Le 20 octobre 2017, Mme S., défendue par une avocate du cabinet d’Henri Leclerc, a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris à six mois de prison avec sursis. Le CNRS ne s’était pas porté partie civile, ce qui signifie qu’aucune obligation de remboursement des sommes détournées n’a été ordonnée. La sentence est prononcée avec « exclusion de la mention de la condamnation au bulletin n° 2 du casier judiciaire ». Mme S. pourra donc, si l’envie lui en prend à l’issue de sa mise à l’épreuve de 18 mois, postuler à nouveau à des emplois de gestionnaire dans la fonction publique. Souhaitons que, comme nous l’indique laconiquement la direction du CNRS, « ce type de dossier amène le CNRS à renforcer encore plus ses contrôles ».

Président Macron: ménager le choux et la chèvre?

La Jungle de Calais

Le Président Macron critique d’abord, les associations qui viennent en aide au migrants et, après, la police en charge de la Jungle de Calais.  Un coup il essaye de séduite l’électorat de droite, un autre coup, celui  de droite. Il est vrai que le Président n’est ni l’un, ni l’autre, ou peut être les deux?  Il est malin notre président. Mais sur le fond, ce qui compte pour les français sont les résultats, à court et à long terme, n’est-ce pas?

Le journaliste du New York Tmes, Adam Nossiterjan, qui écrit sur la France, parle de La République en marche, comme ayant l’attitude de culte. Le fait que les députés de LRM soient sans aucune expérience explique cela.  .

 Macron Defends Migration Policy in France, Walking a Fine Line

By ADAM NOSSITERJAN. 16, 2018

CALAIS, France — President Emmanuel Macron of France on Tuesday came to Calais, the port city at the center of France’s migrant problem, to defend his policies as a mix of benevolence and firmness against critics who have accused him of inhumanity.

With France receiving a record number of asylum claims — 100,000 last year — Mr. Macron has been under increasing fire, especially from the left, for betraying France’s values.

His interior minister has been criticized for promoting searches of illegal migrants in emergency shelters and stepping up deportations. Police have been accused of ripping blankets away from freezing migrants.

Even members of Mr. Macron’s own cultlike political movement, La République en Marchehave expressed uneasiness with their leader for the first time.

On Tuesday, Mr. Macron fought back. But typically for the French president, he sought a middle ground, doling out favors and brickbats on both sides.

He vowed that Calais, the bedraggled port that is a focal point for migrants hoping to reach England, would never again be a dumping ground for them.

“Under no circumstances will we allow the Jungle to come back,” he told the officers, referring to the squalid encampment that once housed over 8,000 migrants near here, and that was torn down by Mr. Macron’s predecessor in the fall of 2016.

He chastised charitable organizations for encouraging “these men and women to settle, in an illegal status.”

There are still some 600 migrants — mostly young Eritreans, Sudanese and Afghans — in and around Calais, camping out in the underbrush and scattering at the approach of the police. Still, they are invisible in the struggling town itself, where before knots of two or three were ever-present.

But Mr. Macron, at times sounding defensive, seemed most at pains to reassure his critics on the left in his speech Tuesday, in a frigid and drafty hangar at a windswept police barracks in Calais.

The president is not used to being accused of inhumanity, but that has been the tenor of a weekslong barrage in the media here. His face appeared on the cover of this week’s widely read magazine L’Obs encased in barbed wire; inside, a host of well-known writers took savage aim at him.

In Le Monde on Tuesday, leading intellectuals, including a one-time top adviser and the head of a top think tank, accused him of having “broken with the humanism you advocated.”

So on Tuesday Mr. Macron’s most pointed words were for the police officers who listened to him in stony silence, and did not applaud him at the end.

The unspoken message to them: be gentle. It was an unusual admonition in the French context — a head of state chiding national law enforcement, with which a French president usually tries to closely identify.

“These are human beings to whom we have a duty of humanity,” the French president said Tuesday. “You need to be exemplary, and you need to respect the dignity of each individual,” he said.

Don’t allow people to have “the idea that you are practicing physical violence,” Mr. Macron said. “If there are failings, they will be sanctioned, proportional to the confidence we have in you,” he warned.

A Human Rights Watch report last summer was severely critical of police treatment of migrants at Calais, pointing to the systematic use of stinging spray and destruction of migrants’ goods. Mr. Macron, without endorsing the letter of that report Tuesday, appeared to acknowledge its spirit.

His government is in the midst of preparing a new policy, focused on distinguishing between those who seek to establish themselves in France for economic reasons — the overwhelming majority, especially among those from Africa — and those fleeing persecution.

He wants to send those in the first category home, and indeed such returns were up 16 percent last year.

Still, the overwhelming majority of migrants stay in France, dispersed across “welcome centers,” waiting months for their applications to be decided on, or simply fleeing from them — some 37 percent.

His rightward drift on the issue has been strategic, outflanking the far-right National Front as well as the more traditional right.

The National Front has made illegal immigration its signature issue, and Mr. Macron knows that its constituency in France remains large, if dormant for the moment.

Marine Le Pen, the party’s leader, has been less critical of Mr. Macron than the left has on the subject of migrants. But the president’s warnings to the police Tuesday may give her an opening.

A Franco-British summit on Thursday is certain to take up migrant issues, as Mr. Macron suggested Tuesday — especially the thorny one of unaccompanied minors trying to reach Britain and stuck in Calais.

Pushing back at his critics on the left, Mr. Macron insisted Tuesday that considerable resources were being devoted to the hosting of migrants, “a reality behind these figures, a budgetary commitment,” including 20,000 housing units for refugees.

On Tuesday he went a step further, saying the state would “take on” the feeding of migrants at Calais, long a sore point for the charitable associations that now perform the task.

Earlier, Mr. Macron had met with migrants at a reception center in the small town of Croisilles, south of Calais. He engaged in an almost tender exchange with one, a young Sudanese man named Ahmed, as reported by a pool reporter for Agence France-Presse who was allowed to witness the scene.

“Have you made friends here?” the president asked Ahmed, according to the pool reporter.

• ELABE – sondage du 4 JANVIER 2018

Militants favourable towards an international airport project in Notre-Dame-des-Landes, carry a plane model reading « Air Mediation » as they prepare to simulate an airplane crash as they demonstrate on November 25, 2017 in Nantes, western France.
The controversial project, which was approved in 2008, has since been facing opposition for ecological and human reasons, and no specific date to start the construction has been set. / AFP PHOTO / Jean-Sebastien EVRARD

ELABE – Observatoire politique – janvier 2018

  • ÉTUDES & SONDAGES
  • Avec la hausse enregistrée ce mois-ci, Emmanuel Macron bénéficie d’un score supérieur de 7 points à celui de François Hollande à la même période de son quinquennat (39%).
    Malgré cette hausse, un Français sur deux (50%, -4) déclare ne pas lui faire confiance, dont 20% (-4) « pas du tout confiance ». A noter que le taux de personnes affirmant ne « pas du tout » faire confiance au chef de l’Etat est en baisse de 8 points en deux mois, après avoir été en constante hausse depuis le …il début du quinquennat.(Emanuel Macron) progresse auprès des électeurs de 1er tour de François Fillon (52%, +7) et de Marine Le Pen (20%, +5).