Les réformes du Président Macron: Il veut faire plaisir à tous en dehors de toute réflexion politique.

Maria Rodriguez-McKey – Bernard Owen

Jospin en parlait et la commission du même nom l’a proposé au Président Hollande, qui a eu l’intelligence de ne pas la suivre. De quoi parle-t-on?  Mais de la dose de proportionnelle.

Pendant la campagne présidentielle, le candidat Macron avait promis d’injecter une dose de proportionnelle dans le scrutin législatif afin que « toutes les sensibilités y soient justement représentées », faisant de la représentativité l’une de ses priorités. Le Sénat a le droit de s’y opposer donc il va peut être essayer d’organiser un référendum. Mais analysons ce que cette belle promesse du Président veut vraiment dire.

D’abord, ces beaux mots s’appliqueraient aux élections  législatives.  Que fait le législateur? vous répondez légiférer (l’électeur n’est pas aussi bête contrairement à ce que beaucoup de politiciens pensent)  Un Président et son gouvernement ont donc besoin d’une majorité qui approuve les lois. D’ailleurs, le terme majoritaire qui sert aussi à désigner le mode de scrutin, qu’il soit à un tour comme aux Etats-Unis ou à deux comme en France, vient du fait qu’il apporte la majorité au parti que gagne l’élection.

En dehors du parti du Président, il y a l’opposition. Alors, si le Président Macron veut que toutes les sensibilités soient présentes, et il y en a tellement, allant de l’extrême droite aux communistes, et pourquoi pas les trotkistes ? Vu l’histoire de France, il doit encore rester quelques royalistes? pourquoi pas eux? Toutes les sensibilités c’est tout et n’importe quoi. Puis  « justement » représentées, que veut dire cela?  quelques sièges par ci et par là?  Nous sommes pas très forts en mathématiques mais cela semble être une division de l’Assemblée. parce que la proportionnelle, qu’elle que soit la dose, divise.   Est-ce réellement souhaitable?

Une petite dose? une grosse dose?  l’intégrale?

La proportionnelle intégrale est une super dose et voyez ce que ça donne en Europe et a donné par le passé. Mais il paraîtrait que le Président de la République voudrait moins que 30%. Ouf on est sauvé!  n’est-ce pas?  Peut-être se trompe-t-il quant au sujet qu’il aborde car la dose importe peu, le principe de base est que la proportionnelle divise. Cela pourrait-il arriver à La République en marche?  Le scrutin majoritaire effectue une synthèse de différentes tendances idéologiques et politiques alors que le grand défaut de la proportionnelle ne fait qu’exacerber les différences.

Dans le domaine des idées, toutes les sensibilités peuvent et doivent être exprimées.  En revanche, au parlement il faut qu’il y ait un parti d’une tendance qui gouverne et l’opposition d’une autre tendance qui puisse être apte à gouverner.

Il a également proposé une « limitation du cumul des mandats dans le temps » pour les parlementaires, a priori trois mandats même s’il n’a pas cité de chiffres. Trois mandats?  Pourquoi pas quatre? Encore mieux: Pourquoi ne pas laisser le choix à l’électeur.  Autrement dit, c’est plutôt à l’électeur de décider en se basant sur son appréciation du travail fait par le député et le sénateur.

Le gouvernement semble oublier qu’être un élu est un métier à part entière, comme celui d’un médecin, d’un ingénieur, pour qui l’expérience vient avec des années de travail. Si vous ajoutez à la proportionnelle qui divise, la limitation de nombre de mandats donc renouvellement tout les 18 ans, l’ensemble ne pourra que intrdouitr de l’instabilité politique.

Congressional Report on Terrorism/ L’Union Européenne et sa stratégie cotre le terrorisme

Article du  Southern Poverty Law Center sur le rapport du  Congrès concernant le terroriste « fait maison » ou de provenance étrangère.

Congressional Report Highlights Gaps in U.S. domestic terrorism policy

Daryl Johnson 

January 02, 2018

Since the 9/11 terrorist attacks against the World Trade Center, Shanksville, and the Pentagon in 2001, U.S. counterterrorism policies have overwhelmingly focused on international threats emanating from terrorists, such as al-Qaeda, the Islamic State (IS) and their affiliates.

While this national security strategy was justified in the years immediately following such a horrific, mass-casualty producing attack against America, it now appears narrow-minded and limited given the resurgence of other violent forms of domestic terrorism perpetrated by violent antigovernment and hate-oriented extremists.

A new Congressional report distributed in August highlights the growing threat from domestic terrorists, described as “people who commit crimes within the homeland and draw inspiration from U.S.-based extremist ideologies and movements.” The report, published by the Congressional Research Service (CRS), highlights several gaps in U.S. policy related to identifying, analyzing and assessing domestic terrorist threats. It notes that domestic terrorists “have not received as much attention from federal law enforcement as their violent jihadist counterparts,” which has not always been the case. For example, in 1999, the Federal Bureau of Investigation (FBI), the lead federal agency responsible for investigating acts of domestic terrorism, stated that “during the past 30 years, the vast majority — but not all — of the deadly terrorist attacks occurring in the United States have been perpetrated by domestic extremists.”

According to the CRS report, it’s clear that domestic terrorism is not a top federal counterterrorism priority. Nevertheless, domestic terrorist threats feature prominently among state and local law enforcement concerns. Furthermore, several recent studies have shown that domestic terrorism is often overlooked and rivals that of Al Qaeda-inspired terrorism.

According to studies from New American FoundationCombatting Terrorism Center at West Point, the SPLC and others, domestic terrorists have been responsible for orchestrating many deadly terrorist incidents in the U.S. since 9/11. Some have concluded that domestic non-Islamic terrorism poses a greater threat in the U.S. than Al Qaeda-inspired terrorism based on the number of attacks since 9/11.

A 2016 Center for Investigative Reporting study concluded there were nearly twice as many domestic terrorist attacks and plots as Al Qaeda-inspired incidents between 2008 and 2016. According to CIR investigative reporters, nearly half (48 percent) of the Al Qaeda-inspired incidents were FBI sting operations (which inflated the number of incidents). This was more than four times the rate for domestic non-Islamic extremists. This disparity, according to counterterror experts, is indicative of the lopsided nature of U.S. government counterterrorism and investigative resources. Statistics provided in the CIR study indicates that far fewer resources (e.g. analysts, agents, informants, operatives, etc.) are allocated to analyze, assess, investigate, and prosecute domestic non-Islamic terrorists. A similar allegation was also made during a Congressional hearing on hate crimes held in the immediate aftermath of the Sikh Temple shooting in August 2012.

Likewise, a 2014 University of Maryland national survey of state and local law enforcement officers found that sovereign citizens was the “top concern” for terrorist threats in the homeland. Al Qaeda-inspired terrorism ranked second, but was also closely followed by militia/antigovernment and white supremacist threats. A second survey conducted by Duke University’s Triangle Center on Terrorism and Homeland Security in 2015 produced similar results with antigovernment extremism being the top law enforcement concern.

The CRS report raises several key issues related to improving U.S. domestic terrorism policy. They include: (1) federal agencies employ varying terminology and definitions to describe domestic terrorist threats;  (2) the Department of Justice (DOJ) and the FBI do not officially designate domestic terrorist organizations; (3) few, if any, domestic terrorists are charged or prosecuted under federal or state terrorism statutes; (4) domestic terrorists, for the most part, do not use traditional terrorist tactics such as bombings, large-scale attacks, airplane hijackings, or political assassinations; (5) foreign-inspired homegrown violence gets more media attention than acts of domestic terrorism; and, (6) domestic extremist ideology often uses the cover of constitutionally protected activity. These constitutional rights pose unique challenges to law enforcement when monitoring extremist groups and individuals, assessing potential threats and interdicting violent acts.

Existing official definitions of “domestic terrorism” (e.g. those used by federal agencies or codified into law) are too broad and confusing. These definitions need to be consolidated, more clearly worded, and narrowly focused on what constitutes domestic terrorism. Ambiguity in the investigative process regarding when criminal activity becomes domestic terrorism may also need clarification. Furthermore, federal agencies appear to use the terms “terrorist” and “extremist” interchangeably when referring to domestic terrorism. This practice confuses the issue and blurs the line between peaceful, law-abiding activity and illegal acts and violence.

The report raises the lack of an official domestic terrorist group list as another problem. U.S. counterterrorism policy abroad is driven by such a list — the U.S. Department of State’s list of foreign designated terrorist organizations. The State Department list gives lawmakers a clear, succinct, and vetted catalog of terrorist groups. The lack of a similar domestic terrorist group list confuses policy makers and complicates their understanding of domestic terrorism. In turn, this negatively impacts their ability to develop domestic counterterrorism policies.

The group list issue is further problematic due to the fact that domestic terrorists don’t operate like foreign terrorist groups. In contrast, domestic terrorists have adopted the tactics of leadless resistancelone wolves and small cells. For this reason, domestic terrorists may be better categorized according to the extremist ideological concepts that underpin their threats, inspire radicalization, and mobilize individuals toward violence or criminal activity. For example, the DOJ, the FBI, and the Department of Homeland Security (DHS) have already identified domestic terrorist threats in their public statementsCongressional testimony and official reports. According to these statements, domestic terrorist threats have included animal rights extremists, eco-terrorists, anarchists, anti-government extremists (such as ‘sovereign citizens’ and unauthorized militias), black nationalists, white supremacists and violent anti-abortion extremists.

The DOJ, FBI, and DHS, however, must balance their respective authorities while safeguarding extremists’ rights to freedom of expression, freedom of assembly, and other constitutionally protected activity. Unfortunately, domestic extremists are well aware of their civil and privacy rights and often exploit these rights to provide cover for illegal activity, further radicalization, and mobilization towards violence. The CRS report draws attention to this dilemma stating, “domestic terrorists operate in a decentralized fashion, terrorist lone actors (lone wolves) or isolated small groups (cells) generally operate autonomously and in secret, all the while drawing ideological sustenance — not direction — from propagandists operating in the free market of ideas.”

Another persistent issue relates to the disparity in federal and state prosecution and sentencing of Al Qaeda-inspired terrorists in the U.S. versus domestic terrorists. Outside of eco-terrorist cases, there have been virtually no violent domestic extremists charged or prosecuted under federal or state terrorism statutes which offer penalty enhancements for suspects engaging in domestic terrorist plotting or terrorist-related activity. Most domestic terrorists are charged under existing firearms, arson, and explosives laws, rather than a terrorism statute.

A 2016 Reuters analysis of more than 100 federal cases since 2014 further illustrated that domestic terrorist suspects collectively face less severe charges than those affiliated with the Islamic State who were arrested in the U.S. Between 2014 and 2016, 27 defendants were charged in the U.S. for plotting or inciting terrorist attacks. They carried a median prison sentence of 53 years. Over the same time period, 27 U.S.-based antigovernment or hate-motivated extremists were charged with similar activity. They carried a medium prison sentence of 20 years.

The Reuters study indicates that federal agents and U.S. Attorney’s Offices are encouraged to “open investigations into Americans who support groups on the State Department’s list of foreign designated terrorist organizations.” Reuters further reported that, “the maximum penalty for supporting a foreign terrorist organization has been raised from 10 years to 20 years in prison since 2001.”

Although most judges sentenced Al Qaeda-inspired terrorists below the maximum, domestic terrorists enjoy greater constitutional protections and have rarely been charged or prosecuted with terrorism statutes. Embracing domestic extremism, no matter how radical the rhetoric becomes, is not a crime. According to current and former federal prosecutors, it is also very difficult “to convince a jury that someone who is not affiliated with a foreign group can be guilty of terrorism.”

It is important that the U.S. government take the lead in developing new strategies and tools for law enforcement and the courts to better deal with problems associated with domestic terrorism. There is also a need for government officials, law enforcement, and the media to educate themselves and the public about domestic terrorism. There is a need for better methodology for determining what extremist ideologies, groups or movements support domestic terrorism and who, if any, deserves the label of “violent extremist” or “domestic terrorist.” If the U.S. government is unwilling to pursue the issues raised in the CRS report and the other aforementioned studies, then state governments should take the initiative to discuss and consult on these matters between state and local law enforcement officials, governors, and states attorneys’ offices in an effort to develop their own strategies and methodology for fighting domestic terrorism.

La coopération policière

Synthèse 23.03.2018

Entamée dans les années 1970 au sein de l’Union européenne, la coopération policière a surtout pris son élan avec le traité de Lisbonne et la suppression du troisième pilier (JAI). Elle s’appuie sur son outil principal, Europol (l’Office européen de police) mais est également très liée à la coopération douanière, la coopération judiciaire en matière pénale, le volet extérieur de l’espace de liberté, de sécurité et de justice, le respect des droits fondamentaux ou encore la protection des données personnelles.

Evolution de la coopération policière

En 1976, plusieurs responsables des ministères de la Justice et de l’intérieur des 12 Etats membresde l’Union européenne (alors Communauté) se réunissent pour composer TREVI, une structure ad hoc intergouvernementale dont l’objectif est la coopération policière à l’échelle européenne. Ce groupe reste tout à fait secret jusqu’en 1989, et est officialisé par le traité de Maastricht (1992). Ce dernier précise les domaines justifiant la mise en place d’une coopération policière : le terrorisme, le trafic de drogues et toute autre forme de criminalité internationale. Il crée également l’Office européen de police, Europol, qui remplace TREVI, mais n’est concrétisé au départ que partiellement avec la mise en place de l’Unité drogues Europol.

Ce n’est que le 26 juillet 1995 que la convention Europol est signée, et l’office n’entame réellement ses activités qu’en 1999, avec des compétences renforcées par le traité d’Amsterdam. Pour autant, la coopération policière a avancé en parallèle depuis la création de l’espace Schengen en 1985. L’acquis Schengen en matière de coopération policière est ainsi repris par le traité d’Amsterdam mais au titre du troisième pilier, qui n’est pas « communautarisé » mais reste intergouvernemental.

Le traité de Lisbonne a profondément modifié, et renforcé par la même occasion le système de coopération policière. Elle est désormais régie par les articles 33, 87, 88 et 89 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). La procédure législative ordinaire s’y applique désormais : le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen sont compétents pour adopter des mesures en codécision. Cependant, de même que pour la coopération judiciaire en matière pénale, certaines particularités résistent (au-delà des « opting-out » bénéficiant dans ce domaine au Royaume-Uni, à l’Irlande et au Danemark) : la Commission continue de partager son pouvoir d’initiative avec les Etats membres, même si pour ces derniers ce pouvoir a été largement restreint par le traité de Lisbonne ; le Parlement européen n’est que consulté en ce qui concerne les mesures de coopération opérationnelles ; de même en l’absence d’unanimité au Conseil, les éventuelles coopérations renforcées qui pourraient être mises en place (à l’initiative de neuf Etats membres minimum) doivent recevoir l’aval du Conseil européen qui recherchera un consensus entre les 28 Etats membres ; enfin les actes adoptés avant l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne ne peuvent pas faire l’objet d’un recours en manquement ou d’un renvoi préjudiciel pendant une période de cinq années.

Les outils de la coopération policière

Le Collège européen de police (CEPOL)

Créé en 2000 et basé à Budapest depuis le 1er octobre 2014, le CEPOL propose des cours, séminaires et conférences aux hauts fonctionnaires de police de toute l’Europe. Son objectif est d’encourager la coopération transfrontalière dans la lutte contre la criminalité et le maintien de la sécurité et de l’ordre public. Le CEPOL est reconnu agence de l’Union européenne depuis 2005.
Europol

L’outil principal de coopération policière à l’échelle de l’Union européenne est l’Office européen de police, Europol. Son rôle est d’améliorer l’efficacité des autorités policières nationales (ou assimilées) en stimulant et en accompagnant leur coopération dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogues et toutes les formes graves de criminalité internationale.

Créé dans le cadre du troisième pilier « JAI » intergouvernemental, Europol est depuis 2010 et l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne une agence « communautaire » (même si la Communauté a disparu au profit de l’Union) composée de 1 000 agents (dont 200 agents de liaison), basée à La Haye (Pays-Bas) et financée par le budget européen. Elle n’a cependant pas de pouvoir de coercition : elle ne peut en aucun cas participer à des arrestations ou des perquisitions. Son activité se concentre sur l’amélioration des échanges d’informations entre les Etats membres et la surveillance des menaces criminelles graves à l’échelle européenne.

Peu à peu, les pouvoirs d’Europol sont  renforcés. . Ainsi en 2002, le Conseil européen autorise des équipes d’Europol à participer à une enquête. L’office européen peut également demander aux Etats membres d’ouvrir une enquête pénale lorsqu’une menace le justifie. En mars 2000, le Conseil habilite Europol à conclure des accords avec des instances internationales ou des pays tiers, comme c’est déjà le cas avec Interpol (dont le siège est à Lyon) ou les Etats-Unis. Le 27 mars 2013, la Commission européenne présente une proposition de règlement visant à renforcer les prérogatives d’Europol et à en faire « le centre névralgique de l’échange et de l’analyse des informations sur la grande criminalité ».En fusionnant Europol et le Collège européen de police (CEPOL), la proposition ambitionne de créer une véritable agence de l’UE pour la coopération et la formation des services répressifs, toujours sous le nom d’Europol. Rejetée par le Conseil et le Parlement, cette fusion ne voit pas le jour.

Néanmoins, les pouvoirs d’Europol sont constamment renforcés par la suite. En 2015, à la suite des attentats terroristes survenus à Paris et à Copenhague, Europol créé une unité de signalement des contenus sur internet afin de lutter contre la propagande terroriste en ligne et autres activités extrémistes. Un nouveau Centre européen de la lutte contre le terrorisme voit également le jour. Depuis le 1er janvier 2016, les Etats membres peuvent détacher des experts du domaine afin d’accroître les moyens d’enquête transfrontaliers.

De même, face à la crise des migrants, Europol lance en mars 2015 l’opération conjointe MARE en vue d’intensifier les efforts de lutte contre la traite des êtres humains. Europol contribue également à cette opération par le déploiement de « hotspots ».

En mai 2016, un nouveau règlement Europol est approuvé par le Parlement et le Conseil. Il facilite la création par Europol d’unités spécialisées chargées de répondre aux menaces émergentes et fixe les règles applicables aux unités existantes (telles que les unités de lutte contre le terrorisme). Ce règlement renforce également le régime de protection des données, la gouvernance et la responsabilité d’Europol par le biais d’un groupe de contrôle parlementaire conjoint réunissant parlements nationaux et Parlement européen.

Le comité permanent de coopération opérationnelle en matière de sécurité intérieure (COSI)

Le traité de Lisbonne a également créé un Comité  permanent de coopération opérationnelle de sécurité intérieure (COSI) chargé de l’évaluation de l’orientation générale et des lacunes de la coopération opérationnelle, de la formulation de recommandations concrètes et d’assister le Conseil au titre de la « clause de solidarité » de l’article 222 TFUE qui permet à un ou plusieurs Etats membres de porter assistance à un autre Etat membre victime d’une attaque terroriste ou d’une catastrophe naturelle ou humaine.

Ce COSI remplace les réunions informelles de la « Task force des chefs de police » qui depuis 2000 réunissait tous les deux ans des responsables de la sécurité intérieure de plusieurs Etats membres pour échanger des informations dans les domaines du contre-espionnage, du terrorisme ou de la criminalité organisée. Le COSI n’a pas de siège officiel, il reste organisé depuis les capitales. Il n’a pas de pouvoir d’intervention, ni sur le terrain ni dans la procédure législative.

Le centre de l’Union européenne pour l’analyse d’informations (Intcen)

L’UE dispose enfin d’un « Centre de l’Union européenne pour l’analyse d’informations » (INTCEN) qui fait partie du Service européen pour l’action extérieure (SEAE). Son rôle est d’évaluer la menace qui peut peser sur l’Union européenne ou un ou plusieurs de ses Etats membres en se basant sur les informations qu’il collecte auprès des services de renseignement, des diplomates, des militaires et des services de police.

Sources

Lutte antiterroriste Terrorisme Sécurité Europol Eurojust Frontex

 

Shengen et la lutte contre le terrorisme

Question-Réponse 23.03.2018 Isaure Magnien

« Il faut retrouver la souveraineté de nos frontières »« Schengen est une vraie passoire »… vraiment ? Si l’espace Schengen a bien supprimé les frontières entre les pays membres et les contrôles qui les accompagnaient, des mesures ont également été prises pour renforcer les frontières extérieures de l’espace. Quels sont les outils mis en place pour lutter contre le terrorisme au sein de l’espace Schengen ? Toute l’Europe fait le point. 

Qu’est-ce que l’espace Schengen ?

En 1985, l’accord de Schengen est conclu en dehors du cadre communautaire entre 5 Etats membres de l’Union européenne (Belgique, Allemagne, France, Luxembourg et Pays-Bas). Il entre en vigueur dix ans plus tard, en mars 1995 et compte alors 7 membres (l’Espagne et le Portugal signent l’accord en 1991). La Convention prévoit la libre circulation des personnes entre les Etats signataires et met ainsi fin à un vaste réseau de postes frontières et de patrouilles sur les frontières intérieures des pays membres. En 1997, à l’occasion de la signature du traité d’Amsterdam, « l’Acquis Schengen » rejoint le cadre juridique et institutionnel de l’UE.

Aujourd’hui, l’espace est composé de 26 pays européens, dont 22 Etats membres de l’Union européenne. Un pays aspirant à entrer dans l’espace Schengen s’engage à ne plus pratiquer de contrôle aux frontières intérieures entre deux pays Schengen, et à pratiquer des contrôles harmonisés aux frontières extérieures de l’espace.

Le fonctionnement de l’espace Schengen

Le terrorisme dans l’Union européenne

En 2016, on compte 142 attentats avortés, déjoués ou réussis et 1 002 personnes arrêtées pour infractions terroristes. La même année, le Royaume-Uni est le pays qui a été le plus touché par les attaques terroristes (76 attaques), devant la France (23) et l’Italie (17). Les Etats membres ont reporté 142 personnes mortes d’attaques terroristes et 379 personnes blessées en 2016 (Source : Europol).

Compétence avant tout nationale, la lutte contre le terrorisme est soutenue par l’Union européenne grâce à la mise à disposition d’outils de coopération. L’article 222 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne affirme que les Etats Membres doivent agir « dans un esprit de solidarité si un État membre est l’objet d’une attaque terroriste ou la victime d’une catastrophe naturelle ou d’origine humaine » et que l’Union « mobilise tous les instruments à sa disposition, y compris les moyens militaires mis à sa disposition par les États membres » pour « prévenir la menace terroriste »« protéger les institutions démocratiques et la population civile d’une éventuelle attaque terroriste »et « porter assistance à un Etat membre sur son territoire, à la demande de ses autorités publiques, dans le cas d’une attaque terroriste ».

Sécurité et lutte contre le terrorisme en Europe

L’ouverture des frontières intérieures favorise-t-elle le terrorisme ?

Certains partis, femmes ou hommes politiques affirment qu’il faudrait supprimer l’espace Schengen et restituer les frontières nationales pour lutter contre le terrorisme. Cela a d’ailleurs été le réflexe de plusieurs pays européens visés par des attentats, notamment la France et la Belgique. Après les attaques de 2015, la France a déclaré l’état d’urgence et a rétabli les contrôles d’identité à sa frontière nationale. L’état d’urgence et les contrôles aux frontières ont pris fin en octobre 2017. Entre temps, cela n’a malheureusement pas empêché les attentats de Nice et de Bruxelles.

Pour la Commission européenne, rétablir les frontières entre les pays de l’Union n’est une solution ni efficace ni durable pour lutter contre le terrorisme. L’institution rappelle que rien qu’entre la France et la Belgique, il existe 300 points de passage. Tous les surveiller mobiliserait des milliers de policiers, qui pourraient être plus efficaces ou utiles sur des enquêtes.

On peut par ailleurs constater que le Royaume-Uni, pays non-membre de l’espace Schengen, qui contrôle donc ses frontières, a été le pays le plus visé par des attentats en 2016. Si l’on associe l’espace Schengen avec le terrorisme, c’est que l’on estime que les terroristes viennent principalement de pays tiers. C’est pourtant une affirmation fausse. Le journal Le Monde a répertorié les nationalités et lieux de naissance des terroristes impliqués dans les principaux attentats en France depuis 2012 et a pu constater que la majorité des auteurs étaient des Français nés en France.

Le danger reposerait dans les voyages de certains terroristes dans des pays tiers, dans lesquels ils partent se former avant de revenir en Europe pour perpétuer les attentats. C’est pourquoi l’Union européenne se concentre sur la collecte de données de certains citoyens identifiés qui voyagent en dehors de l’Union européenne.

La Commission rappelle par ailleurs que réinstaurer des contrôles permanents aux frontières de l’UE occasionnerait des coûts directs allant de 5 à 18 milliards d’euros par an (Source : Feuille de route Schengen 2016, Commission européenne).

Qu’est-ce que le système d’information Schengen ?

Premier outil de protection des frontières extérieures, le Système d’information Schengen (SIS) a été mis en place en même temps que la Convention d’application des accords Schengen en mars 2001. La préoccupation des Etats membres était alors de compenser la suppression des contrôles de police et des contrôles douaniers aux frontières intérieures par un système innovant. Le SIS est en effet un outil informatique qui permet aux autorités nationales de rentrer des données sur des personnes qui n’ont pas le droit d’entrer ou de séjourner dans l’espace Schengen, des personnes recherchées dans le cadre d’activités criminelles et des personnes disparues. Il peut également fournir des données relatives à certains objets perdus ou volés et des données qui sont nécessaires pour localiser une personne et confirmer son identité (Source : Commission européenne).

En 2006, le système a évolué en SIS II. Il peut maintenant être lié à d’autres outils, comme Eurodac, qui enregistre les empreintes digitales ou le système d’information des visas.

Le SIS permet ainsi la localisation et l’arrestation de terroristes qui font l’objet d’une alerte lorsque ceux-ci entrent ou sortent de l’espace européen. En effet, depuis avril 2017, les agents aux frontières de l’espace Schengen sont obligés de consulter le SIS pour tout citoyen européen traversant la frontière.

Depuis sa création, le système a permis l’arrestation de 25 000 personnes recherchées par la justice et la découverte de 12 000 personnes disparues, il permet également quotidiennement de détecter et d’arrêter des djihadistes qui partent ou reviennent de zones de guerre (source : Commission européenne).

En France, c’est le ministère de l’Intérieur et la direction générale de la police nationale qui sont en charge du fichier.

Quelles sont les autres ressources de Schengen pour lutter contre le terrorisme ?

Schengen met fin aux contrôles aux frontières intérieures mais ne met pas fin aux contrôles tout court. Ainsi, des contrôles mobiles sur le terrain des pays membres ont toujours lieu. Non-planifiables par les criminels, ils peuvent même se révéler plus efficaces que des contrôles aux frontières prévisibles.

Avec l’espace Schengen, les Etats membres s’engagent à protéger leurs frontières extérieures et sont soutenus dans leurs actions par l’Agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières (ex-Frontex). L’agence est basée à Varsovie, en Pologne. Elle a vu ses compétences renforcées en 2015, en réaction à la crise migratoire qui a mis en lumière ses insuffisances. Son rôle consiste à créer des normes communes de protection des frontières et à les surveiller par l’organisation de tests de vulnérabilités qui permettent d’identifier leurs points faibles. Lorsqu’une frontière est identifiée « à risque », des agents sont détachés pour les renforcer et assister les autorités nationales compétentes. L’agence a la possibilité de partager avec les Etats membres et Europol toutes les données collectées sur des personnes soupçonnées d’activités criminelles, notamment de terrorisme.

Qu’est-ce que l’agence européenne de garde-côtes et garde-frontières ?

Plus que Schengen, c’est la mise en place d’une coopération transfrontalière qui permet de lutter efficacement contre le terrorisme.

Ainsi, Europol, l’office européen de police, a été créé pour faciliter les opérations de lutte contre la criminalité au sein de l’Union européenne. Il permet aux enquêteurs d’échanger des informations et apporte son soutien aux services de police nationaux. Une des principales menaces pour la sécurité européenne étant le terrorisme, Europol concentre beaucoup de ses moyens pour s’en prémunir. L’agence a notamment créé en 2016 le centre européen de lutte contre le terrorisme (ECTC) qui travaille étroitement avec le centre européen contre le cybercrime et le centre européen contre le trafic des migrants, deux services d’Europol. Après les attentats du 13 novembre 2015, Europol a par exemple créé une task force qui a permis d’aider les enquêteurs français et belges dans leur travail.

Qu’est-ce qu’Europol, l’office européen de police ?

La création d’un mandat d’arrêt européen a également permis à la Belgique de remettre Salah Abdelsam à la France en quelques semaine seulement, quand il avait fallu dix ans pour extrader Rachid Ramda, un des auteurs des attentats du RER Saint Michel en 1995 (source : décodeurs de l’UE).

En 2016, le Passenger name record (PNR) européen a été officiellement adopté, après cinq ans de négociations. Le registre européen des passagers aériens permet de garder une trace des passagers dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Sa mise en place part du constat que la plupart des activités criminelles en réseau organisé et terroristes impliquent des déplacements internationaux. Le terrorisme ne s’arrête pas aux frontières, et c’est bien tout l’enjeux de la sécurisation de l’espace Schengen et de la coopération policière et juridique.

Le système Eurosur fournit quant-à-lui à Frontex un réseau de communication protégé entre les pays européens, qui vise en particulier à renforcer le contrôle des frontières extérieures de l’espace Schengen. Les garde-frontières et garde-côtes peuvent échanger des images et des données en temps réel sur les frontières de l’Union, recueillies grâce à différents outils de surveillance. Si une situation présente un risque, les autorités nationales de surveillance et Frontex peuvent ainsi agir rapidement.

Qu’est-ce qu’Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne ?

Eurodac complète enfin cet arsenal de coopération entre les pays membre de l’espace Schengen. Ce fichier central enregistre toutes les empreintes digitales des personnes franchissant les frontières extérieures de l’UE et tous les pays membres de l’UE peuvent y avoir accès.

Que peut-on améliorer ?

« Comment un individu notoirement connu des services de renseignements belges et français a-t-il pu se rendre en Belgique et en France sans être repéré ? » telle est la question posée dans les médias en 2015 après les attentats de Paris. Depuis, l’Union européenne a pris de nombreuses mesures pour renforcer la coopération entre les pays membres.

La dernière, le nouveau système européen d’entrée et de sortie du territoire, devrait enregistrer des informations sur l’entrée, la sortie et le refus d’entrée des ressortissants de pays tiers. Il sera valable aussi bien pour les voyageurs soumis à l’obligation de visa que pour ceux qui en sont exemptés. Le système remplacera l’estampillage des passeports par un système électronique qui stockera les données des voyageurs et qui permettra un meilleur partage des informations.

La prochaine étape pour la lutte contre le terrorisme devrait viser l’échelle internationale. Dans une tribune datant de 2015, Yves Bertoncini et Antonio Vitorino insistent sur l’amélioration de « la coopération européenne avec les pays tiers où sont susceptibles de transiter les terroristes -par exemple la Turquie et les pays du Maghreb- mais aussi avec les États-Unis. C’est un mouvement d’internationalisation de la coopération policière et judiciaire qu’il faut encourager pour renforcer la sécurité des Européens, à défaut d’un mouvement de repli fantasmatique et inefficace sur les frontières nationales. »

u’est-ce qu’EUROPOL, l’office européen de police ?

Synthèse 10.08.2017

EUROPOL (European Union Law Enforcement Organisation), l’Office européen de police créé en 1995, est l’organe en charge de faciliter les opérations de lutte contre la criminalité au sein de l’Union européenne.

Il facilite l’échange de renseignements entre polices nationales en matière de stupéfiants, de terrorisme, de criminalité internationale et de pédophilie.

Missions

Les Etats membres de l’Union européenne ont créé EUROPOL pour accroître la sécurité au sein de l’espace européen.

Il traite des domaines où la sécurité des Européens est la plus menacée : trafic de drogues ou de matières radioactives, filières d’immigration clandestine, traite des êtres humains, trafics de véhicules, blanchiment des capitaux, terrorisme et grande criminalité internationale (mafia), pédophilie, cybercriminalité.

Activités

Echange de données

EUROPOL participe à la lutte contre la criminalité en Europe en améliorant la coopération entre les officiers de liaison EUROPOL (OLE) détachés auprès de l’Office par Etats membres, par la transmission simplifiée et en direct des informations nécessaires aux enquêtes (simplification des procédures d’enquête, réduction des obstacles juridiques ou bureaucratiques…). Il coordonne et centralise des enquêtes à l’encontre d’organisations criminelles de dimension européenne voire internationale.

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité (trafic illicite de stupéfiants, trafic de véhicules volés, blanchiment d’argent, traite des êtres humains et terrorisme), EUROPOL apporte son concours :

  • aux équipes communes d’enquêtes, par l’intermédiaire des unités nationales EUROPOL ;
  • à la structure de liaison opérationnelle des responsables des services de police européens (task force), afin de permettre un échange d’expériences et de pratiques contre la criminalité transfrontalière.

L’unité de coopération judiciaire EUROJUST apporte son concours dans les enquêtes relatives aux affaires de criminalité organisée, en partie sur la base de l’analyse effectuée par EUROPOL. Cette unité est composée de procureurs, magistrats ou d’officiers de police des Etats membres de l’Union européenne ayant des compétences équivalentes, détaché par chaque Etat membre conformément à son système juridique.

Le collège européen de police (CEPOL) a pour mission de former les hauts responsables des services de police des Etats membres de l’Union européenne et des pays candidats à l’adhésion. Il a notamment pour objectif d’approfondir la connaissance des systèmes et structures nationaux des autres Etats membres, d’EUROPOL et de la coopération transfrontalière dans l’UE.

Analyse et rapport

Les missions d’EUROPOL

EUROPOL aide les Etats membres de l’UE dans les domaines suivants :
– le trafic illicite de stupéfiants ;
– les filières d’immigration clandestine ;
– le trafic de véhicules volés ;
– la traite des êtres humains ;
– le faux-monnayage et la falsification ;
– le trafic de matières radioactives et nucléaires ;
– la cybercriminalité ;
– le terrorisme.

Ces compétences ont été étendues avec le Traité de Lisbonne à l’ensemble de la criminalité organisée transnationale (25 types d’infractions sont visées).

Les investigations, les renseignements, les analyses opérationnelles et les rapports de type stratégique sont communiqués dans le respect des législations nationales et selon les instructions données aux officiers de liaison par leurs ministres compétents (notamment pour ce qui concerne la protection des données personnelles).

Système informatique EUROPOL (SIE)

C’est un fichier informatisé de travail dont la base est localisée dans les locaux d’EUROPOL. Il est alimenté par les pays membres et mis à disposition de l’ensemble des services d’investigation des pays membres travaillant dans le domaine de la criminalité organisée ou de la lutte contre le terrorisme. Il contient des données personnelles sur les individus, les véhicules, les modes opératoires, la téléphonie etc.

Une autorité de contrôle commune composée de deux experts en protection des données par Etat membre surveille le contenu et l’utilisation de toutes les données à caractère personnel détenues par EUROPOL.

Assistance technique

EUROPOL enquête sur les réseaux criminels dans les Etats membres, envoie sur place des experts, crée des équipes communes d’enquêteurs (policiers, gendarmes, douaniers), demande aux polices nationales d’enquêter sur des affaires concernant plusieurs pays. EUROPOL n’a pas de mandat exécutif et n’agit que par la coordination et la transmission d’informations sous le contrôle et la responsabilité juridique des Etats membres concernés. Ce sont par exemple, les polices nationales qui supervisent les arrestations.

Le traité de Lisbonne a permis un renforcement d’EUROPOL puisque la coordination, l’organisation ou la réalisation d’actions opérationnelles peuvent être désormais confiées à l’agence. Néanmoins, toute action doit alors être menée en liaison et en accord avec les autorités des Etats membres dont le territoire est concerné.

Exemples d’opérations menées ces dernières années grâce à EUROPOL

  • Le 28 novembre 2016, EUROPOL annonçait la fermeture de 4500 portails web vendant des contrefaçons, dans le cadre de l’opération « In Our Sites (IOS) VI ».
  • L’opération « ambre bleue » a mené à environ 900 arrestations en décembre 2015, ainsi, entre autres, qu’à la saisine de 7,7 tonnes de drogues. Cette opération a mobilisé les 28 Etats-membres ainsi que 31 pays non membres de l’Union européenne.
  • En décembre 2015, EUROPOL a annoncé avoir mis fin aux agissements d’un groupe de maîtres-chanteurs agissant en Bosnie-Herzégovine, le DDOS For Bitcoins (DD4BC). Une opération lancée par les agences allemande, autrichienne, bosniaque et britannique.

Fonctionnement et organisation

Rob Wainwright 

De nationalité britannique, le directeur d’EUROPOL assure cette mission depuis avril 2009. Avant d’occuper ce poste, il a notamment travaillé en tant que directeur international du National Criminal Intelligence Service (NCIS).

Voir le CV du directeur d’EUROPOL (pdf)

Le conseil d’administration d’EUROPOL, constitué d’un représentant de chaque Etat membre, a pour tâche de contrôler les activités de l’organisation. M. Rob Wainwright est directeur de l’Office depuis 2009.

Chaque Etat de l’Union européenne désigne une unité spéciale de police nationale chargée des relations avec EUROPOL et délègue des officiers de liaison qui participent aux travaux d’échange d’information et d’analyse.

Composé de plus de 1 000 personnes dont 200 officiers de liaison, EUROPOL est financé par le budget de l’Union européenne, après décision conjointe du Conseil de l’Union européenne et du Parlement européen. Le budget d’EUROPOL s’élève pour 2016 à 100 millions d’euros.

Le siège d’EUROPOL est situé à La Haye (Pays-Bas). Des locaux où sont également installés le Centre Européen contre le Cybercrime (EC3) ainsi que le Centre européen de contre-terrorisme.

Développement de la coopération policière en Europe

La coopération policière formelle entre les Etats membres a débuté en 1976, avec la création du groupe TREVI, qui portait principalement sur la lutte contre le terrorisme.

Puis c’est la Convention de 1995, signée et ratifiée par tous les Etats membres de l’Union européenne, qui a créé l’Office européen de police (EUROPOL). Mais il a fallu attendre 1999 pour qu’EUROPOL exerce réellement l’ensemble de ses missions. En cause : les longs délais pour conclure le protocole, prévoir les mesures d’application et faire ratifier la Convention par tous les Etats membres.

Cependant, une convention implique de se limiter à une méthode intergouvernementale. Ainsi seuls les Etats étaient parties prenantes à la négociation.

Ceci explique que, jusqu’au traité de Lisbonne, la coopération policière se soit inscrite dans le cadre du 3ème pilier de l’Union : les décisions se prenaient à l’unanimité, le Parlement européen était peu impliqué et les compétences de la Cour de justice de l’UE en ce domaine étaient restreintes. Le traité de Lisbonne a permis de renforcer l’efficacité et la légitimité d’EUROPOL en communautarisant la coopération policière.

Mais malgré tout, des spécificités subsistent. Ainsi, le droit d’initiative législative des Etats membres perdure, partagé avec la Commission européenne. De même, trois pays ont obtenu avec le traité de Lisbonne de ne pas participer à la coopération policière, étendue à 133 instruments de coopération : le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark. Le Royaume-Uni a par la suite réintégré 35 de ces instruments, dont EUROPOL, tandis que les Danois ont refusé, par un référendum du 3 décembre 2015, de s’intégrer à la coopération policière. Quant à l’Irlande, elle ne participe pas pleinement à l’Espace de Liberté de Sécurité et de Justice, mais est intégrée au programme EUROPOL.

De plus, l’unanimité et la consultation simple du Parlement européen sont maintenues pour les décisions d’un Etat membre d’intervention sur le territoire d’un autre Etat membre ou pour les aspects opérationnels de la coopération.

Depuis 2010, EUROPOL est une agence communautaire. Ce changement de statut a eu pour principales conséquences d’augmenter les pouvoirs de l’office ainsi que de financer son fonctionnement par le budget communautaire, en contrepartie de quoi le contrôle de ses activités par le Parlement européen a été accru.

Source

 

 

 

La suite de Riazan et le début d’une collaboration.

Bernard Owen

La collaboration de nos institutions a prit forme après notre rencontre avec  Victor Kamishanov, le sous-directeur de l’Académie Présidentielle Russe sur l’Economie Nationale et l’Administration Publique de Moscou lors d’un de nos colloques au Sénat Français. Suite à cette prise de contact Bernard Owen a été invité en Russie à l’occasion de la présentation de la nouvelle Commission Centrale Electorale de la Fédération de Russie. Nous avons beaucoup parlé pour faire plus amble connaissance. Nous avons convenu que la langue utilisée serait le russe et l’anglais, avec à l’occasion un traducteur en français.

Nous avons été très bien reçus dans leur vaste locaux qui réunissent un grand amphithéâtre, des salles de cours et un hôtel. La première expérience a été  lors des élections régionales (Riazan: du 7 au 12 septembre 2017).

. Nous avons pu faire connaissance d’un bureau de vote avec leur procédure et visiter plusieurs établissements similaires de la région (Voir notre article sur notre site: http://cece-owen.net/regional-electio…xample-of-ryazan )

Nos amis russes nous ont invité pour l’élection présidentielle. Cette fois nous sommes restes à Moscou où nous avons été invité à une réunion au Sénat avec possibilité d’intervenir, ce qu’a fait l’un de nos collègues des Etats-Unis tout en n’étant pas un spécialiste des questions électorales.

le prochain voyage en Russie précédait l’élection présidentielle. Nous fumes dirigé ver Saint Petersburg (Saint Petersburg du 19 au 22 février)  probablement la plus belle ville du monde. Notre séjour a débuté par à une réunion d’une circonscription de la ville. Les membres du conseil municipal étaient assis autour d’une asse longue table. Dans un coin de la salle se trouvait l’urne automatisée que l’on avait vu lors des élections régionales. Le président se renseignait auprès des participants sur les préparatifs pour l’élection de mars.  Tout apparaissait en ordre et bien organisé. L’on nous a fait visiter une église parmi les 4 principales de la ville. Nous avons aussi visité le parlement. Nous avons croisé une dizaine d’officiers qui procédaient  à la même visite. Nous avons visité une chapelle avec avec un religieux et un cœur caché. L’on nous a montré discrètement où se trouvait jadis le portrait de Staline. Le soir nous avons assisté à une table ronde de journalistes. Une quarantaine de personnes où siégeait une femme autoritaire, un ensemble de journalistes très loquaces et notre traductrice avait du mal à les suivre. Nous avons fait parti d’une table ronde au parlement et nous avons pris la parole pendant sept minutes. Elle a été très bien organisée avec traduction simultanée en trois langues. Certains avaient de très belles projections expliquant travail sur le terrain et pour répondre aux questions posées par des futurs électeurs. L’un des participants avait édité un livre. Le travail de l’ensemble était impressionnant.

Après le diner l’on nous a fait visiter le quartier  général d’un parti d’opposition (LDPR). L’on nous a très bien reçu. Un membre du conseil municipal nous a pas suivi à l’intérieur. Il nous a rejoint pour nous conduire au Palais d’Hiver 

(l‘Hermitage). Un endroit merveilleux. Notre guide parlait très bien le français et connaissait très bien les travaux de restauration qui, par exemple, les avait menait en France chez les tisserands de la région de Lyon.

Nous partions le lendemain et avons été accompagné à l’aéroport. La ligne aérienne était russe. Avant le décollage certaines tâches pour débarrasser de la neige et de la glace devaient être accomplies. Le pilote  était russe et très compétant. Je l’ai félicité lors de notre arrivée à Roissy.

&La politique, les modes de scrutin : quel est le lien ? Une dose par ci, une dose par là, et les conséquences ?

Deputies clash during a session of the parliament in Kiev, April 8, 2014 REUTERS/Valentyn Ogirenko (UKRAINE – Tags: POLITICS CIVIL UNREST) – RTR3KDAP

Bernard Owen

La Commission Jospin, décret n° 2012 -875 du 16 juillet 2012 devait mener à la rénovation de la vie politique, mais on n’a pas souhaité nous interroger. Serions-nous à ce point prétentieux pour nous en offusquer ? Nous sommes convaincus que la Commission est composée de personnes de savoir, alors que pouvions-nous apporter ? …. Or, il se trouve que nous sommes l’une des rares équipes de par le monde, qui travaille sur les effets des systèmes électoraux.. Les s étudiants viennent de tous les pays. L’enseignement comprend douze intervenants, chacun maître dans sa spécialité.

De toute façon, nous sommes marginalisés par le gouvernement… Mais, de la proportionnelle  pour les élections  législatives représente le mal incarné. Depuis son invention, en 1787, la proportionnelle a mené à l’instabilité gouvernementale, aux gouvernements chargés des affaires courantes, et a accordé une énorme importance aux structures d’influence électorale, sans mentionner les coups d’état résultant d’un pays incapable de se gouverner. Weimar avait un Reichstag élu selon un système des plus proportionnels. Le vote nazi est passé de 2,6 % des suffrages en 1928,à 18 % des suffrages en 1930 et à plus de 30% à partir de 1932.

Certes, le gouvernement en place se composait de cinq partis. Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’on ne vote pas de la même façon face à un scrutin majoritaire que face à un scrutin proportionnel. Le scrutin majoritaire intègre et effectue une synthèse des diverses opinions, la proportionnelle pousse à la ségrégation. Le danger s’accentue dans certaines circonstances, par exemple, en cas de régime présidentiel ou quasi présidentiel, car la présidence a vite fait de prendre l’ascendant sur un parlement affaibli, et certes, cela ne favorise pas la démocratie.

Veut-on revenir à la gauche plurielle ? Pas plus tard que mercredi, je parlais à un étudiant de l’échec du Premier Ministre Jospin, en 2002. Nous développions les raisons de cet échec, il a mentionné la gauche plurielle, qui a pu favoriser cet échec, mais un autre élément de poids est également intervenu : la cohabitation, longue de cinq ans. En effet, la majorité des citoyens du monde s’intéressent à la politique, mais sans approfondir le fonctionnement des institutions. De 1997 à 2002, beaucoup de citoyens Français ont vu un Président de droite, un Premier Ministre et un gouvernement de gauche. Une certaine confusion est apparue entre « cohabitation » et « collaboration », ce qui naturellement a mené à un affaiblissement de la filiation politique de certains. Depuis, l’on s’est débarrassé en partie du danger de la cohabitation, mais, s’il vous plaît, ne touchez surtout pas au mode de scrutin des législatives.

Ceci n’a pas pour but de convaincre mais d’intervenir dans ce que nous considérons comme une grave erreur, et de vous conseiller de consulter nos textes sur notre site où vous trouverez une centaine d’articles portant sur les élections, non seulement en France, mais dans de nombreux pays où nous intervenons.

La « dose de proportionnelle » sera  accueillie avec enthousiasme par tous les extrémistes, de gauche ou de droite, qui obtiendront ainsi une indépendance au sein de l’Assemblée, quitte à ce qu’une aggravation de la crise financière leur permette d’empiéter sur les sièges majoritaires, et pourquoi pas, encore une fois, d’accéder au deuxième tour des présidentielles ?

Les primaires aggravent la maladie du système politique français

Eric Dupin — 07.09.2001 – slate.fr

Les primaires à la française se multiplient mais n’ont pas grand chose à voir avec celles des Etats-Unis. Elles ne permettent pas de simplifier l’offre électorale et ont l’inconvénient d’accentuer la personnalisation de la vie politique tout en recréant un suffrage objectivement censitaire.

Les journalistes politiques ont d’excellentes raisons d’être, en général, très favorables au système des primaires présidentielles. Ces premières manches du tournoi élyséen leur offrent des compétitions supplémentaires, une matière pour nourrir leurs chroniques. Plus on vote, plus on sonde, plus on commente…

Si l’on veut bien prendre un tout petit peu de distance par rapport à ce spectacle, pas toujours réjouissant et parfois même consternant, l’importation en France du système américain des primaires est redevable d’une analyse plus critique. Nos «primaires» n’ont finalement pas grand chose à voir avec celles qui régentent l’élection du président des Etats-Unis. Non seulement elles ne remplissent guère leur office théorique, mais elles aggravent plusieurs défauts du système politique français.

Pas de simplification de l’offre électorale

Les primaires présidentielles américaine fonctionnent à partir du moment où, aux Etats-Unis, l’électorat se décompose en deux camps bien distincts, les Démocrates et les Républicains. Rien de tel en France, où le clivage droite-gauche n’a jamais accouché du bipartisme. Droites et gauches ont toujours été plurielles et ce jeu multipolaire s’est encore complexifié avec le surgissement du Front national.

L’impossibilité d’organiser une primaire rassemblant toute la gauche, inévitable dès lors que celle-ci voit coexister en son sein des orientations politiques totalement contradictoires, est révélatrice d’un irréductible pluralisme. Aux Etats-Unis, Bernie Sanders s’est rallié à Hillary Clinton après l’avoir violemment combattue. En France, Jean-Luc Mélenchon est résolu à affronter jusqu’à l’élection présidentielle elle-même François Hollande.

L’incapacité du système des primaires à simplifier vraiment l’offre électorale se lit encore dans sa faible légitimité à l’intérieur même de la famille socialiste. Arnaud Montebourg, pourtant l’un des principaux artisans de l’instauration des primaires socialistes, laisse aujourd’hui planer le doute sur sa participation à cet exercice en 2017.

À droite, Alain Juppé s’est également réservé le droit de présenter sa propre candidature si la primaire de la droite et du centre ne devait pas se dérouler loyalement. En toutes hypothèses, la multiplication des primaires (de la droite, de la gauche, des écologistes) se conjuguera avec la multiplicité des candidatures.

Une plus grande personnalisation

Le plus grand inconvénient des primaires est d’accentuer encore la personnalisation de la vie politique française, déjà très forte depuis l’élection du président de la République au suffrage universel direct. Ces compétitions internes à une famille politique opposent d’abord des personnalités différentes. On choisit parmi des hommes ou des femmes bien plus qu’on arbitre entre des idées ou des projets.

Les primaires attirent de nombreux dirigeants en quête de notoriété. Elle sont l’occasion de se faire découvrir du grand public. Manuel Valls a profité à plein, en 2011, de ce phénomène. Malgré la modestie de son résultat, il y a gagné une enviable identification politique qui l’a conduit place Beauvau avant de l’amener à l’hôtel Matignon. Arnaud Montebourg fut l’autre grand gagnant de la première primaire socialiste, le capital politique alors accumulé lui permettant, par la suite, de décrocher un beau portefeuille ministériel avant de poursuivre son aventure politique.

Ces exemples n’ont pas échappé aux jeunes ambitieux de la droite comme Geoffroy Didier. La tribune médiatique qu’offre les primaires, et les dividendes politiques qui en résultent ultérieurement, expliquent le nombre ahurissant de candidatures à la candidature à ce type d’élections.

Pas moins de treize personnalités ont fait connaître leur désir de participer à la primaire de la droite et du centre. Comme les conditions de participations sont assez draconiennes (2.500 adhérents et 250 élus dont 20 parlementaires), le nombre de candidats effectifs sera bien moindre. Aux quatre candidats principaux (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et François Fillon) s’ajouteront peut-être Jean-François Copé, Nathalie Kosciusco-Morizet, Hervé Mariton ou encore Geoffroy

On se bouscule également au portillon socialiste. En attendant la candidature de François Hollande, on compte déjà sept candidatures déclarées, même si toutes n’arriveront pas à terme : Jean-Luc Benhamias (écologiste centriste), Gérard Filoche (extrême gauche socialiste), Sidi Hama-Mamidou (Parti radical de gauche), Benoît Hamon (gauche socialiste),

Les primaires contribuent fortement à dévitaliser les partis politiques, privés de leur fonction de sélection des candidats à la principale élection. Ces partis deviennent de moins en moins le lieu de la définition d’une orientation politique dés lors que l’essentiel se jouer désormais sur l’identité de la personnalité qui remporte la primaire. C’est ainsi que la vie politique tourne toujours plus autour de la «course de chevaux» dénoncée, en son temps, par Michel Rocard.

Suffrage censitaire et gérontocratie

La primaire socialiste avait attiré, au premier tour, 2,7 millions d’électeurs alors que François Hollande avait recueilli 10,3 millions d’électeurs au premier tour de l’élection présidentielle. Une primaire est, par construction, assez élitiste dans la mesure où elle oblige à arbitrer entre des candidats appartenant à une même formation ou famille politiques.

C’est pourquoi Alexis Corbière, l’un des dirigeants du Parti de gauche, n’a pas tort de considérer que «la primaire a recréé une forme de suffrage censitaire». Ce sont effectivement les électeurs les plus intégrés au système politique, les mieux informés, qui sont les plus susceptibles de participer à cet exercice démocratique.

C’est ainsi qu’à droite comme à gauche, ce sont des électeurs nettement plus âgés et socialement intégrés que la moyenne des Français qui auront le privilège de choisir le représentant des deux plus grands partis à l’élection présidentielle. Ce filtre ne contribuera pas à ramener vers l’acte électoral toute la partie de la jeunesse et des classes populaire qui s’en sont éloignés.

Pourquoi les principaux partis français organisent-ils des primaires présidentielles?

STEPHANE DE SAKUTIN – AFP RTBF

…Depuis quand les primaires existent-elles en France?

« Elles ont été lancées officiellement pour la première fois en 2011, chez les socialistes et les radicaux de gauche. Des primaires ouvertes à tout le monde, mais les socialistes avaient déjà organisé par le passé ce qu’on appelait une élection interne pour désigner leur candidat à la présidentielle.

Rappelez-vous, en 1995, Jospin contre Emmanuelli… C’est Jospin qui gagne. Et en 2007, on l’oublie parfois, ils étaient trois en lice : il y avait Ségolène Royal, Dominique Strauss Kahn et Laurent Fabius. Et c’était Ségolène Royal qui avait gagné, mais là – on le rappelle – ce n’était que des élections internes réservées aux affiliés du Parti ».

A quoi servent ces primaires en France ?

« C’est sans doute un bon moyen pour dynamiser une campagne, pour impliquer les affiliés, les militants traditionnels, mais aussi pour aller chercher des gens plutôt proches, peut-être en termes d’idées d’un Parti ou d’un candidat, mais qui étaient jusque-là moins impliqués. Les partis ratissent beaucoup plus large. Ça dynamise, ça permet aussi de créer des réseaux.

Vous allez voter, vous signez, on connaît votre nom, donc le parti peut vous récupérer après en demandant ‘Est-ce que vous ne voulez pas vous impliquer dans la campagne ?’. C’est un bon moyen de créer un véritable réseau pour les élections. Pour rappel, en 2011, pour les primaires des socialistes et des radicaux de gauche, près de trois millions de personnes étaient allées voter« .

On dit souvent de la présidentielle française que c’est le rendez-vous entre un homme et la France. Est-ce qu’on ne dénature pas l’esprit de la présidentielle avec ces primaires ?

« Oui et non, mais ne tournons pas autour du pot, si on recourt aux primaires en France, c’est parce que chaque camp n’a plus aujourd’hui un leader naturel qui se dégage pour son camp. Est-ce qu’on pourrait imaginer que De Gaulle ou Mitterrand aient dû passer par une Primaire pour être candidat, le candidat de leur camp ? Non. Donc, derrières ces élections avant l’Election, il y a une recherche de savoir qui est le leader naturel, à gauche comme à droite.

Le risque, bien sûr, c’est qu’il y ait de telles tensions durant ces primaires qu’il est difficile après pour un parti de vraiment se réunir, de se retrouver. C’est un peu le risque que des gens évoquent avec les primaires de la droite où on sent bien qu’entre le camp de Sarkozy, Juppé, Fillon, Lemaire et tout ça, il y a déjà qu’il y a de fortes tensions« .

Est-on obligé de passer par la primaire pour se présenter à la présidentielle ?

« Non. Pour Marine Le Pen il n’y a pas de doute, on sait que c’est le leader du Front National. Par contre, Mélenchon ne passe pas non par une primaire : il s’est directement déclaré candidat. Il ne sait pas vraiment de quoi parce que le Parti Communiste ne le soutient plus vraiment.

On a évoqué le cas d’Emmanuel Macron qui pourrait être candidat, mais sous quelle étiquette et sans passer par une primaire. Arnaud Montebourg, on ne sait toujours pas s’il va être candidat en passant par les Primaires de la gauche ou si ce sera un candidat qui va se lancer au-delà des Partis. 

Quand auront lieu ces primaires ?

« Il y en a du côté de la droite et du centre, donc en novembre, en deux tours comme toujours, 20 et 27 novembre.

Comment les primaires se sont installées dans la vie politique française

Evoquées depuis plus d’une décennie, les primaires se généralisent aujourd’hui en France, pour démocratiser la vie politique, mais pas seulement.LE MONDE | 14.04.2016 à 07h33 • Mis à jour le 14.04.2016 à 07h34 |Par Charlotte BelaichDébattue à gaucheaccueillie par un flot de candidatures à droite et proposée à de simples citoyens, les primaires se généralisent en France. Si le processus a été mis sur le devant de la scène politique par les socialistes en 2011, l’idée a émergé il y a plus de quinze ans.

  • Présidentielle 1995 : la tentative avortée de la primaire à droite

Juin 1991 : c’est à cette date que Pierre Monzani, directeur général chez Assemblée des départements de France, situe « la naissance officielle des primaires »« Une charte a été signée. Le RPR et l’UDF s’engageaient à faire des primaires en 1995 », explique le préfet, proche de l’ancien ministre de l’intérieur Charles Pasqua.

A quatre ans de l’élection présidentielle, la droite est alors persuadée de pouvoirbattre la gauche mais redoute une multiplication des candidatures qui éparpillerait les voix. En passant par une primaire, celui que Pierre Monzani appelle « Monsieur organisation » espère « éviter l’affrontement fratricide entre MM. Giscard et Chirac et sélectionner le meilleur des deux » pour être le candidat de la droite.

Deux ans plus tard, Edouard Balladur, alors installé à Matignon, propose à Charles Pasqua de remettre l’idée sur le devant de la scène en faisant une proposition de loi. Le ministre imagine alors un scrutin calqué sur celui de l’élection présidentielle, ouvert à tous les électeurs et organisé en partie par l’Etat, « comme à l’américaine ». Aux Etats-Unis, en effet, après la seconde guerre mondiale, ce système est peu à peu devenu la norme.

En France, c’est peine perdue. Le conflit Chirac – Balladur, déclenché par la candidature de ce dernier, « paralyse le système », raconte Pierre Monzani. « Les sondages annonçaient Balladur en tête des primaires. Si Chirac se laissait enfermer dans ce processus, il était mort. » Les proches du futur président de la République mettent en avant la difficulté d’organiser un tel scrutin et remettent en question sa constitutionnalité. Le projet de loi est finalement abandonné.

A l’approche de l’élection, c’est finalement le Parti socialiste qui décide d’organiser une primaire. A la différence près, mais conséquente, que celle-ci est fermée : seuls les électeurs inscrits au parti peuvent voter. 80 000 personnes participent au scrutin et placent Lionel Jospin en tête (65 % des voix) face à Henri Emmanuelli.

  • Présidentielle 2002 : au PS, « la première primaire moderne »

Peu à peu, les primaires internes sont instituées dans les partis politiques français. En 2002, Europe écologie-Les Verts (EELV) choisit ce processus pour désigner son candidat et renouvelle l’expérience en 2007. Le Parti communiste, le Parti socialiste et l’UMP font le même choix, avec quelques subtilités entre les partis. Du côté de l’UMPNicolas Sarkozy est seul candidat. Côté socialiste, des adhésions au parti à prix réduits sont lancées pour augmenter le nombre d’adhérents et donc de votants.

  • Les primaires, une réponse à des partis en crise ?

Il faut pourtant attendre 2009 et la convention nationale du PS sur la rénovation pour que le principe des primaires ouvertes soit institué dans les statuts du parti. En 2011, dans un entretien au Monde, Henri Weber, ancien député européen et partisan des primaires revenait sur le choix de son parti. Selon lui, il serait en partie inspiré de la gauche italienne qui, en 2005, avait organisé une primaire ouverte. Quatre millions d’électeurs avaient alors désigné Romano Prodi comme candidat. Un an plus tard, il accédait à la présidence du Conseil.

Le succès des primaires socialistes en 2011 aurait aussi accéléré la généralisation du processus. Près de trois millions de personnes participent au second tour du scrutin qui, fortement médiatisé, offre une rampe de lancement à François Hollande« Il y a un mimétisme entre les partis, explique Rémi Lefebvre. …

Organisées pour les élections municipales de 2014, à Paris et Lyon pour l’UMP, à Aix-en-ProvenceBéziers, Boulogne-Billancourt, Le Havre, Marseille et La Rochelle pour le PS, les primaires s’imposent peu à peu. Jusqu’à être organisées par la droite en vue de la présidentielle de 2017 et discutées à nouveau par la gauche.

« Dans un système politique affaibli, les primaires sont des vitamines, un dopage », affirme Pierre Monzani. Un moyen de redynamiser la vie politique donc. Mais aussi de s’adapter à ses évolutions, selon le chercheur Bernard Lamizet :

« Depuis l’instauration du suffrage universel direct pour l’élection présidentielle, on va dans le sens d’une présidentialisation et d’une personnalisation de la politique. Les primaires ne sont que l’aboutissement de cette tendance puisqu’elles concentrent le débat autour des personnes et non des idées d’un parti. »

La multiplication des candidatures à la primaire de droite conforte cette hypothèse. Avec onze candidats déclarés, qui devraient être rejoints par Nicolas Sarkozy et possiblement par Michèle Alliot-Marie, ce scrutin s’apparente de plus en plus à une guerre des personnalités. L’expérience des primaires socialistes, qui ont propulsé des candidats tels que Manuel Valls et Arnaud Montebourg (respectivement 6 % et 17 % des voix environ) sur le devant de la scène politique, suscite en effet des vocations : un score non négligeable vaut faire-valoir par la suite pour se ménager un bon poste. En cela les primaires n’accentuent-elles pas les divisions au lieu de les éviter ?

Le souci de démocratisation de la vie politique arriverait donc bien loin sur la liste des raisons qui expliquent la généralisation des primaires au sein des partis. « C’est le facteur le plus faible, affirme M. Lefebvre. Les élites ont besoin des primaires et créent donc la demande sociale. »

Primaire: les raisons d’un succès

Par Henri Weber, député européen, secrétaire national adjoint à la mondialisation. — 17 octobre 2011

Henri Weber analyse le succès du scrutin qui a finalement désigné François Hollande comme candidat du PS à la présidentielle.

 Dans le dictionnaire des mots-valises, le terme «primaire» mérite une place de choix. Cette notion molle désigne en effet des pratiques radicalement distinctes. Les primaires françaises diffèrent des primaires italiennes ou américaines.

Leur succès repose sur six raisons :

  1. Contrairement à ce qui a été initialement annoncé, elles ont été des primaires socialistes, et non des primaires de toute la gauche. Elles visaient à désigner le candidat du PS à l’élection présidentielle, non le candidat unique de la gauche et des écologistes. En France, les primaires de toute la gauche existent: c’est le premier tour de l’élection présidentielle.

Certes, ces primaires étaient ouvertes à tous les électeurs de gauche, – ceux qui acceptaient de signer la «Charte des valeurs». Car le candidat socialiste a vocation à être le candidat de toutes les familles de la gauche au second tour de l’élection présidentielle. C’est pourquoi on les a qualifiées de «primaires citoyennes». Mais il s’agissait bien de primaires socialistes et heureusement.

Si Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, Nathalie Arthaud, Jean-Pierre Chevènement avaient participé aux débats à côté de Jean-Michel Baylet et des cinq «impétrants» socialistes, la confrontation aurait tourné à la foire d’empoigne. Loin de donner «une belle image de la politique »…

 

;;;Les primaires ne sont pas une panacée. Elles sont la réponse qui convient particulièrement à un parti dont la base sociale est étroite et qui traverse une double crise de représentation et de leadership.

Le PS a conduit simultanément sa rénovation sur quatre fronts: les idées, le programme, l’organisation, – avec notamment l’intégration de l’outil Internet et intranet -, les pratiques militantes, sans en privilégier un au détriment des autres. C’est l’interaction de ces quatre chantiers qui explique aussi le succès des primaires.

  1. Une place prépondérante a été donnée audébat  Les primaires ont été précédées par une large confrontation entre les candidats afin que les électeurs puissent se prononcer en connaissance de cause. C’était le risque à prendre pour éviter que leur choix ne soit principalement dicté par le système médiatico-sondagier. En lui offrant un évènement éminemment médiatique, le PS a réussi pour une fois à retourner ce système à son profit.

 

 

Résultats du Baromètre YouGov France / Le HuffPost / CNews de Mars 2018

Par Antoni Minniti, Research Executive

SurMars 1, 2018, 10:45 a.m.

Après un coup d’arrêt en février, le couple exécutif dévisse ce mois-ci

Dans un début d’année marqué par un nombre important de réformes, dont la réforme de la SNCF, Emmanuel Macron mais également Edouard Philippe enregistrent une baisse importante d’opinions favorables ce mois-ci.

Crédité de 30% d’opinions favorables, le Président de la République perd 11 points et enregistre son plus mauvais score depuis le début de nos mesures (atteint également en septembre dernier). Malgré une hausse de 3 points auprès des sympathisants du Front National (19% d’opinions favorables, +3 points par rapport au mois dernier) le chef de l’Etat est fragilisé sur l’ensemble des autres franges de l’opinion. En effet, Emmanuel Macron perd 31 points auprès des sympathisants Les Républicains (24% d’opinions favorables), 13 points auprès des sympathisants PS, EE-LV (33% d’opinions favorables), 5 points auprès de sa majorité (85% d’opinions favorables) et 3 points auprès des sympathisants d’Extrême gauche (13% d’opinions favorables).

Le Premier ministre connaît le même sort, crédité lui aussi de 30% d’opinions favorables (-6 points comparé au mois dernier). Tout comme le chef de l’Etat, Edouard Philippe enregistre une hausse auprès des sympathisants du Front National (21% d’opinions favorables, +7 points) mais est en retrait sur l’ensemble des autres franges de l’opinion. Ainsi, le chef du gouvernement perd 23 points auprès des sympathisants du parti Les Républicains (27% d’opinions favorables), 5 points auprès des sympathisants PS, EE-LV (36% d’opinions favorables), 3 points auprès des sympathisants d’Extrême gauche (9% d’opinions favorables) et également 3 points auprès de sa majorité (82% d’opinions favorables).

Inchangé, le podium des sujets de préoccupation en politique des Français se resserre tout de même ce mois-ci. On retrouve toujours en tête le « chômage et l’emploi » (22%, -3 points) suivi de l’« immigration » (18%, +3 points) et de la « protection sociale » (17%, +2 points).

A l’instar du couple exécutif, le gouvernement enregistre une baisse importante de popularité ce mois-ci

Avec 28% d’opinions favorables, le gouvernement perd 8 points par rapport au mois dernier. Exceptée une hausse de deux points auprès des sympathisants du Front National (16% d’opinions favorables, +2 points) et auprès des sympathisants d’Extrême gauche (10% d’opinions, +2 points), le gouvernement perd du terrain sur l’ensemble des autres franges de l’opinion. En effet, les membres du gouvernement perdent 22 points auprès des sympathisants du parti Les Républicains (26% d’opinions favorables), 10 points auprès de leur majorité (79% d’opinions favorables), et 6 points auprès des sympathisants PS, EE-LV (32% d’opinions favorables).

Ainsi, la popularité du gouvernement baisse sur la quasi-totalité des items testés. En déclin, on note toujours que plus d’un Français sur deux estime que le gouvernement est « prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (51%, -4 points). Derrière, moins d’un Français sur deux estime qu’il a « une ligne claire, dont il ne bouge pas » (44%, -4 points), qu’il « a de bonnes intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (39%, -10 points) et qu’il « va de l’avant, et propose des mesures modernes » (36%, -10 points). En baisse également, moins d’un tiers des Français estime qu’il est « composé de personnes compétentes » (32%, -3 points) et qu’il « s’adresse à toute la population, pas seulement à ses électeurs » (31%, -5 points). Enfin, moins d’un quart des Français estime que « la société qu’[il] prône est globalement celle dans laquelle [ils] souhaitent vivre » (24%, -5 points) et qu’il « protège les intérêts des personnes comme [eux] » (17%, stable).

Le Front National, quant à lui, enregistre des résultats plus variés. En effet, toujours plus de 3 Français sur 10 estiment que le Front National a « une ligne claire, dont il ne bouge pas » (37%, stable) et qu’il est « prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (36%, stable). Derrière, moins d’un tiers des Français estime qu’il a « de bonnes intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (32%, -2 points), qu’il s’adresse « à toute la population, pas seulement à ses électeurs » (30%, +1 point), et qu’il « protège les intérêts des personnes comme [eux] » (28%, +1 point). Enfin, moins d’un Français sur quatre estime que « la société qu’[il] prône est globalement celle dans laquelle [ils] souhaitent vivre » (22%, stable), qu’il « va de l’avant, et propose des mesures modernes » (21%, stable) et qu’il « est composé de personnes compétentes » (19%, -2 points).