Financial Times: France’s Macron faces fraught return after difficult summer

Contributor: PA Images / Alamy Stock Photo

Harriet Agnew

Falling ratings, a surprise resignation and bodyguard scandal cast shadow over agenda

© A Nicolas Hulot’s dramatic exit from Emmanuel Macron’s government this week — announcing his resignation as environment minister during a radio interview — was a bookend to an uncomfortable summer for the French president.

Before Mr Macron settled into Fort de Brégançon, the Mediterranean presidential retreat, camera footage emerged of his private bodyguard impersonating a police officer and punching protesters during the May Day riots.

His government’s strong parliamentary majority helped it survive two votes of no confidence over its handling of the scandal in July. But the votes for the first time united opposition leftwing and rightwing parties against Mr Macron.

By the time Mr Hulot resigned on Tuesday, criticising “an accumulation of disappointments” during his time in office and saying Mr Macron’s government had made only “small steps” in its much-vaunted green agenda, the so-called Benalla affair had helped bring Mr Macron’s approval ratings down for the fourth consecutive month, to a record low of 34 per cent.

“Hulot’s resignation is very bad news for Macron because he’s already facing a difficult rentrée,” said Professor Bruno Cautrès, a political analyst at Sciences Po, referring to the return to work after France’s long summer holidays. “The budget is looking more and more complicated, and the polls show that the Benalla affair has hurt his popularity. Hulot’s departure adds another difficult element.”

According to a poll conducted on Tuesday by Odoxa-Dentsu Consulting for France Info and Le Figaro, the majority of French people (55 per cent) regret Mr Hulot’s resignation, and 65 per cent of respondents believe that it is “bad news for the government”. Jean-Luc Mélenchon, leader of the far-left Unbowed party, said in a tweet on Tuesday that it proved that “Macronism is starting to decompose”. Mr Macron, who came to power on a pro-business reform program that he argued would boost growth and create jobs, notched up a number of milestones in his first year as president, overhauling France’s sclerotic labour laws, reforming the state-owned railway operator SNCF and slashing taxes.

But while this has changed the mood at home and France’s image abroad, it has yet to be reflected in the numbers. Unemployment, at just over 9 per cent, has dropped by only 0.3 percentage points during Mr Macron’s presidency. Prime minister Edouard Philippe said on Sunday that the 2019 budget, which will be unveiled next month, will be based on a growth forecast of 1.7 per cent, instead of the 1.9 per cent forecast in April.

Mr Macron is facing many more difficult issues than Mr Hulot’s resignation, said Laurent Bigorgne, director of the Institut Montaigne. “Growth is not at the level we expected and the budget is a difficult equation to balance,” he said, adding “there is also the challenge of the European elections next year: picking candidates and defending the European project in a difficult context. And we’ve not yet started on the reform of the French state”.

©Indeed some of the most controversial steps of Mr Macron’s ambitious reform programme, such as simplifying the pension system and slashing thousands of jobs from France’s bloated civil service, are still to come. The government wants to tackle social spending, including housing allowances and family welfare benefits, and plans to cut 4,500 state jobs in 2019 and more than 10,000 in 2020.

The most pressing issue in the days ahead is to find a successor for Mr Hulot. The new appointment will need to show that, contrary to Mr Hulot’s criticism, France is serious about ecological issues. And it comes at a critical moment for France’s energy policy, which the environment minister oversees.

The French government is preparing to unveil a multiyear energy programme in the autumn, which will set out its priorities for the next ten years, and the road map for a belated shift away from nuclear towards renewables. France has a revised target of cutting the proportion of energy generated from nuclear to 50 per cent by 2035.

Mr Hulot’s vehemently anti-nuclear stance clashed with the more nuanced view of the government. Speaking on Thursday, Bruno Le Maire, French finance minister, said: “I think we can perfectly remember that nuclear power is an asset for France and accelerate the development of renewable energies in France.” “

We think France has no real choice but to extend the lifetime of the nuclear fleet — the alternative would be a cliff edge in power supply in the 2020s,” said Sam Arie, utilities analyst at UBS.

“Even with nuclear life extensions, there could still be a risk — so we think France also needs to catch up its very slow start on renewables. Perhaps we could see a national investment plan for wind and solar, a “Macron plan” to mirror the 1974 “Messmer plan” which led to the construction of today’s nuclear fleet?

” Despite these challenges, investors remain optimistic on France. “The real achievement of Macron’s tenure so far is enforcing changes that were previously unimaginable,” wrote Pierre-Henri Flamand, chief investment officer of hedge fund manager Man GLG in a note to clients on Tuesday. “The opposition on both sides of the political divide is weak and fragmented, buying Macron time to implement the changes he needs to make.”

 

Réflexion sur les sondages

Nous avons récemment posté le dernier sondage d’ELABE (23 août) qui se concentre sur les électorats des principaux homes et femmes politiques, ce qui nous présente une image pratique de ce qui pourrait se passer  lors des prochaines présidentielles ou autres.

La SOFRES décompose l’électorat Macron par nom d’ hommes ou femmes ce qui fourni un nombre considérable  de personnes,. Il faut  noter que plus on décompose les opposants au Président plus l’on  présente alors une opposition  morcelée et peu efficace qui va à l’encontre du titre du Figaro.

L’on pourrait alors supposer que l’établissement de la SOFRES ne fasse pas preuve d’une indépendance que l’on pourrait attendre d’une société traitant de sujets politiques et bien placé sur ce marché. Bernard Owen

Sondage : les opposants à Macron se renforcent

Mis à jour le 30/08/2018 à 14:38 –   Publié le 30/08/2018 à 11:00

INFOGRAPHIES – Avec le départ de Nicolas Hulot du gouvernement et son retrait de la politique, Jean-Luc Mélenchon prend la première place, selon le baromètre Kantar Sofres pour Le Figaro Magazine du mois de septembre.

Les opposants à Emmanuel Macron retrouvent de l’oxygène. Plus d’un an après son accession à l’Elysée, le chef de l’Etat voit ses adversaires politiques remonter dans le cœur des Français. C’est la signification de la dernière livraison du baromètre (réalisé avant la démission de Nicolas Hulot) Kantar Sofres pour Le Figaro Magazine: Jean-Luc Mélenchon prend 4 points, Benoît Hamon grimpe de 5 points et se hisse sur la troisième marche du podium.

Autre indicateur de la radicalisation des Français, notamment ceux de gauche,  

la remontée de Martine Aubry (26 %, + 3). Chez les Républicains, Xavier Bertrand (22 %, + 8) et Valérie Pécresse (+ 5) signent la meilleure rentrée. Jusqu’ici modérés dans leurs critiques contre le pouvoir, ils ont décidé de ne plus le ménager. Les effets se font immédiatement sentir: Bertrand gagne 11 points chez les sympathisants LR et Pécresse, 17. Les opposants profitent de la faiblesse politique du gouvernement. Avec le départ de Hulot, la ministre la plus populaire est Laura Flessel, mais avec une cote de seulement 24 %. 

  • Valérie Pécresse: +5

Rentrée réussie pour Valérie Pécresse qui progresse fortement dans le baromètre, principalement chez les sympathisants Républicains (49 %, + 17). Preuve qu’ils ne lui tiennent pas rigueur de ne pas suivre la ligne fixée par leur président Laurent Wauquiez.

  • Jean-Luc Mélenchon: +4

Le patron de La France insoumise conforte son statut de premier opposant à Emmanuel Macron. Premier chez les sympathisants de gauche (57 %), il progresse auprès de ceux du PS (42 %, + 6) et même, plus surprenant, auprès des LREM (25 %, + 15).

A la recherche du meilleur leader opposant

Monique Cochinal

Sondages à l’appui, il est évident que les Français, de toutes classes sociales, de tous bords politiques, se plaignent, grognent de plus en plus fort et sont vent debout devant les méthodes et les échecs répétés du nouveau gouvernement. Le « règne Macron » et son nouveau monde doivent prendre fin, avant qu’il ne soit trop tard. Mais, comment ? Et surtout pas n’importe comment.

En écoutant les uns et les autres, on voit se dessiner deux attitudes différentes. Les uns, très déçus, très pessimistes, pensent que c’est trop tard « advienne que pourra » « on n’y peut rien » « la raison du plus fort est toujours la meilleure ». Ils se plaignent très fort, mais baissent les bras. S’ajoutent à ceux-ci la catégorie des Français inertes, complètement pris, dans leur vie quotidienne, par leurs grandes difficultés et leurs problèmes personnels. Ils sont incapables de penser à autre chose, ils n’ont plus aucune réaction, ils se sentent hors de tout système, exclus. Ils n’ont plus la force de réagir.

Heureusement, il y a d’autres Français, les optimistes, qui constatent les dégâts, ne se résignent pas et se demandent comment on peut s’en sortir, et comment on a pu en arriver là. Que peut-on faire pour s’en sortir ?

En tant que « simple citoyenne » je pense que nous avons le devoir de nous exprimer, de dénoncer tout abus, mais surtout de ne jamais baisser les bras. Nous devons trouver un remède et continuer à croire aux valeurs fondatrices de notre République. Et donc, en urgence, il nous faudrait trouver un leader politique capable de faire barrage aux dérives de notre gouvernement actuel.

Des différents partis, anéantis et silencieux devant notre Président Macron, jusqu’à maintenant, se dressent aujourd’hui quelques leaders, tous différents, tous se situant en opposition complète avec le gouvernement. Alors …. Ecoutons les uns et les autres, mais surtout soyons vigilants quant au choix de celui qui sera capable de nous guider vers le rétablissement d’un Etat fort, bien équilibré, respectueux du bon fonctionnement de toutes nos institutions, assurant une bonne gouvernance pour résister aux crises intérieures et extérieures qui menacent notre monde.

De personnes entrants et sortants de l’Elysée…

Le Président Macron,Alexis etKohler et Ismaël Emelien

Il a été question en diverses occasions de personnes entrants et sortants de l’Elysée dont les fonctions, parfois officielles paraissent mal définies.

Nous allons  en découvrir un nouvel inconnu de nous et dont nos amis de  Mediapart vont nous apporter un certain éclaircissement.  Bernard Owen

29 AOÛT 2018 PAR PASCALE PASCARIELLOFABRICE ARFI ET KARL LASKE

Un syndicat de policiers, partie civile dans l’affaire des « faux policiers » de l’Élysée, vient de demander l’audition d’Ismaël Emelien, conseiller spécial de Macron, accusé d’avoir détenu le CD-Rom montrant les images volées de la vidéosurveillance des violences du 1er mai. Mediapart a consulté les pièces de l’enquête qui embarrassent ce collaborateur du président.

  • Plus d’un mois après le début de l’affaire des « faux policiers »de l’Élysée, l’audition du conseiller spécial Ismaël Emelien se fait attendre. Ce proche collaborateur d’Emmanuel Macron n’a joué aucun rôle dans les incidents du 1er mai, mais il a récupéré le CD-Rom de la vidéosurveillance des incidents ayant eu lieu sur la place de la Contrescarpe, dans le Ve arrondissement de Paris. Ce document, sorti illégalement des archives de la préfecture de police le 18 juillet, au moment des premières révélations du Monde, est aujourd’hui considéré par les juges comme un « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo-protection ». C’est Alexandre Benalla lui-même qui a impliqué le conseiller du président de la République devant les enquêteurs.

Mais depuis, plus rien.

Un syndicat de policiers, partie civile dans le dossier, VIGI-Mi, a donc demandé officiellement aux juges, mercredi 29 août, l’audition d’Ismaël Emelien « dans les meilleurs délais », par l’intermédiaire de l’avocat MeYassine Bouzrou. Comme Mediapart l’a signalé, plusieurs comptes Twitter, soutiens de LREM, ont diffusé jeudi 19 juillet des images de la vidéosurveillance de la place de la Contrescarpe, avant de les effacer. Ces images communiquées par les policiers de la préfecture de police à Benalla, puis à Emelien, auraient été utilisées durant plusieurs heures sur les réseaux sociaux afin de prouver l’agressivité des manifestants et le bien-fondé de la riposte policière. Avant de réaliser que ce matériel ne pouvait en aucun cas être diffusé.

Ces faits ont depuis valu des mises en examen à plusieurs fonctionnaires de police parisiens, en plus de Benalla.

Le soir des incidents du 1er mai, Alexandre Benalla avait déjà informé Alexis Kohler du fait qu’il avait été filmé en mauvaise posture, mais cette fois par un manifestant, et qu’une vidéo avait été mise en ligne sur les réseaux sociaux. Le chargé de mission l’avait appris alors qu’il se trouvait « pour débriefer » dans la salle de commandement de la préfecture. Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb, venu faire le bilan de la journée avec le préfet Delpuech, l’avait salué.

« À un moment, dans le fond de la salle de commandement, deux opérateurs, qui suivaient en temps réel les réseaux sociaux, ont appelé le major en lui disant qu’il y avait manifestement un problème, déclare Alexandre Benalla. Le major m’a alors fait venir et m’a montré la présence sur les réseaux sociaux de la vidéo de l’intervention de la Contrescarpe. […] J’ai décidé d’avertir mon autorité de l’existence de cette vidéo en lui envoyant un message. J’ai alors envoyé un message à Alexis Kohler sous forme de télégramme via mon téléphone et l’application du même nom. »

Le lendemain matin, c’est le directeur de cabinet du chef de l’État, Patrick Strzoda, qui cherche à le joindre « d’urgence ». Le préfet Strzoda, qui avait autorisé la sortie de Benalla, prétend qu’il n’avait pas compris qu’il irait sur le terrain, mais qu’il croyait qu’il comptait suivre la manifestation depuis la salle de commandement… Le 2 mai, lors d’un second entretien, il lui notifie une suspension de 15 jours. « Je n’ai pas compris le sens de cette sanction, alors que l’on ne m’avait pas demandé de relater ma version des faits sur les circonstances exactes de ce qui apparaissait sur cette vidéo, commente Benalla devant les policiers. Ce que j’ai compris, c’est que je n’étais pas sanctionné pour les faits eux-mêmes, tels qu’ils peuvent laisser à interprétation sur cette vidéo, mais simplement pour avoir exposé la présidence à un risque pour son image. »

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresseenquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

L’émigration en masse

Bernard Owen

Un arbre qui cache la forêt ?

Il a été question de l’émigration de masse qui menacerait notre passé culturel. Or, ce chemin peut nous cacher certains autres problèmes qui sont bien les nôtres, et se situent au niveau de nos institutions.

Le Président Macron a profité d’un avantage extrêmement dangereux, qu’il a développé selon ses besoins : celui de l’effondrement de notre système des partis ; Plus rien ne peut l’arrêter maintenant, il est hors d’attaque. Le seul recours de la France serait qu’il démissionne.

D’autre part, le droit français réclame certains aménagements au niveau du droit des institutions.

  1. L’existence même du juge d’instruction est à revoir. Nos amis Allemands et Italiens s’en sont débarrassés. Le système français a créé une personne schizophrénique agissant à charge et à décharge, se substituant à la police, qui se doit de rechercher et au magistrat à qui revient le rôle de juger
  2. Le droit électoral doit éliminer les primaires, qui placent en avant l’individu au détriment des partis, dont l’existence est une priorité dans toute démocratie.
  3. Nous avons, dans le passé, écrit un livre intitulé : « La société civile : un cheval de Troie ». Il s’agit de mettre en lumière le danger que représentent, à travers le monde, les interventions de la société civile dans tous les Etats, qu’il s’agisse des nouveaux venus à la démocratie ou des autres. Dans ce texte, nous avons mentionné, en premier, la mise en place des associations de Monsieur SOROS ;

Nous pensons que l’immigration de masse pour l’Europe ne représente pas un danger, à partir du moment où elle peut être réglée de différentes façons. En revanche, le danger réel et caché demeure dans le financement parfois considérable provenant de l’étranger destiné à financer un candidat provenant de la société civile. Par exemple, Bernil SANDERS, candidat d’extrême gauche aux Etats Unis, a été financé par la société civile. Les Etats Unis ont limité ce financement, depuis 1938. La Fédération de Russie a fait de même récemment.

Notre ami SOROS répond aux demandes qui lui sont faites, partout dans le monde. Il utilise, pour ce faire, des spécialistes : des adeptes de Gene SHARP, auteur d’une action « non violente » qui représente « leur bible » et comprend pas moins de 100 articles ….

Personnellement et partout où je suis allé, je n’ai jamais rencontré une réussite au long terme d’une telle action. Le vrai danger est bien là.

Gros nuages menaçants avant l’orage Pour notre Président

Monique Cochinal

Décidément, le temps de la rentrée politique se dégrade, et le ciel du « nouveau monde » s’obscurcit de plus en plus.

Nous apprenons, ce matin, que le troisième Ministre d’Etat : Nicolas Hulot annonce brutalement sa démission, au cours d’un entretien radio. Il avoue ses échecs et avoir porté seul ses hautes pensées utopiques. Il se rend compte qu’entre utopie et réalités économiques il y a un abîme, qu’il lui est incapable de franchir. Il est déçu et quitte le gouvernement brutalement, sans en avoir parlé au Président, ni même à ses proches collaborateurs. Pourquoi si brutalement ? il se justifie … Il craignait d’être, encore une fois, récupéré par son « cher ami Macron ».

Dans le gouvernement, grande stupéfaction, grand remue- ménage. Que dire ? Que faire ? Voilà un gros nuage menaçant de plus. La veille, Le Premier Ministre avait annoncé un prochain budget revu à la baisse, la croissance n’étant pas au rendez-vous, et « en même temps » des restrictions prévues pour différents postes déficitaires, mais pas d’augmentation des impôts et « en même temps » diminutions des allocations et prestations accordées à droite et à gauche.

Pendant ce temps, notre Président est en voyage officiel au Danemark. On imagine le grand embarras de l’ensemble du gouvernement. Il faut répondre aux nombreuses questions qui fusent de toutes parts, et ils sont privés de leur grand chef. Quoi dire ? Quoi faire ? De toute façon, on attend son retour …..

Qui remplacera Nicolas Hulot ? Y aura-t-il un remaniement plus complet du gouvernement ? Car il y a quelques personnes proches du président traînant derrière elles quelques casseroles (affaire Benalla, affaire kohler, affaire Nyssen), sans oublier la façon peu cavalière d’avoir éliminé son principal concurrent aux élections présidentielles avec cette malheureuse affaire Fillon- Pénélope. Décidément, ce règne Macron commençait bien mal.

Que de gros nuages à l’horizon qui laissent prévoir un gros orage !!

Comment notre pays pourra s’en sortir, maintenant ?

Bientôt, nous aurons des élections européennes. Il nous faudra être très vigilants, savoir choisir nos leaders, ne pas écouter tous nos nationalistes de droite comme de gauche, et mettre dans les urnes le bon bulletin pour élire des députés conscients que notre pays seul face aux autres grandes puissances : Etats Unis, Chine, Japon, Inde, est vraiment impuissant. Je crois profondément aux capacités de la vieille Europe. Tout n’y est peut-être pas parfait, mais il y fait, malgré tout, bon vivre.

 

A Marseille, au congrès

L’Humanité

Monique Cochinal

C’était hier, à Marseille. Le grand beau temps, un ciel très bleu, un beau soleil, un peu de mistral, et une ambiance joyeuse, une foule bigarrée : des jeunes, des adultes, des séniors, heureux de se retrouver en famille, c’est la fête. On attend le grand chef avec impatience : Jean Luc Mélanchon. Le voilà, il arrive … grand sourire jovial, grands gestes, col de chemise ouvert, cheveux volant au vent, tenue décontractée, on est entre amis, lunettes sur le nez, malgré tout, ça fait plus sérieux et c’est surtout très utile pour parcourir les quelques notes posées sur une table près de lui et calées par une grosse pierre, car il y a du vent et les feuilles de papier risquent de s’envoler.

Il sait parler à tous ces gens, il est des leurs, il connait leurs problèmes, leurs difficultés, leurs soucis et aussi leurs aspirations. Son discours est fort bien construit, avec quelques envolées lyriques, quelques slogans, repris en cœur par les auditeurs qui rient, applaudissent. Dans l’ensemble, cette harangue est un peu moins violente que lors de sa dernière campagne électorale, car l’heure est au rassemblement : un appel du pied aux écologistes, les « verts » assez nombreux dans différents pays d’Europe, en évoquant leurs difficultés dans ce gouvernement actuel à faire aboutir leurs revendications bien légitimes pour le bien de toute l’humanité, en remerciant chaleureusement les sympathisants de quelques partis voisins venus assister au congrès. Quel leader ! C’est un vrai spectacle. On ne s’ennuie pas. Il va, il vient, remet en ordre ses cheveux, gesticule, va, de temps à autre, vers la table pour consulter discrètement ses notes, tourne les pages, car, décidément …. Ce maudit vent a mélangé toutes les feuilles !!! Ses amis ont tous les yeux rivés sur lui. On applaudit souvent, on rit  beaucoup, on se lève de sa chaise pour mieux le voir, on brandit son téléphone ou sa caméra pour prendre quelques photos souvenir, on répète les slogans, on hoche de la tête pour approuver. C’est certain, on est convaincu. Après une heure et demie, on se sépare à regret. Quelle belle fête ! Décidément « notre Jean Luc est formidable ». Il est si près du peuple. Il a parlé à tous : ouvriers, employés, migrants, chômeurs, handicapés, séniors, malades, jeunes étudiants, apprentis, croyants, non croyants, peu importe la religion, chacun a le droit de penser ce qu’il veut, à condition qu’il respecte la loi sur la laïcité votée (là, je suis tout à fait d’accord avec lui).

Mais, dans quel but tout cela ? Toujours le même : faire la révolution, renverser cette Vème République complètement pourrie, bien malade, et instaurer la 6ème République, celle du peuple, pour le peuple, anti-européenne, anti ceci, anti cela, anti tout, d’une façon tout à fait démocratique : en glissant dans l’urne, aux prochaines élections européennes, un bulletin du leader désigné par le parti de Mélanchon, le nouveau slogan étant : « élections européennes, élections anti-Macron », mais plutôt anti tout, à mon avis. Ils ne sont pas seuls, ils ont des alliés dans beaucoup de pays d’Europe, et rassemblés, ils gagneront.

Une fois le rideau baissé, une fois la lumière éteinte, une fois la fête terminée, il nous faut revenir vite à la réalité et constater avec tristesse qu’avec de tels slogans, un tel programme, si peu de modération, on ne peut pas gouverner durablement un pays. Alors ….. Espérons dans le bon sens de nombreux électeurs pour que ces élections européennes ne tournent pas au désastre de notre vieux continent.

Affaire Nyssen: le parquet de Paris ouvre une enquête sur l’agrandissement du siège d’Actes Sud

Françoise Nyssen, la ministre de la Culture. Photo Ludovic MARIN/AFP

 

 

 

 

 

23 AOÛT 018 PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART

L’enquête devra déterminer si les travaux d’agrandissement d’Actes Sud, la maison d’édition anciennement dirigée par l’actuelle ministre de la culture Françoise Nyssen, respectent le Code de l’urbanisme.

 

Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire pour déterminer si les travaux d’agrandissement du siège d’Actes Sud, la maison d’édition anciennement dirigée par la ministre de la culture Françoise Nyssen, respectent le Code de l’urbanisme, a appris l’AFP de source judiciaire. Ces investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, à la suite des révélations mercredi du Canard enchaîné sur ces travaux qui auraient été réalisés en 1997 « sans autorisation » « ni déclaration au fisc » dans cet immeuble classé.

Un peu plus tôt ce jeudi, l’association Sites et Monuments avait annoncé le dépôt d’une plainte contre la ministre de la culture et présidente d’Actes Sud jusqu’à son entrée au gouvernement, en 2017. Se présentant comme « la plus ancienne association agissant pour la protection du patrimoine naturel et bâti », elle reproche à l’ex-éditrice de s’être « affranchie des règles du droit du patrimoine et de l’urbanisme, aussi bien à Arles qu’à Paris ».

Le Canard enchaîné fait état de travaux accomplis dans les locaux parisiens des éditions Actes Sud en 1997 et en 2012, sans autorisation de la mairie ni notification au fisc. L’installation de plusieurs mezzanines aurait permis de gagner environ 150 mètres carrés. Le siège parisien d’Actes Sud, où ont lieu les travaux incriminés, est un hôtel particulier du XVIIIe siècle, inscrit aux Monuments historiques. Ces agrandissements auraient dû donner lieu à des prélèvements supplémentaires.

En juin déjà, l’hebdomadaire avait dénoncé des irrégularités similaires dans le siège d’Actes Sud à Arles (Bouches-du-Rhône). La ministre, qui a cédé la présidence des éditions à son époux en 2017, avait alors reconnu une « négligence ».

Cette fois, Françoise Nyssen a fini par sortir du silence après plus de 24 heures de polémique et déclaré que la mise en conformité des bureaux était une « évidence ».

« Aucune entreprise n’est au-dessus des lois », a indiqué la ministre, répétant mot pour mot les éléments de langage développés par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, la veille.

Interrogé mercredi, le porte-parole du gouvernement a aussi rappelé que « le président de la République s’est engagé sur l’exemplarité […] et sur notamment les exigences de transparence ». Il avait aussi confusément expliqué que « quand on est locataire et qu’on s’installe quelque part, on demande rarement s’il y a déjà eu toutes les autorisations » pour agrandir les lieux. « Il faut voir si la justice s’en saisit, je ne crois pas que ce soit le cas », avait-il ajouté.

De leur côté, les éditions Actes Sud ont fait savoir jeudi qu’elles vont entreprendre « les démarches qui s’avéreraient nécessaires » pour régulariser la situation de leurs bureaux à Paris. Dans un communiqué, la maison d’édition affirme avoir « mandaté le cabinet de maître Franck Benalloul, avocat au barreau de Marseille, afin qu’il entreprenne toutes les démarches pour une mise en conformité au code de l’urbanisme de leurs bureaux parisiens ».

C’est la rentrée !

decliccreatif.skyrock.com

Monique Cochinal

Après un fort bel été chaud et sec, comme on en a souvent connu, il y a une quarantaine d’années, avant que l’on nous parle du réchauffement climatique dû à la pollution, c’est le retour chez soi, et la reprise des tâches quotidiennes et du travail pour la plupart des Français.

Au fait, quelles sont les nouvelles ? Comment va la France ? Comment se comportent nos chers élus ? Que va-t-on nous annoncer ? Qu’en est-il de ces nombreuses réformes et de cette république de la transparence tant prônée par notre Président et son équipe de jeunes élus « irréprochables », et faisant la leçon à leurs aînés ?

Alors, on apprend qu’après l’affaire d’Etat Benalla, qui sommeille doucement (dans ces cas, notre justice est très lente), mais qui n’est pas du tout terminée, après l’affaire Kohler (enquête en cours), la ministre de la culture et du patrimoine : Françoise Nyssen, est mise en cause pour avoir fait agrandir les locaux de son ex maison d’éditions « Actes Sud » sans autorisation préalable, dans un quartier résidentiel de Paris. Le Parquet de Paris ouvre une enquête (une de plus).

Que devient notre Président en vacances ? Dans la discrétion la plus absolue, il est sorti de son fort préféré de Brégançon, juste pour quelques jours, pour assister, sans tambours ni trompettes, à la réunion de rentrée des ministres, et a laissé le Premier Ministre annoncer les mauvaises nouvelles, à savoir le casse tête budgétaire, car la croissance n’est pas au rendez-vous, le chômage est en hausse ainsi que notre dette nationale, dont on parle de moins en moins.

Pour notre Ministre de l’écologie et de l’environnement : Nicolas Hulot, ça ne va pas fort. Il a, certes, de très belles idées utopiques, mais la réalité est tout autre. On dit qu’il n’est pas à la hauteur.

Quant à Gérard Collomb, les choses sont loin de s’arranger. On lui reproche son manque d’humanité vis-à-vis de ces migrants repêchés en mer, et qui débarquent en masse avec femmes et enfants, que l’on devra nourrir, loger et assister entièrement pendant des années. A Marseille, aujourd’hui, à nouveau un homme tué. A Trappes, une attaque au couteau d’un assaillant radicalisé et fiché S, bilan : deux personnes mortes et une blessée, et, par suite d’une erreur de la justice, un présumé djhiadiste a été libéré et court dans la nature.

Toutes ces mauvaises nouvelles vont réveiller tous les opposants au gouvernement, qui essaient de se regrouper : l’extrême gauche et la gauche. Au sein du Parti Socialiste, François Hollande en tête, on attaque très fort, c’est normal, mais on reste encore bien divisé. Du côté du parti LR, il règne également un certain désordre, certains militants seraient même attirés par Mélenchon, nous dit-on. On aura tout vu !!

Décidément ce « nouveau monde » n’est pas du tout attirant.

ELABE: La rentrée de l’exécutif confrontée à la défiance des français

  • ÉTUDES & SONDAGES
  • 22 AOÛT 2018
  • French President Emmanuel Macron attends a ceremony at the Royal Military Academy Sandhurst, west of London on January 18, 2018.
    French President Emmanuel Macron will take part in a Franco-British summit to discuss migration and Brexit.LUDOVIC MARIN/AFP/Getty Images)

    S’ils sont relativement confiants pour leur avenir personnel, les Français expriment un fort pessimisme sur le futur de la société française

    67% des Français sont pessimistes sur l’avenir de la société française. En revanche, ils sont relativement optimistes (60%) sur leur avenir personnel.

    S’il existe un réel optimisme pour soi et un pessimisme au sujet la société française partagés par l’ensemble de la population, l’intensité diffère et est corrélée à l’âge ainsi qu’à la catégorie socioprofessionnelle des individus :

    En effet, l’optimisme décroit avec l’âge : de 39% chez les 18-24 ans à 29% chez les plus de 65 ans pour l’avenir de la société française et de 80% à 50% au sujet de leur propre avenir.

    Les personnes issues des classes populaires font montre d’un optimisme moins important par rapport aux autres catégories socioprofessionnelles:  31% des ouvriers et employés se disent optimistes pour l’avenir de la société française contre 37% des cadres et 40% des classes moyennes. 60% des Français venant des classes populaires sont optimistes pour leur propre avenircontre 70% des classes moyennes et 75% des cadres.

    D’un point de vue politique, seuls les électeurs d’Emmanuel Macron du 1er tour de l’élection présidentielle se disent optimistesdans les deux cas, aussi bien pour la France (57%, dont 4% très optimistes) que pour eux-mêmes (75%, dont 11% très optimistes). Parmi les autres principaux électorats, une courte majorité est optimiste concernant son avenir (entre 51% et 64% d’avis optimistes), mais une forte majorité est pessimiste concernant l’avenir de la France (entre 70% et 82% d’avis pessimistes).

    Une majorité de Français considère que la politique de l’exécutif dégrade leur situation personnelle et la situation du pays

    58% des Français estiment que la politique menée par l’exécutif a pour effet de dégrader leur situation personnelle, 36% qu’elle reste stable et 6% qu’elle l’améliore.

    Dans le même temps, 57% des Français considèrent qu’elle dégrade la situation du pays, 27% qu’elle reste stable et 16% qu’elle l’améliore.

    Les opinions connaissent des différences marquées selon le segment politique :

    • L’électoratd’ Macron est plutôt positif : une majorité relative de ces électeurs estime que l’action de l’exécutif a pour effet d’améliorer la situation du pays (44%), 35% qu’elle reste stable et 20% qu’elle la dégrade. En revanche ils sont plus sceptiques concernant leur propre situation : 56% estiment qu’elle reste stable, 34% qu’elle la dégrade et seuls 10% qu’elle l’améliore.
    • L’électorat de Fillonest partagé concernant la situation du pays (42% dégrade, 38% stable et 20% améliore), ils sont plutôt négatifs concernant leur propre situation (52% dégrade, 42% stable et 5% améliore).
    • Les autres électorats ont un point de vue négatifsur l’effet de la politique de l’exécutif : entre 66% et 78% estiment qu’elle dégrade la situation du pays et entre 65% et 72% leur propre situation.

    Les personnes issues des classes populaires ont un constat plus négatif (68% estiment que la politique dégrade la situation du pays et 61% qu’elle dégrade leur situation) que les classes moyennes (53% pour le pays, et 55% pour leur situation), et les classes aisées (40% pour le pays, et 44% pour leur situation).

    A noter que le sentiment de dégradation de sa situation personnelle augmente avec l’âge : 36% chez les 18-24 ans, 51% chez les 25-34 ans, 55% chez les 35-49 ans, 63% chez les 50-64 ans et 68% chez les 65 ans et plus. 

    Action d’Emmanuel Macron : une majorité de Français la juge décevante

    54% des Français déclarent être déçus par l’action d’Emmanuel Macron. C’est le deuxième plus mauvais chiffre enregistré par Elabe depuis juillet 2017. Depuis avril 2018 (1 an après l’élection) la déception a progressé de 8 points.

    Si on note cependant un léger recul ce mois-ci quant à la déception, cette baisse se fait au profit de l’attente (32%, +6) et non de la satisfaction (14%, -1).

    Une majorité relative des électeurs d’E. Macron est dans l’attente (48%), 32% sont satisfaits et 20% déçus. 

     Les électeurs de F. Fillon sont partagés entre l’attente (43%) et la déception (41%). La déception est majoritaire pour l’ensemble des autres électorats (entre 69% et 85%) 

  • Les cadres sont partagés entre la déception (44%) et la patience(41%). Une majorité relative des classes moyennes est déçue (47%) et 38% est dans l’attente. Les classes populaires sont majoritairement déçues (62%).

    A noter que la déception est majoritaire quelle que soit la tranche d’âge : 52% chez les 18-24 ans, 56% chez les 25-34 ans, 53% chez les 35-49 ans, 59% chez les 50-64 ans et 51% chez les 65 ans et plus. 

    Emmanuel Macron : une image qui se dégrade sensiblement par rapport à fin janvier

    Les Français portent sur la quasi-totalité des items proposés un jugement en recul par rapport à janvier 2018. Ils dépeignent le portrait d’un Président avant tout  autoritaire (80%, +7 par rapport à l’enquête réalisée les 23 et 24 janvier 2018), dynamique (72%, -5) qui veut vraiment changer les choses (62%, -4) et inquiétant (59%, +5).

    Sa capacité à réformer le pays (53%, -7), et la sympathie  (52%, -4) lui sont également reconnus par une majorité de Français, mais en recul.

    Sa capacité à respecter ses engagement (50%, -6) et son honnêteté(42%, -7) sont en baisse.

    Seuls 28% des Français (-16) reconnaissent sa capacité à rassembler les Français et 24% (-5) considèrent qu’il comprend les gens comme vous.

    Près d’un an et trois mois après son élection, malgré une légère dégradation, son image reste très bonne auprès de son électorat de 1er tour (90% à 81% selon l’item, et 33% pour l’item vous inquiète). Seules la capacité à rassembler les Français (60%) et sa capacité à comprendre les gens comme vous (53%) sont atteignent des scores plus mesurés. A noter que l’ensemble des items est en baisse, hormis son aspect inquiétant et autoritaire, qui sont en légère hausse.

    Si les dynamiques d’opinion sont assez similaires auprès des principaux électorats,  les niveaux restent eux très différents :

     

    • son image reste relativement bonne auprès des électeurs de François Fillon (2 items seulement inférieurs à 50%), malgré de très fortes baisses : capable de rassembler les Français (32%, -26), comprend les gens comme vous (22%, -14),honnête (55%, -12), capable de réformer le pays (62%, -11),  dynamique (80%, -10) et sympathique (60%, -10). A noter qu’il est en hausse de 7 points sur l’item il vous inquiète (50%).
    • elle est en revanche assez moyenne auprès des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (6 items inférieurs à 50%) ;
    • et est mauvaise chez les électeurs de Marine Le Pen (7 items inférieurs à 50%)

    Les projets gouvernementaux sous le signe de la défiance

    Interrogés sur 8 des principaux chantiers de la rentrée pour l’exécutif, les Français expriment une défiance globale.

    A l’exception du chantier du prélèvement à la source (55% de confiance, dont 42% lui font plutôt confiance), les Français ne font pas confiance au président de la République et au gouvernement pour mener à bien :

    la réforme constitutionnelle (59% ne leur font pas confiance, dont 23% pas du tout)

    la révision des lois de bioéthique ( 61% dont 22% pas du tout)

    la réforme de l’assurance chômage (62% dont 26% pas du tout)

    la réduction des déficits (62% dont 28% pas du tout)

    la transformation du système de santé (65%, 28% pas du tout)

    -la réforme des retraites (68% dont 35% pas du tout)

    -et enfin le plan pauvreté (75% ne leur font pas confiance dont 36% pas du tout).

    D’un point de vue politique, une majorité des électeurs de 1er tour d’Emmanuel Macron lui font confiance pour mener à bien l’ensemble de ces chantiers (de 64% à 84% de « confiance »). Ils sont toutefois plus en retrait au sujet du plan pauvreté : 56% font confiance au président de la République pour mener à bien ce chantier.

     

    Les électeurs de François Fillon sont davantage partagés : s’ils font confiance à Emmanuel Macron au sujet du prélèvement à la source (67%), de la réforme constitutionnelle (57%), la réforme de l’assurance chômage (52%), ils sont partagés sur la révision des lois bioéthique (50%) et sur la réforme des retraites (49%),  ils ne lui font pas confiance au sujet du plan pauvreté (69% ne lui font pas confiance), de la transformation du système de santé (57%) et  de la réduction des déficits (54%).

     

    Les autres principaux électorats et les abstentionnistes ne font pas confiance à Emmanuel Macron pour mener à bien les chantiers de la rentrée (hormis les électeurs de B. Hamon au sujet du prélèvement à la source, 54%).