Les « écolos » s’emparent de nos grandes villes françaises

Monique Cochinal

Aux dernières élections municipales, le 29 juin 2020, dans une ambiance anxiogène de pandémie, nous assistons avec stupéfaction à une victoire du parti EELV (Europe Ecologie les Verts).

Dans le journal « Le Monde », Abel Mestre nous dit : « Avec EELV, une vague déferle sur les grandes villes françaises. En gagnant à Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers ou Marseille, et en participant à la victoire à Paris …… C’est une bascule historique. Seuls ou à la tête de coalitions (Paris, Marseille) …… Les écolos s’imposent comme une force politique du premier plan. ».

Ces nouveaux maires verts, inconnus au plan national  dirigeront, dorénavant, Paris (     avec le Parti Socialiste), Lyon, Bordeaux, Tours, Strasbourg, Besançon, Annecy, Marseille, ou encore  Colombes (petite ville des Hauts de Seine). Leur programme est le même : lutter à fond contre le réchauffement climatique, la pollution meurtrière, développer partout des espaces verts, économiser l’énergie, encourager la culture bio, manger bio, pour vivre sainement dans un monde tout vert et tout BIO. Ah ! La belle vie qu’on nous promet, sinon ….. Dans un temps très court, l’espèce humaine est en voie de disparition, et notre belle planète terre disparaîtra.

Pour ce faire, on imagine, on élabore des projets parfois insensés, on s’impose par la force, on interdit et on punit. Rien de démocratique dans tous ces slogans publicitaires entendus chaque jour. Il y a quelques jours, nos nouveaux maires se sont distingués par des interdictions saugrenues : Grégory Doucet, l’humanitaire écolo, à la tête de la ville de Lyon, très mécontent que le Tour de France fasse étape dans cette belle ville de Lyon, a traité cette manifestation si populaire depuis tant d’années, de polluante et « macho ». Obligé, en tant que maire, d’assister au parcours des cyclistes et de la caravane, il a dédaigné le maillot jaune et a seulement applaudi le maillot vert !

A Paris et dans d’autres villes, on privilégie les allées piétonnes, les vélos, les patinettes électriques, au détriment des voitures (beaucoup trop polluantes), avec des règles peu formelles, qui provoquent de nombreux accidents graves. On veut supprimer la voiture dans Paris, mais comment font nos entrepreneurs pour livrer ou dépanner les habitants ? e vois mal le plombier ou le menuisier trimballer sur son dos ou sur son vélo ou sa patinette tout son matériel.

A Bordeaux, notre maire vert veut supprimer le sapin de Noël illuminé et décoré  sur la place en plein centre de la ville, car « plus d’arbre mort dans sa ville » nous dit-il. Nos villes vont devenir bien tristes, s’il est rejoint par d’autres verts. Il est si plaisant de se promener dans ces jolies villes provençales, à Noël et admirer les efforts d’imagination pour décorer à peu de frais leur propre ville.

On parle aussi de supprimer la fête nationale du 14 juillet……… Dans quel monde veut-on nous mener ?