A Healthy Distrust Of Government.

 

Bernard Owen

« A healthy distrust of government » est un vieux dicton Américain. Cela doit s’étendre à la presse qui appartient à un ensemble de personnes aisées qui va veiller à ce que ses journalistes soient de leur bord.

Jusqu’à dimanche l’on a entendu ou lu tout et n’importe quoi sur le candidat Fillon, candidat bien élu du parti Les Républicains. Assez tôt le lundi matin suivant une animatrice de la chaîne de télévision LCI ne pouvait pas admettre que la conférence de presse du candidat Fillon avait été un succès et les deux journalistes qui avaient été invités étaient de son avis.

Les journalistes français devront revoir leur copie. Nous avons souligné dans notre dernier article le coté fantaisiste de la presse. Il y a beaucoup à faire dans toutes les salles de rédaction.

L’attitude de Juppé a été très correcte. Nous le citons en raison de ce qu’il représente. Le lendemain sur la même chaîne un député qui avait précisément parlé d’un plan B avait complètement retourné sa veste. Ne critiquons pas la politique, tournons nous vers l’être humain et ses défauts. Ce qui veut dire que ceux qui travaillent sur la découverte et les fondements de la politique doivent en tenir compte.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *