Après l’échec de Sylvie Goulard, l’Elysée veut plus de «stabilité» au Parlement européen

3 NOVEMBRE 2019 PAR LUDOVIC LAMANT  MEDIAPART

À l’approche de l’audition de Thierry Breton pour la Commission, l’Élysée plaide pour tirer les leçons du rejet de la candidature de Sylvie Goulard, et réclame une « majorité de responsabilité » au Parlement européen. Quitte à réactiver le spectre de cette « grande coalition » mécanique entre droite et gauche, qui a longtemps étouffé la politique dans l’hémicycle

Le jour du rejet de la candidate française à la Commission européenne, Emmanuel Macron avait lâché, agacé : « Il faut qu’on m’explique. » « J’ai besoin de comprendre ce qui s’est joué de ressentiment, voire de petitesse », avait-il insisté, en marge d’un déplacement à Lyon, le 10 octobre.

À la surprise de ses collaborateurs, il avait même révélé publiquement, ce jour-là, les tractations menées en amont avec la future présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. Selon la version du président de la République, c’est l’ancienne ministre allemande qui a insisté pour retenir le nom de Sylvie Goulard, plutôt que d’autres.

Elle l’a fait malgré l’existence de « risques » qui lui avaient été signalés – notamment une procédure judiciaire ouverte à Paris dans l’affaire des emplois présumés fictifs du MoDem. « Ce qui m’est revenu, c’est que ces risques étaient “encadrables”, qu’ils n’étaient pas bloquants », s’est défendu le chef de l’État, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, le 18 octobre. Bref, celle qui doit succéder à Jean-Claude Juncker serait en partie responsable d’une « crise politique » qui dépasserait largement la France.

Trois semaines ont passé, et l’onde de choc de l’affaire Goulard continue de se propager. Le camouflet du 10 octobre va laisser des traces sur tout le mandat en cours (2019-2024). À Bruxelles, les esprits restent agités à l’approche de l’audition, début novembre, d’un nouveau candidat français, l’ancien ministre Thierry Breton (lire notre portrait).

Plusieurs personnes dans l’entourage d’Emmanuel Macron relaient en tout cas une même analyse, qui peut surprendre : selon eux, l’affaire ne révèle pas tant l’imprudence de Paris, coupable d’avoir choisi une candidate fragile sur le plan éthique et moral, mais plutôt l’absence d’une majorité claire au sein du nouveau Parlement. « La majorité étroite avec laquelle Ursula von der Leyen a été élue au Parlement cet été le prouvait déjà. Il y a des signaux d’instabilité politique au Parlement, il n’existe pas de majorité consolidée pour agir et mettre en œuvre notre programme », dit-on à l’Élysée. En résumé, si Sylvie Goulard n’est pas passée, c’est en grande partie parce qu’Ursula von der Leyen et Angela Merkel n’ont pas réussi à tenir leurs troupes conservatrices au Parlement.

Le président de la République s’en est même pris, le 18 octobre à Bruxelles, à la dynamique délétère de la « pyrolyse » entre conservateurs, sociaux-démocrates et libéraux : « Les trois groupes qui peuvent former une majorité ont décidé de commencer un processus physico-chimique qui s’appelle la pyrolyse. Ça marche pour nettoyer les fours, on ferme [et] l’on détruit progressivement tout ce qu’il y a dedans. […] Cette dynamique ne permet pas d’avoir une Commission forte. »

C’est pourquoi l’Élysée multiplie désormais les appels pour la formation d’une « majorité de responsabilité et d’ambition » au sein de l’hémicycle. Depuis la tenue des premières élections européennes en 1979, jamais le Parlement européen n’a été aussi divisé qu’aujourd’hui. Les conservateurs du PPE et les sociaux-démocrates du S&D ne peuvent plus à eux seuls gouverner, unis dans cette « grande coalition » qui a marqué – et asphyxié ? – la politique européenne pendant des années.

Comme Mediapart l’avait décrit, les eurodéputés ont tenté, en juin dernier, de former une coalition aux contours bien plus larges : PPE, S&D mais aussi libéraux (le groupe Renew, ex-ADLE) et Verts. Mais cet essai n’a pas débouché. Aujourd’hui, Emmanuel Macron remonte au créneau sur le sujet. Quitte à donner l’impression qu’il veut museler un Parlement trop vivant à son goût, et revenir aux pratiques toxiques de la « grande coalition », qui corsetait les débats et étouffait les positions minoritaires… au moment même où le Parlement européen semble s’affirmer dans le jeu bruxellois.

« Au contraire, nous pensons que c’est une bonne chose que la politique se fasse désormais en plénière et dans les commissions du Parlement européen, plutôt que dans les couloirs, rétorque l’eurodéputé Stéphane Séjourné, à la tête de la délégation Renaissance à Bruxelles. C’est une bonne chose qu’il y ait des surprises. »

L’ancien conseiller du chef de l’État assure qu’il n’est pas question d’en revenir aux pratiques de la « grande coalition » : « Nous pensons à quelque chose d’intermédiaire qui nous permette de stabiliser un cadre majoritaire, qui n’efface pas la politique, mais qui permette de conserver une certaine efficacité, pour ne pas faire traîner trop longtemps les discussions de couloir. »

L’exécutif a une date en tête : le premier semestre 2022, durant lequel la France doit occuper la présidence de l’UE – en même temps qu’organiser une élection présidentielle. Il faut tout faire, dans l’esprit d’Emmanuel Macron et de ses lieutenants, pour que le plus grand nombre de textes aboutissent d’ici-là.

Vu la lenteur du processus de prise de décision à Bruxelles, l’opération s’annonce difficile. D’autant que bon nombre de partenaires européens de la France, à commencer par l’Allemagne, affichent moins d’entrain. Et que le style Macron, perçu par beaucoup comme de l’arrogance, passe de moins en moins à Bruxelles.

L’une des raisons du rejet de Sylvie Goulard n’a rien à voir avec sa personne : des élus de droite ont aussi voulu se venger de Paris, après le veto d’Emmanuel Macron posé à la candidature de Manfred Weber, un eurodéputé conservateur bavarois, pour présider la Commission. L’affaire Goulard a suivi un premier revers de taille pour la délégation Renaissance, lorsque Nathalie Loiseau avait été empêchée de présider le groupe Renew, après avoir braqué certains de ses partenaires issus de « petits » pays. À l’époque, c’est l’arrogance de Paris qui avait été critiquée de toute part.

« Ces deux épisodes ont un point commun, reconnaît Stéphane Séjourné. Il y a une attention particulière autour de ce qui a trait à Macron en Europe. Il énerve une partie des autres délégations du PPE et du S&D. La France a toujours été à la remorque depuis dix ans dans les institutions. On a placé des gens dans les institutions qui n’ont pas forcément fait le job. Aujourd’hui, le réinvestissement politique dans ces institutions peut coûter cher. On n’a pas le droit à l’erreur. Mais nous n’allons pas non plus renoncer à notre volonté de pousser nos sujets en Europe. »

Sur un registre plus consensuel, le président de la République a pris position pour la création d’une Haute Autorité de la transparence, idée défendue de longue date par les écologistes, et reprise il y a peu par la Gauche unitaire européenne (lire notre entretien avec Manon Aubry). Cette future entité indépendante se pencherait sur la situation des commissaires, mais aussi des eurodéputés et des hauts fonctionnaires de l’UE.

Il reste une autre inconnue de taille à ce stade : l’avenir de Thierry Breton. L’eurodéputé écolo Yannick Jadot a déjà prédit que cela allait « être difficile, encore une fois »« Thierry Breton est président d’Atos, une société du numérique qui touche des subventions européennes. […] Et dans son portefeuille de futur commissaire, qu’est-ce qu’on a ? Le numérique. On va avoir un souci de conflit d’intérêts », a-t-il souligné.

Même tonalité du côté des eurodéputés socialistes français, qui pointent pour leur part « une responsabilité morale dans le désastre des suicides chez France Télécom » : « Après le crash de Sylvie Goulard, si le président Macron imagine que l’audition de Thierry Breton sera une formalité, il se trompe lourdement », écrivent-ils dans un communiqué.

Thierry Breton a fait savoir lundi, par la voix de son entourage, qu’il vendrait l’ensemble des actions qu’il détient, dont celles d’Atos, si sa nomination était confirmée par le Parlement européen. Suffisant pour gagner la confiance des eurodéputés ? Stéphane Séjourné, lui, se dit « confiant », convaincu que l’« on ne peut pas analyser le conflit d’intérêts à l’aune d’une expérience dans le privé, parce que sinon, cela veut dire que l’on ne met que des responsables politiques qui n’ont fait que ça de leur vie ».

Et d’insister : « Si l’on suit la définition du conflit d’intérêts de Yannick Jadot, dans ce cas-là, lui-même a beaucoup de chance de devenir commissaire, puisqu’il a fait de la politique toute sa vie. Mais ce n’est pas notre conception des choses. Je ne vois pas pourquoi on serait systématiquement suspicieux de quelqu’un qui ne devrait pas défendre l’intérêt général européen, parce qu’à un moment donné, il a défendu des intérêts particuliers. »

Lors de son audition, Breton devrait s’engager à se déporter des questions liées à Atos durant son mandat. Mais des eurodéputés anticipent déjà un redécoupage de ce portefeuille par ailleurs gigantesque, qui inclut marché intérieur, numérique, défense, espace ou encore… culture. Ce serait, là encore, un nouvel affront pour Emmanuel Macron, lui qui avait déclaré, le jour du rejet de la candidature de Sylvie Goulard : « Je suis très détendu, ce qui m’importe, c’est le portefeuille. »