Campagne électorale des européennes 2019 : campagne du soldat Macron sauveur de l’Europe

Monique Cochinal

Après le grand débat national et l’omniprésence de notre Président, nous rentrons dans la grande campagne électorale pour les élections européennes, et … à nouveau la présence presque journalière d’Emmanuel Macron. Il se montre partout, comme au temps de sa glorieuse campagne présidentielle, entouré de ses premiers amis apolitiques en un temps, mais bien vite devenus le Parti : Les Républicains en Marche, il y a tout juste deux ans. C’est à se demander si le leader de la liste de ce parti ne serait pas Emmanuel Macron plutôt que Nathalie Loiseau. Il faut dire que les sondages quotidiens des intentions de vote de ces futures élections européennes ne lui sont plus favorables, et donnent en tête la liste du « rassemblement national » (23 % des intentions de vote), le parti de Marine Le Pen, qu’il était convaincu d’avoir éliminé à tout jamais de son chemin.

Il est grand temps pour le soldat Macron de se remettre en marche, entouré de ses quelques amis fidèles (certains ayant déserté depuis quelques mois déjà) à la conquête de l’Europe, après la conquête de la France, en attendant la conquête du monde …. A Emmanuel Macron, rien d’impossible ! Alors, pas question de ronronner doucement pour ses ministres, députés, Premier Ministre, secrétaires d’Etat. Chacun doit prendre part à ce travail de Titan. On voit même notre Ministre de l’Intérieur : Monsieur Castaner aller sur les marchés pour distribuer des tracts, répandre la bonne parole. C’est à qui fera le plus de meetings, d’interventions, de débats, car un tableau d’honneur sera dressé en fin de campagne : les bons seront récompensés et les mauvais … virés, en premier, le Premier Ministre. Et ce sera le grand remaniement ministériel. Ils doivent impérativement gagner cette campagne, derrière le sauveur de l’Europe. N’est-il pas considéré comme le seul leader de l’Europe aux yeux de biche de son amie Nathalie Loiseau, cette jeune femme candide et inconnue, sans grande envergure, toujours souriante, certainement une excellente technocrate, lancée pour la première fois dans la cour des grands en tant que leader de la liste « renaissance » du parti macroniste.

La campagne sera très courte mais rude. Allons-nous enfin parler de l’Europe ? Uniquement Europe ? Comment nous y prendre pour transformer cette Europe qui bat de l’aile devant des grandes puissances telles que les Etats Unis d’Amérique, la Chine, le Japon, la Russie, notre proche voisine, qu’il ne faudrait peut-être pas dénigrer autant, et tous ces malheureux pays du continent africain, en perpétuels conflits. Nous avons l’embarras du choix avec 32 listes, 32 professions de foi différentes, un vrai casse-tête pour les communes qui ont la charge du montage des panneaux : à chaque liste son panneau, ses affiches de présentation, sa profession de foi, le nom de chaque coéquipier ou coéquipière, sans compter le nombre démesuré de bulletins de vote à imprimer, les salles à préparer, le matériel …..

Saurons-nous assez vigilants et pertinents dans notre choix ? Car notre destin d’Européens est en jeu. N’écoutons pas les bonnes paroles de nos beaux politiciens qui veulent une Europe plus forte, plus prospère, plus grande, mais qui dénigrent souvent nos proches voisins et amis européens, s’ils n’ont pas la même idéologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *