Congressional Report on Terrorism/ L’Union Européenne et sa stratégie cotre le terrorisme

Article du  Southern Poverty Law Center sur le rapport du  Congrès concernant le terroriste « fait maison » ou de provenance étrangère.

Congressional Report Highlights Gaps in U.S. domestic terrorism policy

Daryl Johnson 

January 02, 2018

Since the 9/11 terrorist attacks against the World Trade Center, Shanksville, and the Pentagon in 2001, U.S. counterterrorism policies have overwhelmingly focused on international threats emanating from terrorists, such as al-Qaeda, the Islamic State (IS) and their affiliates.

While this national security strategy was justified in the years immediately following such a horrific, mass-casualty producing attack against America, it now appears narrow-minded and limited given the resurgence of other violent forms of domestic terrorism perpetrated by violent antigovernment and hate-oriented extremists.

A new Congressional report distributed in August highlights the growing threat from domestic terrorists, described as “people who commit crimes within the homeland and draw inspiration from U.S.-based extremist ideologies and movements.” The report, published by the Congressional Research Service (CRS), highlights several gaps in U.S. policy related to identifying, analyzing and assessing domestic terrorist threats. It notes that domestic terrorists “have not received as much attention from federal law enforcement as their violent jihadist counterparts,” which has not always been the case. For example, in 1999, the Federal Bureau of Investigation (FBI), the lead federal agency responsible for investigating acts of domestic terrorism, stated that “during the past 30 years, the vast majority — but not all — of the deadly terrorist attacks occurring in the United States have been perpetrated by domestic extremists.”

According to the CRS report, it’s clear that domestic terrorism is not a top federal counterterrorism priority. Nevertheless, domestic terrorist threats feature prominently among state and local law enforcement concerns. Furthermore, several recent studies have shown that domestic terrorism is often overlooked and rivals that of Al Qaeda-inspired terrorism.

According to studies from New American FoundationCombatting Terrorism Center at West Point, the SPLC and others, domestic terrorists have been responsible for orchestrating many deadly terrorist incidents in the U.S. since 9/11. Some have concluded that domestic non-Islamic terrorism poses a greater threat in the U.S. than Al Qaeda-inspired terrorism based on the number of attacks since 9/11.

A 2016 Center for Investigative Reporting study concluded there were nearly twice as many domestic terrorist attacks and plots as Al Qaeda-inspired incidents between 2008 and 2016. According to CIR investigative reporters, nearly half (48 percent) of the Al Qaeda-inspired incidents were FBI sting operations (which inflated the number of incidents). This was more than four times the rate for domestic non-Islamic extremists. This disparity, according to counterterror experts, is indicative of the lopsided nature of U.S. government counterterrorism and investigative resources. Statistics provided in the CIR study indicates that far fewer resources (e.g. analysts, agents, informants, operatives, etc.) are allocated to analyze, assess, investigate, and prosecute domestic non-Islamic terrorists. A similar allegation was also made during a Congressional hearing on hate crimes held in the immediate aftermath of the Sikh Temple shooting in August 2012.

Likewise, a 2014 University of Maryland national survey of state and local law enforcement officers found that sovereign citizens was the “top concern” for terrorist threats in the homeland. Al Qaeda-inspired terrorism ranked second, but was also closely followed by militia/antigovernment and white supremacist threats. A second survey conducted by Duke University’s Triangle Center on Terrorism and Homeland Security in 2015 produced similar results with antigovernment extremism being the top law enforcement concern.

The CRS report raises several key issues related to improving U.S. domestic terrorism policy. They include: (1) federal agencies employ varying terminology and definitions to describe domestic terrorist threats;  (2) the Department of Justice (DOJ) and the FBI do not officially designate domestic terrorist organizations; (3) few, if any, domestic terrorists are charged or prosecuted under federal or state terrorism statutes; (4) domestic terrorists, for the most part, do not use traditional terrorist tactics such as bombings, large-scale attacks, airplane hijackings, or political assassinations; (5) foreign-inspired homegrown violence gets more media attention than acts of domestic terrorism; and, (6) domestic extremist ideology often uses the cover of constitutionally protected activity. These constitutional rights pose unique challenges to law enforcement when monitoring extremist groups and individuals, assessing potential threats and interdicting violent acts.

Existing official definitions of “domestic terrorism” (e.g. those used by federal agencies or codified into law) are too broad and confusing. These definitions need to be consolidated, more clearly worded, and narrowly focused on what constitutes domestic terrorism. Ambiguity in the investigative process regarding when criminal activity becomes domestic terrorism may also need clarification. Furthermore, federal agencies appear to use the terms “terrorist” and “extremist” interchangeably when referring to domestic terrorism. This practice confuses the issue and blurs the line between peaceful, law-abiding activity and illegal acts and violence.

The report raises the lack of an official domestic terrorist group list as another problem. U.S. counterterrorism policy abroad is driven by such a list — the U.S. Department of State’s list of foreign designated terrorist organizations. The State Department list gives lawmakers a clear, succinct, and vetted catalog of terrorist groups. The lack of a similar domestic terrorist group list confuses policy makers and complicates their understanding of domestic terrorism. In turn, this negatively impacts their ability to develop domestic counterterrorism policies.

The group list issue is further problematic due to the fact that domestic terrorists don’t operate like foreign terrorist groups. In contrast, domestic terrorists have adopted the tactics of leadless resistancelone wolves and small cells. For this reason, domestic terrorists may be better categorized according to the extremist ideological concepts that underpin their threats, inspire radicalization, and mobilize individuals toward violence or criminal activity. For example, the DOJ, the FBI, and the Department of Homeland Security (DHS) have already identified domestic terrorist threats in their public statementsCongressional testimony and official reports. According to these statements, domestic terrorist threats have included animal rights extremists, eco-terrorists, anarchists, anti-government extremists (such as ‘sovereign citizens’ and unauthorized militias), black nationalists, white supremacists and violent anti-abortion extremists.

The DOJ, FBI, and DHS, however, must balance their respective authorities while safeguarding extremists’ rights to freedom of expression, freedom of assembly, and other constitutionally protected activity. Unfortunately, domestic extremists are well aware of their civil and privacy rights and often exploit these rights to provide cover for illegal activity, further radicalization, and mobilization towards violence. The CRS report draws attention to this dilemma stating, “domestic terrorists operate in a decentralized fashion, terrorist lone actors (lone wolves) or isolated small groups (cells) generally operate autonomously and in secret, all the while drawing ideological sustenance — not direction — from propagandists operating in the free market of ideas.”

Another persistent issue relates to the disparity in federal and state prosecution and sentencing of Al Qaeda-inspired terrorists in the U.S. versus domestic terrorists. Outside of eco-terrorist cases, there have been virtually no violent domestic extremists charged or prosecuted under federal or state terrorism statutes which offer penalty enhancements for suspects engaging in domestic terrorist plotting or terrorist-related activity. Most domestic terrorists are charged under existing firearms, arson, and explosives laws, rather than a terrorism statute.

A 2016 Reuters analysis of more than 100 federal cases since 2014 further illustrated that domestic terrorist suspects collectively face less severe charges than those affiliated with the Islamic State who were arrested in the U.S. Between 2014 and 2016, 27 defendants were charged in the U.S. for plotting or inciting terrorist attacks. They carried a median prison sentence of 53 years. Over the same time period, 27 U.S.-based antigovernment or hate-motivated extremists were charged with similar activity. They carried a medium prison sentence of 20 years.

The Reuters study indicates that federal agents and U.S. Attorney’s Offices are encouraged to “open investigations into Americans who support groups on the State Department’s list of foreign designated terrorist organizations.” Reuters further reported that, “the maximum penalty for supporting a foreign terrorist organization has been raised from 10 years to 20 years in prison since 2001.”

Although most judges sentenced Al Qaeda-inspired terrorists below the maximum, domestic terrorists enjoy greater constitutional protections and have rarely been charged or prosecuted with terrorism statutes. Embracing domestic extremism, no matter how radical the rhetoric becomes, is not a crime. According to current and former federal prosecutors, it is also very difficult “to convince a jury that someone who is not affiliated with a foreign group can be guilty of terrorism.”

It is important that the U.S. government take the lead in developing new strategies and tools for law enforcement and the courts to better deal with problems associated with domestic terrorism. There is also a need for government officials, law enforcement, and the media to educate themselves and the public about domestic terrorism. There is a need for better methodology for determining what extremist ideologies, groups or movements support domestic terrorism and who, if any, deserves the label of “violent extremist” or “domestic terrorist.” If the U.S. government is unwilling to pursue the issues raised in the CRS report and the other aforementioned studies, then state governments should take the initiative to discuss and consult on these matters between state and local law enforcement officials, governors, and states attorneys’ offices in an effort to develop their own strategies and methodology for fighting domestic terrorism.

La coopération policière

Synthèse 23.03.2018

Entamée dans les années 1970 au sein de l’Union européenne, la coopération policière a surtout pris son élan avec le traité de Lisbonne et la suppression du troisième pilier (JAI). Elle s’appuie sur son outil principal, Europol (l’Office européen de police) mais est également très liée à la coopération douanière, la coopération judiciaire en matière pénale, le volet extérieur de l’espace de liberté, de sécurité et de justice, le respect des droits fondamentaux ou encore la protection des données personnelles.

Evolution de la coopération policière

En 1976, plusieurs responsables des ministères de la Justice et de l’intérieur des 12 Etats membresde l’Union européenne (alors Communauté) se réunissent pour composer TREVI, une structure ad hoc intergouvernementale dont l’objectif est la coopération policière à l’échelle européenne. Ce groupe reste tout à fait secret jusqu’en 1989, et est officialisé par le traité de Maastricht (1992). Ce dernier précise les domaines justifiant la mise en place d’une coopération policière : le terrorisme, le trafic de drogues et toute autre forme de criminalité internationale. Il crée également l’Office européen de police, Europol, qui remplace TREVI, mais n’est concrétisé au départ que partiellement avec la mise en place de l’Unité drogues Europol.

Ce n’est que le 26 juillet 1995 que la convention Europol est signée, et l’office n’entame réellement ses activités qu’en 1999, avec des compétences renforcées par le traité d’Amsterdam. Pour autant, la coopération policière a avancé en parallèle depuis la création de l’espace Schengen en 1985. L’acquis Schengen en matière de coopération policière est ainsi repris par le traité d’Amsterdam mais au titre du troisième pilier, qui n’est pas « communautarisé » mais reste intergouvernemental.

Le traité de Lisbonne a profondément modifié, et renforcé par la même occasion le système de coopération policière. Elle est désormais régie par les articles 33, 87, 88 et 89 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). La procédure législative ordinaire s’y applique désormais : le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen sont compétents pour adopter des mesures en codécision. Cependant, de même que pour la coopération judiciaire en matière pénale, certaines particularités résistent (au-delà des « opting-out » bénéficiant dans ce domaine au Royaume-Uni, à l’Irlande et au Danemark) : la Commission continue de partager son pouvoir d’initiative avec les Etats membres, même si pour ces derniers ce pouvoir a été largement restreint par le traité de Lisbonne ; le Parlement européen n’est que consulté en ce qui concerne les mesures de coopération opérationnelles ; de même en l’absence d’unanimité au Conseil, les éventuelles coopérations renforcées qui pourraient être mises en place (à l’initiative de neuf Etats membres minimum) doivent recevoir l’aval du Conseil européen qui recherchera un consensus entre les 28 Etats membres ; enfin les actes adoptés avant l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne ne peuvent pas faire l’objet d’un recours en manquement ou d’un renvoi préjudiciel pendant une période de cinq années.

Les outils de la coopération policière

Le Collège européen de police (CEPOL)

Créé en 2000 et basé à Budapest depuis le 1er octobre 2014, le CEPOL propose des cours, séminaires et conférences aux hauts fonctionnaires de police de toute l’Europe. Son objectif est d’encourager la coopération transfrontalière dans la lutte contre la criminalité et le maintien de la sécurité et de l’ordre public. Le CEPOL est reconnu agence de l’Union européenne depuis 2005.
Europol

L’outil principal de coopération policière à l’échelle de l’Union européenne est l’Office européen de police, Europol. Son rôle est d’améliorer l’efficacité des autorités policières nationales (ou assimilées) en stimulant et en accompagnant leur coopération dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogues et toutes les formes graves de criminalité internationale.

Créé dans le cadre du troisième pilier « JAI » intergouvernemental, Europol est depuis 2010 et l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne une agence « communautaire » (même si la Communauté a disparu au profit de l’Union) composée de 1 000 agents (dont 200 agents de liaison), basée à La Haye (Pays-Bas) et financée par le budget européen. Elle n’a cependant pas de pouvoir de coercition : elle ne peut en aucun cas participer à des arrestations ou des perquisitions. Son activité se concentre sur l’amélioration des échanges d’informations entre les Etats membres et la surveillance des menaces criminelles graves à l’échelle européenne.

Peu à peu, les pouvoirs d’Europol sont  renforcés. . Ainsi en 2002, le Conseil européen autorise des équipes d’Europol à participer à une enquête. L’office européen peut également demander aux Etats membres d’ouvrir une enquête pénale lorsqu’une menace le justifie. En mars 2000, le Conseil habilite Europol à conclure des accords avec des instances internationales ou des pays tiers, comme c’est déjà le cas avec Interpol (dont le siège est à Lyon) ou les Etats-Unis. Le 27 mars 2013, la Commission européenne présente une proposition de règlement visant à renforcer les prérogatives d’Europol et à en faire « le centre névralgique de l’échange et de l’analyse des informations sur la grande criminalité ».En fusionnant Europol et le Collège européen de police (CEPOL), la proposition ambitionne de créer une véritable agence de l’UE pour la coopération et la formation des services répressifs, toujours sous le nom d’Europol. Rejetée par le Conseil et le Parlement, cette fusion ne voit pas le jour.

Néanmoins, les pouvoirs d’Europol sont constamment renforcés par la suite. En 2015, à la suite des attentats terroristes survenus à Paris et à Copenhague, Europol créé une unité de signalement des contenus sur internet afin de lutter contre la propagande terroriste en ligne et autres activités extrémistes. Un nouveau Centre européen de la lutte contre le terrorisme voit également le jour. Depuis le 1er janvier 2016, les Etats membres peuvent détacher des experts du domaine afin d’accroître les moyens d’enquête transfrontaliers.

De même, face à la crise des migrants, Europol lance en mars 2015 l’opération conjointe MARE en vue d’intensifier les efforts de lutte contre la traite des êtres humains. Europol contribue également à cette opération par le déploiement de « hotspots ».

En mai 2016, un nouveau règlement Europol est approuvé par le Parlement et le Conseil. Il facilite la création par Europol d’unités spécialisées chargées de répondre aux menaces émergentes et fixe les règles applicables aux unités existantes (telles que les unités de lutte contre le terrorisme). Ce règlement renforce également le régime de protection des données, la gouvernance et la responsabilité d’Europol par le biais d’un groupe de contrôle parlementaire conjoint réunissant parlements nationaux et Parlement européen.

Le comité permanent de coopération opérationnelle en matière de sécurité intérieure (COSI)

Le traité de Lisbonne a également créé un Comité  permanent de coopération opérationnelle de sécurité intérieure (COSI) chargé de l’évaluation de l’orientation générale et des lacunes de la coopération opérationnelle, de la formulation de recommandations concrètes et d’assister le Conseil au titre de la « clause de solidarité » de l’article 222 TFUE qui permet à un ou plusieurs Etats membres de porter assistance à un autre Etat membre victime d’une attaque terroriste ou d’une catastrophe naturelle ou humaine.

Ce COSI remplace les réunions informelles de la « Task force des chefs de police » qui depuis 2000 réunissait tous les deux ans des responsables de la sécurité intérieure de plusieurs Etats membres pour échanger des informations dans les domaines du contre-espionnage, du terrorisme ou de la criminalité organisée. Le COSI n’a pas de siège officiel, il reste organisé depuis les capitales. Il n’a pas de pouvoir d’intervention, ni sur le terrain ni dans la procédure législative.

Le centre de l’Union européenne pour l’analyse d’informations (Intcen)

L’UE dispose enfin d’un « Centre de l’Union européenne pour l’analyse d’informations » (INTCEN) qui fait partie du Service européen pour l’action extérieure (SEAE). Son rôle est d’évaluer la menace qui peut peser sur l’Union européenne ou un ou plusieurs de ses Etats membres en se basant sur les informations qu’il collecte auprès des services de renseignement, des diplomates, des militaires et des services de police.

Sources

Lutte antiterroriste Terrorisme Sécurité Europol Eurojust Frontex

 

Shengen et la lutte contre le terrorisme

Question-Réponse 23.03.2018 Isaure Magnien

« Il faut retrouver la souveraineté de nos frontières »« Schengen est une vraie passoire »… vraiment ? Si l’espace Schengen a bien supprimé les frontières entre les pays membres et les contrôles qui les accompagnaient, des mesures ont également été prises pour renforcer les frontières extérieures de l’espace. Quels sont les outils mis en place pour lutter contre le terrorisme au sein de l’espace Schengen ? Toute l’Europe fait le point. 

Qu’est-ce que l’espace Schengen ?

En 1985, l’accord de Schengen est conclu en dehors du cadre communautaire entre 5 Etats membres de l’Union européenne (Belgique, Allemagne, France, Luxembourg et Pays-Bas). Il entre en vigueur dix ans plus tard, en mars 1995 et compte alors 7 membres (l’Espagne et le Portugal signent l’accord en 1991). La Convention prévoit la libre circulation des personnes entre les Etats signataires et met ainsi fin à un vaste réseau de postes frontières et de patrouilles sur les frontières intérieures des pays membres. En 1997, à l’occasion de la signature du traité d’Amsterdam, « l’Acquis Schengen » rejoint le cadre juridique et institutionnel de l’UE.

Aujourd’hui, l’espace est composé de 26 pays européens, dont 22 Etats membres de l’Union européenne. Un pays aspirant à entrer dans l’espace Schengen s’engage à ne plus pratiquer de contrôle aux frontières intérieures entre deux pays Schengen, et à pratiquer des contrôles harmonisés aux frontières extérieures de l’espace.

Le fonctionnement de l’espace Schengen

Le terrorisme dans l’Union européenne

En 2016, on compte 142 attentats avortés, déjoués ou réussis et 1 002 personnes arrêtées pour infractions terroristes. La même année, le Royaume-Uni est le pays qui a été le plus touché par les attaques terroristes (76 attaques), devant la France (23) et l’Italie (17). Les Etats membres ont reporté 142 personnes mortes d’attaques terroristes et 379 personnes blessées en 2016 (Source : Europol).

Compétence avant tout nationale, la lutte contre le terrorisme est soutenue par l’Union européenne grâce à la mise à disposition d’outils de coopération. L’article 222 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne affirme que les Etats Membres doivent agir « dans un esprit de solidarité si un État membre est l’objet d’une attaque terroriste ou la victime d’une catastrophe naturelle ou d’origine humaine » et que l’Union « mobilise tous les instruments à sa disposition, y compris les moyens militaires mis à sa disposition par les États membres » pour « prévenir la menace terroriste »« protéger les institutions démocratiques et la population civile d’une éventuelle attaque terroriste »et « porter assistance à un Etat membre sur son territoire, à la demande de ses autorités publiques, dans le cas d’une attaque terroriste ».

Sécurité et lutte contre le terrorisme en Europe

L’ouverture des frontières intérieures favorise-t-elle le terrorisme ?

Certains partis, femmes ou hommes politiques affirment qu’il faudrait supprimer l’espace Schengen et restituer les frontières nationales pour lutter contre le terrorisme. Cela a d’ailleurs été le réflexe de plusieurs pays européens visés par des attentats, notamment la France et la Belgique. Après les attaques de 2015, la France a déclaré l’état d’urgence et a rétabli les contrôles d’identité à sa frontière nationale. L’état d’urgence et les contrôles aux frontières ont pris fin en octobre 2017. Entre temps, cela n’a malheureusement pas empêché les attentats de Nice et de Bruxelles.

Pour la Commission européenne, rétablir les frontières entre les pays de l’Union n’est une solution ni efficace ni durable pour lutter contre le terrorisme. L’institution rappelle que rien qu’entre la France et la Belgique, il existe 300 points de passage. Tous les surveiller mobiliserait des milliers de policiers, qui pourraient être plus efficaces ou utiles sur des enquêtes.

On peut par ailleurs constater que le Royaume-Uni, pays non-membre de l’espace Schengen, qui contrôle donc ses frontières, a été le pays le plus visé par des attentats en 2016. Si l’on associe l’espace Schengen avec le terrorisme, c’est que l’on estime que les terroristes viennent principalement de pays tiers. C’est pourtant une affirmation fausse. Le journal Le Monde a répertorié les nationalités et lieux de naissance des terroristes impliqués dans les principaux attentats en France depuis 2012 et a pu constater que la majorité des auteurs étaient des Français nés en France.

Le danger reposerait dans les voyages de certains terroristes dans des pays tiers, dans lesquels ils partent se former avant de revenir en Europe pour perpétuer les attentats. C’est pourquoi l’Union européenne se concentre sur la collecte de données de certains citoyens identifiés qui voyagent en dehors de l’Union européenne.

La Commission rappelle par ailleurs que réinstaurer des contrôles permanents aux frontières de l’UE occasionnerait des coûts directs allant de 5 à 18 milliards d’euros par an (Source : Feuille de route Schengen 2016, Commission européenne).

Qu’est-ce que le système d’information Schengen ?

Premier outil de protection des frontières extérieures, le Système d’information Schengen (SIS) a été mis en place en même temps que la Convention d’application des accords Schengen en mars 2001. La préoccupation des Etats membres était alors de compenser la suppression des contrôles de police et des contrôles douaniers aux frontières intérieures par un système innovant. Le SIS est en effet un outil informatique qui permet aux autorités nationales de rentrer des données sur des personnes qui n’ont pas le droit d’entrer ou de séjourner dans l’espace Schengen, des personnes recherchées dans le cadre d’activités criminelles et des personnes disparues. Il peut également fournir des données relatives à certains objets perdus ou volés et des données qui sont nécessaires pour localiser une personne et confirmer son identité (Source : Commission européenne).

En 2006, le système a évolué en SIS II. Il peut maintenant être lié à d’autres outils, comme Eurodac, qui enregistre les empreintes digitales ou le système d’information des visas.

Le SIS permet ainsi la localisation et l’arrestation de terroristes qui font l’objet d’une alerte lorsque ceux-ci entrent ou sortent de l’espace européen. En effet, depuis avril 2017, les agents aux frontières de l’espace Schengen sont obligés de consulter le SIS pour tout citoyen européen traversant la frontière.

Depuis sa création, le système a permis l’arrestation de 25 000 personnes recherchées par la justice et la découverte de 12 000 personnes disparues, il permet également quotidiennement de détecter et d’arrêter des djihadistes qui partent ou reviennent de zones de guerre (source : Commission européenne).

En France, c’est le ministère de l’Intérieur et la direction générale de la police nationale qui sont en charge du fichier.

Quelles sont les autres ressources de Schengen pour lutter contre le terrorisme ?

Schengen met fin aux contrôles aux frontières intérieures mais ne met pas fin aux contrôles tout court. Ainsi, des contrôles mobiles sur le terrain des pays membres ont toujours lieu. Non-planifiables par les criminels, ils peuvent même se révéler plus efficaces que des contrôles aux frontières prévisibles.

Avec l’espace Schengen, les Etats membres s’engagent à protéger leurs frontières extérieures et sont soutenus dans leurs actions par l’Agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières (ex-Frontex). L’agence est basée à Varsovie, en Pologne. Elle a vu ses compétences renforcées en 2015, en réaction à la crise migratoire qui a mis en lumière ses insuffisances. Son rôle consiste à créer des normes communes de protection des frontières et à les surveiller par l’organisation de tests de vulnérabilités qui permettent d’identifier leurs points faibles. Lorsqu’une frontière est identifiée « à risque », des agents sont détachés pour les renforcer et assister les autorités nationales compétentes. L’agence a la possibilité de partager avec les Etats membres et Europol toutes les données collectées sur des personnes soupçonnées d’activités criminelles, notamment de terrorisme.

Qu’est-ce que l’agence européenne de garde-côtes et garde-frontières ?

Plus que Schengen, c’est la mise en place d’une coopération transfrontalière qui permet de lutter efficacement contre le terrorisme.

Ainsi, Europol, l’office européen de police, a été créé pour faciliter les opérations de lutte contre la criminalité au sein de l’Union européenne. Il permet aux enquêteurs d’échanger des informations et apporte son soutien aux services de police nationaux. Une des principales menaces pour la sécurité européenne étant le terrorisme, Europol concentre beaucoup de ses moyens pour s’en prémunir. L’agence a notamment créé en 2016 le centre européen de lutte contre le terrorisme (ECTC) qui travaille étroitement avec le centre européen contre le cybercrime et le centre européen contre le trafic des migrants, deux services d’Europol. Après les attentats du 13 novembre 2015, Europol a par exemple créé une task force qui a permis d’aider les enquêteurs français et belges dans leur travail.

Qu’est-ce qu’Europol, l’office européen de police ?

La création d’un mandat d’arrêt européen a également permis à la Belgique de remettre Salah Abdelsam à la France en quelques semaine seulement, quand il avait fallu dix ans pour extrader Rachid Ramda, un des auteurs des attentats du RER Saint Michel en 1995 (source : décodeurs de l’UE).

En 2016, le Passenger name record (PNR) européen a été officiellement adopté, après cinq ans de négociations. Le registre européen des passagers aériens permet de garder une trace des passagers dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Sa mise en place part du constat que la plupart des activités criminelles en réseau organisé et terroristes impliquent des déplacements internationaux. Le terrorisme ne s’arrête pas aux frontières, et c’est bien tout l’enjeux de la sécurisation de l’espace Schengen et de la coopération policière et juridique.

Le système Eurosur fournit quant-à-lui à Frontex un réseau de communication protégé entre les pays européens, qui vise en particulier à renforcer le contrôle des frontières extérieures de l’espace Schengen. Les garde-frontières et garde-côtes peuvent échanger des images et des données en temps réel sur les frontières de l’Union, recueillies grâce à différents outils de surveillance. Si une situation présente un risque, les autorités nationales de surveillance et Frontex peuvent ainsi agir rapidement.

Qu’est-ce qu’Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne ?

Eurodac complète enfin cet arsenal de coopération entre les pays membre de l’espace Schengen. Ce fichier central enregistre toutes les empreintes digitales des personnes franchissant les frontières extérieures de l’UE et tous les pays membres de l’UE peuvent y avoir accès.

Que peut-on améliorer ?

« Comment un individu notoirement connu des services de renseignements belges et français a-t-il pu se rendre en Belgique et en France sans être repéré ? » telle est la question posée dans les médias en 2015 après les attentats de Paris. Depuis, l’Union européenne a pris de nombreuses mesures pour renforcer la coopération entre les pays membres.

La dernière, le nouveau système européen d’entrée et de sortie du territoire, devrait enregistrer des informations sur l’entrée, la sortie et le refus d’entrée des ressortissants de pays tiers. Il sera valable aussi bien pour les voyageurs soumis à l’obligation de visa que pour ceux qui en sont exemptés. Le système remplacera l’estampillage des passeports par un système électronique qui stockera les données des voyageurs et qui permettra un meilleur partage des informations.

La prochaine étape pour la lutte contre le terrorisme devrait viser l’échelle internationale. Dans une tribune datant de 2015, Yves Bertoncini et Antonio Vitorino insistent sur l’amélioration de « la coopération européenne avec les pays tiers où sont susceptibles de transiter les terroristes -par exemple la Turquie et les pays du Maghreb- mais aussi avec les États-Unis. C’est un mouvement d’internationalisation de la coopération policière et judiciaire qu’il faut encourager pour renforcer la sécurité des Européens, à défaut d’un mouvement de repli fantasmatique et inefficace sur les frontières nationales. »

u’est-ce qu’EUROPOL, l’office européen de police ?

Synthèse 10.08.2017

EUROPOL (European Union Law Enforcement Organisation), l’Office européen de police créé en 1995, est l’organe en charge de faciliter les opérations de lutte contre la criminalité au sein de l’Union européenne.

Il facilite l’échange de renseignements entre polices nationales en matière de stupéfiants, de terrorisme, de criminalité internationale et de pédophilie.

Missions

Les Etats membres de l’Union européenne ont créé EUROPOL pour accroître la sécurité au sein de l’espace européen.

Il traite des domaines où la sécurité des Européens est la plus menacée : trafic de drogues ou de matières radioactives, filières d’immigration clandestine, traite des êtres humains, trafics de véhicules, blanchiment des capitaux, terrorisme et grande criminalité internationale (mafia), pédophilie, cybercriminalité.

Activités

Echange de données

EUROPOL participe à la lutte contre la criminalité en Europe en améliorant la coopération entre les officiers de liaison EUROPOL (OLE) détachés auprès de l’Office par Etats membres, par la transmission simplifiée et en direct des informations nécessaires aux enquêtes (simplification des procédures d’enquête, réduction des obstacles juridiques ou bureaucratiques…). Il coordonne et centralise des enquêtes à l’encontre d’organisations criminelles de dimension européenne voire internationale.

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité (trafic illicite de stupéfiants, trafic de véhicules volés, blanchiment d’argent, traite des êtres humains et terrorisme), EUROPOL apporte son concours :

  • aux équipes communes d’enquêtes, par l’intermédiaire des unités nationales EUROPOL ;
  • à la structure de liaison opérationnelle des responsables des services de police européens (task force), afin de permettre un échange d’expériences et de pratiques contre la criminalité transfrontalière.

L’unité de coopération judiciaire EUROJUST apporte son concours dans les enquêtes relatives aux affaires de criminalité organisée, en partie sur la base de l’analyse effectuée par EUROPOL. Cette unité est composée de procureurs, magistrats ou d’officiers de police des Etats membres de l’Union européenne ayant des compétences équivalentes, détaché par chaque Etat membre conformément à son système juridique.

Le collège européen de police (CEPOL) a pour mission de former les hauts responsables des services de police des Etats membres de l’Union européenne et des pays candidats à l’adhésion. Il a notamment pour objectif d’approfondir la connaissance des systèmes et structures nationaux des autres Etats membres, d’EUROPOL et de la coopération transfrontalière dans l’UE.

Analyse et rapport

Les missions d’EUROPOL

EUROPOL aide les Etats membres de l’UE dans les domaines suivants :
– le trafic illicite de stupéfiants ;
– les filières d’immigration clandestine ;
– le trafic de véhicules volés ;
– la traite des êtres humains ;
– le faux-monnayage et la falsification ;
– le trafic de matières radioactives et nucléaires ;
– la cybercriminalité ;
– le terrorisme.

Ces compétences ont été étendues avec le Traité de Lisbonne à l’ensemble de la criminalité organisée transnationale (25 types d’infractions sont visées).

Les investigations, les renseignements, les analyses opérationnelles et les rapports de type stratégique sont communiqués dans le respect des législations nationales et selon les instructions données aux officiers de liaison par leurs ministres compétents (notamment pour ce qui concerne la protection des données personnelles).

Système informatique EUROPOL (SIE)

C’est un fichier informatisé de travail dont la base est localisée dans les locaux d’EUROPOL. Il est alimenté par les pays membres et mis à disposition de l’ensemble des services d’investigation des pays membres travaillant dans le domaine de la criminalité organisée ou de la lutte contre le terrorisme. Il contient des données personnelles sur les individus, les véhicules, les modes opératoires, la téléphonie etc.

Une autorité de contrôle commune composée de deux experts en protection des données par Etat membre surveille le contenu et l’utilisation de toutes les données à caractère personnel détenues par EUROPOL.

Assistance technique

EUROPOL enquête sur les réseaux criminels dans les Etats membres, envoie sur place des experts, crée des équipes communes d’enquêteurs (policiers, gendarmes, douaniers), demande aux polices nationales d’enquêter sur des affaires concernant plusieurs pays. EUROPOL n’a pas de mandat exécutif et n’agit que par la coordination et la transmission d’informations sous le contrôle et la responsabilité juridique des Etats membres concernés. Ce sont par exemple, les polices nationales qui supervisent les arrestations.

Le traité de Lisbonne a permis un renforcement d’EUROPOL puisque la coordination, l’organisation ou la réalisation d’actions opérationnelles peuvent être désormais confiées à l’agence. Néanmoins, toute action doit alors être menée en liaison et en accord avec les autorités des Etats membres dont le territoire est concerné.

Exemples d’opérations menées ces dernières années grâce à EUROPOL

  • Le 28 novembre 2016, EUROPOL annonçait la fermeture de 4500 portails web vendant des contrefaçons, dans le cadre de l’opération « In Our Sites (IOS) VI ».
  • L’opération « ambre bleue » a mené à environ 900 arrestations en décembre 2015, ainsi, entre autres, qu’à la saisine de 7,7 tonnes de drogues. Cette opération a mobilisé les 28 Etats-membres ainsi que 31 pays non membres de l’Union européenne.
  • En décembre 2015, EUROPOL a annoncé avoir mis fin aux agissements d’un groupe de maîtres-chanteurs agissant en Bosnie-Herzégovine, le DDOS For Bitcoins (DD4BC). Une opération lancée par les agences allemande, autrichienne, bosniaque et britannique.

Fonctionnement et organisation

Rob Wainwright 

De nationalité britannique, le directeur d’EUROPOL assure cette mission depuis avril 2009. Avant d’occuper ce poste, il a notamment travaillé en tant que directeur international du National Criminal Intelligence Service (NCIS).

Voir le CV du directeur d’EUROPOL (pdf)

Le conseil d’administration d’EUROPOL, constitué d’un représentant de chaque Etat membre, a pour tâche de contrôler les activités de l’organisation. M. Rob Wainwright est directeur de l’Office depuis 2009.

Chaque Etat de l’Union européenne désigne une unité spéciale de police nationale chargée des relations avec EUROPOL et délègue des officiers de liaison qui participent aux travaux d’échange d’information et d’analyse.

Composé de plus de 1 000 personnes dont 200 officiers de liaison, EUROPOL est financé par le budget de l’Union européenne, après décision conjointe du Conseil de l’Union européenne et du Parlement européen. Le budget d’EUROPOL s’élève pour 2016 à 100 millions d’euros.

Le siège d’EUROPOL est situé à La Haye (Pays-Bas). Des locaux où sont également installés le Centre Européen contre le Cybercrime (EC3) ainsi que le Centre européen de contre-terrorisme.

Développement de la coopération policière en Europe

La coopération policière formelle entre les Etats membres a débuté en 1976, avec la création du groupe TREVI, qui portait principalement sur la lutte contre le terrorisme.

Puis c’est la Convention de 1995, signée et ratifiée par tous les Etats membres de l’Union européenne, qui a créé l’Office européen de police (EUROPOL). Mais il a fallu attendre 1999 pour qu’EUROPOL exerce réellement l’ensemble de ses missions. En cause : les longs délais pour conclure le protocole, prévoir les mesures d’application et faire ratifier la Convention par tous les Etats membres.

Cependant, une convention implique de se limiter à une méthode intergouvernementale. Ainsi seuls les Etats étaient parties prenantes à la négociation.

Ceci explique que, jusqu’au traité de Lisbonne, la coopération policière se soit inscrite dans le cadre du 3ème pilier de l’Union : les décisions se prenaient à l’unanimité, le Parlement européen était peu impliqué et les compétences de la Cour de justice de l’UE en ce domaine étaient restreintes. Le traité de Lisbonne a permis de renforcer l’efficacité et la légitimité d’EUROPOL en communautarisant la coopération policière.

Mais malgré tout, des spécificités subsistent. Ainsi, le droit d’initiative législative des Etats membres perdure, partagé avec la Commission européenne. De même, trois pays ont obtenu avec le traité de Lisbonne de ne pas participer à la coopération policière, étendue à 133 instruments de coopération : le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark. Le Royaume-Uni a par la suite réintégré 35 de ces instruments, dont EUROPOL, tandis que les Danois ont refusé, par un référendum du 3 décembre 2015, de s’intégrer à la coopération policière. Quant à l’Irlande, elle ne participe pas pleinement à l’Espace de Liberté de Sécurité et de Justice, mais est intégrée au programme EUROPOL.

De plus, l’unanimité et la consultation simple du Parlement européen sont maintenues pour les décisions d’un Etat membre d’intervention sur le territoire d’un autre Etat membre ou pour les aspects opérationnels de la coopération.

Depuis 2010, EUROPOL est une agence communautaire. Ce changement de statut a eu pour principales conséquences d’augmenter les pouvoirs de l’office ainsi que de financer son fonctionnement par le budget communautaire, en contrepartie de quoi le contrôle de ses activités par le Parlement européen a été accru.

Source

 

 

 

Macron, Netanyahou, Orban et Soros

Soros pleure-t-il son université?

Les points communs entre ces quatre personnes n’ont rien d’évident. C’est plutôt au croisement de plusieurs actualités que se situe l’intérêt de leur rapprochement : la position de la France dans le conflit israélo-palestinien, les postures autoritaires et antisémites d’Orban, le talon de fer que subissent les Palestiniens et un financier international qui a initié une ONG qui appuie les luttes pour la démocratie et contre les discriminations. Et, au-delà de ces événements factuels, ce sont les signifiants qu’ils véhiculent qui font sens.

Les faits sont connus. Le président de la République française juge bon d’inviter B. Netanyahou à la commémoration du Vél’d’Hiv au cours de laquelle il mélange, au grand plaisir de son invité, antisionisme et antisémitisme. Orban tente de fermer l’Université libre initiée par Soros (et dans laquelle il avait étudié…) et s’en prend à ce dernier dans une forme si manifestement antisémite que cela fait réagir la communauté juive de Hongrie, laquelle, initialement soutenue par l’ambassade d’Israël dans ce pays, est ensuite désavouée par Netanyahou qui ne voit dans Soros que celui qui soutient les ONG israéliennes opposées à sa politique.

De cela on peut tirer quelques enseignements.

Le président de la République serait bien avisé de s’inspirer de ses deux prédécesseurs. A chaque fois que la diplomatie française a tenté de considérer M. Netanyahou comme un partenaire, elle n’a cessé d’essuyer rebuffades et déloyauté. En faisant mine de croire que le Premier ministre israélien serait favorable à une solution négociée (on entend par là autre chose qu’un régime de servitude à long terme imposé aux Palestiniens…), soit Emmanuel Macron se trompe, soit il fait semblant. Dans les deux cas, il ne fait que renforcer l’illusion israélienne d’un statu quo permanent ou, pire, les délires d’une partie du gouvernement israélien conduisant à la déportation des Palestiniens. Ceci ne signifie pas, bien sûr, qu’il ne faille pas recevoir et discuter avec M. Netanyahou, mais certes pas en le renforçant dans sa folie suicidaire par des gestes inappropriés. Reste aussi à définir ce que sera la politique de la France dans les prochaines années. La référence à une solution à deux Etats, la condamnation de la colonisation, l’appel à la reprise de la négociation bilatérale et le refus de reconnaître l’’Etat de Palestine ne sauraient constituer une politique si ce n’est, en y mettant les formes minimales, une forme d’entérinement de la situation d’aujourd’hui.

Assurément, en assimilant antisionisme et antisémitisme, le président de la République a commis deux fautes. D’abord en se livrant à un raccourci intellectuel et historique injustifié, dans un domaine qu’il ne maîtrise visiblement pas. Ensuite, en donnant à croire qu’il enfourche la thématique habituelle des autorités israéliennes qui tentent de désamorcer les critiques que mérite leur politique, en les assimilant à de l’antisémitisme. Non que certains ne dissimulent pas leur antisémitisme viscéral sous le vocable d’antisionisme : Dieudonné et d’autres en sont des exemples. Mais, si rien ne justifie de délégitimer l’existence de l’Etat d’Israël, rien ne justifie de transformer ceux et celles qui dénoncent la politique israélienne en antisémites.

Et le fait que ce propos ait été tenu au moment de la commémoration de la rafle du Vél’d’Hiv aggrave encore les choses. En conviant M. Netanyahou à la commémoration de ce moment d’indignité national, le président de la République confère à son hôte ce dont tous les gouvernements israéliens rêvent depuis toujours : le monopole de la représentation des juifs, même s’ils ne se reconnaissent pas dans l’Etat d’Israël. Ce qui est inacceptable pour trois raisons.

Rien n’autorise à faire de M. Netanyahou le porte-parole de ceux et celles qui ont disparu en juillet 1942. Concéder au Premier ministre israélien le droit de s’exprimer sur un événement de la seule responsabilité du régime nazi et de ses commettants français revient à faire de ceux et celles qui sont morts les citoyens d’un Etat qui n’existait pas, et d’usurper leur parole.

Rien, non plus, n’autorise Netanyahou à parler au nom des juifs. Nombre d’entre nous ne se reconnaissent pas dans l’Etat d’Israël et refusent d’être représentés par quelqu’un qu’ils n’ont pas élu et avec lequel ils entretiennent de lourds désaccords.

Enfin, qu’il le veuille ou non, en reconnaissant à M. Netanyahou une sorte de monopole de la représentation juive, le président de la République entraîne à confondre chaque juif personnellement avec la politique d’un Etat. Pèse-t-il bien les conséquences de cette logique de responsabilité imposée ?

Les dirigeants européens auront fait un grand pas lorsqu’ils cesseront de regarder Israël comme un Etat qui leur rappelle les crimes commis sur ce continent, malgré une civilisation que l’on voulait et que l’on croyait supérieure.

Ce ne sont pas ces responsabilités passées et le fait qu’elles ont contribué à la création de l’Etat d’Israël qui peuvent justifier la politique actuelle de cet Etat et le sort réservé aux Palestiniens.

Il faut mettre un terme, sans rien oublier pour autant, à ce lien pervers entre l’histoire de notre continent et notre attitude à l’égard de la politique israélienne. La responsabilité de l’Europe, pas plus que l’antisémitisme d’aujourd’hui, ne disparaîtront pas avec l’impunité reconnue aux autorités israéliennes.

Le sort réservé à M. Soros vient nous dire, encore plus fortement, que pour sauvegarder ce qu’elles pensent être leurs intérêts, les autorités israéliennes peuvent mépriser ce qu’elles affirment être dans leur ADN : lutter contre l’antisémitisme.

Il suffit que M. Soros déplaise au gouvernement israélien pour que, adoptant l’adage malheureux selon lequel l’ennemi de mon ennemi est mon ami, il soutienne un gouvernement aussi peu démocratique et maniant une aussi détestable rhétorique antisémite.

Il est vrai que sans aller aussi loin, la volonté de M. Netanyahou de mettre au pas les associations israéliennes qui dénoncent sa politique a quelques ressemblances avec la préoccupation de M. Orban de faire taire sa propre société civile.

Cet épisode devrait aussi servir de leçon à ceux et celles qui, en France, sanctifient Israël et sa politique. Il démontre, en effet, que, comme tous les autres Etats, Israël privilégie ses seuls intérêts. L’antisémitisme intéresse M. Netanyahou, surtout si cela lui apporte des immigrants et renforce sa monopolisation de la parole juive.

Le bilan de cette séquence n’est pas des meilleurs : un président de la République française qui nous laisse dans l’incertitude de sa politique et qui a commis quelques fautes symboliques majeures, la lutte contre l’antisémitisme délaissée au profit d’une alliance contre la société civile. Peut mieux faire, M. le Président !

Michel Tubiana, Président d’honneur de la LDH

MEDIAPART: Macron face au monde, ou le président Castafiore

La Castafiore, la Diva, le Petit Prince (Stéphane Guillon)

3 JANVIER 2018 PAR ANTOINE PERRAUD

En recevant le Turc liberticide Recep Tayyip Erdoğan vendredi 5 janvier, Emmanuel Macron va au-delà d’une diplomatie fondée sur les réalités. Il joue avec notre crainte de la menace dictatoriale. Pour cultiver son ascendant et s’embellir en ce miroir…

Le côté caméléon kaléidoscopique d’Emmanuel Macron défie les étiquettes, dont il se méfie. Elles collèrent à ses deux prédécesseurs. Jusqu’à les faire disparaître sous les dénominations infamantes reprises en chœur par les électeurs : Nicolas Sarkozy n’était plus, aux yeux de tous, que le vulgaire insensé ; puis François Hollande l’empoté dépassé. Du coup, M. Macron refuse de se laisser épingler par les entomologistes médiatiques : insaisissable il se veut. Aucune danse du scalp définitionnelle ne pourra le « jivariser » !

Dans ce grand jeu à l’œuvre sous nos yeux depuis l’élection de mai, l’hôte de l’Élysée se voue au simulacre, à la feintise, aux mascarades les plus diverses : la politique est pour lui la continuation du théâtre par d’autres moyens. D’où le paradoxe sur le président : « C’est le manque absolu de sensibilité qui prépare les acteurs sublimes » (Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien). Ne surtout rien éprouver pour donner l’impression de compatir : « Tout son talent consiste non pas à sentir, comme vous le supposez, mais à rendre si scrupuleusement les signes extérieurs du sentiment, que vous vous y trompiez » (Diderot toujours).

Tapisserie de l’Apocalypse («La Grande Prostituée sur les eaux »), château d’Angers…

Le huitième président de la VeRépublique ajoute quelques degrés à ce vertige : il se regarde – en observateur continu de l’effet qu’il produit – nous embobiner. Et il invite par conséquent les plus critiques d’entre nous à le contempler se regardant nous embobiner.

S’il n’y avait qu’un fil à tirer de la pelote Macron, ce serait la fibre narcissique. Il se mire et s’admire, penché sur l’image que lui renvoie l’opinion publique, tout en appréciant de surcroît le contraste flatteur reflété par les despotes qu’il reçoit en provenance de Moscou, Washington et bientôt Ankara : « Ah ! je ris de me voir si beau en ces miroirs ! », semble chanter à tue-tête ce président Castafiore.

Puisqu’il aime à picorer chez ses grands prédécesseurs histoire de bâtir et d’installer son personnage, force est de rapprocher l’ardeur mise à recevoir les horreurs mondiales d’un certain goût, naguère manifesté par François Mitterrand, pour la canaille transgressive – Hassan II du Maroc au-dehors, Bernard Tapie au-dedans…

Toutefois, le modèle insurpassable demeure de Gaulle, que singe avec constance son lointain successeur – Emmanuel Macron est le premier président de la République française né après la mort de mon général : « Il faut prendre les choses comme elles sont, car on ne fait pas de politique autrement que sur des réalités (…) On va sur des chimères, on va sur des mythes ; ce ne sont que des chimères et des mythes. Mais il y a les réalités et les réalités ne se traitent pas comme cela. Les réalités se traitent à partir d’elles-mêmes »(Charles de Gaulle, entretien radio-télédiffusé avec Michel Droit, 14 décembre 1965).

Emmanuel Macron nous sert du de Gaulle dévoyé en ne traitant pas les réalités à partir d’elles-mêmes, mais à partir de l’idée présomptueuse que s’en fait, à sa seule aune, l’actuel locataire de l’Élysée. Celui-ci n’est guère loin de penser, à propos de lui-même et pour paraphraser Aragon : suffit-il donc que je paraisse…

Aller au contact, sans peur sinon sans reproche, ne signifie pas que notre président thaumaturge guérisse ses hôtes, et partant la planète, des écrouelles dictatoriales. Dès le 20 mai 2017, Vladimir Poutine fit mine de considérer l’amphitryon de Versailles, de façon que ce tendron français gonflé d’importance entravât l’omnipotence de la chancelière allemande et désincarcérât le maître du Kremlin de son dialogue contrariant avec cette Angela Merkel à qui on ne la fait pas.

Lors du 14 juillet, le tour de piste en compagnie du bouillant Donald Trump offrit à ce dernier le bol d’air international dont il avait besoin. Ces deux dirigeants contestés, le Russe et le Yankee, mirent donc les formes au nom de leur intérêt bien compris, permettant au président Macron de se hausser du col, sans rien obtenir mais en donnant accroire que sa diplomatie cash était payante – avec la complicité des médias français prompts à entonner l’air du service après-vente.

En revanche, grande discrétion des thuriféraires après que M. Macron était tombé sur un os : Bachar al-Assad, qui ne tire pour sa part aucun profit à ménager ce président français se prenant pour le deus ex machina de la scène internationale. Paris a été sèchement et injurieusement traité par Damas à la mi-décembre. L’Élysée a poussé un petit cri de réprobation étonnée, puis c’en fut fini de l’aggiornamento que la France brûlait de faire adopter pour résoudre la désolation syrienne.

Les tyrans sur la défensive n’auront jamais, vis-à-vis de la mouche du coche française, la magnanimité madrée d’un Poutine ou d’un Trump au faîte de leur puissance. Emmanuel Macron le découvrira sans doute à ses dépens, vendredi 5 janvier, en recevant le président turc Erdoğan. Celui-ci a du reste commencé par une mauvaise manière diplomatique : il annonça tout de go sa visite à Paris le 30 décembre, avant même que la puissance invitante n’eût eu son mot à dire.

Qu’importe, pour Emmanuel Macron, que soient nuls les résultats de ses invites à le venir rencontrer, tant l’avantage escompté s’avère, au bout du compte, intérieur. En se constituant un tel musée des horreurs confinant à une Monstrueuse parade géopolitique, le président joue à la fois gros et fin. Il rappelle aux Français ce à quoi ils ont, grâce à lui, échappé : la démagogie haineuse et scélérate d’une Marine Le Pen à laquelle plus des deux tiers s’opposent ; le populisme rageur de Jean-Luc Mélenchon que redoute une majorité du corps électoral.

Ne manque plus que le proconsul de Budapest, Viktor Orbán, à cette collection en forme de piqûre de rappel : moi Macron, ou le chaos atrabilaire, autoritaire, arbitraire, totalitaire des grands fauves oppressifs.

Le libéralisme politique, c’est ce qui reste à la France quand elle a tout perdu, selon la mise en récit (storytelling) du nouveau pouvoir. Et M. Macron se présente comme l’ultime incarnation de cette dernière carte. D’où son perpétuel chantage électoral rétrospectif, qui consiste à lui conférer les pleins pouvoirs : « C’est pour faire cela que j’ai été élu. » Le président joue sur les affres de tout perdre, jusqu’à sa dignité de peuple tombé sous une férule odieuse, qui taraudent l’esprit public en notre étrange pays.

Alors le Machiavel amiénois ravive, à coups d’invitations lancées à des personnages horrifiques, cette grande peur restée en partie sourde et inavouée du printemps 2017, quand tout sembla tragiquement possible et qu’il fut hissé à l’Élysée davantage par un lâche soulagement que par l’adhésion populaire.

C’est une façon de nous tenir. En témoigne ce passage, au troisième paragraphe de ses vœux, sur « les mille fils tendus qui nous tiennent ». Nous avons porté sur le pavois un président-araignée. Araignée, quel drôle de nom pour un monarque républicain ! Pourquoi pas lib élu, ou pas à pas pillons (les pauvres) ?

 

Key Middle East Publics See Russia, Turkey and U.S. All Playing Larger Roles in Region

 

 

 

 

DECEMBER 11, 2017

Most do not expect Syrian war to end in 2018

BY JANELL FETTEROLF AND JACOB POUSHTER

Majorities across five Middle Eastern and North African countries agree that Russia, Turkey and the United States are all playing more important roles in the region than they did 10 years ago, according to a spring 2017 Pew Research Center survey.

While a median of 53% across the same countries also see Iran playing a more important role, fewer in the region say that Israel and Saudi Arabia have gained influence in the past 10 years. The only country the surveyed publics see as less influential a decade on is Egypt.1

Overall, a number of influential powers in the Middle East are not seen in a favorable light. Roughly one-third or fewer view Russia (median of 35%) or the U.S. (median of 27%) positively. Within the region, views of Iran are particularly poor (14% favorable), though Saudi Arabia fares better (44%).

Middle Eastern and North African publics also tend to rate leaders of other countries in their region negatively. A median of roughly one-third have positive opinions of Egyptian President Abdel Fattah el-Sisi and Saudi King Salman. Views of Jordanian King Abdullah II are similarly low. And very few view Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu favorably, while a median of 12% have a positive view of Syrian President Bashar al-Assad or Iranian President Hassan Rouhani. Turkish President Tayyip Erdogan is the exception to the enerally negative views, but opinion of him is still mixed.

With respect to the ongoing conflict in Syria, publics are divided on how long they expect it to continue; a median of 26% expect the war in Syria to end in the next year, 32% expect it to end in the next five years and 29% think it will continue for more than five years. Overall, just 32% in Jordan are optimistic about the war ending in the next year, but 64% of Syrians living in Jordan expect the conflict will end in 2018.

Additionally, on the issue of allowing Syrian refugees into their country, people in Jordan, Turkey and Lebanon are strongly in favor of letting in fewer, with many volunteering “none” as the best option.

These are among the major findings from a Pew Research Center survey conducted among 6,204 respondents in Israel, Jordan, Lebanon, Tunisia and Turkey from Feb. 27 to April 25, 2017.

Influence of Russia, Turkey, U.S. seen as increasing in the Middle East

iddle Eastern publics see both the U.S. and Russia playing more important roles in the region today than they did 10 years ago.

At least half in all of the nations surveyed say Russia is more influential now compared with a decade ago. Lebanon is particularly likely to say Russia’s role has grown, with Shia (81%) and Sunni Muslims (77%) sharing this view.

Majorities in four of the five nations surveyed also say that the U.S.’s prominence in the region has grown in the past 10 years. A plurality in Israel agrees, although roughly a quarter each say that the U.S.’s role is as important (24%) or less important (27%) now.

In Lebanon, Sunni Muslims (78%) are more likely than Christians (64%) or Shia Muslims (52%) to believe the U.S. has become more prominent.

Within the region, many say that Turkey plays a more important role. People in Turkey and Jordan are the most likely to say Turkey’s role in the region has grown. Israel is the only country where a plurality says Turkey has lost influence over the past decade. This view is more common among Israeli Jews (45%) than among Israeli Arabs (29%).

About eight-in-ten in Lebanon say that Iran is more influential in the Middle East today than it was 10 years ago. Large majorities across all religious groups hold this view: 89% of Shia Muslims, 77% of Sunni Muslims and 71% of Christians. The view that Iran now plays a less important role in the region is held by roughly a quarter in both Israel (24%) and Turkey (26%).

More than half of Israelis and Jordanians say that Israel has taken on a more important role in the Middle East. And in Israel, Jews and Arabs are similarly likely to hold this view. By contrast, roughly three-in-ten in Lebanon (31%) say that Israel’s role has decreased.

Across the region, fewer say Saudi Arabia’s role in the region has grown. Jordan is the only country where more than half hold this view, though a majority (61%) of Sunni Muslims in Lebanon say this. Only a quarter or fewer in Israel and Turkey agree.

Few say that Egypt plays a more important role in the Middle East now compared with 10 years ago. Instead, at least four-in-ten in Turkey, Lebanon, Tunisia and Israel say that Egypt’s prominence in the region has waned.

Widely negative views of Iran

Overall, the Middle Eastern and North African nations surveyed have a very poor opinion of Iran and generally rate Saudi Arabia and Turkey more positively.

Majorities in both Tunisia and Jordan espouse positive views of Turkey. Lebanese are split based on their religious views, with more than half of Sunnis and Christians but only 8% of Shias holding a favorable opinion. Similarly, Israeli Jews and Arabs strongly disagree on Turkey; 72% of Israeli Arabs but only 7% of Israeli Jews think well of Turkey.

Many view Saudi Arabia negatively, but Jordan – which has deepened its ties to Saudi Arabia in recent years – has a very positive opinion of the neighboring kingdom. More than half in Tunisia agree. As with views of Turkey, Sunni Muslims in Lebanon hold significantly more positive views of Saudi Arabia than Shias.

Opinions of Iran are remarkably poor. Fewer than one-in-five in Turkey, Israel and Jordan have positive views of Iran. Jordan’s extremely negative views are similar to views in 2015, but have soured substantially since 2006 – the first time the question was asked in Jordan – when roughly half (49%) viewed Iran favorably.

Compared with its neighbors, Lebanon holds more positive views of Iran overall, but opinions are once more sharply divided by religious background; 93% of Shia Muslims in Lebanon view the Shia-majority nation positively, compared with only 27% of Christians and 16% of Sunnis.

Mixed views of Erdogan; poor ratings for Assad, Rouhani, Netanyahu

Publics in the Middle East tend to see Turkish President Tayyip Erdogan more positively than other Middle Eastern leaders. Yet, views of the Turkish president vary drastically across the region. Fewer than half in Lebanon and only 15% in Israel express a positive opinion of Erdogan. Israeli Jews (4%) and Lebanese Shia Muslims (7%) hold particularly negative views.

Views of Erdogan have improved in Tunisia (up 10 percentage points since 2014) and Jordan (7 points since 2015). Lebanese views have become less favorable since 2015 (down 8 points).

Middle Eastern publics have much more tepid views of Egyptian President Abdel Fattah el-Sisi. Israelis have the most positive opinion of Sisi among the countries surveyed, but Israeli Arabs (22%) view him significantly less positively than Israeli Jews (49%). Sisi receives the most negative ratings in Turkey, where only 12% view him favorably. Erdogan, the Turkish Prime Minister in 2013, publicly opposed the overthrow of Sisi’s predecessor, Mohamed Morsi.

Saudi King Salman is generally viewed poorly, especially in Israel where only 14% hold a favorable view and no Israelis say they have a very favorable opinion of the Saudi leader. By contrast, 86% in Jordan view Salman positively and half view him very positively.

Jordanian King Abdullah II receives ratings more similar to those of other Middle Eastern leaders. Views of the king are the least positive among Turks; only 18% view him favorably, but a plurality (43%) does not express an opinion.

Views of Syrian President Bashar al-Assad are negative across all of the Middle Eastern and North African nations surveyed. Only 7% in Israel and 1% in Jordan view Assad positively. Syrians living in Jordan have similarly negative views of the Syrian president; only 3% have a favorable view of Assad.

Views of Assad are more favorable in Lebanon than in any other country, but they vary starkly between Shia and Sunni Muslims in the country. A large majority of Shias (93%) and only 13% of Sunnis have a favorable opinion of the Syrian president.

In most countries, ratings of Assad have been similarly low since the first time this question was asked. However, opinion has become more favorable in Tunisia over the past five years (up 13 percentage points since 2012).

Opinions of Iranian President Hassan Rouhani are generally similar to opinions of Assad. Fewer than 10% in both Israel and Jordan hold a positive view of the Iranian president.

Public views of Rouhani have become more negative in Jordan – 13% held a positive view of the leader in 2015 – but views in Israel have remained very low. Israeli Jews (0% favorable) and Israeli Arabs (22%) share low opinions of Rouhani. And in Jordan, both Syrians (1%) and Jordanians (4%) have very negative opinions of the Iranian president.

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu receives extremely negative ratings from nations in the Middle East and North Africa. Only 7% in both Tunisia and Turkey, 1% in Jordan and 0% in Lebanon have a favorable view of Netanyahu. And the negative opinion in ordan and Lebanon is particularly intense; 95% of Jordanians and 97% of Lebanese say they have a very unfavorable view.

Lebanese opinion on leaders diverges by religious group

In Lebanon, Christians, Shias and Sunnis have remarkably different views of the Middle Eastern leaders tested. Overall, Shias and Sunnis disagree the most, with Christians’ views falling omewhere in the middle.

Shia Muslims in Lebanon hold more positive views of both Rouhani and Assad, compared with Sunni Muslims. Rouhani supports Assad in the civil war in Syria, as does Hezbollah, the Lebanese Shia-run militant group labeled a terrorist organization by the U.S. A Pew Research Center survey in 2014 found that a large majority of Shia Muslims in Lebanon held a positive view of the group.

Sunni Muslims show the strongest preference for Erdogan, a 66-percentage-point difference compared with Shia Muslims. Salman, Sisi and Abdullah II – all leaders of Sunni-majority countries – are also viewed more positively by Sunnis than Shias.

Netanyahu is the only leader whom Sunni and Shia Muslims in Lebanon view similarly; none of the Lebanese surveyed hold a positive view of the Israeli leader.

The Syrian civil war

The Syrian civil war, now in its eventh year, pits many of the region’s key players against each other. Few are optimistic that the war will end within the next year, though many believe it will not last beyond the next five years.

Views are most optimistic in Jordan. Fully 80% expect the war in Syria to end sometime in the next five years, including 32% who think it will end within the year. Syrians living in Jordan are even more hopeful about the war in their homeland; 64% expect it will end within the year, 26% say it will end within the next five years and only 10% think it will continue for more than five years.

Roughly two-thirds in Israel say the war will be over within the next five years, and 48% in Lebanon agree.

Turks are the most pessimistic about the length of the civil war in Syria. Nearly half say the war will continue for more than five years.

While the conflict continues, many in Turkey, Jordan and Lebanon want their country to accept fewer refugees. As of mid-2016, these countries and other neighboring nations have taken in about 4.8 million Syrian refugees. Only 8% in Jordan and 4% in ebanon and Turkey support accepting more refugees from Syria.

A majority in Jordan wants its country to accept fewer Syrian refugees and around one-quarter (23%) say their country should not accept any refugees (a volunteered category). However, Syrians already living in Jordan have very different views. A large majority of them say the country should accept more refugees from Syria and 0% say that Jordan should stop accepting refugees all together.

In Lebanon, similar numbers say their country should either accept fewer refugees (40%) or none at all (42%). Christians are more likely than Shia or Sunni Muslims to say that Lebanon should not accept any refugees from Syria.

Three-in-ten in Turkey want their country to accept fewer refugees from Syria and more than half say their country should stop accepting refugees entirely.

La Turquie, la Russie et les Etats-Unis du point de vue militaire

Missiles russes sol-air S-400

 Bernard Owen

Ce n’est pas la première fois que la Turquie se trouve impliqué dans des accords où son rôle n’est pas des plus claires.

Le premier rôle que la Turquie jouait pendant la guerre froide est d’être le fidèle allié des Etats Unis. Dans ce temps là elle possédait des missiles sol-air Sherman américains, ce qui inquiétait les deux grands, Certes, la Turquie pouvait pénétrer en Russie soviétique grâce à ces  missiles qui avaient ‘une portée de 150 kilomètres). Mais les Etats-Unis parlait de missiles démodées. Seulement lors de la crise de Cuba les troupes Turques s’entrainaient déjà à Redstone Arsenal sur les nouveaux missiles. Donc la politique de l’un n’était pas en conformité avec l’autre mais nous n’irons pas plus loin. (Voir mon article « Du tac au tac », 21 mars 2016)

Missiles américains Nike

La Russie va fournir quatre divisions de missiles à la Turquie

27 DÉCEMBRE 2017 PAR AGENCE REUTERS

La Russie va fournir à la Turquie quatre divisions de missiles sol-air S-400 pour un montant de 2,5 milliards de dollars dans le cadre d’un accord sur le point d’être conclu, déclare Sergueï Tchemezov, patron du conglomérat public russe Rostec, cité par le quotidien Kommersant, mercredi.

MOSCOU (Reuters) – La Russie va fournir à la Turquie quatre divisions de missiles sol-air S-400 pour un montant de 2,5 milliards de dollars dans le cadre d’un accord sur le point d’être conclu, déclare Sergueï Tchemezov, patron du conglomérat public russe Rostec, cité par le quotidien Kommersant, mercredi.

La Turquie versera 45% de la somme en à-valoir et la Russie couvrira les 55% restants sous forme de prêts, a précisé Tchemezov.

Les premières livraisons devraient avoir lieu en mars 2020, a-t-il ajouté.

Cet accord a suscité la préoccupation des Occidentaux car la Turquie est membre de l’Otan et que le système de missiles russes n’est pas intégré à l’architecture militaire de l’alliance.

La Turquie est le premier pays de l’Otan à faire l’acquisition de ces missiles S-400.

Les ministères russe et turc des Finances ont conclu leurs négociations sur le financement de l’accord dont les documents définitifs doivent simplement être approuvés, indique Tchemezov.

Macron voudrait faire juger Bachar el-Assad par la CPI

 

Maria Rodriguez McKey

Parfois les hommes et femmes politiques profitent de l’ignorance des citoyens, ou de leur peu d’intérêt pour certains sujets, pour annoncer n’importe quoi? Et le domaine des relations internationales est propice à cela.

Dans un article du journal « Libération », Estelle Pattée explique la difficulté, voire  l’impossibilité, de faire juger Bachar el-Assad par la Cour Pénale Internationale.

L’article mentionne le fait que l’ambassadeur britannique a appelé à la saisine de la Cour Pénale Internationale (CPI) « pour juger les crimes de guerre en Syrie. Libération continue «  Une demande qui a peu de chances d’aboutir. Lors de la dernière tentative du Conseil de sécurité, en 2014, la Russie et la Chine avaient une nouvelle fois déposé leur veto. »

Bien que cela relève, en principe, du droit international, cela ressemble plutôt à la bonne vieille politique, comme avant l’existence des Nations Unies.

Mais le Président Macron envisagerait-il de positionner la France dans la négociation qui aura lieu à la fin de la guerre en vue du partage ?

Dans tout conflit, il faut attendre la défaite de l’ennemi, Hitler (lors de la deuxième guerre mondiale) et DAESH dans celle-ci, pour entamer toute négociation,  et il est clair qu’à cette table il y aura la Russie, l’Iran, la Turquie, et les Etats-Unis,  d’où la diplomatie déjà actuelle et très active de la France.

Néanmoins, ce n’est pas avec cette idée de faire juger  Assad par la CPI que la France arrivera à être à la table des négociations, vue la position des autres pays intervenants.

Mais la CPI est le bébé de la diplomatie française toujours dans son idée d’une gouvernance internationale qui lui offre un rôle dans les affaires du monde, (comme le siège au Conseil de Sécurité, qu’elle a obtenu grâce à Winston Churchill, qui a participé aux négociations d’après guerre et qui ne voulait pas un affrontement direct URSS – Etats-Unis). Les deux pays qui participent le plus au budget de la CPI sont la France et l’Allemagne, les Etats-Unis n’ayant pas ratifié le traité la créant. Vu que les Etats Unis ont des militaires postés un peu partout dans le monde, ils préfèrent des accords bilatéraux.

La France a ratifié le traité de Rome instituant la CPI mais en s’autorisant un délai de 7 ans pour son application.  Voici ce que dit le site http://www.cfcpi.fr/spip.php?rubrique6:

« La France a signé le Statut de Rome dès le 18 juillet 1998 et déposé son instrument de ratification du Statut de Rome le 9 juin 2000, après une autorisation votée à l’unanimité du Parlement. La ratification par la France du Traité de Rome a nécessité la révision de la Constitution suite de l’avis rendu le 22 janvier 1999 par le Conseil constitutionnel.

Lors de la ratification du Statut de la CPI, la France a fait jouer la « déclaration de l’article 124 ». Cette déclaration a pour effet de suspendre la compétence de la CPI en France pour les crimes de guerre pendant une période de sept ans à partir de l’entrée en vigueur, c’est-à-dire jusqu’au 1er juillet 2009. La CFCPI ne peut que regretter l’utilisation de l’article 124 que rien ne justifie. Il serait normal et souhaitable que la France y renonce au plus vite.

A ce jour, seules la France et la Colombie ont utilisé l’article 124. »

La guerre de Libye a été une catastrophe pour le pays lui même mais aussi pour l’Afrique car Khadafi a joué le rôle de policier dans la région. L’Union Africaine a plaidé avec le Président Sarkozy pour négocier avec Khadafi. L’Union a reçu une fin de non recevoir.

Le Président Sarkozy et le Premier Ministre Cameron ont créé un vide de pouvoir dans cette région. Le Président Obama n’est pas allé plus loin que l’installation de la « no fly zone », ce quia empêché les avions de Khadafi de bombarder les populations. Il faut dire que, contrairement à l’Assemblée Nationale (droite et gauche confondues), le Congrès n’a pas donné un sous au président (aux Etats Unis ont dit que le Congrès a « the power of the purse » ou le pouvoir du portefeuille).

L’état de la Libye, et les conséquences sur la région, y inclus les centaines de réfugiés noyés dans la Méditerranée, sont directement imputables à cette guerre.

La guerre de Libye ressemblait à la  guerre du Président Bush Jr. en ce que le but de l’un comme de l’autre était de se débarrasser du gouvernement en place. Mais le Président Sarkozy a pensé que s’ il n’y avait pas une occupation de troupes étrangères, il n’y aurait pas de résistance, de toute façon, il aurait été politiquement impossible d’envoyer l’armée française. J’ai encore cette image de Cameron et Sarkozy se faisant féliciter par la foule après la défaite.  La seule chose positive pour la France c’est que la présence du Qatar sur le sol libyen, a permis à ce dernier d’acheter des Rafales!

Il y aurait dû y avoir un seul ennemi : DAESH.  Le gouvernement Hollande avec son ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, n’aurait pas dû attendre les attentats de Paris pour le réaliser. Il ne faut jamais se tromper d’ennemi.

Après le 11 septembre, il ne fallait surtout pas se débarrasser des gouvernements dans les pays du monde arabe et créer des vides de pouvoir où DAESH pouvait pénétrer. D’ailleurs, DAESH est présent en Libye et en Irak.

Evénements israélo-palestiniens, décembre 2017

La grande Mosquée de Jérusalem.

Bernard Owen

Il est difficile de comprendre ou de saisir la situation palestino-israélienne sans avoir travaillé d’une façon ou d’une autre au Moyen Orient.

Lors d’une de mes missions, mon chauffeur parlant fort bien l’anglais, me raconta sa propre situation. Il avait quitté Israël pour s’installer au Koweït, après la prise en main des Américains, car le travail ne manquait pas.

La défaite de Sadam Hussein a mené à l’expulsion des Palestiniens, qui s’y étaient installés. Cette petite anecdote pourrait illustrer la bienfaisance à laquelle on pourrait s’attendre entre Palestiniens.

Un autre exemple : J’avais des questions précises à poser lors d’une réunion entre Palestiniens et Israéliens à Jéricho (ville proche de Jérusalem). Au cours du trajet, j’ai fait le touriste. La zone traversée était surprenante, une belle route bien entretenue, aucune habitation en dehors de celles groupées sur les hauteurs, à l’allure de châteaux-forts d’architecture moderne. De belles et grandes voitures circulaient sur la route. Après quelques kilomètres, nous arrivâmes aux abords de la ville de Jéricho et là mon étonnement fut grand de remarquer partout des hommes armés, en haut, en bas, à droite, à gauche. J’ai déjà rencontré des frontières bien gardées, mais à ce point non. La voiture nous déposa à l’endroit de la réunion où avait lieu l’accord qui fut quasi immédiat. Je pense que ce travail fut utile.

En quelques jours, l’on avait perçu que les oppositions pouvaient venir de partout, des ennemis mais aussi des amis.

Il faut avoir travaillé en Israël pour le comprendre.

Ci-dessous un article du New York Times sur le fait que la plupart d’anciens ambassadeurs américains en Israël sont en désaccord avec la décision du Président Trump concernant Jérusalem.

MIDDLE EAST

Nearly Every Former U.S. Ambassador to Israel Disagrees With Trump’s Jerusalem Decision

By SEWELL CHANDEC. 7, 2017

President Trump declared recognition of Jerusalem as Israel’s capital. Here’s why that’s so fraught.

By CAMILLA SCHICK on Publish DateDecember 5,

All but two of 11 former United States ambassadors to Israel contacted by The New York Times after President Trump’s decision to recognize Jerusalem as Israel’s capital thought the plan was wrongheaded, dangerous or deeply flawed.

The 11 ex-envoys all closely followed Mr. Trump’s announcement on Wednesday, in which he also set in motion a plan to move the American Embassy to Jerusalem from Tel Aviv. Even those who agreed that Mr. Trump was recognizing the reality on the ground disagreed with his approach — making a major diplomatic concession without any evident gain in return.

One of the exceptions was Ogden R. Reid, a former congressman who was the ambassador from 1959 to 1961, at the end of the Eisenhower administration. “I think it’s the right decision,” he said. “Not a lot more to say.”

The other exception was Edward S. Walker Jr., who was ambassador from 1997 to 1999, under President Bill Clinton. “I think it’s about time,” he said. “We’ve been remiss in not recognizing realities as they are. We all know Israel has a capital, it’s called Jerusalem, and over my 35 years of service in the Middle East no one ever questioned that.”

What about the departure from United States policy since 1948 — that the final status of Jerusalem is a matter for negotiation between the Israelis and Palestinians — and the condemnation from the international community?

Continue reading the main story

“It’s really a question of what are the lines, the borders, to be drawn around the state of Israel and the ultimate state of Palestine,” Mr. Walker said. “Nothing in what the president has said precludes the negotiation of a settlement of this issue.”

That was not the prevailing view. More typical was the perspective of Daniel C. Kurtzer, who was the ambassador from 2001 to 2005, under President George W. Bush.

“There are many downsides, both diplomatically and in terms of the Middle East peace process, and no upside,” Mr. Kurtzer said. “We are isolated internationally once again — except for the Israeli government, which supports this — and we are taking ourselves out of the role the president says he wants to play as a peace broker.”

What of the argument that the peace process, with the goal of a two-state political solution, was dormant, and needed to be shaken up?

“The fact that the process is moribund calls for a much more dramatic role,” he said. “It doesn’t call for the U.S. to lean over and adopt the position of one party and offer nothing to the other party.”

Richard H. Jones, who was ambassador from 2005 to 2009, also under Mr. Bush, warned that groups like Hamas and the Islamic State would exploit the issue to incite violence, and predicted that the Palestinian Authority would step up international efforts to boycott and condemn Israel.

“This is a risky move, which no doubt will cost lives in Israel and the region, particularly as Israeli settlers use it to justify accelerating their activity further,” he said in an email.

Several of the ambassadors were open to recognizing West Jerusalem as Israel’s capital. But they said that should happen as part of a broader strategy that would also require the Israelis to halt or slow settlement construction and that would recognize East Jerusalem as the capital of a future Palestinian state.

Martin S. Indyk, who served as ambassador twice, both times during Bill Clinton’s presidency, proposed just such a deal in an Op-Ed essay in The New York Times this year, weeks before Mr. Trump was sworn in.

“Not surprisingly, President Trump didn’t follow my advice to couple his move on Jerusalem with a diplomatic initiative,” Mr. Indyk said on Thursday. “Instead, he tried to limit the damage by avoiding any geographic definition of the capital that he is officially recognizing. Unfortunately, that nuance will be lost on all sides.”

“My motivation was to incentivize Israel’s participation in the Madrid peace talks,” he said, referring to negotiations in 1991 that helped give momentum to what later became the Oslo process. He recalled that there was significant resistance to the proposal in the Bush administration, and that the idea was dropped.

“If he was going to make this announcement, it ought to be very, very carefully crafted so as to minimize a blowup,” he said, making clear he did not think Mr. Trump had succeeded.

William Caldwell Harrop, who was the ambassador from 1992 to 1993, called Mr. Trump’s decision “slightly reckless” and even “kind of a masochistic move” that might “undermine his own, repeatedly discussed, ‘great deal’ of bringing peace to the Israelis and Palestinians.”

Having decided to make his announcement, Mr. Trump could have been explicit that he would place the embassy in West Jerusalem, Mr. Harrop said.

“One has to be pessimistic,” he said after listening to Mr. Trump’s speech. “We’ll get, before long, more efforts by Palestinians to build up international recognition of the state of Palestine. Some form of intifada is very likely, and there will be more bloodshed.”

Edward P. Djerejian, who was the ambassador from 1993 to 1994, in the optimistic aftermath of the Oslo peace accords, also found Mr. Trump’s effort to thread the needle unsatisfying.

Mr. Trump portrayed his decision more as a recognition of on-the-ground reality than as a sharp change in policy, insisting that “the specific boundaries” of Israeli sovereignty in Jerusalem had yet to be settled.

Introduction aux guerres européennes

Bernard Owen

L’Empire Russe représentant le christianisme   orthodoxe si longtemps considéré comme étant son défenseur contre tout empiétement  musulman. Cela déplut à Napoléon III qui disposait de zouaves bien formés,  équipés de fusils modernes. Une  entente étant impossible   les zouaves montèrent à l’assaut et prirent Sébastopol.  et Tolstoï qui était militaire russe fondit en larmes quand il vit le  drapeau français flottant sur la ville. L’amitié franco russe ne pouvait résister à cela  et quand Bismark, chancelier allemand, tendit un piège à la France de Napoléon III le poussant à lui déclarer la guerre. Il savait que jamais l’Empire Russe ne viendrait au secours de Napoléon III. Cela fut la fin de la guerre et de l’Empire de Napoléon III. Il s’agissait d’un manque de prévoyance de l’Empereur français.

En 1870 les allemands furent surpris en voyant après la reddition de la France, la quantité de troupes françaises se trouvant à Sedan, et leur équipement, qui se rendaient sans s’être battus.  L’incompétence des chefs est universelle.

L’autre erreur d’un grand chef apparaît.  Ludendorff à la tête de l’armée allemande  lors de la première guerre mondiale a oublié l’une des premières règles de combat « d’assurer à tout moment de conserver la liaison avec ses arrières ». Les munitions, son ravitaillement. Il fonça sur Paris . La grosse Bertha n’était pas une compensation. Ludendorff resta sur le terrain et conserva le corps de son gendre bien aimé à ses cotés.

Plus tard, l’extrémiste germanique, Hitler imputa la défaite allemande aux troupes elles-mêmes. En Fait, une défaite militaire est plus vraisemblable.

Que valent nos chefs des armées? Nous en sommes aux allemands. Nos allemands politico – militaires ont une réputation que l’on pourrait juger surfaite.

Le cinisme  nous montre des milliers de troupes russes prisonnières en 1940.  Puis pour Stalingrad, on voit souvent les pieds ensanglantées et enfouis dans la neige.

L’on a oublié  la surprise des allemands quand ils reçurent les orgues de Staline ou Katioucha à multiples canons qui se déplaçaient facilement, d’abord sur  des camions russes marque SIS plus sur des camions américains Studebaker. A Stalingrad les nouveaux chars allemands  furent presque   démodé par le char T-34/76  conduits par des homme et des femmes qui les avaient construit. Déjà l’aviation  soviétique prenait  le dessus sur la Luftwaffe. Et  Von Paulus nommé Maréchal fut contrait de se rendre.

L’intelligence militaire  n’est pas récente  même si les  circonstances leur furent très défavorables aux russes. Les japonais ont obtenu l’interdiction de franchir le canal de Suez à la flotte russe du nord par les britanniques.

Les russes font peur non seulement par leur taille mais par leur intelligence. Ils firent s’éloigner Napoléon en utilisant le principe des manœuvres simples et successives. Un pilote me fit survoler la Berezina. Napoléon tient à contrer  l’armée russe mais n’y arriva que très partiellement.

Voici  des extraits du Pacte de non agression entre l’Allemagne Nasi et l’Union Soviétique.

La signature du pacte de non – agression par Molotov–Ribbentrop.

Molotov–Ribbentrop Pact

From Wikipedia, the free encyclopedia

The Molotov–Ribbentrop Pact was a neutrality pact between Nazi Germany and the Soviet Union signed in Moscow on 23 August 1939 by foreign ministers Joachim von Ribbentrop and Vyacheslav Molotov, respectively.[8] The pact was followed by the German-Soviet Commercial Agreement in February 1940.

The pact delineated the spheres of interest between the two powers, confirmed by the supplementary protocol of the German–Soviet Frontier Treaty amended after the joint invasion of Poland. It remained in force for nearly two years, until the German government of Adolf Hitler ended the pact by launching an attack on the Soviet positions in Eastern Poland during Operation Barbarossa on 22 June 1941.[2]

The clauses of the Nazi-Soviet Pact provided a written guarantee of non-belligerence by each party towards the other, and a declared commitment that neither government would ally itself to, or aid, an enemy of the other party. In addition to stipulations of non-aggression, the treaty included a secret protocol that divided territories of PolandLithuaniaLatviaEstoniaFinland, and Romania, into German and Soviet « spheres of influence« , anticipating « territorial and political rearrangements » of these countries. Thereafter, Germany invaded Poland on 1 September 1939. Soviet Union leader Joseph Stalin ordered the Soviet invasion of Poland on 17 September, one day after a Soviet-Japanese ceasefire at the Khalkhin Gol came into effect.[9] In November, parts of the Karelia and Salla regions in Finland were annexed by the Soviet Union after the Winter War. This was followed by Soviet annexations of Estonia, Latvia, Lithuania, and parts of Romania (Bessarabia, Northern Bukovina, and the Hertza region). Advertised concern about ethnic Ukrainians and Belarusians had been proffered as justification for the Soviet invasion of Poland. Stalin’s invasion of Bukovina in 1940 violated the pact, as it went beyond the Soviet sphere of influence agreed with the Axis.[10]

The territories of Poland annexed by the Soviet Union after the 1939 Nazi-Soviet invasion of Poland remained in the USSR at the end of World War II. The new border was set up along the Curzon Line. Only the region around Białystok and a small part of Galicia east of the San river around Przemyśl were returned to the Polish state from that line. Of all other territories annexed by the USSR in 1939–40, the ones detached from Finland (KareliaPetsamo), Estonia (Ingrian area and Petseri County) and Latvia (Abrene) remain part of the Russian Federation, the successor state of the USSR upon the dissolution of the Soviet Union in 1991. Northern Bukovina, Southern Bessarabia and Hertza remain part of Ukraine.

The existence of the secret protocol was denied by the Soviet government until 1989, when it was finally acknowledged and denounced.[11] Some time later the new Russian nationalists and revisionists including Russian amateur negationist Alexander Dyukov and Nataliya Narotchnitskaya, whose book carried an approving foreword by the Russian foreign Minister Sergei Lavrov, described the pact as a necessary measure because of the British and French failure to enter into an anti-fascist pact.[11][12] Vladimir Putin has also defended the pact.[13][14]

By the end of May, drafts were formally presented.[48] In mid-June, the main Tripartite negotiations started.[58]The discussion was focused on potential guarantees to central and east European countries should a German aggression arise.[59] The USSR proposed to consider that a political turn towards Germany by the Baltic stateswould constitute an « indirect aggression » towards the Soviet Union.[60] Britain opposed such proposals, because they feared the Soviets’ proposed language could justify a Soviet intervention in Finland and the Baltic states, or push those countries to seek closer relations with Germany.[61][62] The discussion about a definition of « indirect aggression » became one of the sticking points between the parties, and by mid-July, the tripartite political negotiations effectively stalled, while the parties agreed to start negotiations on a military agreement, which the Soviets insisted must be entered into simultaneously with any political agreement.[63]

« The Prussian Tribute in Moscow » in the Polish satirical newspaper Mucha of September 8, 1939.

Beginning of secret talks

From April to July, Soviet and German officials made statements regarding the potential for the beginning of political negotiations, while no actual negotiations took place during that time period.[64] The ensuing discussion of a potential political deal between Germany and the Soviet Union had to be channeled into the framework of economic negotiations between the two countries, because close military and diplomatic connections, as was the case before the mid-1930s, had been largely severed.[65] In May, Stalin replaced his Foreign Minister Maxim Litvinov, who was regarded as pro-western[clarification needed] and who was also Jewish, with Vyacheslav Molotov, allowing the Soviet Union more latitude in discussions with more parties, not only with Britain and France.[66]

In late July and early August 1939, Soviet and German officials agreed on most of the details for a planned economic agreement,[67] and specifically addressed a potential political agreement,[68][69][70][c] which the Soviets stated could only come after an economic agreement.[72]

 

…, British, French, and Soviet negotiators scheduled three-party talks on military matters to occur in Moscow in August 1939, aiming to define what the agreement would specify should be the reaction of the three powers to a German attack.[61] The tripartite military talks, started in mid-August, hit a sticking point regarding the passage of Soviet troops through Poland if Germans attacked, and the parties waited as British and French officials overseas pressured Polish officials to agree to such terms.[77][78] Polish officials refused to allow Soviet troops into Polish territory if Germany attacked; Polish foreign minister Józef Beck pointed out that the Polish government feared that once the Red Army entered their territory, it might never leave.[79][80]

On August 19, the 1939 German–Soviet Commercial Agreement was finally signed.[81] On 21 August, the Soviets suspended the tripartite military talks, citing other reasons.[49][82] That same day, Stalin received assurance that Germany would approve secret protocols to the proposed non-aggression pact that would place half of Poland (east of the Vistula river), LatviaEstoniaFinland, and Bessarabia in the Soviets’ sphere of influence.[83] That night, Stalin replied that the Soviets were willing to sign the pact and that he would receive Ribbentrop on 23 August.[84]

The secret protocol

On 22 August, one day after the talks broke down with France and Britain, Moscow revealed that Ribbentrop would visit Stalin the next day. This happened while the Soviets were still negotiating with the British and French missions in Moscow. With the Western nations unwilling to accede to Soviet demands, Stalin instead entered a secret Nazi–Soviet pact.[85] On 24 August a 10-year non-aggression pact was signed with provisions that included: consultation, arbitration if either party disagreed, neutrality if either went to war against a third power, no membership of a group « which is directly or indirectly aimed at the other ». The article « On Soviet–German Relations » in the Soviet newspaper Izvestia of August 21, 1939, stated:

Following completion of the Soviet–German trade and credit agreement, there has arisen the question of improving political links between Germany and the USSR.[86]

The Molotov–Ribbentrop Pact

Last page of the Additional Secret Protocol of the Pact

There was also a secret protocol to the pact, revealed only after Germany’s defeat in 1945,[87] although hints about its provisions were leaked much earlier, e.g., to influence Lithuania.[88] According to the protocol, Romania, Poland, Lithuania, Latvia, Estonia and Finland were divided into German and Soviet « spheres of influence« .[87] In the north, Finland, Estonia and Latvia were assigned to the Soviet sphere.[87]Poland was to be partitioned in the event of its « political rearrangement »: the areas east of the PisaNarevVistula and San rivers would go to the Soviet Union, while Germany would occupy the west.[87] Lithuania, adjacent to East Prussia, would be in the German sphere of influence, although a second secret protocol agreed to in September 1939 reassigned the majority of Lithuania to the USSR.[89] According to the protocol, Lithuania would be granted its historical capital Vilnius, which was under Polish control during the inter-war period. Another clause of the treaty stipulated that Germany would not interfere with the Soviet Union’s actions towards Bessarabia, then part of Romania; as a result, Bessarabia was joined to the Moldavian ASSR, and become the Moldavian SSR under Moscow’s control.[87]

At the signing, Ribbentrop and Stalin enjoyed warm conversations, exchanged toasts and further addressed the prior hostilities between the countries in the 1930s.[90] They characterized Britain as always attempting to disrupt Soviet–German relations, stated that the Anti-Comintern pact was not aimed at the Soviet Union, but actually aimed at Western democracies and « frightened principally the City of London [i.e., the British financiers] and the English shopkeepers ».[91]

On 24 August, Pravda and Izvestia carried news of the non-secret portions of the Pact, complete with the now infamous front-page picture of Molotov signing the treaty, with a smiling Stalin looking on.[49] The news was met with utter shock and surprise by government leaders and media worldwide, most of whom were aware only of the British–French–Soviet negotiations that had taken place for months.[49] The Molotov–Ribbentrop Pact was received with shock by Nazi Germany’s allies, notably Japan, by the Comintern and foreign communist parties, and by Jewish communities all around the world.[92] The same day, German diplomat Hans von Herwarth (whose grandmother was Jewish) informed Guido Relli, an Italian diplomat,[93] and American chargé d’affaires Charles Bohlen on the secret protocol regarding vital interests in the countries’ allotted « spheres of influence », without revealing the annexation rights for « territorial and political rearrangement ».[94][95]

Time Magazine repeatedly referred to the Pact as the « Communazi Pact » and its participants as « communazis » until April 1941.[96][97][98][99][100][101][102]

Soviet propaganda and representatives went to great lengths to minimize the importance of the fact that they had opposed and fought against the Nazis in various ways for a decade prior to signing the Pact. Upon signing the pact, Molotov tried to reassure the Germans of his good intentions by commenting to journalists that « fascism is a matter of taste ».[103] For its part, Nazi Germany also did a public volte-face regarding its virulent opposition to the Soviet Union, though Hitler still viewed an attack on the Soviet Union as « inevitable ».[citation needed]

Concerns over the possible existence of a secret protocol were first expressed by the intelligence organizations of the Baltic states[citation needed] scant days after the pact was signed. Speculation grew stronger when Soviet negotiators referred to its content during negotiations for military bases in those countries (see occupation of the Baltic States).

The day after the Pact was signed, the French and British military negotiation delegation urgently requested a meeting with Soviet military negotiator Kliment Voroshilov.[104] On August 25, Voroshilov told them « [i]n view of the changed political situation, no useful purpose can be served in continuing the conversation. »[104] That day, Hitler told the British ambassador to Berlin that the pact with the Soviets prevented Germany from facing a two front war, changing the strategic situation from that in World War I, and that Britain should accept his demands regarding Poland.[105]

On 25 August, surprising Hitler, Britain entered into a defense pact with Poland.[105] Consequently, Hitler postponed his planned 26 August invasion of Poland to 1 September.[105][106] In accordance with the defense pact, Britain and France declared war on Germany on 3 September.[107]

 

 

 

Katyusha rocket launcher

We can watch films about Soviet prisoners during World War II. But this is only part of the story. The multiple rocket laucher used by the Soviet Union astonished Nazi Germany just as the new Soviet tanks did as they were able to destroy the Nazi ones.

Bernard Owen

 

From Wikipedia, the free encyclopedia

multiple rocket launcher (Russian: Катю́ша; IPA: [kɐˈtʲuʂə] ( listen)) is a type of rocket artilleryfirst built and fielded by the Soviet Union in World War IIMultiple rocket launchers such as these deliver explosives to a target area more quickly than conventional artillery, but with lower accuracy and requiring a longer time to reload. They are fragile compared to artillery guns, but are inexpensive, easy to produce, and usable on any chassis. The Katyushas of World War II, the first self-propelled artillery mass-produced by the Soviet Union,[1] were usually mounted on ordinary trucks. This mobility gave the Katyusha, and other self-propelled artillery, another advantage: being able to deliver a large blow all at once, and then move before being located and attacked with counter-battery fire.

Katyusha weapons of World War II included the BM-13 launcher, light BM-8, and heavy BM-31. Today, the nickname is also applied to newer truck-mounted post-Soviet – in addition to non-Soviet – multiple rocket launchers, notably the common BM-21 Grad and its derivatives.

Nickname

Initially, concerns for secrecy kept the military designation of the Katyushas from being known by the soldiers who operated them. They were called by code names such as Kostikov guns, after the head of the RNII, the Reaction-Engine Scientific Research Institute, and finally classed as Guards Mortars.[2] The name BM-13 was only allowed into secret documents in 1942, and remained classified until after the war.[3]

Because they were marked with the letter K (for Voronezh Komintern Factory),[3] Red Army troops adopted a nickname from Mikhail Isakovsky‘s popular wartime song, « Katyusha« , about a girl longing for her absent beloved, who has gone away on military service.[4] Katyusha is the Russian equivalent of Katie, an endearing diminutiveform of the name Katherine: Yekaterina →Katya →Katyusha.

German troops coined the nickname « Stalin’s organ » (German: Stalinorgel), after Soviet leader Joseph Stalin, comparing the visual resemblance of the launch array to a church organ, and the sound of the weapon’s rocket motors, a distinctive howling sound which terrified the German troops,[5] adding a psychological warfare aspect to their use. Weapons of this type are known by the same name in Denmark (Danish: Stalinorgel), Finland (Finnish: Stalinin urut), France (French: orgue de Staline), Norway (Norwegian: Stalinorgel), the Netherlands and Belgium(Dutch: Stalinorgel), Hungary (Hungarian: Sztálinorgona), Spain and other Spanish-speaking countries (Spanish: Órganos de Stalin) as well as in Sweden (Swedish: Stalinorgel).[4]

The heavy BM-31 launcher was also referred to as Andryusha (Андрюша, an affectionate diminutive of « Andrew »).[6]

World War II

A battery of Katyusha launchers fires at German forces during the Battle of Stalingrad, 6 October 1942.

 

 

 

 

 

 

Katyusha rocket launchers, which were invented in Voronezh, were mounted on many platforms during World War II, including on trucks, artillery tractors, tanks, and armoured trains, as well as on naval and riverine vessels as assault support weapons. Soviet engineers also mounted single Katyusha rockets on lengths of railway track to serve in urban combat.

The design was relatively simple, consisting of racks of parallel rails on which rockets were mounted, with a folding frame to raise the rails to launch position. Each truck had 14 to 48 launchers. The M-13 rocket of the BM-13 system was 80 cm (2 ft 7 in) long, 13.2 cm (5.2 in) in diameter and weighed 42 kg (93 lb).

The weapon is less accurate than conventional artillery guns, but is extremely effective in saturation bombardment, and was particularly feared by German soldiers. A battery of four BM-13 launchers could fire a salvo in 7–10 seconds that delivered 4.35 tons of high explosives over a 400,000-square-metre (4,300,000 sq ft) impact zone,[2] making its power roughly equivalent to that of 72 conventional artillery guns. With an efficient crew, the launchers could redeploy to a new location immediately after firing, denying the enemy the opportunity for counterbattery fire. Katyusha batteries were often massed in very large numbers to create a shock effect on enemy forces. The weapon’s disadvantage was the long time it took to reload a launcher, in contrast to conventional guns which could sustain a continuous low rate of fire.

 

Development

In June 1938, the Soviet Jet Propulsion Research Institute(RNII) in Leningrad was authorized by the Main Artillery Directorate (GAU) to develop a multiple rocket launcher for the RS-132 aircraft rocket (RS for Reaktivnyy Snaryad, ‘rocket-powered shell’). I. Gvay led a design team in Chelyabinsk, Russia, which built several prototype launchers firing the modified 132 mm M-132 rockets over the sides of ZiS-5 trucks. These proved unstable, and V.N. Galkovskiy proposed mounting the launch rails longitudinally. In August 1939, the result was the BM-13 (BM stands for Боевая Mашина(translit. Boyevaya Mashina), ‘combat vehicle’ for M-13 rockets).[1]

The first large-scale testing of the rocket launchers took place at the end of 1938, when 233 rounds of various types were used. A salvo of rockets could completely straddle a target at a range of 5,500 metres (3.4 mi). But the artillery branch was not fond of the Katyusha, because it took up to 50 minutes to load and fire 24 rounds, while a conventional howitzer could fire 95 to 150 rounds in the same time.[citation needed] Testing with various rockets was conducted through 1940, and the BM-13-16 with launch rails for sixteen rockets was authorized for production. Only forty launchers were built before Germany invaded the Soviet Union in June 1941.[4]

After their success in the first month of the war, mass production was ordered and the development of other models proceeded. The Katyusha was inexpensive and could be manufactured in light industrial installations which did not have the heavy equipment to build conventional artillery gun barrels.[2] By the end of 1942, 3,237 Katyusha launchers of all types had been built, and by the end of the war total production reached about 10,000.[7]

The truck-mounted Katyushas were installed on ZiS-6 6×4 trucks, as well as the two-axle ZiS-5 and ZiS-5V. In 1941, a small number of BM-13 launchers were mounted on STZ-5 artillery tractors. A few were also tried on KV tank chassis as the KV-1K, but this was a needless waste of heavy armour. Starting in 1942, they were also mounted on various British, Canadian and U.S. Lend-Lease trucks, in which case they were sometimes referred to as BM-13S. The cross-country performance of the Studebaker US6 2½ ton truck was so good that it became the GAU’s standard mounting in 1943, designated BM-13N (normalizovanniy, ‘standardized’), and more than 1,800 of this model were manufactured by the end of World War II.[8] After World War II, BM-13s were based on Soviet-built ZiL-151 trucks.

The 82 mm BM-8 was approved in August 1941, and deployed as the BM-8-36 on truck beds and BM-8-24 on T-40 and T-60 light tank chassis. Later these were also installed on GAZ-67 jeeps as the BM-8-8, and on the larger Studebaker trucks as the BM-8-48.[2] In 1942, the team of scientists Leonid Shvarts, Moisei Komissarchik and engineer Yakov Shor received the Stalin prize for the development of the BM-8-48.[9][10]

Based on the M-13, the M-30 rocket was developed in 1942. Its bulbous warhead required it to be fired from a grounded frame, called the M-30 (single frame, four round; later double frame, 8 round), instead of a launch rail mounted on a truck. In 1944 it became the basis for the BM-31-12 truck-mounted launcher.[2]

A battery of BM-13-16 launchers included four firing vehicles, two reload trucks and two technical support trucks, with each firing vehicle having a crew of six. Reloading was executed in 3–4 minutes, although the standard procedure was to switch to a new position some 10 km away due to the ease with which the battery could be identified by the enemy. Three batteries were combined into a division (company), and three divisions into a separate mine-firing regiment of rocket artillery.

Combat history

The multiple rocket launchers were top secret in the beginning of World War II. A special unit of the NKVD troops was raised to operate them.[2] On July 14, 1941, an experimental artillery battery of seven launchers was first used in battle at Orsha in Vitebsk Province of USSR(Belarus, under the command of Captain Ivan Flyorov, destroying a concentration of German troops with tanks, armored vehicles and trucks at the marketplace, causing massive German Army casualties and its retreat from the town in panic. Following the success, the Red Army organized new Guards mortar batteries for the support of infantry divisions. A battery’s complement was standardized at four launchers. They remained under NKVD control until German Nebelwerfer rocket launchers became common later in the war.[7]

On August 8, 1941, Stalin ordered the formation of eight special Guards mortar regiments under the direct control of the General Headquarters Reserve (Stavka-VGK). Each regiment comprised three battalions of three batteries, totalling 36 BM-13 or BM-8 launchers. Independent Guards mortar battalions were also formed, comprising 12 launchers in three batteries of four. By the end of 1941, there were eight regiments, 35 independent battalions, and two independent batteries in service, fielding a total of 554 launchers.[14]

In June 1942 heavy Guards mortar battalions were formed around the new M-30 static rocket launch frames, consisting of 96 launchers in three batteries. In July, a battalion of BM-13s was added to the establishment of a tank corps.[15] In 1944, the BM-31 was used in motorized heavy Guards mortar battalions of 48 launchers. In 1943, Guards mortar brigades, and later divisions, were formed equipped with static launchers.[14]

By the end of 1942, 57 regiments were in service—together with the smaller independent battalions, this was the equivalent of 216 batteries: 21% BM-8 light launchers, 56% BM-13, and 23% M-30 heavy launchers. By the end of the war, the equivalent of 518 batteries were in service.[14]

Post-war development

 

Russian forces use BM-27 rocket launchers during the Second Chechen War

The success and economy of multiple rocket launchers (MRL) have led them to continue to be developed. During the Cold War, the Soviet Union fielded several models of Katyusha-like MRL, notably the BM-21launchers somewhat inspired by the earlier weapon, and the larger BM-27. Advances in artillery munitions have been applied to some Katyusha-type multiple launch rocket systems, including bomblet submunitions, remotely deployed land mines, and chemical warheads.

 

Comment la CIA dérobe des données à ses alliés

24 AOÛT 2017 PAR JÉRÔME HOURDEAUX

Des documents publiés par WikiLeaks révèlent que l’agence a fourni, en 2009, des ordinateurs et des logiciels de biométrie à certains services de renseignement amis. Ces derniers ignoraient que la CIA avait équipé ses cadeaux d’un outil permettant de récupérer, à leur insu, les données biométriques ainsi collectées.

Les services de renseignement américains sont réputés pour espionner tout le monde y compris, voire surtout, leurs « alliés ». Une série de documents publiés jeudi 24 août par WikiLeaks atteste de cette réputation en montrant comment la CIA s’assure de la collaboration de services étrangers dans le partage de données biométriques, si nécessaire contre leur gré.

Les documents rendus publics par l’organisation et que Mediapart, Libérationet La Repubblica ont pu consulter, détaillent le fonctionnement d’un outil de la CIA, datant de 2009, baptisé ExpressLane et fonctionnant comme la pièce maîtresse d’un véritable cheval de Troie, un cadeau fait à des services de renseignement « amis » afin de leur dérober les données biométriques qu’eux-mêmes ont réussi à collecter.

Ce dispositif a été développé par deux entités appartenant à la Direction de la science et de la technologie de la CIA : l’Office of Technical Service (OTS), « Bureau des services techniques » en français, et l’Identity Intelligence Center (i2c), « Centre renseignement identité » en français. La première est relativement célèbre. L’OTS est en effet l’équivalent du personnage de « Q » dans les films James Bond. C’est lui qui développe les différents gadgets utilisés par les espions durant leurs missions.

L’i2c est en revanche quasiment inconnu du grand public. Ce mystérieux centre a pourtant déjà fait parler de lui en 2014 lorsque WikiLeaks avait révélé l’existence du programme « CHECKPOINT », mis en place par l’i2c. Celui-ci consistait en un guide de voyage expliquant aux agents de la CIA comment voyager au sein de la zone Schengen incognito, par exemple en utilisant de faux papiers d’identité.

Dans un des documents publiés par WikiLeaks jeudi 24 août, on apprend que l’OTS et l’i2c disposent d’un « système de collecte biométrique fourni à des services de liaison autour du monde ». Un « service de liaison » désigne, dans la terminologie de la CIA, un service de renseignement d’un pays étranger allié des États-Unis ayant accepté de collaborer avec l’agence.

Le « système de collecte biométrique » offert par la CIA est détaillé dans plusieurs documents, dont une « demande d’exigences » datant d’avril 2009, dans laquelle l’OTS et l’i2C listent leurs demandes en vue d’une nouvelle version d’ExpressLane, la « v3.1.1 ». L’ensemble livré par la CIA consiste en un ordinateur Panasonic toughbook CF-19, un ordinateur portable professionnel destiné à être utilisé sur tous les terrains grâce à sa coque renforcée antichoc et résistante à l’eau. La machine est livrée équipée de toute une série de logiciels de capture de données biométriques, comme un lecteur de passeport, un scanner d’iris, un lecteur d’empreintes digitales et tous les logiciels de gestion associés.

Les logiciels « offerts » par la CIA

Bien entendu, la CIA n’offre pas ces gadgets par pure charité. Dans la « demande d’exigences », le chapitre « concept de l’opération » explique ce que l’agence attend en retour : « Les systèmes sont fournis aux liaisons dans l’attente d’un partage des prises biométriques collectées sur les systèmes. »Mais la confiance n’est pas le fort de la CIA, qui veut s’assurer que ses « services de liaison » partagent bien toutes leurs données. ExpressLane est justement là pour « vérifier que ces données sont également partagées avec l’agence et pour fournir la capacité de désactiver le logiciel si la liaison ne nous fournit pas un accès continu », explique le guide d’utilisation.

L’outil est dissimulé dans les fichiers systèmes de l’ordinateur, fonctionnant sous Windows, et apparaît comme un programme comme tant d’autres. Mais en réalité, sa fonction est de copier les données biométriques collectées par la machine et de les stocker dans une partition – un espace sur le disque dur – chiffrée et dissimulée. Reste pour la CIA à récupérer les précieuses données. Pour cela, l’agence utilise les mises à jour des logiciels de biométrie, assurées par des agents américains visiblement dans les locaux mêmes des services de renseignement partenaires.

ExpressLane dispose même d’une fonction « kill date » permettant de forcer les mises à jour. En installant l’outil, l’agent de la CIA peut en effet prévoir une date butoir au terme de laquelle celui-ci corrompra les fichiers des logiciels de biométrie, les rendant inutilisables. Le « service de liaison », pensant à une panne, appelle alors la CIA qui dépêche l’un de ses agents, équipé d’une clef USB au prétexte d’effectuer une mise à jour salvatrice. Celle-ci ne servira en fait qu’à récupérer les données dissimulées dans l’ordinateur.

La fonction permettant de déterminer une « kill date »

Le guide d’utilisateur explique qu’ExpressLane est installé sur l’ordinateur soit avant même la livraison, soit à l’occasion d’une mise à jour. Dans ce dernier cas, un agent devra se déplacer et installer le logiciel au nez et à la barbe de ses collègues étrangers. Pour cela, l’OTS et l’i2c ont demandé aux ingénieurs de la CIA de développer un leurre, simulant une mise à jour. « ExpressLane contient un écran “Installation de mise à jour” avec une barre de progression qui semble mettre à jour le logiciel de biométrie durant un certain temps », détaille un guide d’utilisateur. « Le programme d’installation, toutefois, ne met à jour aucun logiciel de biométrie. » À la place, il installe ExpressLane et copie les fichiers de l’ordinateur. La durée de la fausse mise à jour peut même être configurée à sa guise par l’agent de la CIA, « avant de faire tourner le programme devant le service de liaison ».

Les documents publiés par WikiLeaks ne donnent en revanche aucune indication sur le nombre, et les identités, des « services de liaison » concernés par ce partenariat ni sur l’usage fait par ces derniers des logiciels fournis. Il n’est donc pas possible de savoir quelle est la masse de données ainsi récupérées par la CIA, ni quelles sont les cibles finales de l’agence. De plus, les documents remontant à 2009, le dispositif a depuis très certainement évolué.

On sait cependant que la biométrie est depuis plusieurs années une des priorités des services de renseignement du monde entier. Au mois de juillet 2016, le major de l’armée néerlandaise J.G.W. Van Maanen a publié un article de recherche particulièrement complet sur le sujet, intitulé « Biométrie et renseignement : une rencontre au paradis ? ». L’auteur y détaille la place considérable prise par la biométrie dans l’« identity intelligence », le renseignement sur l’identité, une discipline visant à combattre l’anonymat des cibles.

« Durant les deux dernières décennies, les nations et leurs organisations de renseignement ont fait face à des guerres hybrides et une menace de plus en plus fondée sur les individus à la place des nations, donnant ainsi une plus grande valeur à l’identité des individus », explique le major J.G.W. Van Maanen. La biométrie a ainsi, ces dernières années, été totalement intégrée aux doctrines militaires, aux États-Unis mais également au sein de l’Otan dans le projet « Smart Defense » de l’organisation. L’auteur témoigne directement de son expérience sur le terrain, en Afghanistan, où il explique avoir été surpris par l’usage intensif de la biométrie. Il rappelle d’ailleurs que, en 2010, le Guardianavait révélé que l’agence américaine avait collecté massivement les données biométriques d’Afghans et disposait, à l’époque, d’un fichier de 800 000 personnes.

La révélation d’ExpressLane s’inscrit dans la série Vault 7 de WikiLeaks, consacrée aux attaques informatiques ciblées de la CIA. Au début du mois de mars, l’organisation avait annoncé avoir récupéré 8 761 documents et fichiers détaillant les outils d’espionnage numérique de l’agence. Depuis, chaque semaine, WikiLeaks détaille l’un d’entre eux.

LIRE AUSSI