MAKING DEMOCRACY SAFE FOR THE WORLD

Ferdinand A. Hermens...

Voici une des dernières lettres que j’ai reçu de mon ami Ferdinand A. Hermens. Il était allemand et enseignait les mathématiques et l’économie. Il était prussien alors que le gouvernement national composé de cinq partis ne pouvait rien pour rétablir le calme en 1929 mais qu’il avait vu la police prussienne chasser les groupes de Nazis venus du sud  avec leur matraques.

A cette époque, mon ami n’avait  aucune position politique et dû se contenter de rejoindre les Etats-Unis, où il trouva immédiatement un poste d’enseignant chercheur.

Il prit peu de temps à trouver que l’être humain quant il s’agissait de la politique, ne pouvait nullement être considéré comme un chiffre immuable dans son être mais surtout variable qui lui permettait  de s’adapter à différentes circonstances. Certes, la variabilité peut provenir de différentes sources.

La structure  des institutions joue certainement un rôle longtemps non reconnu ou ignoré. Le mot « institutions » doit être considéré au  sens très étendu car de nombreuses organisations  se doivent par  les textes se contenter de mots tels  groupements,  groupes, réunions, assemblées, équipes. L’on peut dire que ces ensembles dont la plupart joignent ceux ils retrouvent car ils sont à l’aise. La provenance familiale,  tout comme les autres (par exemple, syndicats, religion) , peuvent devenir des structures d’accueil d’influence électorale et structure pour le vote contre

MAKING DEMOCRACY SAFE FOR THE WORLD

Ferdinand A. Hermens

Events are moving in the direction of ‘making the world safe for democracy. » But will new democracies be safe for the world? At the end of both world wars democratic government spread over large areas. In too many Cases it failed. This need not have happened. It did not happen in countries where the articulation of the political will was directed into the centripetal channels provided by majority voting.

In the « socialist' » countries in which autocratic rule is being loosened, majority voting clearly displays a unifying, even exhilarating, effect. The entire process is, as yet, rudimentary, but it can be fit into a rational democratic structure when the time comes.

Meanwhile, it is good to recall that the part played by majority voting in the  »keeping » of democracy has been set forth by James Madison in the, alas so often misunderstood, #10 of The Federalist. We must forgive him when he, like virtually all of his contemporaries, was not yet aware of the nature and essential functions of modern political parties. He wanted to show how ‘a well-constructed Union » could “break and control the violence of faction. » and his attention was focused on the warring, and destructive, factions in the Italian city-states. In our day the prime examples for the violence of faction! entered history successively as Communists, Fascists and Nazis.

Madison wanted no special laws (often so difficult to enforce) against such extremists. He emphasized that wherever in a “representative republic a faction consists of less than a majority, relief is supplied by the republican principle, which enables the majority to defeat its sinister views by regular vote. » Even if violence-prone groups win some local districts there is always the chance to finish them off in national contests, in particular in a large country. This is exactly what has been accomplished in the United States for two centuries. There have been examples of violent factions, such as the Anti-Masons, the Know-Nothings, the Klan of the post-Civil War and post-World War I periods, as well as the incipient « factions » which arose more recently in connection with the racial crisis. They all had their original flare-up followed, however, by a sobering-up when they had to pour water into the wine of their ideological purity in order to win that cross-section of “all sorts and conditions of men » (John Locke) without which they could not achieve a majority. This greatly impaired their credibility. When, eventually and invariably, defeat came on the national level there followed the break-up. Most of the rank and file returned to the moderate parties; some of the leaders did the same. The rest were relegated to the political fringe, where they might become a nuisance but never managed to be a danger.

Groups prone to violence have a much easier time wherever Proportional Representation (P.R.) prevails. In the then required multiple-member constituencies a fraction of the vote suffices for success. Nowadays, in most P.R. countries proportionality is limited to comparatively small constituencies. In Israel MEET nections are national and one percent suffices, pro- proportionality is complete, and its results are horrendous. Still, in most P.R. countries seats can be won with the support of those of whom Lincoln h:d in mind when he said: « You can fool some of the people all of the time. » Inter- national opinion polls indicate that everywhere about five percent of the voters tend to political violence. Let their country become the victim of unusual conditions, such as a severe depression, and these extremists can benefit from a potentially large protest vote. They may become strong enough to disrupt democratic government from within, and eventually, in he words of Madison, « to execute and mask (their) violence under the forms of the constitution. »

Thus, in pre-Fascist Italy. according to Gaetano Salvemini, ‘post-war neurasthenia' »‘ came to an end late in 1920. When, however, in March 1921 new P.R. elections took place, « parliamentary paralysis » developed. For the first time the Fascists were strong enough to benefit. In the Chamber their 36 deputies, together with the weaker Communists and the left-wing Socialists, played on the divisions among the moderates; no viable government could be formed. In 1922 the faceless Facta became prime minister, and when he too h:d to resign, no majority could agree on a forceful substitute. Facta returned, to Mussolini’s taunt: « With this Parliament 30 crises could only result in 30 Factas. » In October « Il Duce » could make his own ‘March on Rome » in a sleeping car. The ragged bands which he had put in motion could, in the words of General Bagdolio, have been routed in « five minutes of gunfire. »

The Weimar Republic fought Hitler for 14 years. When, in 1928, the Nazi’s national vote fell to 2.8 percent they seemed doomed, but P.R, gave them enough deputies to keep their party going. Eventually, doddering President von Hindenburg appointed the « Bohemian corporal » (whom he despised) to the Chancellor’s post because he had been persuaded that only with him could a viable government be formed.

In view of recent events particular interest attaches to Poland and the Baltic States/, In Poland P.R. had been adopted without even a minimum of discussion. The Sejm soon developed, in Marshal Pilsudski’s words, into a sterile jabbering, howling thing that engendered enough boredom to make the very flies die of disgust. » » He called it « a locomotive drawing a pin. » After he took over he had no  trouble ignoring it whenever he wished to do so. -As to the Baltic States, a reviewer in The Economist (May 11, 1974) wrote: . »…  they could hardly become advertisements for liberal democracy: there were for example, 14 political parties in the Estonian parliament and 27 in the Latvian. »

After the Second World War the weakness of P.R. was, on the whole, somewhat less conspicuous. Constitutional provisions to encourage stability helped in Some countries, and the memory of Mussolini and Hitler encouraged cooperation among the moderates. Yet, the France of the Fourth Republic was not even officially both before a three-party deadlock developed; General de Gaulle left public life a month after the first F.R. election. When, in 1958, the threat of a takeover by the parachutists from Algeria caused the parties to recall the General, majority voting was reinstituted and produced stable majorities without delay. In 1986 the Socialists, afraid of a defeat, restored P.R. which, even with proportionality limited to the « départements », brought the racist Jean-Marie Le Pen and his “National Front » into the Chamber with 35 deputies. Tu years later majority voting was restored, and only one of these ‘’Lepenists!! was elected. The party had to rely on those contests still held under P.R., such as the ones on the regions and for the European Parliament, to demonstrate its continuing existence.

In Germany all major problems seemed to be solved when the Bonn Constitution made it difficult to overthrow a chancellor, and the election law provided that parties with less than three SR REe districts, and less than five percent of the national vote, received no seats. The Free Democrats were, for a long time, the only minor party in the Bundestag, where they decided which of the major ones was to form a government. Even then coalitions were not easy to form; Konrad Adenauer saië that he would rather go through two election cam- paigns than one Kabinettsbildung. Nor did it help when two neo-Nazi parties, the Socialist Reiché Party (SRP) in the early 1950’s and the National Democratic Party (NDP) in the later 1900’s caused an international uproar.

This changed after the Berlin elections of January 1989. The FDP lost out with 3.9 percent of the votes, and the « Alternatives! (the Berlin name of the Greens) had 11.8 percent. The sensation was the 7.5 percent of the votes cast for the radical right-wing « Republicans. » The SPD increased its share to 37.8 percent, slightly less than the CDU. Sirnce the Social Democrats, during the campaign, rejected a coalition with the Greens, they were expected to join in a « Great Coalition » with the CDU. When, however, the Alternetives dropreë their more outlanäish demands, the SPD coalesced with them, and their decision was welcomed by most of their friends in other parts of the country.

The result was a significant change in the German political system. First, a reform of the election law became even harder than it has been since the failure of the “Grand Coalition’s » attempt to institute a ‘’mehrheitsbildendes Wahlrecht' »‘ (a system which you have made single-party majorities likely in future elections). The Free Derocrats left no doubt that they would leave any coalition, be it on the Land- or on the Federal level, if a psrtner even considered changes opening the road to a two-party system. Henceforth, the Greens will exert additional pressure from the left.

Second, the country’s party system became asymmetric. The Social Democrats can form a coalition with the Greens, but a coalition between CDU and « Republicans! is out of the question.

Third, the upgrading in the political status of the Greens has intensified the changes in the articulation of political will, which began as soon as the Greens won their first parliamennary seats. Since that time the three traditional parties have stood in danger of losing votes to the new competitor ; they began to make policy changes in order to reduce this possibility. So far as environmental policy is concerned the result may be little more than what the situation has been demanding for some time. In the areas of constitutional government (where at least the earlier demands of the Gheens were ‘chaotic’) economic and foreign (including defense) policy the basic consensus established by the three traditional parties was thrhatened. When the Social Democrats coalesced with the Greens in Berlin they did obtain concessions in these matters, but many feel that their own views changed. . .

The party most sensitive to the pressures emanating from the Greens is the Free Democrats. The five percent clause worked in their favor as long as it merely kept minor competitors from gaining seats. However, as the Greens began to take that hurdle they became a mortal danger: they could push the FDP out of a parliament, as they did in some of the Diets of the Laender, and nationally in the European elections of 1984, though they made-it with 5.6 percent in 1989.

Such developments are one of the reasons why Foreign Minister Hans Dietrich Genscher insisted on immediate negotiations for the curtailment, and eventual elimination, of short-range nuclear weapons. He had other reasons, set fatheloquently in a speech he gave at the University of Bologna, but their impact would hardly have been strong enough to make him ke quite the stand he did, bearing in min& that its possible consequences included the break-up of Chancellor Kohl’s government, with a coalition of Social Demo- crats and Greens to follow in due course.

Chancellor Kohl has been sharply, and hardly fairly, criticized for modifying his own stand in regard to the missiles. Had he accepted a reso- lution calling for their modernization it would have meant the immediate end of this government and the shift of power to more radical epponents of the missiles.

At that point the institutional background of political decision-making should have been taken into account by the Western leaders. Maïority voting in England, France and the United States means thst parties like the German Greens or »Republicans' » simply don’t exist; their potential followers choose, for the most part, to make their demands on the major parties, which accept them onlÿ within the framework of their overall policies. Furthermore, Mrs. Thatcher and François Mitterrand can dissolve their parliaments at any time, putting the parliamentary representatives of all parties, including their Own, on notice that they too must stand up to any panicky pressures on the part of their constituents. (To avoid misunSerstandings, let it, however, be said in conclusion that RATE crisis can have its advantages.

In this case that included a/reformulation of the United States attitude to the changes in Eastern Europe.)

Israel resembles Weimar Germany. First, in regard to the fact that there was no real discussion before P.R. was adopted. In Germany the revoluticnary Council of People’s Commissars did this by decree, following the Socialists’ Erfurt program, which was adopted at a time when their party suffered from the under-representation of the urban constituencies which, in 1918, they could have easily corrected. Once the National Assembly had been elected under P.R. the valiant effortsof Friedrich Naumann to have it stopped (combined with the warning that its continued use might lead to an impasse which could be corrected only by a coup d’état), was bound to fail. In Israel the election law was patterned on the one applied for the Zionist executive. David Ben Gurion came soon to oppose it vigorously and,

at the end of his career, desperately: he founded a small party, the Rafi, which was to block any coalition which would not abolish P.R. He failed by a small margin, as did, in 1977, professor Yigael Yadin, his chief of staff during the war for Independence.

The elections of 1984 led to the worst result yet. The novelist, Amos Kenan, wrote « The people of Israel voted against itself. It…voted against the government – against any government. » The « government of National Unity' »‘ which was eventually established came soon to be called a « Government of National Disunity. » » It could, in particular, not take any serious step to continue the peace process started with the Camp David accord. It was unable to resist the demand of a comparatively small group for addi- tional settlements in the occupied territories which Israel’s major ally, the Urited States, openltermed illegal. Nothing was better suited to engender the spirit which led to the Arab « uprisins. » The 1988 elections led to Le es kind of result as those of 1984, except that Likud had gained slightlÿ Pbautr might have managed to assemble a majority with the help of the religious parties and minor rightist splinters. President Herzog stepped in, denouncing Israel’s « strangand incomprehensible electoral system » which, he added, gives « ‘disproportionate power » to the smallest parties. He called for a “stable, wide-based government » which alone could tackle electoral reform and other issues. He concluded: « I represent the people’s wishes…This is a moral, not a political problem. »

Israel’s political leaders did form a new « Great Coalition, » and the major parties agreed on electoral reform. A commission of four cabinet members, two each from Likud and Labour, is to make concrete recommendations. This procedure avoided the mistake made by Germany’s Grand Coalition » government, which h=d been set up to establish an electoral system giving the voter a chance to decide which party was to form –. à government. Four months later a committee of seven professors (this writer was one of them though he had protested against setting up such a body at such a time) was appointed to examine the matter which, after ten more months, reported six to one in favor of plurality voting in single-member constituencies. The time lost sufficed to give the vested interests opposed to reform (including those within the major parties) a chance to get to work; they won by default.

Israel’s procedure permits timely action. Yet, both major parties have, for years, worked with some of the minors and retained close ties to them. So they cannot follow the view which Ben Gurion expressed (in a letter to this writer, November 7, 1970): « I always considered the British electoral System as the best, just as ours here in Israel is the worst. » The best is, of course, not always attainable, According to early reports, the system now favored provides for constituencies electing three or four candidates. This arrangement still might change the country’s political landscape sufficiently not only to eliminate the smallest parties but also to produce a concentration on the major ones, giving One of them, as a rule, an overall majority. The smaller parties could, however, elect candidates by concentrating, singly or jointly, on constituencies in which they are strong. Furthermore, the large parties could admit minor party representatives to their Tickets who, if elected, would be expected to cooperate closely with the respective major one. All things considered, the risks involved in such a system appear worth taking. À serious delay could, however, prove just as fatal as it did in the case of Germany’s « Great Coalition. »

The above remarks present highlights; details have been discussed in previous publications, which can be supplemented and brought up to date, whenever required.

To summarize: What Madison wrote in No. 10 should make us realize that he was not only the “Father of the Constitution » but also the father of « militant democracy. » When, on leaving Philadelphia’s Convention Hall Benjamin Franklin was asked what the Framers had given us, a republic or a monarchy, and answered « A Republic if you can keep it, » he could not know that the way for accomplishing that task would so soon be shown by a close associate.

Madison did not want to win the fight against « the violence of faction. » by special laws. In his view, what we now call « the « immune system of democracy » would do the job. When, however, that system is gravely weakened, as happens under any consistent system of P.R., valiant men and women will still fight for free government, but anything can happen, and sometimes does. If P.R. is diluted in small constituencies, its effects will be limited, though they make the task of responsible people unduly hard, and at times their best efforts unavailing.

What political institutions, such as P.R., mean in fact is one thing; its proper perception is something else again. Surprisingly, before there vas any significant experimentation with P.R. English political literature, beginning with Walter Bagehot’s English Constitution and Ramsay MacDonald’s Socialism and Government, described, in surprising detail, what P.R. would when applied. Harold Laski, mean when applied.  Harold Laski, Ivor Jennings and Herbert Morrison continue this tradition during the next generation, which also witnessed some pertinent points being made by Austen Chamberlain.

In the United States Liberal opinion, largely motivated by the wish to foster minor parties, and/or to strengthen the fight against machine- and boss- government, long considered P.R. a vital need. The simple fact was overlooked that in order to get good government you have to have a majority, even if that begins with a plurality (as La Guardia did in New York). When, in 1936, P.R. with the Single Transferable Vote (STV) was adopted in New York City its countryside success seemed to be assured.  The results soon disappointed many, and  the tide turned.  When P.R. was repealed in New York in 1947, an unprecedented series of editorials, published in The New York Times, (October 27, 28, 29, 30, November 5,6, 1947) spelled the beginning of the end for the STV in American local government. There now remains Cambridge, Mass. where, however, when a deadlock developed after one election, the council had to vote more than 1300 times in order to elect a mayor.

Meanwhile, intellectual opinion had also begun to turn away from P.R. The change was highlighted by the fact that a few years after the war Charles A. Beard, Paul H. Douglas, “alter Lippmann, and Norman Thomas resigned from the Board of the P.R. League, expressing their change of mind in no uncertain terms. Walter Lippmann, in a letter to this writer, emphasized that his own political observations had turned him against P.R. some years earlier; he had simply forgotten to notify the P.R. League.

This is not the place to ask why this emerging consensus was not reflected in public policy. By now, however, any hesitations should have been put to rest by the recent elections in Ireland and Greece as well as by the prospects which the European elections in Germany offer for the future political stability of that country.

In Ireland Prime Minister Haughey, who had steered his minority government, not without some trouble, through two years of a successful, though not every- where popular, austerity policy, asked for an absolute majority and instead lost a few more seats. The gainers were not the moderate opposition, but minor left-wing parties. Though Mr. Haughey did better than Mrs. Thatcher in any of her three victories, he must try to cope with increased possibilities for trouble.

In Greece Mr. Papandreou, certain to lose to Mr. Mitsotakis’ « New Democracy »! under an electoral system which combined P.R. with elements of majority voting, had a completely proportional system instituted. It left Mr. Mitsotakis, with about #4 percent of the votes, short of the majority which he could have won under the old system. A Communist-led coalition with about 13 percent of the votes now turns the scales.

In Germany five parties won seats in the European elections. If the distribution of the votes were the same in Bundestag elections, there would be no majority for either a Christian Democratic-Free Democratic coalition or for one formed by Social-Democrats and Greens. The only possibilities would be either the Free Democrats joining a « Red-Green » combination, something difficult to imagine, or the Social Democrats teaming up with the Christian Democrats for a new « Great Coalition. » Theoretically, they might then succeed in instituting that « majority forming . electoral system which Chancellor had Kiesinger promised in 1966. But it would take some doing for this to come to pass.

It is, at any rate, so much simpler to avoid F.R. when there is a clean slate than to try to abolish it, or even modify it seriously, once it has begun to create its powerful vested interests. As of now, there exists a clean slate in the hitherto « socialist » states. Since, however, Hungary is close to free elections, consider this sentence from an editorial in The Washington Post (June 16, 1989): « The opposition is composed of nine embryo parties, none of which has yet gained any great standing in the country. » The usual procedure is to form a committee consisting of party delegates who will without fail vote for a system giving everyone a chance to cut himself a slice. Enough parties are likely to succeed to prevent anyone from having a clear majority. If this is the case in a constituent assembly a hundred horses will not drag it away from P.R. Therefore, whatever can be done to place the articulation of the country’s political will on the right track has to be done now.

What is needed is ‘. : a general intellectual clarification, and it has to begin in the West. This writer has, for some decades, been begging proponents of P.R. to join him in drawing up a systematic comparison of the arguments for Madison’s ‘republican principle » of majority voting, and for P.R.  There have been no takers. So let there be done what can be done to make up for the deficit in literature critical of PR « In particular in recent years, has been engendered by the renewed, and obviously well funded, activity of proponents of P.R. in civic and academic organizations.

Issues of principle need to be tackled first. It is said, and widely believed, that P.R. is « just and fair. » Since problems of ethics are in the realm of philosophy, let a philosopher speak. When, at the end of the war, French patriots in the United States studied Ways to avoid the weaknesses of  the Third Republic, Jacques Maritain warned:

In order to eliminate, in addition, every attempt to introduce the « Trojan horse! » of proportional representation into the democratic structure, let us note that just as the common good is not a simple sum of individual goods, so the common will is not a simple sum of individual wills. Universal suffrage does not have the aim to represent simply atomic wills and opinions, but to give form and expression, according to their respective importance, to the common currents of opinion and of will which exist in the nation. The political line of a democracy must frankly an decidedly be determined by the majority, while the parties composing the minority play the past, also fundamental, of the critical element, in an opposition which is not destructive, but as much as possible constructive and cooperative.  Thus the majority and the minority express the will of the people in opposite, but complementary and equally real, fashions. » (La République Française, Dec ember 1943. Translated from the French by FAH)

Maritain’s warning was ignored. He lived to see both the rise and the fall of the Fourth Republic.

Systems of voting require urgent attention, but so does the warning expressed by John Jay in No. 64 of The Federalist: « Although the absolute necessity of system, in the conduct of any business, is universally known and acknowledged, yet the high importance of it in national affairs has not yet become sufficiently impressed on the public mind. »

New democracies should, in the first place, pay attention to the difference between the essential elements of the government structure and the many concrete problems which should be left to the normal legislative process. There is now a tendency for constitutions to RE which pressure groups have deposited their favorite demands. This procedure obscures the preeminent importance of structural provisions. It also deprives a country of the flexibility which the managing of day by day problems requires.

Needless to say, the “unity of system » is frequently ignored within the “framework of government » itself. Practically all Latin American constitutions need a good combing out for obvious inconsistencies. Thus in a democratic government the implementation of popular decisions should not be unduly delayed, and Argentina has just demonstrated what it means when there is a long inter- val between the election and the inauguration of a President. The effects of other irrational provisions, which cannot be listed here, are not so glaring, but quite real. À general treatise could systematize them, but in the end these problems can be treated only in country by country studies.

Lastly, political and economic problems are now more closely intertwined than ever. This is : widely acknowledged insofar as radical ‘socialist » policies are concerned. When Marxists reject the market, they reject rationality.  Unless prices are shaped with reasonable freedom, the relative value of goods and services cannot be ascertained. The market has also an informative function: It gives producers a chance to know the preferences of the consumer, and makes possible a meaningful comparison between costs and returns. Finally, there is the market’s selective function: Only competition, rising from the lowest level to the highest, can identify entrepreneurs capable of performing the task of successful innovation.

If doctrinaire socialism is now leaving the scene, there remains the ever-recurring fascination . With « populist » measures. These may, as Alan Garcia was to recognize in Peru and François Mitterrand in France, produce the symptoms of prosperity for a limited time, but their inflationist base becomes obvious in short order. That Mitterrand could correct himself within two years and Garcia never is in good part due to the fact that the French Constitution (not necessarily ideal in every respect) made quick and coherent action possible, whereas the Peruvian political system (in the widest sense of that term, including the election law) did the opposite.

Still, economic problems are nowadays 50 freely and so openly discussed that the options available in that area can be referred to rather briefly in the studies so urgently needed. Economists should, however, pay as much attention to the political implications of their proposals as political scientists should to the significance of economic factors for their own conclusions.

Les élections municipales : un modèle de démocratie locale participative ?

G COLLOMB ELU AU CONSEIL MUNICIPAL

 

Monique Cochinal

www.senat.fr › Europe et International › International

 

Il faut savoir que le maire est le personnage le plus proche des simples citoyens, surtout dans les petites communes. Souvent, un enfant du village, il est connu, respecté, écouté, mais aussi critiqué, débiné, envié. Ses fonctions sont multiples. Il est à la fois agent de l’Etat et agent de la commune, en tant que collectivité territoriale.

En tant qu’agent de l’Etat, sous l’autorité du Préfet, il remplit des fonctions administratives telles que :

  • La publication des lois et règlements
  • L’organisation des élections
  • La légalisation des signatures

Sous l’autorité du procureur de la République, il exerce des fonctions dans le domaine judiciaire.

En tant qu’agent exécutif de la commune, il est chargé de l’exécution des décisions du conseil municipal et agit, sous contrôle de ce dernier. Il représente la commune en justice, passe les marchés, signe des contrats, prépare le budget, gère le patrimoine communal. Il doit rendre compte de ses actes dans des domaines très divers (affectation des propriétés communales, réalisation des emprunts, création de classes dans les écoles, actions en justice. Il est chargé de maintenir l’ordre public (police administrative – bon ordre, sûreté, sécurité et salubrité publiques). Chef de l’administration communale, il dispose d’un pouvoir d’organisation des services de la commune.

Depuis la prise de pouvoir de notre Président Macron, en 2017, et sa politique autoritaire de réformation complète, les maires ont vu leurs dotations forfaitaires (DGF) bien réduites et par contre, leurs fonctions et leurs responsabilités de plus en plus grandes. Beaucoup se sont sentis « abandonnés, « incompris » et laissés pour compte par l’Etat. Les plus petites communes allaient à la faillite. Beaucoup de maires ont même démissionné. Je me souviens avoir beaucoup parlé avec une jeune femme maire d’une petite commune de Charente-Maritime, invitée à un repas de noce, assise à côté de moi, son portable bien en évidence sur la table, me parlant de ses journées surchargées, et de ses nuits de veille, appelée sans répit par des personnes du village en grande difficulté, allant auprès d’une femme battue par son mari, sans toit avec ses enfants, ou encore chez un fermier venant de perdre sa vache laitière, ou encore prodiguant réconfort à une famille en grande détresse devant le suicide et la faillite de l’entrepreneur X. Notre sympathique conversation fut brusquement interrompue par un appel téléphonique, bien avant le dessert. Un violent incendie venait de se déclarer, et elle devait gérer tout elle-même, car aucune personne compétente ne pouvait l’aider (contrairement à une commune plus importante bien équipée).

Si la confiance dans nos élus au pouvoir a complètement disparu, les citoyens Français gardent foi en leur maire et reconnaissent ses capacités de bon gestionnaire (qu’il soit de n’importe quel bord) et on va volontiers voter pour élire « son maire ».

Le nouveau conseil municipal de Gommecourt autour du maire Daniel ledru.

Depuis la grave crise de ce mouvement spontané des gilets jaunes, qui a obtenu, en quelques mois, ce que les syndicats réunis n’avaient pu obtenir, l’attitude du gouvernement envers les maires a beaucoup évolué. On a beaucoup parlé des injustices produites par des lois venant du pouvoir absolu (ressenti comme tel), et appliquées dans tous les territoires de la même façon, toujours au profit des grandes agglomérations urbaines.

Les modes de scrutin de ces élections sont différents selon la taille de la commune déterminée par le nombre d’habitants : une première injustice, peut-être ?

  • Pour les communes de moins de 1000 habitants : élection des conseillers municipaux au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours avec panachage
  • Pour les communes plus importantes : un scrutin proportionnel de liste avec prime majoritaire

Régimes particuliers pour Paris, Lyon et Marseille : dans ces trois grandes villes les plus peuplées, l’élection se fait par secteur électoral, en suivant les mêmes règles que pour les communes de plus de 1000 habitants. Ces secteurs correspondent à chaque arrondissement pour Paris et Lyon, tandis qu’à Marseille, chacun des 8 secteurs regroupe 2 arrondissements.

Il est bon d’ajouter que les grands électeurs du Sénat sont déterminés à 95 % par les  élections municipales.

Pourquoi ces élections municipales semblent-elles, subitement, autant prisées pour notre actuel gouvernement ?

Pourquoi ce soudain revirement du Président Macron en faveur des maires et de leurs communes ?

Serait-ce une sérieuse prise de conscience du pouvoir macroniste d’une rupture importante entre les grandes métropoles et les nombreux territoires français, les gens du peuple et les élites ? (souvenons-nous des revendications premières des gilets jaunes).

Serait-ce le constat d’un échec prochain d’une politique de mesures improvisées, dictée par des personnes grisées par de petites réussites, qui ont cru prétendre à des postes de haute fonction, mais, en fait, ont mené à des situations catastrophiques bien au-delà de l’Etat.

Belgique: La rupture de l’élection de 1965

 Depuis décembre de l’année dernière la Belgique n’a toujours pas de gouvernement. L’article suivant apporte une explication à cette situation dramatique. Les structures d’influence ou la structure pour le vote contre sont contrecarrés par le phénomène linguistique. Il faut noter que quelque soit la structure social d’un Etat, un scrutin de liste proportionnelle va traduire les divisions existantes dans la population qui va se retrouver avec de nouvelles formations politiques qui n’auraient jamais du exister.

Bernard Owen Maria Rodriguez McKey

L’élection fait suite à quatre ans de gouvernement de grande coalition : PSC – PSB. (Gouvernement LEFEVRE du 25 avril 1961 au 24 mai 1965). Les autrichiens appel lent ce genre de gouvernement un « gouvernement d’éléphants”.

Avant 1961, et depuis l’époque qui a suivi l’immédiat après guerre, le PSC représentait essentiellement le courant de droite avec une forte influence catholique bien qu’officiellement un parti non confessionnel. (la création d’un parti catholique “progressiste” avait été tenté en 1945 mais n’avait obtenu aucun député aux législatives de 1946)

De son coté le PSB représentait le courant de gauche plus fortement implanté en pays Wallon au contraire du PSC bien installé en pays flamand. De 1949 à 1961 l’électorat propre à ses deux tendances politiques : droite -—gauche se trouvait rejoint ou abandonné par les électeurs qui jugeaient positivement ou non l’action du gouvernement que l’un de ces deux partis représentait.

Schématiquement la situation se présente de la façon suivante :

1949 – 1961

Parti au gouvernement (avec le Parti Libéral ou homogène)

Parti dans l’opposition (avec le Parti Libéral ou sans lui)

parti A —- noyau représentant l’électorat constant du parti au gouvernement … X

 + électorat satisfait de l’action gouvernementale …………… Y

 — électorat mécontent de l’action gouvernementale ….. Z

 

parti B – noyau représentant l’électorat constant du parti dans l’opposition .

 — L’électorat satisfait de l’action gouvernementale ……………… M

+ électorat mécontent de l’action gouvernementale ……………… N

L’électorat satisfait M quittera le parti B et ira voter pour le parti A. L’électorat mécontent Z quittera le parti À et ira voter pour le parti B.  La différence entre : M + Y et Z+N déterminant si l’on est devant un exemple d’usure du pouvoir ou non. Or, la règle en Belgique parait être celle de l’usure du pouvoir et nous trouvons généralement Z+N = M+Y

Or, à partir de 1961 la situation est différente. Les gouvernements de grande coalition nous obligent à poser la question suivante : Comment peuvent voter les électeurs mécontents de l’action du gouvernement sortant ?

Le gouvernement de grande coalition de 1961 à 1965 est à direction PSC et a tenté d’apporter une solution au problème linguistique. Cette période a été politiquement mouvementée.

Résumé des événements survenus pendant la période 1961 – 1965

Le gouvernement Théo LEFEVRE décide de soumettre au parlement des projets appor-tant des précisions à la législation de 1932. En fait ils étendront sa rigueur :

Lois du 8 novembre 1962 – Fixant la frontière linguistique.

du 27 juillet 1963 –  – Enseignement des langues dans les écoles.

du 2 août 1963 – Régime linguistique de l’agglomération bruxelloise et de l’administration de l’Etat. (Le vote ‘pour’ est de 157 voix contre 33 (Volksunie, Parti Libéral, Parti Communiste et 3 PSC flamands)

Voir CHIROUX, p.175 : (le vote a lieu) “.., à la suite de longs et pénibles débats et des difficultés politiques que le gouvernement ne peut écarter par une conférence formée des 2 partis alliés au sein de la majorité. Le gouvernement cède aux exigences des extrémistes flamands en supprimant le volet linguistique du recensement. »

La frontière est donc fixée une fois pour toute. Le parlement (contre le gouvernement) se prononce pour le transfert de 6 communes de la Voer, les Fourons à la zone flamande. Les 4 200 habitants réagissent avec énergie et un référendum (67,6% de participation) donne 93% des électeurs se prononçant pour l »usage principal du français et leur maintien dans la province de Liège. Le parlement, sous la pression flamande, maintien sa décision du rattachement des Fourons au Limbourg.” (CHIROUX, p.180) : Alors que le problème linguistique semblait avoir trouvé sur le plan législatif une solution définitive, il est incontestable que se développe en Belgique un malaise dans les rapports entre les communautés. Selon le procureur du Roi auprès du tribunal correctionnel de Bruxelles, 24 attentats par explosifs auraient eu lieu entre 1964 et 1966 (Le MONDE du 15 octobre 1966).

CHIROUX, p. 204 : “Les véritables impulsions ne viennent pas des gouvernements ni même de |’appareil des partis mais de la -société civile- du corps politique en tant que celui-ci est distinct … de la machine des partis. Les partis seraient ainsi facilement soumis à l’influence des groupes de pression et s’efforceraient seulement de contrôler les poussées wallonnes et flamandes nées hors d’eux. »

CHIROUX,p. 205 : II souligne l’effet déstabilisant d’extrémistes minoritaires quand ceux-ci accèdent au parlement où leurs propos prennent alors une stature officielle. “De nombreux groupes dont 1”’influence ne cesse d’augmenter se sont implantés dans  une des 3 régions belges affirmant leur volonté de défendre exclusivement les intérêts de cette région. N’ayant pas de vocation gouvernementale , ne nourrissant pas l’ambition d’attirer les suffrages des habitants des 2 autres communautés, ces partis ont établi des programmes extrémistes, souvent même démagogiques et déterminent des mouvements d’opinion incontrôlables.”

« Ts participent aux consultations électorales et possèdent ainsi des représentants au parlement capables d’exposer leurs objectifs mais ils veulent surtout faire pression sur les grands partis … dès lors ces 3 grands partis vont se sel ivrer à une surenchère sur les positions de ces mouvements.”

Or, une période aussi animée 1961 – 1965 ne peut que susciter le mécontente- ment de certains électeurs. Nous allons maintenant tenter de répondre à la question posée précédemment : Pour qui vont voter en 1965 les mécontents de l’action gouvernementale de la grande coalition ?

Les chiffres obtenus à partir des analyses du vote réalisées par Nicole ELRUELLE, René EVALENKO et William FRAEYS, « Le Comportement Politique des Electeurs Belges » (Edition de l’Institut de Sociologie, 1970) permettent de distinguer 2 types de mécontents:

1) Les mécontents_du résultat obtenu sur le plan linguistique . Ces mécontents ont transférés leur voix sur un parti linguistique

  &961 1965

 

 Cantons wal lons, – listes wal lonnes  

0

 

3,5%

Cantons Flamands, listes flamandes 6% 11,9%

Sur le plan national, les listes wallonnes ont pour la première fois 3 sièges (FDF, IFW, FWT) alors que les listes Volksunie gagnent 7 sièges pour obtenir un total de 12.

  • Les mécontents de la trop grande place occupée par les langues

Le Parti Libéral qui avait dans l’opposition adopté une position de détache ment à l’égard de ce problème “un parti fidèle à la Belgique unitaire” recueille les voix de ceux qui réagissent contre l’invasion de la scène politique par la question des langues.

 

1961 1965
Cantons wallon – Parti Libéral   11,7% •          25,5%

 

•          Cantons flamands Parti Libéral

11,6% •          16,6%

 

Les 2 partis principaux qui dominaient de loin la scène politique électorale belge se sont effondrés :

              1961 •                1965
•                PSC (catholique)            41,5% 4,4% (-19 sièges)
•                PSB (socialiste) •                36,7% 28,2% (-20 sièges)
  • Le Parti Libéral recueillait sur le plan national:
•                1961 •                1965
•                Le Parti Libéral •                12,3% •          21,6% (+28 sièges)
  • Le Parti Communiste qui était descendu à 3,1% en 1961 est remonté à 4,6%.

Comportement électoral_face à un_ gouvernement de_grande coalition

  • L’électorat mécontent du gouvernement sortant se tourne vers une structure d’accueil quelle qu’en soit la nature quand les principales formations sont associées à la coalition Gouvernementale.
  • Nous avons rencontré une situation comparable en Autriche lors des élections législatives de 1990 où l’électorat mécontent de l’action gouvernementale s’est tourné vers la formation qui était dans l’opposition. Contrairement à la Belgique, une seule possibilité se présentait à l’électeur autrichien mécontent du gouvernement: Le Parti Libéral qui avait aux élections précédentes déjà franchi un pas en raison de son changement d’orientation idéologique. L’élection de 1968.
  • L’élection de 1968 surviendra au moment où se développe l’affaire de Louvain (qui est linguistique) et qui provoque la démission du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée.
  • Les acteurs politiques ne sont plus les mêmes mais l’électorat réagit de la même façon.

Les 2 partis au gouvernement sont le PSC et le Parti Libéral (du 19 mars au 7 février 1968). Ces 2 partis perdent des voix. Le PSC continue sa descente

•                  •          1965 •          1968
•                PSC •                34,4% •                31,87
•                Parti Libéral •          l 21,6% •                20,9%
  • Le Parti Libéral perd peu par rapport à sa forte augmentation de 1965 qui était de +12,3%. Le PSB, qui est dans l’opposition, reste au même niveau : 28,2% en 1965 et 28% en 1968

Trois propositions pour améliorer les institutions françaises

Bernard Owen, Monique Cochinal, Maria Rodriguez-McKey

Propositions pour que  la démocratie se déroule dans des conditions ayant pris en compte certains dangers apparus à travers le monde. (Version plus élaborée d’un texte précédent) 

Juin 1991 : c’est à cette date que Pierre Monzani, Directeur général chez « Assemblée des départements de France », situe « la naissance officielle des primaires » « une charte a été signée. Le RPR et l’UDF s’engageaient à faire des primaires en 1995 » explique le préfet proche de l’ancien ministre de l’intérieur : Charles Pasqua.

A quatre ans de l’élection présidentielle, la droite est alors persuadée de pouvoir battre la gauche, mais redoute une multiplication des candidatures qui éparpillerait les voix. En passant par une primaire, celui que Pierre Monzani appelle le « Monsieur organisation », espère éviter « l’affrontement fratricide entre Messieurs Giscard et Chirac, et sélectionner le meilleur des deux » pour être le candidat de la droite.

  1.  Les primaires ont été lancées officiellement pour la première fois, en 2011, chez les socialistes et les radicaux de gauche. Des primaires ouvertes à tout le monde, mais les socialistes avaient déjà organisé par le passé ce qu’on appelait une élection interne pour désigner leur candidat à la présidentielle.

Rappelez-vous, en 1995, Jospin contre Emmanuelli …. C’est Jospin qui gagne. Et, en 2007, on l’oublie parfois, ils étaient trois en lice : il y avait Ségolène Royal, Dominique Strauss Kahn et Laurent Fabius. Et c’était Ségolène Royal qui avait gagné, mais là – on le rappelle – ce n’était que des élections internes réservées aux affiliés du Parti.

Stéphane De Sakutin (– AFP RTBF – publié le jeudi 01 septembre 2016) nous dit : « Depuis plusieurs semaines, on nous rabâche les oreilles avec les primaires françaises…

APPROCHE THEORIQUE :

Marie France Diop a rédigé un mémoire sur la question des primaires en France. Quels seraient les apports pour la démocratie ? Pourquoi ce choix ?

Je pense qu’à la lecture de son texte, elle représente le sérieux de la jeunesse, qui est à la recherche d’une nouveauté menant à l’amélioration de nos démocraties. Il s’agissait d’un rapprochement du simple citoyen à celui qu’il va élire. En quelque sorte, il y aurait un parcours en continu. La politique se rapprocherait de la vie de tous les jours. La recherche de la perfection dans les tâches qu’il faut accomplir dans une démocratie est certes louable,  mais gare à l’imprévu.

L’approche de Marie France Diop est humaine et logique. En revanche, il suffit de parcourir le monde où des générations se sont épuisées à construire des démocraties exemplaires pour que cette constatation modifie notre approche. Car, il semblerait important de réfléchir, en premier lieu, à la mise en place d’une démocratie qui puisse satisfaire à certaines volontés de la recherche des êtres humains, et qui peuvent assumer les complexités d’un Etat souverain et démocratique, mais, malheureusement, certaines personnes peuvent partir dans des extrêmes.

L’on peut se poser la question, à savoir si l’introduction de primaires permettrait aux citoyens de distinguer la personne candidate comme à l’abri de tout soupçon. Notre discernement est-il valable ? Le sentiment pour le présent est-il aussi celui de l’avenir ?

Envisageons l’élection présidentielle. Prenons l’instant où cette élection se prépare à l’avance auprès de l’équipe qui présente le candidat. Il peut s’agir d’une primaire fermée, destinée aux seuls adhérents du parti. Dans ce cas, il faut prévoir une intervention de la magistrature et le contrôle de la Commission Nationale des comptes de campagne.

Le principe des primaires est intéressant sur le terrain des individus, mais l’observation des démocraties nous a démontré que l’être humain est un ensemble qui porte en lui des facultés pouvant partir dans des extrêmes. Notre discernement est-il à ce point fiable de façon que l’erreur ne soit pas envisageable ? Pourtant, dans l’histoire, nous trouvons sans difficulté des exemples de personnes qui, en tant qu’individus, paraissaient irréprochables, mais qui, dans de graves circonstances, sont devenues des tyrans au-delà de notre imagination. Réfléchissons à ceci, car cette question est complexe.

La science politique, le droit constitutionnel doivent en tenir compte, car il semblerait que l’homme politique accepte difficilement l’instabilité gouvernementale, et un gouvernement composé de cinq partis, en pleine crise économique, va vite réagir à la façon d’un individu complètement perdu, fou. En politique, les remèdes seront les élections, le référendum, ou le coup d’Etat.

Or, il est parfois intéressant de lire certains auteurs, qui ont écrit sur leurs réflexions à partir de leurs voyages. Notre ami Tocqueville a remarqué que, lors de son voyage aux Etats Unis, il avait compris qu’il n’était pas souhaitable de tenir trop souvent des élections, car c’était le moment où l’on portait en avant une tendance, un parti, une religion qui prenaient une importance exagérée qu’elle n’aurait pas eu en situation détendue, normale.

FONCTIONNEMENT DES PRIMAIRES

Eric Dupin – 07 02 2001 – state.fr

Les primaires à la française se multiplient, mais n’ont pas grand-chose à voir avec celles des Etats Unis. Elles ne permettent pas de simplifier l’offre électorale et ont l’inconvénient d’accentuer la personnalisation de la vie politique, tout en recréant un suffrage objectivement censitaire.

Les journalistes politiques ont d’excellentes raisons d’être, en général, très favorables au système des primaires présidentielles. Ces premières manches du tournoi élyséen leur offrent des compétitions supplémentaires, une matière pour nourrir leurs chroniques. Plus on vote, plus on sonde, plus on commente….

L’incapacité du système des primaires à simplifier vraiment l’offre électorale se lit encore dans sa faible légitimité à l’intérieur même de la famille socialiste. Arnaud Montebourg, pourtant l’un des principaux artisans de l’instauration des primaires socialistes, laisse aujourd’hui planer le doute sur sa participation à cet exercice en 2017.

A droite, Alain Juppé s’est également réservé le droit de présenter sa propre candidature si la primaire de la droite et du centre ne devait pas se dérouler loyalement. En toutes hypothèses, la multiplication des primaires (de la droite, de la gauche, des écologistes) se conjuguera avec la multiplicité des candidatures.

Une plus grande personnalisation

Le plus grand inconvénient des primaires est d’accentuer encore la personnalisation de la vie politique française, déjà très forte depuis l’élection du président de la république au suffrage universel direct. Ces compétitions internes à une famille politique opposent, d’abord, des personnalités différentes. On choisit parmi des hommes ou des femmes bien plus qu’on arbitre entre des idées ou des projets.

Les primaires attirent de nombreux dirigeants en quête de notoriété. Elles sont l’occasion de se faire découvrir du grand public. Manuel Valls a profité à plein, en 2011, de ce phénomène. Malgré la modestie de son résultat, il y a gagné une enviable identification politique qui l’a conduit place Beauvau, avant de l’amener à l’hôtel Matignon. Arnaud Montebourg fut l’autre grand gagnant de la première primaire socialiste, le capital politique alors accumulé lui permettant, par la suite, de décrocher un beau portefeuille ministériel avant de poursuivre son aventure politique.

Ces exemples n’ont pas échappé aux jeunes ambitieux de la droite, comme Geoffroy Didier. La tribune médiatique qu’offrent les primaires et les dividendes politiques qui en résultent ultérieurement, expliquent le nombre ahurissant de candidats à la candidature à ce type d’élections.

Pas moins de treize personnalités ont fait connaître leur désir de participer à la primaire de la droite et du centre. Comme les conditions de participations sont assez draconiennes (2500 adhérents et 250 élus dont 20 parlementaires), le nombre de candidats effectifs sera bien moindre. Aux quatre candidats principaux (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Bruno Lemaire et François Fillon) s’ajouteront peut-être Jean François Copé, Nathalie Kosciusco-Morizet, Hervé Mariton ou encore Geoffroy.

On se bouscule également au portillon socialiste. En attendant la candidature de François Hollande, on compte déjà sept candidatures déclarées, même si toutes n’arriveront pas à terme : Jean Luc Benhamias (écologiste centriste, Gérard Filoche (extrême gauche socialiste), Sidi Hama-Mamidou (parti radical de gauche), Benoît Hamon (gauche socialiste).

Les primaires contribuent fortement à dévitaliser les partis politiques, privés de leur fonction de sélection des candidats à la principale élection. Ces partis deviennent de moins en moins le lieu de définition d’une orientation politique, dès lors que l’essentiel se joue désormais sur l’identité de la personnalité qui remporte la primaire. C’est ainsi que la vie politique tourne toujours plus autour de la « course de chevaux », dénoncée, en son temps, par Michel Rocard.

Alexis Corbière, l’un des dirigeants du parti de gauche considère que « la primaire a recréé une forme de suffrage censitaire ». Ce sont effectivement les électeurs les plus intégrés au système politique, les mieux informés, qui sont les plus susceptibles de participer à cet exercice démocratique.

C’est ainsi qu’à droite comme à gauche, ce sont des électeurs nettement plus âgés et socialement intégrés que la moyenne des Français qui auront le privilège de choisir le représentant des deux plus grands partis à l’élection présidentielle. Ce filtre ne contribuera pas à ramener vers l’acte électoral toute la partie de la jeunesse et des classes populaires qui s’en sont éloignés.

A quoi servent ces primaires en France ?

C’est sans doute un bon moyen pour dynamiser une campagne, pour impliquer les affiliés, les militants traditionnels, mais aussi pour aller chercher des gens plutôt proches, peut-être en terme d’idées, d’un parti ou d’un candidat, mais qui étaient jusque là moins impliqués. Les partis ratissent beaucoup plus large. Ca dynamise, ça permet aussi de créer des réseaux.

Vous allez voter, vous signez, on connaît votre nom, donc le parti peut vous récupérer après en demandant : « Est-ce que vous ne voulez pas vous impliquer dans la campagne ? ». C’est un bon moyen de créer un véritable réseau pour les élections. Pour rappel, en 2011, pour les primaires des socialistes et des radicaux de gauche, près de trois millions de personnes étaient allées voter.

On dit souvent de la présidentielle française que c’est le rendez-vous entre un homme et la France. Est-ce qu’on ne dénature pas l’esprit de la présidentielle avec ces primaires ?

« Oui et non, mais ne tournons pas autour du pot, si on recourt aux primaires en France, c’est parce que chaque camp n’a plus aujourd’hui un leader naturel qui se dégage pour son camp. Est-ce qu’on pourrait imaginer que De Gaulle ou Mitterrand aient dû passer par une primaire pour être candidat, le candidat de leur camp ? Non. Donc, derrière ces élections, avant l’Election, il y a une recherche de savoir qui est le leader naturel, à gauche comme à droite.

Le risque, bien sûr, c’est qu’il y ait de belles tensions durant ces primaires qu’il est difficile après pour un parti de vraiment se réunir, de se retrouver. C’est un peu le risque que des gens évoquent avec les primaires de la droite où on sent bien qu’entre le camp de Sarkozy, Juppé, Fillon, Lemaire et tout ça, il y a déjà de fortes tensions ».

Est-on obligé de passer par les primaires pour se présenter à la présidentielle ?

« Non. Pour Marine Le Pen, il n’y a pas de doute, on sait que c’est le leader du Front National. Par contre, Mélanchon ne passe pas par une primaire, il s’est directement déclaré candidat. Il ne sait pas vraiment de quoi parce que le Parti Communiste ne le soutient plus vraiment.

On a évoqué le cas d’Emmanuel Macron, qui pourrait être candidat, mais sous quelle étiquette et sans passer par une primaire. Arnaud Montebourg, on ne sait toujours pas s’il va être candidat en passant par les primaires de la gauche ou si ce sera un candidat qui va se lancer au-delà des partis.

  1. Le système électoral (le mode de scrutin)

Il s’agit du transfert des suffrages en sièges des parlementaires,des conseillers municipaux etc, ou au premier tour des élections présidentielles.

L’on a tendance à parler de systèmes majoritaires ou proportionnels. Ces comparaison ne sont pas conformes à la réalité car les systèmes majoritaires ont un effet sur le vote d’un nombre d’électeurs. Ce vote a tendance a réunir un certain nombre d’électeurs qui se trouvent proche de certains autres dont le candidat est considéré comme un vainqueur possible de la circonscription uninominale.

Les mathématiciens se sont intéressés aux élections au point où il est possible d’affirmer qu’il existe différents types d’approche s mathématiques. Qu’en est-il de ces approches mathématiques? Certaines considèrent l’électeur en tant que pion parmi l’ensemble des pions qui composent l’électorat d’une nation, d’une région ou de toute unité où se pratique le scrutin. Il s’agirait, alors, de permuter l’électeur l’un pour l’autre, de l’isoler, de supposer qu’il dispose de son libre arbitre et va effectuer son choix en pleine connaissance de cause, insensible à ce qui l’entoure.[1] André Saint-Lagüe était un enseignant qui s’intéressait aux jeux mathématiques,  et a présenté en 1910 « La représentation proportionnelle  et la méthode des moindres carrés » qui consiste à appliquer la règle de Gauss pour obtenir une certaine exactitude dans le rapport suffrages-sièges; cette proposition se comprend quand on met en jeu un électeur en faisant abstraction de toute influence, calcul, volonté, obligation, morale ou non, de la volonté de s’intégrer à l’ensemble. Une autre question qui paraît essentielle est de savoir si le système électoral va ou non agir sur la façon dont le citoyen perçoit l’enjeu électoral; dans ce cas, la proportionnalité d’un système électoral prend une importance relative, et les études sur cette question supposent alors une approche beaucoup plus complexe.

André Saint-Lagüe « La représentation proportionnelle et la méthode des moindres carrés » présentée le 1er août par Emile Picard à l’Académie des Sciences.

Dans ces conditions, il s’agirait de mettre en place une collaboration qu’un  mathématicien, dès années 1970, a considérée comme nécessaire. Kenneth J. Arrow[1]préconisait une entente nécessaire entre les études mathématiques, les sociologues, les politologues et, j’ajouterai, les juristes. Pour Kenneth J. Arrow, cette collaboration est obligatoire pour déterminer si un individu n’a qu’un ou plusieurs seuils de discrimination. Comment peut-on considérer la conjonction de l’état social et du vote? Comment procéder pour déterminer les courbes d’indifférences des individus? Quels sont les rapports entre l’interdépendance des choix à l’égard des situations extérieures au champ du choix?

Cmment envisager une telle recherche?

Nous avons jusqu’à ce moment, travaillé sur des données pratiques[2]. Il s’agissait de réunir des informations qui nous permettraient de mieux cerner certains comportements électoraux inexpliqués. Possédant des données provenant de la pratique, il fallait donc explorer les possibilités envisageant, doit de contredire ces résultats, ou, au contraire de lui apporter de la crédibilité. L’on pénétrait alors sur un terrain très délicat, car l’étude pratique avait apporté des résultats allant à l’encontre d’une majorité des publications d’histoire ou de science politique contemporaine qui, soit, ignoraient l’effet des systèmes électoraux sur l’attitude de l’électeur, soit, allaient plus loin en leur refusant tout effet. Pourtant, déjà au 19ème siècle, avant que l’expérimentation soit possible, nombreux était les auteurs qui prévoyaient des différences comportementales, même si cela menait à l’idéalisation de la politique dans le cas de l’introduction de la représentation proportionnelle. Jules Dansette l’a présente devant la Chambre des Députés le 25 juin 1896 comme « un instrument de participation politique et sociale ». Victor Considerant, dans une lettre au Grand Conseil de Genève le 26 octobre 1846, encore plus lyrique, parle du scrutin proportionnel comme la libre manifestation de la pensée publique… la pensée du pays étant toujours exactement et lumineusement manifestée par la composition de l’Assemblée.

La recherche internationale, pour l’essentiel, depuis la publication de Douglas Rae[3] se base sur l’effet mathématique au sens étroit du mot, c’est-à-dire de tenir compte du rapport entre la proportion des suffrages et celui des sièges, ce qui a un effet immédiat. Pourtant, une tendance qui considère des élections d’une façon plus complexe, déjà rencontrée par le passé,[4] paraît se concrétiser, actuellement, sous le terme de « bonne gouvernance »[5]. Il s’agit de considérer l’ensemble des institutions, les influences, pour constater comment en agissant les unes par rapport aux autres elles mènent à des démocraties dont la durée est garantie dans le temps car, n’est-il pas préférable d’admettre que les différents composants de la nation participent pleinement à son fonctionnement?

La notion de bonne gouvernance peut mener à considérer, par exemple, les conditions d’une stabilité gouvernementale, et, ainsi, a subordonner le proportionnalité à certains éléments, dont l’accentuation en sièges du parti obtenant la plus grande proportion des suffrages. Nous avons trouvé dans l’étude pratique dont il vient d’être question que l’Europe fournit un ensemble de cas du plus grand intérêt pour le politologue, le sociologue et le mathématicien, ce travail a indiqué que, sur le terrain, a long terme, les modes de scrutin agissent différemment selon la composition des nations. Deux notions sont apparues pour expliquer ces différences fondamentales dans le fonctionnement des systèmes comparables, une qui es permanente dans le long terme, alors que l’autre est fonction de la conjoncture publique: le groupe d’influence électorale et la structure d’accueil pour le vote contre le gouvernement ou les institutions elles-mêmes. Cette étude considère différentes versions de scrutins proportionnels, et de scrutin à la majorité relative. Il s’agissait, dans cette étude, de cerner au plus près les effets des modes de scrutin en dehors de l’effet dit « présidentiel ». Les résultats de l’étude montrent de telles différences quand on compare ces deux modes de scrutin « opposés » qu’il semblait indispensable de travailler sur ce qui pouvait, de façon théorique, justifier une telle différence de comportement d’un citoyen, rechercher ce qui pouvait mener à une perception différente de l’enjeu électoral.

[1] Kenneth J. ARROW « Choix collectifs et préférences individuelles », Calman-Lévy, 1974.

Bernard OWEN « Le système électoral et son effet sur la représentation parlementaire des partis: le cas européen. »; L.G.D.J. – 2002.

[3] Douglas W. RAE « He Political Consequences Of Election Laws », Yale University Press, 1967.

[4] Ferdinand HERMENS, Democracy or Anarchy?, University of Notre Dame, Indiana, 1941.

[5] Travaux sur le « Livre blanc de la gouvernance », Commission Européenne, 2002.

  1. 3.  Le contrôle du politique.

Le contrôle de la légalité des sommes versées par le candidat, son parti ou son entourage, devrait être entre les mains d’un seul organisme. En France le judiciaire parait mal à l’aise dans les questions politiques. La Commission des comptes de campagne  apparaît bien organisée dans le domaine. Je connais bien la commission, son organisation et suis prêt à lui faire confiance en étendant sa compétence jusq’au pénal. La France doit s’inspirer d’autres nations qui prennent grand soin pour qu’un tribunal ne puisse agir en aucune façon à la place de l’électeur.

Selon  Renaud DENOIX DE SAINT MARC (.« Le statut constitutionnel de l’Autorité judiciaire » – Séminaire pédagogique du pôle « Administration de la justice », ENM Bordeaux, 12 et 13 mai 2009) Constitution de 1958 consacre son titre VIII à l’Autorité judiciaire. C’est la première fois dans nos Constitutions qu’une place est faite au statut judiciaire.

Le siècle des lumières

« Les trois articles de la Constitution de 1958 consacrés à l’autorité judiciaire constituent donc une innovation. « L’autorité judiciaire » n’est pas le pouvoir judiciaire ; le terme « pouvoir » est réservé au pouvoir législatif et au pouvoir exécutif. Mais l’emploi des termes « Autorité judiciaire » marque la volonté du constituant de 1958 d’ériger le service judiciaire au dessus de la condition de « service public » jusqu’alors en usage. Cette expression ne vise que la Justice judiciaire, à l’exclusion de la Justice administrative car, pour le constituant de 1958, la juridiction administrative n’était rien d’autre que l’administration qui se juge. Les conceptions ont cependant évolué depuis lors et la jurisprudence du Conseil constitutionnel a reconnu à la Justice administrative un certain nombre de garanties.. » 

Il y  a donc dans la Constitution trois dispositions relatives à la juridiction judiciaire, à vrai dire, on en compte qutre aujourd’hui puisque la révision de la Constitution en date du 23 février 2007  a constitutionnalisé l’abolition de la peine de mort et que cette disposition a été introduite dans un article  66 inséré dans le titre VIII mais cette disposition aurait pu être inséré ailleurs  car elle ne nous intéresse pas directement.

Contrairement aux Etats-Unis, le judiciaire n’est pas un pouvoir et le Président de la République française en est le garant de. L’article 64 : son premier alinéa énonce que « le Président de la République est garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire ». Etant donné que le Président de la République est un élu politique sur quoi repose cette garantie?  Il s’agit là d’une innovation constitutionnelle.  Seuls l’exécutif et le législatif sont des pouvoirs.

En revanche; aux Etats-Unis les trois pouvoirs selon la Constitution sont: le législatif (article 1), l’exécutif (article 2) et le judiciaire (article 4).  C’est l’équilibre de ces pouvoirs qui garantit leur indépendance. Cette organisation existe au niveau des Etats.

Commission des comptes de campagne. Membres actuels

Membres du Conseil d’État :

  • Philippe Grégoire, ancien conseiller d’État en service extraordinaire
  • Françoise Ducarouge, conseillère d’État honoraire
  • Martine Denis-Linton, conseillère d’État honoraire

Membres de la Cour de cassation :

  • Martine Betch, conseillère honoraire à la Cour de cassation
  • Francine Levon-Guérin, conseillère honoraire à la Cour de cassation
  • Jean-Dominique Sarcelet, avocat général honoraire à la Cour de cassation

Membres de la Cour des comptes :

  • Maud Colomé, conseillère-maître honoraire à la Cour des comptes
  • François Delafosse, président de chambre honoraire à la Cour des comptes
  • François Logerot, premier président honoraire de la Cour des comptes

Ecosse : un système électoral favorable aux nationalistes

Depute Chef du Parti national écossais et MSP pour Dunblane et Clackmannanshire Keith Brown est vu prendre une avec un manifestant selfies après un discours à l’extérieur du Parlement écossais. Les manifestants se sont réunis à l’extérieur de bâtiment du parlement écossais à Édimbourg pour protester Brexit et à faire pression pour un deuxième référendum sur l’indépendance.
– ID de l’image: RDDMF6

Bernard OWEN, Secrétaire général du Centre d’Etudes – Sénat

Le système électoral écossais a favorisé l’accès au Parlement des petites formations comme celle du Parti Nationaliste. Légitimés, ceux qui prônent la séparation de l’Ecosse avec le Royaume-Uni ont pu plus facilement ouvrir le débat de l’indépendance.

Pendant la campagne menant au referendum, on parle d’économie, de la Livre Sterling, du pétrole de l’Europe, mais il existe une voie qui mène à des modifications pouvant être bienfaisantes ou dramatiques. Il s’agit du système électoral choisi, dont les effets sont ignorés ou mal compris.

L’Ecosse, en tant que région bien déterminée, ainsi que le Pays de Galle au Royaume Uni, ont tendance à voter à gauche : il s’agit donc du Parti Travailliste, qui était le parti dominant. Prenons l’évolution en sièges de deux partis qui nous concernent dans ce travail, lors des élections à la Chambre des Communes Britannique pour le vote qui a eu lieu dans les circonscriptions écossaises.

De 1974 à 1997, le vote pour le Parti Travailliste a toujours été supérieur à 40 sièges, atteignant même 56 sièges en 1974. En ce qui concerne le Parti Nationaliste Ecossais, après un bon début de 11 sièges en 1974, il obtenait moins de 5 sièges sauf pour l’élection de 1997 où il a atteint 6 sièges.

Lorsqu’il a été question, dans les années 1990, d’un Parlement à Edimbourg qui s’occuperait de questions de la région, on a pensé que l’Ecosse indépendante serait condamnée à subir invariablement un gouvernement de gauche. Alors on créa un système électoral double : majoritaire et proportionnel à compensation. Ce qui fut appliqué de 1999 à 2011.

Avant de développer le nouveau système intitulé « système de membres additionnels », réfléchissons sur le raisonnement. Les auteurs n’ont pas tenu compte que l’électorat d’une région faisant partie d’une nation n’agit pas de façon identique dans le cas où elle deviendrait indépendante.

Un système électoral complexe

Dans une région, la population a un certain sentiment d’appartenance, ce qui diffère de ceux de la Nation, en certains points. La région acquiert une identité focalisée en Ecosse sur le Parti Travailliste, mais en cas de séparation son isolement modifie entièrement son attitude politique, et il ne fallait surtout pas modifier les institutions électorales et le système électoral lui-même, qui, réunis, vont contribuer au désarroi. Le vote à gauche irait en s’atténuant, alors que le parti séparatiste, qui apparaît progressivement grâce au nouveau système électoral, devra revoir ses positions en cas d’indépendance.

Après cette mauvaise compréhension du vote de l’électorat, nos amis ont conçu un système électoral mixte combinant le scrutin majoritaire à un tour et un système proportionnel avec compensation, qui donne lieu à des résultats fantaisistes et par là même dangereux. 73 députés sont élus au scrutin uninominal à un tour, pendant que 56 députés sont élus au scrutin proportionnel, dans le cadre de 8 régions, nommant 7 députés chacun. Or, ainsi que l’on peut le constater dans d’autres pays, le nombre de sièges obtenus à la proportionnelle ne dépend pas du nombre de suffrages obtenus à ce niveau, mais au nombre de sièges obtenus au scrutin majoritaire. En exemple, l’élection de 1999 (voir le tableau).

On peut constater la curiosité des résultats. Rapidement : plus un parti obtient de sièges majoritaires, moins il en recueille au niveau proportionnel. Ceci avantage les petits partis, par exemple, les Nationalistes qui, au lieu de 7 sièges, en obtiennent 28 + 7 = 35 sièges. La raison pour cela découle de ce que la partie proportionnelle est obtenue non par le nombre de suffrages obtenus par région mais par le nombre de sièges obtenus par son parti au niveau majoritaire + 1 (le + 1 est pour le parti qui n’a obtenu aucun siège au niveau majoritaire). Dans la pratique, le nombre de suffrages obtenus par le parti dans la région est divisé par le nombre de sièges majoritaires qu’il a reçu dans la dite région.

Dans notre exemple de l’élection de 1999 : le Parti Conservateur à partir de 0 députés dans le système majoritaire obtient 18 sièges dans le système proportionnel. Après cette première division, vient la deuxième où le chiffre devient 2 puis 3 et le suivant selon le nombre de députés obtenus ainsi à la proportionnelle et que le nombre de 7 députés pour la région puis le nombre de 56 pour les 8 régions. Il suffit, pour la recherche du prochain élu, du chiffre restant le plus important dans chacune des 7 députés par région.

Pour les élections suivantes de 2003 à 2011, nous assistons à la progression en sièges majoritaires du Parti Nationaliste Ecossais. En 2003, il n’obtient que 9 sièges majoritaires, mais après la division, 18 sièges proportionnels. Aux prochaines élections de 2007, le même parti obtient 21 sièges majoritaires et 26 sièges proportionnels, alors que le Parti Travailliste obtient 37 sièges majoritaires et, après division, seulement 9 sièges proportionnels. En 2011, on trouve une très forte progression du Parti Nationaliste avec 53 sièges majoritaires. En faisant le calcul total des deux partis, le Parti Travailliste obtient 37 sièges contre 69 pour le Parti Nationaliste.

Le choix du candidat qui va représenter l’électeur auprès des autorités qui gouvernent devrait être simple et clair. Le système électoral choisi pour les élections écossaises est loin de tout cela et n’est pas sans danger pour l’avenir, car il accorde, dans la partie proportionnelle, plus de sièges aux nouvelles petites formations (qui peuvent être extrêmes), leur apportant la respectabilité d’un parti siégeant à l’Assemblée.

Les effets des modes de scrutin : Le cas de l’Ecosse.

Bernard Owen, Maria Rodriguez-McKey

L’Ecosse a un mode de scrutin similaire à celui de l’Allemagne.

Avant que Tony Blair décide de la « devolution » (transfert de pouvoir), pour le Pays de Galles et à l’Ecosse, ceux-ci étaient des bastions du Labour. Mais le Parti Nationaliste Ecossé a pris les électeurs jadis Labour. Ce changement est du au fait qu’avec « devolution » on a mis en place des élections avec un  système mixte, une part de proportionnelle l et une autre part de scrutin majoritaire à un tour.

 Ecosse. Elections : la nuit d’horreur des travaillistes

Publié le 06/05/2016 , MEDIAPART

« La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon va pouvoir renouveler son mandat, mais il lui manque probablement deux sièges pour une majorité. Le grand perdant de ce scrutin régional : le Parti travailliste.

“Le Parti nationaliste écossais (le SNP) garde le pouvoir en Ecosse, mais perd la majorité”, annonce le Daily Record. Selon les premiers résultats des élections du Parlement écossais du 5 mai – l’Ecosse jouit d’un degré d’autonomie avancé au sein du Royaume-Uni –, le parti nationaliste de Nicola Sturgeon aurait gagné 63 sièges, une perte de 5 sièges. Or, il en faudrait 65 pour avoir la majorité.

Cela implique aussi qu’il n’y aura pas de nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse dans les cinq ans à venir, prévoit The Daily Telegraph. Car les élections montrent que le SNP est “suffisamment fort pour demander un nouveau référendum, mais pas assez pour le gagner”

“Nuit d’horreur pour le Parti travailliste”

Le grand perdant des élections écossaises, c’est le Parti travailliste, observe le Daily Record :  Le ‘Labour” perd 12 sièges et n’en conserve que 22. “Pour le Parti travailliste, ce fut une nuit d’horreur, car il a perdu ses bastions les uns après les autres, ce qui rappelle le tsunami du SNP lors des élections législatives l’année dernière.”

A quoi cette défaite du Parti travailliste est-elle due ? A Londres, The Daily Telegraph l’explique par la faible popularité de son dirigeant national, Jeremy Corbyn, par son programme électoral marqué par des impôts élevés, mais aussi par les soupçons d’antisémitisme qui pèsent sur le parti.

Le rôle d’un homme dans la destruction d’un parti

La nature de notre actuel Président de la République nous fait craindre qu’il se lance ans des aventures incontrôlables.

Alors,  nous avons cru devoir relater une expérience en Grande Bretagne en 1918 ou un homme politique du Parti Libéral (le parti de gauche depuis le  XIX ème siècle)) a bouleversé la vie des partis britanniques.

David Lloyd George

Lloyd George était beau parleur mais une forte personnalité. La Grande Bretagne s’en est sortie avec le temps et la présence d’une structure syndicale unie.

www.senat.fr › Europe et International › International

http://www.senat.fr/international/colloprocessuselectoral2011/colloprocessuselectoral20111.html

« Le système électoral et son effet sur la représentation parlementaire des partis : Le cas européen »,LGDJ Bernard Owen,  Maria Rodriguez-McKey

 CHAPITRE II  MODIFICATION PROFONDE DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL POUR LE VOTE : 1918 OU L’ELECTION A « COUPONS ».

En raison des péripéties de la politique interne qui se déroulèrent pendant la guerre, la situation des partis, lors de cette élection, représente une rupture totale par rapport à l’époque précédente.  Le « Labour » soutient l’administration libérale avant la guerre et participe au gouvernement de 1915 à 1918.  Les libéraux, sous la direction d’Asquith, sont au gouvernement à la déclaration de la guerre.  La guerre commence mal pour la Grande Bretagne: Gallipoli, la Serbie, la Mésopotamie, la Roumanie.

Le gouvernement libéral démissionne à partir de deux scandales: celui des obus et celui des Dardanelles, le 17 mai 1915.  La presse, soutenant les conservateurs, est extrêmement virulente.  Asquith revient au gouvernement mais qui comprend cette fois un nombre de ministres conservateurs. Vingt deux ministres conservateurs au Cabinet contre vingt six libéraux et trois « Labour ». Treize autres ministres conservateurs contre onze libéraux, un « Labour » et un nationaliste sont hors du cabinet.  Asquith, très diplomate, modifie ses décisions chaque fois qu’il craint le départ d’un ministre.  Les points forts: la loi sur la conscription des célibataires en janvier 1916, et la loi sur la conscription des hommes mariés en avril 1916, difficiles à faire admettre car les libéraux sont, par principe, contre la contrainte de la conscription militaire.

La fin du gouvernement a lieu le 5 décembre 1916, et Lloyd George forme le nouveau gouvernement.  Le gouvernement Lloyd George comprend 26 conservateurs contre 16 libéraux et 4 « Labour » (dans le cabinet) et six ministres conservateurs hors du Cabinet contre neuf libéraux.[1] Il est important de noter que, quelques jours plus tard, le 8 décembre 1916, Asquith s’assure de la présidence du Parti Libéral et contrôle ainsi les fonds du parti. Lloyd George crée son propre quartier général (plus de douze employés) et commence alors à créer un fonds propre à partir de la « honours list ».  A partir de la prise de pouvoir de Lloyd George, celui-ci apparaît comme ayant l’enthousiasme de celui qui mène le pays à la victoire alors qu’Asquith adopte la neutralité politique où il met de côté ses propres convictions au nom du soutien de principe au gouvernement dans ses efforts de guerre.  Il entraîne avec lui les députés libéraux et maintient ainsi une unité, certes précaire, mais une unité quand même.

La divergence entre les deux hommes ne diminue pas avec la fin de la guerre. Le 12 novembre 1918, Lloyd George déclare son intention de se présenter immédiatement aux élections en tant que chef de la coalition. Il le fait au 10 Downing Street devant 150-200 députés libéraux.  Le 16 novembre, Lloyd George invite les électeurs à examiner les acquis des libéraux prétendant le soutenir. Quelques jours plus tard, il publie une liste cosignée par le conservateur Bonar-Law de candidats reconnus comme soutenant la coalition.  La liste comprend: 159 libéraux et 364 conservateurs.  C’est Asquith qui invente le terme de « coupon » qui est adopté par tous et servira pour qualifier l’élection de 1918 de « coupon election ».  Sur les 159 libéraux à « coupon », 136 sont élus ainsi que 333 des 364 conservateurs avec « coupon ».  Neuf NDP ont été accordés le « coupon »; il s’agit de membres du « Labour » qui s’engagent à soutenir la coalition et qui seront élus.

Il a souvent été dit que pour gagner un siège il fallait le « coupon ».  Or, Trevor Wilson indique deux cas où la victoire revient à des conservateurs sans « coupon ».  Asquith se fait battre par un obscur conservateur, alors que le quartier général conservateur lui avait refusé le coupon (Lloyd George voulait ménager le président du Parti Libéral).  Il cite aussi le cas de Manchester où Lloyd George, ne voulant pas indisposer le grand journal libéral « The Manchester Guardian » n’accorde que quatre « coupons » sur les dix circonscriptions.  Les conservateurs ont huit candidats qui sont tous élus.  Les deux autres élus sont « Labour » sans opposition des conservateurs car ils avaient soutenu le gouvernement pendant la guerre.

Trevor Wilson en déduit que c’est le fait d’être conservateur (ou de ne pas avoir de  conservateur contre soi) qui est l’élément déterminant. Or, une autre interprétation est possible.  Il s’agit alors de tenir compte de la profonde modification des structures d’accueil pour le vote à droite et surtout à gauche.  Les électeurs habituellement à droite, votant pour le Parti Conservateur, votent en 1918 pour le candidat à « coupon » même si celui-ci est le député sortant élu en tant que libéral, car il soutient la coalition gouvernementale et l’électeur reste en accord avec l’association conservateur locale qui soutient le candidat à « coupon ».  Certains électeurs conservateurs irréductibles ne voudront pas voter pour l’ennemi de toujours : le candidat libéral, même muni d’un coupon. Mais alors pour qui voter ? son vote n’a pas de structure d’accueil correspondante. Les électeurs votant de tout temps à gauche sont dans une position très différente. Le Parti Libéral qui reçoit jusque là leur vote prend un double aspect contradictoire : Soit, il se confond avec les conservateurs (dans le cas de « coupon »), soit il se présente comme candidat d’un parti qui ne présente plus qu’un nombre insuffisant de candidats sur le terrain national. De toute façon, les associations libérales sont en crise ne sachant pas quelle attitude prendre à l’égard des candidats libéraux à « coupon ». Reviendront-ils dans le camp libéral?  Faut-il s’y opposer avec énergie ou faut-il laisser la porte ouverte pour un retour éventuel?  D’autre part, le « Labour », fort de son assise syndicale, présente un plus grand nombre de candidats et se présente comme le véritable parti de gauche avec un programme électoral influencé par le gauchissement des tendances de gauche européennes, provoqué par la révolution bolchevique.

Considéré de cette façon, la défaite d’Asquith dans sa circonscription ne doit pas être prise comme la victoire d’un conservateur inconnu du seul fait qu’il portait l’étiquette de son parti, mais comme la défaite d’un libéral très connu en tant qu’individu mais portant les couleurs d’un parti dont les positions, par rapport à la gauche et la droite, n’étaient plus perceptibles au niveau de la nation quant aux positions : gouvernement – opposition.  De toute façon les députés sortants à « coupons » ne représentent-ils pas la grande coalition gouvernementale qui a gagné la guerre ?  Lloyd George n’est-il pas le héros de la guerre ?  Le Parti libéral était devenu subitement un tiers parti en dehors des grands courants de la vie politique de Grande Bretagne.

Thomas Mackie et Richard Rose[2] indiquent le nombre de candidats par parti et c’est là qu’apparaît le premier signe de la recomposition du système de partis britannique.  En décembre 1910 le Parti Libéral présente 467 candidats, et le Parti Travailliste 56.  Nous avons déjà constaté que, dans la plupart des circonscriptions, ces deux partis ne pratiquent pas l’opposition de candidatures. Cela veut dire, que de manière électorale, ces deux formations se comportent comme un seul parti. En ajoutant les deux (467+56) nous obtenons 523 candidats, à peine moins que les 548 candidats conservateurs.  En 1918, la situation est totalement différente. La non-opposition de candidature est, cette fois, au niveau des candidats « à coupon » c’est à dire 364 conservateurs et 159 libéraux de Lloyd George, ce qui représente un total de 523 candidats.  Le Parti Libéral ne réussit à trouver que 276 candidats alors que le Parti Travailliste le dépasse largement avec 376 candidats.

SECTION I LA POSITION GENERALE DES CANDIDATS TRAVAILLISTES PAR RAPPORT AUX SIEGES OBTENUS.

Thomas Mackie et Richard Rose indiquent[3] que 62 sièges sont obtenus par les Travaillistes (le « Labour »). Leur chiffre est obtenu d’après « Craig’s Parliamentary Statistics » qui est l’ouvrage de base de notre étude.  En consultant avec attention ces statistiques, nous obtenons 58 sièges obtenus par un candidat clairement « Labour », présentés par l’organisation nationale. En plus de ces 58 sièges nous trouvons trois cas de candidats dont l’étiquette est celle « ind. Lab » mais qui deviennent « lab » par la suite :

  • Newcastle under Lyme
  • West Ham – Silvertown
  • Aberdeen North

Nous trouvons aussi un cas de candidat « ind. Lab » s’opposant à un « Co.L » (ce qui représente un libéral ayant accepté le coupon, n’ayant donc pas d’opposition de la part d’un candidat conservateur) à:

  • Anglesy

Notons les difficultés de bien classer les candidatures par affiliation politique, car F.W.S. Craig dans « British General Election Manifestos 1900-1974 »,[4] indique que 57 sièges ont été obtenus par le « Labour ».  Parmi les députés « Labour » élus, 23 sièges avaient un député sortant « Labour » dont cinq proviennent de circonscriptions à deux sièges où le lien entre libéral et « Labour » est très fort.  Le trouble des associations politiques locales apparaît car le libéral et le « Labour » sont élus sans opposition.  A Stockport les candidats libéral et « Labour » sont pour la coalition mais sans « coupon ».  A Bolton, le libéral a le « coupon » et, il semblerait, entraîne le « Labour » qui, lui, est sans « coupon ».  Norwich présente une situation peu claire où le libéral et le « Labour » auraient le « coupon » sans que cela soit bien établi.  Dundee est l’objet d’une entente libéral – « Labour » depuis 1906.  W.L.S. Churchill est le député sortant libéral depuis le 9 mai 1908 et chaque fois occupe la première place.  En 1918, Churchill retrouve son siège en tant que Co L ainsi que A. Wilkie en tant que « Labour » mais il est intéressant de noter qu’en plus de deux candidats SPP (Scottish Prohibition Party) se trouve un autre candidat « Labour ».  Il semblerait que le Parti Travailliste souhaitait présenter deux de ses propres candidats, mais que l’électorat a continué à voter comme par le passé.  Un autre cas présente l’exception, Derby, où le candidat « Labour » est élu en même temps que le conservateur, le libéral n’arrivant qu’en troisième position.

Les vingt trois circonscriptions pour lesquelles le « Labour » possède un député sortant sont les suivantes :

 

Bolton (deux sièges) Manchester Platting (nouvelle circonscription, rapport avec Manchester North East)

 

Deptford Newcastle under Lyme

 

Derby (deux sièges) Norwich (deux sièges)

 

Dundee (deux sièges) Rhondda West (nouvelle circonscription, rapport avec Glamorganshire Rhondda)

 

Durham – Barnard Castle Saint Helens

 

Fife Western Salford North

 

Glamorganshire Gower Staffordshire Kingswinford

 

Lancashire Clitheroe Stockport (deux sièges)

 

Lancashire Ince West Ham Plaistow (nouvelle circonscription, rapport avec West Ham South)

 

Lancashire West Houghton Woolwich East (nouvelle circonscription, rapport avec Woolwich)

 

Monmouthshire Abertillery (nouvelle circonscription, rapport avec Monmouthshire West)

 

Yorkshire Normanton
Monmouthshire Ebbew Vale (nouvelle circonscription)

 

 

 

Le « Labour » possède le député sortant.

Une difficulté apparaît pour déterminer les cas où le « Labour » possède le député sortant, étant donné le redécoupage des circonscriptions depuis les dernières élections générales de décembre 1910.  Parmi les vingt trois sièges que nous avons retenus comme ayant un député « Labour » sortant, six sont de nouvelles circonscriptions. La tentative de recomposition a été possible en cherchant des liens avec les anciennes circonscriptions par le nom des candidats présents. Il s’agit d’une approximation et non d’une exactitude.  En effet, un ou parfois deux candidats proviennent d’une des anciennes circonscriptions.  Les circonscriptions rentrant dans cette catégorie sont les suivantes :

1)  Glasgow Gorbals (anciennement Glasgow Blackfriars) : G.N. Barnes avait obtenu le siège pour le « Labour » en 1906 dans une triangulaire où le libéral était arrivé en troisième position.  En 1918, G.N. Barnes conserve le siège contre un autre candidat « Labour » alors que lui se présente comme soutenant l’alliance (il n’a pas le « coupon »).

2) Manchester Platting (anciennement Manchester NE) :  Depuis 1906 le « Labour » s’oppose aux conservateurs.

3)  Monmouthshire Ebbew Vale (anciennement Monmouthshire West) : En 1918, le seul député sortant « Labour » du Monmouthshire T. Richards se présente sans opposition.  T. Richards avait été élu lors d’une élection partielle le 3 novembre 1904, réélu en 1906 en tant que lib/lab, il prend l’étiquette « Labour » en janvier et décembre 1910.

4)  Rhondda West (anciennement Glamorganshire Rhondda) : W. Abraham est élu en tant que lib/lab en 1885.  Il maintient le siège et devient « Labour » en janvier 1910. En 1918, W. Abraham est réélu sans opposition.

5)  West Ham – Plaistow (anciennement West Ham South) : Keir Hardie est députe de l’ILP dès 1892.  En 1918, le député sortant « Labour » W.J. Thorne se présente pratiquement sans opposition (94,8% des suffrages).

6)  Woolwich East (anciennement Woolwich) : W. Crooks obtient le siège contre un conservateur lors de l’élection partielle du 11 mars 1903, et le retient, sauf en janvier 1910.  En 1918, il maintient le siège sans opposition.  Notons que huit sièges avec député sortant « Labour » sont retenus sans opposition.

Sièges obtenus par le « Labour » qui ne possédait pas le député sortant

(Décomposition des sièges)

 

  • Huit cas représentent essentiellement un combat entre le « Labour » et un candidat libéral ayant

accepté le « coupon » (Co L).

  • Onze cas sont un combat entre le « Labour » et un conservateur avec « coupon », le libéral occupant la troisième position.
  • Cinq cas présentent un combat « Labour » contre un conservateur avec « coupon » (Co C).
  • Trois sièges sont obtenus sans opposition.
  • Un siège est obtenu contre un Co NDP (il s’agit de membres du « Labour » ayant rompu avec

le secrétariat général et accepté le « coupon »).

  • Six sièges sont obtenus contre un libéral (sans « coupon »).

 

La  structure d’accueil, pour la façon dont se décompose le vote gauche – droite, est bouleversée mais l’équilibre national gauche – droite n’est pas remise en cause car la coalition de droite (Lloyd George) remporte les élections en 1918, mais en n’obtenant que 47% des suffrages ce qui ne représente que 0,7% des suffrages de plus que n’obtenait le seul Parti Conservateur en 1910.  La décomposition du vote droite – gauche présente des structures d’accueil d’une complexité que la Grande Bretagne n’avait jamais connue jusqu’alors.

Les cas de libéraux, conservateurs et NDP ayant accepté le « coupon » ou certains conservateurs n’ayant pas le coupon représentent l’électorat de droite alors que le « Labour » et, à un moindre degré, certains candidats libéraux n’ayant pas le « coupon » représentent les positions de gauche.  La situation nationale apparaît au sein des circonscriptions dont Staffordshire – Leek est un bon exemple car elle représente le transfert du vote idéologique : gauche – droite des partis Libéraux – Parti Conservateur au Parti Labour – Parti Libéral avec coupon (Co L). Cette circonscription n’avait aucun précédent « Labour » et les résultats de l’élection de décembre 1910 étaient :

 

L 52,7% des suffrages
C 47,3% des suffrages

 

 

En 1918 le résultat est le suivant :

 

Labour 51,7% des suffrages
Co L 48,3% des suffrages

 

La position troublée de l’électorat n’est, en aucune façon, moins dramatique que celle des associations libérales locales quand leur candidat député sortant a accepté le « coupon ». A noter que Lloyd George s’est efforcé d’accorder le « coupon » au plus grand nombre de députés sortants libéraux ce qui leur accorde le soutien conservateur et une partie de celui de l’association libérale en pleine confusion.  Pendant la campagne électorale les libéraux étaient sensés faire cause commune avec les conservateurs, ennemis politiques de toujours.  D’autre part, les candidats « Labour », considérés jadis comme alliés, paraissaient soudain comme l’ennemi principal.  D’un parti tout à fait secondaire il paraissait soudain la principale structure d’accueil pour le vote à gauche.  Les six sièges remportés par le « Labour » sur les libéraux vont à l’encontre de l’histoire récente où la force libérale n’avait rien de comparable à celle du « Labour ».  Il ne faut pas oublier que lors des élections partielles de 1910 à 1918 le « Labour » avait perdu deux sièges aux libéraux  à Hanley le 13 juillet 1912, et à Chesterfield le 20 août 1913.   Les libéraux avaient perdu Salford North au « Labour » le 2 novembre 1917. (Le « Labour » avait aussi perdu deux sièges aux conservateurs et un à un indépendant).  Les libéraux avaient perdu des sièges aux conservateurs ce qui n’a rien de surprenant pour le parti de gouvernement.

SECTION II  LA POSITION DU PARTI LIBERAL PAR RAPPORT A LA STRUCTURE D’ACCUEIL POUR LE VOTE A GAUCHE.

Il est certain que la perception par l’électorat des candidats libéraux (sans « coupon ») est fortement modifiée par les positions des candidats libéraux avec « coupon », mieux connus, plus en vue dans la vie politique et du gouvernement.  Nous avons vu l’effet de la désorganisation des associations libérales dans leur impossibilité de trouver des candidats en nombre suffisant. Les associations étaient placées devant deux difficultés : trouver un autre candidat crédible pour se présenter contre le député sortant qui avait accepté le « coupon » ; ne pas savoir quelle serait l’évolution du Parti Libéral.  Leur position était comparable à celle des associations libérales en 1886, lors de la défection de Joseph Chamberlain. La rupture était-elle définitive ou la grande famille libérale allait-elle se retrouver?  Dans ce dernier cas fallait-il réellement, avec toute son énergie, en 1918, s’opposer au candidat libéral qui avait accepté  le « coupon »?

Candidats Labour arrivés en deuxième position.

Il est certes intéressant de considérer les candidats « Labour » qui ont obtenu le siège mais dans la configuration générale du nouveau système des partis en Grande Bretagne, il est non moins important de considérer ceux qui sont arrivés en deuxième position et surtout derrière quel parti, car cela permet de prévoir la structure d’accueil pour le vote à gauche. Ceux qui sont précédés par un Co C, un Co L, ou un Conservateur, représentent la principale opposition de gauche à la coalition (qui, rappelons le, ne pratique pas l’opposition de candidats).  Ce chiffre est imposant : 228 sièges qui se décomposent de la façon suivante :

  • 137 derrière un Co C
  • 67 derrière un Co L
  • 12 derrière un Conservateur (sans coupon)
  • 12 cas derrière un candidat libéral.

Ces douze cas représentent une situation peu claire où néanmoins le libéral ne pourra que se trouver, étant donné la position équivoque du libéralisme sur le plan national, déporté plus à droite sur l’échiquier idéologique.

Huit cas derrière diverses formations.

  • Un National Party.
  • Six Co NDP.

Candidats arrivés en troisième ou quatrième position.

Cette catégorie ne comprend que 58 cas, ce qui est un très faible chiffre et qui en dit long sur le futur du système de partis britanniques quand nous le situons dans le contexte de bipartisme que nous avons constaté jusqu’à présent depuis 1885.  Le « Labour » a détrôné les libéraux comme parti de gauche en l’espace d’une élection.  La faiblesse de ce chiffre est réellement surprenante.

SECTION III   L’ETAT DE LA RECHERCHE.

G.R.   Searle[5] présente la désintégration du Parti Libéral comme inévitable et provenant de la diversité de sa composition, même alors que Trevor Wilson[6] considère que, malgré les différences existant inévitablement dans un parti qui représente la presque moitié de l’électorat, il se portait fort bien avant 1914 surtout en comparaison au « Labour ». Pour Wilson[7], le résultat des élections partielles de 1910 – 1914 indiquait que le Parti Libéral serait dans l’opposition lors des prochaines élections générales mais n’indiquait nullement qu’il était condamné à une quasi disparition. Pour Wilson le point le plus menaçant pour le Parti Libéral était ses relations avec le « Labour », non pas sur le terrain idéologique ni sur celui de la force électorale, mais en tant que force potentielle introduite au parlement et dans les syndicats prête à faire surface dans le cas d’une disparition de la force électorale de gauche représentée jusque là par le Parti Libéral. Selon lui[8] « En effet, en 1914 l’aile réformatrice du gouvernement libéral menait la danse et les penseurs de l’avant garde se tournaient vers le libéralisme pour appliquer leurs idées et le « Labour » n’avait apporté rien de nouveau que les libéraux ne pouvaient accomplir ». « D’autre part, sur le terrain des élections partielles de 1911 à 1914 le « Labour » a eu de bien pauvres résultats quand il s’est opposé aux libéraux.  Par deux fois les libéraux ont contesté des sièges « Labour » et les ont tous remportés ».   Encore pour Trevor Wilson, « Le groupe parlementaire « Labour » existait encore en 1914 grâce à l’indulgence des libéraux, c’est à dire parce qu’ils considéraient de leur avantage de laisser seul le « Labour » s’opposer aux conservateurs dans certaines circonscriptions ».  Dans notre étude, en considérant la façon dont le LRC puis le « Labour » avaient obtenu des sièges, nous avons pu vérifier que rares étaient les cas où le « Labour » avait remporté un siège contre un candidat libéral et cela depuis 1885.

Notre point de vue va certainement dans le sens de celui de Trevor Wilson et non dans celui de G. R. Searle[9] qui critique la thèse de Trevor Wilson dans ces termes « Il n’est pas réellement satisfaisant de souligner à ce point l’importance d’un incident dû à des divergences de personnalités ».  Il s’interroge sur la raison de cette querelle entre Asquith – Lloyd George. « Pourquoi l’ambition de  Lloyd George qui l’avait poussé à mener sa carrière à travers le Parti Libéral avant 1914 (Searle oublie que Lloyd George avait songé créer un parti gallois avant 1914) l’a mené à des actes propres à détruire le libéralisme ».

Nous avons déjà abordé l’approche psychologique qui indique que Lloyd George, en tant que chef d’un gouvernement de coalition qui avait dirigé un Etat victorieux, avait du mal à redevenir un membre du Parti Libéral dirigé par un autre : Asquith.  L’essentiel de notre argumentation est sociologique et repose sur la modification de la structure d’accueil pour le vote à gauche.  Or, l’élément d’importance en 1918 n’est pas la querelle en elle-même mais sa conséquence qui est l’alliance de la plus importante partie des libéraux avec les conservateurs et le désarrois des autres libéraux qui ne pourront réunir qu’un tiers des candidats nécessaires.

La chute du Parti Libéral se situe dans la nature des affrontements dans l’ensemble d’une situation d’élections à la majorité simple : la répercussion de la situation nationale au niveau des circonscriptions uninominales a transformé les structures d’accueil pour le vote gauche – droite en : Parti Conservateur, coalition libérale … contre le « Labour » … alors que précédemment la situation était : Parti Conservateur … contre Parti Libéral.  Le fait que le Parti Libéral (sans « coupon ») ait un nombre insuffisant de candidats pour couvrir le territoire et jouait le rôle de tiers parti empêchant l’élection de quelques candidats « Labour », mais n’était plus un acteur crédible du jeu politique :  droite – gauche.  D’ailleurs l’étude détaillée des élections de 1918 révèle le nombre de circonscriptions remportées par le « Labour » qui, en décembre 1910, avait le même candidat ou un autre candidat « Labour », qui n’obtenait qu’une très mauvaise troisième place dans un combat de quasi bipartisme gauche droite.

L’idéologie libérale a été mise en avant pour expliquer les critiques faites au début de la guerre de 1914 au gouvernement libéral d’Asquith. Cette argumentation fait reposer l’échec du Premier Ministre sur les positions du libéralisme qui d’une façon générale condamne la guerre et porte en avant la conciliation des peuples. En suivant ce raisonnement, nous ne voyons pas pourquoi Lloyd George, qui était un libéral et de surcroît radical, n’aurait pas, lui aussi, été critiqué dans sa façon de diriger un gouvernement en temps de guerre.  Ne s’agit-il pas alors d’une question de personnalité ?  Asquith était un universitaire, certes énergique et conciliant, mais n’ayant pas l’esprit pragmatique et l’égocentrisme de Lloyd George.  Par ailleurs, il est bon d’avoir conscience que les gouvernements et les Etats-majors des pays belligérants de la guerre de 1914-1918 ont connu des crises et ont eu à faire face à des rébellions dans les armées tant la guerre était terrible.  La question de la conscription a certainement troublé le Premier ministre Asquith, car le parti dont il était à la tête s’était toujours refusé à considérer l’enrôlement obligatoire dans l’armée. Cette question n’était pas à même de troubler la personnalité pragmatique de Lloyd George.

[1] Chiffres obtenus à partir de Brittish Political Facts 1900-1979, David BUTLER et Anne SLOMAN, Macmillan, 1980, p. 8-14.

[2] The International Almanac of Electoral History, MacMillan, 1974, pp. 390 et 396.

[3] Ibid., p. 394.

[4] MacMillan, 1975, p. 27.

[5] « The Liberal Party: Triumph and Disintegration 1886-1919», Saint Martin’s Press, 1992.

[6]  « The Downfall of the Liberal Party 1914-1935 », Collins 1966.

[7]  Ibid., p. 16.

[8] Ibid., p. 17.

[9] G.R. SEARLE, Op. Cit., p. 131.

Contre la proportionnelle et les primaires

Bernard Owen

L’être humain progresse dans tous les domaines et, pourtant, il en est un qui n’a pas été compris. Les systèmes électoraux: leurs effets sur nous sont d’une telle importance qui, hélas, reste incompris. Le pire est la proportionnelle. Partout elle fait des dégâts, et pourtant, les chercheurs, qui en sont convaincus sont peu nombreux. Notre but est d’ouvrir le texte. Nous  vous invitons à ouvrier un texte publié en anglais par Palgrave MacMIllan « Proportional Western Europe: The Failure of Governance. », auteurs: Bernard Owen et Maria Rodriguez-McKey.

Une thèse publiée par la LGDJ intitulé « Le système électoral et son effet sur la représentation parlementaire des partis : le cas européen » (500 pages, Bernard Owen.(Bibliothèque Nationale de France,http://isni.org/isni/0000000116317529).

COMMISSION EUROPEENE SECRETARIAT  ENERAL

 Compte-rendu du déjeuner de gouvernance le 11 mai 2001 « De la convergence des systèmes électoraux européens ? »

Avec la participation de : Docteur Bernard OWEN, Secrétaire Général du Centre d’Etudes Comparatives des Elections, France – Sénat

http://www.senat.fr/international/colloprocessuselectoral2011/colloprocessuselectoral20111.html

Xavier MABILLE, Président du Centre de Recherche et d’I formation Socio Politique Université Libre de Bruxelles.

Modérateur : M. Frans DE BRUÏNE, Directeur à la DG Société de l’Information Introduction

A l’occasion du déjeuner de gouvernance le 11 mai M. Owen a fait une présentation comparative des systèmes électoraux européens. M. Owen a souligné deux points importants dans l’étude des systèmes électoraux : · Toute réflexion dans le choix d’un système électoral doit avoir comme première préoccupation d’assurer la continuité de la démocratie. · Un système électoral a deux effets : 1. Le transfert mathématique des suffrages en sièges dont l’effet est immédiat. 2. Les effet psychologique sur le citoyen qui ne conçoit pas l’enjeu électoral de la même façon quand il s’agit d’un scrutin majoritaire ou d’un scrutin de liste proportionnel. Ceci a pour conséquence qu’il ne votera pas de la même façon dans un cadre majoritaire ou un cadre proportionnel. L’électeur n’est pas un être isolé. Il fait partie d’un ensemble, ou d’un groupe auquel il est assimilé ou auquel is souhaiterait être assimilé. Le syndicalisme est un groupe de grande importance étant donné le grand nombre de personnes qu’il réunit. Un système électoral parfaitement proportionnel présente des inconvénients car les gouvernements sont alors généralement de coalition qui peuvent assumer la gestion normale d’un pays mais qui se décomposent face à une crise de quelque importance. Un tel système peut aussi mener à des gouvernements de grande coalition où la structure d’accueil pour le vote antigouvernemental est transférée à des petits partis parfois extrémistes et dont les suffrages ne correspondent pas à leur idéologie. Présentation du document des statistiques La Suède 2 Depuis les années 1920 les sociaux-démocrates ont tenu une position où ils ont largement dominé les autres avec plus de 40% des suffrages. D’après l’étude de Alexis Pestoff cette domination découle du contrôle de la principale confédération syndicale pour le Parti Socialiste (70% de l’ensemble des syndiqués votent pour le Parti Social Démocrate). Les Pays-Bas Les Pays-Bas sont importants a étudier car le quasi bipartisme entre le Parti Social Démocrate et le Parti Démocrate Chrétien a été transformé quand la structure sociale et les nombreuses ramifications de l’Eglise Catholique prenant à cœur Vatican II s’est effondré ce qui a eu pour résultat le a perte de la moitié des suffrages du Parti Démocrate Chrétien (catholique) en l’espace de trois élections législatives. Ceci peut s’expliquer par le fait que la population des moins de 25 ans du Pays Bas était plus importante que celle des pays voisins et la remise en cause de toutes les questions que l’Eglise Catholique n’aborde qu’avec circonspection a fortement heurté l’électorat catholique plus conservateur que les activistes. L’Allemagne de Weimar Le scrutin de liste proportionnel a été créé pour qu’il représente une grande exactitude entre le nombre de suffrages et les sièges obtenus sans tenir compte que cela pouvait favoriser les partis extrémistes. Le vote nazi était de 2,6% des suffrages pour les élections de 1928 alors que l’Allemagne était en pleine croissance économique. Beaucoup d’argent de l’étranger, en particulier des Etats-Unis, étaient investis dans l’industrie allemande. La crise américaine de 1929 a frappé de plein fouet l’Allemagne qui avait à l’époque un gouvernement de coalition de 5 partis qui a très vite volé en éclat. Au moment où l’Allemagne avait le plus besoin d’un gouvernement les partis démocratiques n’ont pas pu se mettre d’accord pour former un gouvernement. Les nazis, à la surprise générale, ont obtenu 18% des suffrages aux élections de 1930 puis 37% aux élections législatives de 1932 après que l’Allemagne ait été gouverné par un gouvernement très minoritaire qui ne pouvait légiférer que par décret présidentiel. Un tel système politique ne correspondait plus aux normes des démocraties représentatives. La Norvège La Norvège possède des similarités quant à la liaison syndicat – Parti Social Démocrate avec la Suède mais ce pays ce rapproche du Danemark quant le mécontentement contre le payement des impôts excessifs s’est traduit par l’apparition de partis de protestation en 1973. Le Parti du Progrès danois, issu de nulle part, est devenu à cette date le deuxième parti danois avec 18% des suffrages et le parti correspondant norvégien à partir de 5% des suffrages à cette époque est devenu en 1999 le deuxième parti de son pays. Le manque de clarté dans les coalitions, l’instabilité gouvernementale mène à l’apparition de partis de protestation qui surprennent la presse et les commentateurs les plus avertis. L’Autriche L’Autriche possédait un quasi-bipartisme jusqu’à la transformation du petit Parti Libéral en 1986 en parti neo fasciste. Etant donné qu’aucun des principaux partis ne possédait une majorité absolue en sièges et que le Parti Social Démocrate qui possédait la majorité relative ne voulait pas faire une coalition avec ce parti extrémiste, un gouvernement de grande coalition (gouvernement d’éléphants) entre les deux grands partis jadis rivaux a été formée. Or, autant sur le plan des idées un gouvernement réunissant 85% des députés peut paraître séduisant, sur le plan électoral cela laisse à l’autre ou les autres petits partis le soin d’accueillir le vote contre le gouvernement. Ici il faut bien souligner que quelle que soit la valeur du gouvernement il se trouvera toujours un nombre considérable d’électeurs 3 pour voter contre lui. Ceci a fait le bonheur du parti de Haider sans que la nature idéologique du parti intervienne d’une façon conséquente. Le Parlement européen M. Mabille est président du Centre de Recherche et d’Information Socio Politique à l’Université Libre de Bruxelles. Il a parlé des modes de scrutin au Parlement européen. A son avis, la différence entre les différents modes de scrutin et états se voient plus forcément au Parlement européen. L’électoral est plus dicté par l’appartenance sociale et les effets de conjoncture. La première élection au suffrage au Parlement européen a eu lieu en 1979. Les modes de scrutin étaient particuliers à chaque Etat membre. Aux dernières élections au Parlement européen il y eu une baisse effrayante de participation. Ceci est une question majeure, surtout dans les pays attachés à l’obligation de vote. Questions et remarques Des questions ont été posées concernant entre autres le rôle croissant des médias, l’importance d’un programme et la possibilité ou l’impossibilité de consulter tout le monde à tout moment. Des remarques ont aussi été faites au sujet de la baisse de participation aux élections du Parlement par rapport à la baisse aux Etats-Unis. M. Owen a expliqué que la participation électorale aux Etats-Unis ne se calculait pas de la même façon qu’en Europe étant donné que quatre des Etats n’avaient pas à proprement parler de liste électorale. Dans le cas où les calculs s’effectueraient de la même façon les résultats ne seraient pas très différents. Le faible niveau de participation des élections européennes est certainement lié à l’absence d’enjeu européen. Car il n’y a ni gouvernement, ni opposition à l’Assemblée Européenne si bien que l’élection européenne devient une élection dite « non essentielle » où l’on règle des problèmes de politique nationale, par exemple, un vote contre le gouvernement nationale. M. Mabille a reconnu l’importance d’un programme, mais il faut aussi le faire connaître. A ce moment-là le rôle de média est important. En matière préélectorale le rôle des sondages est très important, même si les citoyens doivent s’y méfier. M. Owen a reconnu l’importance de la France sous la IVème République comme exemple de pays ingouvernable alors que la Vème République, qui a abandonné le scrutin de liste proportionnelle pour un scrutin majoritaire, n’a plus ces difficultés alors même que le Général De Gaulle dont la présence au départ a été essentielle a disparu depuis longtemps. Le modérateur a terminé le déjeuner tout en remerciant les intervenants pour leurs contributions très enrichissantes.

Avant d’aborder la structure essentielle du système électoral  proportionnel, nous allons nous attarder un  instant sur une question que nous avons précédemment traité  car elle joue un rôle sur les choix politiques des électeurs. Réfléchissons un moment sur les primaires.

Voici les extraits essentiels d’un article d’Eric Dupin — 07.09.2001 – slate.fr intitulé

Les primaires aggravent la maladie du système politique français

Les primaires à la française se multiplient mais n’ont pas grand chose à voir avec celles des Etats-Unis. Elles ne permettent pas de simplifier l’offre électorale et ont l’inconvénient d’accentuer la personnalisation de la vie politique tout en recréant un suffrage objectivement censitaire.

 …

Si l’on veut bien prendre un tout petit peu de distance par rapport à ce spectacle, pas toujours réjouissant et parfois même consternant, l’importation en France du système américain des primaires est redevable d’une analyse plus critique. Nos «primaires» n’ont finalement pas grand chose à voir avec celles qui régentent l’élection du président des Etats-Unis. Non seulement elles ne remplissent guère leur office théorique, mais elles aggravent plusieurs défauts du système politique français.

Une plus grande personnalisation

Le plus grand inconvénient des primaires est d’accentuer encore la personnalisation de la vie politique française, déjà très forte depuis l’élection du président de la République au suffrage universel direct. Ces compétitions internes à une famille politique opposent d’abord des personnalités différentes. On choisit parmi des hommes ou des femmes bien plus qu’on arbitre entre des idées ou des projets.

Les primaires attirent de nombreux dirigeants en quête de notoriété. Elle sont l’occasion de se faire découvrir du grand public. Manuel Valls a profité à plein, en 2011, de ce phénomène. Malgré la modestie de son résultat, il y a gagné une enviable identification politique qui l’a conduit place Beauvau avant de l’amener à l’hôtel Matignon. Arnaud Montebourg fut l’autre grand gagnant de la première primaire socialiste, le capital politique alors accumulé lui permettant, par la suite, de décrocher un beau portefeuille ministériel avant de poursuivre son aventure politique.

Commission  Vedel: Les modes de scrutin

Bernard Owen, Denis Giraux

Il existe des matières où l’on trouve de graves lacunes. Les systèmes électoraux qui devraient servir de base à la volonté du peuple ne dépassent pas une séance de dix minutes. Les structures d’influence électorales, les structures d’accueil pour le vote contre qui peuvent pénétrer dans l’inexplicable.

Nos candidats à l’élection présidentielle mentionnent incidemment « une dose de proportionnelle ». L’on comprend alors qu’il s’agit des élections législatives. Or, il apparaît que toute modification d’un mode de scrutin doit tenir compte de l’ensemble de ceux de la nation entière. Tour d’horizon des différents scrutins.

Les élus politiques de la France forment un tout et les mandats enchevêtrés les uns dans les autres contribuent à constituer l’image politique que les médias reproduisent et diffusent à l’ensemble de la population.

Notre première constatation a donc été que nos candidats auraient dû envisager la cohérence des modes de scrutin pratiqués sur l’ensemble du territoire national. Nous avons tenté de déterminer les influences à l’oeuvre  et, en particulier, l’effet des divers modes de scrutin introduits depuis 1958. Nos raisonnements se sont alors concentrés sur l’ensemble du réseau électoral français sans nous limiter aux seules élections législatives.

  1. Si l’on veut se convaincre de l’importance des modes de scrutin dans l’organisation et l’évolution d’une société, il suffit de constater que la Constitution française de 1958 repose en fait sur deux piliers principaux : l’élection du Président de la République au suffrage universel direct et le rétablissement du scrutin majoritaire.. C’est assez curieux, voire paradoxal, car cette première loi électorale n’est apparue qu’en 1962 dans la charte fondamentale, et la seconde ne découle que d’une loi ordinaire parfois remise en chantier.
  2. Les modifications ou redéfinitions apportées aux modes de scrutin des élections politiques essentielles et non essentielles ont parfois, dans le passé, découlé de raisons politiques réfléchies, Quant à la campagne présidentielle actuelle (2012), rien de semblable n’apparaît.
  3. Après les déclarations portant sur l’économie et le social, la petite phrase tronquée « une dose de proportionnelle » appelle un certain nombre de commentaires et d’interrogations, que nous souhaitons exposer avec l’approche traditionnelle de notre Centre de Recherche, soit essentiellement comparative et historique.
  4. Absence de cohésion des modes de scrutin
  5. Il s’agit de s’interroger :
  6. Cette ambiguïté de départ limite le champ d’investigation de nos candidats ou de leur équipe. N’aurait-il pas fallu se demander si, et dans quelle mesure, ces nouveaux modes de scrutin avaient contribué à la décomposition du système partisan stable mis sur pied grâce à l’unité des modes de scrutin du début de la Vème République ?
  7. Réfléchissons, l’ensemble de la vie politique française de 1958 à 1981 a été celle de la mise en place progressive d’une bipolarisation des partis, depuis 1984, ce clivage a subi l’assaut de nouvelles forces politiques, dont principalement le FN et les mouvements écologiques. Nos candidats considéraient-ils que l’évolution actuelle concernant la représentation des forces politiques nécessitait une modification des modes de scrutin pratiqués sur l’ensemble du territoire ? Si oui, lesquels et de quelle façon ?
  8. Encore faudrait-il que nos candidats se souviennent de l’époque électoralement troublée de la IVème République ? La première partie de la Vème République a représenté la recomposition du système des partis. A côté de l’effet présidentiel, le scrutin majoritaire qui était présent à tous les niveaux de la vie politique, législatives, cantonales et municipales, a mis progressivement en place un système de bipolarisation permettant :
    • une majorité gouvernementale.
    • une opposition capable de devenir majoritaire.
    • Enfin, et c’est un fait essentiel bien que trop souvent négligé, dans la mesure où il élimine tout risque d’aventure, seul un candidat présenté par l’une des principales formations appartenant à la bipolarisation, peut accéder à la présidence de la République. La politisation de la vie publique descend peu à peu tous les échelons de l’organisation de l’Etat. « La moindre élection cantonale partielle finit par se calquer sur l’élection présidentielle, et par produire au second tour un affrontement centre-gauche, centre-droite en réduisant progressivement l’extrême gauche et l’extrême droite au rôle de force d’appoint. Le quadrillage polaire paraît définitivement installé.
  9. Il est alors clair que l’introduction ultérieure de la représentation proportionnelle (RP) de liste pour les élections européennes, régionales, et la possibilité pour les formations mineures d’obtenir des conseillers municipaux depuis les élections communales de 1983, a commencé à miner l’édifice des partis..
  10. Après avoir parlé des modes de scrutin majoritaires des élections législatives et présidentielles, qui ont structuré le système politique français sur le mode bipolaire, J.L. PARODI  estime que : « toutefois, cette structuration bipolaire diffusée de surcroît localement par les logiques également majoritaires des modes de scrutins municipaux et cantonaux va se trouver menacée depuis la fin des années soixante-dix par l’ouverture périodique de cet accordéon jusqu’alors refermé, d’abord du fait des élections européennes puis des élections régionales ».
  11. Cette dérive représentative est d’autant plus possible que ces élections ne sont pas jugées comme essentielles par une bonne partie de l’électorat comme de la doctrine, et qu’alors, une partie des votants oscille entre attrait de la nouveauté et la volonté de manifester son humeur. Par exemple, du fait de la conjugaison de la RP et de la marginalité de chaque élection européenne, on voit apparaître, depuis 1984, une nouvelle formation politique, lors de chaque consultation : est-ce bien sain pour l’équilibre du pays ? Un Bernard TAPIE n’aurait-il pas tenté ce parti prospectif avec un M.R.G. Ressuscité ?.
  12. Un danger disparu
  13. Autre hypothèse d’un danger, plus guère possible en raison de la réduction de la durée du mandat présidentiel à cinq ans, c’est celui de la cohabitation, qui a atténué les clivages, estompé les frontières, embrouillé les territoires (Jean-Luc PARODI), ce qui se traduit par la confusion de certains Français entre cohabitation et collaboration. Ce phénomène a même eu des conséquences importantes. Lors du colloque de l’Association Française de science politique du 20 janvier 1989,  l’on a cité un sondage de l’IFOP, dans lequel 8 % des interrogés disaient qu’ils voteraient pour François MITTERRAND, tout en souhaitant que l’on conserve Jacques CHIRAC comme premier ministre.
  14. Les élections municipales
  15. Ce danger disparu, voyons ceux toujours bien en place. Considérons les élections municipales. Depuis 1964, les conseillers municipaux des communes de plus de 30 000 habitants étaient élus au scrutin majoritaire de liste, ce qui avait pour inconvénient majeur d’éliminer l’opposition; or, ce n’est assurément pas le but de la représentation. Le 26 juillet 1982, le rapporteur Jean POPEREN, remarque justement : « elle n’assure aucune représentation de minorités si importantes soient-elles ».
  16. Le projet de réforme était présenté sous deux aspects : (Jean POPEREN)
    • La justice : « toute liste ayant obtenu 5 % des voix au tour décisif aurait droit à une représentation ».
    • L’efficacité : « il faut que nos cités soient gérées … Nous ne voulons pas donner à la majorité le monopole … mais nous voulons lui donner une prime suffisamment forte pour qu’il existe une majorité de gestion ». Le tout pouvant être résumé par le slogan : « oui à la diversification, non à l’atomisation ».
  17. En fait, le mode de scrutin créant artificiellement des majorités au sein des conseils municipaux a utilisé des procédés autour desquels subsistent des relents antidémocratiques, il s’agit de la loi Acerbo du 13 décembre 1923. MUSSOLINI avait chargé Giacomo ACERBO de cette loi, qui accordait à la liste d’un parti ayant obtenu plus de 25 % des suffrages les deux tiers des sièges à pourvoir, alors que le tiers restant était distribué au scrutin proportionnel aux partis d’opposition. MUSSOLINI, qui n’avait jusque là rencontré que de mauvais résultats électoraux, a été obligé d’agir très anti démocratiquement contre les partis représentant l’opposition, mais, selon les textes, la loi Acerbo créait une majorité tout comme notre loi municipale. C’est utile, sinon essentiel pour obtenir une bonne gouvernance, mais cela permet à une opposition morcelée d’être présente dans les conseils municipaux.
  18. Il faut dire qu’un homme politique français du Parti Socialiste : Etienne WEIL-RAYNAL s’était inspiré de la loi Acerbo, sans que cela soit accepté par le gouvernement de gauche d’avant la guerre ou sous la IVème République, bien que la loi des apparentements en France pour les élections législatives de 1951 et 1956 avaient un but bien évident : favoriser certaines coalitions de partis.  Weil-Raynal décèdera, un an après que François Mitterrand devienne Président de la République. La critique est facile, mais comment pourrait-on réaliser autrement les deux aspects de Jean Poperen ?. Il s’agirait de découper les communes en secteurs. Le code électoral le prévoit, mais pour d’autres raisons, l’article 254 prévoit le découpage « quand une commune se compose de plusieurs agglomérations distinctes et séparées ». Ainsi, les communes de plus de 3 500 habitants seraient découpées en secteurs représentant une circonscription uninominale, binominale ou trinominale. Les communes seraient ainsi gouvernables, tout en ayant des représentants de l’opposition par un procédé plus rationnel que de créer artificiellement des majorités de papier.
  19. Les élections régionales
  20. Nous nous sommes attardés sur les élections municipales, car leur mode de scrutin sera adopté pour la raison inverse (avec des seuils différents) pour les élections régionales. Au départ, les élections régionales se faisaient au scrutin proportionnel avec un seuil de 5 %. Le rapporteur de la loi du  10 juillet 1985 : Roger ROUQUETTE, remplaçant le suppléant absent, a dit : « Il faut rappeler que ce système est équitable, car il permet d’offrir aux différents courants d’opinion une représentation convenable au niveau régional. On notera ainsi que le seuil de 5 % constitue une garantie d’efficacité ».
  21. Le voeu du rapporteur était louable, mais les résultats ne l’ont pas suivi. Certaines régions ne disposaient pas d’une majorité constante et conforme aux courants politiques venus. L’élection du Président de région, qui se faisait par le vote de l’Assemblée Régionale, a pu mener à l’élection de personnalités marginales de courants très minoritaires (Nord-Pas-de-Calais), ce qui a mené certaines régions à se trouver dans l’impossibilité de voter le budget de l’année suivante au mois de décembre.
  22. Le volume 54 n° 4 de 2004 de la Revue Française de Science Politique indique les raisons pour l’adoption du système des municipales, Weil Raynal Acerbo pour les élections de 2004 : « Les régions ont cessé d’être un théâtre de protestation sociale et catégorielle signalant un retour inattendu à la bipolarisation »(Claude Patriat). Pour nous, le mot « inattendu » n’est pas le mot qui convient. Il s’agit, de toute façon, d’une « quasi bipolarisation ».
  23. Citons maintenant Christian BIDEGARAY qui s’attarde sur les présidents de région : «Aux présidents issus de marchandages laborieux entre groupes politiques hétérogènes, auxquels donnait lieu la représentation proportionnelle adoptée en 1985, ont succédé des leaders de majorité claire générée par le nouveau mode de scrutin ».
  24. Raisonnons un instant sur l’effet des modes de scrutin semblables pour les élections municipales et régionales comprenant 22 régions métropolitaines et 6 d’Outre Mer.
    Le point positif résulte dans l’obligation d’avoir un parti assuré d’obtenir la majorité et le pouvoir de gouverner.
    Le point négatif concerne les autres partis, qui peuvent se morceler sans qu’une force d’opposition soit capable de gouverner ultérieurement à son tour en raison de la partie proportionnelle qui leur est réservée.
  25. Elections européennes
  26. La pure représentation proportionnelle (avec un seuil de 5 % des suffrages) existe encore, bien qu’une modification pour réduire ses inconvénients date de 2004. L’introduction de cette élection a été votée par l’Assemblée Nationale le 17 juillet 1977. Il s’agissait d’envoyer au Parlement Européen 81 députés nationaux, et en aucun cas, des députés capables de s’exprimer en tant que représentants de régions.
  27. Beaucoup d’intervenants ont insisté sur cette absolue nécessité (politique plus que juridique) de ne prendre en compte qu’une seule circonscription.
  28. Georges DONNEZ, rapporteur de la Commission Parlementaire, estime alors en effet : « elle fera, sans contestation possible, des 81 élus les mandataires de la nation toute entière, et permettra de parer aux menaces de division et de contrecarrer les projets d’Europe des régions préconisés par certains ».
  29. Pour Christian BONNET, Ministre de l’Intérieur : « le gouvernement a pensé que le cadre national pouvait seul respecter le principe d’indivisibilité de la République, réaffirmé par le Conseil Constitutionnel, et permettre aux élus de représenter le peuple français dans sa totalité, sans que se développent les forces centrifuges sur lesquelles il me semble inutile d’insister ici ….. » (débats du 21 juin 1977).
  30. Or, l’on découvre très vite l’erreur des législateurs. L’élection de 1989 a permis 9 parlementaires écologistes, qui avaient passé un accord avec les indépendantistes corses (UPC), et Siméoni, placé en bonne place sur la liste écologiste, est élu.
  31. Donc, la pratique a démontré le contraire de ce que prévoyait le législateur. Adeptes d’une décentralisation très poussée, les Verts servent en fait de relais et de porte-voix européens aux régionalistes. « Les Verts obtiennent d’ailleurs de bons résultats en Alsace, Bretagne et dans les deux Savoies. Le revers des législatives de 1993 ne peut que pousser les écologistes déchirés vers ces particularismes locaux afin d’essayer une implantation par taches, ou alors chercher une politique radicalement contraire, beaucoup plus risquée ». C’est donc bien l’adoption du scrutin de liste proportionnel, surtout pratiqué dans le cadre d’une seule circonscription, qui a permis l’élection des écologistes, ce qui n’aurait pas été le cas s’il y avait un découpage en circonscriptions uninominales.
  32. En 1984, arrivant sur la scène politique avec 11,2 % des voix et 10 élus, le Front National n’a certes pas une région d’implantation privilégiée, non seulement certains lieux se montrent très favorables au parti de Jean-Maris LE PEN, mais de plus, et c’est beaucoup plus grave, c’est la légitimité d’une fonction politique d’élus représentant la France au Parlement Européen, qui apparaît alors.
  33. Il a fallu attendre l’année 2004 pour que la France soit divisée en 8 circonscriptions inter régionales  avec un seuil de 5 % au niveau de chaque circonscription. Maintenant, la France possède 78 représentants, et 72 en 2009. Il est certain que ce découpage, qui aurait pu aller plus loin, est certainement plus profitable que pendant la période précédente, car rien n’est plus dangereux pour la bonne gouvernance et la continuité de la démocratie qu’une proportionnelle au niveau d’une nation.
  34. FAISONS LE POINT
  35. Après l’épopée désastreuse de la Proportionnelle en France depuis 1945, ne serait-il pas utile de s'interroger sur la valeur du raisonnement politique, qui dans un bel élan envisagerait « une dose de proportionnelle » ?
  36. En France, nous rencontrons de la « proportionnelle », parfois bien modifiée, ici et là (efficacité oblige) aux élections européennes, régionales, municipales. Nos seuls bastions majoritaires sont les législatives et les cantonales.
  37. Les décisions prises en ne tenant compte que du mode de scrutin d’une seule élection particulière ne relèvent-elles pas de l’improvisation et les techniciens institutionnels ne prennent-ils pas alors le risque de devenir à moyen terme des apprentis sorciers ?
  38. Le démantèlement de cette structure bipolaire par l’introduction progressive de scrutins proportionnels, ou parfois fantaisistes (les municipales) pour des élections dites « non essentielles » a permis à de nouvelles formations de faire « la une des médias » en obtenant des élus, légalisant ainsi des propos racistes à peine déguisés en ce qui concerne le Front National.
  39. L’histoire politique du monde regorge d’exemples qui soulignent la fragilité des régimes démocratiques. La France ne fait pas exception à la règle, ce qui devrait faire longuement réfléchir ceux qui s’engagent dans des modifications ponctuelles tactiques du mode de scrutin sans prendre en considération les effets possibles de l’ensemble du régime politique sur le long terme.

Calcul attribution au QE puis à la plus forte moyenne

Voici une façon de calculer de systèmes proportionnels

Il convient d’abord de diviser le nombre de voix obtenues par chaque liste par le nombre de sièges qui lui ont été attribués au quotient, augmenté d’une unité.

Un siège supplémentaire est donné à la liste qui a ainsi obtenu la plus forte moyenne.

Il est procédé successivement à la même opération pour chacun des sièges non attribués, jusqu’au dernier. Les listes ayant déjà obtenu un siège à la plus forte moyenne ne doivent pas être éliminées. Elles concourent en même temps que les autres et, si leur moyenne reste toujours la plus forte, elles doivent avoir un siège supplémentaire.

Calcul à la plus forte moyenne = Nombre de voix obtenues par chaque liste / (nombre de sièges qui lui ont été attribués au quotient + 1).

Dans l’exemple précité, la liste A a obtenu 3 sièges au quotient

Nombre de sièges : 5

Suffrages exprimés : 1 532

Quotient électoral : 1 532/5 = 306, 4

 

Attribution du 4ème siège

Liste A  935 voix/ (3+1) = 233,75

Liste B  302 voix/ (0+1) = 302

Liste C  295 voix/ (0+1) = 295

La liste B enlève le 4ème siège

 

Attribution du 5ème siège

Liste A  935 voix/ (3+1) = 233,75

Liste B  302 voix/ (1+1) = 151

Liste C  295 voix/ (0+1) = 295

La liste C enlève le 5ème siège

Il convient de pousser le calcul jusqu’aux décimales. Ce n’est que lorsque les décimales se reproduisent selon une séri identique dans le calcul des deux moyennes que celles-ci sont égales. Au cas où deux listes ont la même moyenne, le siège doit revenir à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages ; si les deux listes en cause ont également recueilli le même nombre de suffrages, le siège est donné au plus âgé des deux candidats susceptibles d’être proclamés élus.

Exemple :

Nombre de sièges : 5

Suffrages exprimés : 1532

Quotient électoral : 1 532/5 = 306,4

Exemple :

Liste A        935 voix  =  935 / 306,4  = 3,05 Soit 3 sièges attribués « au quotient »

Liste B                   302 voix  =  302 / 306,4  <  1      aucun siège attribué « au quotient »

Liste C                   295 voix  =  295 / 306,4  <  1      aucun siège attribué « au quotient »

Trois sièges sont donc attribués au quotient. Les deux sièges restants doivent être répartis au plus fort reste ou à la plus forte moyenne.

Exemple :

Nombre de sièges : 5

Suffrages exprimés : 1532

Quotient électoral (QE) : 1 532 / 5  =  306,4

Il reste 2 sièges à répartir au plus fort reste

 

PARTIS

 

 

VOIX

(S)

 

Sièges obtenus au quotient(N)  

FORMULE

 

Reste

 

Sièges au reste

 

BILAN

 

Liste A

 

935

 

 

3

 

N  >  1

(reste = S-(QEx N)

935 – (306,4 x 3)

 

15,8

 

 

0

 

3

 

Liste B 302 0 N < 1 (reste = S) 302 1 1
Liste C 295 0 N < 1 (reste = S) 295 1 1

3 sièges ont donc été attribués « au quotient » à la liste A, les 2 sièges restants ont été respectivement attribués aux listes B et C « au plus fort reste ».

 

TROIS ARTICLES POUR LES PROCHAINES ELECTIONS EUROPEENNES

TROIS ARTICLES POUR LES PROCHAINES ELECTIONS EUROPEENNES

L’élection au Parlement européen (mai 2014)

BERNARD OWEN | LE 23/04/2014

Nous arrivons bientôt aux élections européennes, qui se pratiquent au scrutin de liste proportionnel. Or, ce mode de scrutin mène parfois à des situations surprenantes. Contentons-nous d’indiquer que ce mode de scrutin présente à première vue certaines incohérences, à savoir qu’il est moins politique qu’il ne paraît et serait mieux placé dans le domaine de la sociologie.

Un schéma commun à l’Europe

Voyons les élections pour le Parlement européen de 2004 et citons le journal « Le Monde » du 15 juin 2004 : « Les électeurs européens de tous les pays s’abstiennent ou punissent leurs dirigeants ». Tomaz Zukowski parle des élections parlementaires européennes : « un vote de défiance contre le gouvernement, une pré-élection nationale ». Le journal « Le Monde » revient sur le cas de la France : « L’élection européenne a lieu au moment d’un gouvernement de droite : Raffarin, sous la présidence de Jacques Chirac, déjà défaits aux régionales de mars 2004 ».

Confusion quant aux raisons des niveaux atteints

Plus tôt encore : aux élections européennes de 1979, donnons l’exemple d’une élection gagnée par une personne intéressante, mais dont le charisme n’était pas la raison de la victoire de la liste U.D.F.

Simone Weil, tête de liste, obtient 27,6 % des suffrages, alors que Jacques Chirac, R.P.R., n’obtient que 16,3 % des suffrages, sous la présidence de Giscard d’Estaing : U.D.F. Jérôme Jaffré dans la revue « Pouvoirs » II 79 nous fait part d’une étude où il découvre plus de similitudes géographiques entre le vote pour le candidat Giscard d’Estaing aux élections présidentielles de 1974 qu’avec le score des candidats U.D.F. aux élections législatives, pourtant plus proches, de 1979. La liste U.D.F. faisait mieux que celle du R.P.R., mais, naturellement, l’opposition de gauche obtenait un retentissant 44,1 % des suffrages. Le président de la République entraînait donc derrière lui la partie de la majorité législative qui était la sienne.

La popularité du Président par rapport à l’élection

Plus proche de notre époque. Aux élections européennes de 2009, l’U.M.P. avait obtenu 27,9 % des suffrages, ce qui était reconnu comme une victoire, et avait représenté un gain de popularité au Président Sarkozy, qui dura un mois pour retomber aux 37 % précédents (TNS – SOFRES).

Qu’en sera-t-il de nos élections européennes de 2014 ? Une victoire des socialistes en cette période de crise se présenterait comme exceptionnelle. Une telle victoire découlerait directement du changement de premier ministre. Pourquoi ? Une élection pour le parlement européen disposant d’un pouvoir peu connu du public et dont la structure n’est pas à l’image d’une de nos démocraties, à savoir : une équipe qui gouverne et une autre qui la contrôle au sein d’une assemblée, entraîne des doutes. L’Europe est-elle une protection contre la mondialisation ? Ou, au contraire, se mêle-t-elle de questions nationales propres aux diverses nations ?

La crise étant présente, l’action gouvernementale sera commentée et surveillée. Seulement, voilà, les spécialistes de l’économie étant rares, l’on prendra en compte ses propres ennuis, ses craintes, et l’on sera attentif au travail du gouvernement. Là encore, que savons-nous sur la valeur de sa besogne, sa technicité ?

Alors, nous devrons nous fier à son apparence. L’on jugera le gouvernement tel que l’on sait juger une ou telle personne. Sont-elles énergiques, courageuses ? Peut-on faire confiance au gouvernement pour prendre, le moment venu, les décisions qui s’imposent ? Il s’agira moins de l’action du gouvernement, mais que de l’impression et de la confiance qu’il suscitera..

En savoir plus sur http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2014/04/23/cercle_96123.htm#vIeKvqZgQhHZ3ysG.99

Elections européennes : la nouvelle donne

BERNARD OWEN | LE 06/05/14

De toutes nouvelles données se présentent à l’approche des élections européennes. Elles se situent au niveau de l’autorité qui apparaît au gouvernement. Les sondages, qui se présentaient de façon monotone, prennent leur envolée et apportent l’éclat d’un véritable combat politique, même si l’Europe n’en est que la scène.

Que penser de ces prochaines élections européennes ? Elles faisaient peur… La proportionnelle, même au sein d’une France découpée en 8 circonscriptions, ne pouvait que favoriser les extrêmes. La dynamique de Marine Le Pen (« Marine la Divine » des Guignols) devancerait-elle l’U.M.P. ? Lors du sondage Opinion Way dans le Figaro du 6 avril 2014, 17 % des interrogés ne se prononçaient pas, mais veulent aller voter. En consultant les sondages, qui s’étalent du 9 octobre 2013 au 9 avril 2014, le Parti Socialiste est systématiquement en troisième position derrière l’U.M.P. et le Front National. Or, le monde politique français vient de se transformer au moment des élections européennes du 25 mai 2014.

Il est certain que le scrutin proportionnel favorise les extrêmes, mais il y a aussi bien d’autres choses à dire sur ce sujet. Regardons la situation en France. Trois principaux partis sont présents. Le Parti Socialiste dispose du Président de la République et, jusqu’à une date récente, d’un Premier ministre, qui l’un comme l’autre ne présentaient pas l’image de l’autorité. L’U.M.P., à partir de la C.O.C.O.E., a donné l’impression d’une force désorganisée. C’est de ce constat que l’énergie de Marine Le Pen apporte l’image qu’une nation attend de ses dirigeants. Or, la proportionnelle a d’autres effets.

Hormis certaines situations que nous connaissons bien, le parti est subordonné à l’homme. Cela en Europe ou ailleurs. Par exemple, en Amérique du Sud, on a longtemps pratiqué exclusivement la proportionnelle dans des régimes présidentiels, et dans ce cas, le Président tire derrière lui le parti, qui retombera à un niveau dérisoire, si le Président n’accomplit qu’un seul mandat. Il faut comprendre que l’électeur, surtout dans le cas de ce mode de scrutin, cherche le chef qui se doit d’être compétent et énergique.

Le scrutin proportionnel, sous quelque forme que ce soit, est dangereux. Un livre en anglais (non en américain) vient d’en parler abondamment. Encore faut-il à l’occasion tenir compte des possibilités de ce mode de scrutin.

En France, depuis les élections municipales, le gouvernement a changé. Plaçons-nous le 4 mai 2014 (rédaction par M6 info – GETTXI de 1) : près de deux tiers des Français (64 %) estiment que Manuel Valls est un bon Premier ministre (sondage BVA pour le journal « Le Parisien »).

À noter que pour 76 % des sympathisants de gauche, il est un bon Premier ministre, et 51 % des sympathisants de droite. 50 % des Français pensent qu’il sera efficace pour réduire les déficits publics, mais seulement 32 % croient à sa possibilité de réduire le chômage (les Français sont lucides). 80 % des interrogés le jugent autoritaire.

Il a suffi de le voir devant l’Assemblée nationale où il a répété à trois reprises avec beaucoup d’énergie « j’assume » pour en être convaincu. Quant à son comportement politique, 53 % des Français le trouvent juste comme il faut, ni trop à gauche, ni pas assez à gauche. Pour les sympathisants de gauche, une courte majorité le trouve pas assez à gauche, alors que 47 % le trouvent juste comme il faut, et 3 % « trop à gauche ».

Les élections européennes sont différentes des votations municipales qui représentent un enjeu local proche de chacun.

Par suite du changement de personnalité du gouvernement cette année, l’élection européenne prendra une configuration réellement politique, non seulement nationale, mais aussi européenne.

En savoir plus sur http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2014/05/06/cercle_97061.htm#TtjFY4pi7mte9lm3.99

Les élections européennes à la recherche de la bonne gouvernance

BERNARD OWEN | LE 27/05/14

par Bernard Owen, Maria Rodriguez-McKey –

À la suite des auteurs du XIXe siècle, la croyance dominante a été que le fait de pratiquer le scrutin proportionnel jouait essentiellement sur l’obtention d’une certaine équivalence entre le pourcentage de suffrages et le pourcentage de sièges obtenus. Or, il n’en est rien.

Le scrutin proportionnel, en comparaison à un scrutin majoritaire à circonscription uninominal (cela veut dire que la nation est divisée en circonscriptions, chacune devant élire un seul député), a un effet non négligeable sur le nombre de suffrages obtenus par les partis eux-mêmes.

Pour illustrer ceci, prenons le cas de l’UKIP, parti récemment venu en Grande-Bretagne, qui peut se réjouir du scrutin proportionnel des élections européennes.

En France, les élections qui se présentent à la façon d’une grande circonscription, qu’elles soient ou non au scrutin proportionnel, sont un avantage pour les partis non intégrés dans le bipartisme droite-gauche. L’on y trouve le premier tour d’une élection présidentielle. En 2002, Jean Marie Le Pen a éliminé le candidat socialiste.

Certes, elle faisait suite à une longue période de cohabitation (1997 – 2002), ce qui ne pouvait que troubler l’électorat. L’expérience a peu de chance de se renouveler. Les élections européennes au scrutin proportionnel (même si la France est divisée en 8 circonscriptions) sont la porte ouverte aux partis tels que le Front National, d’autant plus que ce mode de scrutin peut favoriser les scissions des autres formations du bipartisme. L’on revient à « l’accordéon électoral ».

Le scrutin majoritaire rassemble et le scrutin proportionnel divise : ce dont parlait Jean-Luc Parodi – les scrutins majoritaires ou à tendance majoritaire, et les élections européennes au scrutin proportionnel, déjà bien installées dans la plupart des États européens, et le Front National ou les partis populistes toujours prêts à s’engouffrer dès qu’une porte est ouverte.

Lors des élections européennes de 1989, le Front National obtient déjà 11, 73 % des suffrages et 10 sièges, ce qui n’est déjà pas très loin du Parti Socialiste : 23, 6 % des suffrages et 22 sièges, alors que le RPR et l’UDF présentent une seule liste.

Les élections européennes de 1994 accordent 10,6 % des suffrages au Front National et 11 sièges, mais la proportionnelle divise la gauche et le Parti Socialiste n’obtient que 14,5 % des suffrages et 15 sièges, et les Radicaux de Gauche 12 % des suffrages et 13 sièges.

Les élections européennes de 1999 voient toute la droite divisée. Le Front National n’obtient que 5,7 % des suffrages, la scission 3,3 % des suffrages. Le RPR – DC obtient 12,8 % des suffrages, alors que le RPF réussit mieux avec 13 % des suffrages et 13 sièges. L’UDF obtient 9,3 % des suffrages et 9 sièges. Le bipartisme est en loque.

En réalité, il ne faut pas critiquer les élections européennes de 2014. Elles ne sont que l’image de la mauvaise gouvernance que l’on constate dans la plupart des États membres « proportionnalistes ».

Psychologues, psychiatres, sociologues scrutent l’être humain dans sa vie privée ou dans sa vie sociale et politique, ce qui donne lieu à de nombreuses recherches et publications… et les institutions ? Les rédacteurs de lois, de systèmes électoraux ne tiennent aucun compte des recherches faites, et l’on considère l’être humain comme une unité que l’on maîtrise selon des règles en dehors des réflexions comparatives. Il paraît plus simple de concevoir un ordinateur, une fusée que de mettre en place des institutions raisonnables.

Note : Information obtenue des sites BBC, CEVIPOL.

 

LE VOTE POUR LE PARTI NAZI DANS LE CADRE D’UNE THÉORIE GÉNÉRALE D’UNE NOUVELLE STRUCTURE p’ACCUEIL POUR LE VOTE ANTI SYSTÈME

Il est difficile d’aborder le nazisme en  raison de ces  conséquences dramatiques.  Nous avons considéré dans son aspect de technique électorale en essayant de la détacher du côté émotionnel. En ce début de section, nous avons posé la question suivante : le phénomène nazi pouvait-il, en le considérant dans une optique électoraliste et comparative, se rattacher des autres manifestations de protestation électorale que nous avons précédamment connu?

Pour répondre à cette question nous allons classer les différentes conditions que nous avons vu mener à l’apparition  d’un vote se dirigeant vers une nouvelle structure d’accueil, qui représente  une montée brutale et inattendue des suffrages contre un gouvernement ou un système politique ne répondant pas au besoin du moment. La nature de l’action  » anti système » peut se définir  selon les critères de cause et des manifestations auxquelles il donne lieu peuvent prendre trois formes distinctes.

Notre hypothèse, qui minimise l’importance de l’idéologie dans le comportement électoral de l’Allemagne de 1930.

La place de l’idéologie

Les leaders du Mouvement 5 étoiles Luigi Di Maio (à gauche) et de la Ligue Matteo Salvini Photo Tiziana FABI. AFP

Notre interprétation ne veut pas dire que l’idéologie germano-nazi n’intervient pas. Elle intervient certainement de façon déterminante au niveau des adhérents activistes qui forment le noyau de base, ainsi que pour les 800.100 électeurs du Parti Nazi en 1928. Il est alors autorisé de dire que l’idéologie germano-nazi a favorisé la permanence du nazisme pendant la période de prospérité de 1924 à 1929, ce qui lui a permis d’être la structure d’accueil principale pour les élections de 1930.

Le pourcentage de 2,6 % atteint en 1928 mène à à la réflexion suivante: 2,6% de l’électorat allemand d’extrême droite pour voter N.S.D.A.P. s dans le cadre d’un mode de scrutin proportionnel favorable à la représentation de toutes  les tendances, surprend par sa faiblesse. Il Il est certes difficile d’effectuer des comparaisons, mais les pourcentages obtenus par les partis d’extrême droite  dans les pays de plus petite taille (Parti du Progrès norvégien 15,3 % en 1997, le Vlaamse Blok 9,9 % en 1999), 

dans une époque où l’extrême droite est l’objet d’une condamnation morale sinon juridique, indique bien La faiblesse du courant réellement nazi surtout si l’on considéré  son déclin lors des dernières élections de 1924 à 1928 (de 3,2 à 2,6 ).

Le nombre d’adhérents à un parti politique n’est pas un critère pour évaluer sa puissance électorale, car même un nombre important d’adhérents est, dans tous les cas, insignifiant par rapport aux électeurs nécessaires pour qu’un parti devienne une force parlementaire. Le nombre des adhérents au Parti Nazi (100.000) en 1928 est impressionnant, mais ne permettra pas au  Parti Nazi d’obtenir plus de 2,6 % des suffrages (810.100 suffrages) avec un mode de scrutin qui lui était très favorable. 

La raison en est simple : les deux conditions pour qu’une nouvelle structure d’accueil anti système apparaisse n’étaient pas présentes.

Il faut aussi noter que, même sans parti nazi, un un autre parti (peut-être très différent) aurait pu surgir sans avoir à se prévaloir d’un enracinement idéologique. La contestation cherche avant tout un parti ne pouvant pas être assimilé au régime beaucoup plus qu’un parti d’une idéologie déterminée.  Le propre d’une nouvelle structure d’accueil est de représenter le contraire de ce qui est critiqué par une part significative de l’électorat.

La faible importance de la nature idéologique du vote protestataire apparaît lors des des de 1932. Une partie des électeurs pour le Parti Nazi aux premières élections, effrayés par les attitudes bellicistes que prenaient les nazis, n’ont pas voté pour lui (le vote est passé de 37,3% à 33,1%) mais, en compensation le communiste a progressé de 14,5% à 16,9%.

Le rejet de cette république qu’i n’assumait pas ses responsabilités, est de exprimé par Georges Bataille:

 » Ils détestaient l’Etat. ..comme un cadre de vie trop faible, comme un pouvoir dont l’absence se traduisait par le sentiment d’une menace mortelle. et d’un manque oppressant. Cet Etat de manque, au sens où on l’entend pour les drogués, les a poussés dans les bras des éléments hétérogènes et qui, de réprouvés, sont devenus brusquement rassurants. »

HYPOTHÈSE ÉLECTORALE COMPARATIVE

Nous allons donc observer les nouvelles structures d’accueil que nous avons rencontrés jusque là, de façon à déterminer ses composantes et les relations qui existent entre elles. Nous verrons alors si le vote nazi s’insère dans l’ensemble ou si nous devons lui une place à part.

Notre observation de l’Europe proportionnaliste nous fait distinguer trois éléments, la présence des deux premiers étant nécessaire pour que la protestation apparaisse, le troisième,  représentant les trois différents types de supports nécessaires pour que la protestation prenne une signification électorale :

  1. Un gouvernement en difficulté.
  2. L’absence d’une alternance gouvernementale crédible.
  3. La présence d’une structure d’accueil (pour le vote de protestation).
  4. 1.  Un gouvernement en crise.- Un gouvernement face à une crise politique, économique ou sociale qu’il a du mal a résoudre. L’origine de la crise peut être propre au pays ou d’origine internationale. L’Allemagne de Weimar se trouve en 1930 dans cette situation : en pleine crise économique et sociale, dislocation du gouvernement majoritaire de coalition (Chancellier Muller) et sa gouvernement minoritaire (Chancellier Brunig) ne pouvant légiférer qu’au moyen décrets présidentiels pendant une période de deux ans.

2.  Un gouvernement sans alternance crédible.  – Le vote contre le gouvernement ne peut pas se porter sur un parti  inséré dans le système politique pour les raisons suivantes :

  • Les partis de l’opposition parlementaire sont trop morcelés, trop faibles pour représenter une alternative crédible aux yeux de l’électorat.
  • Les gouvernements précédents ont été de courte durée et divers partis ont alterné au gouvernement et dans l’opposition, sans qu’une part de l’électorat saisisse clairement Lesquels représentent l’opposition parlementaire.
  • ° Le gouvernement est de large coalition (de type  » salut national « ) et représente, au départ, la grande majorité du parlement. Nous y avons rencontré l’ Autriche et la Belgique. 

L’Allemagne de Weimar se trouve en 1930 dans cette situation : elle n’a pas d’alternance crédible au parlement, et les partis démocrates réunis dans la coalition Muller n’ont pu se mettre d’accord sur un programme à réaliser, et sont incapables de former un autre gouvernement représentant une majorité absolue des sièges du Reichstag.

  1. La présence d’une structure d’accueil pour un parti de protestation. – Quand les deux conditions précédentes existent, l’électorat mécontent de l’action gouvernementale cherche une structure d’accueil pour son vote. Les structures d’accueil sont diverses mais peuvent être classées en trois catégories.
  • La structure d’accueil spontanée, sans antériorité politique que l’électorat découvre peu de temps avant l’élection. La structure d’accueil prend naissance spontanément, en raison même de l’événement que représente l’enjeu électoral. Par exemple : l’apparition de Glïstrup lors d’une
  • interview télévisée qui se vante de ne pas payer d’impôts, alors que les Danois veulent réagir contre un excédent d’imposition.
  • La structure d’accueil représentée par un parti connu et représenté au parlement qui recueille, pour des raisons diverses, le vote protestataire. Par exemple, le Parti Agraire suédois (qui devient le Parti du Centre) et qui adopte de façon spectaculaire tous les thèmes à la mode du moment, également, le vote pour le Parti Communiste italien de 1976.
  • La structure d’accueil représentée par une organisation bien structurée dans le domaine non parlementaire. Par exemple; le poujadisme                                                                       qui était bien connu sur le terrain de l’organisation et de la contestation sociale. Le nazisme bien organisé sur le terrain social, mais faiblement implanté au parlement. Le vote pour le Parti nazi n’est pas de même ordre en 1930 seulement pour les élections de 1932.

En 1930, la seule structure d’accueil pour le vote contre le gouvernement et, après sa chute, contre les partis qui avaient participé à tous les gouvernements de Weimar mais se trouvaient maintenant dans l’incapacité de s’entendre sur un gouvernement de coalition, était le vote pour le Parti Nazi et le Parti Communiste. En 1932, l’ Allemagne n’avait pas été gouvernée pendant deux ans selon le schéma du parlementarisme mais au moyen de décrets présidentiels. Le vote pour le Parti Nazi et le Parti Communiste était la structure d’accueil toute indiquée pour un vote anti système, anti Weimar, contre une République qui ne pouvait pas fonctionner selon les règles de la démocratie. Dans ce troisième cas, les formations concernées disposent d’une structure idéologique déjà en place alors que dans le premier cas, le programme du parti protestataire est né des circonstances du moment, qui se développera par la suite en idéologie générale.

Notre argumentation ne présente donc pas la montée électorale du nazisme allemand comme une  » anormalité  » mais la  » normalité  » du phénomène s’inscrit dans un tout autre registre que celui conçu par les deux auteurs Buron et Gauchon. Pour nous, le phénomène nazi, même s’il peut s’inscrire dans une perspective historique, aurait été confiné dans un rôle en marge de la politique active, n’ayant qu’une signification électorale minime si les deux facteurs que nous avons développés n’avaient pas été présents. Le nazisme à franchi le cap de la marginalité en 1930, à l’occasion de la réunion des deux causes : un gouvernement de coalition qui se brise face à la crise et devient minoritaire. Aucun des partis traditionnels ne se présentait comme étant capable d’assurer une alternance gouvernementale.