he Consequences of Germany’s Mixed Electoral System

Bernard Owen

Amanda Taub (« Why Democracy Feels Like a Dangerous Game  » posted below) asks the wrong questions about German democracy.  The enquiry is welcome but our approach is different than hers.

I have been working on that question for years as it is the  subject of my Ph.D. degree thesis, which I obtained from Panthéon Sorbonne University.

 

Democracies do not just happen.  There are many elements to consider and, most importantly, the electoral ssystem which will decide whether the party that wins the election obtainsamajority of the seats in Parliament.

What surprised us is that the issue of electoral systems is never mentioned in the article, and, in particular, the mixed system that Germany uses to elect the Bundestag.

We usually write on politics for our French readers.  In professor Owen’s November 2013 article,  « Allemagne : que doit-on retenir en 2013 à partir des élections de 2009 et les autres ? »  he predicted the present difficulties of Chancellor Merkel in forming a government.

But we have also English-speaking readers. We have written a book about electoral systems that was published by Palgrave MacMillan.  It is entitled « Proportional Western Europe: The Failiure of Governance. »

In that « …Failure of Government », We explain the essential role of electoral systems in the formation of governments. We analyze them in a comparative manner and in their historical context.  It includes the French Fourth Republic, notoriously unstable, and the tragic German Weimar Republic.

In 19932 the use of different types of proportional represenation was understandable as little was known as to their effects.  But in 2017, 85 years after Hitler’s election Europeans, but not only, should try to understand the workings of proportional Representation.  Ferdinand A. Hermens, a German profesor  at Cologne University, who fled the Nazi takeover understood right away and wrote about the subject in America.

New York Times

Why Democracy Feels Like a Dangerous Game

The Interpreter

By AMANDA TAUB DEC. 1, 2017

For the past 18 months, political analysts have issued dire warnings about the likelihood that far-right parties could gain power and influence in elections. Then, when the parties merely broke historical records, rather than winning control of their government, those same analysts would breathe a sigh of relief.

But that repeated dance may have led us to overlook another, more subtle but possibly more systemic risk, present even if the far right is only a minority. The problem is that far-right parties may win seats in elections, but they end up having little power because mainstream parties shut them out. This, in turn, angers their supporters, fueling complaints that the system is rigged.

And that worry seems pressing in light of the struggle by Chancellor Angela Merkel of Germany to build a workable coalition government after her party again failed to win a majority.

Ms. Merkel is facing a daunting choice. She can continue her efforts to create a coalition, even though all potential parties have so far been unwilling. If those attempts fail, Ms. Merkel has signaled that she would prefer new elections over her other option of forming a minority government.

Stated another way, she must decide whether to rely on voters or on institutions.

Those are the two most fundamental building blocks of democracy. But in Germany, as in much of the rest of the West right now, both seem increasingly unreliable.

The result is that democracy now feels like a dangerous game. And even Ms. Merkel, arguably the Western leader who plays it best, has not figured out how to win.

Democracy … Except Some Votes Don’t Really Count

As the far right rises across Europe, mainstream parties, seeing an existential threat to liberal democracy, have searched for ways to contain its influence. The solution that major European powers like France and Germany have settled on — and that will be a component of any solution to Ms. Merkel’s current dilemma — is a so-called cordon sanitaire against the far right.

The term, which roughly translated means “quarantine” in French, means sealing off the far right from any power or influence, no matter how many votes it wins. Mainstream parties will not allow the far right into political coalitions or work with it on joint legislation. In Germany’s case, that means an absolute refusal to allow the far-right Alternative for Germany, or AfD, into any governing coalition. The party recently won seats in Germany’s national legislature for the first time.

In the short term, such policies have effectively limited the influence of both longstanding far-right parties like the National Front in France and insurgent upstarts like the AfD. To the many politicians and citizens who fear what might happen if the far right were to exercise real power, that feels like an important victory.

But in the longer term, it turns out to have unintended side effects, making the underlying problems worse — with potentially serious consequences for democracy.

David Art, a professor at Tufts University who studies the European far right, said the mismatch between the votes the far right receives and the influence it wields was one of the “greatest untold stories” of far-right politics.

Policies devised to lock the far right out of power mean far-right voters “have gotten extremely little bang for their buck,” Professor Art said. “You have somewhere between 15 and 20 percent of the European electorate casting its votes for parties that are credibly shut out.”

And shutting a large populist party out of power for years has consequences for the political system itself, not just for that party and its voters.

As the far right’s share of the vote grows, that increases pressure on mainstream parties to cooperate with each other to present a united front and contain the threat. This can mean forming a grand coalition, in which the two largest parties join together despite their political differences.

The result, Professor Art said, is that mainstream politics can start to look like an elite cartel, in which establishment parties must maintain consensus to govern, and so are limited to an increasingly narrow lane of policy options regardless of what voters demand or issues require.

 

Les systèmes électoraux: Que d’erreurs avant de comprendre?

Qu’elle qu’en soient les raisons il y a des mots que l’on répète ici et là avec l’assurance que nul n’osera s’y opposer. Cela a du bien et du mal car sous ces mots magiques se cachent des techniques certes bienveillantes mais parfois sournoises.

En premier lieu: dans une élection, un ensemble de la population doit pouvoir s’exprimer. Le non vote doit se limiter à l’âge. L’enfant a d’autres soucis. La femme  et l’homme, quelque soit la formation et l’activité, peuvent avoir des idées sur la politique. Qui peut se présenter en juge de la volonté du peuple?

Tout comme la maison que l’on va bâtir, notre démocratie doit résister au temps. Or le temps est variable. L’on ne peut comparer hier et aujourd’hui sans en tirer des leçons. Le bon exemple doit être compréhensible par tous. Il ne doit surtout pas être compliqué. Nous reviendrons sur ce point car il nous faut connaitre ce que nous pouvons voir autour de nous dans le passé, le présent, et s’en servir pour penser l’avenir.

Il est intéressant de commencer par des exemples de démocraties évoluées. On entend dire souvent que l’élection de Hitler en 1932 est due au fait que la France a été plutôt dure envers l’Allemagne après sa victoire en 1918. Si cela était vrai, Hitler aurait gagné les élections législatives de 1920  où en s’unissant avec deux autres partis de droite le total obtenus n’a été que de de 6% des suffrages. Le Parti Nazi aurait été alors la meilleure structure d’accueil pour le vote contre le drame d’avoir perdu la guerre.

Lors des élections présidentielles de 1932 , Hitler s’est présenté  contre le Président Hindenburg, et aillant perdu de peu,  le président a considéré devoir nommer Hitler Chancelier à la tête d’un gouvernement mixte issu des élections législatives qui ont suivi.  D’ailleurs quand Hitler est devenu Chancelier, il venait rendre compte de son travail   et restait à déjeuner ce qui compliquait les habitues de la maison car Hitler étant vegetarian on a du s’habituer à manger du fromage.

Comme toute nouvelle organisation électorale les structures d’influence électorale apportent leur soutien, Eglise Catholique, au Parti du Centre et le syndicalisme ouvrier au Parti Socialiste.

Malgré cela, les Allemands trouvent de grandes difficultés à former des gouvernements. Ce qui est un grand dommage, car l’économie était en avance sur ses voisins. Les Etats-Unis d’Amérique s’en aperçoivent et les dollars s’investissent en Allemagne et l’extrême droite, le Parti Nazi n’obtient que 2,6% des suffrages avant la crise de Wall Street de 1929, qui frappa fort l’Allemagne. Mais sa grande faiblesse était la chute du gouvernement  composé de cinq partis qui en cas de crise, quelque soit le pays, ont du mal à s’entendre sur ce que le pays vit.

L’Allemagne, un grand Etat, se trouva pendant deux ans avec un gouvernement très minoritaire  soutenu (ainsi que le constitution lui permettait) par le Président de la République Hindenburg.

La suite immédiate, la crise de 1929. L’Allemagne avait une assurance chômage depuis 1927 qui n’était pas suffisante au moment ou la cris était au plus fort.

La leçon à retenir est que la proportionnelle devrait disparaître. Nous le disons depuis 1990.

Sautons le temps et revenons au présent. L’auteur Dieter Nohlen et les socialistes ont eu peur que la liste CDU-ICSU  soit éternellement au pouvoir. Il n’était plus question de proportionnelle, alors un système fut mis en place accordant deux votes par citoyen.

Nous constatons que les élus des 299 circonscriptions uninominales sont définitivement élus. Nous constatons que le nombre d’élus sur les listes proportionnelles n’est pas fonction des suffrages obtenus par les partis sur la partie à la proportionnelle (deuxième voix), mais est inversement proportionnel au nombre de sièges obtenus au scrutin majoritaire uninominal (1re voix). Plus un parti obtiendra de sièges majoritaires, moins il aura de sièges proportionnels.

Résultat : le scrutin proportionnel ne sert qu’à réduire ou éliminer l’accentuation en sièges du parti, ou des partis qui obtiennent le plus grand nombre de sièges majoritaires.

L’électorat et les hommes politiques ont bien compris l’importance de ces deux suffrages, et leur attitude diffère quand ils considèrent la première voix uninominale par rapport à la deuxième voix proportionnelle. Les petits partis ont compris   bien avantage.

Le système allemand n’a pas les qualités requises pour une gouvernance stable et de longue durée. Il  peut mener à des solutions qui n’ont jusqu’à maintenant  pas fonctionné.  Il pourrait provoquer  une impossibilité de former un gouvernement pendant de longues périodes.

La simple proportionnelle appliqué en Belgique pourrait aussi avoir de graves répercussions nationales.  En pleine crise de l’Euro la Belgique  est 18 mois sans gouvernement. Un gouvernement est formé en raison de la peur que l’agence de notation Moodys abaisse sa note. Ce mauvais fonctionnement des institutions aura d’autres répercussions. Les flamands ont déjà un parti séparatiste.

Y-a-t-il un effet de l’Internet lors d’une élection?

Voilà des extraits d’un texte du journal conservateur britannique The Times où deux publicistes se posent des questions. Quel est le rôle d’Internet ?  Ils n’en savent pas trop rien et cherchent  sans trouver le moyen d’aller plus loin. Bernard Owen

Is Vladimir Putin meddling in British politics?

Hugo Rifkind

November 9 2017, 12:01am, The Times

… »Thousands of people, working in buildings, pushing out fake news. Which is why we have to recognise that this is one of the genuine threats to our democracy and our way of life.”

… »Start worrying about this and your worries take you into confusing places. Those deleted 13,000 Twitter bots, for example, were fake people, but they weren’t necessarily spreading fake news. Does that matter? The day before I speak to Collins, the Electoral Commission announces an inquiry into the Brexit campaigner Arron Banks, and where exactly he found the £2.3 million he donated to various branches of the Leave campaign. »

…éthe former Leave.EU director of communications Andy Wigmore have bragged about their use of data, artificial intelligence and even bots to influence voters in the referendum, targeting them with partisan messaging. “Partisan”, of course, is not the same as “fake”. Or is it?

“It depends on the messaging,” Collins says. “I think within the spirit of a fake-news campaign, if people are spreading lies, disinformation, using social-media platforms for clearly electorally motivated reasons, then that is something which is of interest to our inquiry. But there’s nothing wrong with a political campaign saying we’re going to use all the legitimate advanced technologies we can find to target voters in a cost-effective way.”

… »Collins agrees that this raises “interesting ethical issues”, but is adamant that it is quite distinct from fake news. ……while nobody could credibly suggest that 17.4 million Leave voters were swayed by Facebook adverts, it is also hardly conspiratorial to suggest that advertising does have an effect on swing voters. Otherwise, why would any campaign bother? »

…“The next question,” he says, “is do we believe that technology is being used to propagate fake news? And if we do believe that is going on, who is doing it and why are they doing it?” And after that we need to understand whether it made any difference. “What we need to do,” he says, “is take all that from the realm of conspiracy theory and say, ‘Well, how true is it? At the moment there is a lot of circumstantial evidence that suggests people were working together in that way. Is that just coincidental?’ ”

These are the questions Collins is hoping that Facebook, Twitter and others will answer. In December the committee is to go to Washington to hold an evidence session in the British embassy with various tech giants. I’m interested in knowing how co-operative Collins expects them to be, what with his American counterpart’s experience having been, just occasionally, a little like drawing blood from a stone.

… »One obvious candidate would be RT, or Russia Today, the Russian-state broadcaster, which has often been accused of amplifying messages of disinformation with its western-focused, English-language broadcasting. Lately, the network has been advertising on the London Underground, with posters brazenly trolling those concerned about Russian-backed fake news. “Missed the train? Lost a vote?” said one, recently. “Blame it on us!” Might the committee ask them to give evidence, too?

“We could do,” says Collins, reminding me about Ofcom rulings that have criticised RT.com for breaching broadcasting codes on impartiality. For him, RT and its sister organisation Sputnik are quite clearly “news agencies backed by foreign governments with a highly partisan view of the world”.

Collins is conscious, though, that action against them could have consequences that Russia wouldn’t mind at all. “What if the Russian government turned around and said, ‘Well, we’re going to ban the BBC’?” he says. “Or close down Facebook because people use it there to distribute western media? Perhaps Russia would actually welcome that because it’s to their benefit to restrict the debate in their own country. So we really need to have our eyes open to what the potential consequences of what we are doing are.”

Looking at the precedent of America, the greatest of those consequences could be at home. For me, if I am honest, it is bizarre and a little alarming that an issue so vital to our functioning democracy is the preserve of a single parliamentary committee, albeit with a small amount of tangential help, very recently, from the Electoral Commission. Collins says he has discussed the inquiry with Amber Rudd, the home secretary, but says mainly that the government, “is letting us get on with it”.

Given its importance, given its potential scale, and given how much of it depends, for now, on the wholly optional co-operation of the tech giants, I do wonder if that’s really good enough. Collins is impressive and focused and he definitely knows his stuff. Maybe, all the same, he could use a little help. »

Les problèmes juridiques potentiels de Hillary pendant les primaires.

Quoique qu’on en dise le monde n’est pas parfait. Voyons ailleurs. L’article qui suit concerne les déboires politico/juridiques de Hillary Clinton lors des primaires démocrates.

Finalement, il était plutôt une question d’acharnement politique sans base juridique et donc le FBI n’a pas trouvé assez de des preuves pour qu’un procureur fédéral puisse inculper Hillary.

Au Congrès, le Parti Républicain s’était véritablement acharné sur Hillary mais qui a eu le dernier mot? Les électeurs.

Ci-dessous un texte sur ce qu’on a appelé l’ « Emailgate ».

Bernard Owen

 Clinton Probably Won’t Be Indicted, But  Here Are The ‘What If’ Scenarios

by Elura Nanos | 12:41 pm, June 1st, 2016

I have long said that Emailgate is one of the most boring, least effectual “scandals” ever. That’s not to say that Secretary Clinton handled her classified information properly, or even that she complied with the law. But on the scale of Dolores Landingham to Bernie Madoff, I feel like the email thing is much closer to the “I know it’s technically a violation of the law, but who really cares” end of the spectrum. Private servers aside, Clinton is still undeniably qualified, skilled, and smart enough to be an effective president. She’d still support an excellent legislative agenda, appoint the right Supreme Court justices, and favorably represent our country on the world stage. And if she becomes the Democratic nominee, there’s no question that I’d vote for her over Donald Trump. But this email thing just isn’t going away. So, in the interest of keeping our collective heads out of the sand, it’s a good idea to look ahead and plan for the worst. If Clinton were to be indicted, the impact on the 2016 presidential election would depend largely on when such an indictment were handed down.

The four possibilities are:

Before the primaries end.  If Clinton were to be indicted before the end of primary season, we’d likely see her engage in a game of political chicken. Because an indictment (and frankly, even a conviction) wouldn’t automaticallydisqualify her from continuing to seek election, Clinton would probably stay in the race until the consequences of any criminal charges became clearer. If she felt that a looming prosecution necessitated her withdrawal from the race, Clinton could take herself off the primary ballot; this would allow her delegates the freedom to support a candidate of their choosing. Bernie Sanders would likely remain on the primary ballots for the states yet to conduct their primaries, and he would try to persuade as many former Hillary delegates to support him. Once everyone arrived at the Democratic National Convention (DNC), though, other candidates would join the fray and delegates would scatter in every direction.

After the primaries end, but before the convention. If the Democratic party were to arrive at the DNC in the unprecedented position of having enough pledged delegates to nominate Hillary Clinton, but with no Hillary Clinton available for them to nominate, the convention would become “brokered.” Cue Elizabeth Warren, Andrew Cuomo, Joe Biden, and John Kerry. President Obama would probably issue some sort of call-to-action on behalf of the Democratic Party, and after much frenzy and fanfare, we’d get a new Democratic nominee. That person, by virtue purely of the fact that he or she is neither Hillary Clinton nor Donald Trump, would probably emerge as a quick crowd favorite, become the next president, and pardon Hillary Clinton before even entering the Oval Office.

After the convention, but before the election.  If Clinton were to become the Democratic nominee only then to find that an indictment threatened her short road to the White House, the outcome would be largely the same as it would be in the above scenario. She would likely drop out of the race, which would cause an immediate vacancy on the Democratic ticket. The difference in this scenario, though, would be that after the Convention, Clinton would have already declared a running mate. That person might slip effortlessly into Clinton’s shoes – or might face some sort of compressed convention-type process.  Of course, there’s also the possibility that the Secretary would boldly test the loyalty of her supporters and continue her run; such a move would be risky, but given recent polling, still might work to elect the next President Clinton.

After the election.  If Clinton were to dazzle enough voters (conversely, if Trump were to sicken enough voters) to be elected, and thenface a presidential-term indictment, she will likely ride the same wave her husband did. Hillary Clinton would take office, defend any indictment, and deal with the resulting fallout. That fallout would almost surely mean impeachment (although, not necessarily conviction), as it did for Bill Clinton. However, given that neither an indictment nor an impeachment guarantees any particular outcome, it’s entirely possible that a Madam President Clinton could continue on as the 45thPresident of the United States, leaving Emailgate as a historical footnote.

From my reading of the relevant statutes, an indictment against Secretary Clinton is possible, but hasn’t yet reached the level of “likely.” In any criminal prosecution, the misdeed is only half the equation; proof of the required mental state or standard of care is necessary for any conviction. In a case like this one, it wouldn’t be difficult to imagine a scenario in which the evidence is sufficient to show that Clinton did something wrong, but insufficient to prove that she did it purposely, knowingly, or recklessly.

Furthermore, while there’s no direct precedent governing the scenario of a FLOTUS-turned-Secretary being prosecuted for mishandling state secrets, presidents have gone on to serve after brushing with the law.   President George W. Bush had been arrested in 1976 for drunk driving – a secret which failed to derail his presidency even when it was sprung on the country right before Election Day. And of course, President Clinton’s now-famous perjury charges may have tarnished his public image, but failed to truly impact his presidency.

The Constitution is clear about the necessary qualifications for this position: the president must be above the age of thirty-five, have lived in the United States for at least fourteen years, and be a “natural-born citizen.” Placing further restrictions on the office cannot be done without passing a Constitutional amendment — a change I’ve never heard anyone even suggest.  It’s fascinating that the drafters of our Constitution put more emphasis on a person’s birthplace than on that person’s actions — but then, they were politicians too.  Maybe their choice not to require our nation’s leader to be strictly law-abiding was not an oversight, but rather, a deliberate omission by those who understood the use of criminal prosecution as a political tool.

Balance of power?

Eliane Houlette, procureur affaire Fillon

We have been around and about the world to talk about elections. We have met interesting people, hard-working people, living in lovely but unstable countries where democracy is a magic word.

When we look back at those exchanges, we have doubts about their value.  As far as our teaching  goes, what can be said about these  democratic models that are sold and sometimes imposed, ?

Take the French political model as an example.  A prosecutor interferes with a national election. This  new prosecutor was a reaction to the Cahuzac affair during Hollande’s presidency.

The apparent reasons for the  interference in  the 2017 elections lie in the fact that the law concerning the hiring of family by those who hold elected office at the national level was poorly drafted and vague.  But we are a civilized nation! So that should not be. And yet it was.  As a result, voter reaction was expressed by a historically low turnout.

All my life I have taught about democracy.  What will happen now?  Students that see me come in through the door, will look at each other with a grin. How did this happen?  A lot of work still need to be done.

Laws that are voted as a result of a scandal are notoriously flawed. This hastily invented public prosecutor’s office on financial affairs had nefarious consequences on French democracy.  So you see, democracy is not only a question of holding elections.

We have to thank John Williams for his huge amount of information.

Willuam Dow

François Fillon, ex Prime Minister

L’Europe d’aujourd’hui et d’où viennent les désirs d’indépendance

Mouvements indépendantistes en Europe.

 

 

 

 

 

Bernard Owen, Maria Rodriguez McKey

u delà des années 1990 nous nous sommes rendus à travers des Etats de l’Europe de l’Est. La personnalité des uns et des autres apparaissait bien différente. L’inquiétude était parfois présent. Nos amis américains, qui nous accompagnaient, disposaient de moyens considérables et avaient l’expérience  depuis 1962 de l’Amérique du sud. Le monde d’alors se présentait de façon encourageante.

L’argent était présente. L’on pouvait voyager, vivre, inviter, former. Tout se présentait pour le mieux et pourtant ceux qui apportaient ces sommes, ces encouragements ne connaissaient que peu de ce savoir qu’ils devaient transmettre. Disons que la formation des formateurs laissait à désirer et cela n’a pas changé avec le temps.

Regardons l’Europe, l’ancienne Europe. Elle se décompose: l’Angleterre, l’Ecosse, la Lombardie, l’Espagne, la Flandre. Que de beaux  exemples! La Slovaquie a quitté la Tchécoslovaquie malgré la volonté des Slovaques.

Réfléchissons à la démocratie. Elle doit être forte dans son ensemble mais sa constitution doit dépendre des personnes qui la composent. Chacun  doit avoir son mot  à dire, exprimer ce qu’il souhaite. Ses croyances, ses religions doivent inspirer le respect. Seulement ne jamais oublier que les Etats sont composés d’êtres humains  pour qui les intérêts sont divers alors que les conséquences politiques de leurs actes ne sot toujours pas de première importance.

Prenons comme  exemples les Etats où les divisions sont déjà présentes au niveau des gouvernements.

Hongrie

Ls 199 députés à l’Assemblée nationale, le parlement unicaméral hongrois, sont élus au suffrage universel. Ces sièges sont renouvelés tous les quatre ans; fait plus rare, il n’y a jamais eu d’élections anticipées depuis la chute du communisme.

Chaque citoyen hongrois dispose de deux voix pour les élections législatives: d’une part, 106 députés sont élus au système majoritaire à un tour dans des circonscriptions uninominales, à l’image de l’élection de la Chambre des Communes au Royaume-Uni; d’autre part, 93 députés sont élus au système proportionnel dans une seule circonscription.

Elections législatives de 2010

Publié le 26 avril 2010 par Electionseurope

Les élections législatives hongroises, dont le deuxième tour s’est tenu aujourd’hui, ont confirmé le virage à droite du pays. Le FIDSEZ ayant remporté la majorité absolue des sièges, Viktor Orbán, son leader et ancien Premier ministre, redeviendra donc le prochain chef du gouvernement hongrois, succédant au social-démocrate Gordon Bajnai. Le Parti socialiste hongrois, qui avait obtenu plus de 40% des voix lors des élections législatives de 2006, s’effondre et perd plus de la moitié de ses électeurs. Vous trouverez une présentation détaillée des principaux partis politiques hongrois dans l’article qui leur est consacré.

Le parlement hongrois sort profondément bouleversé des élections législatives hongroises de cette année. Du côté des vainqueurs d’abord, tant le FIDESZ (national-conservateur) que le KDNP (démocrate-chrétien) obtiennent le meilleur score de leur histoire. Le FIDESZ détient seul la majorité absolue des sièges au parlement, une situation presque inédite dans la (courte) histoire de la Hongrie démocratique: seuls les sociaux-démocrates avaient réussi un pareil exploit, entre 1994 et 1998. Le FIDESZ a notamment emporté 173 des 176 sièges attribués au système majoritaire, arrivant en tête dans l’ensemble des régions du pays.

Deux nouveaux partis politiques font également leur entrée au parlement hongrois. Les nationalistes du JOBBIK, qui se sont notamment fait connaître pour leur milice et pour leur rhétorique anti-tziganes, ne sont certes pas la première formation nationaliste à entrer au parlement – le Parti hongrois de la justice et de la vie (MIEP) y avait eu une quinzaine de députés entre 1998 et 2002 – mais l’ampleur du succès du JOBBIK est impressionnante. Autres nouveaux venus, les députés du LMP seront les premiers écologistes à siéger au parlement hongrois. Les écologistes ont traditionnellement de la peine à obtenir des sièges dans les pays de l’ancien bloc communiste, seules l’Estonie et la République tchèque faisant exception actuellement.

Les sociaux-démocrates du MSZP ont signé le deuxième moins bon score de leur histoire lors de ces législatives. Ils n’avaient fait pire qu’en 1990, lors des premières élections démocratiques. Avec moins de 20% des voix, la social-démocratie hongroise est à un niveau extrêmement bas en comparaison européen, mais qui n’est toutefois pas sans similarités avec les scores des sociaux-démocrates polonais.

Deux partis disparaissent du parlement hongrois, alors qu’il y étaient présents depuis la démocratisation du pays. Le Forum démocratique hongrois (MDF), un parti conservateur modéré, avait été au pouvoir entre 1990 et 1994 après avoir remporté les élections de 1990, ainsi qu’entre 1998 et 2002 comme junior partners dans une coalition menée par le FIDESZ. Avec la disparition de l’Alliance des démocrates libres (SZDSZ) disparait également la seule force politique libérale hongroise. Le SZDSZ était le partenaire de coalition traditionnel des sociaux-démocrates, tant entre 1994 et 1998 qu’entre 2002 et 2010.

Résultats détaillés des élections législatives hongroises de 2010 sont les suivants:

  • Fidesz – Union civique hongroise (national-conservateur), 52.7% des voix (+10.7%), 227 sièges (+86).
  • Parti socialiste hongrois – MSZP (social-démocrate), 19.3% des voix (-23.9%), 59 sièges (-131).
  • Mouvement pour une meilleure Hongrie – JOBBIK (nationaliste), 16.7% des voix (+14.5%), 47 sièges (+47).
  • Parti populaire démocrate-chrétien – KDNP, alliance avec Fidesz, 36 sièges (+13).
  • Une autre politique est possible – LMP (écologiste), 7.5% des voix (+7.5%), 16 sièges (+16).
  • Forum démocratique hongrois – MDF (conservateur), 2.7% des voix (-2.3%), 0 sièges (-11).
  • Alliance des démocrates libres – SZDSZ (libéral), 0.3% des voix (-6.2%), 0 sièges (-20).

N.B.: Les pourcentages indiqués sont les pourcentages obtenus par les partis pour les députés élus au système proportionnel.

Système électoral:

Le Parlement hongrois compte 386 députés élus pour un mandat de quatre ans. Les élections législatives hongroises se déroulent selon un système électoral mixte. 176 députés sont élus dans autant de circonscriptions, au système majoritaire à deux tours. Un candidat doit obtenir au moins 15% des voix pour pouvoir se présenter au second tour, à moins qu’il y ait moins de trois candidats qui aient dépassé les 15%. Dans ce cas, les trois candidats ayant recueilli le plus de voix peuvent se présenter au second tour. Les 210 autres sièges sont attribués au système proportionnel: 152 le sont dans des circonscriptions régionales et 58 dans une circonscription nationale unique. Un quorum est fixé à 5% pour les mandats attribués au système proportionnel.

ections législatives de 2014

Publié le 19 avril 2014 par Electionseurope

Voici enfin les résultats des élections législatives qui se sont tenues le 6 avril dernier en Hongrie. Ces élections ont été marquées par une nouvelle victoire éclatante du FIDESZ du Premier ministre Viktor Orban. Les 199 députés hongrois ont été élus en partie au système majoritaire à un tour et en partie au système proportionnel. Le nombre de députés avait été fortement réduit par rapport à 2010, passant de 386 à 199. Le taux de participation s’est élevé à 61.7%.

RÉSULTATS DÉTAILLÉS DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES HONGROISES DE 2014:

  • Coalition FIDESZ-KDNP, 45.0% des voix (-7.7%).
    • Union civique hongroise (FIDESZ, conservateur), 117 sièges (-110).
    • Parti populaire démocrate-chrétien (KDNP), 16 sièges (-20).
  • Coalition de centre-gauche, 25.7% des voix (+6.4%).
    • Parti socialiste hongrois (MSZP, social-démocrate), 29 sièges (-30).
    • Coalition démocratique (DK, social-libéral), 4 sièges (+4).
    • Ensemble 2014 (social-libéral), 3 sièges (+3).
    • Dialogue pour la Hongrie (PM, écologiste), 1 siège (+1).
    • Parti libéral hongrois (MLP), 1 siège (+1).
  • JOBBIK (nationaliste), 20.3% des voix (+3.6%), 23 sièges (-24).
  • La politique peut être différente (LMP, écologiste), 5.4% des voix (-2.1%), 5 sièges (-11).

République Tchèque

Les élections législatives autrichiennes de 2017 (en allemand : Nationalratswahl in Österreich 2017) se sont tenues le 15 octobre 2017 et ont pourvu à la désignation des 183 députés de la XXVIe législature du Conseil national pour un mandat de cinq ans.

Ces élections législatives, qui devaient initialement être convoquées en 2018, sont anticipées de quelques mois et prennent place dans un contexte politique inédit pour l’Autriche, moins d’un an après un scrutin présidentiel laborieux à l’issue duquel les partis traditionnels — SPÖ et ÖVP — ont été désavoués par les électeurs.

Le Parti populaire (ÖVP), dirigé par Sebastian Kurz, remporte les élections avec un peu plus de 31 % des voix ; pour la première fois depuis 2002, les conservateurs constituent la première force politique représentée au Conseil national, suivi par le Parti social-démocrate (SPÖ), dirigé par le chancelier fédéral sortant Christian Kern, et le Parti de la liberté (FPÖ), formation d’extrême droite menée par Heinz-Christian Strache. De leur côté, Les Verts subissent une débâcle en recueillant le plus mauvais résultat de leur histoire, ce qui les prive d’une représentation parlementaire pour la prochaine législature.

À l’issue du scrutin, Sebastian Kurz est appelé par le président fédéral Alexander Van der Bellen à former le prochain gouvernement fédéral ; celui-ci précise immédiatement qu’il engagera des négociations ouvertes avec l’ensemble des partis représentés au Conseil national, alors qu’une alliance entre l’ÖVP et le FPÖ était jugée hautement probable par les acteurs et les observateurs de l’échiquier politique autrichien.

Contexte

Lors des élections européennes de 2014, le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) réalise un score de 19,72 % des voix et affiche une hausse de sept points par rapport à 2009. Le parti obtient quatre eurodéputés soit deux de plus. Le Parti populaire autrichien (ÖVP) est quant à lui en recul de trois points. Les Verts – L’Alternative verte (Grünen) réalisent un score historique de 14,52 % et trois eurodéputés.

Michael Spindelegger, vice-chancelier, ministre fédéral des Finances et président du Parti populaire autrichien, démissionne en 2014. Reinhold Mitterlehner lui succède à la tête de l’ÖVP et à la vice-chancellerie.

En 2016 a lieu l’élection présidentielle. Les candidats des partis au gouvernement sont largement battus, Rudolf Hundstorfercandidat du Parti social-démocrate d’Autriche obtient 11,28 % et Andreas Khol du Parti populaire autrichien obtient 11,12 %. Les deux réunis, ils ne rassemblent que 22,40 % des suffrages, ce qui constitue le pire score historique à une présidentielle pour eux. À l’inverse, le candidat FPÖ Norbert Hofer réalise une percée historique en totalisant 35,05 %. Alexander Van der Bellen, soutenu par les Grünen, se qualifie pour le second tour en obtenant 21,34 % des voix.

Avant le second tour, Werner Faymann, chancelier fédéral et président fédéral du Parti social-démocrate d’Autriche (SPÖ) depuis 2008, démissionne. Il est alors remplacé, par Christian Kern, président de la compagnie publique des chemins de fer (ÖBB).

Au second tour, Alexander Van der Bellen bat de peu Norbert Hofer avec 50,35 % des suffrages, soit 30 000 voixd’avance. Le scrutin est invalidé pour irrégularités. Lors d’un nouveau second tour, Van der Bellen est élu avec 53,79 %. Il est alors le second chef d’État écologiste en Europe, le premier écologiste élu à une telle fonction au suffrage universel, et le premier président fédéral autrichien qui n’est pas issu des deux grands partis depuis 1945.

Le 10 mai 2017, Mitterlehner annonce qu’il démissionne de la présidence de l’ÖVP et du gouvernement fédéral. Sebastian Kurz, jeune ministre fédéral des Affaires étrangères connu pour ses positions très conservatrices, prend sa succession. Il négocie alors avec Kern la tenue de nouvelles élections législatives, convoquées le 15 octobre 20171, soit avec un an d’avance. Il crée une Liste Sebastian Kurz – Le Nouveau Parti populaire (en allemand : Liste Sebastian Kurz – Die Neue Volkspartei).

Eva Glawischnig-Piesczek annonce le 18 mai 2017 qu’elle démissionne de la présidence des Verts pour raisons familiales. Elle est remplacé par Ingrid Felipe mais c’est la députée européenne Ulrike Lunacek qui sera la candidate à la chancellerie pour les Verts.

Le 14 juin 2017, les sociaux-démocrates abandonne l’interdiction de former une coalition avec l’extrême droite. Cette interdiction existait depuis 30 ans. Le parti présente une « boussole des valeurs » qui sont des exigences demandées par le parti à ces partenaires au gouvernement. Ces exigences sont le salaire minimum à 1 500 €par mois, une politique pro-européenne, l’égalité entre les deux sexes et le respect des droits de l’homme.

Le 27 juin 2017, Team Stronach annonce qu’il ne disputera pas les élections car Frank Stronach souhaite quitter la vie politique.

Le 8 juillet 2017, Irmgard Griss, qui était candidate à l’élection présidentielle de 2016 se joint à NEOS. Elle n’est pas membre du parti mais elle est la deuxième sur la liste après le chef du parti, Matthias Strolz. Les délégués du parti réunis à Vienne approuvent.

Le 17 juillet 2017, le député écologiste Peter Pilz quitte le groupe écologiste du conseil national. Le 25 juin 2017, la majorité des délégués des Verts avaient refusé de le placer sur la liste écologiste. Le 25 juillet 2017, il annonce en conférence de presse qu’il crée sa propre liste, la Liste Peter Pilz.

Le 10 août 2017, le vice-président de Team StronachRobert Lugar (de), annonce qu’il rejoint le FPÖ.

La campagne législative se déroule alors que l’Autriche est économiquement prospère et que l’immigration est un sujet majeur2.

Mode de scrutin

L’Autriche est une république semi-présidentielle dotée d’un parlement bicaméral. Sa chambre basse, le Conseil national, ou Nationalrat, est composée de 183 sièges dont les députés sont élus pour cinq ans selon un mode de scrutin proportionnel de liste bloquées dans 9 circonscriptions correspondants aux Landers autrichen, à raison de 7 à 36 sièges par circonscription selon leur population. Ces neuf circonscriptions sont elles-mêmes subdivisées en un total de 43 circonscriptions régionales. Le seuil minimum de voix exigé d’un parti pour obtenir une représentation au parlement est fixé à 4 % ou un siège d’une circonscription régionale.

La clé de répartition proportionnelle se fait à la méthode de Hare au niveau régional puis d’Hondt au niveau fédéral. Bien que les listes soit bloquées, interdisant l’ajout de noms n’y figurant pas, les électeurs ont la possibilité d’exprimer une préférence pour un maximum de trois candidats, permettant à ces derniers d’être placés en tête de liste pour peu qu’ils totalisent un minimum de 14 %, 10 % ou 7 % des voix respectivement au niveau régional, des Landers, et fédéral.

Campagne

Résultats des législatives autrichiennes de 201710
Partis  % Sièges +/-
Liste Sebastian Kurz – Le Nouveau Parti populaire (ÖVP) 31,5 62  14
Parti social-démocrate d’Autriche (SPÖ) 26,9 52
Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) 26,0 51  11
NEOS – La nouvelle Autriche et le Forum libéral (NEOS) 5,3 10  1
Liste Peter Pilz (PILZ) 4,4 8 Nv
Les Verts – L’Alternative verte (Grünen) 3,8 0  24
Mon vote compte ! (G!LT) 0,9 0 Nv
KPÖ Plus (KPÖ+) 0,8 0 Nv
Autres partis (8) 0,5 0
Suffrages exprimés 99,01
Votes blancs et invalides 0,99
Total 100 183
Abstentions 20,00
Nombre d’inscrits / participation 80,00

 

 

L’Autriche

Les élections législatives autrichiennes de 2017 (en allemand : Nationalratswahl in Österreich 2017) se sont tenues le 15 octobre 2017 et ont pourvu à la désignation des 183 députés de la XXVIe législature du Conseil national pour un mandat de cinq ans.

Ces élections législatives, qui devaient initialement être convoquées en 2018, sont anticipées de quelques mois et prennent place dans un contexte politique inédit pour l’Autriche, moins d’un an après un scrutin présidentiel laborieux à l’issue duquel les partis traditionnels — SPÖ et ÖVP — ont été désavoués par les électeurs.

Le Parti populaire (ÖVP), dirigé par Sebastian Kurz, remporte les élections avec un peu plus de 31 % des voix ; pour la première fois depuis 2002, les conservateurs constituent la première force politique représentée au Conseil national, suivi par le Parti social-démocrate (SPÖ), dirigé par le chancelier fédéral sortant Christian Kern, et le Parti de la liberté (FPÖ), formation d’extrême droite menée par Heinz-Christian Strache. De leur côté, Les Verts subissent une débâcle en recueillant le plus mauvais résultat de leur histoire, ce qui les prive d’une représentation parlementaire pour la prochaine législature.

À l’issue du scrutin, Sebastian Kurz est appelé par le président fédéral Alexander Van der Bellen à former le prochain gouvernement fédéral ; celui-ci précise immédiatement qu’il engagera des négociations ouvertes avec l’ensemble des partis représentés au Conseil national, alors qu’une alliance entre l’ÖVP et le FPÖ était jugée hautement probable par les acteurs et les observateurs de l’échiquier politique autrichien.

Contexte

Lors des élections européennes de 2014, le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) réalise un score de 19,72 % des voix et affiche une hausse de sept points par rapport à 2009. Le parti obtient quatre eurodéputés soit deux de plus. Le Parti populaire autrichien (ÖVP) est quant à lui en recul de trois points. Les Verts – L’Alternative verte (Grünen) réalisent un score historique de 14,52 % et trois eurodéputés.

Michael Spindelegger, vice-chancelier, ministre fédéral des Finances et président du Parti populaire autrichien, démissionne en 2014. Reinhold Mitterlehner lui succède à la tête de l’ÖVP et à la vice-chancellerie.

En 2016 a lieu l’élection présidentielle. Les candidats des partis au gouvernement sont largement battus, Rudolf Hundstorfercandidat du Parti social-démocrate d’Autriche obtient 11,28 % et Andreas Khol du Parti populaire autrichien obtient 11,12 %. Les deux réunis, ils ne rassemblent que 22,40 % des suffrages, ce qui constitue le pire score historique à une présidentielle pour eux. À l’inverse, le candidat FPÖ Norbert Hofer réalise une percée historique en totalisant 35,05 %. Alexander Van der Bellen, soutenu par les Grünen, se qualifie pour le second tour en obtenant 21,34 % des voix.

Avant le second tour, Werner Faymann, chancelier fédéral et président fédéral du Parti social-démocrate d’Autriche (SPÖ) depuis 2008, démissionne. Il est alors remplacé, par Christian Kern, président de la compagnie publique des chemins de fer (ÖBB).

Au second tour, Alexander Van der Bellen bat de peu Norbert Hofer avec 50,35 % des suffrages, soit 30 000 voixd’avance. Le scrutin est invalidé pour irrégularités. Lors d’un nouveau second tour, Van der Bellen est élu avec 53,79 %. Il est alors le second chef d’État écologiste en Europe, le premier écologiste élu à une telle fonction au suffrage universel, et le premier président fédéral autrichien qui n’est pas issu des deux grands partis depuis 1945.

Le 10 mai 2017, Mitterlehner annonce qu’il démissionne de la présidence de l’ÖVP et du gouvernement fédéral. Sebastian Kurz, jeune ministre fédéral des Affaires étrangères connu pour ses positions très conservatrices, prend sa succession. Il négocie alors avec Kern la tenue de nouvelles élections législatives, convoquées le 15 octobre 20171, soit avec un an d’avance. Il crée une Liste Sebastian Kurz – Le Nouveau Parti populaire (en allemand : Liste Sebastian Kurz – Die Neue Volkspartei).

Eva Glawischnig-Piesczek annonce le 18 mai 2017 qu’elle démissionne de la présidence des Verts pour raisons familiales. Elle est remplacé par Ingrid Felipe mais c’est la députée européenne Ulrike Lunacek qui sera la candidate à la chancellerie pour les Verts.

Le 14 juin 2017, les sociaux-démocrates abandonne l’interdiction de former une coalition avec l’extrême droite. Cette interdiction existait depuis 30 ans. Le parti présente une « boussole des valeurs » qui sont des exigences demandées par le parti à ces partenaires au gouvernement. Ces exigences sont le salaire minimum à 1 500 €par mois, une politique pro-européenne, l’égalité entre les deux sexes et le respect des droits de l’homme.

Le 27 juin 2017, Team Stronach annonce qu’il ne disputera pas les élections car Frank Stronach souhaite quitter la vie politique.

Le 8 juillet 2017, Irmgard Griss, qui était candidate à l’élection présidentielle de 2016 se joint à NEOS. Elle n’est pas membre du parti mais elle est la deuxième sur la liste après le chef du parti, Matthias Strolz. Les délégués du parti réunis à Vienne approuvent.

Le 17 juillet 2017, le député écologiste Peter Pilz quitte le groupe écologiste du conseil national. Le 25 juin 2017, la majorité des délégués des Verts avaient refusé de le placer sur la liste écologiste. Le 25 juillet 2017, il annonce en conférence de presse qu’il crée sa propre liste, la Liste Peter Pilz.

Le 10 août 2017, le vice-président de Team StronachRobert Lugar (de), annonce qu’il rejoint le FPÖ.

La campagne législative se déroule alors que l’Autriche est économiquement prospère et que l’immigration est un sujet majeur2.

Mode de scrutin

L’Autriche est une république semi-présidentielle dotée d’un parlement bicaméral. Sa chambre basse, le Conseil national, ou Nationalrat, est composée de 183 sièges dont les députés sont élus pour cinq ans selon un mode de scrutin proportionnel de liste bloquées dans 9 circonscriptions correspondants aux Landers autrichen, à raison de 7 à 36 sièges par circonscription selon leur population. Ces neuf circonscriptions sont elles-mêmes subdivisées en un total de 43 circonscriptions régionales. Le seuil minimum de voix exigé d’un parti pour obtenir une représentation au parlement est fixé à 4 % ou un siège d’une circonscription régionale.

La clé de répartition proportionnelle se fait à la méthode de Hare au niveau régional puis d’Hondt au niveau fédéral. Bien que les listes soit bloquées, interdisant l’ajout de noms n’y figurant pas, les électeurs ont la possibilité d’exprimer une préférence pour un maximum de trois candidats, permettant à ces derniers d’être placés en tête de liste pour peu qu’ils totalisent un minimum de 14 %, 10 % ou 7 % des voix respectivement au niveau régional, des Landers, et fédéral.

 

Réflexions II

Bernard Owen

A mesure que l’on découvre le monde nous allons de surprise en surprise. L’être humain  n’est-il pas merveilleux? Il vote, il se tient dans le plus grand confort. Mais il sait toujours attaquer et sait se défendre de façon efficace.

Plusieurs constatations. La musique évolue. Au départ il existe l’air d’une chanson. Plusieurs personnes la connaissent mais s’agissant d’une femme et d’un homme la tonalité des voix n’est pas la même. Et progressivement l’on s’est aperçu que la voix  masculine était plus grave. La voix de femme et d’homme  ne pouvaient chanter exactement les mêmes airs. Progressivement l’on a découvert l’harmonie

Les voix seules puis les instruments. Il se posait un grave problème. Nous étions seuls ou avec la famille  et de la famille cela pouvait devenir un nombre considérable de groupements familiaux. L’un des ce groupes pouvait  devenir plus important.- Il se formait alors de ces groupes toujours plus importants. par le nombre et qui multipliaient les possibilités du savoir ou simplement introduisait la nécessité d’avoir divers degrés d’organisation.  La situation devenait délicate, les groupes n’étant pas d’égale force.. Ne pouvait -t-on   donc pas les rendre égaux en droit?

Le droit  introduit une notion d’égalité. Du point de vue juridique nous sommes égaux devant la loi. Alors se pose la question;  à savoir qui sera le chef. Y aura-t-il un seul chef ou un ensemble de dirigeants qui prendra en main le concert, le travail, les activités. La façon la plus simple serait d’avoir une monarchie, un dictateur et dans ces cas nous retrouvons la difficulté de savoir comment les désigner  car il faut bien un leader tenant  compte de la liberté ou la place de chacun.

A notre époque, l’hérédité du pouvoir  n’est pas de mise.  L’on se dirige vers l’élection. Rien n’est plus simple. Les gens vont se réunir et choisir une ou plusieurs personnes. Plusieurs personnes paraissent préférables ou souhaitables à mesure que la communauté grandit.

Un autre problème se pose, celui de la démocratie: le choix d’un votant sera égal à son vote? La ou les choix des dirigeants doit-il être connu ou serait-il secret?  L’antiquité a débattu cette question. Le « secret » l’a emporté.

Le votant devait être assuré que son choix ne serait pas connu. Sauf s’il le souhaitait et là encore faire connaitre son choix pouvait influencer certains autres.

Pendant un siècle la question a été débattu. Pas au niveau que nous avons envisagé mais sur la démocratie du vote. A savoir que la démocratie du vote soit égale pour tous.

L’on pourrait supposer que le choix collectif du chef ou des chefs aille de soi. Or, il n’en est rien. En un siècle les uns et les autres ont trouvé une multitude de formules permettant de désigner les chefs. Le plus simple étant le système majoritaire. Certains l’on trouvé  trop simple et pas démocratique alors l’on s’est mis au travail la proportionnelle et à la recherche de la formule parfaite. Les circonscriptions  étaient plus grandes et le rapport pourcentage suffrages était très proche du pourcentage de sièges obtenus.

Considéré de l’optique du mathématicien il n’avait que peut de chose à dire. Mais en cela le scrutin proportionnel difère entre la théorie et la pratique. Prenons quelques exemples:

  1. Allemagne d’après la défaite de Lundendorff en 1918 décida que la nouvelle république serait une merveille. On l’appela Weimar. Son système proportionnel est ce qu’on faisait de mieux. Le nombre de députés correspondrait à la population qu’il représenterait. Pour s’en bien assurer le transfert des suffrages se faisait à Berlin. Tout était parfait. La structure politique au niveau national serait en trois branches: Le président, le chancelier, l’assemblée législative.

La République de Weimar connu une inflation extraordinaire en 1923. Ce fut l’occasion pour trois partis d’extrême droit de se réunir et obtenir 6% des suffrages. Hitler en faisait partie. L’inflation terminé l’extrême droite se situa entre 2 et 3%.

Son niveau avant la crise de 1929 aux Etats Unis resta stable. D’une stabilité remarquable mais dès 1930 le Parti Nazi  atteint 18% des suffrages. Personne s’y attendait. Au début de la crise des Etats-Unis le gouvernement ne pouvait s’entendre car il était composé de cinq partis. L’année suivante l’Allemagne se trouva avec un gouvernement très minoritaire.

Les chercheurs qui se penchent sur les systèmes électoraux ont oublié et le font encore. Ils oublient encore que la politique ne consiste pas en une suite de chiffres. La politique se compose d’êtres humains qui sont certes des chiffres mais pas seulement. Ces chiffres sont animés par des pensées, des réactions, ce sont des chiffres intelligents qui ne restent nullement  oubliés.

L’Europe, qui a travers les siècles, a aidé à faire évoluer le monde.  Il faut  parfois se poser des questions. Quelle est la plus ancienne république?  Celle des Etats-Unis d’Amérique.  En somme, l’on élit le Président par le vote dit des « grands électeurs » qui correspondent en nombre selon la taille de l’Etat et le vote populaire qui élit les Chambres. Pour la Présidentielle, le vote des grands électeurs a été plus important que le vote populaire à cinq reprises et quand cela arrive c’est celui-ci qui l’emportent. Le système est curieux mais il fonctionne.

Mais encore plus important, surtout en ce qui concerne l’Europe, les contre pouvoirs. Les deux chambres du Congrès sont élues au scrutin majoritaire à un tour directement par le peuple.  Le résultat est évident: Le Congrès (premier des pouvoirs selon la Constitution) serve de contre-pouvoir à l’Exécutif et on le remarque notamment quand le Président ne donne pas satisfaction.

Au delà des effets des systèmes électoraux les complications apparaissent car ils viennent  s’imbriquer dans d’autres facteurs de façon différente. Par exemple:

– La structure d’accueil d’influence électorale.

– Le travail des ONG dans de grandes nations est une catastrophe. Par exemple: En Egypte.

Il ne faut  en aucune cas oublié la bêtise humaine qui pense tout savoir ou prévoir alors que l’histoire récente nous démontre le contraire.