A new 50-state poll shows exactly why Clinton holds the advantage over Trump

(Article from the Washington Post)

It’s a long road to the White House, so The Washington Post polled all 50 states to find out what each candidate needs to do to get there. (Peter Stevenson, Julio Negron, Zoeann Murphy/The Washington Post)
By Dan Balz and Scott Clement September 6 at 7:00 AM
With nine weeks until Election Day, Donald Trump is within striking distance in the Upper Midwest, but Hillary Clinton’s strength in many battlegrounds and some traditional Republican strongholds gives her a big electoral college advantage, according to a 50-state Washington Post-SurveyMonkey poll.
The survey of all 50 states is the largest sample ever undertaken by The Post, which joined with SurveyMonkey and its online polling resources to produce the results. The state-by-state numbers are based on responses from more than 74,000 registered voters during the period of Aug. 9 to Sept. 1. The individual state samples vary in size from about 550 to more than 5,000, allowing greater opportunities than typical surveys to look at different groups within the population and compare them from state to state.
New poll shows how Trump-Clinton matchup is redrawing the electoral map VIEW GRAPHIC
New poll shows how Trump-Clinton matchup is redrawing the electoral map
The massive survey highlights a critical weakness in Trump’s candidacy — an unprecedented deficit for a Republican among college-educated white voters, especially women. White college graduates have been loyal Republican voters in recent elections, but Trump is behind Clinton with this group across much of the country, including in some solidly red states.
The 50-state findings come at a time when the average national margin between Clinton and Trump has narrowed. What once was a Clinton lead nationally of eight to 10 points shortly after the party conventions ended a month ago is now about four points, according to the RealClearPolitics polling average. A number of battleground states also have tightened, according to surveys released from other organizations in recent days.
The Post-SurveyMonkey results are consistent with many of those findings, but not in all cases. Trump’s support in the Midwest, where the electorates are generally older and whiter, appears stronger and offers the possibility of gains in places Democrats carried recently. He has small edges in two expected battlegrounds — Ohio and Iowa — and is close in Wisconsin, Pennsylvania andMichigan, each of which Democrats have won in six consecutive elections.
At the same time, however, Trump is struggling in places Republicans have won consistently and that he must hold to have any hope of winning. These states include Arizona and Georgia, as well as Texas — the biggest surprise in the 50-state results. The Texas results, which are based on a sample of more than 5,000 people, show a dead heat, with Clinton ahead by one percentage point.
Clinton also leads by fewer than four points in Colorado, Florida and is tied with Trump in North Carolina. In Colorado, other polls have shown a larger Clinton lead. In Mississippi, Trump’s lead is just two points, though it’s doubtful that the GOP nominee is in much danger there.
Electoral college advantage for Clinton
In a two-way competition between the major-party candidates, Clinton leads by four points or more in 20 states plus the District of Columbia. Together they add up to 244 electoral votes, 26 shy of the 270 needed to win.
Trump leads by at least four points in 20 states as well, but those add up to just 126 electoral votes. In the 10 remaining states, which hold 168 electoral votes, neither candidate has a lead of four percentage points or better.
VIEW GRAPHIC
How our new poll compares with past presidential election results in every state
A series of four-way ballot tests that include Libertarian Party nominee Gary Johnson and Green Party nominee Jill Stein project a somewhat narrower Clinton advantage, with more states showing margins of fewer than four points between the two major-party candidates. But even here, at the Labor Day weekend turn toward the Nov. 8 balloting, the pressure is on Trump to make up even more ground than he has in recent weeks if he hopes to win the White House.
The poll finds Johnson is poised to garner significant support. He is currently receiving at least 15 percent support in 15 states. The libertarian’s support peaks at 25 percent in New Mexico, where he served two terms as governor. He is only four points shy of Trump’s 29 percent standing there. His support in Utah is 23 percent, and in Colorado and Iowa it is 16 percent. Stein has less support in the poll, peaking at 10 percent in Vermont and receiving at least 7 percent support in 10 states.
[Read the full Post-SurveyMonkey results]
Overall, the results reflect Trump’s strategy of maximizing support in older, whiter Midwestern states where his anti-free-trade message and appeals to national identity generally find more fertile ground.
But his struggles elsewhere, including places that have long supported Republicans, illustrate the challenges of that strategy in more diverse states where his stances on immigration and some other positions have turned off Democrats, independents and many Republicans.
Demographic divisions shape the competition
To win the election, Trump must quickly consolidate the Republican vote. With prominent Republicans declaring they will not support Trump and some even announcing they will back Clinton, this represents a major challenge for the GOP nominee. In the Post-SurveyMonkey poll, Clinton is winning 90 percent or more of the Democratic vote in 32 states, while Trump is at or above that level in just 13.
As expected, the Clinton-Trump contest has split the electorate along racial lines. Their bases of support are mirror images: On average, Clinton does 31 points better among nonwhite voters than whites, and Trump does 31 points better among white voters than nonwhites.
The electorate is also divided along lines of gender and education, in many cases to a greater extent than in recent elections. Averaging across all 50 states, Clinton does 14 points better among women than men, and Trump does 16 points better among men than women. Clinton is winning among women in 34 states, and she’s close in six others. Trump leads among men in 38 states, is tied in six and trails in the other six.
It is among college-educated voters, however, where Trump faces his biggest hurdle. In 2012, white voters with college degrees supported Republican nominee Mitt Romney over President Obama by 56-42 percent. Romney won with 59 percent among white men with college degrees and with 52 percent among white women with college degrees.
So far in this campaign, Clinton has dramatically changed that equation. Among white college graduates, Clinton leads Trump in 31 of the 50 states, and the two are about even in six others. Trump leads among college-educated whites in just 13 states, all safe Republican states in recent elections.
Across 49 states where the poll interviewed at least 100 white college-educated women, Clinton leads Trump with this group in 38 states and by double-digit margins in 37. Averaging across all states, Clinton leads by 23 points among white women with college degrees.
Trump’s base among white voters without a college degree remains strong and substantial. He leads Clinton in 43 of the 50 states, and the two are roughly even in five others. She leads among white voters without a college degree in just one state: Vermont.
Overall, Clinton does 19 points better among white college graduates than whites without degrees while Trump does 18 points better among whites without degrees than whites with college educations, on average.
Trump’s challenge in the states that remain close will be to produce significant turnout among white, non-college voters to offset those Clinton margins, but it’s far from clear that there are enough of them to be decisive. Absent that, the GOP nominee must find a way to appeal to these college-educated voters during the final weeks of the campaign.
States and regions shaping the race
Trump’s strength across some of the states in the Midwest is one potential bright spot for the Republican nominee. Clinton’s biggest lead among the contested states in that region is in Pennsylvania, where her margin is just four points. InWisconsin and Michigan, she leads by a nominal two points, while Trump leads by four points in Iowa and three points in Ohio.
Recent polls by other organizations have indicated that Wisconsin has tightened over the past month. A recent Suffolk University poll in Michigan shows Clinton leading by seven points, and the RealClearPolitics average in Ohio shows Clinton ahead by three points. Overall, among the quintet of Ohio, Michigan, Wisconsin, Iowa and Pennsylvania, Michigan has been the Democrats’ most reliable of the group, always one of the 15 best-performing Democratic states over the past five elections.
The Rocky Mountain West is another area of fierce competition. The Post-SurveyMonkey poll shows Colorado closer than other polls there, with Clinton leading by just two points and the race tied when Johnson and Stein are included. Meanwhile, Clinton and Trump are roughly even in Arizona. In Nevada, Clinton enjoys a lead of five points in head-to-head competition with Trump but by just three points in a four-way test.
Local Politics Alerts
Breaking news about local government in D.C., Md., Va.
Sign up
Of all the states, Texas provided the most unexpected result. The Lone Star State has been a conservative Republican bastion for the past four decades. In 2012, President Obama lost the state by 16 points. For Democrats, it has been among the 10 to 15 worst-performing states in the past four elections.
The Post-SurveyMonkey poll of Texas shows a dead heat with Clinton at 46 percent and Trump at 45 percent. Democrats have long claimed that changing demographics would make the state competitive in national elections, but probably not for several more cycles.
A comparison of the current survey with the 2008 Texas exit poll (there was no exit poll there in 2012) points to reasons the race appears close right now. Trump is performing worse than 2008 GOP nominee John McCain among both whites and Hispanics, while Clinton is doing slightly better than Obama.
Among men, Trump is doing slightly worse than McCain did eight years ago. The bigger difference is among women. McCain won a narrow majority of women in Texas while Trump is currently below 40 percent. That’s not to say Texas is turning blue in 2016. Given its history, it probably will back Trump in November and possibly by a comfortable margin. But at this stage, the fact that it is close at all is one more surprise in a surprising year.
Emily Guskin contributed to this report.

PROCESSUS ELECTORAL : LA PRESELECTION DES CANDIDATS

Jeudi 16 février 2012
Salle CLEMENCEAU
(From Wikipedia, the free encyclopedia)

Présentation de la journée
Jean-Claude MASCLET
Professeur émérite de l’Université Paris 1
J’ai l’immense plaisir d’ouvrir ce colloque. Depuis longtemps passionné par le droit électoral, je puis vous affirmer qu’il a connu d’importantes évolutions. Voici dix ans, de mon point de vue, un tel colloque aurait été impossible. En effet, la place accordée naguère au droit électoral était mineure, reléguée à la dimension d’un cours de droit constitutionnel ou administratif et ignorée des privatistes. Or, l’unité du droit électoral a été restaurée progressivement, au fur et à mesure que nous avons pris conscience des problèmes suscités par la démocratie. Aujourd’hui, il est fort, cohérent, unifié et transdisciplinaire. C’est dans ce contexte que l’initiative de Bernard Owen est intervenue voici quelques années, et que le diplôme d’administrateur d’élections a été créé, avec le concours des Universités Paris I et Paris II.
Ce programme est plus proche de l’actualité qu’à l’accoutumée. Des élections se tiendront bientôt dans ce pays, posant la question des candidatures, des primaires et des parrainages. Période électorale oblige, je surveillerai l’horloge pour permettre à chacun de s’exprimer équitablement. (sourires dans la salle).

Bernard OWEN
Secrétaire général du Centre d’Etudes Comparatives des Elections (CECE)
Le Sénateur Jean-Pierre SUEUR, Président de la Commission des Lois, nous a fait l’honneur d’accepter de parrainer ce colloque, comme l’a fait son prédécesseur, M. Jean-Jacques HYEST, depuis notre première rencontre en 2005. J’adresse à tous les deux mes plus sincères remerciements.
Une importante manifestation s’est tenue à Budapest en 1991, à la veille d’élections. Une jeune Américaine, montée sur une estrade pour crier : « Des élections libres et équitables ! », fut acclamée par une salle de 100 à 200 personnes. En 1995, la Commission Electorale d’Afrique du Sud a prononcé une formule moins ouverte, invitant à des élections « quasiment justes et libres ». La Communauté Internationale ne cesse de s’interroger sur cette notion d’élections « libres et transparentes ».
A cet égard, Michel Rocard a prononcé une phrase primordiale : « La démocratie se décline de bien des façons ». L’Occident ne doit pas exporter ses propres erreurs. Nos amis Belges viennent de traverser de longs mois sans gouvernement, problème qu’ont également connu les Pays Bas ou la Finlande. Il n’existe pas de technique électorale unique, d’où notre enseignement, favorisé par les différents universitaires de Paris I et de Paris II. En ce moment, la démocratie mène aux élections, lesquelles peuvent générer l’alternance. Gardons en mémoire que l’Occident n’a admis ce cas de figure qu’après des siècles, où le pouvoir n’était jamais transmis aux adversaires. Au-delà des idéologies, le point clé est la bonne gouvernance. D’un côté, l’Etat doit être fort, de l’autre, la démocratie doit être exercée continûment. Or, certains évènements ont mené à la dictature. C’est pourquoi nous devons rester humbles. N’exportons pas nos erreurs.

Democracy: What About International NGO’s?

Bernard Owen

Throughout history political power has been obtained in different ways depending on the century and the part of the world you are looking at. Nowadays democracy is « in ». It appears to be a universal concept which is attained through elections. Democracy is not just a question of holding elections. In order to build the political institutions that result from elections there are rules that have to be obeyed. Now, those institutions can fit in some countries and be rejected by others as democracy is not a « one size fits all ». The West has a powerful ideology in its hands and is willing to impose it. We now have new ways to have an impact on people around the world without utilizing the ultimate tool: war.

With this new ideology we possess a new vocabulary. For example : Civil Society – NGOs which are called, for example, “Human Rights Watch”, “Freedom House”, “Open society”. One can see them at work around the world. They bring with them huge sums of money, either private or public. Most of the money of the private NGOs comes from people who obtain tax exemptions in the United States. The money can also come from hedge funds (for example, that of SOROS) which makes it difficult to follow the money trail. One person may own many companies which together make difficult a research into their origin. This clearly illustrates the fact that the fund owners want to hide their money under what is called“flagship philanthropy”.

Now that we understand how these NGOs are funded, the next question is: will these actions « in favor » of democracy play a role in undermining it particularly in the newer ones?

Gene Sharp wrote in 1972 a book on “non violent conflicts”. This book, which is considered the bible among the activists and believers of this type of conflict. It contains a set of 198 articles that teaches crowds how to parade in the streets without obeying police orders, and using a sense of humor. These crowds have chosen a slogan and a color; for example , in Ukraine, the color was orange. One year before NGO’s from other countries were in place preparing the crowds that would parade in groups and impress because of their good organization.

Let us go to other parts of the world. The events in the middle East are they not a different kind of colonialism ? Is it not useful to have some rules. The New York Times February / 2011 gives details of the young Egyptians who were trained in Serbia then paraded in Egypt on February 6 – 2008. “WikiLeaks” publishes a document (10 CAIRO) from the American Embassy in Cairo dated January 2010 which gives details concerning the training of the future paraders. The leader of these activists Israa Abdel Fattah, who was one of the founders of the April 6 movement, was part of the group trained at “Freedom House” in Washington D.C. This program was called “New Generation” and was funded by USAID, which is public money. The idea was to train “reformers of political and social issues”. These youngsters met Condoleeza Rice in May 2008 and Hilary Clinton in May 2009.

Who are these activists who are not spontaneous but well trained by foreign nations? The Libyan revolutionaries in Bengazi killed their general and two colonels who were members of the OBEIDI tribe. This violence can, if it hasn’t already, cause violence among the different tribes that compose Libya. It is certain that different nations in different parts of the world have been damaged and, in some cases irreparably, by the financing of these revolutions.

The press, the television and the Internet write and show pictures of what are called « spontaneous » revolts. We have to keep in mind that this is not the case.

The Electoral System : The Cornerstone Of Electoral Laws

CECE PR  WESTERN EUROPE

Bernard Owen
We have written this in French and in English, and are sorry not to be able to write it in Russian. So this will be another English text, but though the idea is quite similar, it cannot be exactly the same. So here we go.

Human beings are full of bright ideas. It is a strength in itself and it is marvelous the way we have learned to express ourselves by writing and publishing our thoughts, build cars, trains, airplanes or go to the moon. As an example of this, our families have worked on missiles.
Let us rejoice about this type of progress. Nevertheless, human nature being what it is ( just witness all the fighting that has gone on throughout the world for centuries) underlines the fact that one has to find institutional ways of dealing with conflict.

You may ask why should we go this far when we are supposedly working on electoral laws ? We shall start with the most important part of electoral laws : the electoral system. Why is it the most important part of any electoral law ?

A danger becomes evident immediately. All inventors of electoral systems consider voters as abstract numbers. When you read their work, you can see that they have forgotten that they are dealing with human beings. Let us pause a minute. Many human beings like power but, of course, not all. But those who are willing to take power do not always have the ability to lead their citizens on the path of wellbeing or as the Americans say : “ the research of happiness”.

Another element, which has to be taken into account, is the dangers that result from the research of an equality between the percentage of voters and the percentage of seats in proportional representation (P.R.) This appears ideal but not when the subject of the research are human beings. Let us be practical by looking at Europe.

The quest for leadership found in some men and women will have consequences which can be good or even tragic. The happy aspect is that one puts together coalition governments. The flip side can be tragic as when a crisis occurs, whatever may be the reason for it, political, personal, or economic. The danger occurs if the government collapses and the nation is without government at a time when it badly needs one. We have written on this subject as we have had and have many tragic situations in Europe and there could be more.

Russia
The actual electoral system in use in Germany has been put forward by some authors as an alternative to the Russian system. We have worked on the 2009-2013 period in Germany. We note that the mathematical result of the German method is approximately proportional. It is often said that the majority part of the election is considered by the voters as a way of choosing a political figure while the proportional part is essential in the political outlook of the voters. Nevertheless, when one looks a little closer at the mechanism of the electoral system, one sees that it is not the case:
– The candidates elected in the 299 one-member constituencies are elected once and for all.

– The number of candidates elected on the proportional lists are not obtained by the vote but they are inversely linked to the level obtained by their party in the majority part of the election.

– In order to simplify the explanation of a complex system let us say that the larger the number of votes a party obtains in the majority part of the election, the less number of seats it will have in the proportional part.

The result is that the proportional part is only there to reduce or eliminate the bias of the parties that have the larger number of votes in the majority part. It can also work in the opposite way by bringing a larger number of seats to the smaller parties. The parties did not take a long time to understand how to deal with the 2 parts of the electoral system. For example : the F.D.P., the small liberal party, does not win any seats in the majority part of the election. All the majority seats go to the right-wing party C.D.U.-C.S.U. (they act as one party), and the S.P.D. (Socialist Party). The F.D.P. only obtains seats in the proportional part.

Let us look at the 2009 numbers:
– The C.D.U. only obtains 21 seats at the proportional level.
– The F.D.P. obtains 93 seats at the P.R. level.

If we consider the percentage of votes obtained at the PR level, we obtain :
For the C.D.U. 27.3 % at PR level
For the F.D.P. 14.6 % at PR level.

If we go further by looking at the number of votes at PR level :
C.D.U.- C.S.U. 11,824,794 votes which gives hem 21 seats
F.D.P. 6 313 023 votes which gives them 93 seats.

The F.D.P. has found the way to win the largest number of votes. The « compensation part » of the electoral system means that the lesser amount of seats a party obtains in the majority part the more seats it obtains the proportional part. Although the F.D.P. know that they will not get a candidate elected in the majority part they chose a well-known political figure as a boost to the F.D.P. Its candidate will stand in both parts of the election to act as a boost to the F.D.P. in the PR part. The law allows it.

The mathematical result of majority systems is the opposite to that which is looked for by those that support proportional systems. The party that has more votes as a result of the election has a surplus of seats. This would not be acceptable when one goes shopping but one is electing one’s representative things are quite different for the whole voting process works on different attitudes of the voter. First-past-the-post is best when you are voting in a one-member constituency. In this case, one is voting for one person whom one likes or one might even dislike; or vote for the person who represents the party or community in which one lives and in most cases the two go together.

The process for a voter when he or she votes is similar to other aspects of his or her social life. He or she chooses friends not unlike the way he or she chooses for whom he or she will vote. That is something that is deeply ingrained in human nature. This psychological aspect was hidden in the argument used before the 1913 elections by some members of the Italian parliament who did not wish to grant the right to vote to illiterates.

The large coalitions that may result from PR systems are not easy going. They produce side effects that can have unforeseen consequences. Let us go back to the 2009 parliamentary elections. These elections were the follow-up to a large coalition government that had existed since 2005. The two main parties that had formed this government were the C.D.U.-C.S.U.; which behave as one party, the C.D.U. being present in the north of Germany, while the C.S.U. is in the south. They are a moderate Christian right-wing party. The S.P.D. is socialist and works hand-in-hand with the trade unions. During that time the chancellor was Gerhard Schröder who was a socialist while his cabinet was C.D.U.- C.S.U.-S.P.D.

One should never forget that however efficient is a government there will always be a number of voters who are not satisfied. The question is : who will these dissatisfied people vote for ? What will be the welcome structure for the protest vote?

Prior to that election the polls had shown that political affiliation had dropped. This was clearly the case for some leaders of the S.P.D. During the regional elections the N.P.D. (neo- Nazi party) had fielded a number of candidates. For Germany, this was embarrassing. The law courts intervened and it appeared that the police special services had become members. When this was known. Public opinion was relieved. But a new party had already made its way through. It was a far-left party called “Die Linke”. It had been the party of the ex RDA so that it can be considered as communist. It had already obtained 3 seats in the majority part of the election. The presence of the S.P.D. in the government, and the very practical attitude of previous Chancellor Schröder had displeased some members of the S.P.D. and a number of trade union leaders then joined “die Linke”.

This new party became the welcome structure for the vote against the government. It obtained 16 seats in the majority part of the election and 60 seats in the proportional part.

The F.D.P. (Liberal Party) obtained no direct majority seat but 93 seats in the proportional part ( + 32 in comparison to the previous election).

The Green Party won 1 majority seat and 68 on the proportional part (a gain of 17 seats compared to previous elections).

A more logical electoral system that takes into account the continuity of a stable democracy would be to introduce majority single or two-member constituencies. The argument against this proposal is that in Bavaria the C.S.U. would win all seats. This is not true as the doing away with the proportional part of the election would reduce considerably the size of the majority constituencies. There would be twice as many, and we know that small majority constituencies make it much easier for small parties to obtain seats.

Italy and the Weimar Republic.
Predictions are often wrong. After the first World War, Italy changed electoral systems. It put aside the majority system and wanted to go with the tendency of the time and the first two post-war elections were proportional.

As a result, Italy, which had been a constitutional monarchy for years, found itself with weak unstable governments and no police force. Mussolini just walked in and restored order. The Italian people were relieved, and so was the international press that considered that once Mussolini had restored order he would move out.

The Weimar Republic (or the new Germany as it was called at the time) should not be considered only from the point of view of a historian. The institutions and especially the electoral system played the main role in the rise of the Nazi Party. We have written on this point a number of times and the last time in November 2013 (in English although the editor stressed that it had to be in American). Right up to 1928, the Nazis had no electoral success: 2.6% of the vote. Its only successes were in the 1930-1932 elections, when Germany, which had in 1928 a five-party coalition government that collapsed as a consequence the Wall Street crash.

From 1930 to 1932, the Chancellor (prime minister) Brunig had only 10 members of parliament on his side, and had to ask President Hindenburg to write into a decree the proposed law for which the prime minister could not obtain the approval of the Reichstag. Weimar Germany was ruled by presidential decree.

CECE WEIMAR GOOD2

To conclude, we must say that institutions and electoral systems, which are technical in nature but which have an effect on political life, are far more important than ideology and economics. Because these technical aspects of our political life can have a tremendously positive or negative influence on our nation we have chosen to research and write about it.

CECE PALGRAVE WESTERN EUROPE

Russie : la dernière loi concernant les ONG

BERNARD OWEN

De nombreuses tentatives ont vu le jour pendant la guerre froide avec ou sans l’Union Soviétique pour assouplir la situation internationale. Il fallait agir avec doigté. Par exemple, ne pas intervenir dans les affaires internes d’un Etat.

En dehors de l’Union Soviétique, le Conseil de l’Europe s’était intéressé, le 24 avril 1986, à la question des ONG (naturellement, il ne s’agissait que des Etats membres). Voyons la Convention 124 et citons l’article 2 : « La personnalité légale accordée à une ONG par l’Etat, dans lequel se trouve son siège statutaire, sera reconnue automatiquement par les autres Etats membres aux mêmes conditions ». Pour l’instant, il n’est pas question de la question pécuniaire. Avant cet accord limité aux membres du Conseil de l’Europe, une entente internationale avait vu le jour. Prenons l’exemple de l’accord le plus important, qui a mené aux accords d’Helsinki, signés le 1er août 1975, comprenant 35 Etats. Il fallut deux ans de travail entre Helsinki et Genève pour arriver à un texte de dix chapitres. Chapitre VIII : « égalité des droits et libre détermination des peuples ». Le transfert de la Crimée, sans que soit tiré un seul coup de feu, correspond bien à cet article, alors que cet exemple ne va guère dans le sens de l’article III, qui traite de l’inviolabilité des frontières. L’article VII pose les principes généraux de la grande pensée libérale : les droits de l’être humain : la liberté de pensée, la conscience, la religion ou les croyances.

Ceci étant, l’article VI est d’une clarté et d’une fermeté, qui va dans le sens de l’encadrement par le gouvernement de la Fédération de Russie des ONG, « la non intervention dans les affaires intérieures d’un Etat ».

Dès la disparition de l’Union Soviétique, tout va changer. Dès 1990, l’on assiste à la mise en place de l’O.S.C.E.. Il ne s’agit pas d’un traité, mais d’une simple entente entre nations. Il faut comprendre l’importance qu’a prise l’O.S.C.E. du fait que l’élément moteur est : les Etats-Unis, car il s’agit de la seule organisation européenne civile où ils se trouvent (à part un siège d’observateur au Conseil de l’Europe depuis que la Fédération de Russie en fait partie).

Le 29 juin 1990, à Copenhague, l’O.S.C.E., lors de la réunion qui porte le nom de la ville, introduit, dans l’article 10-1, une notion révolutionnaire dont les conséquences ne sont pas évidentes à l’époque, le « droit de s’associer librement ». Il ouvre la porte à la circulation de l’argent d’un Etat membre à l’autre : « contributions volontaires financières nationales et internationales, ainsi que le permet la loi ». Rapidement, le 30 octobre 1991, l’article 43-1 de la réunion de Moscou déclare que : « les Etats membres reconnaîtront les ONG qui se déclareront comme telles selon les règles nationales existantes » et faciliteront le fait que ces organisations puissent vaquer librement à leurs occupations.

Les sommes qui alimentent les ONG peuvent être indirectement des fonds publics. Par exemple, issus d’Endowment for Democracy votés tous les ans par le Parlement des Etats-Unis, ou bien des fonds venant de riches mécènes, qui peuvent à leur gré se débarrasser d’un chef d’Etat qui leur déplaît.

Notons que les ONG possèdent une idéologie pouvant réussir ou mener à des catastrophes. Il s’agit de la « Bible de Gene Sharp » de 198 articles intitulée : « The politics of non violent action ». Les révolutions de couleur en font partie. Le Professeur Weinstein, qui dirigeait l’étude sur la création de la National Endowment for Democracy, a pu dire plus tard : « Une grande partie de ce que nous faisons aujourd’hui, a été faite secrètement pendant vingt cinq ans par la CIA ».

Revenons à la Russie d’aujourd’hui. Comment se situe cette nouvelle restriction des ONG par les autorités Russes ? Cette loi, promulguée le 23 mai 2015, se fonde sur les révolutions de couleur, dont il a souvent été question. La loi introduit une réglementation large sur les ONG étrangères ou recevant un financement de l’étranger. Le Parquet peut décider la fermeture après aval du Ministère des Affaires Etrangères, comptes bancaires bloqués, interdiction d’accès aux médias, jusqu’à ce qu’elles rendent compte de leurs actes. La première ONG visée a été l’Association GOLOS, qui après treize ans d’activité, est devenue célèbre pour avoir indiqué des exemples de fraudes, lors des élections parlementaires de 2011. GOLOS utilise un système informatique, qui signale par de petites croix sur une carte de la Fédération, les endroits où des personnes sur le terrain leur indiquent les lieux de fraudes, avant ou après les élections. Le système n’est pas limité à la Fédération de Russie, on l’a constaté dans d’autres Etats. Les problèmes se situent dans l’absence de contrôle, car lors de contrôle, dans le cas où une erreur apparaît dans le positionnement d’une croix, les informaticiens déclarent, qu’il n’est pas possible de retirer la croix. Or, sur place, l’on a pu constater des erreurs dans le placement des croix.

De nombreux Etats se sont élevés contre ces nouvelles restrictions, citant les termes utilisés « activités politiques », « agents étrangers ». Effectivement, l’on a cité le peu de précisions dans le texte de la loi, mais il est très difficile d’être précis dans cette catégorie de texte. Les Etats Unis d’Amérique en donnent l’exemple, car ils pratiquent une loi semblable intitulée « Foreign Agent Registration Act », loi de 1938, renforcée en l’an 2001, suite au « Patriot Act ». Cette loi énonce que des agents représentant les intérêts de puissances étrangères en qualité d’étrangers ou ayant la capacité politique ou quasi politique, doivent présenter leur relation exacte avec le gouvernement étranger.

A l’origine, l’application de la loi dépendait du Ministère des Affaires Etrangères, puis, à partir de 1942, du Département de la Justice. Cette loi a subi des modifications en 1966, puis en 1995. Les données de la loi , en piètre état, ont été informatisées en 2007.

Les Etat Unis ont eu maille à partir avec différents Etats, alors, les ONG américaines, se voulant internationales, font très attention de ne pas s’adresser directement aux autorités, pour éviter de perdre l’avantage de ne pas être imposable..Elles informent le Congrès par un moyen détourné en côtoyant un député ou un sénateur qui leur est favorable, et qui diffusera leur message.

Les ONG et la démocratie

Bernard OWEN
Le monde n’est plus ce qu’il était. Le pouvoir politique était jadis une affaire de famille ou de ses proches. Combien de temps nous a-t-il fallu pour admettre la possibilité d’une alternance, sans que cela mène à un bouleversement des institutions ?

Nos amis Russes ont, d’eux-mêmes, mis fin au régime soviétique par la perestroïka et la glasnost, et, en particulier, la loi électorale dite de «Gorbatchev » du 1er décembre 1988.

L’Ouest démocratique s’est précipité, en particulier avec les fonds du National Endownment for Democracy, institué par le Président Reagan en 1982, pour aider les peuples soudain libérés du communisme. Il est apparu que ces peuples ne pouvaient du jour au lendemain tourner la page. Dans l’Empire Soviétique, l’on n’interrogeait pas son supérieur, il y avait un ordre qu’il s’agissait d’exécuter avec un résultat qu’il fallait obtenir. La première réaction de ces peuples livrés à cette nouvelle vie était une méfiance à l’égard de la politique en soi et des partis politiques. Les ONG américaines ont vite compris cela. Il fallait créer des organisations nationales capables d’observer les élections et, par là même, d’établir un certain contrôle sans pour cela être directement impliqué dans l’action politique. De surcroît, les efforts étaient rémunérés. Il faut avoir été présent dans la vie politique nationale et locale de ces premières années 1990 – 91 pour comprendre les séquelles laissées par un régime au pouvoir pyramidal.

L’on comprend alors que la participation occidentale à une observation électorale, puis à une assistance juridique était appropriée à la situation. D’autre part, l’Occident n’était pas encore remis de sa peur du communisme. Il fallait donc agir avec doigté .

Néanmoins, dès juin 1990, à Copenhague, l’OSCE (alors la CSCE) introduit, à l’image du Conseil de l’Europe, la notion de « société civile », d’organisme non gouvernemental pouvant voyager au delà des frontières, mais en ajoutant une notion de la plus grande importance, à savoir, que ces ONG internationales pouvaient transporter des fonds illimités.

Le document de Copenhague (29 juin 1990) de l’OSCE et celui du Conseil de l’Europe (« Convention européenne sur la reconnaissance de la personnalité juridique des organisations internationales non gouvernementales », Strasbourg, 24 avril 1986, STE 124) sont tous les deux, à ce jour, cités par les deux organismes comme documents de base. Le Conseil de l’Europe, après avoir beaucoup travaillé sur cette question, se mettra en accord avec l’OSCE, en 2003, pour autoriser la libre circulation des fonds des ONG, tout en leur donnant le droit de créer des succursales à l’étranger.

En effet, les ONG dépendent d’autorisations internationales pour pouvoir agir à travers le monde, en dehors des situations de crises. En 1990, à l’époque de Copenhague, la Russie était en pleine crise politique, et ne pouvait qu’être en accord avec ce que l’OSCE (dont elle faisait partie) pouvait proposer.

L’accord de Copenhague (1990) eut deux conséquences :

1. l’arrivée sur le terrain d’ONG disposant d’énormes capitaux à la fois privés et publics.

2. la création d’une organisation qui, en dix ans de temps, s’est peu à peu emparée de tout ce qui concernait l’observation électorale de la vaste Europe: l’ODIHR, (conférence de Paris – novembre 1990), succursale de l’OSCE, à Varsovie.

C’est maintenant qu’il est temps de prendre du recul pour faire le point. Toutes ces activités internationales et privées agissent-elles bien dans l’intérêt de la démocratie, dite universelle, ou s’agit-il d’ingérence dans la vie politique d’Etats en voie d’évolution démocratique ? Comment déceler les traces d’ingérence ? L’observation, utile au début de la libération politique, ne devient-elle pas, à la longue, une action nuisible au but recherché par les apôtres de la démocratie ?

Les méthodes

L’observation internationale des élections, par exemple : l’ODIHR – OSCE. Le danger se situe dans les cas où cet organisme fait preuve d’inconséquences dans son évaluation. Il faut ici noter que l’observation électorale doit être neutre, mais la conférence de presse et le rapport préliminaire ont eux une importance politique considérable. L’appréciation internationale de l’élection qui vient de se dérouler en dépend. D’autre part, une appréciation négative va encourager le perdant à contester le résultat de l’élection, et cela pas nécessairement par des procédés légaux. Comment se prémunir de l’incompétence de l’ODIHR – OSCE ou du voile occulte de la géopolitique qui l’entoure, ou de la Commission Européenne ? Peut-on répondre à cette question ? oui, mais il s’agit d’un autre sujet.

L’assistance électorale est une façon intéressante de participer à l’effort des démocraties évolutives. Il s’agit d’un travail commun sur les institutions. L’intervenant cherche à répondre aux questions qui lui sont posées, à suggérer telle solution. La tâche est difficile à deux niveaux :

1. Il faut tenir compte de la situation passée du pays où l’on se trouve, et ne pas chercher à imposer des solutions administratives complexes, qui fonctionnent dans son propre pays après de nombreux déboires. Il faut proposer des solutions simples.

2. Il faut avoir une connaissance comparative des anciennes démocraties, et comprendre les causes des dysfonctionnements constatés dans le temps. Il ne faut pas rechercher l’idéalisme, mais mettre en place des institutions pouvant mener à ce que l’on appelle la bonne gouvernance.

Un autre moyen est l’action spontanée non violente. Celle-ci offre la particularité d’être nullement spontanée mais en a toutes les apparences, et c’est cela qui fait sa force. En réalité, ces moyens d’action correspondent aux 198 articles du livre de Gene Sharp, « The Politics of Non-Violent Action » écrit en 1972, et qui indique toutes les procédures que l’on a vu fleurir lors des « révolutions de couleur ». Le Président du « think tank » de Gene Sharp est le Colonel Robert Helvey qui considère que les actions non violentes doivent avoir la même structure qu’une action militaire bien menée. (voir entretien du Colonel Robert Helvey par Metta Spencer dans « Peace Magazine – janvier – mars 2008). Le budget de Gene Sharp était, en 2003, de $ 900 000. Il collabore avec OSI (Soros), et fait appel, à partir de son site, aux dons de personnes cherchant à limiter leurs impôts (capital gains tax) (source Gangloff – l’import – export de la démocratie Serbie, Géorgie, Ukraine, Kirghizistan – l’Harmatan 2008).

Le côté occulte de ces actions non spontanées correspond-il à ce que l’on attend des rouages de la démocratie ? car ces actions n’ont aucun effet sur le régime d’un dictateur. Celui-ci a les moyens d’empêcher tous ces jeunes de défiler dans les rues avec des slogans bien pensés, utilisant le sens de l’humour, et sachant répondre aux réactions des autorités. Elles ne sont donc valables que contre l’autorité d’une démocratie en voie d’évolution, où elles n’ont à craindre ni la police ni l’armée. Dans ce cas, qui va décider du renversement de quel gouvernement ?

L’une des règles des 198 commandements de Sharp (art. 137) est que les réunions ne répondent pas aux ordres de la police de se dissoudre. Les autorités qui n’ont pas assimilé la bible Sharpienne peuvent alors faire charger la police, ce qui peut mener à des désordres et même des morts.

En dehors de cette situation, une manifestation non violente mal contrôlée peut tout simplement se transformer en pillage.

L’article 7 des propositions de Gene Sharp parle de slogans – contre les élections où se présentait Milosevic (mais seulement en l’an 2000, car avant la Serbie n’était pas en voie d’évolution démocratique), le slogan était OTPOR, celui pour l’Ukraine était PORA. Ils ont obtenu leur but, mais étaient-ils pris au sérieux par la population une fois que le temps de l’élection était révolu ?

OTPOR et PORA se sont, plus tard, présentés aux élections et n’ont recueilli que 1,6 % des suffrages aux législatives de 2003, en Serbie, et 1,4 % des suffrages aux législatives de 2006 en Ukraine. Chez eux, ils ne sont donc pas pris au sérieux, donc ces mouvements deviennent des centres d’exportation de la démocratie. Il s’agit d’exporter le savoir faire. PORA est maintenant l’International Democracy Institute. Les cibles seraient la Biélorussie, la Russie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, la Moldavie (site de PORA le 22 – 02 – 2006). Mais, l’idée même de ces mouvements « spontanés », où tout est théâtral et bien organisé selon un schéma semblable, ne devrait-il pas provoquer une réaction chez les penseurs de Léthique de la démocratie ?

En regardant autour de soi et en lisant les textes, il n’en n’est rien, au moins en ce qui concerne le Conseil de l’Europe. Notre belle société civile dont parlait Tocqueville comme l’un des aspects d’une démocratie agissante était loin des ONG internationales, qui pénètrent dans d’autres démocraties évolutives beaucoup moins riches, et qui, par la puissance de l’argent et une stratégie occulte, agissent comme bon leur semble avec l’approbation des biens pensants internationaux.

Naturellement, le Conseil de l’Europe s’occupe des ONG, de la société civile, mais ne paraît pas faire la distinction entre société civile et société politique – ONG à action civile, ONG qui, sous l’étiquette des droits de l’homme, sont de réels acteurs politiques.

Le financement

Gene Sharp dispose du savoir faire, mais les moyens pécuniaires viennent d’ailleurs. Qui décidera, parmi les riches donateurs, de la cible à attaquer? Un pays, comme par exemple les Etats-Unis, où un riche spéculateur : Soros, qui pratique ce qu’on appelle la « flagship philanthropy », qui lui permet de recueillir de l’argent de personnes souhaitant réduire leurs impôts (the capital gains tax). A ce niveau, deux dangers apparaissent :

1. Les autorités d’un pays en voie de démocratisation seront, dans un premier temps, surpris de ces organisations dites « spontanées » sur lesquelles les grands principes démocratiques ne font pas état. Une fois la surprise passée, ils vont renforcer leurs moyens répressifs, muscler la presse et refuser la formation d’ONG prônant les droits de l’homme et les « civil liberties ».

2. Les autorités regarderont avec attention ce qui se passe dans les rues, étudieront les travaux de Gene Sharp, Peter Ackerman, Zimmerman, et formeront leurs propres ONG destinées à combattre les autres. Cette dernière possibilité pourrait être très dangereuse pour la démocratie, car nous allons assister à une lutte pour l’alternance à deux niveaux : au niveau des élections, où l’on souhaite le plus de visibilité possible, avec la participation de tous, et au niveau des combats de rues (certes pacifiques) réservés à quelques jeunes bien payés, et où tout est occulte et ne correspond aucunement à ce que l’on appelle l’Etat de droit.

Comment réagit la communauté internationale devant ces dérives de la démocratie ? N’y a-t-il pas danger de laisser ces gentilles ONG agir politiquement à travers le monde, grâce à un financement considérable ?

Parlons chiffres

– la National Endownment for Democracy reçoit un budget annuel du Congrès $ 40 millions, en 2003, dont $ 4 millions pour l’Ukraine, en 2004.

– Open Society Institute (Soros), fondée en 1993 : $ 408 millions pour 2004.

– Westminster Foundation for Democracy, fondée en 1993, budget annuel : £ 4 millions.

– USAID pour les pays de la CEI: $ 835 millions en 2000; $ 482 millions en 2006 (dont $ 190 millions pour l’Ukraine).

Organisations internationales

Les Nations Unies

Les Nations Unies ont des relations qui se sont peu à peu tendues avec les ONG. Il est question des ONG américaines qui tentent d’arrêter le financement des groupes basés aux Etats Unis, et qui cherchent à propager de par le monde l’avortement (associated Press 14 – 1 – 2006). Le révérend Moon possède 4 groupes accrédités aux Nations Unies – (community – novembre 2001). La revue se demande comment agir contre « ces ONG à financements considérables qui peuvent être classées comme charlatans ». Les Nations Unies ont peu à peu réduit puis éliminé sa série de conférences globales, ainsi que ses avantages administratifs au sein du bâtiment des Nations Unies.

Le nombre d’ONG avec statut consultatif au sein du Conseil social et économique des Nations Unies est passé de 12 en 1946, à 422 en 1956, 527 en 1966, 930 en 1976, 422 en 1956, 527 en 1966, 930 en 1976, 1097 en 1986, 1886 en 1996, et 3795 en 2002. Cela comprend trois types d’ONG, dont l’appellation a évolué au fil des années :

1. Statut général – ONG travaillant sur de multiples sujets

2. statut spécial – ONG spécialistes de haut niveau

3. Registre (roster) –ONG très spécialisées travaillant avec des agences des Nations Unies.

En 2002, en décomposant parmi les trois catégories, l’on obtient :

1 2236 ONG
2 1328 ONG
3 131 ONG

(La base de ces chiffres provient de « The Conscience of the World » par P. Willetts, Hurst & Wasshington Brookings Institutions,1996, mise à jour par City University London.)

Les Nations Unies n’abordent donc pas les activités des ONG, mais opèrent un classement selon leur degré de spécialisations, on pourrait dire leurs compétences, quelle que soit leur domaine. L’article 57 (a) des statuts de l’ECOSOC pour les ONG indique l’une des raisons pour la radiation d’ONG consultatives, qui se résume par des actes contraires aux buts et principes de la charte des Nations Unies, ou pour des actes allant à l’encontre d’Etats membres des Nations Unies incompatibles avec des principes de la Charte (www.staff.city.ac.uk).

Et les Etats Unis ?

Les ONG sont favorisées au niveau de l’imposition, car elles gagnent sur deux tableaux. Premièrement, au niveau des donateurs, deuxièmement, au niveau de l’ONG elle-même qui entre dans la catégorie fiscale connue par des chiffres 501 C 3. Ces ONG ont le droit d’avoir des activités à l’étranger, et financer des ONG d’autres pays (www.hurwitassociates.com).

Nos amis et experts du Conseil de l’Europe, qui se sont occupés de ces questions, devraient garder en mémoire ce qui se passe aux Etats Unis. En particulier, les interventions, très discrètes, qui ont lieu par les instituts fondés par SOROS. Leurs interventions n’apparaissent, par exemple, qu’en fin d’année, quand l’OSI présente son rapport annuel. Et encore, faut-il remonter toutes les filières, car elles sont nombreuses et représentent, par exemple $ 720 000, en 2006, pour un programme intitulé « politization of science » (See « The Soros threat to democracy », 24 September 2007.) Quelle que soit la cause défendue, et là il s’agissait de ne pas arrêter un financement fédéral de la recherche sur les cellules souches, c’est l’opacité que peuvent prendre les activités du financier, même quand il ne s’agit pas de spéculations boursières …. ! Souvenons-nous, quand même, que pour SOROS le lobbying : c’est sa force.

Pour SOROS, la « Flagship Phylanthropy » n’a pas de limite, ses fondations s’étendent sur plus de 50 pays. Elles se composent de 29 fondations nationales, deux fondations régionales, et le but qui apparaît en premier est de mettre en place des Etats ouverts, et de renforcer la société civile. On croirait entendre le Conseil de l’Europe. Certes, SOROS a les moyens et peut imposer ses idées quant à ce que la démocratie devrait être. Sa fortune, ses moyens sont les « hedge funds » ou fonds spéculatifs, qui fonctionnent en marge de tous les contrôles boursiers, certains parlant de « spéculations effrénées sur les marchés financiers ». SOROS parle, lui-même, de « fonction manipulatrice dont l’ambition est d’altérer le cours des évènements par une action déterminée » puis « Les idées fausses jouent dans le cours des évènements un rôle très important ». Le Congrès des Etats Unis s’inquiète de l’opacité de ces fonds. Cinq personnes ont dû se présenter le 13 novembre 2008 devant une commission pour répondre aux questions concernant leur manque de visibilité. Le premier à être entendu a été George SOROS. Une bonne définition du fonds spéculatif est donnée par Claude Béabar, Président du Conseil de Surveillance d’AXA, en janvier 2007 : « ils jouent sur la rumeur pour créer des déséquilibres et réaliser un profit sans cause économique ». Le Chancelier Merkel et le Président Sarkozy ont eux aussi dénoncé ces fonds spéculatifs, en septembre 2007.

SOROS a fait sa fortune dans des fonds spéculatifs, dont le fonctionnement est oculte, en dehors de tout contrôle et dont l’imposition se situe au niveau de la « capital gains tax » et non celui de l’imposition sur les revenus. L’imposition peut donc se situer à 15 %, ce qui est inférieur à ce que paye un enseignant ou un plombier (The Times, 14 novembre 2008 – Suzy Jagger). Quelle différence entre l’absence de visibilité dans la façon dont ce « mécène » gagne son argent, et le titre « open société » où la visibilité politique devrait être de mise, dans ces ONG, qu’il contrôle, oeuvrant pour le bonheur du monde.

Les institutions européennes

Les institutions européennes, en raison de la nouveauté, sont démunies face à ce lobbying. Cela a commencé par l’Union Européenne, dont les enjeux sont économiques et donc considérables. Pierre Verluise dans (diploweb.com/citoyenneté européenne et lobbying..hotmail du 1er novembre 2003) souligne le danger de ces lobbying qui franchissent les frontières : « …. Le lobbying ne constitue-t-il pas une porte grande ouverte à l’influence des pays étrangers à l’U.E. sur le processus communautaire ? ». Son article portant sur l’U.E. et traitant de questions économiques va au bout de sa réflexion en parlant de favoriser les intérêts des milieux criminels. La quantité de lobbyists auprès de l’U.E. fait frémir : 3000 groupes représentant 10 000 lobbyists. L’on peut rattacher ses propos au Conseil de l’Europe, qui crée des groupes de travail sur les ONG, lorsqu’il parle des cibles des lobbyists : « …. Les groupes d’experts, les fonctionnaires …. Les divers comités consultatifs, les groupes politiques et les commissions …. », il évoque « les invitations dans des lieux propices à créer un lien … » et il va même beaucoup plus loin.

« Wikipedia » passe en revue différents aspects du lobbying 19 – 4 – 2009). Sous le titre « une menace pour la démocratie », cet organisme parle de la nécessité d’un encadrement juridique : « notamment la transparence des opérations menées auprès des instances des décideurs politiques, en particulier sur le plan financier, assortie de véritables moyens de contrôle ».

Les Etats-Unis ont eu à lutter, dès le XIXème siècle, contre le lobbying, qui savait bien modifier son approche selon les lois fédérales et celles des Etats ainsi que de l’opinion publique, qui s’élevait contre ces intérêts particuliers.. Chaque loi était examinée par les lobbyists avec attention pour trouver la moindre faille, permettant de faire valoir ses propres intérêts. La question n’est toujours pas réglée (Encyclopedia Britannica – Lobbying).

Gardons en tête que pour mener à bien leurs actions politiques internationales nos gentilles ONG pratiquent toutes les formes du lobbying, mais n’utilisent pas le terme dont la connotation ne convient pas à ce milieu. « Elles informent le congrès, elles tiennent au courant les commissions, elles s’entretiennent avec les autorités, la presse. Un parlementaire ou un fonctionnaire transmet leur point de vue à ses pairs. Il s’agit de « relations publiques ».

La Commission Européenne

La Commission est la cible principale de toute action de plaidoyer puisqu’elle possède le droit d’initiative en matière législative. Le Traité de Lisbonne prévoit que la Commission consulte largement la société civile, mais aucun système d’accréditation pour les ONG, comme il en existe dans d’autres organisations internationales comme le Conseil de l’Europe ou les Nations Unies, n’a été mis sur pied au niveau européen. Actuellement, il existe trois formes de consultation utilisées par la Commission Européenne :

des comités consultatifs dans différents domaines politiques. Les plateformes basées à Bruxelles, telle que Culture Action Europe, peuvent agir comme interlocuteurs dans ce type de comités avant le démarrage d’un processus législatif;
un dialogue structuré avec la société civile se met en place dans divers domaines politiques mais il revient à chaque Direction Générale de l’organiser, et par conséquent les pratiques sont très variables d’un domaine à l’autre;
des processus de consultation durant lesquels des propositions de législation ou de politiques sont mises en ligne sur les sites des Directions Générales concernées et où les contributions publiques sont collectées (comment influencer les débats et les politiques de l’U.E. www.cultureactioneurope.org).

Certaines plate-formes d’ONG ont obtenu un statut consultatif privilégié, et bénéficient de multiples accès aux décideurs politiques. Elles peuvent ainsi influencer le processus décisionnel très tôt, sur base de contacts informels, avant même que le projet ne soit rédigé et soumis à consultation.

Le Conseil de l’Europe

Le Conseil de l’Europe connaît-il SOROS ? Certains de ses membres ou experts, certainement Soros, ne se trouvaient-ils pas à la 107ème session du Comité des Ministres, le 8 novembre 2000 à Strasbourg ?

Certes, le Conseil de l’Europe n’a pas de puissance économique à la façon de l’Union Européenne. Le Conseil est pour les droits de l’homme, la démocratie. Il s’agit là d’un entête à inscrire sur toutes les constitutions, toutes les lois électorales, mais la tentation du pouvoir est forte, car le pouvoir politique entraîne avec lui des ressources financières, qui peuvent être considérables. L’idéalisme est une belle et grande chose, mais il faut quand même garder les pieds sur terre. Considérons avec un peu plus d’attention l’attitude du conseil de l’Europe à l’égard de ces gentilles ONG.

Le Conseil de l’Europe, alors que la guerre froide n’était pas encore venue à son terme, a établi la reconnaissance de la personnalité juridique des ONG comme contribuant à la réalisation des buts et des principes de la charte des Nations Unies et du statut du Conseil de l’Europe. Ce document clé, qui est cité dans tous les textes jusqu’à ce jour, est le STE 124 du 24 avril 1986. Dès son article 2, il énonce : « la personnalité et la capacité juridique d’une ONG, telles qu’elles sont acquises dans la patrie dans laquelle elle a son siège statutaire, sont reconnues de plein droit dans les autres parties ». Pour ne pas entrer dans ce cadre, une ONG doit contrevenir aux règles habituelles. Un dernier point mérite d’être cité : « compromet les relations avec un autre Etat ou le maintien de la paix et de la sécurité internationale ». Pour l’article 10 : « toute partie peut à tout moment dénoncer la présente convention en adressant une notification au secrétariat général du Conseil de l’Europe ».

Il faut noter que l’attitude du Conseil de l’Europe a consisté à mettre en avant la question des ONG nationales et internationales. Une suite de conférences organisées de 1996 à 1998 ont adopté des lignes directrices pour le renforcement des ONG en Europe. Les principes fondamentaux sont adoptés le 5 juillet 2002, et les délégués des Ministres publient RAP – ONG le 24 mars 2003. Ce document fait six fois référence au document STE 124 de 1986, et il renforce les pouvoirs des ONG en deux points d’une grande importance : « les ONG peuvent solliciter et recevoir des contributions, dons en espèces ou en nature, d’un autre pays, d’organismes multilatéraux, ou d’un donateur institutionnel ou individuel ». « L’ONG internationale peut créer ou accréditer des succursales ».

En cela, le Conseil de l’Europe prend la suite de l’accord de Copenhague de 1990 de l’OSCE, qui autorise le transfert d’argent par les ONG d’un Etat à un autre. L’on ouvre là, bien grande, la porte au domaine de l’ingérence, confirmé par le deuxième point : « les ONG devraient être encouragées à participer aux mécanismes gouvernementaux et quasi gouvernementaux de dialogues, de consultations et d’échanges, afin de rechercher des solutions aux besoins de la société. Les ONG devraient également être consultées au cours de la rédaction des lois et règlements produisant un effet sur leur statut, leur financement ou leur fonctionnement ». Ce dernier point ne précise pas à quel niveau. L’on peut supposer au niveau d’une nation et là, le Conseil de l’Europe ne va-t-il pas au-delà de ses compétences ? La recommandation 1820 (2007), article 2 – 2 encourage les Etats membres …. A ratifier la Convention Européenne sur les ONG Ste 124 de 1986 dont il a déjà été question. Le texte approuvé en 2002 est indiqué comme « constituant un complément essentiel à la convention de 1986 ». Cela veut-il dire que les mots « complément essentiel » sous entendent que les principes fondamentaux de 2002 n’ont pas de valeur juridique sans l’acceptation de STE N° 124. Le nombre de fois que le texte est cité en 2002 pourrait-il laisser entendre que la recommandation de 2002 serait considérée comme un décret d’application, mais alors, en introduisant la notion de financement extérieur des ONG, il dépasserait de loin le rôle d’un décret d’application de la STE 124. La situation n’est pas claire.

Le rapport entre le Conseil de l’Europe et les ONG commence dès 1952, où le statut consultatif des ONG internationales est instauré. La résolution 9 (2003) introduit le statut de partenariat pour les ONG nationales. Le principe général étant que « convaincu que les initiatives, les idées et les suggestions émanant de la société civile peuvent être considérées comme une expression réelle des citoyennes et des citoyens européens ». Le terme d’ « expression réelle » des citoyens paraît d’un idéalisme surprenant dans un texte émanant d’un organisme juridique international. Certains le qualifieraient ainsi « l’expression d’un groupe de pression » quelle que soit sa possibilité de « développer ou de consolider la stabilité démocratique ». Les groupes de pression sont à l’œuvre dans l’Union Européenne qui manipule des sommes d’argent considérables, mais qui sont les financiers de ces ONG oeuvrant pour le bien de l’humanité ! Il s’agit de puissantes entreprises pour qui le lobbying est monnaie courante. Quels sont les liens entre les riches mécènes et les gentilles ONG, et au-delà ?

Nécessité d’avoir une classification des ONG

Personne n’a entrepris une classification des ONG, et nous restons dans le vague le plus complet. Il suffit qu’un organisme ne réalise pas un profit destiné à des actionnaires pour qu’il profite de cette appellation. L’argent qui lui revient peut profiter à ceux qui y travaillent, ou être distribué aux autres, ou acquérir des immeubles. Les ONG sont des ONG alors qu’il serait souhaitable de faire apparaître dans les textes que leur action et leur but sont des plus divers. Tout comme les entreprises qui travaillent pour un profit ne sont pas toutes identiques. Les usines Peugeot sont différentes de celles qui fabriquent des pâtes alimentaires. Les ONG utilisent des mots clés qui impressionnent et qui laissent entendre que leur seul soucis est le bien être de l’humanité. Seulement, ces mots clés sont peu précis et peuvent ouvrir la porte au pouvoir politique. Comme exemple : Droits de l’homme, Société ouverte, Volontaires pour le service international, Société mondiale pour la spiritualité, Alliance mondiale pour la participation citoyenne, la Promotion sociale de la culture, le Mouvement des mères, la Jeunesse pour l’unité et l’action volontaire.

L’OSCE procède, lors de sa réunion de Vienne en 1995, à une définition des ONG : « Toute organisation s’intitulant ainsi », quant à sa classification, elle ne va guère plus loin : « un groupe agissant dans le sens d’une cause déterminée », ou « un groupe ayant des intérêts politiques spécifiques ».

Le Conseil de l’Europe aurait pu entreprendre une telle classification, mais la Convention Européenne sur la reconnaissance de la personnalité juridique des ONG internationales (30 – 1 – 2007) se limite dans son préambule à énoncer des principes généraux qui sont à la fois beaux et tellement vagues qu’ils ouvrent la voie à toutes interprétations : « reconnaissant que les organisations internationales non gouvernementales exercent une activité utile à la communauté internationale … ». A quel titre le Conseil de l’Europe peut-il reconnaître, à priori, que les ONG internationales « exercent une activité utile » ? … notamment dans les domaines scientifique, culturel, charitable, philanthropique, de la santé et de l’éducation, et contribuent à la réalisation des buts et principes des Nations Unies et du statut du Conseil de l’Europe. Le reste de la Convention, qui comprend 11 articles, ne traite que de questions administratives et juridiques. En ce qui concerne la classification des ONG, l’on n’est pas plus avancé, car le libellé peut masquer une toute autre activité.

Comment réformer un texte international, qu’il soit juridique, comme celui du Conseil de l’Europe, ou seulement une entente entre Etats, comme celle de l’OSCE ? Il faut convaincre beaucoup et y prendre le temps. Il est plus pratique de ne pas appliquer le texte.

La Fédération de Russie en est arrivée là. La Fédération de Russie, dans sa constitution du 12 décembre 1993, reconnaît le droit d’association (art. 30 – 1). L’article 30 – 2 indique que « nul ne peut être contraint d’adhérer à une organisation sociale », cela découle de l’ancienne obligation d’adhérer à une organisation communiste dans l’Union Soviétique, ainsi que le dit Gorbatchev dans sa présentation de la loi électorale du 1er décembre 1988. La loi du 12 janvier 1996 amende la loi sur les associations afin de lutter contre le blanchissement d’argent et de financement des activités terroristes, et encadrer le financement des activités politiques. La loi du 10 janvier 2006 distingue :

1. Les organisations sociales :

La défense d’intérêts communs et la réalisation d’objectifs utiles à la société – des fonds sociaux – organe d’initiative sociale (dont le but est de régler les problèmes que rencontrent les citoyens sur leurs lieux d’habitation ou de travail), les syndicats et coopératives. Les partis politiques sont régis par une autre loi.

2. Organisations non commerciales :

Protection de la santé, bienfaisance, culturels, éducatifs, scientifiques, culture physique, sports (« Guide de la liberté associative dans le monde » par Michel Doucin, La Documentation Française, 2007, pp. 757 – 763). Ce besoin de classification des ONG dans la loi de 2006 a certainement pour but d’ éviter les révolutions de couleur aux méthodes « sharpiennes » avec implication d’énormes capitaux étrangers aux nations impliquées. Deux éléments vont dans ce sens : «ne peuvent être fondateurs d’organisations les ressortissants étrangers ne disposant pas du statut de résident permanent ». En ce qui concerne les associations de droit étranger, celles-ci doivent fournir une attestation d’enregistrement ou d’agrément du pays dont elles sont issues, ce qui est normal. En revanche, elles ne peuvent ouvrir qu’une seule filiale dans les provinces, ce qui est une défense contre toute action politique. Une loi fédérale apporte des compléments sur la loi du 10 janvier 2006 quant aux transferts d’argent venant de l’étranger, et le contrôle comptable est précisé.

L’action internationale et politique des ONG dépend des conventions d’organisations telles que le Conseil de l’Europe, de l’OSCE et des Nations Unies. Notre approche ne consiste pas à mettre fin à toute action de l’Occident vers les nations en démocraties évolutives. Au contraire, l’assistance électorale est de la plus grande importance. Seulement, nous devons être bien conscients de nos propres difficultés, de la façon dont nous les avons réglées, et de celles auxquelles nous sommes encore confrontés. Il nous faut participer à la construction de démocraties puissantes reposant sur deux ou plus de partis forts et bien implantés.

Pour conclure, nous donnerons quelques indications pouvant aller dans le sens d’un renforcement de la démocratie après les 18 ans qui nous séparent du document de Copenhague du 29 juin 1990. Ce document est cité comme document de base des droits de l’homme. Nous proposons d’en rectifier les articles suivants : Article 7–5; Article 7–6; Article 7–8; Article 8; Article 10–3; Article 10-4

Nos démocraties ont vu le jour sans observation d’élections, les partis s’en sont chargés, et c’est certainement le but recherché. Que l’observation ait lieu lors des trois ou quatre premières élections paraît utile, mais pas après. La démocratie repose sur les partis, et c’est à eux que revient le contrôle qui assure la visibilité des opérations, seul gage de démocratie à tous les niveaux de la vie politique de la nation. Cela ne veut nullement dire que nous devons cesser notre collaboration avec les démocraties évolutives, mais pas en tant que participants politiques, ou en créant des ONG (d’observations ou autres) qui ne sont jamais neutres. Il faut essayer de répondre à leurs questions, suggérer des solutions, commenter des textes, des projets ou propositions, mais en restant modestes, gardant en mémoire le temps qu’il nous a fallu pour résoudre bien des difficultés, et ne pas oublier celles qui fourmillent encore dans nos institutions.

Ne doit-on pas considérer comme étant anti-démocratiques ces mouvements spontanés, qui ne le sont nullement, et qui répondent, bien au contraire, à une stratégie militaire bien pensée, bien rôdée. L’ironie de ces mouvements est qu’ils n’ont aucun pouvoir contre une dictature, mais interviennent dans des nouvelles démocraties, et faussent le cheminement normal qui devrait mener à une société ouverte et équilibrée.

Docteur en sciences politiques, Bernard OWEN est responsable de filière de l’IPAG à l’Université Paris 2, et secrétaire-général du Centre d’Etudes Comparatives des Elections. Ce papier est une version plus détaillée de l’intervention qu’il a prononcée à l’Institut de la Démocratie et de la Coopération le 4 mai 2009.

http://www.idc-europe.org/fr/

Les sondages et les élections

Bernard Owen

Le beau soleil de ce dimanche de Pâques 2015 devrait éclairer la politique et les commentateurs.
L’enquête hebdomadaire du JDD nous apprend l’état de l’opinion sur la politique actuelle du gouvernement. Nous ferons abstraction des commentaires des deux personnes citées de l’IFOP et nous ne retiendrons que les chiffres. 62% des interrogés ne souhaitent pas un changement de premier ministre (81% des sympathisants de la gauche et 61% de l’UMP). Cette tendance est confirmée par l’opinion concernant le cap des réformes Valls-Macron. 60% pour les interrogés (68% des sympathisants de droite, 47% par ceux de gauche.
Pour les élections régionales à venir nos commentateurs ont clamé haut et fort depuis les cantonales-départementales que les régionales seraient tenues à la proportionnelle. Or, il n’en est rien. Au début que la France votait au régionales, elle le faisait au scrutin de liste proportionnelle. Ceci à cessé quand certaines régions ne pouvaient pas définir le budget de l’année suivante le 31 décembre de l’année en cours.
Le législateur a sagement décidé que l’on voterait autrement. Sans entrer dans les détails, nos prochaines élections seront au scrutin influencé par le scrutin municipal (un souvenir de la loi Acerbo) et aura une forte accentuation en sièges de la tendance gagnante aux voix obtenues au premier tour ou au deuxième tour. Il n’y aura qu’un tour quand un parti obtient +50% des suffrages. Dans ce cas il obtiendra automatiquement 25% de l’ensemble des sièges tout en participant à la répartition à la proportionnelle de tous les partis ayant obtenu plus de 5% des suffrages.
Dans le cas où aucun parti n’obtiendra la majorité absolue au premier tour, un deuxième tour aura lieu dans ce cas, le parti qui obtiendra la majorité simple lui permettra d’obtenir alors 25% des sièges tout en participant à la répartition proportionnelle des sièges restant à pourvoir ainsi que les autres partis ayant obtenu 5% des suffrages.
L’opinion publique se retrouvera-telle lors des prochaines élections?

Les lois électorales sont à surveiller

Bernard OWEN

Les institutions de tous les pays peuvent mener à des effets imprévus. Trop de règles, la volonté de se mettre à l’abri d’erreurs ou de fraudes, peuvent avoir un effet contraire en soi à l’égard d’observateurs mal informés quant aux lois électorales utilisées.

Si l’on compare le rôle des uns et des autres et les procédures le jour de vote, il apparaît, qu’en compliquant les règles du jeu, l’on crée de la méfiance. En faisant cela, on déforme l’image de l’élection. Saint Bernard de Clairvaux ne pensait-il pas que la route de l’enfer était pavée de bonnes intentions ?

Sans évoquer l’histoire où L’Arménie s’est longtemps trouvée entre deux empires, nous allons parler des arméniens. Qui sont-ils ? Des mathématiciens, joueurs d’échec, les meilleurs orfèvres de l’empire Russe, devenus informaticiens. Ils disposent d’une diaspora à travers le monde, qui n’a jamais perdu ses racines arméniennes. Cela forme un tout du plus grand intérêt et d’une grande puissance.

Venue à la démocratie occidentale, comme bien d’autres, au début de l’année 1990, l’Arménie a été attentive aux autres. Comment fonctionnait donc cette nouvelle forme de gouvernance ? Ils ont accepté les courants qui venaient de ce nouveau monde qu’ils découvraient. Les internationaux ont parlé d’élections, de fraude. Bien sûr, il y aurait de la fraude, leur a-t-on dit, puisqu’il s’agissait d’un nouveau système qu’ils découvraient. Nos amis arméniens ont tout compris. Pas de fraude. L’on va construire des barrières de procédure, des complications mathématiques que personne ne pourra franchir …et c’est parti ! Nos amis arméniens ont été de bons élèves, de très bons élèves, car ils ont créé une loi électorale toute théorique avec des procédures de vote et surtout des décomptes de suffrages tellement compliqués que personne, ni aucune administration au monde aurait pu en venir à bout. Tout cela découlait de la bonne foi, mais devant les difficultés de la mise en œuvre, les internationaux ont crié à la fraude ou au défaut de formation des assesseurs.

Plusieurs solutions ont été abordées. L’une vaut la peine d’être racontée. Le bulletin de vote est lié à un coupon que l’on détache au moment de la remise du bulletin à l’électeur. Ce coupon était déposé dans une boite que l’on fermait à la fin du vote. Le décompte des suffrages avait lieu dans le bureau de vote et la boite renfermant des coupons partait au niveau du district, où il fallait alors les compter. Un district pouvait recevoir une dizaine de ces boites vers les minuits. Or, un coupon, quoi qu’on en dise, n’a pas, aux yeux de ceux qui doivent les compter, la valeur d’un bulletin de vote, alors soit on les compte sans trop y faire attention , soit en comptant combien de coupons entassés les uns sur les autres sur une hauteur de 10 centimètres. Les deux méthodes étaient approximatives, et les résultats du décompte des coupons réalisés au district ne pouvaient même pas se rapprocher des bulletins de vote correspondant, dont le décompte avait lieu au bureau de vote.
Pour les observateurs, il s’agissait de fraudes ou d’incompétence. Alors, on s’est dit, pourquoi ne pas utiliser un système de comptage irréprochable ? Les coupons ont donc été réalisés de la même taille que les billets de banque. Malheureusement, les machines à compter les billets se refusaient à compter les coupons. Le patron des banques arméniennes a dit « qu’à cela ne tienne, nous avons des femmes capables de compter les billets plus rapidement que ces machines. Si vous voulez, nous vous prêterons tout ce personnel gratuitement le jour de l’élection ». Le président de la commission électorale était d’accord, mais impossible de convaincre la majorité de la commission, qui voulait que l’opération soit conforme à la loi électorale, il a donc fallu trouver autre chose. De nos jours, l’informatique se charge des calculs, mais il faut admettre que les procédures de vote et le décompte des suffrages sont encore très complexes, mais on y arrivera.
Les élections de 2008 s’étaient pourtant bien déroulées, sauf pour le décompte des suffrages.12000 observateurs nationaux sur le terrain et la participation de 70 % des inscrits. Nos gentils observateurs de l’OSCE ne pouvaient pas incriminer, après Copenhague 1990, la société civile dite non violente, alors il aura fallu trouver une autre raison à la violence « L’on ne s’attendait pas à une telle violence, mais cela doit être le signe que la démocratie en Arménie n’était pas encore bien enracinée ». L’on a beaucoup critiqué le couvre feu, mais il nous faut faire référence à l’article 11 de la Convention Européenne des droits de l’homme qui annonce que la liberté des droits de réunion peut être restreinte quand « la loi est contrecarrée . . . dans l’intérêt de la sécurité nationale et la sauvegarde de la population » ce qui était le cas.
En fait il s’agissait d’une révolution dite de couleur qui a presque réussi en Arménie, après les élections présidentielles de 2008, mais elle a tenu bon. On lui a reproché la mort de 10 personnes. C’était le cas d’une manifestation « non violente » qui a refusé tous les ordres de la police, qui n’a pas cédé. Cela a mené aux commentaires de la presse internationale, celle–ci ne connaissait aucunement les méthodes d’actions non violentes où l’on nargue des autorités et où l’on refuse d’obéir à tout ordre, seulement personne n’en fait mention, la faute en revient entièrement à la police…la chaîne de commandement. Concernant les élections à venir « il serait utile de faire appel à des observateurs nationaux et internationaux…»
Les élections législatives de 2012 ont observé ces recommandations 700 observateurs internationaux et 31451 nationaux. Cela faisait 15 observateurs par bureau de vote, sans compter, ce qui est énorme, les représentants des partis et les candidats.
Suite aux élections, aucun trouble, mais un rapport de l’OSCE /ODIHR qui laisse à désirer. Le questionnaire remis aux observateurs est non seulement trop détaillé, mais mal organisé. Dans le rapport chaque point positif est suivi du contraire. Le mot « but » (en anglais) se trouve partout à travers le rapport.

L’on peut dire que les détails noient l’essentiel. Quant aux points positifs, ils sont remplacés par le côté négatif. Dans le rapport de l’OSCE, qui a précédé l’élection de 2012, l’on trouve des remarques encourageantes « la campagne électorale est animée et partis et candidats sont à même de procéder selon leur volonté… » Les raisons pour ceci sont indiquées « Toutes les dates sont maintenues et les commissions continuent leur travail de façon transparente. La règlementation a été publiée dans son ensemble bien à l’avance » Tout cela est très bien, mais la commission centrale a reçu 494 requêtes avant même l’élection. Or, il se trouve que 464 provenaient du même personnage. En fait il est bien connu des tribunaux arméniens. Mais sa réputation remonte à l’époque soviétique. Il était le camarade qui envoyait le plus de requêtes au Mausolée de Lénine à Moscou. En droit américain l’on appelle cela « frivolous litigation » et l’affaire est classée.

Mais me diriez-vous, nos amis arméniens suivent pourtant les recommandations qui lui sont soumises, alors pourquoi encore quelques défauts dans la règlementation? Examinons ces recommandations. Elles portent sur le sujet à la mode – les droits de l’homme naturellement, mais ceux-ci peuvent se décliner de bien des façons, le contentieux, l’équilibre des sexes à tous niveaux (comme si la femme était un être inférieur qu’il fallait prendre par la main pour la mener à la politique), les handicapés. Certains de ces sujets sont dignes d’intérêt, mais l’essentiel n’est pas pris en considération, car les procédures de vote, le décompte des suffrages qui ont été un handicap certain pour nos amis arméniens et, un point capital, le choix du système électoral qui peut mener à la bonne gouvernance ou à un Etat déliquescent.
Prenons le décompte des suffrages. En Arménie, celui-ci a toujours été difficile à assurer par les assesseurs, incompris par les organisateurs d’observation, ce qui a pu mener à de mauvaises appréciations finales. Ils peuvent être classés parmi l’école de poseurs de barrières pour éviter la fraude : on pose des signatures, l’on tamponne…l’on a déjà évoqué la complication du décompte des suffrages. Maintenant, quand même, on emploie des moyens électroniques, ce qui permet d’établir un coefficient fictif d’erreurs. En fait, il existe une autre école, celle de la simplicité et de la visibilité. Il se trouve que dans ce domaine la France peut être prise comme modèle, ce qui n’est pas le cas de toute organisation électorale qui provient de ce pays.

Les internationaux ont décidé de laisser le choix des systèmes électoraux à la libre appréciation des pays concernés : certes, comment faire autrement, quand toutes les démocraties agissent à leur façon. L’Europe est championne dans ce domaine. Déjà à la fin du XVIII siècle Jean-Charles BORDA inventait un système proportionnel, qui a inspiré le STV (single transferable vote) et que nos amis britanniques tentent d’imposer, mais avec peu de succès. Citons Victor d’Hondt, André Saint Lague et même Condorcet (marquis de son Etat) qui avait inclus dans son projet de Constitution son propre système électoral, mais Robespierre préféra sa Constitution comprenant le droit à l’insurrection.
Toutes ces règles réunies ont un rôle primordial dans le fonctionnement d’une démocratie. Un système majoritaire a tendance à intégrer, alors que les systèmes proportionnels créent la ségrégation, font intervenir dans la politique des éléments sociaux les plus divers et sont très sensibles aux évènements, qui peuvent intervenir à tout moment dans une démocratie.

En savoir plus sur http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2012/05/11/cercle_46758.htm#zlGC3eloktooZTZI.99