Commission d’enquête au Sénat Audition d’Alexis Kohler

Monique Cochinal

Alexis Kohler, Secrétaire Général de l’Elysée, le « bras droit du Président Macron, deuxième cerveau de la République, dit-on, répond, sous serment, aux questions des Sénateurs. Ambiance très sérieuse, questions multiples et très bien formulées. Le Président de cette commission : le Sénateur Bas précise bien que cette « commission » qu’il préfère appeler « comité « du Sénat n’est pas un tribunal, mais elle a pour but de faire toute la vérité sur cette « affaire Benalla », en regard des lois définies par la Constitution en vigueur depuis la cinquième République, uniquement dans ce seul but. D’où une longue séance de questions pertinentes, avec une exigence de précisions, en revenant sur les différents points d’ombre perçus par les réponses des uns et des autres hauts fonctionnaires déjà interrogés les autres jours par la commission parlementaire. Un exemple de questions : « Monsieur le Secrétaire Général, depuis la loi sur la transparence votée en 2013, tout collaborateur de la Présidence doit fournir une déclaration de patrimoine, est-ce que Monsieur Benalla, un collaborateur du Président, a fait cette déclaration de patrimoine, si oui, pouvons-nous en obtenir une copie ? », réponse très embarrassée de Monsieur Kohler. Il ne pense pas ….. Mais il croit savoir que le statut de Monsieur Benalla, ainsi que celui des sept autres chargés de mission auprès du président ne l’exigeait pas …. A voir …. A vérifier mais il pense que ces personnes chargées de mission auprès du président, qui ne sont pas déclarées au Journal Officiel, en sont dispensées.

Les autres questions sur l’autorisation du port d’arme donnée à Monsieur Benalla ont des réponses floues, Monsieur Kohler semble mal à l’aise, il se reprend, hésite et « noie le poisson » en vantant l’exemplarité de Monsieur Benalla, tout dévoué au Président, le sérieux de son travail. Il le connaît bien et le voit souvent pour organiser tous les voyages et déplacements du Président. Du reste, dans ce cabinet de l’Elysée, il y a un travail fou, chacun prend ses responsabilités. Il est entouré et il y tient, de personnes conscientes de leur haute fonction, et du reste, avant d’avoir fauté, il a toujours eu des retours positifs du travail de Monsieur Benalla, ajoutant : « on peut en être fier » ……

Questions d’un Sénateur : « Monsieur le Secrétaire Général êtes-vous au courant de tensions possibles entre Monsieur Benalla et la police ? Réponse : « je n’en ai pas connaissance » et d’ajouter : « mais, comme dans toute structure il y a des jalousies, des petites tensions entre collaborateurs, on envie celui qui est arrivé à un poste plus élevé ».

Il assure, à nouveau, qu’il a pris seul, dès qu’il a eu connaissance de la vidéo, des sanctions adéquates envers Monsieur Benalla : mis à pied pour 15 jours, sans salaire, et rétrogradé dans ses fonctions auprès du Président.

Avant la fin de la séance, un sénateur signale que Monsieur Benalla répond aux questions des journalistes du journal « Le Monde ». L’accusé affirme que le Président Macron l’a appelé, lui a dit qu’il avait fait une « grosse bêtise » et qu’il était dans l’obligation de le sanctionner, mais qu’il avait toujours confiance en lui….. Monsieur Benalla a été très affecté par ces sanctions … le pauvre !! et qu’il était certain qu’en l’attaquant lui, on voulait faire tomber le Président, mais il se défendrait. Une journaliste, après l’avoir entendu, s’est exclamée : « Dieu qu’il est grossier » …..

Dernière scène médiatique cet après midi de notre Président, tout souriant, ambiance décontractée, photographies, accolades, embrassades, poignées de mains (on a l’habitude maintenant) au pas de course car poursuivi par quelques journalistes voulant lui poser quelques questions embarrassantes ; Pas de réponse, seulement quelques mots sans intérêt…. Il était trop pressé de rencontrer tous ces gens qui l’acclamaient.

On veut nous faire croire que cette affaire Benalla … une « grosse bêtise » d’un petit jeune fougueux, acte d’un gamin bagarreur. Il est puni comme il se doit, une petite goutte d’eau dans la mare, mais surtout pas une « affaire d’Etat ». Du reste, le coupable reconnaît sa faute, accepte la punition, et …. En est très affecté…… Tout le reste n’est que complot de l’opposition, les méchants !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *