ELABE: deux sondages fort intéressants

A la veille du déconfinement, la cote de confiance d’Emmanuel Macron recule

A la veille du déconfinement , la cote de confiance de l’exécutif recule.

A moins d’une semaine de la date hypothétique de sortie du confinement, 34% (-5 points) des Français interrogés par Elabe pour Les Echos et Radio Classique accordent leur confiance à Emmanuel Macron pour affronter efficacement les problèmes qui se posent au pays. Plus précisément 6% (-4) lui font tout à fait et 28% (-1) plutôt confiance. A l’inverse, 61% (+4) d’entre eux ne lui font plutôt pas (29%, +1) ou pas du tout confiance (32% +3 points). La cote de confiance accordée à Emmanuel Macron, après avoir enregistrée un rebond solide au début de la crise (+10 points), subit donc un décrochage net en ce début de mois de mai ; contrairement à la situation de plusieurs dirigeants étrangers qui connaissent un regain de popularité, elle ne se situe qu’à un niveau légèrement supérieur à celui d’avant-crise.

D’un point de vue politique, sa cote de confiance reste forte mais en baisse auprès de ses électeurs de premier tour (72%, -8 points). Elle est également en baisse auprès des électeurs de Benoit Hamon (28%, -8) et de François Fillon (39%, -15 points). Auprès de ces trois électorats, ces baisses font suite à des hausses comparables le mois dernier (respectivement +10, +10 et +13). La confiance est quasi stable auprès des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (16%, +1) et des abstentionnistes (30%, -2 points). Elle est en revanche en hausse auprès de l’électorat de Marine Le Pen (22%, +9). …

La cote de confiance du Premier ministre Édouard Philippe baisse de 2 points, à 34%.

Suivant la même tendance qu’auprès d’Emmanuel Macron, la confiance baisse d’abord auprès des plus de 65 ans (33%, -15) et des catégories supérieures (38%, -5). D’un point de vue politique, le même mouvement est également enregistré : elle est en baisse auprès de l’électorat d’Emmanuel Macron (70%, -5), de Benoît Hamon (30%, -5) et de François Fillon (44%, -13), elle est quasi stable auprès de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon (14%, -1) et progresse légèrement auprès de celui de Marine Le Pen (21%, +4).

Coronavirus : les pouvoirs locaux à la hauteur, l’Etat et l’UE jugés sévèrement

Les échelons locaux jugés plutôt à la hauteur de la crise contrairement à l’Etat et à l’UE

Pour la majorité des Français, les communes (66%), les départements (61%) et régions (58%), ont su se montrer à la hauteur de la crise du coronavirus. Un jugement toutefois à nuancer car seule une faible partie d’entre eux les jugent tout à fait à la hauteur (respectivement 18%, 10% et 9%).

L’opinion selon laquelle les pouvoirs locaux ont su assumer leurs responsabilités face à la situation de crise sanitaire actuelle est majoritaire au sein de toutes les catégories de population, et de façon encore plus forte par les 65 ans et plus (respectivement 74%, 69% et 67%), et les habitants des communes urbaines de moins de 20 000 habitants (74%, 67% et 62%). Politiquement, les électeurs d’Emmanuel Macron (77%, 67%, 66%) et de François Fillon (69%, 71%, 67%) ont un jugement plus positif sur les échelons territoriaux

Si les collectivités locales ont su convaincre, en revanche, l’Etat n’est perçu comme un acteur à la hauteur de la crise que par 31% des Français. Les 18-24 ans ont un avis plus positif que leurs aînés puisque 41% d’entre eux saluent la capacité de l’Etat à faire face à la crise sanitaire. Politiquement, seul l’électorat d’E. Macron considère que l’Etat a su se montrer la hauteur de l’évènement (56%). Les autres électorats sont plus critiques, à l’image de celui de F. Fillon (34% a été à la hauteur) et de B. Hamon (28%). Les électeurs de J-L Mélenchon (20%) et de M. Le Pen (20%) sont ceux qui portent le regard le plus sévère envers l’Etat en ces temps de crise.

Les organisations internationales sont jugées sévèrement, puisque seulement 31% des Français estiment que l’OMS a été à la hauteur de la crise, et à peine 20% pour l’UE.