Gaz à effet de serre Réchauffement climatique ? Fin de notre planète terre ?

Monique Cochinal

A longueur de journée, nos médias nous annoncent une fin prochaine de notre belle planète terre. Chacun y va de ses observations et affirmations (plus ou moins scientifiques), et la troupe de nos politiciens s’est, bien entendu, emparée du sujet pour nous prédire les pires catastrophes naturelles, si on ne mettait pas fin rapidement à nos désastreuses façons de vivre. On cherche à nous culpabiliser, on cherche à nous faire peur. Chaque gouvernement veut intervenir. Nous avons même un Ministre de l’écologie et de l’environnement (le deuxième nommé depuis ce quinquennat) entouré de nombreux écologistes. On entend parler d’énergies renouvelables (à savoir lesquelles qui soient efficaces et peu chères), d’agriculture bio, surtout sans pesticides : un gros souci pour les agriculteurs, car ils passent deux fois plus de temps dans leurs champs pour un maigre profit. L’alimentation doit être garantie bio avec sur l’emballage une étiquette bien voyante, nous indiquant le produit sans colorants, sans conservateurs, sans ceci, sans cela. Tout doit être garanti bio (c’est la loi).

Qu’en est-il exactement de ce réchauffement climatique et ses conséquences néfastes ? C’est assez difficile à savoir, car les chercheurs, eux-mêmes, ne sont pas tous d’accord. Il y a les « pro catastrophes » et les autres, beaucoup plus sensés, qui, après l’observation des changements climatiques sur une très longue période, deviennent plus mesurés dans leurs propos. Il est certain,  après une démonstration scientifique que, depuis 1945, le taux de gaz carbonique CO2 augmente constamment, entraînant un réchauffement climatique de la planète. D’après les données, la tendance générale montrait un réchauffement de près de 0,75 °C depuis 1880, et certains de nos scientifiques soutenaient qu’en 2099 cette augmentation de température irait jusqu’à 5°C et plus, apportant une série de catastrophes : forte fonte des glaciers aux deux pôles, mers envahissant les terres, tempêtes, grande sécheresse, famine etc… Oui, mais ….. Et heureusement, certains chercheurs comme Richard Lindzen nous font part de leurs découvertes : la température moyenne du globe a cessé de monter (graphiques officiels à l’appui). Nous sommes actuellement sur un plateau de température qui dure depuis plus de dix ans. Eh bien, dame nature est parfois imprévisible. Nos anciens le savaient, par expérience. On prévoyait les endroits inondables, donc inhabitables. En montagne, on évitait les couloirs d’avalanche. Les torrents et les rivières étaient maîtrisés. Les habitations étaient adaptées au climat, parfois très froid en hiver, et très chaud en été, car on connaissait déjà des périodes anormalement froides ou anormalement chaudes.

Cependant, notre nouveau ministre de l’écologie et de l’environnement, pressé par nos nombreux groupes « écolos » continue de prôner des politiques anti-carbone, déversant largement des subventions à droite et à gauche, avec l’argent qu’il emprunte.

N’y aurait-il pas trop d’exagération ? et serait-ce surtout le besoin de régenter tout, sans discernement ? Peut-être dans le seul but de plaire à un certain électorat. Mais… Attention ! Les gaulois « récalcitrants » sont de plus en plus mécontents : l’essence à la pompe augmente très fort, les tarifs du gaz et de l’électricité : idem, le taux de chômage : idem, et « en même temps », le pouvoir d’achat, lui, baisse régulièrement. Décidément, pas facile de rester au pouvoir, dans ce nouveau monde, même pour notre super Président.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *