Gouverner ce n’est pas plus facile que gagner une élection!

Maria Rodriguez cKey

Pendant deux ans, le Président Macron a pensé que « gouverner est plus facile que gagner une élection ». Il aurait dû regarder avec plus de sagesse les deux exemples malheureux de ses deux prédécesseurs : Nicolas Sarkozy, qui affirmait, lors d’une de ses conférences de presse, la même pensée, et François Hollande, qui fut bien vite rattrapé par les médias, et le téléphone portable transformé en appareil photos, dans son escapade en moto de la rue du Cirque, et les croissants chauds.

Mais, il n’en est rien. Le Président Macron continue de penser qu’il est unique et indispensable. Avec son égo démesuré, il veut s’octroyer tous les pouvoirs (en exemple, sa prise en main de la campagne électorale des européennes). Il faut noter qu’un président de la Vème République n’est pas loin de posséder tous les pouvoirs. Or, posséder tous les pouvoirs exige endosser aussi toutes les responsabilités, ce que lui-même et ses conseillers sont loin d’avoir découvert.

D’autre part, il ne devrait pas oublier qu’il a été élu, par défaut, avec un faible taux de participation  pour une élection présidentielle, ce qui lui a accordé seulement 43,6% des inscrits.

Depuis cette élection, la gauche est divisée. Il est même possible que le PS n’arrive pas à obtenir des sièges au Parlement européen, surtout avec le mode de scrutin à la proportionnelle. A l’assemblée, à droite « Les Républicains » sont tiraillés entre les « constructivistes », qui ont tendance à voter les lois Macronistes, et ceux qui s’y opposent.

En ce moment, dans nos institutions, seul le Sénat occupe bien la place de contre-pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *