Grand débat national … et après ?

Monique Cochinal

Voilà presque trois mois que nous assistons, chaque jour, en direct et pendant de longues heures aux nombreuses séances déployées dans les villes, les campagnes, au nord, au sud, à l’est,  à l’ouest de notre beau pays de France. C’est le grand débat national, une brillante et unique initiative de notre Président aux abois, depuis le déferlement des gilets jaunes. Il fallait se montrer à la hauteur. La France n’est pas un pays comme les autres. A grand roi grand débat !

Nous avons pu faire la connaissance de nos illustres jeunes macronistes : des ministres, des députés, des maires, des secrétaires et hauts fonctionnaires de La République en Marche, entourant le président en personne et vantant toutes les réformes en cours et à venir, pour le bien de la France. Avec notre gouvernement actuel et notre Président en premier, il y a toujours une bonne solution, la meilleure réforme prévue, mais il faut attendre. Paris, dit-on ne s’est pas fait en un seul jour ! On nous dit : « nous ne pouvons pas poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique » ou encore : « les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux. Alors comment faire ? La transition écologique ? « Pour la réussir, il faut investir massivement …. Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir ». La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous. Comment faire partager les choix que nous devons faire à cet égard à l’échelon européen et international ? La belle lettre de notre président aux Français se poursuit ainsi en abordant les thèmes choisis d’avance, précédés d’un commentaire dans le genre de : « Il est évident que la période que notre pays traverse montre qu’il faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté …… Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ? » Nous y voilà : c’est la grande question à la mode. Plus de proportionnelle pour élire nos députés ? Moins de proportionnelle ? Cette question a souvent été débattue en assemblée au cours de la Vème République, et toujours fortement demandée par nos petits partis minoritaires, sans penser aux conséquences néfastes qu’elle produit avec la formation de gouvernements divisés, affaiblis incapables de s’entendre et de prendre les bonnes décisions en cas de crises.

Une question, pleine d’ambigüité est posée : « Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat, et le Conseil Economique, Social et Environnemental doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il le transformer et comment ? Fort difficile pour un simple citoyen d’y répondre….

Notre Président nous dit encore : «  La citoyenneté, c’est aussi le fait de vivre ensemble, comment renforcer les principes de la laïcité française dans le rapport entre l’Etat et les religions de notre pays ? ». Comment notre simple gilet jaune pourrait y répondre ? A chacun son métier.

Cette série de questions et surtout les réponses, demandent une étude approfondie dans tous les domaines, que le simple citoyen ne possède pas. Par contre, ce qu’il voit et ne lui plaît pas du tout, ce sont les dysfonctionnements de nos principales institutions : pouvoir exécutif, pouvoir judiciaire, pouvoir législatif. Il voit que l’économie repart partout ailleurs et que dans son pays le nombre de chômeurs ne baisse guère, il constate que le pouvoir d’achat est en baisse et que les impôts sont en hausse. Il s’indigne des marques d’injustice de Dame Justice.

Alors le grand débat et quel sera l’après ? Je crains fort que, malheureusement, ce soit ensuite la grande débâcle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.