Jupiter descend de sa tour d’ivoire

Monique Cochinal

Aujourd’hui, c’est la présentation du plan (le énième) de lutte contre la pauvreté, au Musée de l’homme. Notre Président est en pleine forme, et il va parler sans interruption pendant plus d’une heure de ces oubliés de la société, nos pauvres, qu’il a longuement rencontrés récemment, qui lui ont ouvert les yeux, en lui faisant prendre conscience de toutes leurs difficultés, leurs souffrances. Avec les responsables des différentes associations et lui-même Président, ils mettront toute leur énergie pour éradiquer toute cette pauvreté par tous les moyens possibles, et avec l’aide de tous, car nous sommes plus ou moins responsables avec nos préjugés tels que : « Pourquoi ces personnes sur assistées refusent des offres d’emploi proposées ? » et encore : « Pourquoi refuser, ne serait-ce qu’un travail précaire, même le dimanche, par exemple ? ». Notre Président est transformé, il est « touché par la grâce ». Il va passer la fin de son quinquennat auprès des plus pauvres …. Que Dieu l’entende ! Mais, moi, je ne suis pas Dieu et je l’entends parler de « certains chômeurs fainéants », de « toutes ces aides sociales qui nous coûtent un pognon fou ».

Ce plan nouveau est ensuite très détaillé, avec, pour chaque réforme, de puissants arguments à l’appui. On n’oublie personne : les jeunes enfants (école obligatoire à trois ans). On pense aux futurs parents, même, car on va leur apprendre à devenir pères et mères, par des conseils distribués auprès d’organismes compétents. Encore, faudrait-il que ces jeunes parents veuillent suivre ces bons conseils. Pour les plus grands : école et formation obligatoire jusqu’à 18 ans. Formation professionnelle mieux organisée et plus juste. Chaque jeune doit pouvoir, selon ses capacités, choisir son futur métier. Les réformes de l’éducation nationale déjà engagées donnent des résultats, grâce à notre Ministre de l’éducation nationale Jean Michel Blanquer, du reste dans la salle. Ouverture de crèches, aides données pour la garde des enfants, prix de la cantine scolaire à 1 Euro dans certaines communes pauvres, cela sur tout le territoire. Création d’un revenu universel d’insertion, attribué d’office pour toute personne en grande difficulté, et j’en passe …… Trente millions d’Euros par ci, 50 000 d’Euros par là, 130 millions d’Euros là aussi. C’est pour la bonne cause, c’est même un excellent investissement. Où allons-nous trouver tous ces millions ? Au moment précis où on apprend que la France n’arrive pas à se redresser au point de vue économique, contrairement à beaucoup d’autres pays européens. Le bon sens veut que nous soyons plus qu’inquiets.

Il est vrai que l’idéal serait qu’il n’y ait plus un seul pauvre dans notre beau pays de France. Est-ce réalisable, même quand on s’appelle Emmanuel Macron ? Dans l’ancien monde, et depuis longtemps, on a souvent essayé, mais hélas, sans succès.

Ce fut un superbe discours, avec des promesses de campagne électorale de la part de notre Président, à la reconquête de cette masse de citoyens qui ne votent pas, tellement éloignés de la politique, ou bien qui iront voter pour un candidat Mélanchon ou Le Pen.

Encore une fois, le moment est particulièrement bien choisi pour un tel discours. Notre Président est à l’écoute des colères, des grognements de ces « gaulois réfractaires », il voit dégringoler sa popularité, il assiste au désamour de son peuple, dû surtout à son attitude jugée autoritaire, arrogante, presque inhumaine. Donc, changement complet d’attitude : le Président des riches se tourne vers les pauvres, avec « humilité ». Jupiter veut revenir sur terre….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *