La galette des rois

Monique Cochinal

Notre Président et Madame sont en visite officielle chez des maîtres artisans boulangers pour partager la galette des rois. Entourés de leur troupe habituelle : policiers, gardes du corps et cameramen, on s’installe  autour d’une grande table sur laquelle est posée une énorme galette des rois, dorée à point, magnifique, fort appétissante, fabrication maison ! Avec art, on découpe de nombreuses parts, car il y a une nombreuse foule : jeunes apprentis, maîtres artisans, notables de la région etc…. bien belle image, atmosphère très sympathique, une grande famille assemblée pour cette belle fête de l’Epiphanie (l’arrivée des rois mages venus d’Orient saluer et encenser l’enfant Jésus, leur sauveur). Sourires, échanges avec l’un, l’une, l’autre, on déguste.

La dernière bouchée avalée, c’est l’allocution habituelle, tant attendue, de notre Président. C’est obligatoire. Il ne doit pas oublier qu’il est entouré de jeunes apprentis boulangers, chez des maîtres artisans boulangers pâtissiers. Un noble métier français où l’on se lève tôt le matin pour aller préparer notre bon pain quotidien, nos belles baguettes croustillantes chères au peuple de France. Et voilà notre Président en marche pour une campagne électorale, car les élections européennes arrivent à grands pas, et les sondages en sa faveur ne sont pas bons du tout, il doit retrouver un certain prestige auprès de cette classe moyenne : artisans, commerçants, professions libérales, cadres moyens, toute une partie de son électorat, qui semblent se détourner de lui, surtout en cette période critique, avec ces « gilets jaunes révolutionnaires, qui mettent tout à sac dans son beau royaume. Il doit montrer à nouveau qu’il est le plus fort …. Et que tout va très bien. Ce n’est pas toutes les bonnes réformes prises par son gouvernement et lui-même qui doivent être critiquées, même si certains crient casse coup, et qui vont l’empêcher de continuer sa marche en avant. Il doit remettre de l’ordre dans ce pays chaotique, et se justifier, et faire la leçon à cette petite minorité de citoyens révoltés.

Et, patatras ….. Tout le beau discours tombe à l’eau. Notre « Président, donneur de leçons » aurait mieux fait de se taire, et de rester dans son beau palais. Ce n’était vraiment pas le moment d’ajouter une nouvelle petite phrase assassine dans le genre : « la période difficile que nous vivons vient, peut-être, d’un goût de l’effort que certains ont perdu ». Parler de la valeur du travail, du goût de l’effort la veille du neuvième samedi de manifestations violentes de citoyens Français, qui, depuis des années n’arrêtent pas de faire des efforts, n’arrêtent pas de travailler, et accusés, maintenant, d’être les responsables de cette grave crise politique, parce qu’ils ont osé mettre à jour tous les dysfonctionnements de ce gouvernement et des institutions, voilà qui est trop fort !

A quand la fin de crise souhaitée par tous les citoyens Français ?

Petite note plaisante, pour terminer : j’aurais bien voulu savoir si notre Président avait eu la fève. Dans ce cas, il était dans l’obligation de mettre une belle couronne royale sur la tête de Brigitte…… Mais on ne le saura jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *