La Hongrie: Le fragment d’un empire

Le Parlement à Budapest

Bernard Owen

Les frontières de la nouvelle Europe: Pour moi la nouvelle Europe a commencé en 1918.

La Hongrie faisait partie de ce vaste empire qu’était l’Autriche-Hongrie. Dans ce cadre chaque une de ces deux unités avait son parlement. Le bâtiment du parlement de Budapest est   sur la plaine de la ville nouvelle. Il a pris modèle sur Westminster hormis sa coupole. Les hongrois ont été les premiers   a avoir un métro et un tronçon a été conservé dans son état d’origine.

Mais revenons au découpage de l’Empire en 1918. L’armée d’Autriche-Hongrie  n’existait plus. Les barrages régionaux se répartissaient selon des frontières incertaines: 7% de la population est en Roumanie, différentes parties sont dans la Voïvodine (Yougoslavie)   et une partie en Slovaquie. Pendant l’occupation de l’armée russe le régime communiste s’est adouci. Les frontières avec l’Autriche se sont assoupli. Les familles se réunissaient autour du lac Balaton., d’énormes hôtels pour les accueillir  ont été construit. Dans les revues j’ai été surpris de voir le vaste  nombre d’associations  de gitans. Certes, ils sont nombreux car, en revenant en 1918 le découpage du vaste empoire a découpé les voies de communication. Autant les lignes principales étaient Bratislava-Budapest, puis Vienne et Prague. Maintenant ces lignes sont remplacé par des frontières. Le sens de l’organisation de la Hongrie était propice aux internationaux où nombreuses réunions ont eu lieu à partir de 1990.

N’oublions pas que la Hongrie a été occupé longtemps par les armées turques (à l’époque de l’Empire Ottoman) et tout près de Budapest se trouve un minaret. Le palais impérial sur le hauteurs     de Budapest est impressionnant.

Les partis hautes et basses de la ville divisées par le Danube sont reliées par des ponts dont un a été construit par Eiffel.

Cet empire a protégé l’Europe des envahisseurs qui ont traversé la Méditerranée.

En  regardant les institutions l’on peut regretter le système mixte qui a été adopté. Un système majoritaire à 1 ou 2 tours eut été préférable. Mais nous en parlons par ailleurs.

Les élections législatives de 2014

En Hongrie, des élections législatives se tiennent le 6 avril 2014, les citoyens hongrois devant élire les 199 députés de la 7e législature de la Diète, pour un mandat de quatre ans. Les élections se traduisent par une large victoire du Fidesz-Union civique hongroise de Viktor Orbán qui est assuré de conserver sa majorité des deux tiers au Parlement. Le parti nationaliste Jobbik sort renforcé et obtient 20 % des voix.

La domnation du Fidesz

À l’issue des élections législatives des 11 et 25 avril 2010, le Fidesz-Union civique hongroise (Fidesz-MPSz), le premier parti de l’opposition depuis huit ans, a largement remporté la majorité des sièges à l’Assemblée nationale de Hongrie (Országgyűlés), avec 263 députés sur 386, soit 68 % des sièges. Le Parti socialiste hongrois (MSzP), au pouvoir depuis 2008 et discrédité par sa politique de rigueur comme par les aveux de mensonge de l’ancien Premier ministre, Ferenc Gyurcsány, avait dû se contenter de 59 députés, seulement onze de plus que le Mouvement pour une meilleure Hongrie (Jobbik), un parti d’extrême droite. D’autre part, le parti La politique peut être différente (LMP), écologiste et libéral, avait surpris de par son notable résultat, obtenant 15 élus à la Diète.

Le 29 mai suivant, l’ancien Premier ministre et président du Fidesz, Viktor Orbán, était officiellement élu Premier ministre de Hongrie par l’Assemblée nationale, sur la proposition du président de la République, László Sólyom. Enfin, le 29 juin, le président du Parlement, Pál Schmitt, fut élu président de la République par la majorité du Fidesz ; cet ancien sportif olympique et diplomate promettait aux grands électeurs de soutenir le gouvernement, sans constituer un obstacle à toute procédure législative, assumant, de facto, son franc soutien à la politique du Premier ministre.

En 2011, le gouvernement Orbán II proposait à l’Assemblée l’approbation d’une nouvelle Loi fondamentale, d’obédience conservatrice, dans laquelle furent mis en valeur les racines chrétiennes du pays, le mariage entre un homme et une femme comme pilier fondateur de la famille et le patriotisme économique. Cette nouvelle Constitution, fort critiquée par l’Union européenne2 et une partie des intellectuels hongrois, fut cependant approuvée par les seuls députés membres du parti du Premier ministre.

Loi électorale

La Diète se compose de cent quatre-vingt-dix-neuf députés, élus pour un mandat de quatre ans au suffrage universel direct, selon un mode de scrutin majoritaire mixte.

Cent six députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour, chacun dans une circonscription. Les quatre-vingt-treize autres sont désignés par un scrutin séparé sur liste nationale des partis, dont la répartition des sièges est faite selon un système de « compensation » pour lequel on ajoute aux suffrages du scrutin de liste nationale les suffrages « fragmentaires » (töredékszavazat) du scrutin uninominal, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas permis aux différentes forces de remporter des sièges dans les circonscriptions, ainsi que toutes les voix du parti ayant remporté le siège qui dépassent le seuil nécessaire pour l’emporter, et on effectue la répartition selon le scrutin proportionnel d’Hondt3.

Campagne

Partis en présence

Force politique Idéologie Chef de file Score en 2010
Fidesz-Union civique hongroise – Parti populaire démocrate-chrétien
Fidesz – Magyar Polgári Szövetség – Kereszténydemokrata Néppárt
Droite
Conservatismenationalismepopulisme
Viktor Orbán
(Premier ministre)
263 députés
Unité
Összefogás
Centre gauche
Social-démocratieprogressisme
Attila Mesterházy 65 députés
Mouvement pour une meilleure Hongrie
Jobbik Magyarországért Mozgalom
Extrême droite
Nationalismeeuroscepticismepopulisme
Gábor Vona 47 députés
La politique peut être différente
Lehet Más a Politika
Centre
Écologie politiquesocial-libéralisme
András Schiffer 15 députés

Les résultats en pourcentage de voix

FIDESZ

Victor Orban

44,87%
MSZP EGYUTT 25,57%
JOBBIK

Gabor Vara

20,22%
LMP

Andreas Schiller

5,34%

(Stabilité du FIDESZ depuis 8 ans)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *