« La République en marche »

Bernard Owen

Pendant que se préparait l’élection présidentielle  de 2017 l’on a fait part de la surprise de voir la similitude entre le nom « Move on » à celui de notre candidat Macron. « En Marche » (auquel on ajoute « La République ») ). Une similitude  de cela se trouve partout  mais quand il s’agit d’une organisation à laquelle se trouve Soros activiste de la politique cela pouvait surprendre. Il lui faut certes de la politique et veut, une façon ou d’une autre contrôler.

Pour illustrer ces propos nous mettons en ligne deux textes, l’un en anglais (alors sortais vos dictionnaires).

Le premier parle du parti en France (en Français). Le second sur l’étendue  dans le monde du financement de Soros.

 

MoveOn.org

From Wikipedia, the free encyclopedia

Formation 1998
Membership 7 million[1]
Website moveon.org

MoveOn.org is an American progressive public policy advocacy group and political action committee.[2] Formed in 1998 in response to the impeachment of President Bill Clinton by the U.S. House of Representatives, MoveOn.org has raised millions of dollars for candidates it identifies as « progressives » in the United States.[2] It also runs a petition Website similar to Change.org.[2]

Structure[edit]

MoveOn comprises two legal entities, organized under different sections of U.S. tax and election laws. MoveOn.org Civic Action is a 501(c)(4) nonprofit corporation,[2] and was formerly called MoveOn.org. It focuses on education and advocacy on national issues. MoveOn.org Political Action is a federal political action committee, and was formerly known as MoveOn PAC. It contributes to the campaigns of many candidates across the country. MoveOn describes the legal structure of the Civic Action that of « a California nonprofit public-benefit corporation » and MoveOn.org Political Action that of « a California nonprofit mutual benefit corporation, » and refers to both corporations collectively as « MoveOn ».[3]

Anna Galland is the executive director of MoveOn.org Civic Action and Ilya Sheyman is the executive director of MoveOn.org Political Action.[1] The president of MoveOn’s board is former executive director, Justin Ruben. Co-founder Joan Blades is also on the board. Past board members include co-founder Wes Boyd, former executive director Eli Pariser, and former Chief Operating Officer Carrie Olson.

MoveOn.org’s structure also incorporates a groups of councils across the country. These councils consist of at least 4 active members in a local area who are tasked with planning and executing events as well as fostering a sense of local identity.Additionally, this system of councils is used to help MoveOn.org transition from an online presence to an on foot presence in communities across the United States and helps MoveOn.org establish this culture of organizing that they are pushing for. MoveOn.org now has over 250 local councils and one in every state.[4]

History[edit]

Main article: History of MoveOn.org

MoveOn started in 1998 as an e-mail group, MoveOn.org, created by software entrepreneurs Joan Blades and Wes Boyd, the married cofounders of Berkeley Systems. They started by passing around a petition asking Congress to « censure President Clinton and move on », as opposed to impeaching him. The petition, passed around by word of mouth, gathered half a million signatures but did not dissuade Congress from impeaching the President.[5] The couple went on to start similar campaigns calling for arms inspections rather than an invasion of Iraq, and campaign finance reform.

Since 1998, MoveOn has raised millions of dollars for many Democratic candidates.[6] In November 2007, a drive spearheaded by MoveOn caused Facebook to change its controversial new « Beacon » program, which notified Facebook users about purchases by people on their friends list.[7]

Since the 2000 election cycle, the MoveOn PAC has endorsed and supported the campaigns of candidates, including the 2008 presidential candidacy of Democrat Barack Obama.[8]

In 2007, MoveOn was a co-founder of Avaaz, a similar organization with an international focus.[citation needed]

In 2016, MoveOn endorsed U.S. Senator Bernie Sanders for President of the United States after holding online elections in which 340,665 members reportedly cast their ballot. 78.6 percent of these supported the junior Senator from Vermont, while 14.6 percent and 0.9 percent supported former Secretary of State Hillary Clintonand former Maryland Governor Martin O’Malley, respectively.[9][10]

Communication methods[edit]

MoveOn.org has advertised in new and traditional media formats, with publicity strategies including billboards, bus signs, and bumper stickers.[11]

MoveOn has collaborated with groups in organizing street demonstrations, bake sales, house parties, and other opportunities.[12]

Changes in federal election laws have impacted groups like MoveOn. The McCain-Feingold Campaign Finance Reform legislation, which went into effect in 2002, allows political parties to raise larger amounts of « hard money » contributions, but bans unlimited soft money contributions to the national political parties and prohibits federal officeholders from soliciting « soft money. »[13] MoveOn, like many other political organizations which sought to influence the 2004 election, was able to circumvent this legislation using a 527 group, which became inactive in 2005 and closed in 2008.[14]

In preparation for the 2006 midterm elections, MoveOn created a new system for soliciting potential voters named Call for Change. As part of the Call for Change effort, MoveOn reported that it placed over seven million phone calls to registered voters.[15]

On May 16, 2011, MoveOn.org debuted SignOn.org, a non-profit hosting service for Internet petitions, and in 2013, SignOn.org became MoveOn Petitions. The MoveOn Petitions campaigning platform competes with other, similar hosts such as Change.orgAvaaz and PetitionOnline.[citation needed]

2016 election actions[edit]

Run Warren Run[edit]

In December 2014, MoveOn.org began their campaign to get Senator Elizabeth Warren (D-MA) to run to be the 45th President of the United States. MoveOn.org’s plan to get Warren to run for office included getting their large base of supporters to sign a petition urging Warren to run, spending roughly a million dollars on television advertisements in Iowa and New Hampshire, the states that kicked off the presidential nomination process, and creating a website called « Run Warren Run ».[16] When asked about the « Run Warren Run » campaign, Ilya Sheyman, MoveOn.org’s executive director, made it clear that the mindset behind the campaign was to show Senator Warren that there was a path for her to the presidency and that there was a substantial amount of grass-roots energy in key states that would support her if she chose to do so.[16] By the end of the campaign, MoveOn.org got 365,000 signatures showing support for Warren and had planned, organized, and executed over 400 events.[16] In the end, Warren did not run for the 2016 presidency.[17]

Support for Bernie Sanders[edit]

After failing to get Senator Warren to run for the presidency, MoveOn.org chose to back Senator Bernie Sanders (I-VT) after 78% of its membership voted in favor of him rather than Hillary Clinton or Martin O’Malley.[18] Ilya Sheyman claimed that Bernie Sanders’ consistent fortitude in regards to standing up to big money and corporate interests really resonated with their members.[19]

United Against Hate[edit]

In response to the rhetoric of Donald Trump during the 2016 presidential election, a group of over 100 celebrities launched the « United Against Hate » campaign hosted by MoveOn.org. The large list of celebrities in support of the campaign attracted the media’s attention. The celebrities, from a range of industries, primarily the film industry, include: Shonda Rhimes, Kerry Washington, Julianne Moore, Macklemore, and Neil Patrick Harris[20]The goal of the campaign was to stop Trump, whom they viewed as a « dangerous » and « divisive » leader.[21]

Model[edit]

Internationalization of the MoveOn Model[edit]

From the start, MoveOn.org’s model was able to combine net activism with meaningful political activism.[22][23] As MoveOn.org developed its presence within politics into the one that it has today, the model and structure that they developed became desirable to other organizations who face similar challenges.[24] One person who aided in the internationalization of the MoveOn Model is MoveOn.org’s former advocacy director, Ben Brandzel. In 2007 after leaving MoveOn to work on John Edwards presidential campaign a bit before it fell apart, Brandzel headed to Australia to help a young Internet driven group called GetUp!. According to their website, GetUp! is « an independent movement to build a progressive Australia and bring participation back into [their] democracy. »[25]When Brandzel arrived in Australia to help GetUp!, he realized that GetUp! was facing similar opportunities and challenges to MoveOn.org.[26] Brandzel then helped GetUp! implement similar structure and campaigns as MoveOn.org and they were able to achieve results at a rate that he says were « three times the pace of MoveOn in the U.S. » From this, he concluded that the success MoveOn.org achieved was not a fluke, rather it was a model that could be applied to different scenarios and could help other organizations achieve similar results in regards to net and political activism.[24] MoveOn.org’s model helped shape and mold GetUp!’s organizational leadership in online campaigning, the communication within the organization, and their theory on how to create concrete political change.[17][27][28]

Financial contributors[edit]

MoveOn.org is primarily funded by small-dollar contributions from its millions of members. Major contributors to MoveOn.org during the 2004 election cycle included financier George Soros who gave US$1.46 million to MoveOn.org Voter Fund; Peter B. Lewis, chief executive of the Progressive Corp., who gave US$500,000 to MoveOn.org Voter Fund.[29]

Criticism[edit]

MoveOn was criticized by the Anti-Defamation League, among others, when a member-submitted advertisement which drew parallels between President George W. Bush and Adolf Hitler was submitted to their online ad contest « Bush in 30 Seconds ». The ad was part of an online MoveOn-sponsored contest during the 2004 presidential election in which members were invited to create and submit political ads challenging President Bush and his administration.[30][31] The ad was quickly pulled off the website.[30]

Fox News criticized the organization after it successfully encouraged the 2008 Democratic presidential candidates not to attend two debates sponsored by the network. Fox News advisor David Rhodes and the network’s commentators Sean Hannity and Bill O’Reilly have also made accusations that MoveOn.org « owns » the Democratic Party and George Soros owns MoveOn.org.[32][33]

Google and MoveOn have been accused of selective adherence to trademark law for removing ads from Google Adwords for Maine Senator Susan Collins, citing infringement of MoveOn trademarks.[34][35] Wired stated on October 15, 2007, that the « left-leaning political advocacy group, MoveOn.org, is backing down » and will allow Google to show the ads. Moveon.org communications director Jennifer Lindenauer said: « We don’t want to support a policy that denies people freedom of expression. »[36]

On June 17, 2008, MoveOn emailed its members stating that it had produced « the most effective TV ad we’ve ever created. »[37] The ad depicts a mother telling Republican senator and presumptive nominee John McCainthat she will not let him use her infant son, Alex, as a soldier in the war in Iraq. Subsequent to the ad’s release, Jon Stewart, host of The Daily Show, « praised » MoveOn for « 10 years of making even people who agree with you cringe. »[38] The New York Times op/ed contributor Bill Kristol criticized the ad in an essay, including pointing out that the « United States has an all-volunteer Army. Alex won’t be drafted, and his mommy can’t enlist him. He can decide when he’s an adult whether he wants to serve. »[39]

David Petraeus advertising controversy[edit]

Main article: MoveOn.org ad controversy

In 2007, MoveOn was criticized by 31 Republican senators and one independent senator for running a print ad in The New York Times that questioned the personal integrity of General David Petraeus, with headlines such as « General Petraeus or General Betray Us? » and « Cooking the Books for the White House ».[40] On September 20, 2007, the Senate passed an amendment by Republican John Cornyn of Texas designed to « strongly condemn personal attacks on the honor and integrity of General Petraeus ». All forty-nine Republican Senators, as well as twenty-two Democratic Senators, voted in support.[41] The House passed a similar resolution by a 341–79 vote on September 26, 2007.[42]

On September 20, 2007, The Washington Post stated: « Democrats blamed the group Moveon.org for giving moderate Republicans a ready excuse for staying with Bush and for giving Bush and his supporters a way to divert attention away from the war. »[6][43][44]

The New York Times public editor Clark Hoyt later stated in an op-ed that MoveOn was mistakenly charged US$77,000 less for the ad than it should have been under Times policies,[45] and MoveOn announced that it would pay The New York Times the difference in price.[46]

MoveOn.org ran more ads using a ‘betrayal’ theme, with TV spots targeting former President Bush and former Republican presidential candidate Rudy Giuliani.[47][48] Giuliani ran his own full-page ad[49] in The New York Times on September 14, 2007.[50][51][52] Giuliani asked for and received a similar reduced fee as Moveon.org, paying US$65,000.[53][54]

Anti-Trump Movement[edit]

Moveon.org has been part of the anti-Trump movement. It has taken credit for helping to promote the 2016 Donald Trump Chicago rally protest, and for paying for printing protest signs and a banner.[55][56]

LREM: «un système néogaulliste, quasi militaire»

29 JUILLET 2017 PAR ELSA SABADO

Les militants d’En Marche! se prononcent sur les statuts de leur futur parti. Comités locaux sans pouvoir, direction ultra-puissante : le parti, où l’absence de démocratie est assumée, s’annonce très centralisé. Des militants attaquent les textes en justice.

Ils étaient des “marcheurs” et des “helpers”, concentrés autour d’un homme providentiel, avec pour seul objectif de faire d’Emmanuel Macron le nouveau président de la République. Une fois cet objectif atteint, au-delà des espérances vu l’écrasante majorité parlementaire qui a suivi l’élection de leur héraut, le temps est venu de se structurer pour espérer pouvoir durer. Le dimanche 30 juillet prochain, La République en marche (LREM) va ainsi se muer en parti. Il est très probable qu’à l’issue de la consultation par voie électronique de ses adhérents, ses statuts soient ainsi adoptés.

Tour d’horizon des enjeux et des contraintes qui vont entourer le plus dur qui commence : s’inscrire dans la durée d’un monde politique espéré comme « nouveau », mais qui doit quand même passer par des rites « anciens »…

  • 25 % tirés au sort, 75 % cooptés

Sur le papier, les comités locaux « constituent le socle fondamental du parti » : n’importe qui peut en créer un, choisir son mode de fonctionnement, y entrer, sans s’acquitter d’une cotisation. Il y a « un référent territorial » par département, ou plus si la densité du territoire l’exige. Celui-ci est nommé par le bureau exécutif et approuvé par le conseil national. Mais il n’a pas de « lien de tutelle avec les comités locaux, il n’a pas le droit de donner d’ordre », explique Anne Descamps, porte-parole du mouvement. Ces référents territoriaux constituent, avec les élus – parlementaires, présidents de collectivités, maires –, 75 % du « Conseil national », le parlement du parti. Les 25 % restants se décomposent en 20 % d’adhérents et 5 % d’animateurs locaux tirés au sort.

Ce scrutin a donné lieu à la première fronde interne du “mouvement-parti”. Trente-deux adhérents ont en effet déposé un référé au tribunal de grande instance de Créteil pour faire annuler la consultation, dénonçant le non-respect des statuts actuels d’En Marche!, qui prévoient un délai d’un mois entre la convocation à l’assemblée générale électronique et le début de celle-ci. Or les adhérents ont reçu leur convocation le 8 juillet et le scrutin a démarré le 23.

Statuts « En Marche! » juillet 2017 © « En Marche! »

  • « Aristocratie de droit divin »

Ce vice de forme vient s’ajouter à un certain nombre de griefs de fond de ces trente marcheurs qui réclament le report du vote. « 75 % des membres du Conseil national sont des référents départementaux, nommés par la direction nationale, ou des élus, élus par le peuple, certes, mais après avoir été choisis par la commission nationale d’investiture qui dépend directement du bureau exécutif », détaille Rémi Bouton, porte-parole du collectif La démocratie en marche. Il s’inquiète également du seuil de 20 % de comités ou d’adhérents à atteindre pour pouvoir soumettre une question au bureau exécutif, ou encore des deux tiers des adhérents à réunir pour réviser les statuts, quand le bureau exécutif peut le faire à n’importe quel moment. Or En Marche! compte aujourd’hui officiellement 375 000 adhérents et 3 200 comités locaux.

Après la convention sur les statuts, le 8 juillet dernier, les membres de Denfert, le comité parisien de Rémi Bouton, avaient discuté de ce qu’ils auraient voulu inscrire dans ces statuts. « Nous aurions voulu élire les référents plutôt que de se les voir imposer par le national, que ce soient des binômes paritaires plutôt qu’une seule personne, que les instances nationales soient élues. Et aussi que l’on mette en place la “civic-tech”, des outils de collaboration entre comités locaux, des plates-formes pour inventer un nouveau type de démocratie. » À la réception du projet de statuts, c’est le désenchantement. « La défiance envers les adhérents était à tous les étages, explique le “marcheur”. Ils voulaient supprimer les baronnies des partis traditionnels ? Ils les remplacent par une aristocratie de droit divin ! Les adhérents ne sont pas un tiers état, nous sommes un “quart état” ! »

  • « Plafond de verre »

Comment quelqu’un qui, il y a quelques mois, se lançait à corps perdu dans l’aventure En Marche!, en est-il arrivé à une telle amertume ? « J’ai adhéré parce que je trouvais qu’Emmanuel Macron était séduisant. Ancien des radios libres, j’aime expérimenter. Mais lorsque je proposais des choses, mon référent territorial agissait souvent en verrou. Il ne nous rapportait pas beaucoup d’informations de ce qui se passait au “QG”. Il y avait comme un plafond de verre qui nous empêchait de prendre part à ce qui se passait dans les hautes sphères du mouvement. Nous, nous avions juste le droit de parler de militantisme, de faire les petites mains. Mais la politique était ailleurs. C’était très frustrant », témoigne Rémi Bouton. Dans un premier temps, le militant se taitcomprenant la nécessité d’une « opération commando » en vue des élections, et « pour ne pas faire de mal au mouvement »« Mais sur les statuts, rien ne nécessitait un tel empressement », juge-t-il.

La parole de Rémi Bouton et de ses camarades se heurte pour l’instant à un mur d’hostilité, du moins de la part des militants présents à la convention du 8 juillet que nous avons recontactés. Lorsqu’elle a vu les dissidents à la télévision, Rozenn, du comité d’Issoire, a tout de suite envoyé un message à son référent départemental pour lui demander ce que c’était que ce« bazar » : « Les législatives ont eu lieu il y a seulement deux mois ! Il faut laisser le temps au temps au lieu d’alerter tout le monde au moindre problème ! Mais bon, les gens veulent faire parler d’eux. » L’absence d’élections internes ne la dérange pas plus que cela : « Dans les autres partis, on élit des gens et pourtant, certains restent plus puissants que d’autres. » Son camarade Jacques-François, coréférent territorial en Côte-d’Or, relativise : «Trente personnes, c’est minime au vu du nombre d’adhérents. Il y a toujours des mécontents, des personnes aigries de n’avoir pas eu de poste. » Lui aussi défend le fonctionnement vertical du parti : « Pour l’instant, nous sommes dans une phase de création, nous avons besoin de gens compétents. Ils sont nommés seulement pour trois ans, au-delà, ça bougera. »

  • Une direction recrutée sur C.V. 

Du côté d’En Marche!, on assume sans complexe que le parti ne soit pas démocratique. « Nous ne voulons pas de strates, de corps intermédiaires qui captent la voix des adhérents. Nous ne voulons pas non plus des élections que proposent ceux qui s’opposent aux statuts, car la désignation nous permet de sélectionner des profils, des compétences, et de maintenir la parité. Revenons au principe de réalité : les élections au niveau local, c’est cela qui enkyste les partis », explique Anne Descamps. Comme dans une entreprise, c’est donc sur C.V. que les « référents territoriaux » sont recrutés par le bureau exécutif.

Anne Descamps préfère concentrer son discours sur l’innovation que constitue le tirage au sort d’un quart du parlement du parti : « Je préfère la démocratie directe à la démocratie indirecte. Nous sommes le seul parti qui permette aux adhérents de siéger de manière fixe dans les instances qui ont le pouvoir de désigner la direction exécutive du parti. Alors que d’habitude, les adhérents n’ont aucun rôle dans ces instances. » Sauf, peut-être, celui de les élire et de les réélire, ou pas.

  • Régler les problèmes par la hiérarchie

Un système qui « fonctionne si chacun joue son rôle », explique Anne Descamps. Elle le concède, le staff d’En Marche! a identifié « des verrous »,« des relations interpersonnelles compliquées » : des conflits. « La réponse à ces verrouillages, ce ne sont pas des élections, c’est plus de fluidité. »Comprendre : en cas de crise ouverte, la direction nationale nommera un nouveau référent à la place du premier.

La porte-parole souligne aussi que les process mis en place par En Marche! ont permis de « solutionner » une partie de ces problèmes. « Avant le vote en lui-même, nous avons lancé une consultation sur des projets de statuts. Nous avons récolté 2 500 retours et pris en compte certaines demandes. Les référents territoriaux pourront être évalués de manière formalisée, ils pourront être soumis à un vote de confirmation sur proposition du bureau exécutif, et les comités locaux auront la possibilité de proposer un candidat », explique la cadre d’En Marche!

  • Des baronnies par le haut

« Les statuts d’En Marche! laissent aux comités locaux une grande autonomie, contrairement aux sections des partis. On remarque une absence de leader, qui marque le refus de la personnalisation. Mais surtout, surtout, il y a une absence totale de contrôle des adhérents sur les dirigeants », analyse Frédéric Sawicki, professeur de sciences politiques à Paris I.

Selon le politologue, l’absence d’intermédiaires est un leurre. « Les intermédiaires existent, mais ils sont désignés par le haut. Ce sont les référents territoriaux, sortes de préfets du parti. » Pour lui, mettre la formation de baronnies sur le compte des statuts, quels qu’ils soient, est une erreur. « Ce ne sont pas les statuts des anciens partis qui ont créé les baronnies, ce ne sont pas eux qui peuvent les empêcher dans les nouveaux partis. Il sera d’autant plus facile pour un maire de faire main basse sur le parti grâce à sa puissance – comme ce qui se passe actuellement à Montpellier – qu’il n’y a pas d’élections internes, pas d’élus qui peuvent rendre compte. Si vous ne précisez pas les droits des adhérents, qui va définir les règles ? Les plus puissants. »

  • « Néogaullisme »

Autre problème soulevé par Frédéric Sawicki, celui de la gratuité de l’adhésion. « Il n’est précisé aucune périodicité pour renouveler son adhésion. N’importe quel élu peut faire adhérer des dizaines de gens en un simple clic pour faire voter des choses, sans aucun contrôle. Si on ajoute la question de la possibilité de double appartenance, En Marche! peut être capté par n’importe quelle autre force politique. Il faut lier ces deux questions avec l’absence de pouvoirs des adhérents », décrypte le chercheur. L’impuissance des comités locaux expliquerait donc leur totale liberté. Cette liberté elle-même expliquerait pourquoi pas un centime des millions d’euros de subventions touchées par le parti après les élections ne sera reversé à ces comités sans passer par un appel à projet… piloté par le national.

« Nous sommes donc dans un système très centralisé, néogaulliste, quasi militaire, fait pour défendre une personne », juge Frédéric Sawicki, qui fait même un parallèle avec « le PC [le Parti communiste] de la grande époque, où les permanents étaient payés pour s’assurer que les militants restaient dans la ligne ». « Les chefs d’entreprise peuvent s’insérer dans ce système, sur le mode “tout le monde derrière le CA [conseil d’administration] !”. Mais pour les ex du parti socialiste, même ceux du Nouveau Centre, ou encore les gens issus du monde associatif, ça va être plus difficile. Cela sera-t-il compatible avec le rapport actuel, critique, aux institutions ? » s’interroge le politologue. À court terme, il doute surtout que le parti puisse se lancer dans les élections municipales sans faire vivre, y compris financièrement, les comités locaux.

  • Lanceurs d’alerte

Cette rigueur formelle a déjà suscité l’explosion publique de trente “marcheurs”. Leurs vaines tentatives de rencontrer les membres du QG, puis Jean-Paul Delevoye, et même Emmanuel Macron lui-même, les poussent à porter leur différend devant la justice, et à le médiatiser. Une seule possibilité pour que les statuts ultra-centralisateurs d’En Marche! ne soient pas adoptés : que la justice l’empêche. Résultats le 1er août. « Si on ne gagne pas, on aura lancé une alerte », estime Rémi Bouton.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *