LE VOTE POUR LE PARTI NAZI DANS LE CADRE D’UNE THÉORIE GÉNÉRALE D’UNE NOUVELLE STRUCTURE p’ACCUEIL POUR LE VOTE ANTI SYSTÈME

Il est difficile d’aborder le nazisme en  raison de ces  conséquences dramatiques.  Nous avons considéré dans son aspect de technique électorale en essayant de la détacher du côté émotionnel. En ce début de section, nous avons posé la question suivante : le phénomène nazi pouvait-il, en le considérant dans une optique électoraliste et comparative, se rattacher des autres manifestations de protestation électorale que nous avons précédamment connu?

Pour répondre à cette question nous allons classer les différentes conditions que nous avons vu mener à l’apparition  d’un vote se dirigeant vers une nouvelle structure d’accueil, qui représente  une montée brutale et inattendue des suffrages contre un gouvernement ou un système politique ne répondant pas au besoin du moment. La nature de l’action  » anti système » peut se définir  selon les critères de cause et des manifestations auxquelles il donne lieu peuvent prendre trois formes distinctes.

Notre hypothèse, qui minimise l’importance de l’idéologie dans le comportement électoral de l’Allemagne de 1930.

La place de l’idéologie

Les leaders du Mouvement 5 étoiles Luigi Di Maio (à gauche) et de la Ligue Matteo Salvini Photo Tiziana FABI. AFP

Notre interprétation ne veut pas dire que l’idéologie germano-nazi n’intervient pas. Elle intervient certainement de façon déterminante au niveau des adhérents activistes qui forment le noyau de base, ainsi que pour les 800.100 électeurs du Parti Nazi en 1928. Il est alors autorisé de dire que l’idéologie germano-nazi a favorisé la permanence du nazisme pendant la période de prospérité de 1924 à 1929, ce qui lui a permis d’être la structure d’accueil principale pour les élections de 1930.

Le pourcentage de 2,6 % atteint en 1928 mène à à la réflexion suivante: 2,6% de l’électorat allemand d’extrême droite pour voter N.S.D.A.P. s dans le cadre d’un mode de scrutin proportionnel favorable à la représentation de toutes  les tendances, surprend par sa faiblesse. Il Il est certes difficile d’effectuer des comparaisons, mais les pourcentages obtenus par les partis d’extrême droite  dans les pays de plus petite taille (Parti du Progrès norvégien 15,3 % en 1997, le Vlaamse Blok 9,9 % en 1999), 

dans une époque où l’extrême droite est l’objet d’une condamnation morale sinon juridique, indique bien La faiblesse du courant réellement nazi surtout si l’on considéré  son déclin lors des dernières élections de 1924 à 1928 (de 3,2 à 2,6 ).

Le nombre d’adhérents à un parti politique n’est pas un critère pour évaluer sa puissance électorale, car même un nombre important d’adhérents est, dans tous les cas, insignifiant par rapport aux électeurs nécessaires pour qu’un parti devienne une force parlementaire. Le nombre des adhérents au Parti Nazi (100.000) en 1928 est impressionnant, mais ne permettra pas au  Parti Nazi d’obtenir plus de 2,6 % des suffrages (810.100 suffrages) avec un mode de scrutin qui lui était très favorable. 

La raison en est simple : les deux conditions pour qu’une nouvelle structure d’accueil anti système apparaisse n’étaient pas présentes.

Il faut aussi noter que, même sans parti nazi, un un autre parti (peut-être très différent) aurait pu surgir sans avoir à se prévaloir d’un enracinement idéologique. La contestation cherche avant tout un parti ne pouvant pas être assimilé au régime beaucoup plus qu’un parti d’une idéologie déterminée.  Le propre d’une nouvelle structure d’accueil est de représenter le contraire de ce qui est critiqué par une part significative de l’électorat.

La faible importance de la nature idéologique du vote protestataire apparaît lors des des de 1932. Une partie des électeurs pour le Parti Nazi aux premières élections, effrayés par les attitudes bellicistes que prenaient les nazis, n’ont pas voté pour lui (le vote est passé de 37,3% à 33,1%) mais, en compensation le communiste a progressé de 14,5% à 16,9%.

Le rejet de cette république qu’i n’assumait pas ses responsabilités, est de exprimé par Georges Bataille:

 » Ils détestaient l’Etat. ..comme un cadre de vie trop faible, comme un pouvoir dont l’absence se traduisait par le sentiment d’une menace mortelle. et d’un manque oppressant. Cet Etat de manque, au sens où on l’entend pour les drogués, les a poussés dans les bras des éléments hétérogènes et qui, de réprouvés, sont devenus brusquement rassurants. »

HYPOTHÈSE ÉLECTORALE COMPARATIVE

Nous allons donc observer les nouvelles structures d’accueil que nous avons rencontrés jusque là, de façon à déterminer ses composantes et les relations qui existent entre elles. Nous verrons alors si le vote nazi s’insère dans l’ensemble ou si nous devons lui une place à part.

Notre observation de l’Europe proportionnaliste nous fait distinguer trois éléments, la présence des deux premiers étant nécessaire pour que la protestation apparaisse, le troisième,  représentant les trois différents types de supports nécessaires pour que la protestation prenne une signification électorale :

  1. Un gouvernement en difficulté.
  2. L’absence d’une alternance gouvernementale crédible.
  3. La présence d’une structure d’accueil (pour le vote de protestation).
  4. 1.  Un gouvernement en crise.- Un gouvernement face à une crise politique, économique ou sociale qu’il a du mal a résoudre. L’origine de la crise peut être propre au pays ou d’origine internationale. L’Allemagne de Weimar se trouve en 1930 dans cette situation : en pleine crise économique et sociale, dislocation du gouvernement majoritaire de coalition (Chancellier Muller) et sa gouvernement minoritaire (Chancellier Brunig) ne pouvant légiférer qu’au moyen décrets présidentiels pendant une période de deux ans.

2.  Un gouvernement sans alternance crédible.  – Le vote contre le gouvernement ne peut pas se porter sur un parti  inséré dans le système politique pour les raisons suivantes :

  • Les partis de l’opposition parlementaire sont trop morcelés, trop faibles pour représenter une alternative crédible aux yeux de l’électorat.
  • Les gouvernements précédents ont été de courte durée et divers partis ont alterné au gouvernement et dans l’opposition, sans qu’une part de l’électorat saisisse clairement Lesquels représentent l’opposition parlementaire.
  • ° Le gouvernement est de large coalition (de type  » salut national « ) et représente, au départ, la grande majorité du parlement. Nous y avons rencontré l’ Autriche et la Belgique. 

L’Allemagne de Weimar se trouve en 1930 dans cette situation : elle n’a pas d’alternance crédible au parlement, et les partis démocrates réunis dans la coalition Muller n’ont pu se mettre d’accord sur un programme à réaliser, et sont incapables de former un autre gouvernement représentant une majorité absolue des sièges du Reichstag.

  1. La présence d’une structure d’accueil pour un parti de protestation. – Quand les deux conditions précédentes existent, l’électorat mécontent de l’action gouvernementale cherche une structure d’accueil pour son vote. Les structures d’accueil sont diverses mais peuvent être classées en trois catégories.
  • La structure d’accueil spontanée, sans antériorité politique que l’électorat découvre peu de temps avant l’élection. La structure d’accueil prend naissance spontanément, en raison même de l’événement que représente l’enjeu électoral. Par exemple : l’apparition de Glïstrup lors d’une
  • interview télévisée qui se vante de ne pas payer d’impôts, alors que les Danois veulent réagir contre un excédent d’imposition.
  • La structure d’accueil représentée par un parti connu et représenté au parlement qui recueille, pour des raisons diverses, le vote protestataire. Par exemple, le Parti Agraire suédois (qui devient le Parti du Centre) et qui adopte de façon spectaculaire tous les thèmes à la mode du moment, également, le vote pour le Parti Communiste italien de 1976.
  • La structure d’accueil représentée par une organisation bien structurée dans le domaine non parlementaire. Par exemple; le poujadisme                                                                       qui était bien connu sur le terrain de l’organisation et de la contestation sociale. Le nazisme bien organisé sur le terrain social, mais faiblement implanté au parlement. Le vote pour le Parti nazi n’est pas de même ordre en 1930 seulement pour les élections de 1932.

En 1930, la seule structure d’accueil pour le vote contre le gouvernement et, après sa chute, contre les partis qui avaient participé à tous les gouvernements de Weimar mais se trouvaient maintenant dans l’incapacité de s’entendre sur un gouvernement de coalition, était le vote pour le Parti Nazi et le Parti Communiste. En 1932, l’ Allemagne n’avait pas été gouvernée pendant deux ans selon le schéma du parlementarisme mais au moyen de décrets présidentiels. Le vote pour le Parti Nazi et le Parti Communiste était la structure d’accueil toute indiquée pour un vote anti système, anti Weimar, contre une République qui ne pouvait pas fonctionner selon les règles de la démocratie. Dans ce troisième cas, les formations concernées disposent d’une structure idéologique déjà en place alors que dans le premier cas, le programme du parti protestataire est né des circonstances du moment, qui se développera par la suite en idéologie générale.

Notre argumentation ne présente donc pas la montée électorale du nazisme allemand comme une  » anormalité  » mais la  » normalité  » du phénomène s’inscrit dans un tout autre registre que celui conçu par les deux auteurs Buron et Gauchon. Pour nous, le phénomène nazi, même s’il peut s’inscrire dans une perspective historique, aurait été confiné dans un rôle en marge de la politique active, n’ayant qu’une signification électorale minime si les deux facteurs que nous avons développés n’avaient pas été présents. Le nazisme à franchi le cap de la marginalité en 1930, à l’occasion de la réunion des deux causes : un gouvernement de coalition qui se brise face à la crise et devient minoritaire. Aucun des partis traditionnels ne se présentait comme étant capable d’assurer une alternance gouvernementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *