Les embarras de Nicole Belloubet. face aux questions des journalistes du Grand Jury

French Justice Minister Nicole Belloubet speaks during a session of questions to the Government at the French National Assembly in Paris, on October 24, 2018. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)

Monique Cochinal, chercheur associé

Notre Ministre de la justice : Nicole Belloubet, en pleine forme, malgré quelques étranglements de voix, par moments, et quelques signes d’embarras, répond aux questions des journalistes sur les événements politiques de la semaine. Elle s’exprime souvent avec simplicité, mais avec beaucoup de pudeur et aussi de raideur. Le droit est le droit ! Pas de sentiments ! La justice est la justice ! Pas de sentiments …..

En premier, elle condamne fermement les propos de Jean Luc Mélanchon, ce rustre, qui a osé lui reprocher les méthodes justiciables injustes, et les peines appliquées bien légères pour certains grands fraudeurs (exemple : Kahuzac) par rapport à d’autres (exemple : Jean Luc Mélanchon et son parti). Ce sont des mensonges de sa part dans le seul but de faire sauter le gouvernement, y compris elle-même. Ce sont des actes contre la démocratie qu’elle se doit de combattre. Elle est très contrariée que ce rustre révèle qu’elle avait oublié, tout à fait inconsciemment, de déclarer au fisc la valeur de deux appartements et d’une maison lui appartenant.

Madame la Ministre estime que l’incarcération de Patrick Balkani, sans mandat de dépôt, n’avait rien d’exceptionnel. Les magistrats sont libres des choix qu’ils font et le mandat de dépôt n’est pas une exception. Par contre, ce qui est choquant, dit-elle, est que son épouse, Isabelle, jugée également coupable de fraude fiscale, lui ait succédé à la mairie de Levallois Perret. Mais impossible de faire autrement, puisque son épouse a été élue « démocratiquement » adjointe. La justice est indépendante, nous réaffirme-t-elle, et les procureurs, qu’elle réunit souvent, ne sont nullement influencés par le gouvernement. Cependant, la fraude fiscale fait partie des priorités de ce gouvernement, et son rôle est de faire appliquer ces consignes, c’est tout. Aucune influence ……. Si par hasard vous en doutiez….. Vous auriez tort et mauvais esprit.

Quant à la mise en examen de Richard Ferrand et le soutien général des députés et des ministres du gouvernement, il est en droit de rester à son poste, et ainsi de ne pas démissionner, car sous le couvert de la présomption d’innocence, on ne doit pas et on ne peut pas l’obliger. Il n’est pas Ministre ni député. C’est la loi. Ses explications et ses arguments maladroits ne m’ont guère convaincue. Les mensonges d’un Procureur pour couvrir le Président et les bavures policières, dans la triste mort de notre jeune Steve à Nantes sont vite passés sous silence. Le Ministre de l’Intérieur a pris les sanctions adéquates.

Les nouvelles lois de bioéthique et la PMA pour toutes sont un grand progrès pour toutes les femmes, et nous devrions nous en féliciter. Elles seront présentées à l’Assemblée Nationale le 24 septembre, sans encombre, car les citoyens français sont prêts. Cependant, il y a bien certains opposants réactionnaires, genre Bellamy, un philosophe, qui dénoncent au JDD les « apprentis sorciers de la condition humaine qui défendent l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes lesbiennes et aux femmes célibataires ». Cependant, Madame Belloubet se voit dans l’obligation de préparer une nouvelle législation pour désigner la mère n° 1, celle qui portera l’enfant, et la mère (remplaçant le père) n° 2, l’une et l’autre ayant les mêmes droits sur l’enfant. Tout sera établi en une signature devant notaire. On imagine le casse-tête chinois devant un héritage…. Ou pour établir, ne serait-ce que l’acte de naissance : « Quel est le nom du père ? ….. C’est le nom de la mère n° 2. C’est encore plus compliqué que dans les familles recomposées où les enfants ont deux pères, deux mères, des quantités de demi frères et demi sœurs, deux grands parents, des demi oncles, des demi tantes, etc… Etc …. On appelle cela le monde nouveau.

Madame la Ministre n’est pas inquiète pour les autres réformes non plus. Elles sont nécessaires et demandent simplement du temps. Un mandat ne suffira pas. On prévoit donc un second quinquennat pour Emmanuel Macron et Madame Belloubet.