Macron ne peut pas équilibrer son budget

Côté écologie, énergies renouvelables… le GIEC est inquiet. Le réchauffement climatique. Après tout, est-il possible d’émettre des prévisions dans ce domaine?  L’on s’interroge car, la réflexion mène à travers les millénaires passés, la vie animale a-t-elle vraiment joué un rôle sur les modifications de la température?

Certaines personnes y croient encore. Pourquoi pas? Nous sommes libres de la pensée. Se lancer aux solaires gâchent les paysages. Encore faut-il s’assurer que la région est ensoleillée. En ce qui concerne le vent, même inquiétude pour des nombreux moulins. Quelques vieux, précisément, existent encore au Pays-Bas. Nos moulins récents sont nettement moins beaux.

Alors que reste-t-il?  Les marées! Celles-ci sont imperturbables mais demandent des travaux considérables. Il m’est arrivé de parcourir la jetée qui relie la Normandie à la Bretagne. Elle est impressionnante mais peut-être faudrait-il avoir une pensée pour nos plages normandes? Quant à nos voitures élecriques elles nous menèrent à la catastrophe. Bernard Owen

EN DIRECT – « Gilets jaunes » : l’opposition déçue par le discours de Macron

Le président de la République a cherché ce matin à répondre à la colère des « gilets jaunes » avec plusieurs annonces. Les représentants du mouvement seront finalement reçus au ministère de l’Ecologie, alors que Benjamin Griveaux avait indiqué ce matin que le gouvernement ne les recevrait pas.

En cours de misà jour à 1:²7

Berger (CFDT) et Veyrier (FO) déçus

Laurent Berger et Yves Veyrier, les numéros un de la CFDT et FO, sont sortis déçus du discours d’Emmanuel Macron sur la transition écologique, face à la gronde des gilets jaunes, regrettant la « faiblesse » des mesures. Les deux dirigeants, de même que Philippe Louis, président de la CFTC, interrogés par l’AFP, ont tous les trois salué la décision du président de la République de maintenir le cap en matière de transition écologique. « C’est nécessaire parce qu’il en va de l’avenir de l’humanité », a réagi Laurent Berger. « Si on infléchit le cap, c’est nos concitoyens qui le payeront et nos enfants », a de son côté souligné M. Louis. La volonté d’Emmanuel Macron d’organiser une concertation avec les corps intermédiaires a également été bien accueillie, mais les leaders syndicaux se sont montrés prudents quant à la manière dont elle va se dérouler.
Il y a « une vraie affirmation du besoin de concertation des acteurs intermédiaires et organisation syndicales, patronales, associatives, des élus locaux, comme si tout d’un coup on s’apercevait du rôle que pouvaient tenir ces corps intermédiaires », a souligné M. Berger. « Tant mieux si c’est un changement de méthode, une inflexion, qui se vérifiera dans la capacité à les entendre dans les discussions à venir », a-t-il ajouté. Sur les solutions proposées, la CFDT et Force ouvrière ont affiché leur frustration.

Il y a une « forme de déception de la faiblesse des mesures annoncées: il n’y a pas pour l’instant de réponses très concrètes », a regretté le secrétaire général de la CFDT, qui dans la matinée a développé dans un communiqué sa vision du « pacte de conversion écologique » à travers une trentaine de propositions. De son côté, Yves Veyrier est resté sur « sa faim ». « J’aimerais que le président de la République intègre un peu plus dans son discours syndicats et salaires, parce que l’augmentation des salaires n’est pas ennemie du climat », a-t-il dit à l’AFP.

« 40 millions d’automobilistes » déçu par les annonces de Macron

« Pour l’association « 40 millions d’automobilistes », le Président de la République continue de mépriser les automobilistes et ne leur promet que la poursuite d’une politique économiquement et socialement injuste. », a déclaré l’association après le discours d’Emmanuel Macron.
Les annonces d’Emmanuel Macron jugées « inquiétantes » par les ONG

Elles sont unanimes : la politique énergétique française prend une mauvaise direction. Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) actives sur les thèmes environnementaux déplorent les annonces d’Emmanuel Macron. Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France, estime qu' »Emmanuel Macron est en train de réussir un tour de force : alors que l’urgence climatique s’aggrave, il s’apprête à faire moins pour la transition énergétique et le climat que son prédécesseur, François Hollande. les beaux discours d’Emmanuel Macron n’y changeront rien, la France se décrédibilise sur la scène internationale ».

Selon Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme (ancienne Fondation Nicolas Hulot), « ce discours c’est le statu quo sur l’ère du nucléaire et l’art du vide en matière de transition écologique ». Jean-David Abel, vice-président de France Nature Environnement, estime que « la PPE annoncée aujourd’hui est inquiétante au regard de l’urgence des enjeux. Elle ne permet pas d’engager la France dans une transition énergétique et écologique digne de ce nom ». Enfin, pour Morgane Créach, directrice du Réseau Action Climat, le président « a acté le retard pris par la France dans la transition écologique et beaucoup parlé de méthode, sans faire d’annonces concrètes. Pire, le report à 2035 des objectifs de réduction de la part du nucléaire va freiner la transition écologique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *