Macron selon un baromètre et plusieurs sondages

Résultats du Baromètre YouGov France

/ Le HuffPost / CNews de Juillet 2018

 

Par Antoni Minniti,  Research Executive

Sur Latest Commentary, Politics & current affairs, Politique  SurJuillet 5, 2018, 2:47 pm

La cote de confiance du couple exécutif

recule ce mois-ci

A l’heure du conseil de classe pour l’ensemble des ministres, le couple exécutif se voit, quant à lui, sanctionné par les Français. En effet, le Président de la République semble payer ses dernières sorties médiatiques, sa fermeté sur la question migratoire avec l’Aquarius et autres polémiques liées à la vaisselle de l’Elysée ou encore l’installation d’une piscine hors-sol au Fort de Brégançon.

Avec 32% d’opinions favorables, le Président de la République perd 1 point comparé au mois dernier. Malgré une nette hausse auprès des sympathisants du parti Les Républicains (51% d’opinions favorables, +10 points), Emmanuel Macron enregistre des baisses sur l’ensemble des autres franges de l’opinion : -15 points auprès des sympathisants PS, EE-LV (25% d’opinions favorables), -6 points auprès des sympathisants du Centre (84% d’opinions favorables), -6 points également auprès des sympathisants d’Extrême droite (10% d’opinions favorables) et -5 points auprès des sympathisants d’Extrême gauche (9% d’opinions favorables).

Le Premier ministre, quant à lui, suit la même tendance et perd 2 points ce mois-ci pour atteindre 30% d’opinions favorables. Malgré une petite hausse auprès des sympathisants d’Extrême droite (13% d’opinions favorables, +2 points), le chef du gouvernement est en retrait sur le reste des franges de l’opinion. Ainsi, Edouard Philippe perd 12 points auprès des sympathisants du PS, EE-LV (26% d’opinions favorables), 9 points auprès des sympathisants du parti Les Républicains (43% d’opinions favorables), 5 points auprès des sympathisants d’Extrême gauche (8% d’opinions favorables) et 1 point auprès des sympathisants du Centre (84% d’opinions favorables).

Ce mois-ci, le podium des sujets de préoccupation en politique des Français se voit modifié comparé au mois dernier. Ainsi, « l’immigration arrive en tête avec 19% (+5 points) suivi par le « chômage et l’emploi » (18%, -4 points) et de la « protection sociale » (16%, stable).

Le gouvernement affiche une tendance similaire à celle du couple exécutif

Ce mois-ci, le gouvernement rompt avec la stabilité en perdant 2 points (28% d’opinions favorables). Malgré une hausse de 6 points auprès des sympathisants du parti Les Républicains (46% d’opinions favorables), la cote du gouvernement baisse, elle aussi, auprès de l’ensemble des autres franges de l’opinion. Le gouvernement perd 14 points auprès des sympathisants PS, EE-LV (23% d’opinions favorables), 5 points auprès des sympathisants d’Extrême droite (6% d’opinions favorables), 5 points auprès des sympathisants du Centre (83% d’opinions favorables) et 2 points auprès des sympathisants d’Extrême gauche (8% d’opinions favorables).

Le gouvernement enregistre 2 tendances au niveau des items testés. En hausse tout d’abord, plus d’un Français sur deux estime que le gouvernement a « une ligne claire, dont il ne bouge pas » (51%, +1 point). Derrière, 41% estiment qu’il « a de bonnes intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (+2 points), 28% estiment qu’il « s’adresse à toute la population, pas seulement à ses électeurs » (+1 point) et 17% estiment qu’il « protège les intérêts des personnes comme [eux] » (-1 point). En baisse, 52% des Français estiment que le gouvernement est « prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (-1 point). Derrière, 37% estiment qu’il « va de l’avant, et propose des mesures modernes » (-2 points), 31% qu’il est « composé de personnes compétentes » (-2 points) et, 23% estiment que « la société qu’[il] prône est globalement celle dans laquelle [ils] souhaitent vivre » (-2 points).

Le Rassemblement National, quant à lui, enregistre une nouvelle fois des scores en hausse sur une grande partie des items testés. Toujours plus de 3 Français sur 10 estiment que le Rassemblement National a « une ligne claire, dont il ne bouge pas » (39%, +1 point), qu’il est « prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays » (39%, +1 point) et qu’il a « de bonnes intentions, même s’[ils] ne [sont] pas toujours d’accord avec ses positions » (35%, +1 point). Derrière, moins d’un Français sur trois estime qu’il s’adresse « à toute la population, pas seulement à ses électeurs » (32%, +3 points), qu’il « protège les intérêts des personnes comme [eux] » (29%, +2 points), que « la société qu’[il] prône est globalement celle dans laquelle [ils] souhaitent vivre » (26%, +3 points), qu’il « va de l’avant, et propose des mesures modernes » (22%, -1 point) et qu’il « est composé de personnes compétentes » (21%, stable).

Emmanuel Macron est à son plus bas historique en ce mois de juillet 2018. | LUDOVIC MARIN / AFP

Par Ouest-France

Ils étaient 55 %, en moyenne, à se déclarer satisfaits du président de la République, en mai 2017, peu après son élection. Et encore 50 % en juillet 2017, voici un an. Ils ne sont plus que 36,3 % en juillet 2018, si l’on en croit la moyenne de sept instituts de sondage : BVA, Ifop, Elabe, Harris Interactive, Ipsos, Kantar Sofres et Odoxa. Faisons le point.

En France, les sept grands instituts de sondage ne sont pas toujours d’accord entre eux. Panel étudié et retenu, questions posées, moyens de calculs, pondérations, expliquent ces différences, parfois ténues, souvent importantes.

D’où l’intérêt de pouvoir moyenner les chiffres mensuels fournis par BVA, Ifop, Elabe, Harris Interactive, Ipsos, Kantar Sofres et Odoxa.

La courbe ci-dessous et les points chiffrés qui l’accompagnent sont en tout cas éloquents. Après l’euphorie de l’élection, la cote d’Emmanuel Macron à la présidence de la République a fléchi à la rentrée 2017, avant de repartir à la hausse en décembre et en janvier, puis de baisser régulièrement, avant de nettement retomber en mai, juin et surtout juillet 2018. L’affaire Benalla, sans être la cause unique de cette désaffection, explique pour une part cette chute dans les sondages.

Les chiffres de la popularité d’Emmanuel Macron depuis son élections, selon les sept instituts de sondage. Et leur moyenne. | VISACTU

Car ce mois de juillet est pour l’instant le plus bas historique d’Emmanuel Macron depuis son arrivée à l’Élysée, avec 36,3 % d’opinions favorables. Le président de la République a perdu 3,1 points de popularité par rapport à sa moyenne de juin.

À noter les fortes disparités d’un institut à l’autre : Harris Interactive produit des résultats la plupart du temps plus élevés que ses concurrents, tandis qu’Ipsos présente au contraire les valeurs toujours les plus faibles. Mais tous présentent un point commun : leurs chiffres de juillet sont les plus faibles, pour chacun d’entre eux.

Courbe réalisée à partir des données (cote de popularité, % de satisfaits, cote de confiance, bonnes opinions, etc.) des sept instituts de sondage. Moyenne calculée à partir des données de six instituts en juillet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *