Monsieur retraites a la mémoire courte

Monique Cochinal, chercheur associé
Jean-Paul Delevoye, nommé ministre en septembre 2019 et chargé par le Président Macron, son ami, de la plus importante des réformes sociales de ces dernières décennies, a la mémoire courte. Lui, l’homme intègre, digne de toute confiance, aurait fait des erreurs impardonnables dans sa première déclaration d’intérêts auprès de la haute autorité de la transparence de la vie publique (HATVP), lors de sa nomination de ministre. Serait-ce dû à son hyper activité ? Une grande fatigue ? Une grosse étourderie ? Ou le sentiment (oh ! bien inconscient) d’être au-dessus des lois ? Dans ce « nouveau monde des macronistes » il ne serait pas le seul.
Le 14 décembre 2019, Martine Orange nous dit que Jean-Paul Delevoye, après une semaine de révélations, Jean-Paul Delevoye, lui, notre « monsieur retraites » avait rendu publique une nouvelle version de sa déclaration d’intérêts. Il reconnaît désormais avoir exercé 13 fonctions dans des organismes extérieurs, dont 11 dans lesquelles il est toujours en poste, en dépit de sa charge ministérielle (au lieu de trois signalées dans sa première déclaration). Il a également réévalué le montant de ses salaires. Depuis les premières révélations du journal « Le Parisien » sur l’oubli de sa fonction d’administrateur à l’Ifpass , l’Institut de formation de la Profession de l’Assurance, la presse avait trouvé cinq « oublis ». Le ministre en reconnaît aujourd’hui 13, dont 11 bénévoles. Comment Jean-Paul Delevoye a pu oublier tant de choses ? Il explique, auprès du journal « Le Monde » qu’il a concentré toute son attention sur sa déclaration de patrimoine, ayant même fait appel à un expert-comptable pour l’aider à la remplir, mais qu’il avait quelque peu négligé sa déclaration d’intérêts, un sujet annexe, selon lui, rejoignant ainsi l’état d’esprit de la macronie, pour laquelle le conflit d’intérêts n’existe pas.
Jean-Paul Delevoye, un ancien élu : député, sénateur, ministre sous Raffarin, président du Conseil économique et social, Médiateur de la République, a oublié qu’un ministre ne pouvait pas cumuler d’autres revenus avec ceux de sa fonction et de ses retraites, selon l’article 23 de la Constitution, qui spécifie : « les fonctions de membre du gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national, et de tout emploi public, ou de toute activité professionnelle ».
La loi interdisant donc le cumul des mandats et privé, ainsi, de ses retraites comme député et sénateur, il a jugé bon de conserver son salaire mensuel versé pour sa fonction de président de l’Institut Parallaxe (institut du monde des assurances), une pratique illégale, puisque contraire à la constitution, et pouvant être sanctionnée, et pourtant semblant ne pas émouvoir le gouvernement. Si la presse n’avait pas révélé, une fois de plus, tous ces abus et dysfonctionnements, le manège aurait pu durer encore longtemps.
Comment croire encore nos élus qui, par leurs paroles et leurs actions, se sentent supérieurs aux lois et décrets qu’ils ont votés ?
Comment faire confiance à notre gouvernement dans cette importante réforme des retraites, qui met en cause la vie et l’avenir de 70 millions de personnes ?