Nouveau rebondissement dans l’affaire Benalla

Monique Cochinal

Hier, une nouvelle photo publiée par Médiapart nous montre Alexandre Benalla, une arme à la main, en pose « selfie », lors d’un meeting du candidat Macron, cliché pris à la sortie d’un restaurant, le 28 avril 2017. La réaction de la justice a été immédiate, cette fois-ci. En effet, lors de la dernière audition de la commission d’enquête du Sénat, ce Monsieur avait affirmé haut et fort qu’en 2017 l’autorisation du port d’arme lui avait été refusée par le Ministère de l’Intérieur, et qu’il n’a jamais porté d’arme pendant la campagne présidentielle du candidat Macron. Alors ? Parjure ? Ou mensonge généralisé ? Car, au bout de ces nombreuses auditions (plus de 30), certains sénateurs parlent d’un mensonge collectif, et qu’ils ont été baladés par tous les membres de l’Elysée auditionnés (Patrick Strozda, François Xavier Lauch et Alexis Kohler). Un certain sénateur nous dit même : «  on ne sait pas si on peut parler de parjure à partir du moment où il y a mensonge collectif ».

Ce matin, Le Sénateur Philipe Bas, Président de la Commission d’enquête du Sénat, nous annonce que Monsieur Benalla ne sera pas interrogé à nouveau, malgré de nombreuses zones d’ombre, des contradictions notoires concernant ses fonctions exactes auprès du Président et le port d’arme. Il existe certainement un dysfonctionnement grave autour de la protection du Président et du Premier Ministre. Il nous dit : « Ces nouveaux éléments concernant Monsieur Benalla font partie d’une enquête judiciaire, donc, je n’ai pas à l’interroger sur son comportement, parce que je sortirai à ce moment là du mandat qui a été donné à l’assemblée des lois, à l’unanimité, par le Sénat, le 23 juillet dernier. Mais, en fin d’enquête, la vérité sera faite et les dysfonctionnements seront révélés.

On ne peut que louer le rôle important de notre Sénat dans le bon fonctionnement de notre République, et souhaiter que cette noble institution ne soit pas supprimée, dans ce « nouveau monde ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *