Que peut-on dire sur les voitures électriques?

Voici un article intéressant sur le site d’Arte concernant les batteries. Bernard Owen

Le lithium, source d’inégalités et de pollution.

Ce qui pollue le plus, ce n’est pas l’utilisation du véhicule mais toutes les étapes avant, au moment de la fabrication et de l’acheminement des batteries” note Claude Delmas. Pour les fabriquer, les industriels utilisent en effet des composants comme le lithium, également présent dans les téléphones portables. Il faut environ cinq kilos de lithium pour fabriquer une batterie. L’extraction de l’or blanc, présent en grande quantité en Bolivie, au Chili, en Argentine ou en Chine, a des conséquences néfastes sur l’écosystème de ces régions. Autre composant problématique : le cobalt, actuellement extrait dans les mines de République démocratique du Congo, le plus souvent par des enfants. “Ces composants sont ensuite assemblés en Chine ou en Corée du Sud avant d’être acheminés jusqu’en Europe”, explique Claude Delmas. Un tour du monde qui coûte cher à l’environnement.

Des dizaines d’autres solutions à l’étude

Pour pallier les lacunes de la voiture 100% électrique, les chercheurs explorent d’autres pistes. Pour Claude Delmas, le compromis idéal serait la voiture hybride rechargeable, équipée d’une batterie pour les trajets en ville et d’un moteur essence qui prend le relais sur les longues distances. Pour Pascal Brault, directeur de recherche CNRS à l’Université d’Orléans, l’hydrogène est le carburant de l’avenir. Dans ce système, la production d’électricité est assurée par la conversion d’hydrogène en électricité à travers une pile à combustible. “L’avantage, c’est qu’on enlève les problèmes liés à la batterie, explique le chercheur. On peut augmenter l’autonomie du véhicule en augmentant la quantité d’hydrogène stocké”. Peu développée en France, la filière est soutenue par la Commission européenne, qui finance notamment des projets de transports en commun…. Tout comme elle critiqué les Belges dans leur façon de faire leur fameuses frites car cela serait carcinogène. Les Belges ont dit n’ont pas accepté.

L’urgence : changer nos modes de déplacement

Si la voiture électrique est encore loin d’être parfaite, elle pourrait bousculer nos modes de vie et les rendre plus propres. “Le véhicule électrique peut encourager de nouveaux modes de déplacement, explique Maxime Pasquier. On sortirait alors de la logique prédominante de possession du véhicule« . …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *