Time for a Saudi rethink

Published on 9 January 2017 in Opinion, Yemen Times

Abdel Bari Atwan (author)

2016 was a bad year in every respect for Saudi Arabia and its Gulf Cooperation Council (GCC) partners generally. The kingdom’s cheerleaders who dominate the mainstream Arab media may claim otherwise, but this amounts to little more than posturing and self-deception.

The war in Yemen, which was supposed to be quick and ‘decisive’ when launched in 2015, still has no end, whether peaceful or military, is in sight, and the massive financial, military and human drain it has created is on-going and growing,

The Saudi role in Syria, after six years of lavishing money and arms on anti-regime insurgents, has been marginalized by Turkey’s surprise defection to the Russian camp.

Riyadh even had to abandon its stubbornly-held policy of maximizing oil production after its disastrous consequences became undeniable. It agreed to cut its output by 500,000 barrels per day without being able to compel its adversary Iran to do the same, thereby losing its decades-old status as OPEC’s mover and shaker.

Meanwhile, the kingdom’s economic and financial health experienced an acute downturn.

2017 may prove to be even worse, because Saudi Arabia is continuing to steadily lose friends and gain enemies throughout the region.

Relations with most if not all neighbouring and nearby states are poor.

The war in Yemen, which was supposed to be quick and ‘decisive’ when launched in 2015, still has no end, whether peaceful or military, is in sight, and the massive financial, military and human drain it has created is on-going and growing.

The Saudi role in the Levant has been severely constrained by the Syrian regime’s recovery of Aleppo and the cease-fire agreement concluded by Russia and Turkey. This is to be followed by peace talks in Astana involving 10 mainly Turkish-backed armed groups, but excluding the Riyadh-based Supreme Negotiations Committee. Even Lebanon has shed the Saudi cloak that used to envelop its domestic politics.

Saudi Arabia’s relations with Egypt are extremely tense despite its having channelled $35 billion worth of financial aid into the Egyptian economy. Further afield in Arab North Africa and the Maghreb, Saudi influence has been waning too: Sudan would never have belatedly (and half-heartedly) joined the Saudi-led coalition in Yemen were it not for promises of financial support – which, incidentally, have still not materialized.

Countering Iran

The Saudi leadership’s attempts to shore up its domestic legitimacy and regional relevance have increasingly taken the form, and adopted the sectarian language, of posing as principal champion of the Sunni Arabs against the growing power of Iran and the Shia.

The fact remains, however, that Iran has been making one gain after another in the region while Saudi Arabia has been scoring successive losses. The Russian coalition which includes Iran has gained influence, while the US–led alliance which Saudi Arabia has long relied on has begun to retrench. It could even turn into a liability for the kingdom if incoming US president Donald Trump makes good on his threats to oblige the Gulf states pay for the American protection they receive, or to use the JASTA law to force the Saudis to compensate victims of the 9/11 attacks, potentially to the tune of trillions of dollars.

The fact remains, however, that Iran has been making one gain after another in the region while Saudi Arabia has been scoring successive losses.

Egyptian President Abdel-Fattah as-Sisi, who is accused by some of not being overly intelligent, proved to be smarter than anyone in his dealings with the Saudis and Gulf states: he milked some $50 billion from them in financial aid, and gave next to nothing back in return – other than some sweet-talk about the warmth of relations and verbal pledges to protect them from Iran if ever needed. Yet in the final analysis, he put his country’s national interests first and opted to to bet on the winning horse, the evolving alliance between Russia, Syria and Iran.

For the past two decades in particular, Saudi Arabia has sought to use its financial power to control the politics of the Arab world. This is the main reason why the region has deteriorated to its current condition. Saudi bankrolling of various political and religious forces was not aimed at establishing a pan-Arab regional project to counter Iran’s – and certainly not Israel’s. Rather, it was directed at weakening – and even destroying — the main rival centres of power in Syria, Iraq and Egypt hat had traditionally been the region’s leading voices, along with less influential countries such as Libya and Yemen.

It is ironic that the Saudi leadership should now be working overtime to try to dispel Western accusations that it has been ‘incubating’ terrorism in the course of its decades-old sponsorship of surrogate groups to use against its enemies.

This was an attempt to exact revenge against all the regimes labelled as secular, leftist or pan-Arab nationalist that had opposed the US and Saudi-led alliance of Arab ‘moderates’ from the 1960s to the 1980s – an alliance that was instrumental in enabling and facilitating sustained Israeli aggression — and instead sided the rival Soviet-led camp.

It is ironic that the Saudi leadership should now be working overtime to try to dispel Western accusations that it has been ‘incubating’ terrorism in the course of its decades-old sponsorship of surrogate groups to use against its enemies. It has gradually been dissociating itself from the Wahhabi religious establishment that has historically sustained it, while publicizing plans to modernize Saudi society in accordance with Western precepts. This has included purging the most hard-line clerics from the influential Council of Senior Scholars, and curbing the powers of its ‘religious police’ to arrest, accuse and harass people and raid their homes in the name of imposing religious observance. This cannot fail to invite a backlash.

Rethinking Policy

Given this bleak state of affairs and unpromising outlook, Saudi Arabia and other Gulf states could be expected to conduct a thorough reappraisal of their regional and domestic policies — whether in the political, economic or military/security field– in order to cut their losses. But there has been no evidence of any such rethink by decision-makers, nor even that one is thought necessary.

When, after Turkey’s downing of a Russian warplane over Syria in October 2015, President Erdogan realised that he was wrong to think he could take on the Russians in Syria – and that Nato would not back him up in the endeavour — he changed course. He turned his back momentarily on the West and joined forces with the Russian-led axis, giving priority to his country’s territorial integrity and demographic unity.

Iran was equally pragmatic when it signed the nuclear deal with the P5+1 powers early last year. It thus gained ten years in which to salvage its economy and avoid military confrontation with or economic sanctions by the US –led Western powers.

Why don’t the Gulf states do likewise? Why do they stick stubbornly to policies whose failure has been proven adhere and whose costs are undeniable, and continue to wage unwinnable wars in Yemen and Syria? Is there nobody left in ruling circles who is prepared to sound the alarm and warn that popular frustration is overflowing?

The required rethink needs to encompass a range of policies and attitudes, from the Palestine Question and inter-Arab coexistence on the regional front, to equality, social justice and reform at home, in both cases based on a spirit of tolerance of diversity and acceptance of dialogue with others.

By igniting and fuelling proxy wars and moving towards normalization with Israel – on the rounds that it is an ally against the purported Iranian threat — Saudi Arabia and its Gulf partners are becoming isolated and increasingly hated in the Arab and Islamic worlds.

By igniting and fuelling proxy wars and moving towards normalization with Israel – on the rounds that it is an ally against the purported Iranian threat — Saudi Arabia and its Gulf partners are becoming isolated and increasingly hated in the Arab and Islamic worlds. Those who have been promoting these policies should be cast aside and held to account for the damage they have done to their own country’s interests and the region as a whole. Ironically, their behaviour has facilitated the growth of Iran’s power and influence in the region and internationally, the very thing they claim to be so worried about.

Do the self-styled leaders of the Arab world not find it shameful that Palestine tops Iran’s order of priorities – even if only in propaganda terms – but figures nowhere on the political or media agendas of Saudi Arabia and the Gulf states?

This article will doubtless be denounced by many as unacceptable intervention in their countries’ internal affairs. I plead guilty. But at least I am intervening with written observations and advice, rather than with F-16s and Abrams tanks or with billions of dollars worth of arms to kill and main people in Syria, Yemen, Libya and Iraq.

 

Œcuménisme : pour le jubilé, le pape demande pardon aux autres chrétiens

Sébastien Maillard (à Rome), le 26/01/2016 à 11h33 6 La Croix

En conclusion de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, le pape François a demandé « miséricorde et pardon pour les comportements non évangéliques de catholiques à l’égard des chrétiens d’autres Églises ».

Une année sainte offre l’occasion de pardons, comme le fit Jean-Paul II au cours du jubilé de l’an 2000. Le pape François s’est inscrit dans cette pratique lundi 25 janvier en voulant « invoquer miséricorde et pardon pour les comportements non évangéliques de catholiques à l’égard des chrétiens d’autres Églises ».

Le pape s’exprimait « comme évêque de Rome et pasteur de l’Église catholique » depuis la basilique romaine de Saint-Paul-hors-les-Murs, où, comme chaque année, un office œcuménique de vêpres conclue la semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

« Les offenses d’autres chrétiens »

« En cette année jubilaire extraordinaire de la miséricorde, gardons bien à l’esprit qu’on ne peut exercer une authentique recherche de l’unité des chrétiens sans une pleine confiance dans la miséricorde du Père », a rappelé le pape, lisant debout son texte en italien sous le regard de l’archevêque-métropolite orthodoxe pour l’Europe méridionale et du représentant de l’Église anglicane à Rome, à ses côtés.

« Demandons avant tout pardon pour le péché de nos divisions », a-t-il déclaré, avant de poursuivre par un pardon spécifique comme chef de l’Église catholique sur les « comportements non évangéliques » de certains de ses membres vis-à-vis des autres chrétiens, sans autre précision.

Le pape a demandé aussi aux catholiques de « pardonner si, aujourd’hui ou dans le passé, ils ont subi les offenses d’autres chrétiens ». Dans des pays de l’ex-URSS, par exemple, les catholiques ont parfois été accusés de prosélytisme par les orthodoxes.

« Tant de mauvais moments entre nous »

« Nous ne pouvons pas annuler ce qui s’est produit mais nous ne voulons pas permettre que le poids de nos fautes puisse continuer à entraver nos rapports. La miséricorde de Dieu renouvellera nos relations », a-t-il affirmé, comme une synthèse des fruits attendus du jubilé.

Dans le même esprit, lors de sa visite aux luthériens de Rome, le 15 novembre dernier – avant le début du jubilé –, le pape François avait invité luthériens et catholiques à se demander pardon. « Il y a eu tant de mauvais moments entre nous », avait-il reconnu : « Des persécutions entre nous, avec le même baptême. Nous devons nous demander pardon pour cela ».

« Nous aussi, nous devons demander pardon », avait-il encore déclaré devant la presse dans le vol retour de son voyage en Afrique le 30 novembre : « Catherine de Médicis n’était pas une sainte ! Et cette Guerre de Trente ans, cette nuit de la Saint-Barthélemy (…) Combien de guerres, pas seulement de religion, avons-nous faites, nous chrétiens ? Le sac de Rome ce ne sont pas les musulmans qui l’ont fait ! »

À d’autres reprises auparavant, le pape a qualifié les violences actuelles en Ukraine de « guerre entre chrétiens ».

Voyage en Suède

Comme signe avant-coureur de relations œcuméniques renouvelées, avant les vêpres concluant la semaine de l’unité, ce 26 janvier, le Vatican et la fédération luthérienne mondiale ont annoncé plus tôt un voyage du pape François à Lund, en Suède, le 31 octobre prochain pour lancer la commémoration des 500 ans de la Réforme protestante.

Un voyage du pape en Arménie, pays à dominante orthodoxe, est aussi évoqué dans l’année.

 

 

LE CONCLAVE, UN PROCESSUS ELECTORAL SE CRET.

Pierre Scharff –  Sénateur honoraire (Belgique)

Dans son livre remarquable « Le monde vivant des religieux »*,Léo MOULIN, professeur à l’Université catholique de Louvain et président de l’Institut belge de science politique, nous explique que « … l’origine de nos techniques électorales et délibératives ne doit être recherchée ni à Rome, ni à Athènes, ni dans les communes médiévales, ni dans les Etats Généraux de France, ni dans le système parlementaire britannique, mais dans les pratiques de l’Eglise et des Ordres religieux, que le code de 1789 qui présida aux élections des Etats Généraux a lui-même été bâti au départ des dispositions canoniques en usage à ce moment… ». Et, au chapitre V, intitulé «Une cathédrale de droit constitutionnel : l’organisation dominicaine »,  il rendra un vibrant hommage aux Constitutions  de l’Ordre des Prêcheurs.

Sur ses traces, je vais essayer de vous montrer une des lignes de force d’un autre «monument de droit constitutionnel », la CONSTITUTION APOSTOLIQUE qui précise les normes canoniques à observer pour l’élection du Pontife Romain.

Les textes analysés seront ceux actuellement en vigueur, d’une part, la Constitution apostolique «UNIVERSI DOMINICI GREGIS » promulguée le 22 février 1996 par Jean-Paul II, qui est la synthèse historique de plus de 30 adaptations des modalités de l’élection papaleau cours des siècles et d’autre part, les 2 lettres apostoliques en forme de Motu Proprio, données à Rome par Benoît XVI, les 11 juin 2007 et 22 février 2013.

Vu le temps qui m’est imparti, je me limiterai à la présentation du SECRET DU VOTE, l’un des principes fondamentaux du droit électoral, garant de la liberté d’expression et ainsi de la régularité et de la sincérité de l’élection au conclave.

  1. LES RÈGLES GÉNÉRALES DE L’ÉLECTION DU PAPE.

Les règles générales de l’élection du Pape sont précisées dans l’introduction de la Constitution apostolique «UNIVERSI DOMINICI GREGIS ».

 

  • Le mode de scrutin : LE SCRUTIN SECRET.
  • … Il m’est donc apparu opportun de ne pas conserver le mode d’élection par acclamation quasi ex inspiratione, la jugeantdésormais inapte à interpréter l’avis d’un collège d’électeurs plus nombreux et si divers par les origines.
  • … Il est également apparu nécessaire de renoncer à l’élection per compromissum, non seulement parce qu’elle est difficile à réaliser, comme il ressort de l’accumulation presque inextricable des normes qui ont été émises sur cette question, mais aussi parce qu’elle est de nature à entraîner une certaine perte de responsabilité pour les électeurs, qui, dans une telle hypothèse, ne seraient pas appelés personnellement à exprimer leur vote.
  • … Après mûre réflexion, j’ai donc décidé d’établir que l’unique forme par laquelle les électeurs peuvent exprimer leur vote pour l’élection du Pontife Romain est celle du SCRUTIN SECRET. Cette forme, en effet, donne la meilleure garantie de clarté, de rectitude, de simplicité, de transparence et, surtout, de participation effective et constructive de chacun des Pères Cardinaux, appelés à constituer l’assemblée des électeurs du Successeur de Pierre.

*MOULIN (Leo), Le Monde vivant des religieux, CALMANN-LEVY, Paris, 1964.

  • Le Corps électoral : LE COLLÈGE DES CARDINAUX RÉUNIS EN CONCLAVE .

CONCLAVE (du latin CUM+CLAVIS), dont le nom signifie assemblée des Cardinaux «enfermés à clef dans une enceinte du Vatican » et «soumis à l’obligation rigoureuse au SECRET sous serment »

  • … En vertu d’une pratique millénaire, consacrée par des normes canoniques précises, … l’organisme auquel est confié la charge de pourvoir à l’élection du Pontife Romain … est constitué par le Collège des Cardinaux de la Sainte Eglise Romaine.
  • Je confirme le nombre maximal des Cardinaux électeurs (120) et le maintien de la norme selon laquelle ne participent pas à l’élection, ceux qui ont atteint, le jour du début de la vacance du Siège apostolique, quatre-vingts ans.
  • … Je décide que l’élection continuera à se dérouler dans la Chapelle Sixtine.
  • … En outre, avec mon autorité apostolique, je confirme le devoir de maintenir le plus rigoureux SECRET sur tout ce qui concerne directement ou indirectement les actes mêmes de l’élection.

 

 

  1. LES DIVERSES DISPOSITIONS PRATIQUES PRISES POUR ASSURER LE SECRET DU VOTE.

1.Le lieu de l’élection :

  • Le conclave se déroulera à l’intérieur du territoire de la Cité du Vatican, dans des secteurs et des édifices déterminés, fermés aux personnes étrangères. (Seuls, sont admis les cardinaux électeurs et ceux qui sont légitimement appelés à collaborer au déroulement régulier de l’élection elle-même).(Art.41)
  • Et pour garantir au maximum cette disposition, tout le territoire de la Cité du Vatican, de même que l’activité ordinaire des services ayant leur siège dans ce cadre, devront être organisés de manière à assurer le SECRET et le déroulement libre de tous les actes liés à l’élection du Souverain Pontife.(Art.43 ∫ 2)
  • L’article 43 ∫ 1 précise les lieux du conclave qui doivent être fermés aux personnes non autorisés : les locaux de la DomusSanctaeMarthae(la résidence des Cardinaux), la Chapelle Sixtine et les lieux destinés aux célébrations liturgiques.
  • L’article 51 consacre la Chapelle Sixtine comme bureau de vote :
    • ∫1: La consécration :

Je déclare et je décide que tous les actes de l’élection du Souverain Pontife se dérouleront exclusivement dans la Chapelle dite Sixtine du Palais Apostolique du Vatican qui est donc totalement isolée, jusqu’à ce que l’élection soit accomplie, de manière que soit assuré le SECRET absolu sur tout ce qui y sera fait ou dit, en rapport d’une manière ou d’une autre, directement ou indirectement, avec l’élection du Souverain Pontife.

  • ∫2: L’équipement du bureau de vote :

Le Collège des Cardinaux veillera à ce que tout soit installé en sorte que la régularité de l’élection et son caractère confidentiel soient assurés. (Urne, table de dépouillement, tables et sièges pour les Cardinaux, bulletins, …).

  • ∫3: Le contrôle technique du « HUIS-CLOS » :

De manière spéciale, des contrôles sérieux et sévères devront être faits, avec l’aide de personnes de toute confiance et de capacités techniques éprouvées, pour que dans ces locaux (de la Chapelle Sixtine) des moyens audiovisuels de reproduction et de transmission vers l’extérieur ne soient pas subrepticement installés. (Il est à signaler que des brouilleurs d’onde visant les GSM et le WIFI ont été installés, lors du dernier conclave.)

  1. Les Cardinaux.

1.Leur engagement de respect du SECRET et leur prestation de serment.

 

  • Nous tous et chacun de nous, Cardinaux électeurs présents à cette élection du Souverain Pontife, … nous promettons et nous jurons surtout de garder avec la plus grande fidélité et avec tous, clercs et laïcs, le SECRET sur tout ce qui concerne d’une manière quelconque l’élection du Pontife Romain et sur ce qui se fait dans le lieu de l’élection et qui concerne directement ou indirectement les scrutins ; de ne violer en aucune façon le SECRET aussi bien pendant qu’après l’élection du nouveau Pontife, à moins qu’une autorisation explicite ait été accordée par le Pape lui-même.
  • Après la lecture de ce serment effectuée par le Cardinal Doyen, chaque cardinal prêtera serment selon la formule suivante :

«Et moi, Cardinal N., je le promets, j’en fais le vœu et je le jure, et il ajoutera en posant la main sur l’Evangile : Que Dieu m’y aide ainsi que les saints Evangiles que je touche de ma main. »

2.D’autres dispositifs confortent  le respect du SECRET par les Cardinaux.

  • 56. Pendant toute la durée des actes de l’élection, les Cardinaux électeurs sont tenus de s’abstenir de toute correspondance épistolaire et de toute conversation téléphonique ou par radio avec des personnes non expressément admises dans les bâtiments qui leur sont réservés.
  • 57. De même, les Cardinaux électeurs devront s’abstenir de recevoir ou d’expédier des messages d’aucune sorte hors de la Cité du Vatican. Il est interdit aux Cardinaux électeurs pour toute la durée des actes de l’élection, de recevoir la presse quotidienne ou périodique, de quelque nature que ce soit et d’écouter des émissions radiophoniques ou de regarder la télévision.
  • 59. Il est interdit aux Cardinaux électeurs de révéler à toute autre personne des informations qui concernent directement ou indirectement les scrutins, de même que tout ce qui a été traité ou décidé au sujet de l’élection du Pontife dans les réunions des Cardinaux, aussi bien avant que pendant le temps de l’élection. Cette obligation au SECRET s’étend aussi aux Cardinaux non électeurs qui participent aux congrégations générales (celles-ci se déroulent avant le Conclave).
  • 60. J’ordonne en outre aux Cardinaux électeurs, graviter onerataipsorumconscientia, de conserver le SECRET sur tout cela même après l’élection de nouveau Pontife, se souvenant qu’il n’est permis de le violer en aucune façon, à moins qu’une permission particulière et expresse n’ait été concédée par le Pontife lui-même.
  • 61.Enfin, pour que les Cardinaux électeurs puissent se garder de l’indiscrétion d’autrui aussi bien que des pièges qui pourraient être tendus à leur indépendance de jugement et à leur liberté de décision, j’interdis absolument d’introduire, sous aucun prétexte, dans les lieux où se déroulent les actes de l’élection, ou s’ils s’y trouvent  déjà, que soient utilisés tout genre d’appareils techniques qui servent à  enregistrer, à reproduire ou à transmettre les voix, lesimages ou les écrits.

 

3.Lesautres personnes admises sur le lieu de l’élection sont obligées à un strict SECRET.

1.Quelles sont ces personnes admises ?

  • L’article 46 précise les fonctions de ces personnes admises pour faire face aux besoins personnels et de service liés au déroulement de l’élections : le Secrétaire du Collège cardinalice, le Maître des Célébrations liturgiques avec deux cérémoniaires et deux religieux chargés de la sacristie pontificale, un ecclésiastique choisi par le Cardinal Doyen pour l’assister, quelques religieux de diverses langues pour les confessions, deux médecins pour les urgences éventuelles, des personnes pour assurer les services des repas, de la propreté et de la sécurité.
  • L’article 55 ajoute à cette liste, deux techniciens qui s’assurent qu’aucun moyen d’enregistrement ou de transmission audiovisuelle ne soit introduit par quiconque dans la Chapelle Sixtine et dans les locaux attenants.
  • Et enfin l’article 45 envisage même l’hypothèse de la présence éventuelle de personnes ne figurant pas sur la liste autorisée : si ces personnes venaient à rencontrer fortuitement l’un ou l’autre des Cardinaux électeurs pendant l’élection, il est absolument interdit d’entretenir une conversation, sous quelque forme que ce soit, avec quelque moyen que ce soit et pour quelque motif que ce soit, avec ces mêmes Pères Cardinaux.

2.Leur obligation d’un strict  SECRET.

  • Toutes les personnes (de la liste autorisée) qui, pour quelque motif que ce soit et à quelque moment que ce soit, viendraient à être informées par n’importe quelle personne de ce qui concerne directement ou indirectement les actes propres à l’élection et, en particulier, de ce qui a trait aux scrutins ayant eu lieu pour l’élection elle-même, sont obligées à un strict SECRET envers toute personne extérieur au Collège des Cardinaux électeurs. (Art.47)
  • Ces personnes devront, avant le commencement des actes de l’élection, prêter serment, selon la formule suivante qu’elles signeront :

« Moi, N.N., je promets et je jure de garder le SECRET absolu, et à l’égard de quiconque ne fait pas partie du Collège des Cardinaux électeurs, et cela, perpétuellement, à moins que je n’en reçoive une faculté particulière expressément accordée par le Nouveau Pontife élu ou par ses successeurs, sur tout ce qui concerne directement ou indirectement les votes et les scrutins pour l’élection du Souverain Pontife.

Je promets également et je jure de m’abstenir de me servir d’aucun instrument d’enregistrement, d’écoute ou de vision de ce qui, pendant le temps de l’élection, se déroule à l’intérieur de la Cité du Vatican, et particulièrement de ce qui a trait directement ou indirectement, de quelque manière que ce soit, aux actes liés à l’élection elle-même.

Je déclare prêter ce serment en ayant conscience que l’enfreindre entraînerait à mon égard la peine d’excommunication «lataesententiae », réservée  au Siège apostolique.

Que Dieu m’assiste, ainsi que ces saints Evangiles que je touche de ma main. (Art.48)

  • La peine d’excommunication est répétée à l’article 58 : ceux qui, à quelque titre que ce soit, assurent un service pour les tâches inhérentes à l’élection, et qui directement ou indirectement pourraient d’une manière ou d’une autre violer le SECRET – qu’il s’agisse de paroles, d’écrits, de signes ou de toute autre chose – devront absolument l’éviter, car autrement ils encourraient la peine d’excommunication « lataesententiae » réservée au Siège apostolique.

 

 

 

  1. LES OPERATIONS DE VOTE.

1.L’organisation du scrutin.

  1. L’infrastructure matérielle.
    1. Le local du vote :

La Chapelle Sixtine (le sujet a été développé précédemment.)

  1. Le bulletin de vote : Art. 65.
  1. Le bulletin doit être de forme rectangulaire et, sur la moitié supérieure, il portera, imprimés si possible, ces mots : Eligo in Summum Pontificem, la moitié inférieure comportera un espace libre pour y écrire le nom de l’élu, le bulletin sera donc prévu de sorte qu’il puisse être plié en deux.
  2. La rédaction du bulletin doit être faite de MANIÈRE SECRÈTE par chaque Cardinal électeur, qui inscrira clairement d’une écriture autant que possible non reconnaissable, le nom de celui qu’il élit, et pliant et repliant ensuite le bulletin.
    1. Les Urnes.

Art.66. Sur l’autel, il y a une urne couverte d’un plateau pour recevoir les bulletins. (En réalité, sur l’autel, se trouvent 3 objets, d’argent et de bronze, de volumes différents, ayant la forme de larges vases sacrés : le premier objet est l’ urne qui reçoit les bulletins de vote dans la Chapelle Sixtine, le second recueille les votes des Cardinaux qui, pour des raisons de santé, restent à la Résidence Sainte Marthe et le troisième  objet est le plateau sur lequel chaque Cardinal dépose son bulletin avant de le mettre dans l’urne.)

  1. Il est à signaler :
  1. Que les enveloppes ne sont pas prévues, car chaque Cardinal, dépose lui-même son bulletin de vote dans l’urne.
  2. Qu’un isoloir particulier n’est pas prévu. En effet, la Chapelle Sixtine, elle-même, constitue l’isoloir ; seuls, les Cardinaux y siègent durant les

 

 

  1. Les membres du bureau de vote chargés d’assurer le déroulement régulier de l’élection.

Art.64. Pour assister le Cardinal Doyen ou son remplaçant, le premier des Cardinaux-évêques qui préside le bureau de vote, il est procédé au tirage au sort, publiquement, par le dernier Cardinal diacre, parmi tous les Cardinaux électeurs neuf noms qui exerceront les fonctions de scrutateurs (3), de délégués pour recueillir les votes des malades ou infirmarii (3) et de réviseurs (3).

 

  1. La procédure du scrutin.
  2. Le dépôt des bulletins dans l’urne.
    1. Les bulletins des Cardinaux présents dans la Chapelle Sixtine. (Chaque Cardinal dispose de 2 ou 3 bulletins de vote qui lui sont remis avant chaque scrutin 64.)
      1. Les Cardinaux qui peuvent se déplacer.

Art.66. ∫10. Chaque Cardinal électeur, selon l’ordre de préséance, après avoir écrit et plié son bulletin, le tenant levé de telle sorte qu’il puisse être vu, le porte à l’autel … sur lequel il y a une urne couverte d’un plateau pour recevoir les bulletins. Après serment, il dépose son bulletin sur le plateau et, au moyen de celui-ci, il le met dans l’urne ; ayant fait cela, il s’incline et regagne sa place.

  1. Le cardinal qui ne peut pas se déplacer.

Art.66. ∫2. Le dernier des scrutateurs s’approche de lui, et cet électeur, après avoir prêté serment, remet son bulletin plié à ce scrutateur qui le porte ostensiblement à l’autel et, sans prononcer le serment, le dépose sur le plateau et, par son moyen, le met dans l’urne.

  1. Les bulletins des Cardinaux malades, se trouvant à la Résidence Sainte Marthe.

Art.67. Les trois infirmarii se rendent auprès d’eux avec une boîte portant à sa partie supérieure une fente par où un bulletin de vote plié puisse être introduit. Avant de remettre cette boîte aux infirmarii, les scrutateurs l’ouvriront publiquement en sorte que les autres électeurs puissent constater qu’elle est vide, puis ils la refermeront et en déposeront la clé sur l’autel. Ensuite, les troisinfirmarii, avec la boîte fermée et un petit plateau contenant un nombre suffisant  de bulletins, se rendent à la DomusSanctaeMarthaeauprès de chaque malade qui, ayant pris un bulletin, vote SECRÈTEMENT, plie le bulletin et, après avoir prêté serment, l’introduit par la fente dans la boîte. Si un malade ne peut pas écrire, un des trois infirmarii ou un autre Cardinal électeur, désigné par le malade, après avoir, entre les mains des infirmarii eux-mêmes, prêté  serment de garder le SECRET, fait ce qui est indiqué ci-dessus. Ceci achevé, les infirmarii reportent dans la chapelle la boîte, qui sera ouverte par les scrutateurs, en comptent les bulletins qui s’y trouvent ; après avoir constaté qu’il y a autant de bulletins que  le nombre de malades, ils les poseront un à un sur le plateau et par son moyen, ils les mettront tous ensemble dans l’urne.

 

2.Le dépouillement du scrutin.

Art.69.Les scrutateurs sont assis à une table placée devant l’autel : le premier d’entre eux prend un bulletin, le déplie, regarde le nom de l’élu et le donne au deuxième scrutateur qui  regarde à son tour le nom de l’élu, le passe au troisième, lequel le lit à haute et intelligible voix … et note lui-même le nom lu sur le bulletin.

3.Le décompte des voix et leur vérification.

Art.70. ∫2.  Les scrutateurs feront le total des voix obtenues par chacun et si personne n’a atteint les 2 tiers des suffrages à ce scrutin, le Pape n’a pas été élu ; au contraire, si quelqu’un a recueilli les deux tiers des voix, il y a élection canoniquement valide du Pontife Romain.

Art.70. ∫3. Dans les deux cas, que l’élection ait été obtenue ou non, les réviseurs doivent contrôler aussi bien les bulletins de vote que les relevés des suffrages établis par les scrutateurs, afin de s’assurer que ces derniers ont accompli leur charge avec exactitude et fidélité.

4.Le procès- verbal de l’élection.

Art.71. ∫2. A la fin de l’élection, le Cardinal Camerlingue de la Sainte Eglise Romaine rédigera un compte-rendu, qui doit aussi être approuvé par les trois Cardinaux assistants, indiquant le résultat des votes intervenus au cours de chaque session. Ce compte-rendu sera remis au Pape et sera ensuite conservé dans le dépôt d’archives approprié, dans une enveloppe SCELLĖE qui ne pourra être ouverte par personne, à moins que le Souverain Pontife ne l’ait permis expressément.

5.La combustion des bulletins de vote et des notes des Cardinaux.

Art.70∫4.Aussitôt après la vérification, avant que les Cardinaux ne quittent la Chapelle Sixtine, tous les bulletins de vote doivent être brûlés, ainsi que, selon l’Art.71.∫1,toutesles notes de quelque genre que ce soit en relation avec le résultat de chaque scrutin qui doivent être remises par chacun des Cardinaux électeurs, afin de sauvegarder plus sûrement LE SECRET.

 

 

 

Notes.

  1. TRADITION MILLÉNAIRE .
  • Election par les Cardinaux – 1059 – NICOLAS II – Bulle «IN NOMINE                                                                                                                                     DOMINI »
  • Bulletin de vote – 1118 – PASCAL II
  • Quorum des 2/3 – 1179 – ALEXANDRE III – Constitution « LICET DE EVITANDO »
  • Election en conclave (1ère) – 1198 – à la mort de CELESTIN
  • CONCLAVE «réglementé » – 1274 – GREGOIRE X – Constitution     «UBI PERICULUM »
    • Les principales règles sont encore en vigueur actuellement.
    • Cette Constitution résulte de l’expérience malheureuse du CONCLAVE de VITERBE de novembre 1268 qui a duré 2 ans, 9 mois et 2 jours.
  • FRANCOIS, le 266ème Pape, élu le 13 mars 2013 ; Né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires en Argentine ; prêtre en 1969 ; évêque en 1992 ; cardinal en 2001.
  1. Quelques Cardinaux.

 

  • ANGELO SODANO, né en 1927, cardinal en 1991, DOYEN du Collège des Cardinaux (non électeur)
  • ROGER ETCHEGARAY, né en 1922, cardinal en 1979, VICE-DOYEN. (non électeur)
  • TARCISIO BERTONE, né en 1934, cardinal en 2003, SECRETAIRE d’ETAT et CAMERLINGUE.
  • GIOVANNI BATTISTA RE, né en 1934 ; cardinal en 2001, CARDINAL EVEQUE le plus ancien. Il a présidé le Conclave de mars 2013.
  • VOTE PAR ACCLAMATION – INSPIRATION : Les Cardinaux, sans concertation, spontanément, inspirés, acclament l’un des leurs comme Pape.
  • VOTE PAR COMPROMIS : Ils délèguent à une commission de quelques-uns le soin de désigner un candidat et s’engagent à voter pour lui.
  • Chapelle Sixtine, voulue par le Pape Sixte IV (1471-1484)

Les attachés parlementaires européens

Bernard Owen

Nous allons une fois encore évoquer les élections françaises. Le dernier sondage DOXA nous apprend que la gauche aurait sa chance si les candidats Hamon et Macron étaient unis.

Par le passé, en 2002, la gauche plurielle du candidat Jospin a fait long feu et le candidat Le Pen l’a dépassé au premier tour.

L’important pour une politique est qu’elle soit unie. Certes dans la situation actuelle Hamon se serai joint à Macron pour la candidature socialiste. A l’entendre parler et le voir gesticuler ne fait guère sérieux. Pour la droite raisonnable Fillon est  certainement un bon candidat mais la France n’a guère approfondi la question des attachés parlementaires. C’est pour cela que nous avons donné l’exemple extrême, celui des Etats-Unis. Il était bon de le connaitre mais pour une fois penchons-nous sur un exemple raisonnable: celui de l’Europe.

L’Europe comprend 785 députés et 4.060 assistants dont 1.416 sont accrédités et travaillent à Bruxelles et Strasbourg. Quant aux autres ils travaillent dans les circonscriptions d’origine des députés. Les assistants sont plutôt jeunes, à partir de 25 ans et les salaires varient selon la nature du travail: tâches politiques ou administratives. Chaque député définit ce qu’il attend de son attaché. Lui-même est occupé à négocier des dossiers législatifs et politiques.

Voici une information intéressante que nous livre le magazine Challenges (Assistants parlementaires: les emplois fictifs à 340.000 euros de Marine Le Pen, par Laurent Fargues)

« Cumul des fonctions au parti… à Nanterre

Appelée à s’expliquer par le Parlement européen, la cheffe de l’extrême-droite semble avoir été aussi bien en peine de transmettre des éléments concrets du travail de son ex-assistante à Bruxelles. «Mme Le Pen n’a fourni aucune preuve d’une activité quelconque de Mme Griset au titre d’assistance parlementaire […], note le haut fonctionnaire, il y a lieu de constater que la totalité des sommes payées par le Parlement à Mme Griset au profit de Mme Le Pen à titre de frais d’assistance parlementaire a été indûment perçue.»

Pourtant, Catherine Griset n’était pas inactive ! A la même période, elle occupait un poste d’assistante, puis de cheffe de cabinet, de la présidente du Front national à… Nanterre. Un cumul de casquettes que le Parlement reproche d’abord à sa patronne. «Mme Le Pen, qui employait son assistante accréditée pour ses activités au sein du Front national, ne pouvait pas ne pas savoir, vu le lien de subordination de Mme Griset avec Mme Le Pen, que Mme Griset enfreignait les conditions d’exercice de son emploi auprès du Parlement européen.»

Le deuxième contrat dans le viseur du Parlement européen est celui de Thierry Légier, le garde du corps de Marine Le Pen. Celui-ci a été salarié aux frais des contribuables européens sur une courte période à la fin 2011, mais a tout de même touché la coquette somme de 41.554 euros. Là aussi, les enquêteurs suspectent l’emploi fictif. «Il résulte des conclusions de l’Olaf que l’existence d’un rapport d’emploi effectif, au titre de l’assistance parlementaire au sens des articles 33 et suivants des mesures d’application du statut des députés, entre Mme Le Pen et M. Légier en ce qui concerne la période d’octobre à décembre 2011 […], n’a pas été établi», note Klaus Welle. Avant d’ajouter que «Mme Le Pen n’a fourni aucun élément utile permettant de confirmer la régularité des dépenses remboursées au titre de l’assistance parlementaire de M. Légier»… »

Dans son article Laurent Fargues traite la question des sommes indûment touchées par Marine Le Pen début 2017 pour ses attachées parlementaires de l’Union Européenne 340.0 €.

La déclaration de Klaus Welle fait état de deux emplois fictifs payés par Bruxelles alors que les deux personnes travaillaient en France pour le Front National.

« Monsieur EXCEL » (Paiecheck.com) donne les chiffres comparatifs. Les salaires suivants ne tiennent pas compte de certains avantages, frais divers, restaurants des députés.

Salaire brut moyen:

Assemblée Nationale 1;500 à 3;000€
Parlement Européen 2.500 à 5.000€

A Healthy Distrust Of Government.

 

Bernard Owen

« A healthy distrust of government » est un vieux dicton Américain. Cela doit s’étendre à la presse qui appartient à un ensemble de personnes aisées qui va veiller à ce que ses journalistes soient de leur bord.

Jusqu’à dimanche l’on a entendu ou lu tout et n’importe quoi sur le candidat Fillon, candidat bien élu du parti Les Républicains. Assez tôt le lundi matin suivant une animatrice de la chaîne de télévision LCI ne pouvait pas admettre que la conférence de presse du candidat Fillon avait été un succès et les deux journalistes qui avaient été invités étaient de son avis.

Les journalistes français devront revoir leur copie. Nous avons souligné dans notre dernier article le coté fantaisiste de la presse. Il y a beaucoup à faire dans toutes les salles de rédaction.

L’attitude de Juppé a été très correcte. Nous le citons en raison de ce qu’il représente. Le lendemain sur la même chaîne un député qui avait précisément parlé d’un plan B avait complètement retourné sa veste. Ne critiquons pas la politique, tournons nous vers l’être humain et ses défauts. Ce qui veut dire que ceux qui travaillent sur la découverte et les fondements de la politique doivent en tenir compte.

 

 

L’affaire Fillon – Dans les conditions actuelles en France et pour un ancien premier ministre dont les fonctions sont les plus complexes – Y-a-t-il une véritable affaire?

Bernard Owen

La France a introduit fort naturellement  et  spontanément les primaires à l’occasion des élections présidentielles. Pourquoi pas. La COCOE de l’affrontement Copé Fillon n’a pas été un succès. Le dernier quinquennat , celui qui se déroule en ce moment même a été une réussite pour les Républicains. Le candidat Fillon a été choisi. Donc une réussite. Coté de la gauche, qui était au pouvoir, l’on avait crée une « haute autorité » donc tout irait bien. En fait, celui qui a été choisi présente un extrémisme dont les chances d’être président de la République paraissent peu probables. mais voilà que la femme du candidat Fillon a touché le salaire d’une assistante parlementaire . Le Canard Enchainé et Mediapart  en parlent.

Il est certain que les textes concernant les attachés parlementaires  « doivent être clair et très précis ». Nous allons donner l’exemple des Etats-Unis. D’autre part la presse doit être libre et devrait être précise car autrement on peut lire ce type de langage: « Un million d’Euros de salaires suspects selon « Le canard enchaîné »  et Bertrand Guay/AFP pourrait  être la bombe à retardement  pour le camp Fillon. »

Le bureau  » 2F Conseil » qu’il a crée en temps voulu a touché 757.826€ de juin 2012 et 2016. Cette somme correspond à des salaires et de bénéfices (« Le Monde » ). Il faudrait savoir s’il s’agit de l’un ou de l’autre. L’Express termine son texte sur les sondages présidentielles (16 décembre 2016) : ‘Le Penelopegate: Fillon éliminé au premier tour. »

Anne Michel du journal Le Monde (1 février 2017) détaille l’entreprise que Fillon a développé dans le temps voulu par la loi.  François Fillon a travaillé de façon à gérer les milliards du grand emprunt national ‘2012 à 2016). Cela aurait rapporté à son cabinet 40.000 à 60.00 Euros.

Il serait intéressant de savoir qui a lancé l’opération de dénigrement. La victoire de Fillon aux primaires a pu gêner certains sinon une personne à ce jour mystérieuse. A savoir si Wikileaks  ne s’intéresse pas à cet événement car l’affaire, à ce point inattendue, et arrivant par ce cher « Canard Enchaîné » alors que le résultat de la primaire de gauche a nommé un candidat qui ne peut que faire perdre le Parti Socialiste paraît complexe et intéressante.

Voici un article qui est apparu dans Libération concernant « l’affaire Fillon ».

LIIBERATION

L’affaire Fillon trouve-t-elle ses racines dans le scandale Bygmalion?

Par Alain Auffray — 28 janvier 2017 à 09:33

Les révélations sur l’épouse de François Fillon ont un parfum de vengeance, trois ans après les révélations qui avaient visé Rachida Dati et plusieurs sarkozystes.

L’affaire Fillon trouve-t-elle ses racines dans le scandale Bygmalion?

Un plat qui se mange froid. Et si le Penelope Gate n’était que la tardive riposte des victimes des semaines sanglantes qui ont ravagé la droite entre juin et juillet 2014 ? Ce qui est certain, c’est que Fillon s’était attiré, à l’époque, de très solides inimitiés.

Alors que l’UMP vient de subir un cuisant échec aux élections européennes de 2014, le scandale Bygmalion n’en finit pas de faire des ravages. Premier visé, Jean-François Copé a été poussé à la démission le 15 juin. A ce stade, l’affaire des 18 millions d’euros de fausses factures payées par l’UMP n’est pas encore clairement associée aux comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

Les amis de l’ex-Président se mobilisent pour préparer son retour. Au plus haut dans les sondages, devant Juppé et Fillon, il apparaît comme l’homme providentiel, seul capable de sauver du naufrage une famille politique dévastée. François Fillon et Alain Juppé voient ce retour d’un très mauvais œil. Malgré les protestations des sarkozystes, ils s’imposent, avec Jean-Pierre Raffarin, à la présidence par intérim du parti.

Le frais de déplacement et salaires mirobolants

Ce triumvirat d’ex-Premiers ministres gouvernera le parti jusqu’au retour de Sarkozy, fin 2014. Au début du mois de juillet, le Canard enchaîné, Mediapart et quelques autres titres seront abreuvés de révélations mettant en cause des amis de l’ancien chef de l’Etat et du député et maire de Meaux, alors associés dans une coalition sarko-copéiste. C’est ainsi que l’on apprenait que l’épouse de Jean-François Copé avait bénéficié de 24 000 euros de frais de déplacement et qu’elle était, par ailleurs, salariée de son mari en tant que collaboratrice parlementaire. Que l’ex-directeur général de l’UMP Eric Cesari touchait un salaire mirobolant de 12 500 euros mensuels brut tandis que Geoffroy Didier avait droit à 8 500 euros en tant que collaborateur de Brice Hortefeux. Les nouveaux maîtres du parti semblaient particulièrement intéressés par le cas Dati : on livrait le détail de ses frais de téléphone, ses billets de train et d’avion. Au total, plus de 20 000 euros pris en charge par l’UMP.

Sarkozy, le paratonnerre

Visant explicitement Fillon et son entourage, Copé avait attaqué «ceux qui balancent des boules puantes dans la presse». Dans son style inimitable, Rachida Dati avait dégainé une série de tweets assassins : «La délation et la calomnie ne sont pas nos valeurs. Que ceux qui prétendent aux plus hautes fonctions, qui les bafouent, y réfléchissent !», «Que ceux qui balancent fassent attention, qu’ils cessent de donner des leçons de morale ou d’exemplarité ! Il faut l’être soi-même !» ou encore, «que François Fillon soit transparent sur ses frais et ses collaborateurs».

La relecture de ce dernier message, étrangement prémonitoire, pose évidemment question. Un cadre du parti, contacté par Libération, fait remarquer que les interrogations de Dati n’avaient à l’époque intéressé personne. «Il est vrai que Fillon était alors protégé par son paratonnerre. Les affaires, c’était Sarkozy et personne d’autre.»

Il s’agit maintenant de consulter l’un de nos journaux de droite: Le Parisisen.

…En pleine bourrasque contre la candidature de François Fillon, la droite bouillonne entre soutien au vainqueur de la primaire et recherche d’un plan B. Le tout sous l’oeil attentif de l’ancien Président de la République.  

La scène se passe le mercredi 25 janvier chez Françoise, un restaurant près de l’Assemblée, à l’heure du petit-déjeuner. Pas moins de 53 parlementaires sarkozystes sont réunis pour des retrouvailles organisées par Brice Hortefeux. Le « Penelopegate » vient d’éclater dans le Canard enchaîné la veille au soir. Mais la démonstration de force n’a pas été annulée. Laurent Wauquiez, en délicatesse avec François Fillon, est le premier à prendre le micro : « On est là pour gagner, bien sûr, mais je n’accepte pas que dès qu’on a une position différente, on soit qualifié de frondeur ! »

Dans les couloirs, il n’est question que de « ça » : la ténébreuse affaire qui menace d’engloutir leur candidat. Du haut de sa retraite, Nicolas Sarkozy a évidemment donné son feu vert à cette réunion. Manière de signifier à Fillon que, s’il ne fragilisera pas sa campagne, il faudra compter avec ses troupes. Il n’a pas apprécié que les siens soient mis sur la touche. « L’idée c’est : on est loyal, mais on est organisé », décrypte un des conjurés. « On a été traité comme de la merde ! », tempête un autre.

« Et il dit quoi le Général, là ? » 

Au bureau de Sarkozy rue de Miromesnil, comme à son domicile, les élus défilent. Lui qui avait juré de ne plus les voir. Et son téléphone chauffe, comme aux plus belles heures de sa campagne, avant son élimination brutale au premier tour de la primaire. Retraité, vraiment ? « Il n’a pas du tout décroché », avoue un sarkozyste. En petit comité, l’ex-président se fait grinçant sur l’affaire Penelope : « Et il dit quoi le Général, là ? » Allusion à la tirade vacharde de Fillon sur De Gaulle mis en examen, qu’il n’a jamais digérée. « Il glousse de plaisir », sourit même un récent visiteur. « Il savoure, on le sent qui rigole », confirme un autre, qui ajoute : « Il a toujours dit que Fillon n’était pas quelqu’un de franc ». « Il s’en mêle trop, il parle trop. Ca balance ! », s’inquiète un autre élu.

« François tu as tout notre soutien, nous serons à tes côtés. Et chez nous, l’unité ce n’est pas l’uniformité » C’est Les Républicains.

Faut-il y voir une de ces fameuses « cartes postales » dont il était coutumier du temps de sa vraie-fausse retraite (2012-2014) ? Le 26 janvier, alors que Fillon est en train de s’expliquer au JT de TF1 sur la ténébreuse affaire, l’équipe Sarkozy, discrète depuis son retrait, tweete une photo de lui avec l’équipe cycliste de la Française des jeux. Deux jours plus tard, pour les 62 ans de l’ancien président, c’est son épouse Carla qui poste sur le réseau social Instagram une photo tendre de leur couple, en peignoir. Et une vidéo de sa chanson, « Mon Raymond ». Avec cette phrase, qui n’a pas échappé aux esprits aiguisés : « Mon Raymond reste dans l’axe, en toute situation critique. Mon Raymond, c’est lui l’patron »… Avant même le week-end, Sarkozy confie à des proches qu’il pense que Fillon ne pourra pas tenir. « Il faut que Fillon dégage, et vite ! », balance un de ses fidèles, très cash.

Nepotism

Below is a condensed version of this topic. For complete guidance please refer to the House Ethics Manual, Chapter 7 on staff rights and duties.

Federal law, at 5 U.S.C. § 3110, generally prohibits a federal official, including a Member of Congress, from appointing, promoting, or recommending for appointment or promotion any “relative” of the official to any agency or department over which the official exercises authority or control.  The statute defines a relative, for these purposes, as « an individual who is related to the public official as father, mother, son, daughter, brother, sister, uncle, aunt, first cousin, nephew, niece, husband, wife, father-in-law, mother-in-law, son-in-law, daughter-in-law, brother-in-law, sister-in-law, stepfather, stepmother, stepson, stepdaughter, stepbrother, stepsister, half brother, or half sister. »

The law bans the employment only of these specifically named relatives.15  It does not prohibit a Member from employing two individuals who are related to each other but not to the Member.  In addition, the 107th Congress amended the Code of Official Conduct (House Rule 23, clause 8(c)(1)) to prohibit a Member from retaining a spouse in a paid position, and to prohibit a House employee from accepting compensation for work on a committee on which the spouse serves as a member.16

The employing Member or committee and subcommittee chairman must certify, on the monthly payroll authorizations, each employee’s relationship (or lack thereof) to any Members of Congress.  The anti-nepotism law, as applied in the House, thus prohibits the hiring of a relative of a Member on that Member’s staff or on the staff of a committee or subcommittee that the Member chairs.  The prohibition, however, does not apply “in the case of a spouse whose pertinent employment predates the One Hundred Seventh Congress” (House Rule 23, clause 8(c)(2)).

If a House employee becomes related to the employing Member through marriage (e.g., an employee in the Member’s congressional office marries a relative of the Member), the employee may remain on the Member’s personal or committee staff, unless the employee is the spouse of the employing Member or works for a committee on which the Member serves.  Similarly, if a Member becomes the supervisor of a relative (other than a spouse) who was hired by someone else (e.g., the Member ascends to the chairmanship of a committee or subcommittee for which the relative is already working), the relative may remain on the payroll.  However, the Member may not then give that individual further promotions or raises, other than cost-of-living or other across-the-board adjustments.  Changing an employee’s status from part-time to full-time would not be considered a raise or promotion and, therefore, would be permitted under 5 U.S.C. § 3110.

Similarly, regulations issued by the Committee on House Administration prohibit the use of committee funds for the benefit of a Member or relative of a Member by way of a contract or otherwise.  Specifically, those regulations state that “[u]nless specifically provided by federal laws, House rules, or Committee on House Administration regulations, no Member, relative of the Member, or anyone with whom the Member has a professional or legal relationship may directly benefit from the expenditure” of either the clerk hire or the official expenses allowance.17  A comparable provision applies to House committees.  The anti-nepotism restrictions apply only to employees on the Member’s or a committee’s official payroll.  Campaign workers are not covered.

Example 5.  Member D would like to hire his uncle by marriage to work in his congressional office.  Member D would be in violation of House Rule 23 by hiring a specifically named relative.

Example 6.  Employee F has been a caseworker in Member E’s district office for two years, and she later marries Member E’s son.  Employee F may remain on Member E’s payroll.

Example 7.  Employee G works on Member F’s committee, and Employee G and Member F get married. Employee G may no longer receive compensation from the committee on which Member F serves.

15  See Lee v. Blount, 345 F. Supp. 585, 588 (N.D. Cal. 1972).

16 See H. Res. 5, 107th Cong., 1st Sess. (147 Cong. Rec. H6-10, H8 (Jan. 3. 2001)).

17 Members’ Handbooksupra note 6.

The Electoral College

Maria Rodriguez-McKey

Map of the 2016 U.S. presidential election projections:[1]

  • In red: 304 Trump electors from 30 states + ¼ ME (2nd CD)
  • In blue: 227 Clinton electors from 19 states + ¾ ME and C.

Elections are complex and their intricacies are not well-known.  That is why university research should take place in as many democracies as possible.

Political science should look into the history of elections, which in some areas of the world have been the way to gpvern States for a while, and by using examples of the past and the present try to understand why instituions resulting from those elections have at times brought war instead of peace.  Serious mistakes are still being made when devising electoral systems and election procedures so we see the importance of doing research on those issues.

With the post Arab spring Egyptian political system in mind, we will explain the approach that the Americans took more than 240 years ago when they created their own presidential system.  Our Amercian friends have had firstly, the Articles of the Confederation (1776-1777) which failed to give an effective institutional framework  so that a new constitution this time federal is still (the Federal Constitution,1886-1887).

And what about the Electoral College system?  The early Americans did not trust democracy. For many it meant mob-rule. So the American Founding Fathers decided to put a « filter » the people and government, in other words the Electoral College.  At the time the electors of the Electoral College were probably individuals who were well known in their respective States.  In other words, the Electoral College represents the 50 States of the Union because in the American Federal system it is the States that vote for the President.

As regards Congressional elections, the House Representatives are elected by a system that is very proportional to the population of Each State as is that of the Electoral College.  The formula used at the begining was the French Andeé Saint-Lagüe’s system but because of its uneven negative effects the United States devised its own system. For the Senate the method was simple: Each State is represented equally by two Senators.

Are there restrictions on who the Electors can vote for?

Restrictions exist as to who can be selected as Presidential elector.  For example, no senators, representatives or persons holding an office of trust.  The National Association of Secretaries of State (NASS) compiles a list of applicable State laws but vary.

« No Elector has ever been prosecuted for failing to vote as pledged. … Today, it is rare for Electors to disregard the popular vote by casting their electoral vote for someone other than their party’s candidate. Electors generally hold a leadership position in their party or were chosen to recognize years of loyal service to the party. » …Throughout the history of the United States more than 99 percent of Electors have voted as pledged. (National Archives, What are the qualifications to be an Elector?)

  • Cartogram showing 2016 Electoral College projections. Each square represents one elector.

Droits, droits de l’hommeet libertés fondamentales en Chine

Christel Thibault

Docteur en Géographie, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

In. B. Owen (dir.), La Société civile, 2012 : 229 – 260.

(090619) — TAIJIANG, June 19, 2009 (Xinhua) — A bevy of women of the Miao ethnic group in colorful costumes stand on a single wood bridge to watch the dragon canoe race, on the Qingshuijiang River in Shidong Township, Taijiang County, southwest China’s Guizhou Province, June 17, 2009. A slew of villagers of the Miao ethnic group gather here for a 3-day spree of traditional dragon canoe carnival, which starts on the 25th of the fifth month on the traditional Chinese lunar calendar. (Xinhua/Qin Gang) (px)

La reconnaissance et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales comptent parmi les fondements essentiels des démocraties occidentales. Avant toute chose, elles définissent un ensemble de valeurs. Cet idéal de respect de l’homme résulte d’un long processus de réflexion, d’ajustements parfois âprement discutés, progressivement mis en place au cours de plus de deux millénaires d’histoire européenne. Formalisés depuis la fin de xviiie siècle par plusieurs Déclarations universelles et une série de préambules constitutionnels, ce n’est toutefois qu’à partir de la fin des années 1980 qu’un véritable discours sur les droits de l’homme a commencé à apparaître. Ce mouvement est venu de l’Est : la mise au jour des excès autoritaires d’une Union soviétique en cours de démantèlement a provoqué un retour en force de cette préoccupation sur la scène européenne. Depuis lors, le discours sur les droits de l’homme ne cesse de se politiser, d’évoluer dans sa forme et dans ses intentions – alors même qu’en Europe, tout un ensemble d’institutions et de mécanismes de régulations assurent concrètement la protection des citoyens et la sauvegarde des libertés fondamentales.

Diffusé par l’intermédiaire d’Organisations non-gouvernementales (ONG), étendant ainsi leur champ d’intervention, le discours sur les droits de l’homme s’est également internationalisé. Mais l’héritage complexe qui caractérise cet idéal – sur le plan éthique comme sur le plan légal – est géographiquement et historiquement situé : il est profondément marqué par la philosophie grecque, le droit romain et la culture judéo-chrétienne. Par conséquent, il est nécessaire de s’interroger sur la pertinence et la portée de la notion même de droits de l’homme en dehors du cadre européen ou nord-américain. L’universalité de cet idéal correspond-t-elle à une réalité ? En quels termes est posée la question des libertés et des droits fondamentaux dans d’autres cultures ? Qu’en est-il en Chine, dans ce pays qui a évolué pendant plusieurs millénaires en parallèle de l’Occident ? Au sein de cette civilisation, comment l’homme, l’individu, le droit et les libertés fondamentales sont-ils pensés ? Quelles sont les évolutions actuelles de la relation Etat / Justice / Citoyen ? Dans quelle mesure un discours prônant le respect des droits de l’homme peut-il peser dans l’évolution de la société chinoise ? Cet article propose d’apporter quelques éléments de réponse et de réflexion à ce vaste débat.

 

 

L’idée des « droits de l’homme » en chinois

 

En Chine, la pensée s’exprime au travers d’une langue reposant sur une écriture idéographique. Ce système non-alphabétique est un des plus anciens au monde. Il est le dernier en usage et n’a pas connu de mutations linguistiques majeures depuis son origine. Au temps de l’empire chinois, il a présenté le grand avantage de pouvoir être lu et compris par l’ensemble des populations aux langues ou dialectes différents. En revanche, le système idéographique exclut toute traduction littérale entre la langue chinoise et les autres langues du monde. Plus qu’aucune autre langue, son approche est fondée sur l’interprétation : la traduction des caractères nous donne des mots qui ne font véritablement sens que dans leur acception chinoise. De ce fait, toute traduction laisse généralement apparaître une marge sémantique, plus ou moins importante selon les cas, et qui ravit les linguistes autant qu’elle désespère les juristes de langue indo-européenne. Bien que précise, la langue chinoise reste éloignée de la rigueur syntaxique mise en œuvre dans le droit positif des pays occidentaux.

 

Ces précautions étant posées, commençons par la chose la plus simple qui soit : comment rend-t-on l’expression « droits de l’homme » en chinois ? Par le caractère ren-quan, « homme-balance ». Dans quelle mesure le sens véhiculé par ce caractère est-il équivalent au sens qu’on lui prête en Europe ? Ne soyons pas tentés d’y retrouver l’un des attributs de Thémis, la Justice personnifiée de l’Antiquité grecque. Cette balance-là relève d’une symbolique proprement chinoise. Mais en dépit de l’importance majeure que pourrait revêtir le caractère ren-quan pour des Occidentaux, il faut bien reconnaître que les interprétations sont rarissimes et peu accessibles, peu diffusées. De ce fait, réagissons-nous toujours en pleine connaissance de cause ? Nous nous référons, ici, à l’interprétation (partielle) proposée par le philosophe et sinologue François Jullien :

 

« Ren (« homme »)-quan. Désignant en propre la balance et l’opération de la pesée, quan sert à dire aussi bien le « pouvoir », notamment politique (quan-li), que ce que nous entendons par « circonstance » ou par expédient (quan-bian, quan-mou) : ce qui, par sa variation et s’opposant à la fixité des règles (jing), permet à la situation de ne pas se bloquer, mais de continuer d’évoluer conformément à la logique du processus engagé. Aussi, que ces deux sens se rejoignent au sein du même terme et soient tous deux conçus à partir du fléchissement de la balance donne à penser qu’il n’y a de détermination du réel, du moins en dernière instance, que par la façon dont la situation ploie d’elle-même[1] de l’un ou de l’autre côté : la « circonstance » est par où du réel ne cesse de se modifier pour continuer de se déployer (notion de bian-tong) ; et le poids du « pouvoir » n’est lui-même que la résultante d’un tel infléchissement. »

Jullien (F.), De L’universel, 2008, p. 174.

 

En d’autres termes, le caractère ren-quan met en avant l’association étroite de l’idée de l’homme (entendu au sens large), du pouvoir politique et d’une situation donnée, impliqués dans une opération de « pesée » tendant vers l’équilibre. Aucune référence n’est faite à la notion de justice, au sens où nous l’entendons en Europe. La situation « ploie d’elle-même », aucun glaive de Thémis ne semble devoir la trancher. Ren-quan exprime avant tout une relation entre l’homme (l’humanité) et l’Etat, résultant d’un équilibre fluide, en constante évolution. Cette relation n’est jamais figée ; elle est susceptible d’évoluer en fonction d’un contexte, indépendamment d’un cadre rigide imposé par des règles.

 

Le mouvement du balancier, suggéré par ren-quan, reprend une notion fondamentale de la culture chinoise : celle de la relation née d’une polarité, relation fluide résultant d’un courant, de la circulation d’une énergie, entre des opposés complémentaires et indissociables – une relation à l’image de celle qui unit le yin et le yang, forces premières réglant l’ordre de la nature et conditionnant le développement harmonieux de toute chose dans l’Univers. Dans la langue, ce type de relation se retrouve dans des caractères exprimant des situations très concrètes, relevant même du quotidien des Chinois. Un mot aussi banal que « chose » (res, en latin classique) est rendu par dong-xi, Est-Ouest, deux points cardinaux. Ainsi la « chose », qu’elle soit figurée ou bien réelle, n’est pas conçue comme étant individualisante, figée dans sa matérialité, circonscrite à ses propres limites ; elle résulte avant tout d’une relation entre deux polarités. La notion de droits de l’homme relève de ce type de relation entre deux parties, interprétée en termes « d’équilibre » entre l’homme et le pouvoir. En Europe, en revanche, la notion de droits de l’homme est clairement interprétée en termes de « liberté », celle de l’individu. Une liberté érigée en « devoir être », garante absolue de la dignité de l’homme.

 

L’expression « droits de l’homme » possède bien un équivalent linguistique en chinois, certes, mais dès le départ – dès son énoncé – on sent à quel point l’interprétation fine d’une langue vers l’autre est une nécessité incontournable autant qu’une difficulté. Chacun doit s’assurer que les concepts et les valeurs qu’il souhaite partager soient pleinement intelligibles pour son interlocuteur. Or, dès que l’on change de contexte culturel, et donc de contexte notionnel, il n’y a plus aucune évidence en la matière – a fortiori lorsque l’on considère des langues relevant d’aires culturelles s’étant longtemps développées sans véritable rapport entre elles comme c’est le cas de la langue chinoise et des langues d’Europe. Les traductions et les interprétations – aussi justes soient-elles – laissent de côté des pans entiers de signification parce que les représentations que nous associons aux mots sont différentes. Lorsque nous disons « arbuste » ou « haie vive », il y a peu de chance pour que notre interlocuteur chinois se représente mentalement une haie de buis taillés. Il se représentera plutôt des théiers ou des mûriers. De la même façon, le sens du mot « populaire » dans son acception chinoise est-il rendu à l’identique en français ? Non, assurément. Transposé en politique internationale ou dans le champ juridique, tout écart de représentation est susceptible d’avoir des conséquences plus ou moins heureuses… Plus on s’imprègne d’une culture radicalement différente de la nôtre et plus on a de chance de réduire cet écart. C’est la connaissance qui nous permet de limiter la prégnance de l’ethnocentrisme dans nos travaux, nous invite à nous interroger sans projeter les représentations qui nous sont familières sur d’autres réalités, d’autres contextes. Cependant, malgré nos efforts, il restera toujours une fraction de sens irréductible, infime parfois mais néanmoins présente. Reconnaître son existence, c’est sans doute accepter qu’il n’y ait jamais de contrôle absolu du discours par l’une des parties.

 

 

Entre confucianisme et modernité

 

Aux sources de la civilisation chinoise, la question de l’individu n’a pas de raison d’être. Autrement dit, la façon dont est pensé l’Homme n’implique pas nécessairement une reconnaissance tacite de sa dimension en tant qu’individu à part entière. Or la notion occidentale de « droits de l’homme » repose en partie sur cette reconnaissance de l’individu en tant que tel (indépendamment de tout groupe). En Chine, au cours des dernières décennies, une dimension plus individuelle de l’homme – ou plus individualisante – s’est certes progressivement, timidement, développée. Mais celle-ci est restée subordonnée au groupe, au collectif ; et, dans tous les cas, il semble qu’elle ne relève pas d’une affirmation de l’individualité au sens où nous l’entendons en Occident.

 

Le courant confucéen a marqué d’une empreinte aussi profonde que durable la société chinoise – en particulier en transmettant cette « inculture du moi », pour reprendre l’expression si juste de Malraux[2], traduisant l’effacement de l’individualité propre au profit de celle du groupe. Mais cet héritage n’est en rien figé ; il a accompagné les mutations profondes que vit le peuple chinois depuis le milieu du vingtième siècle. Le maoïsme n’en a pas sonné le glas et la « boutique de Confucius »[3] n’a constitué un rempart ni contre la modernité, ni contre le développement, ni même contre l’ouverture de la Chine sur le reste du monde. La figure-même de Confucius reste extrêmement populaire. En dépit d’une évolution actuelle notable, les valeurs confucéennes imprègnent encore profondément les mentalités et les comportements. Elles restent des repères culturels forts, structurants, notamment en ce qui concerne la famille, les relations privilégiées et les réseaux, ainsi que les logiques de « face ».

 

Omniprésente et omnipuissante depuis l’origine de la pensée chinoise, la famille reste la cellule de base de la société. Elle en représente à la fois la particule élémentaire et le fondement sur lequel repose l’ensemble de l’organisation sociétale. Les groupes familiaux sont structurés selon des lignées patrilinéaires dont les membres relèvent d’un ancêtre commun, choisi parmi les défunts de la famille élargie. Qui boit l’eau doit se souvenir de la source, dit l’adage. La prééminence des ancêtres sur leurs descendants (plus que leur mémoire), leur autorité morale, sont honorées par l’intermédiaire d’un culte très suivi. Les défunts proches, quant à eux, sont l’objet d’un culte domestique quotidien plus simple. Collectifs ou individuels, les rites relevant du culte des morts renforcent la cohésion d’ensemble du groupe familial. Celui-ci est structuré par des solidarités et des contraintes réciproques, qui impliquent des devoirs auxquels on ne peut guère se soustraire mais qui permettent en retour d’être soutenu, protégé. En région rurale, les liens entre les individus et les communautés lignagères (famille élargie constituant un même village) furent longtemps renforcés par le système de l’enregistrement administratif de la résidence et l’attribution d’un hukou,limitant la libre installation, et liant ainsi durablement un individu à une famille mais également à un lieu.

 

La relation maître / disciple, chère au courant confucéen, peut être rattachée à ce type de relations hiérarchisées à caractère familial. Dans la tradition et l’imaginaire collectif, la vie est appréhendée comme un cheminement, un apprentissage. Idéalement, pour être fécond, cet apprentissage doit être guidé par un « maître ». Celui-ci s’attache non pas à dicter un enseignement ou des principes, mais fait en sorte que les « doutes » de ses disciples « s’effacent » progressivement, afin qu’ils puissent développer leurs propres capacités. Entre maître et disciple, il n’y a théoriquement pas de trahison possible. Ainsi se consolident les liens au sein du « clan ». Transposé à l’époque actuelle : ainsi s’étend le réseau relationnel, fondé sur des liens de confiance éprouvés (dans le temps, dans certaines situations). Bien entendu les trahisons sont légion, et les créations artistiques en tous genres sont intarissables sur le sujet… Mais réelles ou de fiction, ces trahisons illustrent toujours la transgression d’un véritable tabou, socialement condamnable, car l’individu devient une « personne », « quelqu’un », par et au sein du groupe. Il est à la fois indéfiniment redevable et jamais totalement isolé.

 

Caractère commun à la plupart des pays asiatiques, la société dans son ensemble est envisagée comme une grande famille et, de ce fait, les relations hiérarchisées dominent. Le vocabulaire utilisé dans les relations sociales ou professionnelles est en partie commun avec celui relevant du champ familial. Par exemple, des personnes se connaissant peu sont susceptibles de s’interpeller par « oncle » ou « tante ». L’individu existe, certes, mais seulement en ce qu’il est situé au sein du groupe familial. C’est à partir de ce groupe qu’il définit son identité mais également que sont, en grande partie, déterminées ses possibilités d’évolutions socio-économiques. Schématiquement, les réseaux relationnels se développent à partir d’une base familiale, selon des cercles concentriques déterminant différents degrés d’interrelations, de fiabilité et de loyauté. À l’extérieur de l’ensemble des cercles se trouve l’Etat. Ces réseaux de sociabilité sont incontournables pour trouver un emploi, développer des activités ou encore obtenir un prêt d’argent ; mais ils peuvent aussi bien conduire, à l’extrême, au clientélisme, au népotisme, à des abus de toutes sortes, en particulier de pouvoir. Au sein de ces réseaux et entre ces réseaux, chacun affiche une « face » – notion proprement asiatique, dont on rend mal la prégnance en l’interprétant. En restant concis, disons qu’il s’agit autant d’un mode de considération sociale que d’un capital relationnel conditionnant l’ensemble de l’évolution des relations interpersonnelles. Chacun se positionne par rapport à l’autre, et ainsi se définit la dynamique de la relation considérée. On peut gagner de la face, mais aussi en perdre. Qu’il s’agisse d’une « disgrâce sociale », si l’on ose dire, ou d’un simple échec, toute perte de face est vécue comme un drame profondément intériorisé, susceptible d’entrainer la volonté de disparaître symboliquement aux yeux du monde.

 

Bien que l’identité propre d’un individu soit quelque peu dissoute dans l’identité collective de son groupe d’appartenance, depuis les années 1980 une forme d’individualisme a fini par apparaître et se développer. D’importantes mutations économiques, une croissance accélérée et des migrations intérieures massives de la main d’œuvre vers les grandes agglomérations urbaines côtières ont fait évoluer les modes de vie, et les ont quelque peu « occidentalisés ». En particulier, le modèle de la famille élargie tend notablement à s’effacer au profit de la famille nucléaire. Néanmoins, au sein de la famille comme dans la société en générale, les relations sont toujours essentiellement pensées en termes de « devoirs réciproques » et non en termes de « droits ». Et, au bout du compte, il semble que ce soit la politique de l’enfant unique (tout au moins pour les Han) qui ait le plus ébranlé les fondements confucéens de la société, parce qu’elle en a affaibli le pivot central : la cellule familiale. Le contrôle strict des naissances réduit de facto l’étendue des réseaux relationnels et de l’entraide, et accroit d’autant le poids des charges et des devoirs pesant sur les descendants effectifs. D’une certaine façon, le système que Mao Zedong n’est parvenu ni à détruire ni à déstructurer durablement (en dépit d’une volonté farouche) est en train de se déliter sous l’emprise du planning familial… Moins encadrés qu’auparavant par la famille et les réseaux, les Chinois semblent désormais sur le point de se poser la question d’une redéfinition de la relation entre l’individu et l’Etat.

 

Cependant, en dépit de ces évolutions récentes, le groupe prime toujours sur l’individu ; or le groupe est fondamentalement inégalitaire : chacun sa place, chacun son rang. C’est cette place qui définit et individualise l’homme. Mais c’est également le groupe (réseaux, famille) qui porte l’individu, le soutient. D’une certaine façon, cette inégalité ne conduit pas à une exclusion mais, au contraire, à une inclusion, une intégration extrême de l’individu dans la société. Les relations sociales étant pensées globalement en termes de devoirs et non de droits – dans un pays qui, par ailleurs, n’est pas un Etat de droit – on comprend à quel point la notion européenne de « droits de l’homme » est difficile à transposer. De ce fait, mieux vaut sans doute privilégier la notion de « libertés fondamentales ». Mais à condition, là encore, d’observer une grande prudence dans la mesure où la notion de « liberté », rendue par le terme ziyou, n’apparait qu’à la fin du xixe siècle. Créé à partir d’un néologisme, d’introduction tardive, ce terme signifie seulement « à partir de soi »[4]. Par conséquent, il évoque bien davantage la notion d’« autonomie » que de liberté au sens où nous l’entendons en Europe.

 

S’agissant de la sauvegarde des libertés fondamentales, quels sont les usages en Chine ? Comment les citoyens peuvent-ils faire valoir leurs droits et quelle est leur attitude vis-à-vis des institutions ?

 

 

Des voies d’accès à la justice différenciées, parallèles aux tribunaux

 

En matière administrative, civile ou commerciale, en plus des cours de justice telles que nous les connaissons en Europe, les citoyens disposent de plusieurs possibilités pour faire valoir leurs droits. Ils peuvent se tourner vers les bureaux des Lettres et visites, faire appel à la médiation dite populaire, ou encore solliciter un arbitrage. Depuis les années 1950, les comités d’arbitrage règlent des contentieux du travail, tandis que les comités de médiation règlent tout litige d’ordre civil apparu au sein d’une localité ou d’une entreprise. Quant aux bureaux des Lettres et visites, ils sont non seulement devenus les principaux lieux d’expression populaire de la Chine contemporaine, mais ils représentent encore la principale voie de recours pour faire valoir ses droits.

 

Le dispositif xinfang – Lettres et visites – est une instance administrative polyvalente, représentée à tous les échelons territoriaux, susceptible de recueillir des plaintes, des requêtes et des témoignages, individuels ou collectifs, écrits (les Lettres) ou, « à défaut de pouvoir écrire », oraux (les Visites). Quatre catégories de recours peuvent être distinguées[5] :

– « accuser-dénoncer » (konggao-jieaf) : dénonçant ceux (individus ou groupes) qui ont commis des actions contraires à la loi et aux directives du parti communiste ;

shensu : regroupant les plaintes et appels de ceux qui estiment avoir été injustement sanctionnés sur le plan politique, administratif ou juridique ;

– « critique-suggestion » (piping-jianyi) : regroupe les critiques adressées au parti communiste et au gouvernement, relatives à leurs méthodes de travail et, le cas échéant, les suggestions permettant de les améliorer ;

– « demande de résolution » (jiujue) : rassemblant des dossiers de demandes d’aides à l’Etat, constitués par des individus, des collectivités ou des localités.

Les bureaux des Lettres et visites recueillent l’essentiel des actions individuelles ou collectives menées dans le cadre de litiges en matière de travail, de sécurité sociale, de sanctions jugées injustes, d’expropriations en milieu rural ou urbain et d’abus de pouvoir. C’est également par leur intermédiaire que le droit de pétition des citoyens est censé pouvoir s’exercer (art. 41 de la Constitution). Regroupant de multiples fonctions, le dispositif xinfang constitue, en pratique, l’interface privilégiée – et complexe – entre les citoyens et l’Etat.

 

Comme les Lettres et visites, les comités de médiation sont administrés par échelons territoriaux. Au niveau national, ils relèvent de l’Unité de médiation du ministère de la Justice. Leur base légale est définie par la Constitution de 1982 (art. 111, al. 2), et surtout précisée par les « Règles générales sur l’organisation des Comités de Médiation Populaire » publiées en 1954[6]. Ces comités ont pour mission de régler des conflits civils mineurs par la résolution amiable, dans des délais très courts. Il s’agit autant d’éviter que les différends ne s’amplifient que de devoir porter l’affaire devant un tribunal. Le recours à un comité de médiation ne relève pas d’une procédure obligatoire mais d’une démarche personnelle, et aussi d’une forme élémentaire d’entente puisqu’elle suppose l’accord préalable des deux parties. Bien que les accords conclus à l’issue des médiations n’aient pas force exécutoire, seule une faible proportion des affaires traitées dans ce cadre donne lieu à un véritable recours en justice. Nous disposons d’un ordre de grandeur pour l’année 1985 : seulement 10 % des quelques 6,74 millions de litiges traités auraient ensuite été soumis à un tribunal[7]. Une dizaine d’année plus tard, le nombre d’affaires est à peu près stable (6,12 millions en 1994)[8]. Actuellement la médiation civile représente toujours la voie de règlement des litiges mineurs par excellence, en particulier les litiges d’ordre familial ; et depuis 2002 les accords conclus à l’issue des médiations ont désormais acquis une valeur juridique et sont assimilés à un contrat entre parties civiles[9].

 

En pratique, bien que le recours aux tribunaux augmente sensiblement depuis le début des années 2000, plus de 10 millions de plaintes et requêtes auraient été déposées en 2002 auprès des bureaux des Lettres et visites. En parallèle, les comités de médiation auraient traité environ 4,5 millions d’affaires par an depuis 2004, tandis que près de 80 000 contentieux du travail auraient été résolus, toujours en 2004, par les comités d’arbitrage[10]. Et comme pour les Lettres et visites, leur nombre est en progression constante. À titre de comparaison, les cours de justice ont jugé en première instance à peine plus de 95 000 affaires administratives en 2006[11]. Autrement dit, l’immense majorité des affaires autres que pénales sont traitées en dehors des structures proprement judiciaires. La réforme du dispositif Lettres et visites, engagée en mai 2005, a bien pour objectif de redéfinir ses fonctions, afin de limiter l’afflux massif de plaintes déposées qui font d’elles la première voie de recours en matière administrative. Toutefois, pour le moment, on peut considérer que le législateur s’en tient essentiellement à renforcer des voies qu’en Europe on qualifierait d’alternatives. Ainsi la publication d’une loi sur la médiation et l’arbitrage des conflits du travail (29 décembre 2007) supprime notamment les coûts d’accès à cette procédure et augmente la force contraignante des décisions d’arbitrage vis-à-vis de l’employeur[12]. Dans tous les cas, les différentes voies d’accès à la justice coexistent ; elles ne se substituent pas aux cours de justice.

 

Lettres et visites, médiation et arbitrage constituent un héritage de l’époque maoïste que les autorités chinoises semblent avoir choisi de conserver parce qu’il permettait de rationnaliser un usage remontant à l’aube de la civilisation chinoise. Jusqu’à la fin des années 1990, les autorités n’ont guère œuvré dans le sens d’un développement du système judiciaire. Depuis lors, des progrès manifestes ont été accomplis, tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Les réformes engagées ont notamment porté sur le recrutement et la professionnalisation de l’ensemble des hommes de loi (avocats, juges, procureurs) et des médiateurs. Plus nombreux et surtout mieux formés, ils ont accompagné le développement et la spécialisation progressive de cours de justice, désormais dotées de chambres pénales, civiles, économiques et administratives distinctes[13]. Les avocats sont présents dans un plus grand nombre de procès et, depuis 2008, leurs prérogatives ont été étendues. En théorie, celles-ci sont de moins en moins éloignées de celles de leurs confrères européens[14].

 

Pourtant, en dépit d’une évolution récente positive, les faiblesses, dysfonctionnements et blocages internes restent considérables[15]. De ce fait la population est encore méfiante vis-à-vis d’institutions judiciaires largement perçues, non sans raisons, comme peu compétentes et fréquemment corrompues. Certes le recours à la médiation est une démarche familière aux Chinois et les comités de médiation ou d’arbitrage sont nombreux et bien distribués sur l’ensemble du territoire (840 000 comités, composés de près de 5 millions de membres en 2008[16]). En comparaison, le ratio d’une juridiction pour 361 000 habitants (soit quatre fois moins qu’en France)[17] peut sembler faible. Pourtant le principal obstacle entre la population et les cours de justice n’est ni le nombre ni l’accessibilité, mais bien le manque de confiance dans les institutions et la persistance d’usages visant à contourner les tribunaux. Pour autant, la médiation et les comités d’arbitrage apportent-ils une résolution plus équitable des litiges ?

 

Dans le contexte spécifiquement chinois, la médiation et l’arbitrage sont mis en œuvre par l’intermédiaire de structures au sein desquelles le judiciaire et le politique sont si étroitement imbriqués que l’on peine souvent à distinguer l’un de l’autre, qu’il s’agisse des comités, des personnels ou des normes. Les tribunaux sont officiellement chargés d’assister les comités de médiation sur le plan judiciaire, ce qui permet d’assurer une concordance minimale entre leurs activités réciproques[18]. Mais cette « assistance » relève autant de l’encadrement technique que de la supervision politique. Des assistants judiciaires, habituellement recrutés parmi les notables ou les retraités de l’armée et de la justice, sont mis à la disposition des comités de médiation par les tribunaux. Ces assistants judiciaires forment les médiateurs volontaires (issus de la population locale), interviennent directement dans les médiations portant sur des cas complexes ou dépassant les compétences territoriales des comités saisis et, tout autant, s’assurent que les décisions arrêtées sont conformes aux directives du parti communiste. Car, en effet, dans le règlement des conflits, les médiateurs s’appuient tant sur le droit positif que sur les normes du Parti. De ce fait, comme pour les bureaux des Lettres et visites, non seulement politique et judiciaire sont étroitement mêlés, mais le droit – au sens occidental du terme – intervient peu in fine comme régulateur dans la vie quotidienne des Chinois. Or non seulement la médiation est une voie d’accès à la justice à part entière (en aucun cas elle n’a pour rôle de « désengorger » des tribunaux, globalement peu saisis), mais le système d’assistance judiciaire apporte un encadrement qui favorise la persistance de l’éloignement du citoyen vis-à-vis des cours de justice.

 

Indépendamment de l’assimilation du politique au judiciaire, la principale objection que l’on puisse formuler porte certainement sur le fait que la médiation, ainsi appliquée, n’apporte aucune garantie d’équité dans le traitement des litiges car ce système ne dispose pas de mécanismes permettant de neutraliser d’éventuels déséquilibres de « pouvoir » (entendu au sens large) entre les parties. Les différents intervenants, parties et médiateurs, sont issus de la même communauté (au sein d’une société très hiérarchisée), souvent se connaissent, et l’éventuelle intervention d’un assistant judiciaire extérieur n’apporte finalement qu’une supervision politique dans le traitement du litige. Selon les circonstances, les enjeux locaux, selon les compétences et le « bon sens » des médiateurs, ce qui peut être un atout dans une résolution amiable peut tout autant aboutir à une résolution injuste. Bien entendu, il s’agit là d’un point de vue européen sur la question de la médiation. En ayant recours à ce mode de résolution, les Chinois n’attendent pas davantage d’équité dans le traitement de leur affaire, mais l’apaisement des tensions par une résolution « harmonieuse » leur permettant d’éviter, autant que possible, une action en justice.

 

 

Vers une « justice équitable » ?

 

La Chine possède une tradition de droit écrit et codifié de longue date[19]. Lorsque les juristes et les politistes chinois formés en France présentent leur propre droit, ils ne manquent pas d’insister sur l’importance de l’héritage de la pensée confucéenne dans le façonnement de l’idée de loi, de droit et de justice, et sur leur relation étroite avec le grand principe fondateur d’Harmonie. Dans l’idéal confucéen, la question de la justice est posée en termes de hiérarchie et d’harmonie, pas en termes d’équité. Une société juste est une société dans laquelle l’harmonie est atteinte et rendue fonctionnelle par la différenciation des rôles, des droits et des devoirs (chacun son rang, chacun sa place), au sein de la famille comme au sein de la société – l’un et l’autre relevant du même modèle hiérarchisé. La Chine ancienne s’interroge davantage sur le « juste » que sur le « droit », et le « juste » peut être pensé indépendamment de la notion d’équité – qu’en Occident nous associons à l’idée de justice. Ceci est un point tout à fait fondamental. Notion essentielle de la civilisation chinoise, le Milieu Juste évoque une certitude, celle qui émane d’un cœur[20] vide de préjugés et porte à agir vers l’extérieur, à se tourner vers les autres afin d’établir des rapports sincères, des échanges de qualité, à apaiser les tensions et résoudre les conflits les plus graves. Cette attitude « juste » est l’assurance d’agir en parfaite adéquation avec les circonstances et en parfaite conformité avec l’ordre des choses (le Dao, la Voie). De fait cette notion est éloignée de l’équité et de la justice au sens occidental de ces termes. De surcroit, le caractère moderne employé pour rendre l’idée de justice – si-fa, signifiant explicitement le traitement d’une affaire relative à la loi – n’apparaît que très tardivement dans la langue chinoise, vers la fin du xixe siècle. Il s’agit d’un emprunt à la langue japonaise, introduit à la fin de la dynastie des Qing, c’est-à-dire à une époque où la toute dernière dynastie régnante (d’origine mandchoue), dès avant la proclamation de la République de Chine en 1911, s’inspire du Japon et de l’Occident pour réformer et moderniser ses institutions. Pourtant ce terme ne saurait exprimer l’idée de « justice équitable » (gongping-zhengyi) entendue tacitement dans l’acception occidentale de la notion de justice[21]. Afin de s’en approcher, certains juristes chinois tentent actuellement de revenir vers l’idée (elle-même issue de la tradition) de la loi « uniforme-comme-l’eau ».

 

Sur le plan institutionnel, la Constitution de 1982 dispose que les tribunaux et les parquets procèdent de façon indépendante (art. 125 et 131). Depuis 1995, juges et procureurs appartiennent à deux corps distincts, aux statuts spécifiques. L’indépendance judiciaire n’est toutefois pas instituée puisque tribunaux et parquets sont responsables devant « les organes du pouvoir d’Etat dont ils émanent », c’est-à-dire les assemblées populaires (nationale et locales) et leurs comités permanents[22]. Dans les faits, le secteur de la justice est étroitement associé aux différentes instances du parti communiste, tant par le pouvoir de nomination et de destitution des juges et procureurs, que par la supervision directe du travail des institutions judiciaires par les comités politico-légaux, ou encore par la supervision indirecte en tenant à la disposition des comités de médiation des assistants judiciaires. L’interdépendance Etat / Parti / Justice est donc une réalité incontournable. Mais bien que cette situation puisse n’être que hautement préjudiciable, ce n’est pas la raison première de l’attitude d’évitement manifestée par le citoyen à l’égard des cours de justice et, par ailleurs, cela n’empêche pas les Chinois des déposer des plaintes et des requêtes, par millions, chaque année auprès des bureaux des Lettres et visites, et d’avoir massivement recours à la médiation ou à l’arbitrage. En définitive, la supervision politique n’inhibe pas totalement les Chinois dans leurs velléités de faire valoir leurs droits. La variété des voies d’accès à la justice qui leur est proposée est perçue comme une forme de « liberté » – celle d’avoir d’autres choix possibles qu’un recours direct en justice, tout en conservant malgré tout la possibilité, à l’issue d’une médiation, de renvoyer vers un tribunal une décision considérée comme insatisfaisante par les parties.

 

A contrario, on peut objecter qu’en soutenant le recours à la médiation, l’Etat ne permet pas d’établir un lien de confiance entre la justice et chacun des citoyens – une étape qui serait pourtant fondamentale dans le cadre de l’établissement futur ( ?) d’un véritable Etat de droit. Or ce lien de confiance n’a tout simplement jamais existé. Par conséquent il est à définir, à établir et à développer. Cet état de fait pose une problématique importante : puisque le recours direct à la justice n’est ni une tradition ni un usage en Chine, dans quel cadre les droits et les libertés fondamentales peuvent-ils être défendus ? À la faveur d’une embellie politique, desserrant l’étau du Parti, Lettres et visites et médiation populaire pourraient-elles assurer pleinement ce rôle, et de façon équitable ? Après tout, il s’agit déjà d’un dispositif d’expression populaire, à la fois individuel et collectif, bénéficiant de la confiance des citoyens et de l’antériorité culturelle. Dans l’affirmative, cela peut-il dispenser pour autant l’Etat chinois de devoir créer un lien de confiance entre les institutions et les citoyens ? Non, assurément. À l’avenir, les réponses à ces questions sont susceptibles d’être importantes car, pour le moment, le législateur chinois a choisi de réformer le secteur de la justice sans chercher à y introduire des éléments de nouveauté. C’est un fait déterminant. Le modèle traditionnel d’accès à la justice évolue dans sa forme mais pas dans sa structure. Il devrait donc s’agir, en priorité, de le rendre plus équitable.

 

Ne sous-estimons pas le fait que ce pays vive, réellement, une profonde mutation depuis plus de trois décennies. L’évolution de la question des droits de l’homme accaparant généralement l’attention des médias occidentaux, ce choix en matière d’information a presque fini par occulter la « frénésie administrative »[23] réformatrice qui saisit la Chine et qui aboutit, surtout depuis les années 1990, à la reconstruction progressive d’un droit qui tend à réduire sa distance vis-à-vis des standards européens. Les autorités se sont lancées dans un chantier colossal, à l’échelle du pays et de près d’un milliard et demi d’habitants. Le droit a été officiellement « réhabilité » en 1978 afin de permettre la mise en œuvre de la politique d’ouverture économique. Mais bien que la priorité soit accordée à la législation économique, les réformes concernent pratiquement l’ensemble des secteurs juridiques et donnent lieu à un vaste mouvement de publications de lois et de règlements[24]. Certes, il est malaisé de porter un regard critique sur cette littérature juridique surabondante et d’un accès difficile, tant sur le plan linguistique que matériel, mais au moins pouvons-nous retenir qu’elle est à l’image d’une forte dynamique de changement.

 

Néanmoins cette dynamique présente l’extrême singularité d’être mise en œuvre dans un pays où, par ailleurs, le régime politique et son mode de fonctionnement restent d’une stabilité monolithique. D’autre part, certains juristes ne manquent pas de souligner que la manière dont est lancé ce vaste chantier juridique produit un certain désordre normatif qui rend difficile l’accès au droit et, finalement, porte atteinte à l’efficacité de la loi. Dans la pratique, il apparaît une confusion structurelle entre le législatif et l’exécutif, entre les pouvoirs centraux et locaux, et entre les différents ministères et administrations. Cette confusion résulte de l’ambiguïté dans la répartition des pouvoirs normatifs et a pour conséquence la prolifération de textes incohérents et contradictoires[25]. De plus, la réforme législative étant essentiellement motivée par le développement économique, ce mouvement est beaucoup plus important et rapide dans les régions côtières et les Zones économiques spéciales que dans les provinces intérieures. En définitive, d’un endroit à l’autre du pays, les citoyens chinois sont susceptibles de se trouver dans des situations notablement différentes vis-à-vis de l’exercice de leurs droits, du droit positif, et de la justice.

 

 

Le Plan d’action national pour les droits de l’homme

 

On peut raisonnablement considérer que la coexistence d’une législation nationale relativement sommaire et d’une profusion de règlements locaux constitue, dans l’état actuel des choses, un obstacle important dans la protection des libertés fondamentales. Au début de l’année 2009, la Chine s’est cependant engagée officiellement, et pour la première fois, à promouvoir les « droits de l’homme ». Le Plan d’action national[26] se présente essentiellement sous la forme d’une déclaration d’intention, mettant particulièrement en avant les droits économiques, sociaux et culturels (au premier rang desquels est placé le droit au travail), considérés comme des droits de « deuxième génération » par les Nations unies et la plupart des nations occidentales. Et dès que l’on quitte les chapitres abordant des besoins humains fondamentaux tels que l’accès à un niveau de vie décent, à la santé ou à l’instruction, la protection des personnes vulnérables, le discours renoue simplement avec les engagements pris par le parti communiste, au cours des décennies antérieures.

 

Placé en deuxième position dans le Plan d’action, le chapitre consacré à la « garantie des droits civiques et politiques du citoyen » (habituellement considérés comme droits de « première génération ») est particulièrement révélateur de la distance qui existe entre la conception chinoise et la conception européenne de l’essence et de la protection de ces droits. Précisons tout d’abord qu’en droit chinois, la notion de « citoyen » est confondue avec celle de « personne physique » et que les principes généraux du droit civil envisagent surtout les personnes en tant qu’acteurs de la vie économique[27] – les implications légales de ce fait sont importantes. Sur le plan formel, la présentation[28] n’est pas si éloignée des standards internationaux dans la mesure où elle promeut la protection du « citoyen » (mais avec l’importante réserve émise plus haut) par l’amélioration du secteur juridique et par le respect de l’application des lois. En revanche, en ce qui concerne le fond, on comprend clairement que dans l’histoire récente de la Chine, l’univers pénitentiaire et ce qui relève du politique en général furent étroitement liés. Le droit de la personne (II-1) garantit – avant toute autre chose – de ne pas être interrogé sous la torture et garantit l’application de la peine de mort avec discernement. Puis sont abordées les conditions de détentions des prisonniers (II-2) et enfin le droit à l’impartialité du jugement (II-3). La liberté de croyance religieuse, quant à elle, est garantie dans la mesure où les pratiques peuvent être considérées comme « normales » (sans autre précision concernant la définition de la norme).

 

Le droit d’exprimer un choix politique est reconnu, mais pas en tant que droit de vote (par le recours à l’élection) seulement en tant que « droit à la participation »(II-6) – politique s’entend – par le recours à la consultation. L’Etat chinois garantit aux citoyens d’être consultés, par l’intermédiaire de groupes de discussion, dans le cadre d’une « prise de décision plus démocratique et plus rationnelle ». Le droit à l’expression (II-7) vient théoriquement renforcer le droit du citoyen à participer à la vie publique, mais cette fois-ci par la possibilité de déposer des plaintes écrites ou orales, que les cadres du parti communiste sont tenus de lire et de traiter, afin de mettre en place « un système national d’informations sur les plaintes des masses (…) et de centralisation des suggestions du peuple »[29]. La conception chinoise de la démocratie participative est complétée par le droit à la surveillance. Huitième et dernier droit évoqué dans ce deuxième chapitre du Plan, celui-ci consacre la prééminence des assemblées populaires[30] sur l’ensemble des institutions grâce à une supervision permanente et axée sur « la réforme, le développement, la stabilité de la situation globale, l’harmonie sociale et les voix vives du peuple »[31]. Les assemblées populaires étant constituées sur la base de listes de candidatures établies par le parti communiste, le chapitre du Plan consacré aux droits civiques et politiques du « citoyen » s’achève donc, sans vergogne, sur les droits accordés en réalité au « Parti ».

 

La garantie des droits ainsi présentés est mise en place, quasi systématiquement, par l’intermédiaire de règlements préexistants. De ce fait la protection des droits et libertés correspond simplement à une mise en conformité des comportements avec la loi. Certes, par la publication d’un Plan d’action national, les autorités chinoises s’engagent à limiter les abus de pouvoir et les excès manifestes d’autorité, mais les droits présentés n’ont de civique et de politique que le nom. Ils sont employés dans ce contexte par défaut, dans le but de satisfaire à quelques exigences formelles exprimées par les nations occidentales… qui ne peuvent que rester sur leur faim tant la conception même du politique et de la relation entre l’Etat et le citoyen sont spécifiques. L’héritage communiste est encore très prégnant : au-delà des mots employés dans les discours officiels, la qualité de citoyen n’est pas reconnue en tant que telle, et les droits civiques et politiques sont en pratique quasiment inexistants.

 

Au bout du compte, ce Plan d’action national apparaît comme une concession de principe à l’égard des pays avec lesquels la Chine développe des partenariats économiques fructueux. Publié deux mois à peine avant le vingtième anniversaire des événements de la Place Tiananmen survenus enjuin 1989, au moins aura-t-il été perçu comme un geste d’apaisement. Loin d’apparaître comme un premier pas officiel en faveur de la protection des droits de l’homme, ce Plan relève d’un exercice de style, d’une opération de communication manquée, entérinant simplement l’écart qui peut exister entre la Chine et l’Europe concernant l’acception des notions de droits ou de libertés fondamentales. Non seulement le texte ajoute une certaine perplexité dans le dialogue sino-européen, mais il donne à croire – et c’est très regrettable – que les autorités chinoises sont restées arcboutées sur des positions parmi les plus rigides, antérieures même à la politique d’ouverture, et donc à trois décennies de réformes. Mais le plus dommageable est certainement le fait que cette initiative ait pour résultat direct de déconsidérer les progrès accomplis en matière de protection des citoyens et de libertés individuelles, qui sont pourtant réels en ce qui concerne la sphère privée. Ainsi, par exemple, le mariage commence à devenir une affaire personnelle. Depuis la loi du 1er octobre 2003, il n’est plus nécessaire d’obtenir l’autorisation de son employeur ou du bureau de quartier de son domicile pour se marier. Il faut voir d’où l’on vient… Et en parallèle se poursuit une politique très stricte en matière de réduction des naissances. Toutes ces mesures tendent à transformer la notion de famille – pivot de la société – mais également la notion d’Etat (guo-jia, paysfamille), puisque celui-ci est considéré comme une extension de l’espace familial. La Chine ne craint pas, autant que nous l’imaginons en Europe, de faire évoluer en profondeur ses valeurs fondatrices…

 

 

Conclusion : Droits de l’homme vs. Harmonie ?

 

En définitive s’interroger sur la Chine permet de comprendre à quel point les sociétés européennes sont intellectuellement proches les unes des autres. L’universalité des droits de l’homme est une position typiquement occidentale, fondée sur une conception de l’homme qui n’est pas toujours partagée par les autres pays du monde. En Chine, comme en Asie de manière plus générale, c’est l’idée d’appartenance collective qui prédomine. L’individu n’y est pas pensé en tant qu’élément détaché, évoluant indépendamment du groupe dans lequel il s’inscrit. Il s’agit d’un principe à la fois simple, mais fondateur, et culturellement structurant pour ces sociétés. Tout comme les Occidentaux, les Chinois sont sensibles à un idéal ; mais l’idéal des droits de l’homme n’est tout simplement pas le leur. Il n’est pas issu de leur civilisation, de leur propre mode de pensée. Bien que progressant par l’intermédiaire d’une uniformisation croissante des genres de vie, il n’est pas véritablement intégré à une société chinoise encore profondément imprégnée par l’idéal confucéen d’Harmonie, où la paix sociale prime sur l’équité puisque c’est l’Harmonie qui est « juste ». Une civilisation plurimillénaire, dont le système de valeurs a pu se transmettre jusqu’à nos jours, en traversant bien des drames historiques, en particulier une révolution culturelle très dure, comptant parmi les grandes puissances mondiales et regroupant plus d’un cinquième de l’humanité, doit-elle être considérée comme une « citadelle » ? Tout dépend de ce que l’on souhaite entreprendre ou, disons-le clairement, obtenir. Souhaitons-nous que le dialogue sino-européen soit constructif et durable ? Considérons-nous seulement les droits de l’homme comme un idéal porteur d’équité et de justice ? Ou bien les utilisons-nous comme un instrument politique à part entière, contribuant à promouvoir un modèle de société démocratique à l’européenne ? Dans tous les cas, une condamnation sèche des pratiques existantes ne manque pas d’être perçue comme une ingérence, et fige encore davantage les positions antagonistes. Reconnaissons au moins que la Chine ne prône rien. En dépit d’une diaspora nombreuse et active, très dispersée de par le monde, de longue date, la Chine n’a jamais cherché à exporter son modèle de valeurs en tentant d’influencer les sociétés qui accueillaient ses expatriés.

 

Fort heureusement, aucun système de valeurs n’est totalement figé ; plus aucune société au monde ne vit désormais en vase-clos. La citadelle ne doit pas être assiégée, elle doit ouvrir sa porte de son plein gré. En particulier, il nous revient d’adapter notre façon de communiquer avec la Chine. Puisque cette société est pensée en termes de « devoirs » plutôt que de « droits », et puisque que les « citoyens » n’existent pas en tant que tels, au lieu de s’évertuer à communiquer sur les « droits bafoués des citoyens », pourquoi ne pas engager la même énergie à communiquer sur le thème des « devoirs de l’Etat » ? Insister sur ses obligations en matière de protection et de respect des libertés fondamentales de la « population » ? Pourquoi ne pas chercher à convaincre les autorités chinoises que la reconnaissance pleine et entière des droits et libertés n’entre pas fondamentalement en contradiction avec le principe d’Harmonie, et qu’elle introduit d’avantage de « fluidité » dans les relations sociales que de « désordre », si redouté en Chine. Un discours mieux adapté à la réalité de ce pays est nécessaire.

 

Depuis la fin du xxe siècle, la dimension politique des droits de l’homme a pris de l’importance au point d’occulter leur vocation universaliste originelle. Utilisés comme instrument politique, ou comme ultime recours en justice, ils nous porteraient même vers un résultat inverse. Bien entendu, les droits de l’homme sont extrêmement utiles pour faire reculer l’injustice ordinaire, les violences et tout type d’abus de pouvoir, mais à la condition d’en voir les limites. Les droits de l’homme doivent-ils « être » ou « être utiles » ? Les ONG internationales faisant de la promotion et du respect des droits de l’homme leur cheval de bataille, peuvent-elles négliger de s’interroger sur la légitimité de leurs actions ? En jouant constamment de cette dualité « valeurs / instrument politique », participant à l’extension de la zone d’influence occidentale, ne rendent-elles pas plus complexe le dialogue sino-européen empruntant les circuits classiques de la diplomatie ? En portant, souvent en pleine lumière médiatique, des causes hautement défendables mais néanmoins des causes individuelles, ou ne concernant qu’un nombre réduit d’individus, en passant outre le droit positif national, alors cette « stratégie parallèle » des droits de l’homme permet-elle une évolution globale, profonde et durable des sociétés ?C’est bien ce caractère individuel, ponctuel et superficiel qui séduit si peu les Asiatiques en général, leur privilégiant toujours le groupe et le temps long, sans rupture avec le passé. Un recul de l’injustice est bien obtenu, mais celui-ci est si peu cadré par le droit qu’il finirait par desservir l’idée même de la démocratie… Peut-on prétendre défendre les droits en esquivant le droit ?

 

L’action des ONG est incontestablement utile car aucun groupe humain ne devrait avoir à subir d’excès ou de violences. Mais elles ne doivent pas se substituer à l’Etat, ni orienter l’évolution propre d’une société ; elles ne peuvent que les accompagner dans ce mouvement. En accaparant l’attention des médias occidentaux, les ONG masquent, indirectement, les réformes mises en œuvre et les progrès manifestes réalisés en Chine, ces dernières années, en matière de droit et de justice. Les droits de l’homme ne constituent pas un outil politique comme les autres ; ils doivent rester un point de convergence idéal vers lequel tendre, un idéal respecté et respectable, porteur d’espoir ; mais ils ne doivent pas être posés arbitrairement comme un modèle incontournable de société, ni être utilisés sans discernement comme un moyen de pression. Raisonnablement, ils ne peuvent prendre racine que dans un Etat de droit. En Chine, l’Etat de droit reste à construire ; et le chantier est colossal.

[1]Souligné par l’auteur.

[2]Malraux (A.), 2006 (1926), La Tentation de l’Occident, p. 71.

[3]Slogan issu du mouvement de contestation dit du 4 Mai 1919, qui évolua vers une radicalisation politique dont est issu le mouvement communiste chinois.

[4] Jullien (F.), Marchaise (T.), 2000, Penser d’un dehors (la Chine), p. 276.

[5]D’après Thireau, in. Sanjuan (dir.), 2007, Dictionnaire de la Chine contemporaine, p. 27.

[6]Ces règles furent à nouveau promulguées en janvier 1980 et firent l’objet de révisions mineures par la suite. Demeulenaere (B.), « Les comités de médiation en Chine populaire », RIDC, vol. 39, n°1, 1987, pp. 649-668.

[7]Demeulenaere, 1987 : 160.

[8]Cabestan (J.-P.), « Chine : un Etat de lois sans Etat de droit », Tiers Monde, 1996, note 4, p. 656, d’après Zhongguo tongji nianjian 1995 (annuaire statistique chinois 1995).

[9]Thireau, in. Sanjuan (dir.), 2007 : 156.

[10]La Chine et le Droit (LCLD), n°2, mars-avril 2008 : 10.

[11]LCLD, n°2, mars-avril 2008, note 27, p. 10.

[12]LCLD, op. cit.

[13] Cabestan (J.-P.), « Chine : un Etat de lois sans Etat de droit », in.Aubart (C.), Cabestan (J.-P.), Lemoine (F.) (eds.), La Chine après Deng, Tiers-Monde, 1996, tome 37, n°147, p. 657.

[14]Se reporter à l’amendement de la loi des avocats, publié le 28 octobre 2007 et entré en vigueur le 1er juin 2008. Cf.LCLD, n°1, janvier-février 2008, p. 2.

[15]Ainsi : audiences des tribunaux rarement publiques ; nombreux jugements rendus sans audience formelle ni arrêts écrits et motivés ; application des décisions de justices non systématique (en particulier quand il est question de dédommagement financier) ; jugements préalablement soumis, avant arrêt, au comité juridictionnel du tribunal correspondant la plupart du temps au comité du parti communiste de celui-ci. Cf. Cabestan, 1996 : 662-665.

[16]LCLD, mars-avril 2008 : 10.

[17]LCLD, op. cit.

[18]Demeulenaere, 1987 : 159.

[19] La toute première loi publiée aurait été une loi pénale, intitulée Législation des châtiments (Xingpi), gravée sur des vases de bronze en 536 av. J.-C. Cf. Li Xiaoping, « La civilisation chinoise et son droit », RIDC, 1999, juillet-septembre, p. 513.

[20]Symboliquement, le cœur est le siège de l’intellect autant que de l’affect.

[21]Liu Yi, LCLD, n°2, mars-avril 2008 : 25.

[22]Tsien Tche-Hao, « La Constitution de 1982 et les réformes institutionnelles en République populaire de Chine », RIDC, 1983, vol. 35, n°2, p. 389.

[23]LCLD, n°6, avril-novembre 2009 : 10.

[24]Officiellement : 94 288 pour la période 2001-2004 et 37 775 pour 1996-2000, contre 4 119 pour 1979-1983. LCLD, n°2, mars-avril 2008 : 4.

[25]Li-Kotovtchikhine Xiao-Ying, 2000, « La réforme du droit chinois par la codification », RIDC, vol. 52, n°3, juillet-septembre 2000, pp. 540-542.

[26] Office d’Information du Conseil des Affaires d’Etat (OICAE), 2009, Plan d’action national sur les droits de l’homme 2009-2010.

[27]Li-Kotchovtchikhine Xiao-Ying, 2000, RIDC : 549.Les Principes généraux de droit civil (PGDC) distinguent deux types de sujets de droit : les citoyens et les personnes morales.

[28]OICAE, 2009, op. cit., II. 1. Le droit à la personne ; 2. Le droit des détenus ; 3. Le droit à l’impartialité du jugement ; 4. La liberté de croyance religieuse ; 5. Le droit à l’information ; 6. Le droit à la participation ; 7. Le droit à l’expression ; 8. Le droit à la surveillance.

[29] OICAE, 2009, op. cit., II-7.

[30] L’Assemblée populaire nationale (APN) et les assemblées populaires des différents échelons administratifs sont officiellement les « organes par lequel le peuple exerce le pouvoir d’Etat ». Plus on s’élève dans la hiérarchie administrative territoriale et plus les membres des assemblées sont assimilables aux cadres et membres du parti communiste. Cf. Cabestan, in. Sanjuan (dir.), 2007 : 18-19.

[31] OICAE, 2009, op. cit., II-8.

Search of power and Choice of People

Dr. Victor Kamyshanov, Ass. Prof. of Russian State Social University

Elections in our world. Today they became a symbol of a volatile period and destabilization of the international relations. A particularly difficult turned out to be the  transition of power from the losing political force to the winning one. And the example is the US Presidential elections, which for decades were a symbol of stability and democratic transition of power.  Paradoxical sounds today the option of the possibility to influence the outcome of the presidential elections in the United States from abroad.  The idea voiced by Democrats that Russia intervened in the electoral process, first and foremost, offensive to the American voter. For centuries, it elected its President, on the basis of freedom of choice and the Constitution of the United States, and in 2016, the Americans suddenly found themselves unable to think independently. We can mock a lot today on this issue, but the world faces serious problem whether modern electoral system as before able to remain the basis of stability, security and democracy free from political speculations. There is a second question: it is how the right choice all the people relate to the will of the individual voter?

Modern political crisis began with different reading of the issue of human rights to choose their own system of democratic development. Assertions of uniqueness of the Euro-Atlantic version of liberal legal framework in the field of democratic development principles seems to become erroneous. The world is much more complex and many sided. Every nation, not to mention the states and regions, has its own understanding of the principle of democracy. And roots of this understanding lie in its formation from the depths of centuries.  For Russia, this statement is also as true as for other countries.  Hardly anyone remembers that throughout three centuries in Russia ruled electoral power. Although it was monarchy.

7 February 1613 the Council was assembled. It took place at the Dormition Cathedral of the Moscow Kremlin, the sole survivor building in a Moscow that could accommodate all elected. The number of participants on the different data ranges from 700 to 1500 people. (Isn’t this really reminds electors in modern elections in the United States). February 21 7121 years from the creation of the world, which corresponds to 3 March 1613 of modern Gregorian calendar, Great Zemsky and Pomestny Council (in modern language Regional and Local Council) elected Tsar Mikhail Fedorovich Romanov. From that day began the reign of the Romanov Dynasty in Russia.

Dynastic crisis, i.e. the actual termination of the Rurik dynasty and the empowerment of  Boyar Boris Godunov became one of the reasons for the Great Distemper, which almost led to the loss of Russia’s statehood and political independence. Therefore, the main task of the Council was the election of a new Tzar.

And if we look at the current state of political power in the United States,  aren’t the last days of Obama ruling a great distemper for the United States, which violates the established political traditions and freedom of choice of the American people.

Thus the Russian Government historically is based on electing their leader, the only difference in that ruling time of  leading power, unlike the short cycles of modern electoral system in European democracies, is more long-term in nature.

Exactly 100 years ago in Russia one came to the conclusion that it is necessary to replace the current Royal power. In 1917 February revolution first and then the October revolution formed a new elective paradigm that was determined by the course of the First world war. This form of choice turned out to be a revolution that is not contrary to the historical experience of many States, remember one of the Great French Revolution. Thus was formed the new choice of the Russian people, complicated, sometimes tragic, that  gave new impetus to the development of the country, and this choice was maintained for over 70 years.

Then there was another choice of the people in 1991. It also reflected  the specificity of Russia’s development, but, nevertheless, the political power was newly formed as a result of a very specific nature of choice, which was attended by a completely new political elites, that are the same « electors », which determined the course of events by the end of the 20th century.

The new millennium in Russia once again characterized by the change of leader, chosen by the mixed voting system of elites and the people. This principle is preserved today in Russia, but it is not inconsistent with the historical traditions of Russia, whose people in each election sees the prospect of its stable development, the formation of which requires, given the size and character of the country, a long period of stable and centralized political power. That is why, when talking about the election, it is always necessary to correlate historical past and historical perspective, which in total give the reality of modern choice, which is not always correlated with the point of view of those who are in world power, but lays the groundwork for the transformation to achieve change in the interests of stability.

External factors such as sanctions, which today attributed for Russia, as 100 years ago against Soviet Russia, as history shows, create difficulties, but do not stop Russians moving forward.

Sanctions are futile. Many real politicians in both Europe and the United States understand this. They so far lack the courage to say so. That is why today a broad dialogue between the various States and political and civil forces,  that build political system on the choice, reflecting the historical tradition and historical demand of people, whether in Russia, the United States or any other country is urgently needed.

La situation de l’Allemagne (la suite après l’élection de 2017)

Bernard Owen

En résumé, il reste beaucoup à faire et je rejette les propos de Barbara Kuntz en 1916 qui se référait aux deux élections régionales du Mecklembourg Pomeranie et Berlin qui ont été catastrophiques pour la CDU. Elle pârle de la possibilité d’une Allemagne ingouvernable mais mise sur la culture du compromis.

Premièrement: Dans la formation d’un gouvernement parler d’une « culture de compromis » parait anormal et dangereux. Deuxièmement: un gouvernement de grande coalition comprenant deux ou trois principaux partis est un danger latent car dès qu’une crise politique ou économique se présentera vers qui se portera le vote des mécontents?  Vers de petites formations plus à droite ou à gauche et  les gouvernements qui comprendraient Die Linke ou l’AFD tirerait les gouvernements trop à gauche ou trop à droite.

En parlant de l’Allemagne j’ai proposé de rendre hommage à Ferdinand A. Hermens. C’était un ingénieur  prussien qui s’inquiéta de la montée surprenante du Nazisme et fut obligé de se réfugier aux Etats-Unis où il  consacrera sa vie à expliquer  que l’ascension électorale du Nazisme, d’Hitler au pouvoir avaient été provoqué principalement par les institutions et le système très proportionnel de la République de Weimar.

Après la guerre il enseigna dans  des universités américaines, Notre Dame et American University, et revint à la tête de l’Université de Cologne mais n’arriva pas à modifier le système électoral quand le Tribunal de Karlsruhe admis à la demande du Chancelier Kohl l’utilisation du 49.3 allemand dans l’esprit contraire des constituants ce qui se reproduira plus tard pour le Chancelier Schroder.

J’ai eu l’honneur de présenter Ferdinand A. Hermens à Maurice Duverger qui ne s’étaient jamais rencontrés. En France l’on ne cite guère Duverger mais il est sujet de controverse à travers le monde.

Tout récemment, lors d’un colloque en Italie, le représentant d’Australie avait sur son portable un chercheur anglophone qui critiquait la loi dite « Duverger ». Avec le temps et les exemples sur le terrain se sont multipliés et à force de travail l la loi  est devenue plus conséquente et apte à résoudre des problèmes jusqu’alors inconnus ou considérés insolubles.

Je suis reconnaissant à Maurice Duverger qui a habilité Jean-Luc Parodi pour diriger ma thèse de doctorat. Les années passées à la recherche et l’enseignement m’ont permis de découvrir la face discrète et les arcanes des universités.

Maurice DUVERGER qualifie les régimes politiques de l’Amérique Latine de « présidentialisme », en opposition au régime des Etats-Unis du Nord qu’il nomme « présidentiel ». La différence entre les deux se traduit essentiellement par les soubresauts qui secouent les Etats de l’Amérique Latine et la continuité démocratique qui caractérise l’Amérique du Nord.

1958 ……………… ALESSANDRI    –    31,6 % des voix

  1964 ………………FREI                      –    56,1 % des voix

 1970 ………………ALLENDE             –    36,3 % des voix