Parmi les puissances la Russie force le respect

Bernard Owen
Les interventions occidentales, au Moyen Orient, ont mené à des catastrophes. La deuxième guerre en Irak, a été déclenchée sous de faux prétextes. Les Kurdes Irakiens, à qui l’on a accordé l’indépendance, ont été les seuls à pouvoir tenir tête à Daesh, mais le problème kurde ne peut qu’avoir des répercussions en Turquie.
L’Egypte, où les ONGs américaines ont été longtemps au travail et ont conseillé de mettre en place des institutions qui ne pouvaient pas fonctionner. En Libye, la France et la Grande Bretagne ont transformé un Etat en une vaste zone tribale et tué le seul homme, qui pouvait maintenir la paix au Sahel. Ceux qui ont connu la Syrie avant 2001, parlaient d’un Etat bien organisé. Hélas, la Syrie prenait le même chemin, mais voici la Russie qui intervient pour des raisons que nous n’aborderons pas ici. Notons, cependant, que Daesh est maintenant partout en recul. Il y a des atrocités, c’est terrible ! mais il ne faut surtout pas en ajouter.
Certains souhaiteraient que l’on négocie. Or, l’on ne négocie pas en pleine bataille, l’on négocie quand la guerre est gagnée. Il s’agit d’une logique militaire, et la Russie est là pour nous le rappeler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *