Président Macron face à l’hydre islamiste

besopha — Paris Uploaded by Magnus Manske

Monique Cochinal

Le jeudi 3 octobre, Mickaël Harpon, agent administratif à la Direction de Renseignement de la Préfecture de Paris (DRPP), armé de deux couteaux a sauvagement tué quatre de ses collègues et blessé une cinquième. Une véritable tuerie préméditée, un drame épouvantable commis au sein de la Préfecture de Police de Paris, l’Etat dans l’Etat. Cela ne s’était jamais produit auparavant et appelle de nombreuses enquêtes, en cours ou à venir.

Comment une telle personne, habilitée à un service de renseignement « secret défense » a pu en arriver à  cet acte odieux ? Le plus grave est qu’il avait accès aux dossiers « secret défense » de l’Etat. Une taupe bien placée au sein de notre noble institution : la police nationale, chargée de notre protection …… On en a froid dans le dos ! On comprend l’angoisse terrible que vit, depuis, chaque matin, chaque employé, quand il franchit le seuil de son lieu de travail. On imagine l’esprit de suspicion qui va régner dorénavant dans cette maison de l’Etat, car qui aurait pu affirmer que cet « irréprochable employé, connu de tous, sans aucun signe apparent de radicalisation (comme nous l’affirme Christophe Castaner, trois heures après la tuerie), subitement, deviendrait fou furieux, adepte de cette « hydre islamiste » ?

Une nécessaire enquête, menée par le Procureur de la République : Jean François Ricard, à la tête du Parquet National anti-terroriste, nous révèle, en quelques jours, de graves dysfonctionnements dans différents services administratifs de la Préfecture de Police de Paris, reconnus par notre Ministre de l’Intérieur : Monsieur Castaner lui-même, le chef suprême de la police, qui n’était pas au courant de la radicalisation de Mickaël Harpon, depuis déjà plusieurs années (qui peut croire à une telle ignorance ?). Mais, il ne démissionnera pas. Du reste, il garde la confiance de l’ensemble de son gouvernement et de son cher ami, notre Président Macron.

Devant les quatre cercueils, les familles éplorées et  l’assemblée de nos policiers fortement éprouvés, notre Président se devait de prononcer un éloge grandiose de nos policiers défunts, avec remise à chacun de la légion d’honneur à titre posthume. Il nous assure que tout sera mis en œuvre pour remédier à jamais à ces dysfonctionnements, mais que, « en même temps », le risque zéro n’existe pas. Il appelle tous les citoyens à lutter contre cette « hydre islamiste », car il pense que toutes nos institutions, toutes nos lois ne sont pas à l’abri d’infiltrations de radicalisés, genre Mickaël Harpon, petit Français bien tranquille, bon musulman et fier de l’être.

Alors, il demande à tous « ces gaulois récalcitrants » de rester unis et de devenir des « gaulois vigilants » en surveillant de près, partout où nous sommes, nos voisins, nos collègues de travail, nos relations, afin de déceler le moindre signe de radicalisation dans leur comportement, et de le signaler aussitôt. Citoyens à vos armes pour tuer l’hydre islamiste !