Les réformes du Président Macron: Il veut faire plaisir à tous en dehors de toute réflexion politique.

Maria Rodriguez-McKey – Bernard Owen

Jospin en parlait et la commission du même nom l’a proposé au Président Hollande, qui a eu l’intelligence de ne pas la suivre. De quoi parle-t-on?  Mais de la dose de proportionnelle.

Pendant la campagne présidentielle, le candidat Macron avait promis d’injecter une dose de proportionnelle dans le scrutin législatif afin que « toutes les sensibilités y soient justement représentées », faisant de la représentativité l’une de ses priorités. Le Sénat a le droit de s’y opposer donc il va peut être essayer d’organiser un référendum. Mais analysons ce que cette belle promesse du Président veut vraiment dire.

D’abord, ces beaux mots s’appliqueraient aux élections  législatives.  Que fait le législateur? vous répondez légiférer (l’électeur n’est pas aussi bête contrairement à ce que beaucoup de politiciens pensent)  Un Président et son gouvernement ont donc besoin d’une majorité qui approuve les lois. D’ailleurs, le terme majoritaire qui sert aussi à désigner le mode de scrutin, qu’il soit à un tour comme aux Etats-Unis ou à deux comme en France, vient du fait qu’il apporte la majorité au parti que gagne l’élection.

En dehors du parti du Président, il y a l’opposition. Alors, si le Président Macron veut que toutes les sensibilités soient présentes, et il y en a tellement, allant de l’extrême droite aux communistes, et pourquoi pas les trotkistes ? Vu l’histoire de France, il doit encore rester quelques royalistes? pourquoi pas eux? Toutes les sensibilités c’est tout et n’importe quoi. Puis  « justement » représentées, que veut dire cela?  quelques sièges par ci et par là?  Nous sommes pas très forts en mathématiques mais cela semble être une division de l’Assemblée. parce que la proportionnelle, qu’elle que soit la dose, divise.   Est-ce réellement souhaitable?

Une petite dose? une grosse dose?  l’intégrale?

La proportionnelle intégrale est une super dose et voyez ce que ça donne en Europe et a donné par le passé. Mais il paraîtrait que le Président de la République voudrait moins que 30%. Ouf on est sauvé!  n’est-ce pas?  Peut-être se trompe-t-il quant au sujet qu’il aborde car la dose importe peu, le principe de base est que la proportionnelle divise. Cela pourrait-il arriver à La République en marche?  Le scrutin majoritaire effectue une synthèse de différentes tendances idéologiques et politiques alors que le grand défaut de la proportionnelle ne fait qu’exacerber les différences.

Dans le domaine des idées, toutes les sensibilités peuvent et doivent être exprimées.  En revanche, au parlement il faut qu’il y ait un parti d’une tendance qui gouverne et l’opposition d’une autre tendance qui puisse être apte à gouverner.

Il a également proposé une « limitation du cumul des mandats dans le temps » pour les parlementaires, a priori trois mandats même s’il n’a pas cité de chiffres. Trois mandats?  Pourquoi pas quatre? Encore mieux: Pourquoi ne pas laisser le choix à l’électeur.  Autrement dit, c’est plutôt à l’électeur de décider en se basant sur son appréciation du travail fait par le député et le sénateur.

Le gouvernement semble oublier qu’être un élu est un métier à part entière, comme celui d’un médecin, d’un ingénieur, pour qui l’expérience vient avec des années de travail. Si vous ajoutez à la proportionnelle qui divise, la limitation de nombre de mandats donc renouvellement tout les 18 ans, l’ensemble ne pourra que intrdouitr de l’instabilité politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *