Souvenirs

La guerre conventionnelle s’est transformée, certainement quant à la forme, mais probablement pas au niveau du fond : conquérir un territoire, étendre son pouvoir, convaincre les autres, se venger, sont malheureusement toujours présents.

Partir en guerre représente un risque. Celui qui va se battre doit être convaincu : le sens du devoir, l’obtention d’un avantage matériel. La modernité intervient aussi au niveau du risque. Le combattant terroriste possède un avantage passé sous silence par l’Occident, alors qu’il est très connu en Arabie Saoudite, au Qatar et au Liban : une drogue : le Captagon, qui annule le sentiment de peur et se substitue au raisonnement individuel.

De tous temps, l’être humain a été tout aussi prompt à se lancer dans la bataille avec des périodes de paix, la paix romaine, son organisation, ses routes, ses militaires, sa circulation d’eau potable coulant partout le long de conduites bien entretenues (travaux financés par 30 % des impôts perçus). L’empire romain est souvent considéré comme prenant fin en 395. En fait, cette date correspond à la division de ce vaste empire possédant une structure administrative entourée de peuplades jalouses de cette énorme richesse.

Dès 476, l’Empire de la partie Occidentale, avec l’accord du Sénat, transfère les insignes impériaux à Constantinople. Cinquante ans plus tard, en 527, Justinien est couronné Empereur et fait construire la basilique Sainte Sophie. La langue grecque remplace le latin. L’armée du nouvel Empire s’empare de l’Afrique du Nord, de l’Espagne. La religion catholique se détache peu à peu de l’Empire, alors que le Pape se rapproche des Francs et des Lombards. Toutes les nations se battent entre elles. Il se trouve les hordes des Francs, des Ripuères, les Saliens, les Burgondes. L’empire dit maintenant Byzantin est l’avant garde de la chrétienté orthodoxe.

La chrétienté d’occident, catholique, se veut le libérateur des lieux saints. D’où les croisades à partir de l’an 1099. Il y eut dix croisades. Les croisés prirent Jérusalem, mais Saladin à la tête des Musulmans la reprit en 1187. Saladin avait de tout temps assuré le libre passage des pèlerins chrétiens.

Saladin vainqueur eut une attitude très correcte à l’égard des chrétiens, néanmoins les seigneurs du nord de l’Europe ne pouvaient rester sur un tel échec, et en 1202, il fallait une quatrième croisade. L’armée des croisés, moins impressionnante que prévu, se réunit à Venise. Le Doge de Venise demanda 85000 Ducats pour mettre sa flotte à la disposition des croisés, qui ne disposaient que de 51000 ducats. Finalement, un accord est trouvé : la flotte de Venise sera à la disposition des croisés à condition qu’ils s’arrêtent en Dalmatie et s’emparent de la ville de Sara pour le compte de Venise.Cet accord ne convient pas à tous les croisés, car Sara est une ville catholique. Simon de Montfort est contre mais il est minoritaire. Les croisés et les vénitiens saccagent la ville et la croisade est excommuniée.

En 1203, l’arrivée des croisés à Constantinople, qui n’était pas sur leur chemin, mena au saccage de cette métropole et divisa la chrétienté en membres de l’Empire Byzantin de croyance orthodoxe et les croisés de croyance catholique. Les riches barons des croisés catholiques s’accaparèrent le gros du butin, les soldats tuaient et volaient les victimes. Le clergé des croisades considérait les orthodoxes comme schismatiques et s’emparèrent des reliques et des documents liturgiques.

Cette catastrophe mena à des divisions et l’empire ne s’en releva jamais jusqu’en 1453, qui marqua la fin des lambeaux de l’empire romain devenu chrétien au tout début du quatrième siècle.

Il faut noter qu’en 2001, le Pape Jean-Paul II a exprimé sa douleur en tenant le discours suivant à l’archevêque d’Athènes : « il est tragique que les assaillants, qui souhaitaient garantir le libre accès des chrétiens à la terre sainte, se retournèrent contre leurs frères de la foi ».

En l’an 2004, le patriarche œcuménique Bartholomé a accédé : « cet esprit nous incite à la réconciliation de nos Eglises ».

La tuerie, le non respect des religions chrétiennes les unes par rapport aux autres eurent pour conséquences, le 29 mai 1453, l’effondrement de Constantinople devant les troupes turques ottomanes. Il ne s’agissait plus de la sagesse de Saladin. Durant toute la journée, l’on fit un grand carnage des chrétiens. Sainte Sophie devint pendant un certain temps une écurie et un nombre incalculable de manuscrits latins et grecs furent brûlés. Pendant trois jours, ce fut aussi une terrible chasse et un immense marché aux esclaves. Les religieuses furent saisies par les équipages des galères et vendues aux enchères.

L’histoire de la politique euro méditerranéenne fait frémir. Le passé ouvrerait-il une porte vers le présent ? Les instituions, les alliances, les schismes religieux. Le schisme de 1054 entre orthodoxes et catholiques contre lequel s’est élevé le Pape Jean Paul II. Notre Roi François Ier qui fait alliance avec l’armée ottomane (ou l’armée de l’Islam) contre l’Empereur Barberousse. La chute de Constantinople, dont il a été question, et qui est devenue la capitale de la Turquie, sous le nom d’Istanbul. La Turquie est de religion musulmane sunnite, la Syrie de religion musulmane chiites, L’Arabie Saoudite qui vient de décapiter le principal prédicateur chiite du pays. Souhaitons-nous vraiment que le présent soit à l’image du passé ?

(source : Jacques Heers, chute et mort de Constantinople, Berrin – collection tempus – Paris 2007)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *