Pourquoi François Fillon peut encore gagner

FIGAROVOX/TRIBUNE- Le premier tour des élections présidentielles aura lieu dans six semaines. Pour Étienne Dujardin, Emmanuel Macron peut s’effondrer et François Fillon pourrait l’emporter.

Etienne Dujarin est un juriste belge. Il publie fréquemment des chroniques dans les médias en Belgique.

Beaucoup de journalistes avaient enterré Fillon depuis longtemps. D’abord, il ne gagnerait jamais les primaires, ensuite il ne résisterait pas aux révélations du Canard Enchainé, enfin il ne survivrait pas à l’annonce de sa mise en examen. Et bien, il est toujours là et il peut gagner cette élection pour plusieurs raisons.

Sa force de caractère, tout d’abord, a impressionné tout le monde jusqu’à ses adversaires politiques. Aucun autre candidat n’aurait résisté à une telle séquence. Imaginez Monsieur Macron devoir subir un tel contretemps dans sa campagne… L’ancien banquier d’affaires aurait eu du mal à conserver un socle électoral autour de 20% en pleine tempête médiatique. Dimanche dernier, le Trocadéro était noir de monde en 3 jours de temps. Même Nicolas Sarkozy, en 2012, à la veille d’un second tour et avec bien plus de préparation, n’avait réussi un tel pari. François Fillon peut s’appuyer sur la force de cette réussite au Trocadéro en n’étant plus seulement le candidat des réformes et de la rigueur mais en jouant la carte du rebelle qui tient face au système. Il apparaît aujourd’hui comme le candidat capable de donner une claque à la caste médiatique qui le voyait hors course. En cette période, où triomphent le Brexit et Trump, devenir le candidat anti-système – à tort ou à raison – pourrait le renforcer dans les semaines qui viennent. Les premiers sondages post-rassemblement de dimanche dernier montrent déjà un premier sursaut du candidat de la droite.

Une campagne, c’est donner de l’espoir et le candidat doit s’améliorer à ce niveau.

Pour réussir cette prouesse de gagner les élections contre toute attente, le candidat de droite doit toutefois repartir en campagne au plus vite. Il doit enchaîner les meetings, les propositions, et faire tourner le débat autour de ses thèmes de campagne et non plus autour de sa mise en examen. Le corps électoral qui lui est resté fidèle, l’est resté non pour défendre sa personne mais pour un programme qu’il ne veut pas voir édulcoré. Un candidat de droite ne gagne pas une élection au centre, mais à droite, surtout lorsque l’extrême droite réalise entre 25% et 30% des voix selon les enquêtes d’opinion. Dans une France qui se droitise toujours plus, François Fillon ne peut gagner qu’en soulevant les thèmes de prédilection de la droite qui parlent à la classe moyenne et populaire: immigration, sécurité, identité, baisse des charges, innovation, soutien des PME, soutien des agriculteurs et des artisans, fin du règne des idéologues qui trustent les programmes pédagogiques… Il ne peut gagner que s’il propose une équipe cohérente pour mener à bien son programme et s’il émet des messages positifs. On pense au fameux slogan de Sarkozy en 2007: «Travailler plus pour gagner plus». Une campagne, c’est en effet donner de l’espoir et le candidat doit s’améliorer à ce niveau. Il pourrait notamment insister davantage sur la libération des énergies qu’il veut provoquer face aux normes et contraintes administratives toujours plus fortes. Il reste de nombreuses semaines d’ici au premier tour, il reste notamment les débats télévisés qui ont révélé François Fillon lors des primaires et qui pourront lourdement peser dans la balance s’ils sont réussis avant le premier tour.

Emmanuel Macron doit faire attention à ne pas passer du candidat du renouveau au candidat qui recycle.

Quant à Macron, rien n’est encore joué. Ce dernier pourrait en effet aussi être atteint par certaines affaires. On pense à ses dépenses lors de son passage au ministère de l’économie ou à son évitement de l’ISF, alors qu’il a gagné plusieurs millions d’euros en tant que banquier d’affaires. Les Français attendent certainement une clarification du candidat à ce sujet. De plus, Emmanuel Macron n’a jamais été élu à la moindre élection et ne dispose pas d’un parti. Or, pouvoir compter sur une organisation bien huilée, avec des élus présents sur tout le territoire, capables de défendre le candidat dans les médias et d’organiser de multiples meetings sur le terrain, est un sérieux avantage. Macron a-t-il la base militante nécessaire pour tenir une élection dans la durée? Et l’ancien ministre de Hollande a-t-il les moyens de mettre son programme en action une fois élu? A mon sens, la réponse est non, car il n’aura pas, par la suite, la majorité nécessaire au parlement pour pouvoir passer ses réformes. Les Français trouvent le candidat d’En Marche! sympathique, jeune, porteur d’un certain renouveau, mais vont-ils vraiment voter pour lui sachant qu’il ne pourra ensuite pas mettre son programme en œuvre, faute de majorité parlementaire et qu’il devrait composer en permanence avec les différents partis présents au parlement? Par ailleurs, et ces derniers jours sont très révélateurs, Emmanuel Macron doit faire attention à ne pas passer du candidat du renouveau au candidat qui recycle principalement d’anciennes figures politiques en mal de troupe. Comment concilier le soutien de Robert Hue et de François Bayrou, celui d’Alain Minc et de Bertrand Delanoë? Sur quelle ligne politique toutes ces personnes peuvent-elles se retrouver? Il n’est pas sûr également que le soutien de beaucoup d’anciens ministres de François Hollande, voire du Président lui-même, fasse beaucoup de bien au candidat en termes de sondage. Cela risque au contraire de brouiller sa ligne politique et de l’affaiblir. Ses adversaires ne manquent d’ailleurs déjà pas d’insister sur le fait qu’il serait le candidat chargé de poursuivre le quinquennat précédent.

Bref, à l’opposé de la thèse la plus répandue dans le microcosme médiatique, l’élection française 2017 aura été certainement celle qui a connu le plus de rebondissements dans l’histoire et les semaines qui arrivent amèneront encore leur lot de surprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *