WEIMAR 1918

Bernard Owen, Denis Giraux (Maître de conférence à Panthéon Assas Paris 2), Monique cochinal, Maria Rodriguez-MckKey

Nous reproduisons, avec des moyens réduits, le chapitre de notre thèse concernant l’Allemagne de Weimar, qui à vu l’arrivée au pouvoir d’un homme peu conforme à l’image que l’on se fait de cet Etat à l’origine de bien des découvertes de notre temps. Pourquoi cet intérêt pour Weimar ? A cette époque, nos amis allemands avaient pourtant construit la République de Weimar sur des bases constitutionnelles bien réfléchies. Alors, que s’est-il passé ?

En ce temps, l’on ne considérait pas que l’électeur puisse voter différemment selon le système électoral que lon proposait. Les structures d’influence, les structures d’ accueil n’étaient pas admises et très mal connues. En situation normale, le vote nazi se situait à 3 % des suffrages, mais, en cas de terrible inflation, il pouvait atteindre 2,3 0, des suffrages (2,6 % des suffrages, avant la crise de 1929), avec un gouvernement formé de 5 partis. Comment peut agir un tel gouvernement en de telles circonstances F

Le mot « antisémites », rien que CE mot, nous à fait frémir, Car il nous a renvoyés à une période historique, relativement proche, des plus douloureuses (Vichy, Drancy), que nous n£ voudrions absolument pas revivre. La France en est-elle là, actuellement ? La France est la risée de l’Europe. L’on nous interroge de l’étranger: Que se passe-t-il en France ? ,La France est-elle encore gouvernée 9 Le Sénat joue son rôle, mais il est peut-être le seul, malheureusement. 

 

 

 

Certes, tous les petits partis ne sont pas extrémistes ou fantaisistes mais il est plus facile de prendre le contrôle d’un petit parti que d’un grand et en dehors d’une époque où le vote pour un petit parti est gonflé par un vote anti- gouvernemental par des circonstances non liées à l’idéologie ou les idées extrémistes, en elles-mêmes, ne mobilisent qu’une faible partie de l’électorat.

L’Italie pourrait elle aussi être citée en mauvais exemple depuis 1947, le | parti radical ayant enfin réussi cette année à briser les dérives de la ler | République à l’aide de l’IP abrogative(1). Les Italiens ont tranché en avril 1993 | pour l’abrogation de la RP selon le voeu du Mouvement référendaire, le scrutin | pour l’élection des députés devenant à présent majoritaire uninominal à un tour à hauteur de 75% selon la combinaison que les parlementaires ont mis sur pied le 3 août 1993(2). De fait les députés seront ainsi a priori plus autonomes par rapport à leurs partis alors que les états-majors se sont conservés une véritable chasse gardée avec le reste des sièges puisqu’il faudra avoir obtenu au moins 4% des suffrages au niveau national pour obtenir des sièges.

Enfin rappelons tout de même que l’audience du parti nazi (NSDAP) était dérisoire en dehors des deux périodes de crise qui ont bouleversé l’Allemagne de Weimar. Après l’effondrement du Mark, le parti obtient 6,6% des voix en mai 1924, pour tomber à 3% en décembre de la même année, Confronté aux répercutions de cette fantastique crise économique américaine avec des partis politiques modérés incapables de s’entendre au sein d’une coalition gouvernementale – la RP empêchant des majorités de rechange -, le NSDAP a | servi de structure d’accueil à 18% de mécontents comme l’autre succursale extrémiste : le PC allemand avec ses 13,1% des voix. Deux ans plus tard, après deux ans de gouvernement minoritaire et de décrets présidentiels, le parti de HITLER a 230 députés au Reichtag soit 37% des suffrages et la longue tragédie euro-planétaire va commencer (3).

Les modes de scrutin et leurs effets

Au moment où le grand débat national paraît s’organiser, et faisant suite à mon précédent article, je me permets de revenir avec beaucoup d’insistance, sur le choix du mode de scrutin de toute nouvelle élection, pour réussir le pari d’une bonne gouvernance de notre Etat démocratique.

J’ai beaucoup voyagé à travers le monde en tant que conseiller électoral, également médiateur, rencontrant les uns et les autres. J’ai pu constater les graves conséquences dues au mauvais choix des gouvernants de différents pays.

En France, on parle beaucoup de démocratie participative. « le peuple souverain, seul maître de son destin». On veut réformer la constitution en introduisant, dans nos élections à venir, de plus en plus de systèmes proportionnels, avec des calculs mathématiques, considérant ainsi l’être humain uniquement comme un chiffre. En effet, lors d’une élection, le nombre de sièges obtenus par un parti est proportionnel (égal) au nombre de sièges qu’il obtiendra dans une assemblée (par exemple, l’Assemblée Nationale). Dans le cas où l’on aurait affaire à des chiffres, aucune difficulté : c’est mathématique. Mais, en droit constitutionnel ou science politique, on parle de personnes, des êtres humains qui travaillent, pensent, jugent, très différents les uns et les autres. Ils seront très sensibles à toute influence extérieure, et réagiront en connaissance de cause : c’est ce que l’on nomme « structures d’influence électorale », plus ou moins perçues selon le système électoral choisi. Cela transparaît dans le scrutin proportionnel, et fera dévier tous les chiffres (influence d’une communauté religieuse active, syndicalisme, associations caritatives). Cela apparaît en Europe, au Moyen Orient et ailleurs dans le monde. On dit ici ou là que le Chancelier Hitler a été élu le premier par une proportionnelle très exacte, quand l’Allemagne de l’époque, très industrialisée, s’est trouvée, lors de la crise économique de 1929, avec un gouvernement composé de 5 partis qui n’ont pu s’entendre quant aux mesures à prendre devant cette grave crise économique. Résultat : deux ans de gouvernement minoritaire avec un Premier Ministre Brunig, sans majorité de l’assemblée, juste faiblement soutenu par le Chancelier Hundeburg.

En Italie, qui s’est fort bien débrouillée, jusqu’après 1914, avec un scrutin majoritaire, mais à la suite d’un vote à la proportionnelle, les gouvernements successifs s’écroulèrent (4 fois en un an avec le gouvernement Nitti). Nos amis Belges peuvent rester 18 mois sans gouvernement. La proportionnelle a été à l’envie, et au fil des ans a permis aux régionaux de se développer au point de réclamer la partition de l’Etat.

Soyons donc très prudents dans nos prochaines réformes constitutionnelles de notre Vème République française en veillant à l’intégrité de toutes nos institutions, et à leur bon fonctionnement. Ayons toujours à cœur de respecter chaque être humain, chacun à sa place, pour former ensemble un Etat démocratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *