La censure par le privé ou par le publique, s’agirai-t-il d’une pente savonneuse?.

Privé ou publique, du pareil au même?

Voici un article du Times anglais, journal conservateur, concernant une décision des trains Virgin de ne plus vendre certains journaux dans leurs wagons.

En France, c’st  la « double peine » e comme le montre le sort de Stéphane Guillon, congédié par France Inter puis par Bolloré?

La loi promise par le Président Macron sur les fake news, dans un pays qui se veut exemplaire sur des questions de liberté, ne fera pas oublier que     la Belgique n’est pas loin, la Suisse non plus, même le Québec, franchement francophone.

Bernard Owen, Maria Rodriguez McKey

Beware the slippery slope of censorship

david aaronovitch

There is apparently a publication called Razzle. I’d never heard of it before yesterday when it came up during a Twitter discussion about Virgin Trains’ decision to stop selling the Daily Mail. Some asked why I was criticising Virgin over its boycott of the Mail when I wasn’t criticising it for refusing to sell Razzle. Or Socialist Worker, or a series of hypothetical titles from Nazism Today to a collection of improbable fetish magazines.

Here’s what the fuss was all about. Virgin Trains has for some time stocked a small selection of newspaper titles for sale in their onboard shops. The Times is one of them and, until recently, the Mail was too. But then Virgin told its staff in an internal memo that the Mailwould no longer be made available. This was nothing to do with lack of demand but because, in the words of the memo, the paper’s editorial content was “not compatible” with the Virgin brand. The decision, the memo suggested, was partly in response to the Mail’s editorial stance on matters such as “immigration, LGBT rights and unemployment”.

My argument was that stopping selling the Mail for this reason amounted to censorship and was wrong. Before I give my reasons, just take a look at the response I got. Within minutes I was inundated with accusations that I was the one who was mistaken. Most of these points were made politely, and some by people I know and respect.

But what struck me most was their combination of ingenuity and disingenuousness. Very few of them said what they really think — “the Daily Mail is a hateful publication and deserves to be boycotted” — and imacronstead tried to argue that, in this case, the ban did not amount to censorship. The Razzle line of logic, if you can call it that, was the most commonly used line of attack. Private companies are not required to sell or advertise products that they, for whatever reason, don’t like or which they don’t believe will make money. So, my opponents argued, refusing to stock the Mail is no different to refusing to stock the Morning Star. Besides, no one will be stopped from reading the Mail on the train, so what are people like me worrying about?

This is what I’m worrying about: if a company servicing the public (in this case a monopoly train company) decides that it disapproves of the general content of a publication and withdraws it from sale, then this constitutes an act of censorship. The fact that, in the case of Virgin Trains, it’s a private company making the decision doesn’t make it any less reprehensible.

Back in the day, Prague airport had one British paper: the Morning Star

Ah, said some anti-Mail types. But isn’t this simply a commercial decision based on an appreciation by Virgin that many of its customers don’t like the Mail and that it’s wiser not to appear to endorse it? Just business common sense really; what’s all the fuss about? The fuss is that this is a slippery slope. Back in the day, if you flew in or out of Moscow or Prague airports, you could always find a British newspaper. And it was always the same one: the Morning Star. The communists’ reasoning was much the same as Virgin’s. The bourgeois British press gave a distorted picture of life in socialist countries, spread false propaganda and ignored the struggles of the working class at home. The Morning Star was the only paper compatible with proletarian internationalist values.

Around the same time, WH Smith, the news and magazine retailer, took Gay Newsoff its shelves and kept it off for years. Its reason for doing so was quickly forgotten but it maintained the ban as, in effect, a statement of disapproval of gay liberation. I don’t imagine that many defending Virgin’s attitude to the Mail would have any difficulty in seeing this action as one of pure, old-fashioned censorship. Smith’s, of course, used the commercial argument to defend its decision too.

Companies cave as soon as campaigners bring a loud hailer

British politics is becoming increasingly tribal, not around parties but around identities. The people disagreeing with me on Twitter were overwhelmingly members of my own tribe. Like me they have spent the past few years being defeated and feeling insulted. They are in a bubble, they are metropolitan lefties, they are not patriotic, they don’t “get it”, they’re traitors, Remoaners and the figures they admire are “enemies of the people”. Yet despite the constant accusations, they feel sneered against rather than sneering. So they are as mad as hell and they aren’t going to take it any more.

One focus of their anger is with those news outlets and journals that have done most, in their view, to stoke up the social media fires. They see a relentless anti-migrant, anti-liberal campaign run by many outlets but above all by the Daily Mail. Hence an organisation like Stop Funding Hate, whose sole objective is to stop advertisers placing their business with what they regard as “unethical” publications. They perceive the Virgin decision as a big victory.

But in doing so, these people fail to see how the other side sees them. To many who may not even read the Mail but who oppose the kind of one-sided censorship that now gets it banned from trains, the boycott represents a bullying juggernaut hurtling towards them and their belief in the freedom of expression. Today Virgin, tomorrow . . . who else?

Going down this route — using the bludgeon rather than reasoned argument — simply answers intolerance with more intolerance. To attempt to shut down a world view, however much it may offend you, is far worse than allowing that world view to be heard. And doing so merely justifies attempts to shut down the opinions of those who claim to be liberals.

Companies such as Virgin, I fear, will continue to let this sort of piecemeal censorship happen; they’re not brave. They’ll cave quite easily in the face of campaigns or pressure groups if it means a quiet life. Galleries displaying controversial works of art or theatres staging controversial plays are full of courage until the moment a campaign group with a loud hailer pitches up in the foyer to harass the punters.

You can be the bold, banning anti-racist one moment, only to find that you’re someone else’s to-be-banned transphobe the next.

When the censors come knocking it’s never just for your enemies. That’s why the only thing that we can all hang on to is the right to be heard whatever we think of the other side’s opinions.

ATM Internationale

About

ATM is a privately owned French company and has been in the same family since it’s inception in 1980.

ATM (Assistance Technique et Maintenance) simply translates to: Technical Assistance and Maintenance.

Throughout the years, ATM has supported leading French and international companies with their projects implementation and support in the GCC.

With forty years of experience and a rich heritage to draw upon, along with our dedication to smart mobility, transportation and infrastructure, we have emerged as an innovative and quality focused contractor in the Region capable of delivering outstanding services and solutions to our clients.

We are ISO 9001, IS0 14001 and OHSAS 18001 certified.

Expertise

With its Headquarter in France and a dedicated branch office in the United Arab Emirates, ATM is your partner in the UAE and Middle East for parking systems, transport payment solutions, telecom and urban mobility solutions.

ATM Internationale assists its customers from the early design phase to implementation, commissioning and services of your system.

Macron Opens Year Pulling No Punches With Journalists, or Anyone

Just a few extracts from a an aricle by a New York Times journalist… 

 By ADAM NOSSITERJAN. 5, 2018

Continue reading the main storyShare This Page

PARIS — President Emmanuel Macron met with French journalists this week in what is an annual tradition by French presidents to extend a New Year’s greeting. Instead, Mr. Macron seized the occasion to lecture them.

You need a set of rules, he told the assembled press corps, some principles, an ethics code. And besides, you give too much weight to off-record quotes when it’s the official word that counts.

The scolding was audacious. But that is Mr. Macron’s style these days. For now, he is the undisputed master of French politics and his absolute self-confidence — critics say, arrogance — is undaunted, when it comes to French journalism, its labor code, migration or almost anything else.

Mr. Macron, with his upsets to the established order in France and his bid for leadership in the Europe of a politically weakened Germany, appears inspired by the same thought.

His grand vision for France’s role, as expressed in the New Year’s Eve address, harks back to de Gaulle, a leader to which the French press sometimes compares him: “A strong country with a universal pull which, because it is stronger, produces more, and can therefore ensure solidarity at home and make humanist demands abroad,” Mr. Macron said.

Europe, he said, “can stand up to China, to the United States.

The emphasis in these words is on strength. The hallmark of Mr. Macron’s program so far — and what is promised in the coming months in two major domains, immigration and unemployment — is its tough-mindedness.

For his critics, that determination tips at times into disdain. That was the message that many took from his greeting, if it could be called that, to the journalists.

The irony was not lost on the assembled press corps that Mr. Macron, in fact, owes most of his amazing political good fortune to bold French journalism: it was the weekly Le Canard Enchaîné that torpedoed his principal opponent — and the otherwise likely winner of the 2017 presidential election — François Fillon.

…Adding insult to injury, the French president then announced a new, if redundant, law repressing “fake news” — hardly the currency of the professionals in the room, and a problem already addressed in French statutes.

Others have felt similarly discarded, or even betrayed. Mr. Macron rose to power through his service in a Socialist government, but there is little of the socialist about his policies.

…It is an unusual position for a French politician, who for generations have emphasized the protective power of the state — and the proof of any success will come only with a significant drop in the stubborn 10-percent jobless rate, elusive so far. But already surveys show higher levels of confidence among business executives than have been seen in many years.

That is so even though Mr. Macron’s cadre of technocrats are “incredibly far from an electorate that demands protection,” Mr. Perrineau, the political scientist, said in the Le Un interview. Yet Mr. Macron’s poll numbers are climbing again, after a summer trough.

But there are challenges ahead. Mr. Macron may not be so lucky with his next intended shock to the French system, a change to the country’s generous unemployment compensation system, scheduled to be negotiated beginning next week.

Similarly, his sharp-elbowed immigration policy has marked a break with the looser attitude of his Socialist predecessor. He is outflanking both the far-right’s National Front and the conventional right, both of whom make immigration their war cry. Mr. Macron is depriving them of the issue.

He set the tough tone to African students themselves, in a November address to those at Ouagadougou, Burkina Faso, who were demanding easier access to France.

“I can’t tell my middle classes who work, who pay taxes, that it’s great, we’re going to welcome everybody into the country,” Mr. Macron said. “That’s just ridiculous. Who’s going to pay for that? You’ll just fuel racism and xenophobia. That doesn’t exist, totally open frontiers, that just doesn’t work.”

Accordingly, forced expulsions of those denied asylum were up more than 13 percent last year, hovering around 15,000, compared with the previous year. The interior minister has asked prefects all over France to step up such expulsions .

“We can’t take in everybody,” Mr. Macron said in his New Year’s Eve speech. “There must be rules. It’s indispensable that we check the identities of everyone, and when someone arrives in our country who is not eligible for asylum and has no chance of getting French citizenship, we can’t accept that they stay for months, years, in an irregular situation good for neither them nor the country.”

 

MEDIAPART: Macron face au monde, ou le président Castafiore

La Castafiore, la Diva, le Petit Prince (Stéphane Guillon)

3 JANVIER 2018 PAR ANTOINE PERRAUD

En recevant le Turc liberticide Recep Tayyip Erdoğan vendredi 5 janvier, Emmanuel Macron va au-delà d’une diplomatie fondée sur les réalités. Il joue avec notre crainte de la menace dictatoriale. Pour cultiver son ascendant et s’embellir en ce miroir…

Le côté caméléon kaléidoscopique d’Emmanuel Macron défie les étiquettes, dont il se méfie. Elles collèrent à ses deux prédécesseurs. Jusqu’à les faire disparaître sous les dénominations infamantes reprises en chœur par les électeurs : Nicolas Sarkozy n’était plus, aux yeux de tous, que le vulgaire insensé ; puis François Hollande l’empoté dépassé. Du coup, M. Macron refuse de se laisser épingler par les entomologistes médiatiques : insaisissable il se veut. Aucune danse du scalp définitionnelle ne pourra le « jivariser » !

Dans ce grand jeu à l’œuvre sous nos yeux depuis l’élection de mai, l’hôte de l’Élysée se voue au simulacre, à la feintise, aux mascarades les plus diverses : la politique est pour lui la continuation du théâtre par d’autres moyens. D’où le paradoxe sur le président : « C’est le manque absolu de sensibilité qui prépare les acteurs sublimes » (Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien). Ne surtout rien éprouver pour donner l’impression de compatir : « Tout son talent consiste non pas à sentir, comme vous le supposez, mais à rendre si scrupuleusement les signes extérieurs du sentiment, que vous vous y trompiez » (Diderot toujours).

Tapisserie de l’Apocalypse («La Grande Prostituée sur les eaux »), château d’Angers…

Le huitième président de la VeRépublique ajoute quelques degrés à ce vertige : il se regarde – en observateur continu de l’effet qu’il produit – nous embobiner. Et il invite par conséquent les plus critiques d’entre nous à le contempler se regardant nous embobiner.

S’il n’y avait qu’un fil à tirer de la pelote Macron, ce serait la fibre narcissique. Il se mire et s’admire, penché sur l’image que lui renvoie l’opinion publique, tout en appréciant de surcroît le contraste flatteur reflété par les despotes qu’il reçoit en provenance de Moscou, Washington et bientôt Ankara : « Ah ! je ris de me voir si beau en ces miroirs ! », semble chanter à tue-tête ce président Castafiore.

Puisqu’il aime à picorer chez ses grands prédécesseurs histoire de bâtir et d’installer son personnage, force est de rapprocher l’ardeur mise à recevoir les horreurs mondiales d’un certain goût, naguère manifesté par François Mitterrand, pour la canaille transgressive – Hassan II du Maroc au-dehors, Bernard Tapie au-dedans…

Toutefois, le modèle insurpassable demeure de Gaulle, que singe avec constance son lointain successeur – Emmanuel Macron est le premier président de la République française né après la mort de mon général : « Il faut prendre les choses comme elles sont, car on ne fait pas de politique autrement que sur des réalités (…) On va sur des chimères, on va sur des mythes ; ce ne sont que des chimères et des mythes. Mais il y a les réalités et les réalités ne se traitent pas comme cela. Les réalités se traitent à partir d’elles-mêmes »(Charles de Gaulle, entretien radio-télédiffusé avec Michel Droit, 14 décembre 1965).

Emmanuel Macron nous sert du de Gaulle dévoyé en ne traitant pas les réalités à partir d’elles-mêmes, mais à partir de l’idée présomptueuse que s’en fait, à sa seule aune, l’actuel locataire de l’Élysée. Celui-ci n’est guère loin de penser, à propos de lui-même et pour paraphraser Aragon : suffit-il donc que je paraisse…

Aller au contact, sans peur sinon sans reproche, ne signifie pas que notre président thaumaturge guérisse ses hôtes, et partant la planète, des écrouelles dictatoriales. Dès le 20 mai 2017, Vladimir Poutine fit mine de considérer l’amphitryon de Versailles, de façon que ce tendron français gonflé d’importance entravât l’omnipotence de la chancelière allemande et désincarcérât le maître du Kremlin de son dialogue contrariant avec cette Angela Merkel à qui on ne la fait pas.

Lors du 14 juillet, le tour de piste en compagnie du bouillant Donald Trump offrit à ce dernier le bol d’air international dont il avait besoin. Ces deux dirigeants contestés, le Russe et le Yankee, mirent donc les formes au nom de leur intérêt bien compris, permettant au président Macron de se hausser du col, sans rien obtenir mais en donnant accroire que sa diplomatie cash était payante – avec la complicité des médias français prompts à entonner l’air du service après-vente.

En revanche, grande discrétion des thuriféraires après que M. Macron était tombé sur un os : Bachar al-Assad, qui ne tire pour sa part aucun profit à ménager ce président français se prenant pour le deus ex machina de la scène internationale. Paris a été sèchement et injurieusement traité par Damas à la mi-décembre. L’Élysée a poussé un petit cri de réprobation étonnée, puis c’en fut fini de l’aggiornamento que la France brûlait de faire adopter pour résoudre la désolation syrienne.

Les tyrans sur la défensive n’auront jamais, vis-à-vis de la mouche du coche française, la magnanimité madrée d’un Poutine ou d’un Trump au faîte de leur puissance. Emmanuel Macron le découvrira sans doute à ses dépens, vendredi 5 janvier, en recevant le président turc Erdoğan. Celui-ci a du reste commencé par une mauvaise manière diplomatique : il annonça tout de go sa visite à Paris le 30 décembre, avant même que la puissance invitante n’eût eu son mot à dire.

Qu’importe, pour Emmanuel Macron, que soient nuls les résultats de ses invites à le venir rencontrer, tant l’avantage escompté s’avère, au bout du compte, intérieur. En se constituant un tel musée des horreurs confinant à une Monstrueuse parade géopolitique, le président joue à la fois gros et fin. Il rappelle aux Français ce à quoi ils ont, grâce à lui, échappé : la démagogie haineuse et scélérate d’une Marine Le Pen à laquelle plus des deux tiers s’opposent ; le populisme rageur de Jean-Luc Mélenchon que redoute une majorité du corps électoral.

Ne manque plus que le proconsul de Budapest, Viktor Orbán, à cette collection en forme de piqûre de rappel : moi Macron, ou le chaos atrabilaire, autoritaire, arbitraire, totalitaire des grands fauves oppressifs.

Le libéralisme politique, c’est ce qui reste à la France quand elle a tout perdu, selon la mise en récit (storytelling) du nouveau pouvoir. Et M. Macron se présente comme l’ultime incarnation de cette dernière carte. D’où son perpétuel chantage électoral rétrospectif, qui consiste à lui conférer les pleins pouvoirs : « C’est pour faire cela que j’ai été élu. » Le président joue sur les affres de tout perdre, jusqu’à sa dignité de peuple tombé sous une férule odieuse, qui taraudent l’esprit public en notre étrange pays.

Alors le Machiavel amiénois ravive, à coups d’invitations lancées à des personnages horrifiques, cette grande peur restée en partie sourde et inavouée du printemps 2017, quand tout sembla tragiquement possible et qu’il fut hissé à l’Élysée davantage par un lâche soulagement que par l’adhésion populaire.

C’est une façon de nous tenir. En témoigne ce passage, au troisième paragraphe de ses vœux, sur « les mille fils tendus qui nous tiennent ». Nous avons porté sur le pavois un président-araignée. Araignée, quel drôle de nom pour un monarque républicain ! Pourquoi pas lib élu, ou pas à pas pillons (les pauvres) ?

 

Key Middle East Publics See Russia, Turkey and U.S. All Playing Larger Roles in Region

 

 

 

 

DECEMBER 11, 2017

Most do not expect Syrian war to end in 2018

BY JANELL FETTEROLF AND JACOB POUSHTER

Majorities across five Middle Eastern and North African countries agree that Russia, Turkey and the United States are all playing more important roles in the region than they did 10 years ago, according to a spring 2017 Pew Research Center survey.

While a median of 53% across the same countries also see Iran playing a more important role, fewer in the region say that Israel and Saudi Arabia have gained influence in the past 10 years. The only country the surveyed publics see as less influential a decade on is Egypt.1

Overall, a number of influential powers in the Middle East are not seen in a favorable light. Roughly one-third or fewer view Russia (median of 35%) or the U.S. (median of 27%) positively. Within the region, views of Iran are particularly poor (14% favorable), though Saudi Arabia fares better (44%).

Middle Eastern and North African publics also tend to rate leaders of other countries in their region negatively. A median of roughly one-third have positive opinions of Egyptian President Abdel Fattah el-Sisi and Saudi King Salman. Views of Jordanian King Abdullah II are similarly low. And very few view Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu favorably, while a median of 12% have a positive view of Syrian President Bashar al-Assad or Iranian President Hassan Rouhani. Turkish President Tayyip Erdogan is the exception to the enerally negative views, but opinion of him is still mixed.

With respect to the ongoing conflict in Syria, publics are divided on how long they expect it to continue; a median of 26% expect the war in Syria to end in the next year, 32% expect it to end in the next five years and 29% think it will continue for more than five years. Overall, just 32% in Jordan are optimistic about the war ending in the next year, but 64% of Syrians living in Jordan expect the conflict will end in 2018.

Additionally, on the issue of allowing Syrian refugees into their country, people in Jordan, Turkey and Lebanon are strongly in favor of letting in fewer, with many volunteering “none” as the best option.

These are among the major findings from a Pew Research Center survey conducted among 6,204 respondents in Israel, Jordan, Lebanon, Tunisia and Turkey from Feb. 27 to April 25, 2017.

Influence of Russia, Turkey, U.S. seen as increasing in the Middle East

iddle Eastern publics see both the U.S. and Russia playing more important roles in the region today than they did 10 years ago.

At least half in all of the nations surveyed say Russia is more influential now compared with a decade ago. Lebanon is particularly likely to say Russia’s role has grown, with Shia (81%) and Sunni Muslims (77%) sharing this view.

Majorities in four of the five nations surveyed also say that the U.S.’s prominence in the region has grown in the past 10 years. A plurality in Israel agrees, although roughly a quarter each say that the U.S.’s role is as important (24%) or less important (27%) now.

In Lebanon, Sunni Muslims (78%) are more likely than Christians (64%) or Shia Muslims (52%) to believe the U.S. has become more prominent.

Within the region, many say that Turkey plays a more important role. People in Turkey and Jordan are the most likely to say Turkey’s role in the region has grown. Israel is the only country where a plurality says Turkey has lost influence over the past decade. This view is more common among Israeli Jews (45%) than among Israeli Arabs (29%).

About eight-in-ten in Lebanon say that Iran is more influential in the Middle East today than it was 10 years ago. Large majorities across all religious groups hold this view: 89% of Shia Muslims, 77% of Sunni Muslims and 71% of Christians. The view that Iran now plays a less important role in the region is held by roughly a quarter in both Israel (24%) and Turkey (26%).

More than half of Israelis and Jordanians say that Israel has taken on a more important role in the Middle East. And in Israel, Jews and Arabs are similarly likely to hold this view. By contrast, roughly three-in-ten in Lebanon (31%) say that Israel’s role has decreased.

Across the region, fewer say Saudi Arabia’s role in the region has grown. Jordan is the only country where more than half hold this view, though a majority (61%) of Sunni Muslims in Lebanon say this. Only a quarter or fewer in Israel and Turkey agree.

Few say that Egypt plays a more important role in the Middle East now compared with 10 years ago. Instead, at least four-in-ten in Turkey, Lebanon, Tunisia and Israel say that Egypt’s prominence in the region has waned.

Widely negative views of Iran

Overall, the Middle Eastern and North African nations surveyed have a very poor opinion of Iran and generally rate Saudi Arabia and Turkey more positively.

Majorities in both Tunisia and Jordan espouse positive views of Turkey. Lebanese are split based on their religious views, with more than half of Sunnis and Christians but only 8% of Shias holding a favorable opinion. Similarly, Israeli Jews and Arabs strongly disagree on Turkey; 72% of Israeli Arabs but only 7% of Israeli Jews think well of Turkey.

Many view Saudi Arabia negatively, but Jordan – which has deepened its ties to Saudi Arabia in recent years – has a very positive opinion of the neighboring kingdom. More than half in Tunisia agree. As with views of Turkey, Sunni Muslims in Lebanon hold significantly more positive views of Saudi Arabia than Shias.

Opinions of Iran are remarkably poor. Fewer than one-in-five in Turkey, Israel and Jordan have positive views of Iran. Jordan’s extremely negative views are similar to views in 2015, but have soured substantially since 2006 – the first time the question was asked in Jordan – when roughly half (49%) viewed Iran favorably.

Compared with its neighbors, Lebanon holds more positive views of Iran overall, but opinions are once more sharply divided by religious background; 93% of Shia Muslims in Lebanon view the Shia-majority nation positively, compared with only 27% of Christians and 16% of Sunnis.

Mixed views of Erdogan; poor ratings for Assad, Rouhani, Netanyahu

Publics in the Middle East tend to see Turkish President Tayyip Erdogan more positively than other Middle Eastern leaders. Yet, views of the Turkish president vary drastically across the region. Fewer than half in Lebanon and only 15% in Israel express a positive opinion of Erdogan. Israeli Jews (4%) and Lebanese Shia Muslims (7%) hold particularly negative views.

Views of Erdogan have improved in Tunisia (up 10 percentage points since 2014) and Jordan (7 points since 2015). Lebanese views have become less favorable since 2015 (down 8 points).

Middle Eastern publics have much more tepid views of Egyptian President Abdel Fattah el-Sisi. Israelis have the most positive opinion of Sisi among the countries surveyed, but Israeli Arabs (22%) view him significantly less positively than Israeli Jews (49%). Sisi receives the most negative ratings in Turkey, where only 12% view him favorably. Erdogan, the Turkish Prime Minister in 2013, publicly opposed the overthrow of Sisi’s predecessor, Mohamed Morsi.

Saudi King Salman is generally viewed poorly, especially in Israel where only 14% hold a favorable view and no Israelis say they have a very favorable opinion of the Saudi leader. By contrast, 86% in Jordan view Salman positively and half view him very positively.

Jordanian King Abdullah II receives ratings more similar to those of other Middle Eastern leaders. Views of the king are the least positive among Turks; only 18% view him favorably, but a plurality (43%) does not express an opinion.

Views of Syrian President Bashar al-Assad are negative across all of the Middle Eastern and North African nations surveyed. Only 7% in Israel and 1% in Jordan view Assad positively. Syrians living in Jordan have similarly negative views of the Syrian president; only 3% have a favorable view of Assad.

Views of Assad are more favorable in Lebanon than in any other country, but they vary starkly between Shia and Sunni Muslims in the country. A large majority of Shias (93%) and only 13% of Sunnis have a favorable opinion of the Syrian president.

In most countries, ratings of Assad have been similarly low since the first time this question was asked. However, opinion has become more favorable in Tunisia over the past five years (up 13 percentage points since 2012).

Opinions of Iranian President Hassan Rouhani are generally similar to opinions of Assad. Fewer than 10% in both Israel and Jordan hold a positive view of the Iranian president.

Public views of Rouhani have become more negative in Jordan – 13% held a positive view of the leader in 2015 – but views in Israel have remained very low. Israeli Jews (0% favorable) and Israeli Arabs (22%) share low opinions of Rouhani. And in Jordan, both Syrians (1%) and Jordanians (4%) have very negative opinions of the Iranian president.

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu receives extremely negative ratings from nations in the Middle East and North Africa. Only 7% in both Tunisia and Turkey, 1% in Jordan and 0% in Lebanon have a favorable view of Netanyahu. And the negative opinion in ordan and Lebanon is particularly intense; 95% of Jordanians and 97% of Lebanese say they have a very unfavorable view.

Lebanese opinion on leaders diverges by religious group

In Lebanon, Christians, Shias and Sunnis have remarkably different views of the Middle Eastern leaders tested. Overall, Shias and Sunnis disagree the most, with Christians’ views falling omewhere in the middle.

Shia Muslims in Lebanon hold more positive views of both Rouhani and Assad, compared with Sunni Muslims. Rouhani supports Assad in the civil war in Syria, as does Hezbollah, the Lebanese Shia-run militant group labeled a terrorist organization by the U.S. A Pew Research Center survey in 2014 found that a large majority of Shia Muslims in Lebanon held a positive view of the group.

Sunni Muslims show the strongest preference for Erdogan, a 66-percentage-point difference compared with Shia Muslims. Salman, Sisi and Abdullah II – all leaders of Sunni-majority countries – are also viewed more positively by Sunnis than Shias.

Netanyahu is the only leader whom Sunni and Shia Muslims in Lebanon view similarly; none of the Lebanese surveyed hold a positive view of the Israeli leader.

The Syrian civil war

The Syrian civil war, now in its eventh year, pits many of the region’s key players against each other. Few are optimistic that the war will end within the next year, though many believe it will not last beyond the next five years.

Views are most optimistic in Jordan. Fully 80% expect the war in Syria to end sometime in the next five years, including 32% who think it will end within the year. Syrians living in Jordan are even more hopeful about the war in their homeland; 64% expect it will end within the year, 26% say it will end within the next five years and only 10% think it will continue for more than five years.

Roughly two-thirds in Israel say the war will be over within the next five years, and 48% in Lebanon agree.

Turks are the most pessimistic about the length of the civil war in Syria. Nearly half say the war will continue for more than five years.

While the conflict continues, many in Turkey, Jordan and Lebanon want their country to accept fewer refugees. As of mid-2016, these countries and other neighboring nations have taken in about 4.8 million Syrian refugees. Only 8% in Jordan and 4% in ebanon and Turkey support accepting more refugees from Syria.

A majority in Jordan wants its country to accept fewer Syrian refugees and around one-quarter (23%) say their country should not accept any refugees (a volunteered category). However, Syrians already living in Jordan have very different views. A large majority of them say the country should accept more refugees from Syria and 0% say that Jordan should stop accepting refugees all together.

In Lebanon, similar numbers say their country should either accept fewer refugees (40%) or none at all (42%). Christians are more likely than Shia or Sunni Muslims to say that Lebanon should not accept any refugees from Syria.

Three-in-ten in Turkey want their country to accept fewer refugees from Syria and more than half say their country should stop accepting refugees entirely.

La destruction d’archives se heurte à la communauté scientifique

Lancement des travaux des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine

2 JANVIER 2018 PAR NICOLAS CHEVASSUS-AU-LOUIS mediapart

Un projet du ministère de la culture visant à réduire le nombre d’archives publiques afin d’économiser 7 millions d’euros en cinq ans provoque une belle unanimité contre lui. Car les archives n’intéressent pas que les chercheurs : « Des archives publiques bien tenues sont essentielles à un État de droit », rappelle l’historienne Raphaëlle Branche. 

+Mi-novembre, fuitait dans la presse un document interne au ministère de la culture, portant le doux nom de Comité d’action publique 2022 (CAP 22) : une liste de préconisations visant, sur la durée du quinquennat, à « moderniser l’action publique » ; en pratique, à réduire les dépenses. La section consacrée aux Archives se montrait d’un rare mélange de brutalité comptable et de stupidité. Elle affirmait la nécessité de réduire « en flux de 10 à 20 % la collecte annuelle » et de « réévaluer en stock au moins 15 km d’archives », pour économiser 7 millions d’euros en cinq ans. Et enfin, modernité numérique oblige, de « dématérialiser massivement (…) les archives ».

La publication de ce document a suscité contre lui une belle unanimité : pétition « Les archives sont une richesse, pas un coût » de la CGT-Archives, analyse critique de la CFDT-Culture ou de l’Association des archivistes de France, ou encore pétition « Les archives ne sont pas des stocks à réduire ! »initiée par des historiens, signée à ce jour par plus de 7 000 personnes.

La ministre de la culture, Françoise Nyssen, furieuse de cette fuite montrant sous un jour crûment comptable sa politique, a d’abord clamé son intention de porter plainte contre X, avant d’annoncer y renoncer lors du Comité technique ministériel du 4 décembre. Il semble bien que le document CAP 22 ait été oublié dans une photocopieuse par un haut fonctionnaire : difficile pour le ministère de porter plainte contre lui-même.

Depuis, la rue de Valois se mure dans son silence, laissant le soin de tenter de déminer le terrain aux hauts responsables des services des archives publiques. Hervé Lemoine, directeur des Archives de France, a ainsi annoncé l’organisation d’une concertation s’étalant sur un an sur l’évolution des modalités de collecte des archives publiques. Voici donc 2018 consacrée année des archives. Occasion de se pencher sur les bouleversements en cours de ce service de l’État, indispensable tant à sa souveraineté qu’à son contrôle démocratique.

« La question de la collecte et de la gestion des archives n’est pas qu’une question technique. C’est une question politique impliquant tous les citoyens, car des archives publiques bien tenues sont essentielles à un État de droit », souligne l’historienne Raphaëlle Branche, une des initiatrices de la pétition des historiens. Aller aux archives n’est en effet pas l’apanage des historiens. Un Français d’origine étrangère amené à renouveler ses papiers d’identité, un fonctionnaire ayant besoin de reconstituer sa carrière ou encore une victime d’un accident dans la responsabilité duquel la puissance publique est engagée peuvent être amenés à demander à l’État de fournir certains documents, ou à partir eux-mêmes à leur recherche dans les dépôts d’archives. Comme l’écrivait l’archiviste Christine Nougaret dans son estimé rapport remis le 24 mars 2017 à la ministre de la culture Audrey Azoulay, « objets de patrimoine, les archives sont aussi objets de gouvernement : elles constituent un arsenal de l’administration, utile au bon fonctionnement des institutions mais aussi à la garantie des droits fondamentaux des citoyens ».

La constitution des archives publiques est un processus très encadré par le code du patrimoine, qui revient de fait à éliminer selon des règles précises et codifiées l’essentiel de ce que produisent les services de l’État. Chaque année, quelque 800 km linéaires (l’unité de quantification des archives) de documents versés par les ministères (pour les Archives – AN) ou les préfectures et services décentralisés de l’État (pour les Archives départementales) sont détruits pour ne conserver qu’environ 80 km linéaires de documents. Ils seront conservés durant ce que le jargon archivistique qualifie de DUA (Durée d’utilité administrative), généralement ajustée sur les délais de prescription d’un éventuel délit ou recours. On retrouve là la fonction première des archives : fournir des preuves au droit.

À l’issue de cette DUA, ces archives intermédiaires sont à nouveau triées. Celles qui sont conservées du fait de leur intérêt patrimonial ou scientifique deviennent des archives définitives. Comme leur nom l’indique, elles sont vouées à être conservées jusqu’à la fin des temps ! Elles ne peuvent être détruites que dans des conditions très précises, définies par la loi, et après visa d’un conservateur en chef du patrimoine. La loi prévoit même 1 an et 15 000 euros d’amende pour quiconque a détruit de manière illégale des archives définitives, peines triplées pour qui en a donné l’ordre. « En pratique, ces sanctions n’ont presque jamais été appliquées », déplore Pierre-Frédéric Brau, président de l’Association des archivistes français.

C’est pourtant bien des rumeurs de destructions d’archives définitives qui ont alerté les historiens à l’origine de la pétition « Les archives ne sont pas des stocks à réduire ! », en particulier de séries dont existent des doublons ailleurs. « Quiconque a une pratique de la recherche historique sait que les doublons peuvent être utiles, ne serait-ce que pour combler des lacunes d’une série », souligne Isabelle Foucher, de la CGT-Archives. Des fonds ont-ils pu être détruits pour libérer de l’espace, dans un contexte d’inflation de la production de documents publics ? « Il est certain que différents services des archives nationales veulent réévaluer leurs fonds, dans l’idée de faire de la place, qui manque partout », souligne Isabelle Foucher. « La direction des AN pourrait souhaiter détruire davantage, mais les archivistes, qui ont une grande éthique professionnelle, s’y refuseraient, et pourraient pour ce faire s’appuyer sur le code du patrimoine », estime sa collègue Cécilia Rapine, secrétaire générale adjointe de la CFDT-Culture.

Interrogée, la direction des AN dément formellement la destruction de fonds d’archives définitives, sauf cas très particuliers de documents devenus inutilisables, comme des registres de prisonniers de guerre français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale contaminés par des champignons, de surcroît rédigés dans un code que plus personne ne savait déchiffrer. « Ces interrogations et malentendus prouvent que nous avons en effet tous intérêt à dialoguer et à présenter aux chercheurs et usagers nos grands principes d’élimination », souligne Françoise Banat-Berger, directrice des AN.

 

Quel personnel pour traiter les archives numériques ?

N’en reste pas moins que les dépôts publics d’archives sont saturés à 85 %, comme le relevait déjà le rapport Nougaret. Aux Archives nationales, la situation est particulièrement tendue du fait de la fermeture, annoncée pour 2020 par la ministre de la culture Audrey Azoulay, du dépôt de Fontainebleau, qui menace de s’effondrer et a été victime d’une grave inondation. Où transférer ses quelque 90 km d’archives, parmi lesquels des documents que l’État se doit de transmettre à la justice ou à tout citoyen en faisant la demande, tels les comptes de campagne des élections de la Ve République ou les dossiers de naturalisation ?

Le site parisien historique de l’hôtel de Soubise, dans le quartier du Marais, où sont conservées les archives de l’Ancien Régime et du minutier central des notaires, ne peut conserver des fonds contemporains. C’est donc le troisième site des AN, à Pierrefitte, en Seine-Saint-Denis, inauguré en 2013, qui les recevra. Lequel ne compte présentement qu’entre 30 et 35 km de réserves encore disponibles. Comment y accueillir les fonds de Fontainebleau ? Françoise Banat-Berger, directrice des AN, se veut rassurante. « Nous disposons à Pierrefitte de 100 km de magasins dits différés, qui n’avaient pas été aménagés. Un investissement de quinze millions d’euros a été décidé pour les équipes de manière à accueillir les fonds de Fontainebleau. Les travaux démarreront en février, et devront être achevés début 2019. » Même en tenant compte du fait que les 90 km d’archives de Fontainebleau comptent encore une petite partie d’archives intermédiaires, qui pourront être légalement détruites avant transfert, Pierrefitte approche, au rythme actuel d’entrée de 5 à 7 km par an, de la saturation. Là encore, Françoise Banat-Berger se veut rassurante. « L’État s’est engagé à construire d’ici à 2024 une extension des bâtiments sur le site de Pierrefitte, sur la réserve foncière prévue à cet effet, avec 20 ans d’avance sur ce qui était initialement prévu. »

Cet engagement n’est cependant qu’informel. « On manque de visibilité sur l’aspect budgétaire, souligne Cécilia Rapine, de la CFDT-Culture, et il est à craindre que le financement de l’extension se fasse au détriment du bon fonctionnement des services. » D’où la revendication de la pétition des historiens que le financement de l’extension soit inscrit dans le projet de loi budgétaire 2018, et soit accompagné d’un « engagement de long terme de l’État dans la formation et le recrutement de personnel ». D’ores et déjà, le fonctionnement du site de Pierrefitte est perturbé par le déménagement des fonds de Fontainebleau, qui se fait à effectifs constants. « Pierrefitte a très bien fonctionné durant ses trois premières années, mais des problèmes récurrents se posent depuis deux ans avec des fermetures exceptionnelles et des fonds temporairement incommunicables, ce qui gêne le travail des lecteurs », relève l’historien Gilles Morin, autre initiateur de la pétition des historiens. « Le site de Pierrefitte est en dessous de son effectif prévu de 515 postes, avec un fort taux de renouvellement des agents. Ces derniers sont très sollicités par le traitement des archives en provenance de Fontainebleau, ce qui les détourne parfois des missions d’accueil du public », explique Cécilia Rapine.

Le débat actuel sur l’avenir des archives publiques s’inscrit dans le contexte de la dématérialisation croissante des échanges, et donc des versements de documents nativement numériques. « En 2012, les cabinets ministériels nous ont versé 2,5 km de documents papiers et 5 téraoctets numériques. En 2017 ont été collectés 2 km de papier mais 9 To. La période actuelle est la plus difficile à gérer car les deux supports, matériels et numériques, coexistent », souligne Françoise Banat-Berger.

Exemple parmi d’autres que la conservation des archives est un enjeu de souveraineté national, 40 millions ont été investis dans le programme interministériel VITAM, comportant notamment un outil numérique édité par l’État pour la conservation de ses archives numériques, permettant de s’assurer qu’elles n’ont pas été altérées (une modification, fortuite ou malveillante, d’un document électronique étant toujours à craindre) et qu’elles pourront être conservées dans le respect du droit à la vie privée. La plateforme d’archivage numérique pour les Archives nationales qui intègre le logiciel VITAM devrait entrer en service fin 2018. Des efforts importants ont donc été faits pour la conservation de documents nativement numériques. Mais le document CAP 22 va plus loin en prêchant, toujours au nom de prétendues économies, en faveur de la numérisation des archives papier. « Conserver 100 km d’archives = coût de 6 millions d’euros par an ; numériser 100 km d’archives coûte en moyenne 36 millions d’euros = au bout de 6 ans, le coût de leur conservation est amorti », écrit le document.

L’évaluation du coût de conservation d’1 km d’archives papier est à peu près consensuelle. En revanche, celle de la conservation et de l’accès dans le temps aux archives numériques est très complexe à faire. Que réservera l’avenir en matière d’archivage numérique ? Quels seront les coûts de conservation de supports, formats numériques dont on ignore peut-être aujourd’hui l’existence ? Quels personnels qualifiés, formés autant à l’informatique qu’à l’archivistique, devront être recrutés ? « Il est très difficile de comparer les coûts de conservation du papier et du numérique », constate Françoise Banat-Berger. Lors du Comité technique ministériel du 4 décembre, les représentants du ministère de la culture ont reconnu que les évaluations comptables du document CAP 22 étaient bien superficielles.

Nul ne conteste qu’une réflexion doit être menée sur l’avenir de la politique de collecte, dans un contexte de mutation numérique qui fait exploser la production documentaire de l’État tandis que, comme le relevait le rapport Nougaret, « la judiciarisation de la société et la crainte des contentieux conduisent à conserver davantage que par le passé ». Mais qui doit mener cette réflexion ? La pétition « Les archives ne sont pas des stocks à réduire »réclame que les historiens soient associés à ces réflexions, une revendication que soutiennent les organisations syndicales d’archivistes. Mais ne faut-il pas aussi penser en amont la collecte des archives, au niveau des institutions qui les produisent ? Autant le tri entre ce qui est versé et ce qui deviendra des archives intermédiaires puis définitives est juridiquement encadré, autant le choix et les modalités des versements restent anarchiques. « Nous défendons l’idée d’une présence active des archivistes dans les services administratifs producteurs d’archives, de manière qu’ils contrôlent en amont ce qui peut et doit être légalement versé », explique Pierre-Frédéric Brau, président de l’Association des archivistes français, qui constate cependant que les destructions illégales d’archives ne sont pas rares, par exemple dans les commissariats de police.

C’est dans ce contexte de « pénurie », selon le terme d’Isabelle Foucher de la CGT-Archives, d’inquiétudes et de bouleversements des archives publiques qu’est survenue la fuite des comptables réflexions CAP 22 du ministre de la culture. Reconnaissons cependant à ce document une vertu. Celle d’avoir anticipé que la mise en œuvre de ses préconisations avait pour « risques » : « mobilisation des historiens, risque social en interne ». Les deux sont au rendez-vous.

MEDIAPART: Les députés macronistes: une identité politique incertaine

2 DÉCEMBRE 2017 PAR LOUP ESPARGILIÈRE

Le groupe LREM à l’Assemblée est devenu en six mois un véritable rouleau compresseur législatif. Mais le rythme effréné des réformes imposées par l’exécutif a jusqu’alors empêché ses députés de se poser cette question toute simple : « Qui sommes-nous ? »

 « Intense, exaltant, passionnant, exigeant », résume Hervé Berville, député de la République en marche, lorsqu’il se retourne sur ses six premiers mois passés à l’Assemblée nationale. En juin dernier, les défis étaient alors légion pour faire de la nouvelle majorité, attelage hétéroclite composé d’anciens du PS, de LR et de béotiens en politique, le rouleau compresseur législatif qu’il est aujourd’hui.

« L’enjeu, c’était d’essayer de créer une cohésion entre 313 députés sans histoire commune, si ce n’est un programme présidentiel », explique Gabriel Attal, élu dans les Hauts-de-Seine. En septembre, les députés avaient été rassemblés lors d’un séminaire façon « team-building », dont les modalités avaient suscité incompréhension chez certains élus et railleries sur les réseaux sociaux.

Gabriel Attal, venu du PS et passé par le cabinet de l’ancienne ministre de la santé Marisol Touraine, se félicite aujourd’hui de passer plus de temps avec les jeunes députés issus de la droite qu’avec les ex-socialistes.

Mais d’autres lignes de clivage se font jour : « Il y a peut-être une nuance [sic]entre ceux qui viennent de la société civile et les autres, dont je fais partie, dit un député issu de la gauche, qui souhaite rester anonyme. Ceux-ci craignent à chaque fois que l’on puisse avoir des réflexes de l’ancien monde, et nous sommes parfois agacés de leur côté chevalier blanc où tout ce qui s’est fait avant serait, par définition, sale. »

Joachim Son-Forget, député trentenaire des Français installés en Suisse et au Liechtenstein, quasi neuf en politique (il a été pendant deux ans secrétaire du Parti socialiste à Genève), a quant à lui « une aversion pour les apparatchiks politiques, très fermés sur eux-mêmes, sur la vie parisienne, voire sur un seul arrondissement, qui ne s’intéressent à rien d’autre qu’aux petits calculs du jour même, du lendemain et du surlendemain ». Il considère toutefois que dans son groupe, dont il loue la bonne ambiance, « il y en a plutôt moins qu’ailleurs ».

Réforme de l’ISF, CSG, code du travail, logement social… Depuis six mois, les réformes d’ampleur se succèdent à un rythme effréné. « Nous avons une feuille de route : le programme présidentiel. La réalisation de nos engagements est la chose primordiale », considère Marie Guévenoux, députée de l’Essonne et ancienne LR. « L’enjeu premier, c’est l’efficacité, indique Hervé Berville. Il fallait faire la démonstration que même si la plupart d’entre nous n’avaient pas d’expérience de député, on pouvait mettre en œuvre les mesures pour lesquelles les Français avaient voté. »

Le train des réformes avance à telle allure que « les députés n’ont pas le temps de s’intéresser à tous les sujets, ce n’est juste pas possible », ajoute-t-il. « Ce n’était pas une surprise, on savait qu’on devait le faire si on voulait engager toutes les réformes en même temps. Ça s’enchaîne : une annonce en chasse une autre. Après, il faut la mettre en œuvre, monter les groupes de travail, etc. » abonde le jeune député des Côtes-d’Armor, également porte-parole du groupe LREM. Il regarde son téléphone, qu’il ne quitte jamais longtemps des yeux : « Rien que ce soir : un, deux, trois… À 20 heures, en gros, j’ai quatre réunions quasiment en même temps. »

Joachim Son-Forget, « ventre à terre » depuis six mois, en viendrait presque à trouver le tempo un peu trop adagio « Parfois, ça n’avance pas assez, il y a des lenteurs, la bureaucratie, des fonctionnements parfois archaïques […]. On a reproché à ceux d’avant d’être trop lents, de ne pas avoir la volonté réelle de réformer. »

Si certains frôlent le burn out, d’autres ont plutôt souffert à titre individuel d’un manque d’intensité dans leur nouvelle fonction. « Beaucoup de députés venus de la société civile avaient des engagements personnels, professionnels, associatifs très forts et n’ont pas trouvé la même intensité à l’Assemblée nationale, raconte Gabriel Attal. La répartition des rôles (rapporteurs, chef de groupe, etc.) n’est pas faite pour autant de députés qui ont envie de travailler, surtout à l’ère du non-cumul. » Un député se souvient : « Il y en a qui s’ennuyaient et se demandaient : est-ce que je sers juste à lever le bras ? » Face au coup de mou qui saisit plusieurs de ses membres, le groupe LREM a récemment créé une cellule d’écoute baptisée Care, comme l’a rapporté L’Opinion.

Pour s’assurer du bon huilage de la machine à légiférer LREM, chaque commission permanente à l’Assemblée s’est dotée d’un whip, (fouet en français), emprunté à la culture politique anglo-saxonne. Chargé pour le compte de son parti de s’assurer de la discipline des membres de sa commission, il ou elle veille au bon respect des consignes de vote.

« Je ne suis pas très fouet ! s’amuse Gabriel Attal, whip de la commission des affaires culturelles. Ça a toujours existé, simplement, ça s’appelait autrefois“responsable” ou “chef de file” », indique-t-il. Son boulot, c’est d’animer le groupe de quarante députés LREM de sa commission, de mettre en place des groupes de travail thématiques, de répartir missions et rapports entre les uns et les autres, « peut-être le volet le plus ingrat », dit-il. Il fait également office d’interface entre les députés de la commission et le groupe dans son ensemble, ainsi qu’avec le gouvernement.

« On est passé un peu vite aux travaux pratiques »

Afin d’éviter la cacophonie et d’avancer efficacement en commission, le groupe LREM a adopté un système centralisé de dépôt des amendements. Si un député veut apporter une modification à un projet ou à une proposition de loi, il doit d’abord l’envoyer à son groupe. Une réunion de « balayage » des amendements est ensuite organisée par le whip de la commission concernée par le texte, à laquelle sont conviés tous les députés intéressés. Les amendements sont alors étudiés les uns après les autres et il est décidé s’ils seront portés au nom du groupe ou pas. « Il n’y a pas de dépôt individuel », dit un député, qui ne souhaite pas être nommé.

« Ce n’est pas du tout une règle nouvelle. Ça a toujours été le cas dans tous les groupes. Ce n’est pas une raison suffisante pour dire que c’est bien », ajoute-t-il. Si certains élus jugent ce système assez peu démocratique, pour Hervé Berville en revanche, « le but, c’est d’être logique, cohérent et efficace. Pour lui donner de la force, il faut que l’amendement soit porté par tout le groupe, donc il faut convaincre le groupe »« C’est normal qu’on veuille un peu de méthode, de coordination, sinon chacun ferait n’importe quoi pour se faire remarquer, commente Joachim Son-Forget. Le but, ce n’est pas que ce soit le bal des égos. » Par ailleurs, les députés ont l’interdiction, comme ce fut le cas pour la majorité précédente, de cosigner des amendements avec des membres de l’opposition.

Cette centralisation du dépôt des amendements n’a toutefois pas tout à fait réussi à éliminer les francs-tireurs. Si un député décide de passer outre l’avis de ses pairs et de faire cavalier seul une fois que le texte passe en séance dans l’hémicycle, rien ne l’en empêche. C’est le cas de Paul Molac, réélu député du Morbihan en 2017. Sous la législature précédente, il a appartenu au groupe écologiste, puis socialiste. Depuis juin dernier, avec ses 35 amendements déposés en son nom, cet électron libre a atteint un rythme de député d’opposition.

Les ministres concernés par un texte sont également consultés. Mais les députés LREM l’assurent, un désaccord du gouvernement n’entraîne pas le rejet systématique d’un amendement. Dans un bras de fer au sujet du budget du Centre national pour le développement du sport (CNDS), les députés avaient réussi à faire plier l’exécutif : « Le projet de loi de finances prévoyait une baisse de dotation du CNDS très forte, se rappelle un membre de la majorité. Il y a eu des amendements qui ont été portés, alors même que le gouvernement n’était pas d’accord, pour revoir à la hausse le budget. On a porté nos amendements jusque dans l’hémicycle, on nous a demandé de les retirer, et en échange, ils ont annoncé qu’on apurait la dette du CNDS. »

En juillet, les députés avaient également réussi, contre l’avis du gouvernement, à faire interdire la rémunération des assistants parlementaires par les lobbies.

Au train où vont les choses, les députés auront achevé d’appliquer le programme présidentiel d’ici un an ou deux. Le calendrier ultra serré des réformes ne leur a pour l’heure pas laissé le temps de se doter d’une colonne vertébrale idéologique leur permettant de décider quelle sera la suite. « Une fois qu’on aura lancé l’ensemble des réformes, qu’est-ce qu’on fait derrière, qu’est-ce qui nous rassemble ? » se demande Gabriel Attal, qui souhaite que son mouvement se dote d’une « idéologie commune ».

Pour lui, « c’est le rôle de Christophe Castaner [le nouveau délégué général de LREM – ndlr], et il faut qu’il nous y associe. Des initiatives sont en préparation, des groupes de travail avec des personnalités qui ont contribué à l’écriture du programme, des experts, des députés, tout ça dans des groupes thématiques… », croit savoir le député. « Ça ne se décrète pas », estime Hervé Berville, qui juge le terme « idéologie » « un peu fort », préférant parler d’« armature intellectuelle ». S’il considère que la philosophie générale du mouvement repose sur deux piliers, le progressisme et l’émancipation, il l’admet : « On est passé un peu vite aux travaux pratiques […]. Tout ça s’est fait très vite, ça n’a pas vraiment été théorisé dans un livre. »

Joachim Son-Forget préfère se plonger dans le programme présidentiel pour en rechercher le sens profond. « À mon avis, il est à la fois d’offrir plus de libertés et aussi plus d’égalité des chances. C’est ce qu’Emmanuel Macronavait dit devant les gamins en classe, dit-il, en référence à son apparition dans l’émission Candidats, au tableau ! Les gens de droite sont plus attachés à la liberté, les gens de gauche plus attachés à l’égalité, et entre les deux, vous avez la fraternité. C’était vachement beau comme truc », se rappelle l’élu.

La droite et la gauche selon Emmanuel Macron –

Pour extraire la substance du programme, il se propose de le détricoter en appliquant la méthode du retro-engineering : « On peut très aisément dégager des concepts qui permettent, en les mettant en perspective avec des interviews d’Emmanuel Macron, de comprendre très bien le fond de sa pensée. »Les éléments doctrinaux qui sous-tendront demain les prises de position de la République en marche sont également à chercher du côté de Paul Ricœur, maître à penser du président, que cite Joachim Son-Forget : « “Une vie bonne, avec et pour autrui, dans des institutions justes.” […] Les Français ont choisi une offre relativement libérale, mais elle donne sa chance à tout le monde, et dans un cadre de réussite européenne. Ce sont trois piliers de Ricœur qui guident mon action. » En définitive, rien n’est pour l’heure mis en place pour dépasser l’actuel statut de machine à légiférer de la majorité parlementaire et sortir de la tête d’Emmanuel Macron.