In memoriam: John Hartland

C’est avec tristesse que nous avons appris la mort de John. Nous avons travaillé et partagé des bons moments avec lui et avons beaucoup de souvenirs.

John a était une personne à qui on pouvait toujours faire confiance. Il s’engageait à fond dans son travail et ses idéaux.  C’était un homme qui lisait beaucoup et qui était très cultivé ce qui lui donnait une approche large aux questions notamment liées à ses missions pour le Conseil de l’Europe où il a toujours travaillé. Il croyait à l’Europe et notamment au rôle des ections du Parlement Européen auprès des citoyens.

La première fois que Bernard  a rencontré John c’était aux Pays Baltes, où il travaillé en mission pour le Conseil de ‘Europe. Maria, plus tard, au Kosovo. Depuis ce temps là, John a participé au Diplôme Universitaire; que Bernard avait organisé, autant comme membre de plusieurs jurird de soutenance, qu’à nos colloques au Sénat. Il aimait échanger avec nos étudiants et spécialement pendant les nombreuses  fête de fin d’année du Diplôme Universitaire. John a gardé l-e contact avec certains et ils auront comme nous des bons souvenirs. Un détail sympathique est le fait que quand  John venait à la fête il arrivait en voiture de Strasbourg avec son chien et Maria s’assurait que John avait de la bière (pas glacée) et son chien un grand bol d’eau

La dernière fois que je John a participé en tant que membre d’un jury de soutenance, ous avons déjeuner dans un restaurant de cuisine du Sud Ouest et, en parlant d’une observation électorale à laquelle il avait participé aux Etats-Unis, il  avait  beaucoup aimé l’expression qui existe dans ce pays:  » Democracy is local« .

John vit à travers tous ceux  l’on connu, apprécié et aimé.

Bernard Owen et Maria Rodriguez-McKey