Affaire « Benalla » Commentaires d’une simple citoyenne

Monique Cochinal

Monsieur Alexandre Benalla, 26 ans, « gorille préféré et chouchouté du Président Macron » violent, bagarreur, casque de policier sur la tête, muni d’un brassard de policier, usurpe ses droits et sa fonction et va tabasser deux manifestants, lors de la manifestation du premier mai 2018.

Seulement, presque trois mois après, et à cause d’une vidéo surveillance, largement diffusée par les médias, nous apprenons le soi-disant incident, et les questions fusent de toute part (pas seulement dans l’opposition). Qui est cet individu ? Comment et par qui a-t-il été recruté pour une fonction aussi importante de « garde du corps de notre Président ». Qui lui a donné l’autorisation de se trouver parmi les policiers chargés du maintien de l’ordre dans cette manifestation ? Puis, lors de la rentrée des bleus vainqueurs, et de leur accueil plus que bruyant et tapageur, bien programmé cependant, sur les marches de l’Elysée, qui voit-on derrière le Président : son garde du corps, Monsieur Benalla, alors qu’on nous avait affirmé qu’il avait été mis à pied sans solde pour quinze jours, éloigné et relogé dans un luxueux « logement de fonction » appartenant à l’Etat, qui avait déjà servi pour loger la fille illégitime et sa mère, lors des amours cachées du Président Mitterrand. On sait maintenant, que seulement après tous ces pesants silences, Monsieur Benalla est enfin remis à la justice pour examen. A suivre…. En espérant que la justice fera bien et vite son travail, sans aucune pression  politique.

A la vue de ces nouveaux évènements graves, nous, citoyens, avons le sentiment de plus en plus profond d’un Président « caméléon » élu par défaut (ne l’oublions pas), beau parleur, usant et abusant de son charme, sûr de lui, sûr de sa toute puissance, auréolé de nombreuses qualités : jeune, beau, intelligent, souriant, compatissant, et vanté à longueur de journées pour son amabilité, au cours de nombreuses manifestations publiques, commémorations bien programmées, avec, à chaque fois, de grands discours vibrants, accolades, embrassades, poignées de mains chaleureuses, mais, en réalité, qui est-il ?

Notre beau Président, tout en paroles, nous cacherait-il certains manquements essentiels, certains échecs nationaux et internationaux ? et surtout serait incapable de reconnaître ses échecs, ses difficultés et ses fautes, se jugeant « le chef suprême » inattaquable.

Mais, nous, citoyens ne sommes pas dupes, les sondages en témoignent. Quant à cette triste affaire « Benalla » notre cher Président nous doit de nombreuses explications très claires sur le dysfonctionnement de nos institutions vitales : politiques, juridiques (armée, police, justice, protection des citoyens, politique sociale, politique économique, politique internationale), avant de vouloir tout changer dans notre constitution, qui, jusqu’à maintenant, nous a fait tenir debout, contre tempêtes et marées. S’il vous plaît, Monsieur le Président, plus de faux-fuyants.