Gros nuages menaçants avant l’orage Pour notre Président

Monique Cochinal

Décidément, le temps de la rentrée politique se dégrade, et le ciel du « nouveau monde » s’obscurcit de plus en plus.

Nous apprenons, ce matin, que le troisième Ministre d’Etat : Nicolas Hulot annonce brutalement sa démission, au cours d’un entretien radio. Il avoue ses échecs et avoir porté seul ses hautes pensées utopiques. Il se rend compte qu’entre utopie et réalités économiques il y a un abîme, qu’il lui est incapable de franchir. Il est déçu et quitte le gouvernement brutalement, sans en avoir parlé au Président, ni même à ses proches collaborateurs. Pourquoi si brutalement ? il se justifie … Il craignait d’être, encore une fois, récupéré par son « cher ami Macron ».

Dans le gouvernement, grande stupéfaction, grand remue- ménage. Que dire ? Que faire ? Voilà un gros nuage menaçant de plus. La veille, Le Premier Ministre avait annoncé un prochain budget revu à la baisse, la croissance n’étant pas au rendez-vous, et « en même temps » des restrictions prévues pour différents postes déficitaires, mais pas d’augmentation des impôts et « en même temps » diminutions des allocations et prestations accordées à droite et à gauche.

Pendant ce temps, notre Président est en voyage officiel au Danemark. On imagine le grand embarras de l’ensemble du gouvernement. Il faut répondre aux nombreuses questions qui fusent de toutes parts, et ils sont privés de leur grand chef. Quoi dire ? Quoi faire ? De toute façon, on attend son retour …..

Qui remplacera Nicolas Hulot ? Y aura-t-il un remaniement plus complet du gouvernement ? Car il y a quelques personnes proches du président traînant derrière elles quelques casseroles (affaire Benalla, affaire kohler, affaire Nyssen), sans oublier la façon peu cavalière d’avoir éliminé son principal concurrent aux élections présidentielles avec cette malheureuse affaire Fillon- Pénélope. Décidément, ce règne Macron commençait bien mal.

Que de gros nuages à l’horizon qui laissent prévoir un gros orage !!

Comment notre pays pourra s’en sortir, maintenant ?

Bientôt, nous aurons des élections européennes. Il nous faudra être très vigilants, savoir choisir nos leaders, ne pas écouter tous nos nationalistes de droite comme de gauche, et mettre dans les urnes le bon bulletin pour élire des députés conscients que notre pays seul face aux autres grandes puissances : Etats Unis, Chine, Japon, Inde, est vraiment impuissant. Je crois profondément aux capacités de la vieille Europe. Tout n’y est peut-être pas parfait, mais il y fait, malgré tout, bon vivre.