Les incohérences gouvernementales

Monique Cochinal

Après de nombreux entretiens, échanges, conférences, réflexions de cette commission « Habiter la France de demain », notre Ministre Emmanuelle Wargon, déléguée au logement, déclare, en conclusion, dans son discours du 14 octobre2021 : « Les lotissements de maisons individuelles sont un modèle d’urbanisation qui dépend de la voiture pour les relier ….. Un non-sens écologique, économique et social ». Et de développer ensuite ses réflexions pour se justifier, après un tollé du monde de l’immobilier. « Pavillon avec jardin : dépendance à la voiture, privatisation de terres agricoles bio ….. Privilégier la construction de logements collectifs, selon les nouvelles normes environnementales, pour aller vers des villes de plus en plus peuplées, sans voitures, propres et modernes, avec tous les services à proximité, où l’on respirera un air pur, comme à la campagne ….. Mais, en même temps, pas question d’interdire la construction de pavillons individuels pour ceux qui le souhaitent. Question : Où vais-je faire construire mon pavillon, s’il ne reste plus un seul lopin de terre disponible ?  Et, en même temps, le projet de loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU), soit l’obligation d’avoir 25 % de logements sociaux dans chaque commune deviendra pérenne en 2025, pour éviter que «  certaines communes réfractaires au logement social jouent la montre. »

Qu’est-ce qui a pu pousser notre Ministre à une telle déclaration ? Au moment de la sortie de cette grave crise sanitaire et des deux confinements subis par tous nos citadins entassés toute la journée dans leurs petits appartements pendant de longs jours et semaines et qui n’ont plus qu’une idée en tête, fuir la ville, vivre à la campagne (et avoir une voiture pour aller travailler), posséder et vivre dans une maison individuelle avec jardin.

Pour Sandrine Rousseau, responsable de la campagne électorale de Yannick Jadot (EECLV), face à une importante augmentation du prix de l’essence à la pompe, la solution toute trouvée serait d’augmenter le prix de l’essence et ainsi décourager les citoyens de prendre leur voiture, cet engin banni qui doit disparaître car trop polluant……

Au moment du lancement de la campagne électorale, on entend tout et n’importe quoi dans un vacarme où les paroles sensées sont inaudibles. La vie politique est bercée de sondages, informations en continue, surenchères, et devient de plus en plus chaotique. Comment prendre du recul dans cette agitation frénétique ? Comment garder la tête froide ? Comment choisir la personne capable de diriger notre pays avec fermeté, lucidité, plus de « et en même temps », plus d’incohérences, plus de « quoiqu’il en coûte », plus de suffisance, mais, au contraire, savoir choisir un chef d’Etat qui tranche pour le bien de tous et toutes.

Il est encore temps de nous ressaisir, car nous avons un choix à faire, contrairement aux dernières malheureuses élections présidentielles précédentes. Peut-être avoir une idée pertinente de notre Nation dans le monde actuel, une bonne dose de bon sens populaire, et rester intransigeant devant les semeurs de trouble qui sapent nos institutions et leur légitimité et aggravent ainsi les malheurs des gens.